Annexe E : Évaluation des activités de prévention, de détection et de lutte contre les maladies entériques d'origine alimentaire à l'Agence de la santé publique du Canada – Rôle joué par l'Agence

Annexe E : Rôle joué par l’Agence de la santé publique dans la prévention et la détection des maladies entériques d’origine alimentaire et dans les activités d’intervention connexes – Ébauche

Ébauche
Équivalent textuel - Ébauche

L’annexe E illustre le rôle de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et de ses partenaires dans les activités de prévention, de détection et d’intervention liées aux maladies entériques d’origine alimentaire. Santé Canada ainsi que les provinces et territoires sont chargés de prévenir les maladies d’origine alimentaire en élaborant des règlements sur les aliments, et l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) ainsi que les provinces et territoires sont responsables de la vérification de la conformité à ces règlements et de l’application de ceux-ci afin que le système soit exempt d’aliments contaminés. Le rôle de l’ASPC touche les domaines de la surveillance et de la recherche. Plus particulièrement, le Programme de surveillance nationale intégrée des pathogènes entériques (C-EnterNet) permet d’examiner les facteurs de risque et contribue à déterminer les sources de contamination, et le Programme intégré canadien de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (PICRA) permet de surveiller les tendances liées à l’utilisation des antimicrobiens et à la résistance à ceux-ci dans le système alimentaire. En plus de ses activités de surveillance, l’ASPC mène des activités de prévention en amont qui portent sur le continuum « de la ferme à la table » en vue de mieux comprendre la cause des maladies. Ces activités comprennent la modélisation du risque, qui permet de prédire les « points faibles » du système d’assurance de la salubrité des aliments où surviennent les risques pour la santé associés aux agents pathogènes présents dans les aliments, ainsi que la synthèse de la recherche, qui consiste à analyser la documentation scientifique sur les risques liés à la salubrité des aliments pour déterminer les meilleures données scientifiques.

En ce qui concerne les activités de détection et d’intervention, lorsqu’une bactérie s’introduit dans le système alimentaire et que des personnes sont malades dans une province ou un territoire, cette administration ainsi que la municipalité touchée dirigent les activités de détection et d’intervention et demandent conseil à l’ASPC. Lorsqu’une éclosion touche plus d’une administration, le Protocole d’intervention lors de toxi-infection d’origine alimentaire (PRITIOA) est activé, et l’ASPC en assure la coordination, alors que l’ACIA dirige les travaux relatifs à la salubrité des aliments, et Santé Canada, les activités de surveillance et d’intervention. L’ensemble de ces travaux entraîne des rappels d’aliments, sous l’initiative de l’ACIA.

L’ACIA ainsi que les provinces et territoires sont responsables des communications au public concernant les activités de prévention. Lorsqu’une éclosion survient dans une administration, ce sont les provinces et territoires qui sont responsables des communications, et lorsque l’éclosion survient dans plus d’une administration, l’ASPC dirige les communications, tel qu’il est décrit dans le PRITIOA.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :