Annexe G : Évaluation des activités de prévention, de détection et de lutte contre les maladies entériques d'origine alimentaire à l'Agence de la santé publique du Canada – Utilisation des données scientifiques

Annexe G : Utilisation par l’Agence de la santé publique du Canada des données scientifiques

Les données scientifiques sur les risques pour la santé publique liés à la salubrité des aliments sont créées et utilisées dans le cadre d’activités de détection des maladies d’origine alimentaire et d’interventions connexes et dans le cadre de certaines activités de prévention en amont.

Science : données probantes produites par l’ASPC Intervention fédérale en matière de santé publique

Le LNM a publié un avis lié à des grappes d’isolats sur le babillard de PulseNet Canada à la suite de la découverte d’isolats semblables au Québec et en Ontario. Un Comité de coordination de l’enquête sur l’éclosion a été créé et s’est penché sur la question.

L’ACIA a demandé un rappel de certaines noix de Grenoble crues écalées vendues préemballées ou en vrac, et l’ASPC a publié un avis d’alerte santé.

Le LLZOA et le LNM ont travaillé en collaboration pour élaborer des données génomiques liées à la santé publique. Le LNM a reçu des fonds accordés à la lutte contre la listériose pour poursuivre son travail d’élaboration de données génomiques s’appuyant sur l’analyse des génomes de listeria.

L’ASPC et la province de l’Ontario ont réussi à isoler une des maladies canadiennes liées à l’éclosion de la bactérie E. coli en Allemagne en juin 2010 — l’ASPC a informé l’OMS comme l’exige le RSI.

Le PICRA a examiné la résistance des poulets aux antimicrobiens et le transfert de la résistance d’un antibiotique précis aux humains — prouvant la possibilité de transmission de souches résistantes observés chez des poulets vendus dans le commerce aux humains et que le retrait volontaire d’un antibiotique précis dès le couvoir diminuait l’exposition des humains par l’entremise du poulet vendu au détail.

Santé Canada a modifié l’étiquetage de l’antibiotique Ceftiofur pour rappeler qu’il ne fallait pas utiliser Ceftiofur à d’autres fins que celles prévues sur l’étiquette.

Même si beaucoup de renseignements sont recueillis grâce aux activités de prévention en amont, il existe peu de données probantes sur l’utilisation de ces renseignements.

Science : données probantes produites par l’ASPC Intervention fédérale en matière de santé publique

Les synthèses de recherche permettent d’analyser la documentation scientifique sur les risques liés à la salubrité des aliments pour trouver les meilleures données scientifiques. Ces travaux sont habituellement réalisés pour étayer les travaux réalisés dans le cadre d’autres activités, surtout les activités de modélisation des risques liés à la santé. Dans le cadre de ces activités, il est possible de s’appuyer sur une documentation « fiable » pour pousser plus loin les recherches et prendre des décisions (décisions fondées sur des données scientifiques)

Les partenaires fédéraux ne connaissaient pas ces activités.

La modélisation du risque permet d’établir à quels points précis du système les interventions permettraient de réduire les risques liés à la santé publique. Cela inclut l'élaboration d’évaluations et de modèles quantitatifs des risques. Les évaluations tentent de cerner des dangers précis (p. ex. le lieu, la voie d’exposition et l’exposition potentielle aux humains). L’analyse se penche sur diverses interventions et permet d’estimer quelle intervention serait la solution optimale pour réduire les maladies humaines et réaliser des économies.

Même si ces travaux sont reconnus à l’échelle internationale, les partenaires fédéraux ne connaissaient pas ces activités ou ne savaient pas quoi faire avec les données scientifiques obtenues de cette façon.

C‑EnterNet permet de repérer des changements touchant les tendances en matière de maladies entériques humaines et les niveaux d’exposition aux pathogènes d’origine alimentaire, animale et hydrique dans une population définie. Au bout du compte, C‑EnterNet tente d’associer les maladies humaines à leur source potentielle (attribution des sources).

La mise en place de C‑EnterNet n’est pas terminée. Par conséquent, aucune donnée sur l’attribution des sources n’est disponible pour l’instant. La valeur des données sur l’attribution des sources a été soulignée — les partenaires fédéraux ont hâte de pouvoir consulter ces données, une fois qu’elles seront disponibles.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :