Groupe de travail spécial sur la pharmacologie clinique de la COVID-19: Déclaration sur la dexaméthasone

Date de la reunion du Groupe de travail special sur la pharmacologie clinique (GTPC) de la COVID-19: 26 juin 2020

Sur cette page

Question

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) s’est adressée au Groupe de travail spécial sur la pharmacologie clinique (GTPC) de la COVID-19 afin de savoir si les avantages connus et possibles de la dexaméthasone l’emportent sur ses risques connus et possibles dans le traitement des patients hospitalisés en raison de la COVID-19 et recevant de l’oxygène.

Recommandations 

Le GTPC recommande, chez les patients hospitalisés atteints de la COVID-19 qui ont besoin d’oxygène supplémentaire ou d’une ventilation mécanique, d’envisager l’administration par voie IV de 6 mg de dexaméthasone IV pendant 10 jours (ou jusqu’à la sortie de l’hôpital si celle-ci a lieu avant) ou d’une dose équivalente de glucocorticoïdes. Ces lignes directrices ne visent pas à remplacer le jugement clinique ni la consultation d’un spécialiste.

Ces recommandations seront mises à jour à mesure que des données probantes sont évaluées par des pairs, notamment en ce qui concerne les risques et les avantages chez les personnes plus âgées, chez celles dont la présentation clinique diffère, et pour différents sous-groupes démographiques démographiques tels que le sexe et l'âge.

Cette déclaration a été approuvé par le groupe de travail sur la pharmacologie clinique le 12 juillet 2020.

Contexte

Au 24 juin 2020, 14 essais cliniques étaient enregistrés dans le monde entier pour étudier la dexaméthasone comme traitement contre la COVID-19; aucun d’entre eux ne comportait de centre de traitement au CanadaNote de bas de page 1. La plus grande étude à ce jour est l’essai RECOVERY mené au Royaume-Uni, un vaste essai clinique randomisé (ECR) qui met à l’essai plusieurs traitements expérimentaux contre la COVID-19 chez des patients hospitalisés, y compris un traitement à faible dose de dexaméthasone.

De nombreuses études observationnelles/rétrospectives ont fait état de résultats cliniques mitigés associés au traitement par corticostéroïdes des patients atteints de la COVID-19, mais les résultats peuvent s’expliquer par le stade de la maladie au moment du traitement.

Lorsque les corticostéroïdes sont administrés au stade précoce de la COVID-19, stade associé à la réplication logarithmique du SRAS-CoV-2, leurs propriétés anti-inflammatoires peuvent atténuer la réponse antivirale. Les preuves probantes confirment la clairance virale retardée lors du traitement de l’infection par le SRASCoV-2Note de bas de page 2 ainsi que de l’infection par le SRAS-CoV-1Note de bas de page 3.

L’administration de corticostéroïdes chez une personne atteinte de la COVID-19 à un stade avancé, stade pouvant être caractérisé par un besoin accru en oxygène et l’admission aux soins intensifs, peut être bénéfique pour contrecarrer la réponse immunitaire dérégulée associée au choc cytokinique/syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) induit par la COVID-19. Les données d’observation le confirment : le taux de mortalité est plus faible chez les patients atteints de la COVID-19 en détresse respiratoire aiguë ayant reçu de la méthylprednisoloneNote de bas de page 4.

L’utilisation de corticostéroïdes pour les cas de SDRA (toutes causes confondues) est controverséeNote de bas de page 5Note de bas de page 6Note de bas de page 7Note de bas de page 8Note de bas de page 9Note de bas de page 10Note de bas de page 11.

Preuves cliniques d’efficacité à ce jour 

Le 22 juin 2020, Horby et ses collaborateurs ont publié un rapport préliminaire des résultats cliniques obtenus dans le groupe de traitement par la dexaméthasone de l’essai RECOVERY sur un site Web de prépublication sans examen par les pairs, un groupe parmi les nombreux groupes de traitements expérimentaux de l’essai RECOVERY, un vaste ECR multicentrique mené dans 176 hôpitaux du National Health Service au Royaume-Uni (n = 2 104 patients randomisés pour recevoir de la dexaméthasone; n = 4 321 patients randomisés pour recevoir la norme de soins)Note de bas de page 12.

Preuves cliniques d’innocuité à ce jour 

Statut de l’autorisation/du permis au Canada

Points à considérer

Remerciements

Cette déclaration a été rédigée par N. Forbes, M. Patel, M. Rieder et M. Salvadori, au nom du groupe de travail sur la pharmacologie clinique (GTPC).

Membres du GTPC : M. Salvadori (coprésidence), M. Rieder (coprésidence), M. Lordkipanidze, R. Hall, M. Piquette-Miller, A. Collier et S. Murthy.

Le GTPC tient à souligner la contribution de N. Abraham, d’A. House, de M. Tunis, d’A. Killikelly, d’Y. Chung, de J. Courtemanche, d’A. Coady, de B. Mitchelmore, d’E. Chong et de R. Goddard.

Le GTPC remercie également l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé pour sa contribution (ACMTS).

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

ClinicalTrials.gov. 2020 [cité le 24 juin 2020]. Accessible à www.clinicaltrials.gov

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Ling, Y. et al. Persistence and clearance of viral RNA in 2019 novel coronavirus disease rehabilitation patients. Chin Med J (anglais), 2020. 133(9) : p. 1039-1043.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Stockman, L. J., R. Bellamy et P. Garner. SARS: systematic review of treatment effects. PLoS Med, 2006. 3(9) : p. e343.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Wu, C. et al. Risk Factors Associated With Acute Respiratory Distress Syndrome and Death in Patients With Coronavirus Disease 2019 Pneumonia in Wuhan, China. JAMA Intern Med, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Annane, D. et al. Guidelines for the Diagnosis and Management of Critical Illness-Related Corticosteroid Insufficiency (CIRCI) in Critically Ill Patients (Part I): Society of Critical Care Medicine (SCCM) and European Society of Intensive Care Medicine (ESICM) 2017. Crit Care Med, 2017. 45(12) : p. 2078-2088.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Fielding-Singh, V., M. A. Matthay et C. S. Calfee. Beyond Low Tidal Volume Ventilation: Treatment Adjuncts for Severe Respiratory Failure in Acute Respiratory Distress Syndrome. Crit Care Med, 2018. 46(11) : p. 1820-1831.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Horita, N. et al. Impact of Corticosteroids on Mortality in Patients with Acute Respiratory Distress Syndrome: A Systematic Review and Meta-analysis. Intern Med, 2015. 54(12) : p. 1473-9.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Hough, C. L. Steroids for acute respiratory distress syndrome? Clin Chest Med, 2014. 35(4) : p. 781-95.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Matthay, M. A. et al. Acute respiratory distress syndrome. Nat Rev Dis Primers, 2019. 5(1) : p. 18.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Meduri, G. U. et al. Prolonged glucocorticoid treatment is associated with improved ARDS outcomes: analysis of individual patients’ data from four randomized trials and trial-level metaanalysis of the updated literature. Intensive Care Med, 2016. 42(5) : p. 829-840.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Meduri, G. U. et al. Steroid treatment in ARDS: a critical appraisal of the ARDS network trial and the recent literature. Intensive Care Med, 2008. 34(1) : p. 61-9.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Horby, P. et al. Effect of Dexamethasone in Hospitalized Patients with COVID-19: Preliminary Report. medRxiv, 2020, p. 2020.06.22.20137273.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Yang, L. et al. A Human Pluripotent Stem Cell-based Platform to Study SARS-CoV-2 Tropism and Model Virus Infection in Human Cells and Organoids. Cell Stem Cell, 2020. 27(1) : p. 125-136.e7.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Li, J. et al. COVID-19 infection may cause ketosis and ketoacidosis. Diabetes, Obesity and Metabolism. N. D.(N. D.).

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Chee, Y. J., S. J. H. Ng et E. Yeoh. Diabetic ketoacidosis precipitated by Covid-19 in a patient with newly diagnosed diabetes mellitus. Diabetes Res Clin Pract, 2020. 164 : p. 108166.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Yang, J. K. et al. Binding of SARS coronavirus to its receptor damages islets and causes acute diabetes. Acta Diabetol, 2010. 47(3) : p. 193-9.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Suh, S. et M. K. Park. Glucocorticoid-Induced Diabetes Mellitus: An Important but Overlooked Problem. Endocrinol Metab (Séoul), 2017. 32(2) : p. 180-189.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :