Chapitre 1 : Le Rapport de L'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada 2010 – Introduction

Chapitre 1 : Introduction

Le présent rapport annuel est le troisième du genre produit par l’administrateur en chef de la santé publique sur l’état de la santé publique au Canada. Il dresse un portrait de l’état de santé et de bien-être des aînés au Canada et présente les facteurs qui influent, positivement ou négativement, sur le vieillissement en santé de la population, notamment les chutes et les blessures qui en résultent, la santé mentale, les mauvais traitements et la négligence, l’appartenance sociale, les modes de vie sains, les soins et les services. Il met également en lumière les principaux secteurs dans lesquels le Canada peut instaurer des conditions plus propices à un vieillissement en santé.

Pourquoi un rapport sur l’état de la santé publique au Canada?

En vertu de la loi, l’administrateur en chef de la santé publique du Canada est tenu de présenter au ministre de la Santé et au Parlement un rapport annuel sur l’état de la santé publiqueNote de bas de page 1.

La santé publique se rapporte aux efforts organisés déployés par une société pour maintenir les personnes en santé et éviter les blessures, les maladies et les décès prématurés. Il s’agit d’un mélange de programmes, de services et de politiques qui visent à protéger et à favoriser la santé des CanadiensNote de bas de page 2 Note de bas de page 3.

L’Agence de la santé publique du Canada et le poste d’administrateur en chef de la santé publique ont été créés en septembre 2004 afin de renforcer la capacité du Canada à protéger et à améliorer la santé de la population canadienneNote de bas de page 1 Note de bas de page 4. En 2006, la Loi sur l’Agence de la santé publique du Canada a confirmé le statut de personne morale de l’Agence et a défini le rôle de l’administrateur en chef (voir l’encadré 1.1 Rôle de l’administrateur en chef de la santé publique du Canada)Note de bas de page 1 Note de bas de page 5.

But du rapport

Dans ses rapports annuels, l’administrateur en chef de la santé publique doit présenter des questions de santé publique qui méritent, selon lui, d’être étudiées plus à fond et de faire l’objet d’interventions au Canada. Il doit également fournir aux Canadiens de l’information sur les facteurs qui contribuent à la santé. Cela dit, ces rapports ne représentent pas la politique du gouvernement du Canada en matière de santé et ne se limitent pas aux activités fédérales, provinciales ou territoriales. Ils n’ont pas non plus pour but de fournir un cadre stratégique, mais plutôt de présenter les constatations qu’a faites l’administrateur en chef concernant l’état de la santé publique dans l’ensemble du pays en se fondant sur des données factuelles. Ces rapports doivent servir à renseigner les Canadiens sur des questions importantes qui peuvent avoir des répercussions sur leur santé, tout au long de leur vie, et à présenter des pratiques exemplaires pour l’amélioration de l’état de santé collectif. Chaque rapport décrit des approches éprouvées ou prometteuses adoptées par d’autres pays et d’autres collectivités, notamment dans le cadre de programmes ou d’activités. Ces approches peuvent être une source d’inspiration et donner lieu, éventuellement, à une collaboration ou une intervention des gouvernements, des autorités, des secteurs, des collectivités, des organisations ou des citoyens.

Le Rapport de l’administrateur en chef de la santé publique sur l’état de la santé publique au Canada, 2009 : Grandir sainement – Priorités pour un avenir en santé révélait que le Canada devait, comme société, permettre à sa population de jouir d’une bonne santé physique et mentale à toutes les étapes de sa vie, et de l’améliorer et la préserver aussi longtemps que possibleNote de bas de page 6. Le Rapport de l’administrateur en chef de la santé publique au Canada 2010 : Vieillir – Ajouter de la vie aux années, s’inspire des conclusions du rapport de 2009 et s’intéresse, pour sa part, à la santé et au bien-être des aînés du Canada et à l’importance d’offrir aux Canadiens des possibilités de vieillir en santé tout au long de leur vie.

De qui est-il question dans ce rapport?

Même si le rapport porte sur la santé des aînés, il concerne en fait tous les Canadiens. En effet, chacun a un rôle à jouer et peut profiter des possibilités de vieillir en santé, maintenant et à l’avenir.

Le terme générique aîné est utilisé tout au long du rapport. Bien qu’il n’existe aucune définition universellement reconnue de ce qu’est un aîné, la plupart des données, des questions de santé et des mesures de santé publique qui concernent les aînés ciblent les personnes de 65 ans et plus. On reconnaît que certains segments de la population ont une espérance de vie moindre en raison de différents déterminants de la santé et peuvent, de ce fait, vieillir prématurément et être considérés comme des aînés avant l’âge de 65 ans. Cependant, aux fins du présent rapport, le mot aîné se rapportera aux personnes de 65 ans et plusNote de bas de page 7 Note de bas de page 8. Par conséquent, des termes tels que personne âgée et personne de santé fragile, considérés comme des descriptifs, ne sont pas utilisés dans le rapport, à moins qu’ils apparaissent dans la description d’un programme.

Par ailleurs, le terme Canadien se réfère à toute personne résidant dans les limites géographiques du Canada. Dans certains cas, des termes spécifiques sont utilisés pour désigner des groupes en particulier. Par exemple, le mot Autochtone renvoie aux trois groupes reconnus par la Constitution, c’est-à-dire les Indiens, les Inuit et les Métis. Bien que le terme Premières nations ne soit pas reconnu par la Constitution, il s’utilise pour décrire les Indiens inscrits en vertu de la Loi sur les Indiens et les Indiens non inscrits. Lorsque des données concernant ces groupes de population sont disponibles, des détails sont fournis par souci de clarté.

Contenu du rapport

Le rapport se divise en chapitres, dont le contenu est résumé ci-dessous.

Pour un vieillissement en santé : L’expérience du Canada. Le chapitre 2 initie aux concepts de vieillissement en santé et de trajectoire de vie. Il rappelle les événements marquants de l’histoire du Canada et souligne les succès et les difficultés que le pays a connus en cherchant à instaurer des conditions propices à un vieillissement en santé.

La santé et le bien-être des aînés au Canada. Le chapitre 3 s’intéresse à l’état de santé actuel des aînés au Canada : leur santé physique, leur santé mentale, leur bien-être économique et leur sentiment de bien-être, et explore les principaux facteurs ayant une incidence sur leur santé.

Créer les conditions pour un vieillissement en santé. Le chapitre 4 offre des solutions susceptibles de favoriser un vieillissement en santé et cite en exemple des interventions, des politiques et des programmes. Certains d’entre eux se sont avérés efficaces et il y aurait lieu d’en généraliser l’application; d’autres se sont révélés prometteurs et devraient faire l’objet de plus amples recherches.

Vers un vieillissement en santé. Le chapitre 5 résume les sujets abordés dans les chapitres précédents. On y présente les six principales sphères d’intervention et on propose une série de recommandations et d’engagements de nature à favoriser le vieillissement en santé de la population canadienne.

Encadré 1.1 Le rôle de l’administrateur en chef de la santé publique du Canada

L’administrateur en chef

  • est l’administrateur général de l’Agence de la santé publique du Canada et relève du ministre de la Santé;
  • est le premier professionnel de la santé publique du gouvernement fédéral et fournit, à ce titre, des avis au ministre de la Santé et au gouvernement du Canada sur des questions de santé publique;
  • gère les activités courantes de l’Agence de la santé publique du Canada;
  • collabore avec d’autres gouvernements, autorités, agences, organismes et pays sur des dossiers de santé publique;
  • s’adresse aux citoyens, aux professionnels de la santé et aux intervenants canadiens sur des sujets liés à la santé de la population;
  • est tenu par la loi de soumettre au gouvernement du Canada un rapport annuel sur l’état de la santé publique au Canada;
  • peut présenter, au besoin, tout rapport qui s’impose sur une question de santé publiqueNote de bas de page 5.

En cas d’urgence de santé publique, telle qu’une épidémie ou une catastrophe naturelle, l’administrateur en chef de la santé publique :

  • renseigne et conseille le ministre de la Santé et d’autres personnes, s’il y a lieu;
  • collabore avec des homologues d’autres ministères, autorités ou pays, ainsi qu’avec des experts et des représentants élus, à la diffusion d’information à l’intention des Canadiens;
  • dirige le personnel de l’Agence de la santé publique du Canada dans son travail de planification et d’intervention en situation d’urgence;
  • coordonne le travail d’échange d’information et les plans d’intervention avec les scientifiques et les experts du gouvernement fédéral ainsi qu’avec les médecins hygiénistes en chef des provinces et des territoires du CanadaNote de bas de page 5.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :