Remerciements : Rapport de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada 2009

Remerciements

De nombreuses personnes et organisations ont participé à l’élaboration du Rapport de l’administrateur en chef de la santé publique sur l’état de la santé publique au Canada 2009 : Grandir sainement — Priorités pour un avenir en santé.

Je tiens d’abord à exprimer ma gratitude à tous ceux et celles qui ont fourni conseils, soutien stratégique et savoir-faire dans le cadre de cette publication :

  • L’honorable Gary Filmon, C.P., O.M., directeur administratif, The Exchange Group;
  • John Frank, directeur, Scottish Collaboration for Public Health Research and Policy; professeur, Département des sciences de la santé publique, Université de Toronto;
  • Sénateur Wilbert J. Keon, Sénat du Canada;
  • Richard Massé, directeur, École de santé publique, Université de Montréal;
  • David Mowat, médecin-hygiéniste, région de Peel, Ontario;
  • Jeff Reading, professeur et directeur, Centre de recherche sur la santé des Autochtones, Université de Victoria;
  • Brenda Zimmerman, directrice, Health Industry Management Program; professeure agrégée (stratégie et politique), Schulich School of Business, Université York.

J’aimerais ensuite remercier tous les représentants et les groupes de l’Agence de la santé publique du Canada qui ont apporté leur contribution. J’aimerais souligner tout particulièrement les efforts déployés, du début à la fin, par l’Unité des rapports de l’administrateur en chef de la santé publique, au Bureau de la pratique en santé publique : Sarah Bernier, Jane Boswell-Purdy, Suzanne A. Boucher, Rhoda Boyd, Paula Carty, Camille Des Lauriers, Stephanie Jackson, Valerie Jerabek, Tasheen Kara, Shelley Lafleur, Renée Pugsley, Erin L. Schock, Jennifer Lynn Scott, Melannie Smith, Andrea Sonkodi, Crystal Stroud et Emily Wilkins.

Je tiens aussi à remercier les membres du groupe cadre de conseillers de 2008–2009 : Brooke Bryce, John Carta, Mette Cornelisse, Maureen Hartigan, Mana Herel, Semaneh Jemere, Erin Kingdom, Leanne Maidment, Annie McEwen, Leonora Montuoro, Howard Morrison, Karen Radke, Lindsay Sprague, Kelly Stang, Jan Trumble-Waddell, Paul Varughese et Jaqueline Wrightsell.

Je voudrais également souligner la contribution des évaluateurs et autres personnes de l’extérieur :

  • Kim Barker, conseillère en santé publique, Assemblée des Premières Nations;
  • Cindy Blackstock, directrice générale, Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières nations du Canada;
  • Mark Buell, directeur, Unité des communications et de la recherche, Organisation nationale de la santé autochtone;
  • Liane Comeau, Conseillère scientifique, Institut national de santé publique du Québec;
  • Nancy Edwards, professeure, Département d’épidémiologie et de médecine communautaire, École des sciences infirmières, Université d’Ottawa; titulaire d’une chaire en sciences infirmières de la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé et des Instituts de recherche en santé du Canada; directrice scientifique, Institut de la santé publique et des populations, Instituts de recherches en santé du Canada;
  • Catherine Graham, directrice, Centre des Métis, Organisation nationale de la santé autochtone;
  • Sandra Griffin, sous-ministre adjointe, Assurance de la qualité intégrée, ministère de l’Enfance et de la Famille de la Colombie-Britannique;
  • Elizabeth Gyorfi-Dyke, consultante en santé;
  • Clyde Hertzman, directeur, Human Early Learning Partnership, Université de la Colombie-Britannique; chaire de recherche du Canada en santé des populations et en développement humain;
  • Duncan Hunter, professeur agrégé, Département de santé communautaire et d’épidémiologie, Université Queen’s;
  • Lori G. Irwin, directrice adjointe, Human Early Learning Partnership, Université de la Colombie-Britannique;
  • Ian Johnson, professeur agrégé, Dalla Lana School of Public Health, Université de Toronto;
  • Dianne Kinnon, directrice, Inuit Tuttarvingat, Organisation nationale de la santé autochtone;
  • Denise Kouri, Kouri Research;
  • Michael Kramer, directeur scientifique, Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents, Instituts de recherche en santé du Canada;
  • James Lamouche, agent de recherche, Organisation nationale de la santé autochtone;
  • Dawn Marsden, agente de recherche principale, Centre des Premières Nations, Organisation nationale de la santé autochtone;
  • Melanie Morningstar, analyste principale des politiques, Assemblée des Premières Nations;
  • Cory Neudorf, médecin-hygiéniste en chef, Régie régionale de la santé de Saskatoon;
  • Paulette C. Tremblay, directrice générale, Organisation nationale de la santé autochtone;
  • Richard E. Tremblay, professeur, Départements de pédiatrie, de psychiatrie et de psychologie, Université de Montréal;
  • Pierre Turcotte, directeur adjoint, Direction des partenariats et des relations internationales, Institut du développement et de la santé des enfants et des adolescents, Instituts de recherche en santé du Canada;
  • Erin Wolski, directrice de la santé, Association des femmes autochtones du Canada;
  • Maria-Victoria Zunzunegui, Professeure, Département de médecine sociale et préventive, Université de Montréal.

Enfin, j’aimerais adresser des remerciements tout particuliers aux représentants d’autres ministères, organismes et programmes fédéraux qui ont collaboré à la présente publication :

  • Affaires indiennes et du Nord Canada;
  • Bureau du Conseil privé;
  • Instituts de recherche en santé du Canada;
  • Ressources humaines et Développement des compétences Canada;
  • Santé Canada;
  • Sécurité publique Canada.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :