La dépression pendant la grossesse

Avoir un bébé peut être l'un des plus beaux moments de votre vie, mais il peut aussi représenter une source de stress. Vous vivez beaucoup de bouleversements, et il peut arriver que l'avenir vous inquiète.

Si vous souffrez de stress et d'anxiété, sachez qu'il y a des ressources qui peuvent vous aider à gérer votre bien-être émotionnel. Si vous vous sentez dépassée par la situation, n'hésitez pas à demander de l'aide si vous en avez besoin.

Si vous croyez être atteinte de dépression, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé dès que possible. Consultez la liste des symptômes de dépression ci-dessous; elle peut vous aider à y voir plus clair.

Sur cette page

Rester en bonne santé

Il est tout à fait normal d'être en proie à de nombreuses émotions différentes pendant la grossesse. Lorsque vous êtes enceinte, votre corps produit de nombreuses hormones qui exercent un effet sur les émotions. Alors que vos hormones fluctuent, vous pourriez remarquer que vous êtes plus irritable, que vous pleurez plus facilement et que vous êtes plus anxieuse et agitée. Normalement, ces sautes d'humeur se manifestent de la sixième à la dixième semaine de grossesse, puis de nouveau au troisième trimestre.

Stratégies d'auto-soins

Si vous vous sentez dépassée par la situation, tentez ces stratégies de soins de la santé émotionnelle.

  • Faire de l'exercice et bien manger pour rester de bonne humeur.
    Assurez-vous de manger suffisamment, et ne sautez pas de repas. Buvez beaucoup d'eau. Restez active, par exemple, en allant marcher à l'extérieur ou en pratiquant la natation; ces activités vous donneront un regain d'énergie.
  • Éviter le stress.
    Si certaines personnes ou situations vous stressent, évitez-les autant que possible. N'acceptez pas de nouvelles responsabilités au travail ou dans votre entourage; apprenez à dire non. Si vous en avez trop à faire, vous pourriez devenir stressée
  • Prendre le temps de se détendre et de se reposer au besoin.
    Prenez du temps pour vous, faites une sieste ou ralentissez un peu. Accordez-vous du repos lorsque la fatigue se manifeste.
  • Accepter les offres d'aide de votre famille et de vos amis.
    Il n'y a rien de mal à se laisser aider et à demander de l'aide pour différents travaux et tâches ménagères. Ce qui importe le plus, c'est de vous reposer, de prendre soin de vous et de diminuer votre niveau de stress.
  • Faire part de ses pensées et de ses sentiments aux autres.
    Si quelque chose vous inquiète, vous bouleverse ou vous stresse, le simple fait d'en parler peut vous aider. Confiez-vous à votre partenaire, à un ami en qui vous avez confiance ou à un membre de votre famille. Également, il est important d'aborder avec votre fournisseur de soins de santé toute inquiétude et toute situation qui provoque de l'anxiété.

Savoir reconnaître les signes de dépression

Il est parfois difficile de donner un nom à ce que vous ressentez. Serait-ce une dépression? Êtes-vous en proie à des fluctuations hormonales ou à des sautes d'humeur? Si vous vous sentez triste, en colère et anxieuse, il se peut que vous hésitiez à en parler. Peut-être pensez-vous que personne ne peut vous comprendre et qu'on vous jugera.

Les pensées et les sentiments qui vous habitent vous inquiètent, ou vous en avez honte? Ne laissez pas votre gêne ou vos peurs vous empêcher de dire à votre fournisseur de soins de santé comment vous vous sentez vraiment. Ce dernier peut uniquement poser un diagnostic si vous lui faites part de vos symptômes. De plus, si vous n'obtenez pas d'aide, votre état pourrait empirer avec le temps.

Au deuxième trimestre, la plupart des femmes se sentent mieux, car leur organisme s'est adapté aux fluctuations hormonales. Elles sont donc moins susceptibles aux sautes d'humeur. Si vous avez encore des troubles émotionnels, des pensées perturbantes ou des symptômes physiques à ce moment, consultez votre fournisseur de soins de santé. On pourrait être en mesure de vous diagnostiquer plus rapidement à cette étape de la grossesse.

Signes et symptômes

Si vous pensez  être atteint de dépression, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé aussi tôt que possible. Certains symptômes de la dépression peuvent se manifester aussitôt qu'à deux semaines de grossesse. En voici quelques-uns.

  • Crises de larmes
  • Insomnie
  • Perte d'intérêt dans la vie en général
  • Crises de panique

Vous trouverez ci-dessous une liste des symptômes de dépression. Si l'un de ces symptômes dure au moins deux semaines ou vous inquiète, consultez votre fournisseur de soins de santé.

  • Humeur dépressive ou tristesse extrême
  • Crises de larmes sans raison apparente
  • Sentiments de culpabilité, d'inutilité ou de désespoir
  • Inquiétude, manque de contrôle ou d'énergie
  • Difficulté à se concentrer ou pensées désordonnées
  • Sentiments de culpabilité ou d'insuffisance en tant que mère en devenir
  • Changement dans le sommeil ou l'appétit (par exemple, dormir ou manger trop ou pas assez)
  • Isolement quant à son partenaire, à sa famille, à ses amis, à ses collègues

Avez-vous des pensées suicidaires ou des pensées incitant à vous faire du tort ou à faire du tort aux autres? Dans l'affirmative, consultez votre fournisseur de soins de santé immédiatement.

Causes et facteurs déclencheurs

De nombreux facteurs différents pourraient expliquer pourquoi vous êtes plus susceptible à la dépression pendant une grossesse. Le risque accru peut avoir des causes physiques, et une situation stressante peut provoquer une dépression.

Vous pourriez être plus à risque de faire une dépression si :

  • vous avez une prédisposition génétique, surtout dans le cas de la dépression post-partum;
  • vous avez fait une dépression pendant l'adolescence ou au début de votre vie d'adulte;
  • vous avez fait une dépression après la naissance d'un autre bébé;
  • votre grossesse n'était pas désirée;
  • vous étiez une femme infertile qui tombe finalement enceinte à la suite de traitements hormonaux.

Vous êtes peut-être dans une situation qui peut déclencher une dépression dans les situations suivantes :

  • Manque de soutien perçu de la part de son partenaire
  • Isolement et absence d'une autre forme de soutien social
  • Antécédents de mauvais traitement ou de violence
  • Dépendance à des drogues ou à l'alcool
  • Événements stressants vécus récemment (comme le décès d'un être cher, un déménagement ou un changement d'emploi)

Pour certaines femmes, le stress lié au fait de devenir mère, les responsabilités nouvelles et les tensions financières suffisent à les rendre anxieuses et déprimées.

Obtenir de l'aide en cas de dépression

Si vous vous sentez déprimée pendant votre grossesse, il se peut que vous ayez tendance à fuir les soins comme les soins prénataux, ou que vous ne mangiez ou ne dormiez pas bien. C'est pourquoi demander de l'aide en cas de dépression est si important, tant pour votre santé que pour celle de votre bébé.

Raisons pour demander de l'aide

Traiter la dépression pendant la grossesse peut vous protéger de la dépression après la naissance.

Une dépression non traitée, après la naissance, peut mener à :

  • des interactions négatives avec votre bébé;
  • moins de contacts visuels pendant les boires;
  • des comportements moins enjoués avec le bébé;
  • un isolement par rapport au bébé.

Les bébés de mères dont la dépression n'est pas traitée peuvent :

  • fuir le regard de leur mère;
  • pleurer davantage, être tristes et agités;
  • avoir du mal à dormir.

Si vous êtes traitée pour votre dépression rapidement, vous pouvez réduire les effets de votre dépression sur votre enfant. De plus, si votre dépression est traitée pendant votre grossesse, vous réduirez le risque de développer une dépression post-partum.

Il est normal de se sentir émotive pendant les premiers jours et premières semaines de la vie de votre bébé. On utilise souvent l'expression « avoir les baby blues » pour désigner ces sentiments, qui devraient s'estomper avec le temps si vous vous reposez et demandez de l'aide aux autres.

Il est normal de se sentir émotive pendant les premiers jours et premières semaines de la vie de votre bébé. On utilise souvent l'expression « avoir les baby blues » (ou « avoir le syndrome du troisième jour ») pour désigner ces sentiments qui devraient s'estomper avec le temps si vous vous reposez et demandez de l'aide aux autres.

Si vous estimez que vos symptômes empirent, ou si vous avez du mal à les gérer, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé.

Comment parler à son fournisseur de soins de santé

Il est parfois difficile de distinguer les symptômes de la dépression des symptômes de la grossesse, car ils sont semblables et portent à confusion. Parlez souvent de la façon dont vous vous sentez à votre fournisseur de soins de santé.

Assurez-vous de parler de ce qui suit.

  • L'intensité de vos émotions (par exemple, à quel point vous êtes triste)
  • La fréquence de ces émotions (par exemple, la fréquence à laquelle vous pleurez
  • La façon dont vos émotions nuisent à :
    • Votre vie
    • Votre capacité de prendre soin de vous
    • Votre vie personnelle et votre travail
    • Vos interactions avec votre partenaire, votre famille et vos amis
  • Problèmes de sommeil et d'appétit - vous dormez et mangez trop ou pas assez
  • Si vous avez eu des sentiments de désespoir et des pensées suicidaires

N'oubliez pas que votre fournisseur de soins de santé ne peut pas lire dans vos pensées. Il ou elle ne sait pas ce que vous vivez au quotidien. Vous devez dire à votre fournisseur de soins de santé tout ce que vous faites, comment vous vous sentez et ce que vous pensez, surtout si vos pensées et vos gestes vous effraient.

Si votre fournisseur de soins de santé n'est pas disponible, consultez les services médicaux d'urgence les plus près pour en parler à quelqu'un.

Options de traitement

Si vous êtes déprimée, vous pourriez avoir besoin de counseling ou de médicaments. Si le counseling n'est pas efficace, votre fournisseur de soins de santé pourrait opter de prescrire un médicament.

Les recherches les plus récentes démontrent qu'il existe des types d'antidépresseurs et d'anxiolytiques qui sont sans danger pour la grossesse. Les médicaments sont normalement utilisés au cours du deuxième trimestre, pour que l'on soit assuré qu'ils sont sans danger pour le fœtus.

Il faut parfois attendre de quatre à six semaines pour savoir si le médicament est efficace. Ne cessez pas de prendre le médicament sans en parler d'abord à votre fournisseur de soins de santé. Si vous cessez soudainement de prendre vos médicaments, vous pourriez subir d'importants symptômes de sevrage, sombrer de nouveau dans la dépression et avoir des pensées suicidaires.

Obtenir des soins médicaux est la meilleure chose que vous pouvez faire pour vous rétablir.

Votre partenaire, votre famille et vos amis peuvent également vous soutenir. Ils peuvent vous faire savoir qu'ils ont votre bien-être à cœur et vous aider en :

  • vous accompagnant à vos rendez-vous médicaux;
  • vous aidant avec les tâches ménagères quotidiennes, comme cuisiner et faire le ménage;
  • offrant de garder vos autres enfants, si vous en avez déjà.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :