Diabète au Canada (1999): Statistiques nationales et possibilités d'accroître la surveillance, la prévention et la lutte

No HTML value set or detected. Use dialog in edit mode to add HTML.

Lire le plus récent rapport sur le Diabète au Canada : Perspective de santé publique sur les faits et chiffres (2011)

Ce rapport de 1999 a été mis à la disposition des professionnels et des organisations de santé publique en vue de mettre au point des politiques et des programmes de prévention et de gestion du diabète et de ses complications qui soient efficaces et qui se fondent sur des données probantes. Cette première édition du rapport sur le diabète au Canada (1999) a fourni d'importants renseignements permettant d'accroître les connaissances et de mieux comprendre ce qu'est le diabète au Canada.

Lire les faits saillants du rapport ci-dessous ou demander une version électronique complète.

Inscrivez votre courriel pour recevoir un exemplaire du rapport intégral en format PDF.

Votre adresse de courriel constitue un renseignement personnel. Vous avez le droit de savoir à quelle fin est recueillie, utilisée et conservée votre information. Avant de fournir vos renseignements personnels, veuillez consulter l'énoncé de confidentialité.

Faits Saillants

Prévalence

  • Les sources de données actuelles indiquent que de 1,2 à 1,4 million de Canadiens et de Canadiennes, âgés de 12 ans et plus, souffrent probablement du diabète, mais seulement quelque 800 000 ont fait l'objet d'un diagnostic.
  • La prévalence du diabète augmente avec l'âge : cette maladie a été diagnostiquée chez 3 % des personnes âgées de 35 à 64 ans, et 10 % des personnes de 65 ans et plus.
  • La prévalence du diabète est à peu près trois fois plus élevée chez les membres des Premières Nations que dans l'ensemble de la population. Le taux de prévalence standardisé pour l'âge du diabète diagnostiqué est de 10 % chez les membres des Premières Nations âgés de 15 ans et plus, et de 22,8 % chez ceux de 65 ans et plus.

Incidence

  • Selon les estimations, 60 000 Canadiens et Canadiennes font l'objet d'un diagnostic de diabète chaque année.

Incapacité et manque à produire

  • Le diabète entraîne plus de jours d'incapacité et de perte de productivité. Parmi la population en âge de travailler (entre 35 et 64 ans), 23 % des diabétiques ont eu au moins un jour d'incapacité au cours d'une période de deux semaines, comparativement à seulement 11 % des non-diabétiques. On remarquera que les jours d'incapacité ne sont pas nécessairement dus au diabète.

Utilisation des soins de santé

  • Selon les taux actuels (1995) standardisés pour l'âge (en fonction de la population canadienne de 1991) relatifs au diabète, on dénombre 112 congés des hôpitaux et 1 368 jours d'hospitalisation pour 100 000 habitants par année (taux bruts pour 1995 : 115 congés des hôpitaux et 1 427 jours d'hospitalisation pour 100 000 habitants par année).
  • Parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, 24 % des diabétiques ont indiqué avoir fait au moins un séjour d'une nuit dans un hôpital, un centre d'accueil ou une maison de convalescence au cours des 12 mois précédents, comparativement à 14 % des non-diabétiques.
  • Au cours de l'année précédente, les diabétiques de 65 ans et plus ont utilisé deux fois plus les soins à domicile (16 %) que les non-diabétiques (9 %).

Mortalité

  • Selon les certificats de décès, le diabète a été la cause sous-jacente de 5 447 décès en 1996. Le diabète vient ainsi au septième rang parmi les principales causes de décès au Canada. Toutefois, le nombre réel de décès dans lesquels le diabète a joué un rôle est probablement cinq fois plus élevé. Les taux annuels de mortalité standardisés pour l'âge (en fonction de la population canadienne de 1991) en ce qui concerne le diabète sont en hausse depuis le début des années 80, le taux actuel (1996) s'établissant à 16,8 pour 100 000 habitants.
  • En 1996, on a dénombré environ 25 000 années potentielles de vie perdues (APVP) avant l'âge de 75 ans à cause du diabète, ce qui représente un taux standardisé pour l'âge de 85 pour 100 000 habitants. On note, depuis 1983, une augmentation du taux d'APVP dûes au diabète standardisé pour l'âge.
  • Les projections en ce qui a trait aux tendances futures de la mortalité due au diabète jusqu'en l'an 2016 mettent en évidence une augmentation exponentielle du nombre de décès dus au diabète chez les hommes, et une augmentation encore plus linéaire chez les femmes.

Fardeau financier

  • On estime que le fardeau financier associé au diabète et à ses complications au Canada s'élèverait à 9 milliards de dollars par année, si l'on prend en compte le coût direct des soins de santé et les coûts indirects, notamment la perte de productivité due à la morbidité et aux décès prématurés imputables au diabète.

Obésité : un facteur de risque modifiable du diabète

  • La majorité (59 %) des diabétiques de 35 à 64 ans ont un excédent de poids.

Complications à long terme

  • Dans le groupe des 35 à 64 ans, les diabétiques courent un risque six fois plus élevé de souffrir de cardiopathie ou d'un accident vasculaire cérébral que les non-diabétiques; parmi les 65 ans et plus, le risque est deux fois plus élevé.
  • Parmi les personnes de 65 ans et plus, la perte permanente de la vue, les cataractes et le glaucome sont nettement plus répandus chez les diabétiques que chez les non-diabétiques.
  • Entre 1981 et 1996, le pourcentage de nouveaux cas d'insuffisance rénale due au diabète a grimpé de 16 % à 28 %. En décembre 1996, 3 340 diabétiques étaient traités pour une insuffisance rénale.

Possibilités de prévention

  • Il y a lieu de mener des recherches sur la prévention et le traitement de l'obésité et l'inactivité physique, qui constituent les deux plus importants facteurs de risque modifiables du diabète de type 2.
  • Une surveillance rigoureuse de la glycémie permet de réduire de façon marquée les taux de complications microvasculaires (rétinopathie et néphropathie). Un bon contrôle de la pression artérielle peut entraîner une réduction importante des complications macrovasculaires (comme la cardiopathie et l'accident vasculaire cérébral) dans le diabète de type 2.
  • Afin de parvenir à guérir cette maladie, il nous faudra obtenir un appui financier plus considérable pour déterminer les causes du diabète de type 1 (lequel se déclare habituellement chez les moins de 40 ans).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :