Archivée : Étude de cas nº5 : Réduire les disparités sur le plan de la santé en lien avec le diabète : Leçons retenues grâce au programme communautaire de la stratégie canadienne sur le diabète

 

Étude de cas nº5: Lutter contre l'obésité infantile grâce à une stratégie communautaire de dépistage et de mobilisation des familles migrantes à haut risque : Les familles en action : ressource pour la prévention du diabète chez les enfants dans le village global

Organisation responsable

  • Circonscription sanitaire de Middlesex-London

Principaux partenaires

  • Collège universitaire Brescia
  • Children's Hospital of Western Ontario
  • London Health Sciences Centre
  • Schulich School of Medicine and Dentistry
  • Programme de soutien aux soins primaires du diabète de l'hôpital St. Joseph's Health Care
  • Université de Western Ontario
  • YMCA de London

Bailleurs de fonds

  • Association canadienne du diabète
  • Agence de la santé publique du Canada
  • The Lawson Foundation

Groupe ciblé

  • Enfants latino-américains et leurs familles

Communautés

  • London, Ontario (et certains lieux à Toronto et Ottawa)

Contexte

London compte l'une des communautés latino-américaines qui connaît le plus fort taux de croissance en Ontario. À London, nous estimons que 35 % des enfants latino-américains ont un surplus de poids et que 24 % sont obèses—soit plus du double des proportions d'enfants de la population générale de la ville. La prévention de l'obésité est reconnue comme une étape essentielle de la prévention du diabète de type 2. Comparativement au taux de diabète de type 2 de la population générale, celui des adultes latino-américains est de trois à quatre fois plus élevé. Selon les estimations, les enfants dont les parents souffrent de diabète sont deux fois plus susceptibles d'en souffrir eux-mêmes que les autres enfants.

Le programme Families in Action (FIA) vise à répondre aux besoins de la population latine de London en identifiant les enfants les plus susceptibles de développer des conditions médicales liées à l'obésité, comme le diabète.

Mise en oeuvre

Le programme en deux volets comprenait le dépistage et une intervention de six mois chez les enfants à haut risque et leur famille.

Dépistage

Les activités de recrutement et de dépistage du diabète ont eu lieu dans les centres communautaires locaux et dans les églises. Nous avons mesuré la taille et le poids des enfants, ce qui a servi à calculer leur indice de masse corporelle (IMC). Les enfants dont l'IMC était supérieur au 85e centile pour leur âge et leur sexe étaient invités à participer à l'intervention. Nous avons alors recueilli de l'information sur les antécédents familiaux, les habitudes liées à l'alimentation et à l'activité physique, les antécédents d'allaitement et le poids à la naissance.

  • Nous avons mesuré un total de 178 enfants de 6 à 12 ans.
  • De ceux ci, 71 (40 %) étaient obèses ou avaient un surplus de poids.
  • Les 71 enfants ont pris part au programme.

Intervention intensive de six mois

Les enfants et leur famille ont participé à des séances d'intervention d'une heure, chaque mois pendant six mois. Nous leur avons demandé de remplir un sondage sur l'information de base, comme le niveau d'activité physique et le temps passé devant un écran. Nous avons mesuré la taille, le poids et le tour de taille des enfants, et ces derniers ont participé à un test de course en navette.

Les enfants et leur famille ont rencontré le gestionnaire de cas en vue de fixer avec la famille un ou deux grands objectifs pour le mois (p. ex. réduire le nombre de boissons sucrées consommées). Le gestionnaire leur fournissait aussi soutien et encadrement pour les aider à réaliser ces objectifs. Subséquemment, nous avons invité les enfants à participer à un programme de nutrition. Ils ont appris à préparer une collation saine à l'aide d'une recette qui leur était fournie. Les parents ont eu la possibilité de poser des questions aux diététistes.

Évaluation

L'unité de santé publique, la communauté et les établissements d'enseignement ont évalué le projet en partenariat. Les mesures des participants (taille, poids, condition physique, habitudes alimentaires) étaient prises avant le début du programme, et le suivi a été fait sur une période de 12 mois. Nous avons recueilli l'information sociodémographique et sur la salubrité des aliments avant le début du programme dans le cadre d'entrevues personnelles. Des groupes de discussion ont permis d'examiner l'utilité de la ressource de formation et l'adaptabilité du modèle de FIA.

Résultats

À la suite de cette intervention de six mois, nous avons constaté les améliorations suivantes :

  • une augmentation de l'activité physique de 46 minutes par jour*;
  • une réduction du temps passé devant un écran de 55 minutes par jour*;
  • la consommation de fruits et de légumes a augmenté de 1,1 portion par jour*;
  • la consommation de malbouffe a diminué de 3,3 fois par semaine*;
  • l'indice de masse corporelle (IMC) a diminué*.

(* Statistiquement significatif P<0,05)

Rejoindre la population

  • Le FIA a été présenté dans le cadre de rencontres communautaires, de tribunes communautaires sur la santé et d'entrevues radiophoniques en espagnol et dans les églises et les bulletins locaux rédigés en espagnol.
  • Les travailleurs en service social individualisé étaient des membres respectés de la communauté, qui ont contribué à faire accepter le programme.
  • En vue de surmonter les obstacles à la réalisation du programme, nous avons remis aux familles un laissez- passer gratuit pour le YMCA pour les trois premiers mois du programme et nous avons subventionné leurs frais d'inscription par la suite (35 $/famille/mois). En outre, nous avons donné aux familles des billets de transport en commun pour leur permettre de participer sans frais aux séances et des bons d'échange pour acheter des fruits et légumes.
  • Ces incitatifs (p. ex. inscription au YMCA, bons d'échange d'épicerie, coût du transport en commun) ont favorisé la participation et les comportements sains.

Leçons retenues

  • Les obstacles aux comportements sains dans la population ciblée se trouvaient au-delà du secteur de la santé. Il y avait des problèmes d'établissement, de logement et d'emploi. Le manuel de ressources élaboré pour les travailleurs en service social individualisé fournit de l'information en vue d'aider à supprimer ces obstacles.
  • Les leçons retenues de ce programme pilote à London ont servi à adapter le programme à trois nouveaux centres, soit dans un autre quartier de London, à Ottawa et à Toronto. Ces centres servent les populations sud-asiatiques, latino-américaines et africaines. À l'aide du manuel de ressources de FIA et d'une petite subvention, chaque centre a adapté le programme en vue de répondre aux besoins de sa population cible. L'adaptabilité et l'efficacité du modèle de FIA fait l'objet d'une évaluation dans ces nouveaux lieux en vue de déterminer s'il peut être utilisé pour d'autres communautés ethnoculturelles et dans d'autres milieux urbains.

« Il faut aborder le problème de l'obésité infantile du point de vue de la famille pour avoir le plus d'impact. »

Coordonnatrice du projet FIA

Ressources

Families in Action a créé un manuel de ressources avec des instructions étape par étape en vue de lancer un programme de prévention du diabète pertinent sur le plan culturel dans la communauté. Le manuel est conçu à l'intention des organismes communautaires qui servent les nouveaux arrivants dans les communautés ou des personnes responsables de la prévention du diabète.

Téléchargez le manuel complet et d'autres ressources à l'adresse suivante : www.gvfia.com

Pour en savoir davantage
Gillian Mandich, coordonnatrice du projet
Courriel : gmandich@uwo.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :