Glossaire : Rapport du Système national de surveillance des maladies chroniques : L'hypertension au Canada, 2010

Glossaire

Normalisés selon l'âge : Les taux sont ajustés pour tenir compte des différences dans les structures d'âge dans la population au fil du temps. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la documentation relative aux méthodesNote de bas de page 25 (Système national de surveillance du diabète).

Diagnostic de diabète : Le système de surveillance répertorie les données relatives aux résidants du Canada ayant utilisé le système de santé. Pour répondre à la définition de cas de diabète utilisée par le système, une personne doit être assurée, être âgée d'au moins un an et avoir l'un des deux éléments suivants : un congé de l'hôpital marqué du code de diabète (code 250 de la CIM-9 ou de la CIM-9-CM ou encore les codes E10 à E14 de la CIM-10-CA), sélectionné à partir de tous les codes de diagnostic du dossier de l'hôpital, ou au moins deux factures du médecin en deux ans avec le code 250 de la CIM-9, sélectionné à partir du premier champ de diagnostic sur la demande.

Diagnostic d'hypertension : Le système répertorie les données relatives aux résidants du Canada ayant utilisé le système de santé. Pour répondre à la définition de cas d'hypertension utilisée par le système, une personne doit être assurée, être âgée d'au moins 20 ans et avoir l'un des deux éléments suivants : un congé de l'hôpital marqué du code d'hypertension (codes 401 à 405 de la CIM-9 ou de la CIM-9-CM ou encore les codes I10-I13 et I15 de la CIM-10-CA), sélectionné à partir de tous les codes de diagnostic du dossier de l'hôpital, ou au moins deux factures du médecin en deux ans avec un code entre 401 et 405 (hypertension) de la CIM-9, sélectionné à partir du premier champ de diagnostic sur la demande.

Faux négatifs : Personnes qui ne répondent pas à la définition de cas du système, mais qui sont atteintes d'hypertension. La proportion potentielle de faux négatifs était indiquée dans les études de validation du système.Note de bas de page 10 Note de bas de page 11 Note de bas de page 12 Note de bas de page 13

Faux positifs : Personnes qui répondent à la définition de cas du système, mais qui ne sont pas atteintes d'hypertension. La proportion potentielle de faux positifs était indiquée dans les études de validation du système.Note de bas de page 10 Note de bas de page 11 Note de bas de page 12 Note de bas de page 13

Incidence : Nombre de personnes nouvellement atteintes d'hypertension durant l'année financière.

Intervalle de confiance :Un intervalle de confiance de 95 % est un intervalle construit autour de la valeur estimée qui a 95 % de probabilité de contenir la valeur réelle de la caractéristique étudiée. La taille de l'intervalle de confiance varie en fonction de la précision de la valeur estimée.

Mortalité toutes causes confondues : Taux de mortalité, peu importe les causes de décès.

Prévalence : Nombre de personnes qui répondent à la définition de cas de l'hypertension à un moment donné.

Taux brut : Nombre total d'événements par rapport à la taille de la population, sans ajustement ou normalisation.

Taux d'incidence : Taux de personnes nouvellement atteintes d'hypertension durant l'année financière parmi la population à risque.

Taux de prévalence : Taux de personnes qui répondent à la définition de cas de l'hypertension à un moment donné.

Remerciements

Membres du comité de rédaction

  • Christina Bancej, Agence de la santé publique du Canada
  • Claudia Blais, Institut national de santé publique du Québec
  • Norm Campbell, Université de Calgary
  • Sulan Dai, Agence de la santé publique du Canada
  • Susan Quach, Agence de la santé publique du Canada
  • Hude Quan, Université de Calgary
  • Kim Reimer, British Columbia Ministry of Healthy Living and Sport
  • Cynthia Robitaille, Agence de la santé publique du Canada
  • Mark Smith, Manitoba Centre for Health Policy
  • Paula Stewart, Agence de la santé publique du Canada
  • Karen Tu, Institute for Clinical Evaluative Sciences
  • Robin Walker, Université de Calgary

Réviseurs externes

  • J. George Fodor, Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa
  • Michel Joffres, Université Simon Fraser

Réviseurs internes

  • Oliver Baclic, Agence de la santé publique du Canada
  • Howard Morrison, Agence de la santé publique du Canada
  • Andreas Wielgosz, Agence de la santé publique du Canada

Comité scientifique du Système national de surveillance des maladies chroniques

  • Shazhan Ahmed, British Columbia Children's Hospital
  • Christina Bancej, Agence de la santé publique du Canada
  • Paul Belanger, Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète, Instituts de recherche en santé du Canada
  • Gillian Booth, Hôpital St Michael, Université de Toronto
  • Jill Casey, ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse
  • Kayla Collins, Centre d'information sur la santé de Terre-Neuve-et-Labrador
  • Valérie Émond, Institut national de santé publique du Québec
  • Linda S. Geiss, Division of Diabetes Translation, Centers for Disease Control and Prevention
  • Hasan Hutchinson, Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète, Instituts de recherche en santé du Canada
  • Jan Hux, Institute for Clinical Evaluative Sciences
  • Jeffrey Johnson, École de la santé publique, Université de l'Alberta
  • Isabelle Larocque, Institut national de santé publique du Québec
  • Anthony Leamon, Santé de la population, ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest
  • Lisa Lix, École de la santé publique, Université de la Saskatchewan
  • Jenny Mackey, ministère de la Santé de l'Île-du-Prince-Édouard
  • William Osei, Direction générale de la santé de la population, ministère de la Santé de la Saskatchewan
  • Joan Porter, Agence de la santé publique du Canada
  • Rolf Puchtinger, Direction des maladies chroniques, Santé et Vie saine Manitoba
  • Indra Pulcins, Institut canadien d'information sur la santé
  • Kim Reimer, Prévention et promotion de la santé, British Columbia Ministry of Healthy Living and Sport
  • Glenn Robbins, Agence de la santé publique du Canada
  • Chris Robinson, Agence de la santé publique du Canada
  • Mark Smith, Manitoba Centre for Health Policy
  • Larry Svenson, Surveillance de la santé publique et Santé environnementale, Santé et Mieux-Étre de l'Alberta
  • Ellen Toth, Département de médecine, Université de l'Alberta
  • Linda Van Til, Direction de la recherche d'Anciens Combattants Canada
  • Karen Tu, Institute for Clinical Evaluative Sciences
  • Chris Waters, Agence de la santé publique du Canada
  • Jean-François Yale, Centre de nutrition et des sciences de l'alimentation de McGill, Université McGill

Groupe de travail technique du Système national de surveillance des maladies chroniques

  • Fred Ackah, Santé et Mieux-être de l'Alberta
  • Jill Casey, ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse
  • Connie Cheverie, ministère de la Santé de l'Île-du-Prince-Édouard
  • Joellyn Ellison, Agence de la santé publique du Canada
  • Bao Gang Fei, ministère de la Santé et du Mieux-être du Nouveau-Brunswick
  • Wendy Fonseca-Holt, Direction des maladies chroniques, Santé et Vie saine Manitoba
  • Janice Hawkey, Santé Saskatchewan
  • Alexander Kopp, Institut de recherche en services de santé
  • Anthony Leamon, Santé de la population, ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest
  • Lidia Loukine, Agence de la santé publique du Canada
  • Pat McCrea, British Columbia Ministry of Healthy Living and Sport
  • Bob McRae, Agence de la santé publique du Canada
  • Robin Read, Programme du soin du diabète de la Nouvelle-Écosse
  • Louis Rochette, Institut national de santé publique du Québec
  • Khokan Sikdar, Centre d'information sur la santé de Terre-Neuve-et-Labrador
  • Mike Tribes, Santé et services sociaux, gouvernement du Yukon
  • Paul Tchouaffi, ministère de la Santé et des Services sociaux, Information et recherche sur la santé, Iqualuit (Nunavut)

Le Système national de surveillance des maladies chroniques est dirigé par le groupe de travail sur la surveillance des maladies chroniques et des traumatismes du Réseau pancanadien de santé publique de l'Agence de la santé publique du Canada. Il comprend les organismes suivants :

  • Santé et Mieux-être de l'Alberta
  • British Columbia Ministry of Healthy Living and Sport
  • Institut canadien d'information sur la santé
  • Instituts de recherche en santé du Canada – Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète
  • Gouvernement du Nunavut
  • Gouvernement du Yukon
  • Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Santé Canada
  • Institut national de santé publique du Québec
  • Santé Manitoba
  • Ministère de la Santé et du Mieux-être du Nouveau-Brunswick
  • Centre d'information sur la santé de Terre-Neuve-et-Labrador
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest
  • Ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse
  • Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario – ministère de la Promotion de la santé
  • Ministère de la Santé de l'Île-du-Prince-Édouard
  • Ministère de la Santé de la Saskatchewan
  • Statistique Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :