Annexe A : Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement – Conseils sur l'utilisation des condoms à l'intention des patients

Section VII

Annexe A : Conseils sur l'utilisation des condoms à l'intention des patients

Renseignements essentiels sur les condoms et guide pour conseiller les patients

Vérifiez l’étiquette
  • Le type le plus fréquent de condom est le condom en latex, mais les condoms synthétiques (en polyuréthane) protègent également contre les grossesses non planifiées et les infections transmissibles sexuellement (ITS), y compris le VIH.
  • Il ne convient pas d’utiliser les condoms à membrane naturelle (aussi appelée « peau de mouton ») pour se protéger de certaines infections virales comme l’hépatite et le VIH.
  • Certains gadgets ressemblant à un condom, tels les condoms comestibles, ne protègent pas contre la grossesse et les ITS.
Conservez les condoms dans un endroit adéquat et vérifiez-les avant de les utiliser
  • Les condoms doivent être conservés dans un lieu frais et sec, à l’abri de la lumière directe (ils ne doivent pas être conservés dans un portefeuille, une automobile, ou dans aucun autre lieu où ils seraient exposés à une chaleur ou à un froid extrême).
Vérifiez toujours la date de péremption avant d’utiliser le condom; les condoms périmés ne doivent pas être utilisés.
  • Les condoms dont l’emballage est endommagé ou ceux présentant des signes évidents d’usure (p.ex., ceux qui sont friables, collants ou décolorés) ne doivent pas être utilisés, car on ne peut se fier à ces condoms pour prévenir les infections.
  • Les condoms doivent être enfilés avant tout contact génital afin de prévenir l’exposition à des liquides biologiques pouvant contenir des agents infectieux. Le nonoxynol-9 (N-9) n’est pas recommandé comme moyen de prévention efficace contre le VIH ou les ITS. La meilleure barrière contre les ITS et le VIH est un condom en latex ou en polyuréthane sans N-9.
    • Si le N-9 est utilisé comme adjuvant d’une méthode contraceptive, il faut évaluer attentivement ses avantages par rapport au risque accru de lésions génitales et de transmission du VIHNote en bas de page 1.
Conseils pour améliorer l’adhésion de l’utilisation du condom et prévenir les ITS
  • Recommandez invariablement une « double protection », consistant à la fois en l’utilisation du condom et de contraceptifs oraux, pour une prévention des ITS et une contraception très efficace.
  • Préparez un guide empruntant la forme d’un « bloc d’ordonnances », et présenté comme ci-dessousNote en bas de page 2.

Si vous ou votre partenaire avez déjà eu des relations sexuelles avec une autre personne, nous vous recommandons fortement d’adopter l’une des pratiques sexuelles plus sécuritaires suivantes :

  • utilisez toujours un condom pour prévenir la grossesse et les ITS;
  • utilisez toujours un condom pendant les trois premiers mois d’une relation sexuelle avec un nouveau partenaire. Après ce délai, passez des tests de dépistage des ITS et du VIH avec votre partenaire. Si les résultats des tests sont négatifs, vous pouvez cesser d’utiliser des condoms, dans la mesure où vous et votre partenaire acceptez de rester monogames (et croyez pouvoir respecter cet engagement) tout en prenant les mesures contraceptives appropriées.

Obstacles à l’utilisation du condom et les moyens de les surmonter

Tableau 1. Obstacles perçus et stratégies d’intervention proposées

Le condom a pour effet de diminuer le plaisir et les sensations sexuelles

  • Obstacle souvent perçu par les personnes qui n’ont jamais utilisé le condom.
  • Encourager les patients à essayer les solutions suivantes :
    • mettre une goutte de lubrifiant à base d’eau ou de salive dans le bout du condom ou sur le gland du pénis avant d’enfiler le condom;
    • essayer un condom en latex plus mince;
    • essayer des marques différentes;
    • essayer avec plus de lubrification.

Il enlève de la spontanéité aux relations sexuelles

  • Encourager les patients à mettre le condom durant les préludes (stimulation érotique).
  • Rappeler que la tranquillité d’esprit peut accroître le plaisir pour soi-même et pour son partenaire.

C’est une méthode embarrassante, faite pour les jeunes, et « non virile »

  • Rappeler aux patients qu’il est « viril » de se protéger soi-même et de protéger les autres.

Il est mal ajusté (il est trop petit ou trop grand, il glisse, il est inconfortable)

  • Il existe des condoms de différentes tailles.

Il faut retirer tout de suite après l’éjaculation

  • Souligner le caractère protecteur du retrait rapide.
  • Proposer d’autres activités sexuelles post-coïtales.

La crainte d’un bris peut contribuer à réduire l’intensité des activités sexuelles

  • Dans le cas d’une relation prolongée, le lubrifiant se raréfie et l’on commence à sentir une friction. On veillera donc à garder un lubrifiant à base d’eau à portée de la main.

Activités sexuelles sans pénétration

  • Le condom devrait être utilisé même pour la fellation; les condoms non lubrifiés peuvent alors s’avérer plus appropriés.
  • Il existe des condoms aromatisés, à ne pas confondre avec les condoms comestibles vendus dans certaines boutiques érotiques.
  • Utiliser d’autres méthodes barrières, soit les digues dentaires ou un condom non lubrifié coupé sur toute sa longueur au milieu, pour certaines activités sexuelles sans pénétration, comme le cunnilingus et l’anilingus.

Références

1Agence de santé publique du Canada. « Le nonoxynol-9 et les risques de transmission du VIH », Actualités en épidémiologie sur le VIH/sida, avril 2003, [en ligne]. [www.phac-aspc.gc.ca/publicat/epiu-aepi/hiv-vih/nonoxynol_f.html] (15 février 2006).
2Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Initiative en matière de contraception et de santé sexuelle : Manuel de l’animateur, Ottawa, Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, 2002.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :