Dépistage de la COVID-19 : Rôles et responsabilités au Canada

Untitled Document

Sur cette page

Collaboration

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux jouent chacun un rôle important dans le dépistage de la COVID-19.

Le Canada fournit des milliards de dollars pour aider les provinces et les territoires à couvrir les coûts des tests de dépistage. Bien qu’il revienne à chaque province et territoire de décider de la façon de tester ses résidents, ils sont guidés par une approche nationale commune en matière de dépistage.

Au palier fédéral

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) dirige la réponse du Canada en matière de santé publique face à la COVID-19. Pour le dépistage, le Laboratoire national de microbiologie de l’ASPC collabore avec des laboratoires de santé publique partout au pays pour :

L’ASPC publie également le nombre de personnes ayant subi un test de dépistage au Canada tous les jours.

Santé Canada est responsable de l’autorisation des instruments de dépistage qui sont importés ou vendus au Canada. Pour qu’un produit soit autorisé, le fabricant doit soumettre une demande d’examen à Santé Canada. À ce jour, nous avons autorisé un certain nombre de tests de dépistage de la COVID-19 précis et fiables. Une fois que Santé Canada autorise un test, nous en évaluons l’innocuité et l’efficacité et prenons des mesures immédiates, au besoin, pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. 

Au palier provincial et territorial

Les provinces et les territoires sont responsables de la prestation et de l’administration des services de soins de santé, y compris des tests mis au point par les laboratoires publics et privés. Ils peuvent élaborer leurs propres méthodes de collecte d’échantillons et de test pour le dépistage de la COVID-19 et doivent veiller à ce que ces tests fournissent des résultats exacts et fiables. Ils doivent aussi vérifier que les tests et les méthodes de collecte des tests élaborés en laboratoire sont sécuritaires et efficaces. Les laboratoires qui mettent au point leurs propres tests et offrent des services d’analyse ne sont pas réglementés par Santé Canada.

Progrès relatifs à l'Accord sur la relance sécuritaire

L'Accord sur la relance sécuritaire est une initiative fédérale de 19 milliards de dollars. De ce montant, 4,28 milliards de dollars ont été consacrés à aider les provinces et les territoires à accroître leur capacité de dépistage et de recherche de contacts, et à améliorer leurs systèmes de gestion des données et de partage de l'information. L'objectif est de veiller à ce que le Canada dispose des ressources et de l'information dont il a besoin pour relancer l'économie en toute sécurité tout en protégeant la santé des Canadiens.

Les premiers ministres de chaque province ou territoire ont expliqué comment ils utiliseront cet investissement du fédéral.

En étroite collaboration avec le gouvernement du Canada, les provinces et les territoires ont réalisé des progrès dans les trois domaines suivantes :

Dépistage

Conformément à l'Accord sur la relance sécuritaire, les provinces et les territoires augmentent leur capacité de dépistage diagnostique. L'objectif consiste à atteindre, grâce aux tests effectués dans les provinces et les territoires, une capacité nationale de  dépistage de 200 000 personnes par jour. Collectivement, les provinces et les territoires dépassent déjà cette cible et offrent ainsi  de solides capacités de diagnostic et de tests de confirmation partout au pays.

L'approche du Canada en matière de dépistage a évolué tout au long de la pandémie grâce à l’autorisation de plus de 50 instruments de dépistage.

L’offre et  l'utilisation de tests rapides se sont intensifiées partout au Canada. Pour appuyer les provinces et les territoires, le gouvernement du Canada a acheté près de 40 millions de tests rapides de divers fabricants. Plus de 28 millions de ces tests ont été expédiés aux provinces et aux territoires jusqu'à maintenant.

Parallèlement à d'autres mesures de santé publique, nous travaillons en étroite collaboration avec les provinces et les territoires pour veiller à ce que les foyers de soins de longue durée, les écoles, les collectivités et d'autres secteurs aient facilement accès à des tests rapides.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux :

Recherche de contacts et avis d'exposition

Les provinces et les territoires continuent d’améliorer leurs méthodes de recherche de contacts, certains utilisant des systèmes automatisés pour communiquer les résultats des tests par texte. La plupart des provinces et territoires ont conclu des ententes pour obtenir le soutien fédéral en cas d'intensification subite de la recherche de contacts, ce qui peut faire passer leur capacité à 20 000 appels par jour.

De plus, huit provinces et un territoire ont adopté l'application Alerte COVID. Cela s'est traduit par un nombre croissant de téléchargements de l’application et de  personnes qui ont entré une clé à usage unique dans l'application. Les provinces et les territoires sont responsables de remettre les clés aux personnes de leur territoire qui ont obtenu un résultat positif. Une fois qu'elle est entrée dans l'application, la clé avise les autres personnes qui ont possiblement été exposées  afin qu'elles puissent suivre les lignes directrices locales en matière de santé publique.

Des travaux sont en cours avec les partenaires provinciaux et territoriaux pour faciliter l'accès direct à des clés à usage unique pour tous les cas positifs. Cela aidera à maximiser les avantages de l'application Alerte COVID. 

Nous travaillons également avec les provinces et les territoires, des experts en santé publique et des organismes du secteur privé pour ajouter de nouvelles fonctions à l'application, comme une fonction de réponse rapide  (codes QR), qui informera les utilisateurs de l'application de l'exposition possible à la COVID selon les endroits où ils se rendent. La fonction aidera à soutenir la mobilité et la relance de l'économie.

Gestion des données

Il est essentiel que les données sur la santé et la santé publique soient transmises rapidement pour permettre des interventions coordonnées et éclairées partout au Canada. À l'appui de l'Accord sur la relance sécuritaire, les premiers ministres des provinces et des territoires se sont engagés, dans leurs lettres au premier ministre, à diffuser les données et les renseignements pertinents.

Les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux (FPT) ont lancé très rapidement un programme de surveillance nationale de la santé publique pour la COVID-19 lorsque le virus a été identifié à l'échelle internationale. Par l'intermédiaire du Comité consultatif spécial sur la COVID-19, les responsables FPT de la santé publique ont convenu d'un ensemble de données nationales et des variables à recueillir. Par exemple, les variables vont de la raison des tests, à la catégorie d'exposition, à la race et au type de logement.

Les provinces et les territoires s'efforcent de fournir des données complètes en temps opportun. La déclaration des cas des provinces et des territoires à l'Agence de la santé publique du Canada a été excellente, à 100 % ou presque.

L'exhaustivité des rapports, et plus précisément l'assurance que chaque rapport de cas est complet, continue de s'améliorer. Toutefois, il y a encore un certain nombre de variables, comme la race, l'ethnicité et l'indigénéité, qui présentent un défi pour la collecte ou le partage des données dans toutes les administrations. Combler ces lacunes en matière de données permettra non seulement de respecter les engagements FPT, mais améliorera également la prise de décisions fondées sur des données probantes et orientera ainsi les réponses collectives à la COVID-19.

Le travail se poursuit avec les partenaires provinciaux et territoriaux pour mieux comprendre les enjeux qui influent sur la capacité de produire des rapports complets sur toutes les variables, notamment par :

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :