Introduction : Les femmes autochtones et la violence familiale

Introduction

Depuis quelques années, la violence familiale compte parmi les thèmes dominants auxquels s'intéresse la recherche sociale. Cependant, la portée de cette activité criminelle dans les collectivités autochtones n'a fait l'objet d'aucune étude approfondie. En outre, il existe peu d'ouvrages qui abordent les attitudes et perceptions des victimes, des agresseurs et de l'ensemble de la collectivité dans un cadre autochtone.

En 2006, à la demande d'Affaires indiennes et du Nord Canada, le cabinet de recherche Ipsos-Reid a réalisé un projet analysant les attitudes et opinions des femmes autochtones et des professionnels qui travaillent auprès d'elles à l'égard de la violence familiale, plus particulièrement la violence faite aux femmes par leurs partenaires intimesNote de bas de page 1 . Du projet est issu un rapport intitulé Aboriginal Women and Family Violence .

La présente est un sommaire de ce rapport. On y aborde les éléments suivants du dossier :

  • l'ampleur de la violence des partenaires intimes par rapport aux autres problèmes qu'ont à résoudre les femmes dans les collectivités autochtones - autrement dit, les perceptions relatives à la fréquence et à la gravité de la violence;
  • les causes de la violence des hommes envers les femmes dans les collectivités autochtones, y compris les opinions quant au rôle que jouent des facteurs tels que la pauvreté, l'expérience familiale, les compétences parentales, l'abus d'alcool ou d'autres drogues, l'indifférence de la famille ou de la collectivité ainsi que les stéréotypes fondés sur le sexe;
  • les conséquences de la violence des hommes envers les femmes autochtones, à savoir les effets de cette violence sur l'état physique et émotif et sur la condition financière des victimes, d'une part, et ses incidences sur les enfants, sur la famille étendue, sur les rapports avec la collectivité et sur l'agresseur, d'autre part;
  • les sources vers lesquelles peuvent se tourner les femmes autochtones maltraitées pour trouver de l'aide (notamment les refuges, les centres de détresse et les services sociaux), à savoir l'accessibilité et la fiabilité de ces sources, la sécurité qu'elles procurent et la protection de la vie privée qu'elles assurent;
  • les ressources qui s'offrent aux familles des victimes et des agresseurs, y compris les activités éducatives de prévention et les services de conseils à long terme;
  • les lacunes touchant les ressources et services aux collectivités qui s'avèrent nécessaires pour mettre un terme à la violence des hommes envers les femmes autochtones;
  • les perceptions relatives aux solutions efficaces à envisager pour diffuser des renseignements et fournir une aide aux familles aux prises avec ce type de violence.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :