Questionnaire en ligne à l'intention des adultes sur la Journée nationale de l'enfant

Question 1 : Le but de la Journée nationale de l’enfant au Canada est :

  1. de faire en sorte que les enfants connaissent leurs droits
  2. de faire en sorte que les Canadiens connaissent les droits des enfants
  3. toutes ces réponses

 

Réponse : c
Le but de la Journée nationale de l’enfant est de faire connaître la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. Le gouvernement du Canada travaille en collaboration avec les provinces, les territoires et les Canadiens pour promouvoir et protéger les droits de l’enfant, et encourager les Canadiens à célébrer la Journée nationale de l’enfant le 20 novembre.

Question 2 : Quel traité sur les droits de la personne énonce les droits politiques, économiques, sociaux et culturels des personnes âgées de moins de 18 ans?

  1. La Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes
  2. La Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant
  3. Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

 

Réponse : b
La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant est un traité sur les droits de la personne qui établit les droits de la personne fondamentaux de tous les enfants. Ces droits incluent le droit à la survie, le droit de se développer dans toute la mesure du possible, le droit d’être protégé contre les influences nocives, les mauvais traitements et l’exploitation et le droit de participer à part entière à la vie familiale, culturelle et sociale.

La Convention repose sur quatre principes fondamentaux, à savoir la non discrimination, la priorité donnée à l’intérêt supérieur de l’enfant, le droit de vivre, de survivre et de se développer et le respect des opinions de l’enfant.

Le Canada a ratifié la Convention en 1991. Il adhère également aux deux protocoles facultatifs de la Convention : le Protocole facultatif concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés (que le Canada a ratifié en 2000) et le Protocole facultatif concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants (que le Canada a ratifié en 2005).

Question 3 : À quoi le Canada s’est-il engagé en ratifiant la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (CNUDE) en 1991?

  1. À veiller à ce que les personnes âgées de moins de 18 ans soient traitées avec dignité et respect.
  2. À faire en sorte que ses lois, ses politiques et ses programmes respectent les obligations énoncées dans la Convention.
  3. a et b.

 

Réponse : c
En ratifiant la Convention, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux se sont engagés à protéger les droits qui y sont énoncés. En appuyant la Convention, le Canada reconnaît que tous les enfants doivent avoir la chance de croître en santé et de réaliser leur plein potentiel.

Question 4 : Combien de pays ont ratifié la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant?

  1. 193
  2. 10
  3. 77
  4. Tous les pays

 

Réponse : a
Jusqu’à maintenant, 193 pays ont ratifié la Convention.

Question 5 : Les droits de l’enfant s’appliquent à toute personne :

  1. âgée de 12 ans et moins
  2. âgée de 16 ans et moins
  3. âgée de moins de 18 ans
  4. âgée de 21 ans et moins

 

Réponse : c
En 1989, les leaders mondiaux ont décidé que les enfants avaient besoin d’une convention spéciale les concernant puisque contrairement aux adultes, les personnes âgées de moins de 18 ans ont souvent besoin d’une protection et de soins spéciaux.

Question 6 : Un enfant capable de se forger sa propre opinion a le droit de l’exprimer sur toute question le concernant.

  1. Vrai
  2. Faux

 

Réponse : Vrai
L’enfant capable de discernement a le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant. Par exemple, un enfant doit avoir la possibilité de faire connaître ses opinions lorsque son expulsion de l’école est envisagée. Les opinions de l’enfant seront dûment prises en considération selon son âge et son degré de maturité.

Question 7 : Lorsqu’un enfant fait courir une rumeur sur Facebook concernant un de ses compagnons de classe, il viole les droits fondamentaux de son compagnon de classe.

  1. Vrai
  2. Faux

 

Réponse : Vrai
Tous les enfants ont le droit à la vie privée et d’être protégés contre toutes formes de violence, physique ou mentale. Selon l’article 19 de la Convention, tous les enfants ont le droit d’être protégés contre toutes formes de violence, d’atteintes ou de brutalités physiques ou mentales.

Question 8 : La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant mentionne expressément les enfants autochtones.

  1. Vrai
  2. Faux

 

Réponse : Vrai
Bien que chacun des droits énoncés dans la Convention s’applique à tous les enfants, autochtones ou non, la Convention relative aux droits de l’enfant a été le premier traité sur les droits de la personne à inclure des références précises aux enfants d’origine autochtone en ce qui concerne l’accès aux médias (article 17) et à l’éducation (article 29) ainsi que le droit d’avoir sa propre vie culturelle, de pratiquer sa propre religion et d’employer sa propre langue (article 30).

Question 9 : Une jeune personne dont la demande d’admission à une université est acceptée doit avoir accès à des prêts et bourses.

  1. Vrai
  2. Faux

 

Réponse : Vrai
Le Canada doit adopter les mesures appropriées pour assurer à tous l’accès à l’enseignement supérieur. Au Canada, les provinces et les territoires offrent aux étudiants différents programmes de prêts et bourses fondés sur les besoins et les capacités de chacun.

Question 10 : Lorsque des parents se séparent ou divorcent et qu’une décision doit être prise concernant le lieu de résidence de l’enfant, les tribunaux doivent tenir compte de l’intérêt supérieur des parents de l’enfant.

  1. Vrai
  2. Faux

 

Réponse : Faux
Au Canada, lorsque des parents se séparent ou divorcent et qu’un tribunal doit décider du lieu de résidence de l’enfant, la décision doit tenir compte de l’intérêt supérieur de l’enfant.

Question 11 : Un enfant de 16 ans peut s’enrôler dans les Forces armées canadiennes.

  1. Vrai
  2. Faux

 

Réponse : Vrai
Tout enfant âgé de 16 ans et plus peut s’enrôler dans les Forces armées canadiennes à la condition que personne ne l’y ait contraint, de savoir exactement ce qu’il fait et d’avoir obtenu le consentement d’un parent ou tuteur légal. Il ne peut toutefois pas prendre part à des combats avant l’âge de 18 ans.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :