La prévention de l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation fœtale (ETCAF) : Perspectives canadiennes

Approches multiples de la prévention de l'ETCAF

« Aucune quantité d'alcool ne peut être consommée de façon sûre à aucun moment pendant la grossesse »


Introduction

L'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation fœtale (ETCAF) est le terme utilisé pour décrire la gamme des troubles qui peuvent survenir chez un individu dont la mère a consommé de l'alcool pendant sa grossesse. On observe souvent l'ETCAF en association avec d'autres problèmes de santé ou d'ordre social auxquels font face les femmes enceintes. Parmi les troubles causés par l'alcoolisation fœtale, il y a notamment des problèmes de vision et d'ouïe, un retard de croissance ou des lésions cérébrales qui entraîneront des difficultés d'attention, de mémoire, de raisonnement ou de jugement tout au long de la vie. L'ETCAF est l'une des principales causes connues des troubles du développement au Canada. Malgré l'importance de l'ETCAF, la mise en œuvre de mesures de prévention efficaces représente toujours un défi de taille.

Vous trouverez, dans ce document, un aperçu de ce que nous avons appris en matière de prévention de l'ETCAF à à partir des stratégies de promotion de la santé qui ont été appliquées au Canada. Nous vous présentons ici un modèle en quatre volets de prévention et de promotion de la santé des femmes et des enfants. Ce modèle a été mis au point par un groupe d'experts canadiens qui ont élaboré et évalué bon nombre d'initiatives de prévention à l'échelle communautaire, provinciale/territoriale et nationale. Ce document reflète la vision pancanadienne en matière de prévention de l'ETCAF et d'amélioration de la qualité de vie des personnes qui en sont déjà atteintes.

Ce document pratique s'adresse à ceux et à celles qui prévoient mettre en place des activités de prévention de l'ETCAF à l'intention des femmes en âge de procréer. Ce document s'appuie sur l'expérience pratique de bon nombre de fournisseurs de programmes au Canada. Précisons toutefois que les programmes mentionnés dans ce document ne sont là qu'à titre d'exemple et ne constituent pas une liste exhaustive des programmes de prévention de l'ETCAF offerts au Canada.

Modèle de prévention à quatre volets

Prévenir l'ETCAF est un travail complexe qui demande plus que de fournir des renseignements sur les risques associés à la consommation d'alcool pendant la grossesse. Pour effectuer de la prévention auprès des femmes enceintes à risque de consommer de l'alcool (ou auprès des mères à risque, avant et après la grossesse), il ne suffit pas d'un seul contact avec elles à un moment donné, ni d'une seule interaction avec un fournisseur de soins.

Au cours de la dernière décennie, les spécialistes en promotion de la santé et en prévention au Canada ont appris à prévenir l'ETCAF en faisant appel à des approches multisectorielles et holistiques. Dans le cadre de telles approches, on conseillera certes aux femmes de ne pas consommer d'alcool lorsqu'elles sont enceintes. Mais ces nouvelles approches holistiques ont aussi démontré que d'aider les femmes à planifier leur grossesse, à obtenir des soins prénatals, à améliorer leur nutrition, à réduire leur stress et à traiter des causes profondes de leurs problèmes de consommation, telles qu'une expérience passée de violence - constituaient autant de facteurs permettant d'améliorer la santé des femmes et de réduire le risque qu'elles aient un enfant atteint de l'ETCAF.

Les spécialistes en prévention au Canada ont cerné quatre approches, ou quatre niveaux de prévention qui se renforcent l'un l'autre pour prévenir l'ETCAF de façon efficace. Chacun de ces quatre niveaux comprend des activités générales et des activités spécifiques qui favorisent la santé des femmes et de leurs bébés, avec l'appui de la famille, des réseaux de soutien, des services de santé et de la communauté. Voici un aperçu de ces quatre niveaux :

Figure 1 - Modèle de prévention à quatre volets

Figure 1 - Modèle de prévention à quatre volets
Text Equivalent - Figure 1

Niveau 1
Vastes efforts de sensibilisation et de promotion de la santé

Niveau 2
Discussions sur la consommation d’alcool et les risques connexes avec toutes les femmes en âge de procréer et leurs réseaux de soutien

Niveau 3
Soutien holistique spécialisé à l’intention des femmes enceintes qui ont des problèmes de consommation d’alcool ou d’autres drogues et d’autres problèmes sociaux et de santé

Niveau 4
Soutien postnatal pour les nouvelles mères afin de les aider à apporter ou maintenir des changements dans leurs réseaux de soutien social et de santé, et d’appuyer le développement de leurs enfants

  1. Le premier niveau de prévention consiste à sensibiliser le public par le biais de campagnes et de stratégies d'information générale. Tout en étant liées au marketing social, ces campagnes peuvent prendre la forme d'activités de promotion des politiques en matière de santé publique destinées aux filles et aux femmes. Pour qu'il y ait un véritable changement social, il est essentiel d'obtenir l'appui et la participation d'un grand nombre de personnes dans la communauté.
  2. Le second niveau de prévention consiste à donner aux filles et aux femmes en âge de procréer l'occasion de discuter, en toute sécurité, de la grossesse, de la consommation d'alcool et des questions qui s'y rattachent, avec des personnes de leur réseau de soutien et avec des fournisseurs de soins de santé.
  3. Le troisième niveau de prévention est encore plus spécifique. Il consiste à fournir aux femmes qui ont des problèmes de consommation d'alcool et des troubles de santé mentale qui en découlent, des services de thérapie et d'aide spécialisés, accessibles et adaptés à leur culture. Les femmes doivent avoir accès à ces services lorsqu'elles sont enceintes, bien sûr, mais aussi avant une grossesse et durant toutes leurs années de procréation.
  4. Enfin, le quatrième niveau de prévention de l'ETCAF consiste à aider les nouvelles mères à maintenir les bonnes habitudes qu'elles ont pu acquérir pendant leur grossesse. Il est également essentiel de fournir un soutien postnatal aux mères qui ne sont pas parvenues à changer leurs habitudes de consommation d'alcool ou de drogues pendant leur grossesse. On les aidera à améliorer leur santé, et celle de leurs enfants, ainsi qu'à développer leur réseau social. À ce stade, il est également important d'intervenir tôt auprès des enfants potentiellement atteints de l'ETCAF.

Premier niveau Sensibiliser davantage

Objectif:

Sensibiliser et promouvoir la santé auprès du public en général

À ce premier niveau de prévention, on s'adresse à tous les secteurs de la société, ou à toutes les filles et à toutes les femmes en âge de procréer. On vise alors à :

  • sensibiliser davantage les femmes aux risques de consommer de l'alcool pendant une grossesse, et à les informer des solutions de rechange à la consommation d'alcool;
  • informer les femmes des endroits où elles peuvent obtenir de l'aide pour contrôler leur consommation d'alcool; et
  • encourager les membres de la communauté à passer de la sensibilisation à l'action pour prévenir l'ETCAF.

Description

Les brochures, les campagnes de prévention, les enseignes d'avertissement dans les bars et d'autres formes d'éducation du public sont autant de moyens qui ont déjà fait leurs preuves sur le plan de la sensibilisation. Ce premier niveau de prévention est celui sur lequel reposent les trois autres niveaux, car, à ce premier niveau, on rejoint le plus grand nombre de personnes, on sensibilise efficacement et on réduit les risques de stigmatisation et de blâme.

Les stratégies de développement communautaire sont également un élément fondamental de la prévention de premier niveau. On se rallie ici pour sensibiliser les femmes aux risques liés à la consommation d'alcool et de drogues ainsi qu'à d'autres problèmes qui s'y rattachent, et on cherche à établir des liens entre les personnes qui travaillent auprès des enfants, des jeunes et des adultes qui sont atteints de l'ETCAF. Il s'agit de créer des liens entre les gens qui sont en mesure de faire de la sensibilisation et de les faire travailler ensemble à susciter des changements dans la communauté et dans le système de santé.

Avantages

Pour certaines femmes, ce type de renseignements sera suffisant et les incitera à effectuer des changements de façon permanente dans leur mode de vie. À ce niveau de prévention, on fournit des renseignements pertinents aux femmes qui en ont besoin pour prendre des décisions relativement à la consommation d'alcool pendant leur grossesse. Ce niveau de prévention permet également de créer des liens entre les gens afin de rendre les services de santé plus accueillants pour les femmes qui ont des problèmes de consommation d'alcool ou de drogues, et à élaborer des solutions, à l'échelle communautaire, qui favorisent la santé des femmes et des enfants.

Exemples de mesures de prévention de premier niveau

Fiches d'information

Campagnes médiatiques

Livret

Service téléphonique

  • Ligne d'aide de Motherisk 1-877-327-4636 (disponible en anglais seulement)

Bureau des orateurs (Speakers Bureau)

Stratégies de développement communautaire

  • Northern Family Health Society à Prince George, C.-B.
  • FASD Community Circle, Victoria, C.-B.

Ressources clés :

Ressources Internet

Sommaire de la recherche

Sommaire de l'évaluation

Première déclaration canadienne sur la prévention de l'ETCAF

Réflexions sur les mesures de prévention de premier niveau

Ce niveau de prévention est important pour les femmes qui ont besoin d'information sur la consommation d'alcool pendant la grossesse, qui ont des idées fausses à ce sujet, ou qui veulent savoir comment accéder à des services d'aide. Dans le cas d'une population déjà bien informée, les stratégies de prévention de premier niveau ne sont peut-être pas la priorité. Lorsqu'on veut pousser la sensibilisation un peu plus loin, les messages d'ordre général ne sont pas toujours utiles, et il peut être nécessaire d'adapter les messages aux filles et aux femmes en fonction de l'âge, du revenu, de l'appartenance ethnique ou d'autres différences.

Il est bon d'afficher des messages dans les cliniques de santé, puisque les femmes y vont souvent pour obtenir des soins prénatals, mais il faut également diffuser l'information par l'entremise des programmes communautaires, des agences de services sociaux et d'autres points d'accès des femmes. Les gens ne changent pas parce qu'ils voient une affiche, ils changent parce qu'ils voient une affiche dans un milieu auquel ils font confiance, ensuite on entame la conversation, et on part de là…


Deuxième niveau
Faire du counselling auprès des femmes en âge de procréer

Objectif :

Discuter de la consommation d'alcool avec les filles et les femmes en âge de procréer

Le second niveau de prévention consiste à discuter de la consommation d'alcool, et des risques qui y sont associés, avec les femmes en âge de procréer, ainsi qu'avec les personnes qui composent leurs réseaux de soutien. À ce niveau, on parle également des moyens de faire face aux difficultés de la vie sans avoir recours à l'alcool; on discute aussi des services de soutien prénatal qui sont disponibles et de la planification de la grossesse.

Description

On reconnaît depuis longtemps que les médecins sont en position privilégiée pour informer les femmes et offrir du soutien. Mais il y a de nombreux autres fournisseurs de services qui sont en contact avec les femmes dans d'autres contextes et qui se sont révélés très utiles pour informer et aider les femmes. Au fond, la prévention de deuxième niveau implique un engagement à l'échelle de tout le système de santé, de tous les fournisseurs de services qui travaillent auprès des femmes, à aborder le sujet de la consommation d'alcool et de drogues, dans le cadre de discussions bien éclairées et menées dans le respect d'autrui.

Selon une enquête menée en 2002 auprès des médecins et des sage-femmes au Canada [1], même si 94 % des répondants connaissaient l'ETCAF, moins de la moitié des fournisseurs de soins discutaient systématiquement de l'usage du tabac, de la consommation d'alcool ou de drogues avec les femmes en âge de procréer. En outre, seuls 54 % des répondants se sentaient prêts à traiter des femmes enceintes aux prises avec des problèmes de consommation ou de toxicomanie. Aider les fournisseurs de services qui veulent parfaire leurs compétences afin d'aborder le sujet de la consommation d'alcool, et des risques qui y sont associés, avec les femmes en âge de procréer constitue une composante essentielle de la prévention de l'ETCAF.

Il a été prouvé que les approches qui comprennent un entretien de motivation axé sur la collaboration [2] peuvent diminuer le risque des femmes d'avoir une grossesse exposée à l'alcool. En fait, les fournisseurs de services qui adoptent une approche empathique, fondée sur la collaboration, sont les mieux placés pour prédire si une femme sera en mesure de changer ses habitudes de consommation [3].

Avantages

Lorsque ce niveau de prévention est en place, on discute avec les femmes des risques associés à la consommation d'alcool pendant la grossesse, et on leur propose un éventail de ressources pour les aider à prendre de bonnes décisions et à avoir une grossesse en santé. Ici, les filles et les femmes qui ont une consommation d'alcool à risque reçoivent de l'aide pour réduire ou pour cesser de consommer pendant leur grossesse, et celles qui ont des problèmes d'alcool ou de santé importants sont aiguillées vers des soins complets, lesquels sont décrits au chapitre sur les mesures de prévention de troisième niveau.

Exemples de mesures de prévention de deuxième niveau

Formation multisectorielle des fournisseurs

Information en ligne sur les soins obstétriques à l'intention des médecins

Formation des médecins et d'autres intervenants en matière de consommation d'alcool et d'autres drogues pendant la grossesse

Service d'information téléphonique et de soutien à l'intention des femmes et des professionnels

  • Ligne d'aide de Motherisk 1-877-327-4636 (disponible en anglais seulement)

Services communautaires où l'on discute de la consommation d'alcool et d'autres drogues avec les femmes enceintes

Fournisseurs de services autochtones

  • (Voir l'approche intertribale de l'OAR en matière de santé au niveau 4).

Ressources clés :

The HELP Guide for Professionals

Guide SMART - Pour commander, communiquez avec aware@kos.net

Faciliter le changement : Prévention et action pour une grossesse sans alcool - Manuel du participant

Trainer's Guide to Motivational Interviewing

  • Enhancing Motivation for Change - A Learner's Manual for the American Indian/Alaska Native Counselor

Le respect est promordial dans l'aide apportée aux femmes enceintes qui sont toxicomanes : un entretien avec Pam Woodsworth

Réflexions sur les mesures de prévention de deuxième niveau

À ce niveau de prévention, il est essentiel de bien informer les filles et les femmes pour les aider à vivre une grossesse en santé et pour réduire le risque qu'elles aient un enfant atteint de l'ETCAF. Autrefois, on ne posait pas toujours la question aux femmes enceintes à savoir si elles consommaient de l'alcool. De plus, la peur d'être jugée par les fournisseurs de services constitue un obstacle pour les femmes qui veulent obtenir des services. Certaines femmes, comme les femmes de la classe moyenne qui ont donné naissance à des enfants atteints de l'ETCAF, ont dit qu'elles n'avaient pas été bien informées. Il est donc important de demander aux femmes en âge de procréer ce qu'elles savent des risques associés à la consommation d'alcool pendant la grossesse, de bien les informer et de leur donner un soutien adapté à leurs besoins.

Les fournisseurs de soins de santé primaires et les autres fournisseurs de services sont mieux placés pour prévenir l'ETCAF que les intervenants spécialisés en toxicomanie. Il est donc important d'offrir une formation à tous les fournisseurs de services, pour qu'ils prennent de l'assurance et se sentent prêts à aborder le sujet de la consommation d'alcool et de drogues avec les femmes.


Troisième niveau
Offrir un soutien prénatal spécialisé

Objectif :

Atteindre et aider les femmes qui sont les plus à risque

Le troisième niveau de prévention consiste à offrir des soins holistiques, avec une attitude respectueuse, aux femmes qui consomment de l'alcool pendant leur grossesse et qui sont aux prises avec d'autres problèmes de santé, ou difficultés d'ordre social ou financier, relatifs à la consommation d'alcool.

Description

La prévention de troisième niveau consiste à donner un soutien holistique et spécialisé aux femmes enceintes qui sont aux prises avec des problèmes de consommation d'alcool ou de drogues et d'autres problèmes sociaux ou de santé qui y sont associés. En milieu urbain, ce soutien est souvent offert par des équipes de travail de proximité ou des centres multiservices, et dans les plus petites collectivités, par le réseau des services communautaires. Étant donné l'étendue des services offerts en milieu rural et urbain, les femmes peuvent toujours obtenir de l'aide en fonction des difficultés précises qui les poussent à consommer de l'alcool.

Surmonter les obstacles à l'accès aux soins constitue un élément fondamental de ce niveau de prévention de l'ETCAF. Une approche non critique, adaptée sur le plan culturel, jumelée à une offre de services complets et accessibles contribue à réduire les obstacles à l'obtention de soins. Les services qui sont offerts dans la perspective de réduire les dommages de l'ETCAF sont efficaces et permettent d'améliorer la santé des femmes, car, dans une telle optique, on reconnaît que les femmes font des efforts et on accepte qu'elles aillent à leur rythme pour changer leurs habitudes.

Par ailleurs, les femmes enceintes qui ont des problèmes de consommation d'alcool ou de drogues devraient avoir facilement accès à des services de traitement de la toxicomanie axés sur la mère. Bien que tous les services de traitement de la toxicomanie accueillent les femmes enceintes en priorité, le programme n'est pas toujours adapté à leurs besoins. Par exemple, on peut exiger un engagement quotidien de la part de la femme enceinte, ce qui ne lui laisse pas suffisamment de temps pour du repos ou d'autres rendez-vous de services prénatals. Des initiatives de proximité et des programmes communautaires de jour, ou offerts en foyer de groupe, qui répondent mieux aux besoins des femmes sont en cours d'élaboration.

Avantages

La prévention de troisième niveau permet de mettre les femmes en contact avec les services dont elles ont besoin. Cela leur permet peut-être aussi de vivre une première expérience positive du système de santé, car ces femmes vivent souvent du rejet sur le plan social, à cause de leurs problèmes de consommation, ou se sentent exclues à cause de leur situation économique ou géographique. En vertu des évaluations des services de prévention de troisième niveau, il semble que les femmes qui accèdent à ces services améliorent leur qualité de vie sur plusieurs plans : santé physique, état nutritionnel, accès à un logement stable, liens avec des services de traitement de la toxicomanie, aptitudes parentales, capacité de conserver la garde de leurs enfants, ainsi que de nombreuses autres façons [4-6]. Dans le cadre des services de prévention de troisième niveau, les femmes peuvent recevoir de l'aide pour régler des expériences passées ou présentes de violence dans leur vie. Le soutien que reçoivent les femmes grâce à la prévention de 3e niveau a également une incidence positive sur le poids à la naissance et sur l'état de santé du bébé, et permet aussi de prévenir l'ETCAF.

Exemples de mesures de prévention de troisième niveau

Programmes communautaires
Programmes spécialisés de soins aux mères

Ressources clés :

Réflexions sur les mesures de prévention de troisième niveau

À ce niveau de prévention de l'ETCAF, il est très important de rassurer les femmes relativement aux craintes qu'elles ont par rapport à leurs enfants. Les femmes doivent pouvoir compter sur une gamme de services de soutien destinés au tandem « mère-bébé » pour qu'elles puissent voir à leur santé et à leur sécurité et à celles de leurs enfants. On vise ici à une approche accueillante, axée sur la santé, et mise en œuvre par des fournisseurs spécialisés dans différents domaines : santé des femmes, soins prénatals, toxicomanie, services de maternité, logement, éducation, santé et bien-être des enfants.

Les évaluations et la recherche dans ce domaine soulignent l'importance de répondre aux besoins pratiques et immédiats des femmes, ainsi que de traiter des problèmes sous-jacents à la consommation d'alcool et aux autres problèmes de santé, et de ne pas chercher uniquement à traiter le problème de consommation d'alcool ou de drogues.


Quatrième niveau
Donner du soutien postnatal

Objectif :

Fournir un soutien postnatal aux mères qui ont des problèmes de consommation d'alcool

À ce niveau de prévention, on veut aider les mères à maintenir les bonnes habitudes qu'elles ont adoptées pendant leur grossesse, relativement à la consommation d'alcool et à d'autres questions de santé ou d'ordre social. On continue aussi d'aider les mères qui n'ont pas réussi à réduire leur consommation d'alcool et de drogues pendant la grossesse. On peut les aider notamment à améliorer leur réseau social et de soutien à la santé, ainsi que la santé de leurs enfants. On peut également offrir des services d'intervention précoce aux enfants.

Description

Les mesures de pré-vention de 4e niveau comprennent ce qui suit : soins de santé holistiques prodigués de façon non critique, soutien social, défense des droits et appui par les pairs - le tout conçu pour aider les mères qui sont aux prises, ou qui l'ont déjà été, avec des problèmes de consommation d'alcool, à jouer leur rôle de mère en toute sécurité. On veut aussi aider les femmes qui n'ont pas de problème de consommation d'alcool, mais qui désirent recommencer à boire avec modération, à organiser leur horaire d'allaitement de manière à réduire le risque d'exposition à l'alcool par le biais du lait maternel.

Par le passé, les programmes de prévention de l'ETCAF ne comportaient pas toujours un volet de soutien postnatal. Toutefois, on considère désormais qu'il est important d'aider tant les femmes qui ont cessé de consommer de l'alcool pendant leur gros-sesse afin de prévenir une rechute, que celles qui sont toujours aux prises avec des problèmes de consommation d'alcool ou qui ont des enfants atteints de l'ETCAF. Par les mesures de prévention de quatrième niveau, on vise à fournir un soutien postnatal aux mères afin qu'elles continuent d'améliorer leur santé, ainsi que celle de leurs enfants. À ce niveau, on peut également offrir de la formation en habiletés parentales.

Avantages

Pour les mères qui allaitent - Il est important que les mères soient bien renseignées sur les risques d'exposition à l'alcool par le biais du lait maternel et sur la façon de réduire ce risque [7, 8].

Pour les mères qui ont réduit leur consom-mation d'alcool pendant la grossesse, il est bon de continuer à les aider à gérer leur consommation d'alcool et de leur donner accès aux services de soutien connexes pour réduire les risques de l'ETCAF.

Pour les mères en rétablissement - Le réta-blis--sement à la suite de problèmes de consommation d'alcool ou de drogues est un long processus. Il est donc essentiel d'aider les mères qui ont des problèmes de consom-mation d'alcool ou de toxicomanie et qui sont parvenues à l'abstinence pendant leur gros-sesse de poursuivre leur rétablissement [9].

Pour les mères qui sont toujours aux prises avec des problèmes de consommation d'alcool ou qui ont des enfants atteints de l'ETCAF - Il a été démontré qu'un soutien postnatal d'une durée de trois ans aide les mères qui sont toujours aux prises avec des problèmes de consommation d'alcool et celles qui ont des enfants atteints de l'ETCAF à apporter des changements pouvant améliorer leur santé et leurs compétences parentales et à réduire les risques d'avoir un autre enfant atteint de l'ETCAF [10].

Exemples de mesures de prévention de quatrième niveau

Programmes communautaires d'encadrement dans les collectivités autochtones

Programmes communautaires d'encadrement dans les collectivités non autochtones

Programmes du Programme d'action communautaires pour les enfants (PACE) tels que

Programmes à multiples facettes

  • Crabtree Corner, Vancouver, C.-B. PACE, logement postnatal, groupe de soutien sur l'ETCAF pendant 12 semaines, groupe de soutien intergénérationnel sur l'ETCAF (disponible en anglais seulement)

Approche axée sur les discussions postnatales - OAR (Own Act and Reflect)

Programmes traditionnels sur le rôle parental

Ressources clés :

Sommaire de la recherche

Réflexions sur les mesures de prévention de quatrième niveau

Dans le cadre des soins de santé primaires, des services communautaires et des programmes de défense des droits, il sera bon de continuer de chercher des moyens d'aider les mères et leurs enfants - tant les mères qui ont cessé de consommer de l'alcool pendant leur grossesse que celles qui n'ont pas été en mesure de le faire.

Il est important d'intervenir tôt auprès des enfants qui ont été exposés à l'alcool avant leur naissance et de leur offrir de l'aide. La plupart des mères sont prêtes à faire tout ce qu'il faut pour que leurs enfants obtiennent cette aide. Parallèlement au soutien offert aux enfants, on peut aider les mères à résoudre le sentiment de culpabilité qu'elles ont par rapport au fait d'avoir exposé leur enfant à l'alcool pendant la grossesse, à prendre en charge leurs problèmes de consommation ou de santé en général, et à réduire le risque que leurs prochains enfants soient atteints de l'ETCAF.


Conclusion

Les fournisseurs de services et les respon-sables de la planification des services de santé au Canada font d'énormes progrès en ce qui a trait à l'élaboration et à la mise en œuvre de stratégies de prévention de l'ETCAF. Grâce au modèle de prévention à quatre niveaux que nous venons de vous présenter, nous avons pu adapter notre travail pour atteindre efficacement des femmes ayant différents besoins de rensei-gnements et de soutien. Cette méthode nous a également permis de faire participer un grand nombre d'intervenants en défense des droits, de fournisseurs de services et de collectivités à la prévention de l'ETCAF.

Nous invitons d'autres défenseurs des droits, fournisseurs de services et collectivités en général à poursuivre ce travail. Nous espérons que d'autres recherches seront effectuées et que notre travail pourra être évalué. Nous souhaitons que le modèle de prévention présenté dans ce document, les idées qu'il contient et les ressources qui y sont décrites seront utiles à d'autres qui font ce travail et que cela contribue à diminuer le nombre d'enfants qui naissent avec l'ETCAF.

Références

  1. Tough, S.C., et al., Attitudes and Approaches of Canadian Providers to Preconception Counselling and the Prevention of Fetal Alcohol Spectrum Disorders. Journal of FAS International, Janvier 2005. 3: p. e3.
  2. Floyd, R.L., et al., Preventing Alcohol Exposed Pregnancies: A Randomized Control Trial. American Journal of Preventive Medicine, 2007. 32(1): p. 1-10.
  3. Miller, W.R. et S. Rollnick, Motivational Interviewing: Preparing People for Change. 2e éd. 2002, New York, NY: The Guilford Press.
  4. Watkins, M. et D. Chovanec, Women working toward their goals through AADAC Enhanced Services for Women. Mars 2006, AADAC : Edmonton (Alb.)
  5. Poole, N., Evaluation Report of the Sheway Project for High Risk Pregnant and Parenting Women. 2000, British Columbia Centre of Excellence for Women's Health : Vancouver (C.-B.).
  6. Motz, M., et al., Breaking the Cycle: Measures of Progress 1995-2005 Journal of FAS International, Special Supplement, 2006. 4(e22).
  7. Little, R.E., et al., Alcohol, breastfeeding, and development at 18 months. Pediatrics, 2002. 109(5): p. e72.
  8. Gigla, R. et C. Binns, Alcohol and lactation: A systematic review. Nutrition & Dietetics, 2006. 63(2): p. 103-116.
  9. Hume, L. et N. Bradley, Reaching Mothers and Children Affected by Substance Use, in Highs and Lows: Canadian Perspectives on Women and Substance Use, N. Poole and L. Greaves, Editors. 2007, Centre for Addiction and .Mental Health: Toronto, Ont. p. 257-262.
  10. Grant, T.M., et al., Preventing alcohol and drug exposed births in Washington State: intervention findings from three Parent-Child Assistance Program sites. American Journal of Drug and Alcohol Abuse, 2005. 31(3): p. 471-490.

Remerciements

Le présent livret a été rédigé par Nancy Poole, British Columbia Centre of Excellence for Women's Health, Vancouver, avec la contribution de :

  • Anne-Marie Bédard, Agence de la santé publique Canada (ASPC), Ottawa
  • Arlene Hache, Centre for Northern Families, Yellowknife
  • Cristine Urquhart, ActNow BC Healthy Choices in Pregnancy, Vancouver
  • Donna De Filippis, ASPC, Ont./Nunavut
  • Donna Malone, ASPC, Atlantique
  • Doris Toy-Pries, ASPC, Alb./T.N.-O.
  • Elaine Prince, Inter Tribal Health Authority, Nanaimo
  • Enid Harrison, Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies, Ottawa
  • Holly MacKay, ASPC, Ottawa
  • Jan Andrews, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa
  • Judy Kay, Healthy Generations Family Support Program, Sioux Lookout
  • Karen Gelb, BCCEWH, Victoria
  • Kirsten Madsen, Women's Directorate, Whitehorse
  • Lisa Kehler, ASPC, Man./Sask.
  • Lucy Hume, Jean Tweed Centre, Toronto
  • Margaret Leslie, Mothercraft/Breaking the Cycle, Toronto
  • Marilyn Van Bibber, Inter Tribal Health Authority, Nanaimo
  • Mary Johnston, ASPC, Ottawa
  • Pam Woodsworth, Kids First, Saskatoon
  • Reetha Parthiban, ASPC, Ottawa
  • Robin Thurmeier, Saskatchewan Prevention Institute, Saskatoon
  • Stacy Taylor, Régie régionale de la santé de Beauséjour, Moncton
  • Susan Santiago, Motherisk, Toronto
  • Wendy Burgoyne, Meilleur départ, Wawa
  • Wendy Reynolds, AWARE, Kingston
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :