Page 5 : Guide canadien d'immunisation : Partie 2 - Innocuité des vaccins

Hypersensibilité anaphylactique aux œufs et aux antigènes de l'œuf

Considérations générales

L'allergie aux œufs est l'une des allergies alimentaires les plus courantes chez l'enfant. Sa prévalence se situe entre 1 et 3 % chez les enfants de moins de 3 ans. Elle est souvent associée à l'eczéma chez les nourrissons et à l'asthme chez les jeunes enfants. Dans la plupart des cas, elle disparaît avec l'âge, si bien que la prévalence chez l'adulte est beaucoup plus faible; elle est en effet estimée à 0,1 %. C'est le blanc de l'œuf qui est la source la plus courante des allergies aux œufs. La sensibilité croisée avec les jaunes d'œufs et les protéines de poulet a été décrite.

Les vaccins qui contiennent de petites quantités de protéines d'œuf peuvent provoquer des réactions d'hypersensibilité chez certaines personnes allergiques aux œufs. Au Canada, plusieurs vaccins sont fabriqués selon des procédés utilisant des œufs de poule ou des dérivés de ces œufs, par exemple des cultures cellulaires d'embryon de poulet. Pour cette raison, les vaccins suivants peuvent contenir des quantités résiduelles infimes de protéines d'œuf et de poulet :

  • Vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR)
  • Vaccin contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle (RORV)
  • Vaccins antigrippaux
  • Vaccin contre l'encéphalite transmise par les tiques
  • Vaccins contre la rage RabAvert®
  • Vaccin contre la fièvre jaune

Les réactions d'hypersensibilité consécutives à l'administration de ces vaccins varient considérablement en fonction de la quantité résiduelle de protéines d'œuf et de poulet présente dans le vaccin.

La survenue d'une anaphylaxie après l'administration de vaccins est rare. Elle peut se produire chez les personnes présentant une hypersensibilité anaphylactique aux œufs et; en l'absence d'antécédents allergiques aux œufs, elle peut être due à d'autres ingrédients du vaccin. En raison du caractère imprévisible de ce phénomène, l'immunisation doit toujours être effectuée par du personnel ayant la capacité et les ressources nécessaires à la prise en charge de l'anaphylaxie après vaccination. Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur la prise en charge de l'anaphylaxie en milieu non hospitalier, veuillez consulter le chapitre Réactions précoces à la vaccination, dont l'anaphylaxie de la partie 2.

Dépistage préalable à la vaccination

Avant d'administrer les vaccins contre la grippe, l'encéphalite transmise par les tiques, la fièvre jaune ou le vaccin RabAvert®contre la rage, il convient de demander aux personnes concernées si elles sont allergiques aux œufs ou au poulet. L'ingestion d'œufs dans le passé n'est pas une condition préalable à l'administration d'un vaccin contenant des protéines d'œuf. L'administration des vaccins est contre-indiquée chez les personnes ayant eu une réaction anaphylactique à l'administration antérieure d'une dose de vaccin. Il est recommandé d'orienter ces personnes vers un allergologue.

L'existence d'une affection atopique n'est pas une contre-indication à l'administration d'un vaccin contenant des protéines d'œuf.

Vaccin contenant les virus de la rougeole et des oreillons

La survenue d'une anaphylaxie après l'administration d'un vaccin ROR est rare. Selon des études menées chez des sujets allergiques aux œufs, ces personnes ne présentent aucun risque accru de réactions allergiques graves au vaccin ROR. Par exemple, une étude menée en 1994 auprès de 500 enfants ayant des antécédents d'allergie aux œufs n'a révélé aucune réaction anaphylactique après immunisation par le vaccin ROR. Des résultats semblables ont été obtenus dans un grand nombre d'études. Une analyse documentaire datant de 2000 conclut à l'innocuité de l'administration du vaccin ROR chez les enfants allergiques aux œufs, indiquant que la vaccination contre la rougeole ne doit pas être différée pour cause d'allergie aux œufs.

Les vaccins ROR et RORV semblent contenir une quantité de protéines d'œuf trop infime pour causer une réaction allergique chez les personnes allergiques aux œufs. La réalisation d'un test cutané avant l'administration du vaccin n'est pas recommandée car ce test ne permet pas de prévoir les réactions au vaccin. Les vaccins ROR ou RORV peuvent être administrés de façon systématique aux personnes ayant des antécédents d'hypersensibilité anaphylactique aux œufs de poule. En général, les réactions d'hypersensibilité consécutives à l'administration des vaccins ROR et RORV sont dues à d'autres ingrédients du vaccin, notamment la gélatine ou la néomycine.

Vaccin antigrippal

La survenue d'une anaphylaxie après l'administration d'un vaccin antigrippal est une conséquence rare d'hypersensibilité à un ingrédient du vaccin. De nos jours, au Canada, tous les vaccins antigrippaux sont fabriqués selon un procédé utilisant des œufs de poule et peuvent donc contenir d'infirmes quantités résiduelles de protéines d'œuf. Bien que la teneur en ovalbumine (protéine d'œuf) des vaccins antigrippaux fabriqués dans des œufs puisse varier d'une année à l'autre, l'approbation des vaccins commercialisés au Canada repose sur des critères de teneur en ovalbumine associés à de faibles risques d'effets indésirables.

Des études ont démontré que le vaccin antigrippal pouvait être administré sans danger aux personnes allergiques aux œufs. Le vaccin est bénéfique chez les personnes allergiques aux œufs, en particulier celles atteintes d'affections chroniques, telles que l'asthme.

Les personnes allergiques aux œufs peuvent recevoir une dose complète de n'importe quelle marque de vaccins contre le la grippe homologués au Canada sans avoir à subir au préalable de test cutané, qu'elles aient déjà eu ou non une réaction allergique grave aux œufs, et sans avoir à tenir compte de considérations particulières, y compris le lieu de vaccination. Le vaccin peut être administré dans tout lieu où se fait habituellement la vaccination. Cependant, comme pour l'administration de tout vaccin, les vaccinateurs devraient en tout temps avoir l'équipement nécessaire et être prêts à intervenir en cas d'urgence liée à la vaccination.

Orientation vers un spécialiste

L'orientation vers un allergologue peut parfois être nécessaire lorsque la mise en œuvre des recommandations ci-dessus soulève de sérieuses inquiétudes et qu'un risque de complications grippales existe. Si la personne concernée ne fait pas partie d'un groupe à risque élevé, on pourra réévaluer la nécessité de la vaccination.

Deuxième dose chez les jeunes enfants

Les enfants allergiques aux œufs auxquels il est nécessaire d'administrer une deuxième dose de vaccin antigrippal durant la saison grippale peuvent, s'ils ont bien toléré la dose initiale, recevoir une deuxième dose du même produit que celui utilisé pour la dose initiale. Le vaccin ne doit pas nécessairement provenir du même lot que le vaccin initial.

Counseling

Le vaccinateur devrait discuter des risques de réactions potentielles, notamment du risque potentiel de survenue d'une réaction anaphylactique après la période d'observation.

Observation après la vaccination

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur l'observation après la vaccination, veuillez consulter le chapitre Réactions précoces à la vaccination, dont l'anaphylaxie de la partie 2.

Renouvellement annuel de l'évaluation

Les personnes allergiques aux œufs devraient être réévaluées chaque année avant l'administration du vaccin antigrippal trivalent inactivé.

Vaccin contre la rage

Le vaccin contre la rage RabAvert® est produit sur des cultures cellulaires d'embryon de poulet. Le vaccin contre la rage Imovax® est fabriqué à partir de cultures sur les cellules diploïdes humaines, donc la contamination par protéines d'œuf ne pose pas problème. Dans le cadre d'une vaccination avant exposition, le vaccin contre la rage Imovax®devrait être administré aux personnes ayant des antécédents de réactions d'hypersensibilité aux œufs ou aux produits dérivés des œufs par mesure de précaution. Dans le cadre d'une prophylaxie après exposition, il est préférable de recourir au vaccin Imovax® chez les personnes ayant des antécédents d'hypersensibilité aux œufs. Si le vaccin Imovax® n'est pas disponible, le vaccin RabAvert® devrait être administré sous une surveillance médicale étroite dans des établissements de soins équipés pour la prise en charge en urgence des réactions anaphylactiques.

Vaccin contre l'encéphalite transmise par les tiques

Les personnes ayant des antécédents de réactions anaphylactiques aux œufs ou aux produits dérivés des œufs ne devraient recevoir le vaccin contre l'encéphalite transmise par les tiques que sous surveillance clinique étroite dans un établissement équipé pour la prise en charge en urgence de ce type de réactions.

Vaccin contre la fièvre jaune

Le vaccin contre la fièvre jaune est préparé à partir de virus cultivés sur des embryons de poulet. C'est le vaccin le plus susceptible de contenir des quantités suffisantes de protéines d'œuf ou de poulet pour provoquer une réaction allergique chez les personnes allergiques aux œufs ou au poulet. Plusieurs cas de réactions anaphylactiques au vaccin contre la fièvre jaune ont été signalés chez des personnes allergiques aux œufs ou au poulet; par conséquent, ce vaccin ne devrait pas être administré systématiquement aux personnes présentant ce type d'allergie.

Un rapport de cas datant de 2010 décrit un protocole pour l'administration par doses progressives du vaccin contre la fièvre jaune chez une personne allergique aux œufs présentant un test cutané de réaction à ce vaccin positif. Dans le cadre d'une étude menée en 2009 sur sept sujets allergiques aux œufs ayant présenté une forte éruption d'urticaire locale après l'administration par voie intradermique d'une dose d'essai de vaccin contre la fièvre jaune de 0,1 ml, la dose d'essai s'est révélée suffisante pour induire une réponse anticorps protectrice. L'orientation des personnes allergiques aux œufs ou au poulet vers un allergologue est recommandée étant donné que la vaccination contre la fièvre jaune peut être possible après une évaluation soigneuse, un test cutané et une provocation par doses progressives ou une désensibilisation.

Références choisies

  • Aickin R, Hill D, Kemp A. Measles immunisation in children with allergy to egg. Br Med J 1994;309:223-25.
  • Clark AT, Skypala I, Leech SC. British Society for Allergy and Clinical Immunology guidelines for the management of egg allergy. Clin Exp Immunol 2010;40:1116-29.
  • Comité consultatif national de l'immunisation. Egg allergy and MMR vaccine: New recommendations from the National Advisory Committee on Immunization. Can Comm Dis Rep 1996;22-14:113-15.
  • Comité consultatif national de l’immunisation. Déclaration sur la vaccination antigrippale pour la saison 2016-2017. Consulté en août 2016. Accès : http://www.phac-aspc.gc.ca/naci-ccni/flu-2016-grippe-fra.php
  • Comité consultatif national de l’immunisation. ADDENDA- l'administration du VVAI aux personnes allergiques aux œufs-Chapitre sur la grippe du Guide canadien d'immunisation et Déclaration sur la vaccination antigrippale pour la saison 2016-2017. Consulté en septembre 2016. Accès : http://www.phac-aspc.gc.ca/naci-ccni/flu-2016-grippe-addendum-eggs-oeufs-fra.php
  • Des Roches A, Paradis L, Gagnon R, Lemire C, Bégin P, Carr S, Chan ES, Paradis J, Frenette L, Ouakki M, Benoît M, De Serres G; PCIRN (Public Health Agency of Canada/Canadian Institutes of Health Research Influenza Research Network). J Allergy Clin Immunol 2012 Nov;130:1213-1216.
  • Erlewyn-Lajeunesse M, Lucas JS, Warner JO. Influenza immunization in egg allergy: an update for the 2011-2012 season. Clin Exp Immunol 2011;41:1367-70.
  • Fasano MB, Wood RA, Cooke SK, et al.Egg hypersensitivity and adverse reactions to measles, mumps and rubella vaccine. J Pediatr 1992;120(6):878-81.
  • Forsdahl BA. Reactions of Norwegian children with severe egg allergy to an egg-containing influenza A (H1N1) vaccine: a retrospective audit. BMJ Open 2012:2:e000186.
  • Fox A, Lack G. Case report. Egg allergy and MMR vaccination. Br J Gen Pract 2003;53:801-02.
  • Freigang B, Jadavji TP, Freigang DW. Lack of adverse reactions to measles, mumps and rubella vaccine in egg-allergic children. Ann Allergy 1994;73:486-88.
  • Greenhawt MJ, Spergel JM, Rank MA, et al.Safe administration of the seasonal trivalent influenza vaccine to children with severe egg allergy. Ann All Asthma Imm 2012;09:426-30.
  • Gruenberg DA, Shaker MS. An update on influenza vaccination in patients with egg allergy. Curr Opin Pediatr 2011;23:566-572.
  • Herman JJ, Radin R, Schneiderman R. Allergic reactions to measles (rubeola) vaccine in patients hypersensitive to egg protein. J Pediatr 1983;102(2):196-99.
  • James JM, Burks AW, Roberson PK, et al.Safe administration of the measles vaccine to children allergic to eggs. N Engl J Med 1995;332(19):1262-66.
  • Kelso JM, Yunginger JW. Immunization of egg-allergic individuals with egg- or chicken-derived vaccines. Immunol Allergy Clin North Am 2003;23(4):635-48.
  • Khakoo GA, Lack G. Recommendations for using MMR vaccine in children allergic to eggs. Br Med J 2000;320:929-32.
  • Munoz-Cano R, Sanchez-Lopez J, Bartra J, et al. Yellow fever vaccine and egg allergy: really a problem? Allergy 2010;65:531-36.
  • Roukens AH, Vossen AC, van Dissel JT, et al. Reduced intradermal test dose of yellow fever vaccine induces protective immunity in individuals with egg allergy. Vaccine 2009;27:2408-09.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :