ARCHIVÉ - Plan stratégique de l’Agence de la santé publique du Canada : 2007 – 2012, Information, Savoir, Action

 

La direction que nous prenons

 L'évolution de notre univers   |   Incidences sur la santé

Contexte stratégique

Devant l'éventail d'enjeux qui touchent la santé des Canadiens, l'ASPC doit adapter ses activités aux tendances générales sur la scène nationale et internationale, aux priorités et contraintes gouvernementales, ainsi qu'aux défis particuliers auxquels le secteur de la santé fait face. Complexes, ces enjeux doivent être gérés de manière à pouvoir réaliser nos objectifs : améliorer la santé des Canadiens, réduire les écarts en matière de santé et renforcer les capacités dans la santé publique.

L'évolution de notre univers

Évolution de la population canadienne

Comme l'indique le recensement de 2006, le Canada affiche le taux de croissance démographique le plus élevé des pays du G-8, en majeure partie grâce à l'immigration. La plupart des immigrants s'établissent dans les grands centres, soit à Montréal, Toronto et Vancouver, et, avec l'exode continu des régions rurales, représentent une partie du phénomène croissant d'urbanisation et de banlieusardisation que connaît notre pays. Bien que ces changements démographiques aient créé d'importants centres de croissance économique au Canada, ils ont également entraîné de plus fortes concentrations de pauvreté dans certains quartiers, menaçant la santé et le mieux-être de nombreux enfants et de jeunes. L'urbanisation a également entraîné des problèmes sur le plan de la criminalité, du transport, de la qualité de l'air et des infrastructures dans nos grandes villes. En revanche, les régions rurales présentent des possibilités économiques limitées. La population active y est réduite et les services de plus en plus insuffisants. Tous ces facteurs ont également une incidence importante sur la santé.

En même temps, la population vieillissante du Canada continue de croître dû à la fois aux faibles taux de natalité et à l'augmentation de l'espérance de vie. Au cours des dix prochaines années, les Canadiens âgés de plus de 65 ans seront plus nombreux que ceux de moins de 15 ans, alors que le « quatrième âge » (personnes de plus de 80 ans) constituera un segment important de la population. Bien qu'ils contraignent la société à mettre un nouvel accent sur l'engagement social et l'indépendance des aînés, ces changements se répercuteront également sur l'incidence et la répartition de nombreuses maladies et blessures, et exerceront des pressions croissantes sur le système de santé du Canada.

La population autochtone du Canada échappe à ces changements démographiques. Bien que la majorité des Autochtones vivent en région urbaine, plus du tiers demeurent encore dans des collectivités isolées, mal desservies et présentant des possibilités économiques limitées. Et même si la population autochtone est plus jeune et augmente plus rapidement que le reste de la population canadienne, elle vit également certains problèmes de santé qui lui sont propres. Le renforcement des relations avec les peuples autochtones et l'amélioration de leur qualité de vie, qu'ils vivent ou non dans des réserves, représentent des défis de taille pour le gouvernement fédéral, étant donné le rôle particulier qu'il doit assumer dans ce secteur. L'ASPC estime nécessaire de clarifier son rôle à l'égard de la santé publique chez les Autochtones et de mettre un accent accru sur les enjeux liés à ce secteur en élaborant un cadre stratégique sur la santé publique chez les Autochtones.

Environnement

Les Canadiens reconnaissent de plus en plus les liens qui existent entre la santé et l'environnement, non seulement en ce qui a trait aux effets des toxines et des polluants, mais aussi aux conséquences du changement climatique et aux solutions de remplacement qui sont proposées en matière de développement durable. Des populations croissantes se mobilisent en faveur de la protection de l'environnement à l'échelle mondiale, alors qu'au Canada, l'augmentation de l'urbanisation entraîne une demande accrue à l'égard des ressources énergétiques, terrestres et autres, de même que des concentrations plus élevées de toxines et de polluants. L'adoption d'une politique rigoureuse et exhaustive en matière de santé publique est nécessaire pour déterminer et gérer les liens entre la santé et l'environnement, et pour aider les collectivités touchées.

Brian Coombes
Brian Coombes est chercheur au Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire de l'ASPC. Il tente de trouver de nouveaux moyens de prévenir la transmission aux humains des infections des animaux. Brian a reçu un prix international prestigieux de l'American Society for Microbiology, qui récompense les chercheurs en début de carrière pour l'excellence de leurs recherches et leur potentiel dans le domaine de la microbiologie et des maladies infectieuses.
Science et technologie

Les découvertes scientifiques et les progrès technologiques se sont multipliés à un rythme effarant durant la dernière décennie, mais leur incidence sur le secteur de la santé est partagée. Les progrès en matière de traitement et de soins offrent, d’une part, de nouvelles possibilités de combattre la maladie et d’améliorer la santé, mais exercent, d’autre part, des pressions financières accrues sur notre système de santé déjà en situation difficile. Cependant, en proposant de nouvelles méthodes visant à améliorer la santé et à prévenir la maladie, en partie grâce à une meilleure compréhension des déterminants de la santé et des conséquences de la politique en matière de promotion de la santé et des interventions communautaires à l’échelle nationale et à l’échelle internationale, les progrès réalisés en santé publique peuvent contribuer à réduire ces coûts. En outre, des progrès importants ont été réalisés dans le domaine de la génomique de la santé publique, un nouveau domaine qui évalue les répercussions de l’interaction entre les gènes et l’environnement (c.-à-d. l’environnement physique, l’alimentation, le comportement, les médicaments et les agents des maladies infectieuses) sur la santé de la population. Le but consiste à appliquer les connaissances des progrès découlant de la recherche sur la biotechnologie et les génomes pour prévenir les maladies et améliorer la santé de la population. L’ASPC continuera donc d'établir des partenariats avec les communautés scientifiques et politiques nationales et internationales afin d'appliquer rapidement les nouvelles connaissances issues de la recherche à l’amélioration de la santé et a la prévention des maladies chroniques et infectieuses.

Mondialisation et santé publique à l'échelle mondiale

Les sociétés et les économies deviennent de plus en plus interdépendantes, ce qui a pour effet de promouvoir l'échange de capitaux, de main-d’œuvre, de ressources, de biens, de services, de technologies, d'idées et de cultures dans le monde entier. Les conséquences et les possibilités sont stupéfiantes. La mondialisation a déjà des conséquences importantes sur la santé publique au Canada. L'augmentation considérable de la fréquence et de la vitesse avec lesquelles le monde transige et se déplace a des répercussions économiques importantes sur les Canadiens, favorisant leur accès à un éventail accru de produits de consommation et d'aliments. Mais la mondialisation entraîne aussi son lot de problèmes. Depuis les 30 dernières années, la migration a une incidence de plus en plus marquée sur la santé au Canada et dans les autres pays qui reçoivent des immigrants. Elle constitue d'ailleurs l'un des moyens par lesquels la mondialisation accroît le risque de propagation des maladies infectieuses, augmentant à la fois la probabilité d'une épidémie et la vitesse à laquelle elle se transmettra. La satisfaction des exigences d'une économie mondiale donne lieu à des contraintes de temps plus élevées pour les familles canadiennes, à une prolifération des aliments cuisinés et à une réduction du temps consacré à l'activité physique. La mondialisation a aussi des répercussions importantes dans le secteur de la santé et de la sécurité, étant donné que la libre circulation des personnes et des idées facilite également l'exportation de l'instabilité et de la violence, constituant une menace pour la santé et la sécurité des Canadiens. Et même si le risque de situation d'urgence sanitaire demeure faible, les conséquences, qu'elles soient naturelles ou attribuables aux activités humaines, pourraient être désastreuses.

La mise en place d'une solide infrastructure internationale de santé publique et l'amélioration de la santé dans le monde sont dans l'intérêt du Canada : en réduisant le risque de maladies ailleurs, nous contribuons à protéger les Canadiens contre les menaces actuelles et nouvelles à la santé publique. En outre, comme le Canada est signataire de traités et d'accords tels le Règlement sanitaire international, il a des obligations particulières à respecter au sein de la communauté internationale. En communiquant le savoir du Canada et en assumant un rôle de premier plan au nom du Canada à des forums internationaux, l'ASPC peut contribuer à la réalisation de ces objectifs dans le cadre de partenariats avec des gouvernements étrangers et des organismes internationaux. À titre de point central de coordination des questions de santé et de sécurité pour le compte du gouvernement du Canada, l'ASPC, de concert avec ses intervenants et d'autres ministères fédéraux et ordres de gouvernement, continuera de renforcer les capacités du Canada de manière à ce qu'il puisse disposer de mécanismes solides et complets d'intervention en cas de situations d'urgence en santé publique.

unité mobile de laboratoire
En juin 2005, le Laboratoire national de microbiologie de l'ASPC, situé à Winnipeg, a envoyé une de ses unités mobiles de laboratoire hautement spécialisées dans le nord de l'Angola, en Afrique, afin de surveiller une éclosion du virus de Marburg, fièvre hémorragique virale semblable à la fièvre d'Ebola. L'ASPC est reconnue mondialement pour son appui à l’établissement de diagnostics sur le terrain et pour ses travaux visant à mettre au point des vaccins contre les virus d'Ebola et de Marburg.
Évolution des valeurs et de la gouvernance

Les valeurs canadiennes sont le reflet du phénomène croissant d'urbanisation et de banlieusardisation que nous vivons actuellement. Nous accordons encore une grande importance à l'équité tout en mettant de plus en plus l'accent sur la tolérance et la diversité. Notre système de santé demeure un enjeu de premier plan; il est à l'image des valeurs canadiennes et contribue au sentiment d'identité nationale des Canadiens. Non seulement observe-t-on une sensibilisation croissante à la santé publique au cœur de ce système, mais on constate également que les Canadiens s'attendent à ce que le système de santé publique soit en mesure de protéger leur mieux-être. Bien que la participation officielle au processus politique ait perdu de son intensité (c.-à-d., diminution des membres votants ou des militants), on constate aussi une hausse des demandes à l'égard d'une participation au processus décisionnel et à l'établissement des priorités. Les Canadiens exigent également que les gouvernements soient honnêtes, transparents et responsables. L'ASPC tentera de répondre à ces demandes en continuant de mener des consultations publiques et de participer à l'élaboration des stratégies en matière de santé publique.

Thomas Kind
Thomas Kind est superviseur d'agents de quarantaine à la station de quarantaine de Vancouver. Lui et son équipe préviennent l'introduction et la propagation de maladies transmissibles au Canada. Ils surveillent les problèmes de santé partout dans le monde, interviennent lorsque des voyageurs malades sont signalés et collaborent étroitement avec les administrations portuaires et les conducteurs de véhicule.
Contexte gouvernemental en matière de santé publique

Dans sa planification stratégique, l'Agence doit répondre non seulement aux changements du contexte extérieur, mais aussi aux priorités, aux possibilités et aux contraintes propres au contexte gouvernemental.

La responsabilisation, que le gouvernement canadien a définie comme une priorité clé, constitue un facteur très important dans ce contexte. L'Agence recherche l'excellence dans la gestion des ressources publiques et elle est reconnue pour sa surveillance continue de ses programmes de contributions et de subventions. En vertu de la nouvelle Loi fédérale sur la responsabilisation, le gouvernement se doit d'améliorer la surveillance et la gestion afin d'assurer la transparence et la reddition de comptes aux Canadiens, particulièrement en ce qui concerne les nominations, les contrats et la vérification au sein des ministères et des sociétés d'État. L'Agence continuera d'accroître la transparence et la responsabilité de ses activités et veillera à ce que ses programmes continuent de répondre aux exigences gouvernementales au fur et à mesure qu'elles évolueront.

Relations intergouvernementales

Autre élément clé dans le contexte de l’Agence : ses relations avec d’autres acteurs. Les progrès réalisés sur les questions de santé publique nécessitent une collaboration étroite entre les gouvernements, y compris les ministères et organismes fédéraux, les autorités provinciales et territoriales de la santé publique ainsi que les administrations locales, municipales et régionales. Alors que les soins de santé sont d’abord du ressort des provinces et des territoires, la santé publique est une responsabilité partagée entre les administrations, et l’Agence assure le leadership dans le cadre des processus fédéraux, provinciaux et territoriaux, comme l’établissement d’objectifs du Plan canadien de lutte contre la pandémie d'influenza. L'Agence continuera donc de travailler avec les gouvernements provinciaux et territoriaux aux dossiers d'importance nationale par l'intermédiaire du Réseau de santé publiqueNote de bas de page 2 et du Conseil des médecins hygiénistes en chef, tout en renforçant sa collaboration avec les organismes fédéraux – comme Santé Canada, Environnement Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments – qui jouent un rôle essentiel dans le traitement des questions de santé publique. En tant que principal organisme fédéral responsable des questions de santé publique, l'Agence a, de toute évidence, un rôle de premier plan à jouer dans la coordination des efforts déployéspour relever ces défis.

Capacité dans le domaine de la santé publique

La capacité, qui est traditionnellement faible, du Canada dans le domaine de la santé publique constitue un des défis les plus importants auxquels tous les gouvernements doivent faire face. Les lacunes existantes, décelées par l'ensemble des gouvernements, ont été mises en lumière à l'occasion de l'épidémie de SRAS de 2003. Même si des progrès ont eu lieu depuis, on remarque toujours au Canada un manque de professionnels qualifiés dans le secteur de la santé publique, des lacunes dans les systèmes de communication et de partage de l'information ainsi qu'une inégalité des ressources et des capacités dans les différentes compétences. En partenariat avec les intervenants et les autres gouvernements, l'Agence s'efforce d'élaborer des stratégies en vue de surmonter ces lacunes qui limitent notre capacité d'agir dans les grands dossiers concernant la santé publique.

Jay Krishnan
Le biologiste Jay Krishnan travaille dans une enceinte de classe 3 au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg. Les enceintes de classe 3 protègent le personnel de laboratoire en permettant de confiner les matières dangereuses dans un environnement totalement clos et ventilé.

Incidences sur la santé

Déterminants de la santé et disparités de l'état de santé

Même si, comme on le sait, les Canadiens sont généralement en excellente santé, certaines faiblesses subsistent. Puisque l'état de santé est déterminé à la fois par le patrimoine génétique, les facteurs sociaux et économiques, l'environnement physique et les comportements individuels, un certain nombre des éléments susmentionnés ont des incidences importantes sur la santé. Les Canadiens des quartiers urbains plus pauvres, les nouveaux immigrants coupés de leurs soutiens sociaux habituels, les personnes vivant en milieu rural et confrontées à l'effondrement de l'économie locale et les Autochtones qui n'ont pas le sentiment de maîtriser leur avenir risquent tous de voir leur état de santé empirer. La santé publique a un rôle essentiel à jouer pour mobiliser les efforts de tous les secteurs en vue de faire face à ces déterminants. C'est pourquoi, en collaboration avec les autres gouvernements, secteurs et partenaires, l'Agence continuera de placer les disparités de l'état de santé au sommet de ses priorités.

Dr Robert Geneau
Le Dr Robert Geneau est chercheur scientifique au Centre de collaboration sur les politiques relatives aux maladies non transmissibles de l’Organisation mondiale de la Santé au sein de l’ASPC. Le Dr Geneau possède une expertise en recherche qualitative et une compréhension approfondie de l’élaboration des politiques publiques, qui ont grandement bénéficié à l’Observatoire des politiques relatives aux maladies non transmissibles. Il est titulaire d’une maîtrise en sciences sociales et d’un doctorat en santé publique et a reçu une formation postdoctorale en transfert et en échange des connaissances.
Maladies chroniques et blessures

Les maladies chroniques, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer, sont les principales causes de décès et de maladie au Canada. Le fardeau continuera de croître au fur et à mesure que la population vieillira. Pour certaines de ces maladies, les causes initiales et facteurs de risque sont semblables. La prévalence de facteurs de risque tels l'exposition aux polluants et aux produits toxiques pour l'environnement, la mauvaise alimentation et la sédentarité augmente de plus en plus. Comme la couverture médiatique et les préoccupations du public en témoignent, les Canadiens sont de plus en plus sensibilisés à ces risques, ainsi qu'au fardeau et aux coûts liés aux maladies mentales. Les blessures sont l’une des principales causes de décès au Canada chez les personnes de 1 à 44 ans. Les programmes de prévention des blessures sont essentiels à la réduction des taux de blessures au Canada. L'Agence continuera de chercher des approches intégrées pour la prévention des blessures ainsi que le traitement et la prévention des maladies chroniques. De plus, elle collaborera avec des partenaires en vue d'élaborer des méthodes coopératives permettant de s'attaquer aux facteurs de risque associés.

Maladies infectieuses

Bien que les maladies infectieuses ne soient pas parmi les principales causes de décès au Canada, les effets de l'éclosion non contrôlée d'une maladie infectieuse, quelle qu'elle soit, seraient immenses. Comme on a pu le constater lors de l'épidémie de SRAS, la simple impression qu'une maladie infectieuse est hors de contrôle peut produire des perturbations sociales et économiques importantes. La mondialisation facilite la propagation rapide d'une épidémie existant dans une autre partie du monde, tandis que les changements climatiques et l'accroissement de la population mondiale augmentent le risque d'éclosion d'une nouvelle maladie. Plusieurs maladies nouvelles ou rares sont également apparues ou réapparues dans le monde au cours des dernières années, dont le virus du Nil occidental et la maladie de Lyme. Pour faire face à ces risques, l'Agence continuera d'élaborer et de mettre en œuvre des stratégies de préparation et de prévention des maladies, et elle assumera un rôle prépondérant dans la prévention des maladies infectieuses en s'associant aux efforts scientifiques et aux organismes nationaux et internationaux.

Dr Kobasa a reçu le Prix du scientifique le plus prometteur de l'ASPC
Les travaux du D Darwyn Kobasa, chercheur scientifique au Laboratoire national de microbiologie, portent actuellement sur une technique connue sous le nom de génétique inverse. Il s'agit d'un nouveau domaine de recherche qui a d'importantes répercussions sur la santé publique et qui pourrait accroître notre capacité d'intervenir en cas de pandémie de grippe. En 2006, le D Kobasa a reçu le Prix du scientifique le plus prometteur de l'ASPC.



Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :