ARCHIVÉ - Plan stratégique de l’Agence de la santé publique du Canada : 2007 – 2012, Information, Savoir, Action

 

Qui sommes-nous?

 Le rôle   |   Main-d'œuvre   |   Nos forces

Who We Are

La Loi sur l'Agence de santé publique du Canada, loi habilitante de l'ASPC, définit celle-ci comme un organisme faisant partie du portefeuille de la Santé. Elle crée officiellement le poste d'administrateur en chef de la santé publique (ACSP) et reconnaît le double rôle particulier de ce dernier : administrateur général de l'Agence et conseiller du ministre de la Santé en matière de santé publique, ainsi que premier professionnel de la santé publique au Canada, investi du pouvoir légal de communiquer directement avec les Canadiens sur les questions liées à la santé publique.

L'Agence compte environ 2 100 employés, dont des professionnels de la santé publique, des scientifiques, des techniciens, des spécialistes en communication, des administrateurs, ainsi que des analystes et planificateurs de politiques. Cet effectif se trouve dans des bureaux, des laboratoires et à des postes sur le terrain partout au pays. Dans le nord, les programmes de l' ASPC sont gérés par les services de la région du Nord de Santé Canada.

Le rôle du gouvernement fédéral à l'égard de la santé publique

Bien que la prestation des services de soins de santé soit d’abord du ressort des provinces, la santé publique est une responsabilité partagée entre les gouvernements. Le gouvernement fédéral joue un rôle clé en santé publique, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les administrations locales et d’autres secteurs. Le rôle du gouvernement fédéral en santé publique est fondé sur la respon-sabilité du contrôle des maladies infectieuses à nos frontières, comme cela est stipulé dans la Constitution du Canada, tout comme l’avait été la création du ministère de la Santé au fédéral, en réaction à la grippe pandémique de 1918. Au fil du temps, ce rôle a crû. Il englobe aujourd’hui un large éventail de mesures fédérales visant à protéger les Canadiens des menaces pour leur santé. Le gouvernement fédéral assure un leadership clé dans les domaines suivants :

  • Législation et programmes liés à la quarantaine
  • Réglementation sur le contrôle des agents pathogènes
  • Mesures préparatoires en cas d’urgence et de pandémie

En 1974, il a été reconnu, dans le rapport Lalonde, que le gouvernement fédéral a un rôle à jouer dans le domaine de la santé publique afin de promouvoir la santé en général, y compris les mesures de lutte contre les maladies infectieuses et chroniques. Il a aussi été largement accepté que le gouvernement fédéral doit adopter des mesures relativement aux questions de santé publique d’intérêt national afin de permettre à la population canadienne de demeurer en santé.

Alors, concrètement, qu'est-ce que cela signifie? Bien que le gouvernement fédéral ait une responsabilité particulière à assumer dans les situations d'urgence sanitaire, rarement utilise-t-il ce pouvoir et beaucoup de questions de santé publique suscitant un intérêt national ne sont pas considérées comme des situations d'urgence. Puisque la santé publique est une responsabilité partagée, la façon la plus efficace pour le gouvernement fédéral de gérer ces questions, c'est de travailler en collaboration avec les provinces et les territoires. Les travaux du gouvernement fédéral peuvent, dans certains secteurs, apporter une valeur ajoutée différente des activités des autres compétences, mais complémentaire à celles-ci . Ces travaux sont, entre autres, les suivants :

  • Leadership national – besoin d'établir des normes et des lignes directrices nationales, d'établir des partenariats, de coordonner des efforts nationaux ou d'établir un consensus, comme c'est le cas dans la coordination et la direction d'activités nationales de surveillance ou l'élaboration d'une stratégie nationale sur les ressources humaines en santé publique;
  • Masse critique – secteur où le gouvernement fédéral possède des compétences techniques hautement spécialisées lui permettant de fournir des conseils et des services destinés à renforcer les capacités nationales, comme le personnel des sciences de la santé publique qui occupe les laboratoires et centres de l' ASPC, ou son personnel d'appoint intervenant dans les situations d'urgence;
  • Économie d'échelle – secteur semblable à celui de la masse critique, où les capacités actuelles sont telles qu'il est plus abordable de miser sur les investissements existants, comme c'est le cas des installations de biosécurité de niveau 4 au Laboratoire national de microbiologie;
  • Investissements dans les biens publics – secteur où les coûts sont centralisés, mais où l'on partage les avantages éventuels à grande échelle, comme c'est le cas du travail de l'ASPC qui consiste à transmettre et à communiquer des connaissances à la communauté canadienne et internationale de santé publique.

Comme il doit prendre des mesures vis-à-vis des questions de santé publique présentant un intérêt national, le gouvernement du Canada a également procédé au lancement de nouvelles initiatives dans des secteurs où d'autres n'avaient pas les capacités suffisantes pour le faire, telle la Stratégie nationale sur le sida en 1990.


Main-d’œuvre de l'ASPC (2007)Note de bas de page 1

La représentation de l'ASPC dans tous les secteurs est comparable à la population active du Canada et à l'ensemble de la fonction publique.

  • Âge moyen : 41,5 ans
  • Femmes (69,6 %)
  • Minorités visibles (11,7 %)
  • Autochtones (3,3 %)
  • Personnes handicapées (4,4 %)
  • Une proportion de 20,9 % des employés ont pour première langue officielle le français.

L'ASPC emploie de nombreux professionnels de la santé publique, dont plus de :

  • 65 biologistes
  • 40 médecins en titre (y compris des médecins spécialisés en médecine communautaire, dans les infections et les maladies chroniques, ainsi qu'en pédiatrie )
  • 50 infirmières et infirmiers de la santé publique (dont des infirmières et infirmiers des services de quarantaine qui travaillent dans les principaux aéroports internationaux du Canada)
  • 20 vétérinaires

L'ASPC est également fière d'être un lieu d'apprentissage pour de nombreux jeunes professionnels de la santé publique au Canada. En tout moment, vous y trouverez quelque 200 étudiants désireux d'apprendre et de contribuer au travail de l'ASPC.



l'analyse de l'effectif réalisée par l'Agence de santé publique du Canada




Les valeurs de l'ASPC :

Leadership : Sur le plan organisationnel, nous voulons des dirigeants qui favorisent la planification à long terme, l'innovation, la réflexion stratégique fondée sur des données probantes, ainsi que la communication ouverte, et qui créent un climat d'enthousiasme, propice au travail d'équipe. Sur le plan individuel, nous recherchons l'excellence et nous nous acquittons de nos responsabilités quotidiennes en faisant preuve de dévouement et de transparence.

Milieu de travail sain : Nous voulons une organisation qui reconnaît et souligne ouvertement l'apport de ses employés, qui favorise l'équité, la diversité et l'inclusion, et qui encourage un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle et familiale.

Comportement conforme à l'éthique : Nous voulons un milieu de travail qui favorise le respect, la courtoisie, l'impartialité et l'équité, dans lequel les gens, à tous les échelons, font preuve d'intégrité, d'honnêteté et de confiance dans l'accomplissement de leurs rôles et responsabilités, ainsi que dans leurs relations à l'interne et à l'externe.

Poursuite de l'excellence : Nous aspirons à l'excellence dans l'exécution du mandat de l'ASPC, grâce à un comportement professionnel, aux compétences, à l'objectivité, à l'impartialité, à l'apprentissage continu, au perfectionnement professionnel, à la créativité et à l'innovation, à l'utilisation efficace et efficiente des ressources, et à un attachement constant aux principes et à la science de la santé publique.

Dévouement à l'égard du service : Nous voulons un engagement à fournir un service respectueux et de qualité supérieure, et reconnaissons la diversité des personnes et des collectivités avec lesquelles nous traitons quotidiennement. Nous sommes soucieux et fiers de notre travail, soit aider le ministre de la Santé à servir les intérêts publics, et contribuons aux efforts de l'ASPC visant à réduire les écarts en matière de santé au Canada et dans le monde.

Nos forces

  • La diversification des connaissances, des compétences et de l'expérience de notre personnel
  • Notre engagement profond à l'égard de la santé publique
  • Le degré élevé de collaboration entre l'ASPC et les gouvernements provinciaux, territoriaux et autres intervenants
  • Notre présence constante à l'échelle régionale
  • Nos laboratoires et notre infrastructure scientifique de calibre mondial
  • Le degré d'influence que nous avons déjà sur le programme de santé publique tant à l'échelle nationale qu'internationale
Qui nous sommes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :