LA RÉSISTANCE AUX ANTITUBERCULEUX : RAPPORT SOMMAIRE POUR 2003

En 1998, la Division de la lutte antituberculeuse du Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses de Santé Canada, en collaboration avec le Réseau technique canadien de laboratoires de tuberculose et les laboratoires (qui représentent l'ensemble des provinces et des territoires) du Système canadien de surveillance des laboratoires de tuberculose (SCSLT), a mis sur pied un système national de surveillance en laboratoire afin de suivre l'évolution de la résistance aux antituberculeux au Canada.

Les laboratoires transmettent à la Division de la lutte antituberculeuse les résultats des épreuves de sensibilité aux antituberculeux pour chaque patient dont on a prélevé un échantillon ou un isolat pendant l'année civile. La Division collige ensuite ces données en vue de la rédaction d'un rapport annuel. Un rapport présentant les résultats de 2003 et les résultats ajustés de 2002 (tenant compte de l'élimination des données en double et des rapports reçus après l'échéance) des épreuves de sensibilité auxquelles ont été soumis les isolats de bacilles tuberculeux au Canada, en date du 10 mars 2004, est disponible sur le site Web de Santé Canada au : http:// www.phac-aspc.gc.ca/publicat/tbdrc03/index-eng.php. En voici un aperçu.

Méthodologie

La Division de la lutte antituberculeuse tient une base de données sur les résultats d'épreuves de sensibilité aux antituberculeux d'isolats de Myco-bacterium tuberculosis (MTB) et du complexe M. tuberculosis. La collecte des données est effectuée au moyen d'un formulaire de déclaration standard ou par transmission électronique. Les renseignements recueillis comprennent lesexeetl'année de naissance du patient, la province ou le territoire déclarant, la province ou le territoire d'où provient le prélèvement et les résultats de l'épreuve de sensibilité. La Division consacre beaucoup d'efforts à l'élimination des échantillons en double. Pour les besoins de l'analyse, seuls les résultats les plus récents pour un patient donné sont inclus.

Les épreuves systématiques de sensibilité de MTB ou du complexe MTB aux antituberculeux majeurs sont généralement effectuées selon la méthode radiométrique des proportions (Bactec®). La Saskatchewan utilise le MGIT® 960, et les autres provinces et territoires, le Bactec® 460. Le tableau 1 énumère les antituberculeux majeurs et les concentrations en mg/ L utilisées par les laboratoires participants.

Résultats

Des 1 379 isolats sur lesquels l'analyse a porté en 2003, 173 (12,5 %) étaient résistants à un ou plusieurs antituberculeux majeurs et, le plus souvent, à l'INH (9,3 %). Au total, 20 isolats (1,5 %) étaient de souches multirésistantes (TB-MR), c'est-à-dire à tout le moins résistantes à l'INH et à la RMP. Sept de ces isolats présentaient une résistance à quatre ou cinq des antituberculeux majeurs testés.

Le nombre d'isolats de MTB déclarés en 2003 n'a presque pas changé par rapport à l'année précédente (de 1 420 en 2002 à 1 379 en 2003). Aussi, le pourcentage d'isolats affichant une résistance quelconque aux antituberculeux n'a pas changé (12,6 % en 2002 à 12,3 % en 2003, et la proportion d'isolats de TB-MR, était la même (1,5 %) pour les deux années. Dans l'ensemble, les niveaux de résistance aux antituberculeux n'ont pas fait preuve de différence significative depuis la mise en vigueur du présent système de déclaration en 1998. La figure 1 fait état de la résistance aux antituberculeux au Canada de 1998 à 2003.

Tableau 1. Concentrations minimales inhibitrices des épreuves courantes de sensibilité aux antituberculeux de première ligne

Antituberculeux

CMI (mg/ L)

Commentaires

Isoniazide (INH)

0, 1

 

Rifampine (RMP)

2, 0

 

Éthambutol (EMB)

2, 5

La Colombie-Britannique utilise une CMI de 4,0 mg/ L.

Streptomycine (SM)

2,0

Pas d'épreuves systématiques de sensibilité à la SM pour les isolats du Québec, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard.

Pyrazinamide (PZA)

100,0

Pas d'épreuves systématiques de sensibilité au PZA pour les isolats de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan et du Yukon.


Figure 1. Profil général de résistance aux antituberculeux déclarée au Canada, 1998-2003

Figure 1

Les résultats recueillis jusqu'à maintenant par ce système de surveillance vont dans le sens des données internationales. Selon le dernier rapport du projet mondial de surveillance de la résistance aux antituberculeux mené par l'Organisation mondiale de la Santé et l'Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (1) , le taux médian de résistance aux antituberculeux dans les pays participants était de 1, 1 % pour les nouveaux cas et de 7 % pour les cas déjà traités (comparativement à 12,5 % au Canada). Pour la TB-MR, le taux médian de résistance était de 10,2 % pour les nouveaux cas et de 18,4 % pour les cas déjà traités (comparativement à 1,5 % au Canada).

Étant donné l'inquiétude grandissante suscitée par la résistance aux antituberculeux partout dans le monde, ce système de surveillance en laboratoire est essentiel pour fournir rapidement les données nécessaires permettant de suivre l'évolution de la résistance aux antituberculeux au Canada.

Référence

  1. Projet mondial OMS/ UICTMR pour la surveillance de la résistance bactérienne aux médicaments antituberculeux (1999-2002). Anti-tuberculosis drug resistance in the world. Rapport no 3. (WHO/ CDS/ TB/ 2000.278). Genève : Organisation mondiale de la Santé, 2004.

Source : Division de la lutte antituberculeuse, Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses, Santé Canada.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :