6e conférence Canadienne sur l'immunisation

Volume 31-15
1er août 2005

Présentations orales de résumés scientifiques
Palais des congrès
Montréal (Québec)
Du 5 au 8 décembre 2004

Les présentations scientifiques par affiches et orales ont été l'un des composants scientifiques majeurs de la Conférence canadienne sur l'immunisation, qui s'est tenue au Palais des congrès de Montréal, au Québec, du 5 au 8 décembre 2004. Avant la conférence, des résumés scientifiques ont été soumis au sous-comité scientifique, qui les a évalués. Les meilleurs résumés ont été choisis en vue d'une présentation à la conférence. En 2004, 75 personnes ont présenté une affiche et 12 ont fait une présentation orale. Six de ces personnes se sont montrées intéressées à la publication de leur résumé dans le Relevé des maladies transmissibles au Canada (RMTC).


Catégorie : Vaccins antiviraux et infections virales

Épidémiologie des cas de coqueluche hospitalisés depuis le remplacement du vaccin anticoquelucheux à germes entiers par le vaccin acellulaire

Bettinger JA, Halperin SA, De Serres G, Scheifele D, Tam T

Contexte et objectif

Entre juillet 1997 et avril 1998, tous les territoires et les provinces au Canada ont remplacé le vaccin anticoquelucheux à germes entiers (C) par le vaccin anticoquelucheux acellulaire (Ca) dans le cadre du programme d'immunisation universelle des nourrissons. Le but de la présente analyseétait de déterminer si ce changement dans le programme national d'immunisation a entraîné un changement dans l'épidémiologie des cas de coqueluche hospitalisés.

Méthodes

La base de données sur la coqueluche du réseau IMPACT a été examinée en vue de recenser tous les cas de coqueluche signalés entre janvier 1991 et juin 2004. IMPACT est un réseau de surveillance active mis en oeuvre dans 12 centres pédiatriques au Canada qui comptent environ 90 % des lits de soins tertiaires pédiatriques dans le pays. On a comparé les taux et les caractéristiques des cas de coqueluche hospitalisés pour les périodes antérieure et postérieure au emplacement du vaccin anticoquelucheux à germes entiers par le vaccin acellulaire.

Résultats

Un nombre total de 2 000 cas de coqueluche ont été admis dans les IMPACT au cours de la période de 13 1/2 ans; 121 cas ont été vaccinés ou sont nés durant la période de transition et n'ont pas été pris en compte dans l'analyse. Des renseignements précis sur la vaccination étaient disponibles dans 891 (44,6 %) des cas et, dans les autres cas, nous avons déduit ces renseignements à partir de la date de vaccination. Le nombre de cas ayant reçu le vaccin C s'élevait à 1 171, et le nombre de cas ayant reçu le vaccin Ca à 708, le nombre de filles étant légèrement plus élevé dans les deux groupes (54,3 % et 51,3 %). La plupart des cas sont survenus entre juillet et décembre (66,3 % et 62,5 %). Nous avons observé un changement majeur dans la répartition par âge, une proportion plus élevée de nourrissonsétait soit trop jeunes pour être immunisés (0 à 1 mois; 42,5 % pour le vaccin Ca c. 27,5 % pour le vaccin C) ou trop jeunes pour avoir reçu la deuxième dose (2 à 3 mois; 41,5 % c. 32,6 %). Une proportion beaucoup plus faible de nourrissons hospitalisés après avoir reçu deux doses (4 à 6 mois; 11,9 % pour le vaccin Ca c. 19,5 % pour le vaccin C) ou trois doses (7 à 11 mois; 1,7 % c. 8,1 %). La proportion des nourrissons admis durant leur deuxième année de vie après avoir reçu le vaccin Ca était également beaucoup plus faible (1,7 % c. 9,2 %). Les échecs vaccinaux étaient plus nombreux dans le cas du vaccin C (13,2 %) que pour le vaccin Ca (2,8 %). Aucune différence n'a été observée quant à la durée du séjour aux soins intensifs ou à l'hôpital.

Conclusion

Le remplacement du vaccin à germes entiers par le vaccin acellulaire a été associé à un changement, à savoir que les nourrissons touchés sont plus jeunes, ils ne sont pas immunisés ou ne le sont pas complètement, ce qui nous amène à conclure que le vaccin anticoquelucheux acellulaire offre une meilleure protection contre la coqueluche grave nécessitant l'hospitalisation que le vaccin à germes entiers.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :