ARCHIVÉ - ANNEXE 2

 

Services de laboratoire pour les enquêtes sur les éclosions de maladie invasive due au streptocoque du groupe A

Le Centre national pour le streptocoque (CNS) offre des services de laboratoire pour les enquêtes sur les éclosions ou les grappes de cas de maladie invasive due au streptocoque du groupe A (SGA). C'est aux organismes locaux de santé publique que revient la décision d'entreprendre une telle enquête. L'équipe d'enquête devrait coordonner l'envoi d'isolats et des renseignements requis au CNS par le biais de son laboratoire provincial local ou d'un laboratoire désigné. L'équipe locale d'enquête sur une éclosion est invitée à fournir une brève description écrite de l'événement, qui sera transmise, par l'entremise du laboratoire provincial compétent ou du laboratoire désigné, au CNS avant la soumission d'isolats. Cette procédure permet au laboratoire d'agir rapidement. Les isolats associés à l'enquête sur l'éclosion sont classés comme prioritaires aux fins des analyses et les rapports sont transmis par téléphone ou télécopieur aux personnes qui ont soumis les isolats dès que les tests sont terminés. Les résultats préliminaires concernant les isolats visés par une enquête sur une éclosion devraient être disponibles en l'espace de 1 semaine.

On peut communiquer avec le CNS à: Tél.: 780-407-8977; 780-407-8937 Fax: 780-407-8984 Courriel: m.lovgren@provlab.ab.ca; g.tyrrell@provlab.ab.ca

Si l'enquête comporte des tests chez les contacts (c.-à-d. la caractérisation des isolats de SGA non invasifs), des dispositions devraient être prises pour la culture primaire de ces échantillons par l'entremise des laboratoires locaux de microbiologie ou des laboratoires provinciaux. Les isolats peuvent ensuite être transmis au CNS pour des analyses plus poussées. Les personnes qui envoient les isolats sont invitées à utiliser le formulaire du CNS pour la soumission de tous les isolats. Ce document est affiché sur le site Web du CNS à l'adresse qui suit : www.provlab.ab.ca (Partners\National Centres\Centre national pour le streptocoque\CNS Requisition Forms).

Caractérisation de Streptococcus pyogenes (SGA)

L'analyse du SGA fait intervenir des techniques sérologiques et moléculaires. Pour obtenir le profil de la souche, il faut identifier le type de protéine M et de protéine T et rechercher l'anticorps dirigé contre le facteur d'opacité du sérum pour détecter les souches positives pour ce facteur.

Typage de la protéine M

La protéine M est un facteur de virulence important produit par le SGA. C'est un antigène protéique de surface qui confère au microorganisme la capacité de résister à la phagocytose et ainsi échapper aux défenses immunitaires humaines contre l'infection. La caractérisation sérologique classique de la protéine M repose sur une réaction antigène-anticorps entre le microorganisme et des antisérums spécifiques de type M. Les antisérums M sont foncièrement difficiles à préparer (il n'existe pas de réactifs dans le commerce) et, partant, ce test spécialisé n'est offert que dans six laboratoires de référence dans le monde. Il existe 86 types de protéine M qui ont été officiellement classés au moyen de cette méthode sérologique. Le test est effectué par immunodiffusion et, en particulier pour les types M moins courants, plusieurs étapes peuvent être requises pour classer la souche. La production de la protéine M est codée par le gène emm, et l'analyse moléculaire permet de classer un nombre sans cesse croissant de types emm. Le type emm correspond au type M (p. ex., M1 = emm 1) lorsque la souche appartient à l'un des types M reconnus à l'échelle internationale. Le typage du gène emm permet cependant de classer un grand nombre de souches pour lesquelles il n'existe pas d'antisérums M classiques. Le typage emm est donc un outil plus spécifique.

Typage T

La protéine T n'est pas un facteur de virulence mais elle constitue un autre « marqueur » sérologique qui permet de distinguer les souches. Une souche de SGA peut posséder un ou plusieurs antigènes T, et le même profil d'antigène T peut être retrouvé chez plusieurs types M ou emm.LetypageTestdoncune méthode moins spécifique que le typage M ou emm;il existe toutefois une association entre le profil T et les types M ou emm spécifiques. Le typage T est effectué en observant la réaction antigène-anticorps avec des antisérums de type T spécifiques.

Typage SOF

Le facteur d'opacité du sérum (SOF) est une enzyme produite par certains types M/emm. C'est une apoprotéinase qui doit son nom à sa capacité de produire une opacité lorsqu'un extrait de la souche est mélangé avec du sérum de mammifère (du sérum équin est habituellement utilisé). Certains types M sont connus pour être positifs pour le SOF et d'autres sont habituellement négatifs pour le SOF (p. ex., M1 est toujours négatif pour le SOF, et M22 est normalement positif pour le SOF). Le facteur d'opacité de souches positives pour le SOF peut être typé par neutralisation de la réaction à l'aide d'antisérums spécifiques. C'est ce qu'on appelle le typage de l'anticorps dirigé contre le facteur d'opacité (AOF) et, à quelques exceptions près, le type AOF correspond au type M/emm.

Typage du gène sic des souches M1

Les techniques classiques d'analyse de l'ADN (p. ex. électrophorèse en champ pulsé) ne sont pas assez spécifiques pour qu'on puisse distinguer les souches du même type M/emm.Toutefois,pourles souches M1/emm 1, qui représentent de 20 % à 30 % des souches responsables de maladies invasives chaque année au Canada, il est possible d'utiliser la variation à l'intérieur du gène sic (inhibiteur streptococcique du complément) pour analyser plus à fond les isolats associés à une éclosion. Avant d'expédier les échantillons, on devrait discuter avec le CNS de l'utilisation de ce test pour des enquêtes spécifiques.

Rédacteurs : Marguerite Lovgren et Gregory J. Tyrrell

Lectures suggérées

  1. 1. Beall B, Gherardi G, Lovgren M et al. emm and sof gene sequence variation in relation to serological typing of opacity-factor positive group A streptococci. Microbiology 2000;146:1195-209.

  2. 2. Beall B, Facklam RR, Elliott JA et al. Streptococcal emm types associated with T-agglutination types and the use of conserved emm gene restriction fragment patterns for subtyping of group A streptococci.JMed Microbiol 1998;47:893-8.

  3. 3. Facklam RF, Martin DR, Lovgren M et al. Extension of the Lancefield classification for group A streptococci by addition of 22 new M protein gene sequence types for clinical isolates: emm 103 to emm 124. Clin Infect Dis 2002;43:28-38.

  4. Facklam R, Beall B, Efstratiou et al. emm typing and validation of provisional M types for group A streptococci. Emerg Infect Dis 1999;5:247-53.

  5. Tyrrell GJ, Lovgren M, Forwick B et al. M types of group A streptococcal isolates submitted to the Centre national pour le streptocoque (Canada) from 1993-1999. J Clin Microbiol 2002;40:4466-71.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :