Actualités sur les maladies infectieuses - Mai 2015

Volume 40-10, le 15 mai 2014 : Infections transmises par les moustiques

Actualités sur les maladies infectieuses

Cette rubrique est de retour à la demande générale, avec des résumés d'articles récemment publiés au sujet de maladies infectieuses.

Fièvre Chikungunya au Canada : fièvre et polyarthrite chez un voyageur de retour au pays

Une Canadienne de 28 ans, auparavant en bonne santé, a subi de nombreuses piqûres de moustiques alors qu'elle visitait Mumbai, en Inde, en septembre 2010. Après 12 jours de voyage, elle a commencé à souffrir d'une fièvre aiguë, de frissons et de douleurs articulaires graves touchant principalement ses poignets, son cou et ses chevilles. Pendant son séjour en Inde, elle a été traitée pour un paludisme présumé et on lui a administré des analgésiques par voie parentérale. Sa fièvre a disparu au bout de trois jours. En plus de la fièvre et des douleurs articulaires, elle a signalé une hyperpigmentation de la peau sur l'arête du nez. Pendant sa convalescence, la fièvre n'est pas réapparue, mais la patiente est demeurée incapable d'étirer et de faire pivoter ses poignets, d'effectuer une flexion dorsale du pied ou une flexion plantaire, ou encore d'effectuer une rotation intérieure ou extérieure des chevilles sans douleur importante.

Le chikungunya est une infection à arbovirus émergente chez les voyageurs, et les médecins canadiens sont de plus en plus susceptibles d'en voir des cas. La fièvre Chikungunya est causée par le virus Chikungunya, qui est transmis par les moustiques Aedes aegypti et, moins fréquemment, par les moustiques Aedes albopictus.

Schwartz KL, Giga A, Boggild AK. Chikungunya fever in Canada: fever and polyarthritis in a returned traveller (en anglais seulement). CMAJ. 2014 Feb 24.

Prévention de la dengue grâce aux téléphones cellulaires : preuves recueillies sur le terrain

La dengue est la maladie virale transmise par les moustiques qui se propage le plus rapidement dans le monde (Organisation mondiale de la santé, 2009). Au cours des deux dernières décennies, la hausse spectaculaire du nombre d'infections au virus de la dengue a été particulièrement flagrante en Amérique latine et dans les Caraïbes. Le présent document examine les preuves expérimentales de l'efficacité de la technologie de téléphonie mobile dans l'amélioration des comportements préventifs en matière de santé au sein des ménages dans les zones où la dengue est endémique. Les principaux résultats indiquent qu'une exposition répétée à l'information en matière de santé encourage les ménages à adopter des mesures préventives contre la dengue.

Dammert AC, Galdo JC, Galdo V. Preventing dengue through mobile phones: evidence from a field experiment in Peru. J Health Econ. 2014 Mar 5;35C:147-161. doi: 10.1016/j.jhealeco.2014.02.002.

Infection à virus Zika en Polynésie française : conséquences sur les transfusions sanguines

La Polynésie française, dans le Sud du Pacifique, a connu la plus importante éclosion déclarée d'infection à virus Zika. L'éclosion a commencé en octobre 2013 et on estime à 28 000 le nombre de cas en février 2014 (environ 11 % de la population). Les sérotypes 1 et 3 du virus de la dengue circulent de manière concomitante. Pour autant que nous le sachions, aucune étude n'a été menée sur la survenue de cas d'infection à virus Zika découlant de la transfusion de sang infecté. Puisqu'il a été signalé que d'autres arbovirus sont transmis par transfusion sanguine, plusieurs procédures de prévention ont été mises en œuvre à ce jour afin de prévenir la transmission du virus Zika par la transfusion en Polynésie française, notamment l'exécution de tests des acides nucléiques chez les donneurs de sang. Nous signalons ici que le virus Zika a été détecté chez 42 des 1 505 donneurs de sang testés; ces 42 personnes étaient asymptomatiques au moment du don de sang.

Le virus Zika, un arbovirus appartenant à la famille des Flaviviridae et au genre Flavivirus, a été isolé pour la première fois en 1947 chez un singe de la forêt Zika, en Ouganda. Des cas sporadiques de fièvre Zika chez l'humain ont été signalés depuis les années 1960. La première éclosion documentée ailleurs qu'en Afrique ou en Asie est survenue en 2007 dans l'État de Yap, en Micronésie, dans le Pacifique Nord. La fièvre Zika y était caractérisée par une éruption cutanée, une conjonctivite et une arthralgie. Le virus Zika a été isolé chez plusieurs espèces de moustiques Aedes, notamment Ae. aegypti et Ae. albopictus. Le moustique Ae. aegypti est répandu dans les régions tropicales et subtropicales du monde et le moustique Ae. albopictus est désormais établi dans de nombreuses régions d'Europe, en particulier dans les pays du bassin méditerranéen. Des signalements récents de cas importés d'infection au virus Zika en provenance d'Asie du Sud-Est ou du Pacifique vers l'Europe ou le Japon soulignent le risque d'une émergence du virus Zika dans les régions du monde où le vecteur est présent.

Musso D, Nhan T, Robin E, Roche C, Bierlaire D, Zisou K, Shan Yan A, Cao-Lormeau VM, Broult J. Potential for Zika virus transmission through blood transfusion demonstrated during an outbreak in French Polynesia, November 2013 to February 2014 (en anglais seulement). Euro Surveill. 2014;19(14):pii=20761.

Déclaration de l'OMS concernant la propagation internationale du poliovirus sauvage

Dans le contexte de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite, le Comité a estimé que la propagation internationale de la poliomyélite ... constituait un « événement extraordinaire » et ... qu'une action internationale coordonnée s'imposait. Non maîtrisée, cette situation pourrait entraîner un échec de l'éradication mondiale de l'une des plus graves maladies à prévention vaccinale...

Le Pakistan, le Cameroun et la République arabe syrienne sont ceux qui présentent les risques les plus élevés de poursuite des exportations de poliovirus sauvage en 2014... L'Afghanistan, la Guinée équatoriale, l'Éthiopie, l'Iraq, Israël, la Somalie et en particulier le Nigéria... présentent toujours un risque de nouvelle exportation du poliovirus sauvage en 2014. (Tous) ces États devraient encourager les personnes résidant ou effectuant un séjour de longue durée sur leur territoire à se faire administrer une dose supplémentaire de VPO ou de VPI dans un délai de 4 semaines à 12 mois avant un voyage international; les personnes qui entreprennent un voyage urgent (dans un délai inférieur à 4 semaines) devraient être encouragées à se faire administrer une dose avant leur départ.

Déclaration de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) suite à la réunion du Comité d'urgence du Règlement sanitaire international concernant la propagation internationale du poliovirus sauvage 5 mai 2014

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :