Plan d'action de l'ASPC sur la maladie de Lyme

Volume 40-5, le 6 mars 2014 : La maladie de Lyme

Sommaire global

Sommaire du Plan d’action sur la maladie de Lyme de l’Agence de la santé publique du Canada

Harymann M1*, Ogden N1, Lindsay R1, Lawless V1, Deilgat M1, Sternthal S1

Affiliation

1 Agence de la santé publique du Canada, Centre des maladies infectieuses d’origine alimentaire, environnementale et zoonotique

Correspondance

marian.harymann@phac-aspc.gc.ca

DOI

https://doi.org/10.14745/ccdr.v40i05a03f

Résumé

Contexte : La maladie de Lyme est une maladie infectieuse émergente au Canada, qui requiert une approche de contrôle et de prévention globale. Il s'agit d'une maladie grave due à une bactérie transmise par certaines espèces de tiques. À l'heure actuelle, le risque pour la maladie sévit dans les parties sud de la Colombie-Britannique et du Manitoba, le sud et l'est de l'Ontario, le sud du Québec et du Nouveau-Brunswick, et dans certaines localités de la Nouvelle-Écosse.

Objectif : Mettre en avant le Plan d'action sur la maladie de Lyme de l'Agence de la santé publique du Canada qui vise à atténuer le risque que pose la maladie pour les Canadiens au moyen d'activités concrètes entreprises conjointement avec les provinces/territoires et divers intervenants.

Méthodologie : Nous avons adopté une approche multidisciplinaire pour évaluer les données probantes issues de la recherche sur la maladie de Lyme au Canada, analyser les préoccupations des intervenants et évaluer les données dont nous disposons présentement pour informer les professionnels de la santé et le grand public. Cet exercice a permis d'orienter l'élaboration d'un plan d'action axé sur la prévention de la maladie, ainsi que le diagnostic et le traitement.

Résultats : Le Plan d'action sur la maladie de Lyme propose des mesures concrètes à entreprendre sur trois ans, à partir de mars 2014. Il repose sur les trois piliers que voici :

  1. Engagement, sensibilisation et activités pédagogiques;
  2. Surveillance, contrôle et prévention;
  3. Recherche et diagnostic.

Conclusion: Pour une prévention et un contrôle efficaces de la maladie de Lyme au Canada, il va falloir adopter un modèle d'engagement coordonné mettant à contribution des partenaires et intervenants multiples.

Introduction

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse émergente au Canada, dont le contrôle et la prévention requièrent une approche globale. Il s'agit d'une affection grave due à une bactérie transmise par certains types de tiques. À l'heure actuelle, le risque pour la maladie sévit dans les parties sud de la Colombie-Britannique et du Manitoba, le sud et l'est de l'Ontario, le sud du Québec et du Nouveau-Brunswick, et dans certaines localités de la Nouvelle-Écosse. Ce risque se répand par les oiseaux migrateurs et d'autres hôtes animaux qui transportent les tiques dans de nouvelles régions. Pour mousser la prévention ainsi que le diagnostic et le traitement précoces, il va falloir sensibiliser davantage le public à la maladie et promouvoir un engagement collaboratif auprès des professionnels de la santé publique et des soins de santé, des universitaires, des scientifiques et des groupes de défense des droits des patients.

Le présent Plan d'action a pour objectif d'atténuer le risque que pose la maladie de Lyme pour les Canadiens par des activités concrètes engageant de façon conjointe les provinces, les territoires et un éventail d'intervenants.

Approche

Ce Plan d'action est le fruit d'une approche multidisciplinaire à plusieurs égards : évaluation de la surveillance, du risque et des données probantes issues de la recherche sur la maladie de Lyme au Canada et à l'étranger; examen des préoccupations d'intervenants divers en ce qui a trait à la prévention, au diagnostic et au traitement de la maladie; et évaluation de la pertinence de l'information à l'intention des professionnels de la santé et du grand public. Tout ce matériel a ensuite été utilisé en vue de l'élaboration d'un plan d'action conçu pour mieux prévenir la maladie – dans un tel cadre, les cas de la maladie de Lyme qui surviendront pourront recevoir un diagnostic et un traitement précoces. Ce plan a également été conçu pour s'harmoniser avec les secteurs prioritaires de l'Agence de la santé publique du Canada et des grands objectifs du gouvernement fédéral (voir la Figure 1). 

Le Plan d'action

Le Plan d'action repose sur trois piliers :

  1. engagement, sensibilisation et activités pédagogiques,
  2. surveillance, contrôle et prévention,
  3. recherche et diagnostic.

Engagement, sensibilisation et activités pédagogiques

Accroître la sensibilisation du public et mieux renseigner les fournisseurs de soins de santé : voilà des éléments clés pour prévenir la maladie de Lyme et favoriser un diagnostic et un traitement précoces. À cette fin, il va falloir entreprendre une série de démarches :

  • campagne publicitaire ciblant les professionnels des soins de santé, ainsi que les citoyens se livrant à des activités de plein air;
  • relations de proximité avec les intervenants – dissémination d'une trousse complète de matériel pédagogique pour un éventail d'utilisateurs finaux, notamment les professionnels de santé publique;
  • engagement des médias – entrevues proactives avec des experts et une collaboration avec Actualité Canada;
  • mise à contribution des médias sociaux : Facebook, Twitter et blogs.

Pour mieux protéger les Canadiens contre la maladie de Lyme, l'Agence de la santé publique du Canada (l'Agence) engage activement les autorités sanitaires des provinces/territoires et autres intervenants à faire équipe pour mieux coordonner le volet communications de la réponse nationale à la maladie de Lyme.

Surveillance, contrôle et prévention

En matière d'épidémiologie, la collecte, l'analyse et l'interprétation des données sont des aspects essentiels à la pratique de santé publique. En ce qui concerne plus particulièrement la surveillance nationale des tiques et des cas humains de la maladie de Lyme, l'Agence vise à mesurer les fluctuations nationales et régionales de la présence de la maladie et à définir les populations à risque. Aussi, pour rendre plus efficaces la surveillance, le contrôle et la prévention de la maladie, elle s'engage à :

  • explorer avec les partenaires des méthodes de surveillance novatrices;
  • adopter des stratégies pour encourager un comportement préventif;
  • mener des examens systématiques et autres recherches sur l'épidémiologie, le contrôle et la prévention de la maladie de Lyme au Canada pour mieux orienter l'élaboration de lignes directrices de santé publique;
  • entreprendre des études sur le terrain pour concevoir des modèles de risque permettant de mieux repérer les aires de risque émergentes.

L'Agence entend également consulter les intervenants en vue d'améliorer les initiatives de prévention et les lignes directrices de santé publique de façon à ce qu'elles tiennent compte des données scientifiques de pointe et des meilleures pratiques du jour.

Recherche et diagnostic

Pour ce qui est de la maladie de Lyme et d'autres maladies émergentes transmises par les tiques, il est impératif de poursuivre les recherches afin de mieux comprendre leurs causes, leurs complications et en assurer un diagnostic et un traitement plus efficaces. Aussi, l'Agence entend examiner les données probantes issues de la recherche en vue d'explorer :

  • des méthodes plus efficaces pour endiguer les tiques qui transportent et répandent la maladie de Lyme;
  • les méthodes de diagnostic améliorées qui voient le jour;
  • les souches et les espèces de pathogènes transmis par les tiques, leurs aires géographiques, ainsi que leurs répercussions possibles sur le diagnostic et la gravité de la maladie.

Quant aux pratiques cliniques et aux lignes directrices sur les méthodes de laboratoire, elles feront l'objet d'un examen et d'une mise à jour.

Figure 1. Les trois piliers du Plan d'action sur la maladie de Lyme et leur alignement sur les secteurs prioritaires, ainsi que sur la vision, les buts et les objectifs fédéraux clés en la matière

Figure 1
Text Equivalent

Figure 1 : Diagramme illustrant les trois piliers du plan d'action pour la maladie de Lyme et leur correspondance avec les secteurs prioritaires, les objectifs fédéraux clés, les buts et la vision.

Il s'agit d'un organigramme illustrant les trois piliers du plan d'action pour la maladie de Lyme et leur correspondance avec les secteurs prioritaires, les objectifs fédéraux clés, les buts et la vision.

Le premier secteur prioritaire énuméré est la mobilisation, l'éducation et l'information. Ce secteur prioritaire inclut les renseignements suivants :

  1. Transfert des connaissances et échange des outils de surveillance/contrôle pour la santé publique provinciale/territoriale
  2. Campagne de sensibilisation du public : grand public et cliniciens; communications sur les risques élaborées; intervenants mobilisés.

Ce secteur prioritaire répond aux objectifs fédéraux clés suivants :

  1. Réduction du risque environnemental par le contrôle des tiques et la gestion environnementale
  2. Les Canadiens à risque adoptent des comportements préventifs grâce à des communications ciblées sur les risques.

Les objectifs fédéraux clés pour ce secteur prioritaire aident à répondre au but de prévenir les cas de maladie de Lyme. Atteindre ce but permet de réaliser la vision de réduire au minimum le fardeau de la maladie de Lyme pour l'économie et la santé.

Le deuxième secteur prioritaire est la surveillance, la prévention et le contrôle. Ce secteur prioritaire inclut les renseignements suivants :

  1. Évaluation de la perception des risques et des interventions produite; revue systématique des renseignements actuels
  2. Programmes et méthodes de contrôle des tiques élaborés

Surveillance accrue mise en place; capacité de surveillance des provinces et territoires accrue.

Ce secteur prioritaire répond aux objectifs fédéraux clés suivants :

  1. La surveillance délimite la population à risque en définissant les zones endémiques émergentes
  2. Les Canadiens à risque adoptent des comportements préventifs grâce à des communications ciblées sur les risques.
  3. Réduction du risque environnemental par le contrôle des tiques et la gestion environnementale

Les objectifs fédéraux clés pour ce secteur prioritaire aident à répondre aux buts de prévenir et de traiter tôt les cas de maladie de Lyme. Atteindre ce but permet de réaliser la vision de réduire au minimum le fardeau de la maladie de Lyme pour l'économie et la santé.

Le troisième secteur prioritaire est la recherche et le diagnostic. Cela inclut les renseignements suivants :

  1. Améliorer les méthodes diagnostiques de laboratoires; augmenter l'ensemble des agents pathogènes testés; établir la gamme des espèces et des souches de Borrelia
  2. Outils créés pour l'aide au diagnostic/traitement pour les professionnels de la santé.

Le secteur prioritaire de la recherche et du diagnostic répond à l'objectif fédéral clé suivant :

  1. Les professionnels de la santé possèdent les renseignements à jour pour les aider à diagnostiquer correctement la maladie de Lyme.

Conclusion

Pour être efficaces, le contrôle et la prévention de la maladie de Lyme au Canada exigent de la part des multiples partenaires et intervenants une mobilisation coordonnée. Une telle démarche contribuera à réduire le plus possible les effets de la maladie en :

  • sensibilisant davantage le public, les fournisseurs de soins de santé et autres intervenants à l'égard de la maladie et en les aidant à mieux comprendre les enjeux;
  • renforçant la surveillance nationale pour mieux cibler les aires d'émergence de la maladie et les populations à risque;
  • effectuant des recherches pour améliorer le diagnostic et le traitement;
  • favorisant un diagnostic et un traitement précoces de la maladie.

Remerciements

Nous reconnaissons la contribution de nombreux intervenants qui ont participé à l'élaboration de ce Plan d'action et qui sont appelés à jouer un rôle de premier plan dans sa mise en œuvre. Également, nous remercions grandement toutes les personnes de l'Agence de la santé publique du Canada qui sont intervenues aux diverses étapes de rédaction de ce plan.

Déclaration de conflit d'intérêts

Il n'y a aucun conflit d'intérêts à déclarer.

Financement

Ce travail a été appuyé par l'Agence de la santé publique du Canada.

Références

Agence de la santé publique du Canada. Plan d'action sur la maladie de Lyme.
http://www.phac-aspc.gc.ca/id-mi/lyme-plan-fra.php

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :