Actualités sur les maladies infectieuses : février 2015 (S1)

RMTC

Volume 41S-1, le 20 février 2015 : Entérovirus D68 et influenza

Actualités sur les maladies infectieuses

Shaw J, Welch TR, Milstone AM. The role of syndromic surveillance in directing the public health response to the enterovirus D68 epidemic. (disponible en anglais seulement) JAMA Pediatr. 2014;168(11):981−2. doi:10.1001/jamapediatrics.2014.2628.

« Les panels de détection de pathogènes respiratoires par réaction en chaîne de la polymérase multiplex vendus dans le commerce permettent de détecter rapidement les pathogènes courants avec une sensibilité et une spécificité élevées. En raison des similitudes de séquence d'ADN qui existent entre les nombreux types de Rhinovirus et d'Enterovirus, la plupart de ces panels ne font pas la distinction entre ces deux groupes de virus qui sont donc généralement recensés dans la catégorie « Rhinovirus/Enterovirus ». Ces panels se sont avérés être un moyen de dépistage utile lors de l'éclosion actuelle d'EV-D68, les échantillons révélés positifs pour le Rhinovirus/Enterovirus pouvant ensuite être soumis à une analyse supplémentaire destinée plus particulièrement à détecter EV-D68…  Les tests de confirmation reposent sur le séquençage partiel de la région VP4-VP2 ou VP1 du gène codant pour des protéines structurales, méthode disponible dans certains… laboratoires ».

Skowronski D, Chambers C, Sabaiduc S, De Seers G, Dickinson J, Winter AL et al. Interim estimates of 2014/15 vaccine effectiveness against influenza A(H3N2) from Canada's Sentinel Physician Surveillance Network (disponible en anglais seulement), janvier 2015, Euro Surveill. 201 Jan 29;19(5).

Jusqu'à présent, au Canada, la saison grippale 2014-2015 a été caractérisée par l'activité prédominante de la grippe de type A(H3N2). En janvier 2015, le Réseau de médecins sentinelles du Canada (SPSN) a effectué une évaluation provisoire de l'efficacité du vaccin contre des cas de grippe A(H3N2) pris en charge médicalement et confirmés en laboratoire selon une méthode cas-témoins avec témoins négatifs. Sur 861 participants, 410 (48 %) étaient des cas positifs (35 % vaccinés) et 451 (52 %) étaient des témoins négatifs (33 % vaccinés). Parmi les cas positifs, la majorité (391; 95 %) avaient reçu un diagnostic de grippe A et parmi ceux dont le sous-type a pu être déterminé, presque tous les cas de grippe A (379/381; 99 %) étaient de type A(H3N2). Sur les 226 (60 %) virus A(H3N2) séquencés, 205 (91 %) appartenaient au sous-groupe phylogénétique 3C.2a, considéré comme génétiquement et antigéniquement distinct de la souche de référence du vaccin de 2014-2015. Cette non-concordance marquée du vaccin s'est traduite par une protection vaccinale globale très faible, voire nulle, avec une efficacité vaccinale ajustée contre les cas de grippe A(H3N2) pris en charge médicalement de − 8 % (IC à 95 %), − 50 à 23 %). À la lumière de ces résultats, des mesures de protection complémentaires devront être envisagées afin de limiter la morbidité et la mortalité, en particulier parmi les personnes à risque élevé. La conduite d'une étude plus approfondie sur le virus ou les facteurs propres à l'hôte qui influent sur cette protection vaccinale est justifiée.

McNeil SA, Andrew MK, Ye L, Haguinet F, Hatchette TF, ElSherif M, LeBlanc J, Ambrose A, McGeer A, McElhaney JE, Loeb M, MacKinnon-Cameron D, Sharma R, Dos Santos G, Shinde V, on behalf of the Investigators of the Serious Outcomes Surveillance Network of the Canadian Immunization Research Network (CIRN). Interim estimates of 2014/15 influenza vaccine effectiveness in preventing laboratory-confirmed influenza-related hospitalisation from the Serious Outcomes Surveillance Networks of the Canadian Immunization Research Network (disponible en anglais seulement), janvier 2015. Euro Surveill. 2015;20(5):pii=21024.

À ce jour, la saison grippale 2014-2015 au Canada a été caractérisée par une activité précoce et intense dominée par la grippe A (H3N2). Au total, 99,0 % (593/599) des hospitalisations pour les cas de grippe confirmés en laboratoire avec un type de virus grippal connu inscrit dans les hôpitaux sentinelles du réseau de surveillance des cas graves (SOS) du Réseau canadien de recherche sur l'immunisation étaient attribuables à la grippe A. Parmi les 216 cas avec un sous-type connu, la grippe A (H3N2) représentait 99,1 % (n = 214). Les estimations provisoires de l'efficacité du vaccin non concordantes, ajustées en fonction de l'âge et de la présence d'un ou de plusieurs troubles médicaux comorbides, ont été établies selon une méthode de cas-témoins avec témoins négatifs : -16,8 % (intervalle de confiance à 90 % de −48,9 à 8,3) dans l'ensemble et -22,0 % (intervalle de confiance à 90 % de −66,5 à 10,7) pour les cas de grippe A (H3N2) confirmés en laboratoire. Chez les adultes âgés de moins de 65 ans, l'efficacité globale du vaccin était de 10,8 % (intervalle de confiance à 90 % de -50,2 à 47,0), tandis que chez les adultes âgés de 65 ans ou plus, l'efficacité globale du vaccin était de -25,4 % (intervalle de confiance à 90 % de -65,0 à 4,6).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :