Chapitre 5 : Rapport d'étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Hommes gais, bisexuels, bispirituels et ayant des relations sexuelles avec des hommes – Recherche actuelle

Chapitre 5 – Recherche actuelle sur le VIH/sida chez les hommes gais, bisexuels, bispirituels ou ayant des relations sexuelles avec des hommes

Le présent chapitre donne un aperçu des projets de recherche portant sur le VIH/sida chez les hommes gais, bisexuels, bispirituels et ayant des relations sexuelles avec des hommes au Canada qui étaient en cours entre 2006 et 2011 ou qui sont en cours d'élaboration à la fin de cette période. Une analyse de la recherche sur des populations particulières d'hommes gais et d'autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH) ainsi que sur les déterminants de la santé liés à la vulnérabilité et à la résilience au VIH est fournie. Des domaines possibles de recherches futures sont décrits brièvement dans la conclusion du chapitre.

5.1 Méthodologie

L'information communiquée dans ce chapitre a été recueillie auprès d'organismes nationaux et provinciaux sélectionnés qui financent la recherche sur le VIH/sida ou en effectuent un suivi. Les bailleurs de fonds nationaux comprennent les suivants : Association canadienne de recherche sur le VIH (CAHR), Fondation canadienne de recherche sur le SIDA (CANFAR), Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Certains renseignements ont également été recueillis auprès du Réseau ontarien de traitement du VIH (OHTN), du Fonds de recherche du Québec -- Société et culture (FQRSC), de la Fondation Michael-Smith pour la recherche en santé et du Centre d'excellence sur le VIH/sida de la Colombie-Britannique.

Des projets de recherche ont été sélectionnés afin de les inclure dans ce chapitre parce qu'ils remplissaient les critères suivants : axés sur le VIH/sida, menés au Canada; concernent les hommes gais, bisexuels, bispirituels ou d'autres HARSAH; étaient en cours entre 2006 et 2011. D'autres projets liés à la capacité de la recherche communautaire, à la diffusion des résultats et au transfert des connaissances ont aussi été compris dans le cas où des fonds ont été sollicités pour l'organisation de réunions, d'ateliers et de conférences sur des questions liées au VIH/sida chez les hommes gais et d'autres HARSAH, ou dans le cas où l'objectif était d'utiliser les résultats de la recherche pour guider l'élaboration de programmes ou de politiques.

Il est présumé que la recherche achevée avant 2006 aurait été publiée et, par conséquent, comprise dans la littérature didactique et la littérature grise déjà examinées dans les chapitres précédents du présent rapport. Étant donné le décalage entre la réalisation de la recherche et la publication de celle-ci, il se peut que certains documents ne soient pas compris dans l'une ou l'autre des sections. De plus, la recherche financée par le secteur privé ne fait pas partie du rapport.

Les critères d'exclusion pour le présent chapitre sont les suivants :

  • La recherche liée à la science fondamentale, à la microbiologie ou à la médecine clinique a été exclue.
  • La recherche découlant d'études internationales menées à l'étranger par des chercheurs canadiens a été exclue, sauf dans le cas où la nature de l'étude offrait un éclairage additionnel à l'égard de l'expérience vécue d'hommes gais et d'autres HARSAH au Canada.

Un code a été attribué aux projets selon les thèmes liés au VIH émanant des résumés. Ces thèmes ont été établis à partir des buts et des objectifs indiqués dans les résumés.

Un total de 48 projets de recherche actuels remplissaient les critères décrits ci-dessus. Dans le présent chapitre, les projets sont identifiés à l'aide d'un code (p. ex. R1) correspondant à la description du projet contenue dans l'annexe B.

5.1.1 Limites de la méthodologie

Une des limites de la stratégie de sélection est que certains projets sont subventionnés par plus d'un organisme ou reçoivent plus d'une subvention du même organisme dans une différente année. Réciproquement, des fonds ont été offerts pour financer le salaire des chercheurs, les bourses aux étudiants, le transfert des connaissances ou les coûts d'exploitation. Par conséquent, la même source de financement peut être utilisée pour subventionner plus d'un projet sur plusieurs années successives, où un seul projet est indiqué dans la demande présentée à la source de financement. Même si des efforts ont été déployés en vue d'élaborer une liste exhaustive des projets de recherche canadiens actuels sur le VIH/sida chez les hommes gais et d'autres HARSAH, il se peut que des activités de recherche pertinentes aient été omises ou répétées inutilement dans le cadre de différents titres de projets.

Une deuxième limite du processus de sélection est qu'il n'y avait pas de résumés et de descriptions entières pour tous les projets. Dans certains cas, les hommes gais et les autres HARSAH n'ont pas été définis dans les données sommaires du projet comme une population étudiée, et les sous-populations et domaines prioritaires traités dans le présent chapitre n'ont également pas été mentionnés et ont donc été exclus. Les projets comportant un résumé n'ont été inclus dans le chapitre que si les termes de recherche avaient été utilisés dans le titre ou notés en tant que mots clés du projet. Certaines descriptions de projet nécessitaient des précisions et il a fallu communiquer avec les chercheurs principaux lorsque cela était possible afin de déterminer si leurs projets portaient particulièrement sur les hommes gais et autres HARSAH au Canada. Dans le cas où il n'a pas été possible de rejoindre les chercheurs, un code a été attribué à ces projets selon les thèmes découlant du titre. Bref, il se peut que certains projets ayant trait aux hommes gais et à d'autres HARSAH n'aient pas été révélés dans le cadre du processus de recherche en raison des limites des stratégies de recherche, des critères d'exclusion et de la portée du présent rapport.

5.2 Analyse

La présente section fournit une analyse de la recherche actuelle selon la répartition géographique, les thèmes majeurs, les sous-populations particulières ainsi que la vulnérabilité et la résilience au VIH. Les projets liés à la capacité de la recherche communautaire, à la diffusion des résultats et au transfert des connaissances sont également examinés.

5.2.1 Répartition géographique des projets de recherche

Comme il a été mentionné au chapitre 2, les données démographiques disponibles tendent à indiquer que la majorité des hommes gais et des autres HARSAH se trouvent en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique. Comme on peut s'y attendre, plus des trois quarts des projets (38 sur 48) sélectionnés aux fins de l'étude portent sur le VIH chez les hommes gais et autres HARSAH dans ces provinces. Parmi les 48 projets choisis, 18 traitent des hommes gais et d'autres HARSAH en Ontario [R1, R2, R5, R11, R12, R13, R15, R21, R23, R26, R27, R28a/b, R37, R39, R40, R42, R45, R47], y compris ceux qui vivent à Toronto, à Ottawa, à London et à Kingston. Treize autres projets sont axés sur les hommes gais et autres HARSAH au Québec, principalement à Montréal [R3, R14, R15, R17, R18, R20, R31, R32, R33, R42, R43, R44, R47]. Sept autres projets concernent les hommes gais et autres HARSAH en Colombie-Britannique [R4, R8, R10, R19, R22, R25, R48]. De plus, l'un des projets porte essentiellement sur les hommes gais et autres HARSAH au Manitoba, plus précisément ceux qui habitent à Winnipeg [R30]. Deux des projets qui restent sont de portée nationale [R6, R29]. Même si l'information sur la priorité géographique des dix autres projets n'était pas disponible, sept d'entre eux ont été menés par des universités ou organismes de l'Ontario [R9, R16, R24, R35, R36, R41, R46], deux en Colombie-Britannique [R7, R38] et un au Québec [R34].

5.2.2 Projets de recherche sur la prévention, les soins, les traitements et la santé mentale

L'accès aux soins, les stratégies de traitement, la prévention et la santé mentale sont des thèmes majeurs qui ont émané des projets examinés.

a) Prévention

Étant donné que la catégorie d'exposition des HARSAH représente toujours la proportion la plus importante des nouveaux cas de VIH au Canada, les programmes de prévention constituent un élément clé dans la lutte contre le VIH/sida chez les hommes gais et autres HARSAH. Trente-deux des 48 projets de recherche sélectionnés portent principalement sur la prévention du VIH chez les hommes gais et autres HARSAH [R1, R2, R3, R4, R6, R7, R8, R10, R12, R13, R14, R15, R16, R17, R18, R19, R20, R21, R22, R24, R25, R28a/b, R31, R32, R33, R34, R37, R43, R44, R46, R47, R48].

Les projets comprennent ceux qui sont axés sur la vulnérabilité à l'infection au VIH à cause de facteurs psychosociaux, sociocognitifs et comportementaux [R1, R7, R15, R19, R21, R22, R25, R31, R37, R47]. Certains projets portent essentiellement sur la prévention de la transmission du VIH en abordant les relations anales non protégées [R47], la virologie du VIH dans le sperme [R13], les réseaux sexuels [R8] et la préparation vaccinale [R48]. De nombreux projets traitent de la prévention secondaire en examinant les tests de dépistage du VIH [R3, R10, R14, R20, R33, R44, R46], le dépistage du cancer anal [R2] et les co-infections [R2, R11]. D'autres projets traitent de la prévention du VIH par l'intermédiaire de programmes de prévention [R1, R12, R16, R32, R33, R34], de nouvelles méthodologies dans la recherche en prévention du VIH [R4], des effets de l'amélioration de l'accès au traitement antirétroviral hautement actif (HAART) chez les hommes en Colombie-Britannique [R19, R22] et de l'analyse des messages de promotion de la santé dans le cas du VIH [R24].

La plupart des projets de recherche choisis abordent la prévention du VIH dans les contextes de la vulnérabilité et de la transmission. L'un des projets s'est penché sur les points de vue des HARSAH sur les vaccins anti-VIH éventuels [R48]. Aucun des projets sélectionnés dans cette section n'a examiné les nouvelles technologies de prévention telles que la prophylaxie post-exposition (traitement PPE), la prophylaxie préexposition et les microbicides rectaux.

b) Accès aux soins et aux traitements

L'accès aux soins de santé est un déterminant de la santé important. Comme il a été décrit au chapitre 4, il est moins probable que les besoins en santé des hommes gais et d'autres HARSAH soient satisfaits comparativement aux hétérosexuels. Parmi les 48 projets sélectionnés, neuf traitent de l'accès aux soins [R5, R6, R9, R10, R19, R23, R25, R35, R45] et trois concernent les traitements [R2, R19, R22]. La plupart de ces projets étudient l'accès et le recours aux services de soins de santé [R5, R9, R10, R19, R23, R25, R35, R45], y compris les obstacles à l'accès aux tests de dépistage du VIH [R5, R10, R25]. Quatre projets abordent la question de l'accès aux services de soins de santé dans les contextes de l'homophobie, de la discrimination et de l'exclusion sociale [R5, R9, R23, R45].

Un projet traite des obstacles à l'accès aux soins de santé chez les hommes gais et autres HARSAH au sein des communautés de l'Afrique et des Caraïbes [R9]. Un autre examine les stratégies de suivi auprès des partenaires d'hommes infectés par VIH [R10]. Quatre projets se penchent sur les grappes de cas d'infection au VIH dans les contextes de la surveillance épidémiologique [R17], des traitements [R43] et des effets de l'amélioration de l'accès au traitement antirétroviral hautement actif en Colombie-Britannique pour les hommes gais et autres HARSAH aux prises avec le VIH dans la province [R19, R22].

c) Santé mentale

La santé mentale est un déterminant important de la vulnérabilité au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH. Comme il a été mentionné au chapitre 4, les données semblent indiquer que les résultats sur le plan de la santé mentale fournis par les hommes gais et autres HARSAH sont généralement inférieurs à ceux de la population générale. Cinq des 48 projets de recherche choisis examinent la santé mentale chez les hommes gais et autres HARSAH [R5, R35, R37, R40, R41]. Un de ces projets se penche sur le bien-être émotionnel des jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres [R40]. Un autre projet comprend l'examen de l'accès aux services de santé mentale, ainsi qu'à d'autres services de soins de santé, chez les hommes gais, bisexuels et autres HARSAH dans le sud-ouest de l'Ontario [R5]. Un autre projet traite des problèmes de santé mentale particuliers chez les hommes gais et autres HARSAH tels que l'anxiété, les changements d'humeur ainsi que la consommation d'alcool et de drogues en tant que précurseurs de comportements à risque associés à la transmission du VIH [R37]. Deux des résumés de projet ne mettent pas un accent sur la santé mentale : un est axé sur les problèmes sociaux et structurels ayant un effet sur le bien-être [R41], et l'autre aborde le bien-être des personnes transgenres et leur accès aux soins de santé [R35].

5.2.3 Projets de recherche sur des populations particulières

Parmi les 48 projets sélectionnés, 24 étaient axés sur les hommes gais et autres HARSAH qui sont également membres d'autres populations ou groupes vulnérables. Les populations particulières étudiées comprennent les hommes gais et autres HARSAH aux prises avec le VIH/sida [R2, R9, R10, R11, R13, R15, R16, R19, R22, R24, R37, R39, R43, R48], les hommes gais et autres HARSAH qui consomment des drogues [R30, R42, R48], les HARSAH qui vivent dans des pays où le VIH est endémique [R9, R11, R21, R27], les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres qui sont des nouveaux arrivants au Canada (40) et les hommes transgenres [R12, R35, R36, R40, R45]. L'un des projets portait sur l'utilisation du condom, les tests de dépistage du VIH et les comportements à risque chez les femmes et les hommes bispirituels des Premières nations [R46]. Aucun des projets choisis ne traitait du VIH/sida chez les hommes gais et autres HARSAH incarcérés.

a) Utilisateurs de drogues

Comme il a été mentionné au chapitre 3, les hommes gais et autres HARSAH qui utilisent des drogues par injection sont particulièrement vulnérables à l'infection au VIH. La recherche dans ce domaine est importante pour adapter les efforts d'intervention en vue d'aborder les comportements à risque chez les hommes gais et autres HARSAH qui utilisent des drogues par injection. Parmi les 17 projets qui sont axés sur des populations particulières, trois portent sur l'utilisation de drogues chez les HARSAH [R30, R42, R48]. Deux de ces trois projets ont examiné plus précisément l'utilisation de drogues par injection. Le premier projet a recueilli des données démographiques sur l'utilisation de drogues par injection et la participation au commerce du sexe dans le cadre d'une étude de surveillance [R30], et le deuxième a recueilli des données sur l'utilisation de drogues par injection pour guider une étude sur un vaccin anti-VIH [R48]. Le troisième projet constitue une étude qualitative sur l'utilisation de drogues dans le contexte des circuit parties d'hommes gais [R42]. Un autre projet vise à comprendre les motivations des hommes gais et d'autres HARSAH dans le contexte de l'utilisation de drogues [R22].

b) Jeunes

Comme il a été mentionné au chapitre 4, les jeunes hommes gais, bisexuels, transgenres et bispirituels sont l'une des populations principales vulnérables à l'infection au VIH. La recherche sur ce groupe est donc importante, car ces jeunes font face à des défis qui diffèrent de ceux des jeunes hétérosexuels; il est plus probable qu'ils adoptent des comportements sexuels à risque. Parmi les projets de recherche sélectionnés portant sur des populations particulières, seul un est axé sur les jeunes [R40]. Ce projet traite de la vulnérabilité des jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres qui viennent d'arriver au Canada.

Étant donné que les jeunes passent la majorité de leur temps à l'école, les projets axés sur l'intimidation homophobe dans le milieu scolaire et ses répercussions sur la vulnérabilité au VIH pourraient permettre de guider l'élaboration de politiques et de programmes scolaires appropriés à l'intention des jeunes hommes gais, bisexuels, transgenres et bispirituels.

c) Bispirituels, gais, bisexuels et autres HARSAH autochtones

La catégorie d'exposition des HARSAH constitue la troisième voie en importance de transmission du VIH chez les hommes autochtones après l'exposition associée à l'utilisation de drogues par injection et à l'exposition hétérosexuelle. La recherche sur ce groupe est importante puisque les hommes autochtones bispirituels, gais et bisexuels font face à différents facteurs qui les rendent plus vulnérables à l'infection au VIH et qui sont propres aux Autochtones (p. ex. séquelles de la colonisation et des pensionnats). Seul un des projets de recherche choisis traite de cette population. Ce projet examine les comportements et les attitudes des femmes et des hommes bispirituels des Premières nations à l'égard des tests de dépistage du VIH, de la sérologie VIH et de l'utilisation du condom ainsi que d'autres comportements à risque associés au VIH [R46].

d) Hommes gais et autres HARSAH provenant de pays où le VIH est endémique : Hommes noirs de descendance africaine et caribéenne vivant au Canada

La deuxième proportion la plus importante des résultats positifs au test du VIH chez la population de race noire concernait la catégorie d'exposition des HARSAH. Il est important d'examiner les cas de VIH chez les hommes de race noire, car les hommes gais et autres HARSAH de l'Afrique et des Caraïbes font face à de multiples obstacles tels que le racisme, l'homophobie et habituellement un statut socioéconomique inférieur, ce qui peut accroître leur vulnérabilité à l'infection au VIH. Une analyse des projets de recherche actuels axés sur des populations particulières a permis de cerner quatre projets qui traitent de problèmes liés à l'infection au VIH chez cette population [R9, R11, R21, R27]. Un de ces projets traite des comportements à risque des hommes de race noire ayant des relations sexuelles avec des hommes [R21], et un autre projet se penche sur le rôle des co-infections dans le cas de l'infection au VIH au sein de ce groupe [R11]. Les deux autres projets visent à renforcer la capacité de la communauté ethnoraciale à lutter contre le VIH/sida. L'un d'entre eux est axé sur l'amélioration de la capacité des membres de la communauté africaine-caribéenne qui sont séropositifs à entreprendre la recherche [R9], tandis que l'autre, bien qu'il ne vise pas les populations africaine et caribéenne, est centré sur l'amélioration de la capacité du secteur pour le VIH à lutter contre cette infection chez la minorité ethnoraciale des HARSAH [R27]. De la recherche supplémentaire portant sur la vulnérabilité et la résilience de ce groupe au VIH contribuerait à l'établissement de mesures d'intervention appropriées.

e) Hommes gais et autres HARSAH vivant avec le VIH/sida

Le chapitre 3 décrit comment la catégorie d'exposition des HARSAH représente presque la moitié des nouveaux cas d'infection en 2008 ainsi que plus de la moitié des personnes vivant avec le VIH/sida au Canada. Parmi les projets qui sont centrés sur des populations particulières, 14 traitent des hommes gais et d'autres HARSAH vivant avec le VIH/sida [R2, R9, R10, R11, R13, R15, R16, R19, R22, R24, R37, R39, R43, R48], la plupart de ces projets se penchant sur la prévention du VIH (11) ou la prestation de services. (3) Les projets axés sur la prévention de la transmission du VIH comprennent les suivants : un projet abordant les hommes gais et autres HARSAH vivant avec le VIH/sida dans le contexte de la première grappe de cas d'infection au VIH [R43]; un autre examinant le lien entre les comportements à risque et le réseautage social [R15]; un autre projet examinant l'effet de l'amélioration de l'accès à la thérapie antirétrovirale sur le nombre de nouveaux cas d'infection au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH [R19]; un projet portant sur la transmission physique du VIH [R13]; un projet traitant du rôle des co-infections en ce qui concerne la transmission et la progression du VIH [R11]; un autre se penchant sur les HARSAH vivant avec le VIH/sida en vue de guider une étude sur la préparation vaccinale [R48]. Outre l'accent mis sur la prévention, trois projets visent également à éclairer la prestation de services, y compris un projet qui aborde les obstacles aux services de santé et aux services sociaux [R9], un qui se penche sur les pratiques exemplaires en matière de suivi auprès des partenaires sexuels des personnes infectées par le VIH [R10] et un autre qui examine la santé mentale des personnes vivant avec le VIH ou de celles qui sont à risque [R37]. Deux projets sont centrés sur la prévention de la progression du VIH/sida chez les personnes déjà aux prises avec l'infection ou la maladie [R2, R11].

f) Hommes gais et autres HARSAH incarcérés

Au moment du présent examen, aucun des projets de recherche sélectionnés s'inscrivant dans le cadre de ce rapport n'examinait l'infection au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH détenus dans des prisons provinciales/territoriales ou fédérales canadiennes. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il peut être difficile d'évaluer les personnes incarcérées à des fins de recherche, notamment les suivantes : difficultés à obtenir l'approbation éthique de la recherche, obtention de l'appui des responsables de l'administration pénitentiaire et du personnel, perte des répondants au fil du temps. Outre ces difficultés, les facteurs spécifiques aux populations influant sur les hommes gais et autres HARSAH (p. ex. stigmatisation, discrimination et homophobie) peuvent également empêcher certains hommes gais et autres HARSAH incarcérés de participer à de telles études.

Le Service correctionnel du Canada (SCC) mène régulièrement une recherche auprès des personnes détenues dans des prisons fédérales. Récemment, le Sondage national auprès des détenus sur les maladies infectieuses et les comportements à risque comportait des questions concernant les comportements des personnes du même sexe dans les prisons. Malheureusement, trop peu de données ont été recueillies dans le cadre de ce sondage pour déterminer précisément les besoins des hommes gais et des autres HARSAH incarcérés.

g) Transsexuels qui ont des rapports sexuels avec des hommes

Les hommes transgenres et transsexuels sont une population unique dont certains se déclarent gais ou bisexuels et d'autres se déclarent des hommes et ayant des relations sexuelles avec des hommes. Bien que la prévalence et l'incidence du VIH chez les hommes transgenres ne soient pas bien comprises, les données préliminaires semblent indiquer une possibilité de vulnérabilité importante à l'infection au VIH étant donné les taux élevés de pauvreté, de marginalisation et de discrimination transphobe. Il est donc nécessaire d'accroître la compréhension de la vulnérabilité et de la résilience au VIH des hommes transgenres. Parmi les quatre projets choisis dans cette section, trois sont axés sur les communautés de transgenres dans l'ensemble [R35, R40, R45] et l'autre vise les hommes transgenres précisément [R36]. Ces projets examinent les expériences d'hommes transgenres dans le contexte du VIH/sida [R36], le manque d'accès aux services de santé chez les personnes transgenres [R35], l'effet de l'exclusion sociale (y compris la transphobie) sur l'infection au VIH chez les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres nouveaux arrivants [R40], et l'incidence de la marginalisation sociale sur la vulnérabilité au VIH chez les personnes transgenres [R45].

5.2.4 Co-infections et comorbidités

Comme il a été mentionné au chapitre 3, les co-infections représentent un fardeau sanitaire important pour les HARSAH. La recherche dans ce domaine est importante puisque les co-infections augmentent la probabilité de transmission, d'acquisition et de progression du VIH. Deux projets de recherche traitent de la co-infection [R11] et de la comorbidité [R2] chez les hommes séropositifs. Le projet R11 porte sur le rôle des co-infections telles que l'herpès génital, le papillomavirus et la gonorrhée dans la transmission, l'acquisition et la progression du VIH. Le projet R2 se penche sur les techniques de dépistage du cancer anal chez les HARSAH séropositifs. Il est essentiel de comprendre le lien entre le VIH/sida et d'autres infections afin de mettre au point des approches exhaustives visant à lutter contre les co-infections.

5.2.5 Résilience et vulnérabilité au VIH

Comme il est précisé au chapitre 4, divers déterminants socioéconomiques de la santé influent sur la vulnérabilité et la résilience des hommes gais et d'autres HARSAH au VIH/sida. Parmi les 48 projets sélectionnés, 32 concernent les déterminants de la santé qui ont une incidence sur la vulnérabilité au VIH [R1, R5, R6, R7, R8, R9, R14, R15, R17, R18, R19, R20, R21, R22, R23, R24, R26, R29, R30, R31, R32, R34, R35, R37, R39, R40, R41, R42, R43, R46, R47, R48]. Les déterminants de la santé précisés dans la présente section comprennent l'homophobie ainsi que la stigmatisation et la discrimination connexes, la santé mentale, le niveau de revenu et le statut social, les habitudes de vie et compétences d'adaptation personnelles, la culture, les environnements sociaux et physiques, et les réseaux sociaux.

a) Homophobie, stigmatisation et discrimination

L'homophobie ainsi que la stigmatisation et la discrimination connexes constituent des facteurs sous-jacents qui accroissent la vulnérabilité au VIH/sida chez les hommes gais et autres HARSAH. La compréhension de l'effet de l'homophobie sur la vulnérabilité au VIH est essentielle afin de pouvoir améliorer la prestation de services et de concevoir des mesures d'intervention appropriées. Dix projets traitent de l'homophobie, de la stigmatisation et de la discrimination [R5, R6, R9, R15, R23, R24, R26, R34, R40, R45]. Deux de ces projets visent à accroître la capacité des intervenants clés ainsi que de la communauté d'hommes gais et d'autres HARSAH à examiner les questions de l'homophobie, de la transphobie, de la stigmatisation et de la discrimination [R9, R23]. L'un de ces deux projets est devenu ultérieurement une étude de recherche abordant l'homophobie et l'exclusion sociale [R5]. Un projet porte sur les besoins et les points de vue des jeunes en ce qui concerne l'homophobie et la transphobie, ainsi que leurs effets sur la vulnérabilité au VIH [R40]. Un projet aborde les perceptions personnelles de la stigmatisation autour des hommes qui organisent des contacts sexuels par Internet [R15]. Un autre projet examine le lien entre la stigmatisation et la marginalisation sociale des communautés de personnes transgenres [R45]. Un projet se penche sur les expériences liées à l'hétérosexisme et à l'homophobie chez les hommes gais et bisexuels en tant que déterminant de la vulnérabilité au VIH et de la santé élargie [R26]. Il est primordial d'avoir une compréhension accrue de l'incidence de l'homophobie, de l'hétérosexisme ainsi que de la stigmatisation et de la discrimination connexes sur la vulnérabilité au VIH afin de pouvoir lutter efficacement contre le VIH/sida chez les hommes gais et autres HARSAH à long terme.

b) Culture

Comme il a été mentionné au chapitre 4, la culture influe sur la résilience et la vulnérabilité à l'infection au VIH. La compréhension des contextes culturels des hommes gais et d'autres HARSAH pourrait offrir un éclairage quant aux façons dont les comportements à risque sont influencés par les normes et valeurs culturelles, qui pourraient à leur tour être utilisées dans le développement de stratégies de prévention du VIH adaptées à la culture.

Six projets examinent les communautés ethnoculturelles d'HARSAH [R9, R21, R25, R27, R40, R46]. Deux de ces projets visent à renforcer la capacité de recherche sur les hommes gais et autres HARSAH de minorités ethnoculturelles [R9, R27]. L'un d'eux a pour but de guider le développement d'activités de prévention ciblées [R21], et l'autre est axé sur les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres nouveaux arrivants [R40], les HARSAH canadiens d'origine asiatique [R25] et les femmes et les hommes bispirituels des Premières nations [R46].

Quatre des projets choisis portent sur les sous-cultures uniques chez les hommes gais et bisexuels, et la façon dont la vulnérabilité et la résilience au VIH des membres de ces communautés sont touchées [R15, R39, R42, R47]. Tous les projets traitent de la culture par l'intermédiaire de l'examen des aspects socioculturels des différentes pratiques sexuelles à risque : saunas [R47], les circuit parties [R42] et les sites Internet de rencontre [R13, R39].

Étant donné l'importance de la connexité de la culture à la résilience au VIH dans d'autres populations clés telles que les Autochtones, une compréhension accrue des rôles joués par la culture (y compris les cultures spécifiques aux communautés d'hommes gais et bisexuels) dans la vulnérabilité et la résilience au VIH permettrait de guider les vastes efforts en vue de lutter contre le VIH chez les hommes gais et autres HARSAH.

c) Réseaux de soutien social

Comme il a été mentionné au chapitre 4, le soutien offert par les membres de la famille, les amis et les communautés est associé à un état de santé supérieur. L'utilisation de l'Internet par les hommes gais et autres HARSAH pour aller chercher du soutien a également augmenté. Parmi les projets sélectionnés, un examine l'Internet en tant qu'outil d'intervention [R18] et deux autres l'examinent comme un moyen pour organiser des rencontres sexuelles [R13, R39]. Cependant, au moment du présent examen, aucun des projets de recherche actuels sélectionnés n'abordait les principaux réseaux de soutien social (p. ex. membres de la famille, amis, partenaires de vie, partenaires sexuels occasionnels et membres de famille choisie) comme des facteurs de risque ou de protection dans la vulnérabilité et la résilience au VIH.

d) Niveau de revenu et statut social

Le chapitre 4 explique plus en détail comment le niveau de revenu et le statut social constituent des déterminants clés de la santé en ce qui concerne les hommes gais et autres HARSAH, comme ils le sont dans le cas de la population élargie. Trois projets se penchent sur les questions sociales, y compris le revenu, l'instabilité sur le plan du logement et le sans-abrisme, en tant que facteurs influant sur la vulnérabilité au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH [R9, R41, R45]. Parmi ces projets, un vise à accroître la capacité de la communauté à entreprendre la recherche sur l'instabilité quant au logement chez les communautés africaines et caribéennes [R9], tandis qu'un autre vise à accroître la capacité de recherche sur les facteurs comme l'emploi, le revenu et l'instabilité sur le plan du logement qui influencent la vulnérabilité au VIH chez les communautés de transgenres [R45].

e) Environnements sociaux et physiques

Les environnements sociaux et physiques dans lesquels habitent les hommes gais et autres HARSAH ont un effet sur leur santé. Comme il a été mentionné au chapitre 4, les environnements physiques et sociaux tels que les saunas et les circuit parties ont été associés à une fréquence plus élevée des comportements à risque, ce qui fait ressortir la nécessité d'aborder les environnements sociaux et physiques ainsi que leur lien à la vulnérabilité et à la résilience au VIH. Parmi les projets choisis, un traite des circuit parties [R42] et l'autre des saunas [R47] en tant qu'environnements physiques en lien avec les comportements à risque associés au VIH. Aucune recherche actuelle ne portait sur d'autres environnements physiques et sociaux tels que les écoles, les quartiers gais, les parcs et les régions rurales en tant que lieux influant sur la vulnérabilité et la résilience au VIH.

f) Habitudes de vie et compétences d'adaptation personnelles

Les relations sexuelles anales non protégées et les partenaires sexuels multiples sont des facteurs de risque clés de transmission du VIH. Parmi les 48 projets sélectionnés, 20 examinent les comportements sexuels en tant que facteurs de risque d'infection au VIH [R1, R7, R14, R15, R18, R19, R21, R22, R29, R30, R31, R32, R34, R37, R39, R42, R43, R46, R47, R48].

Plus de la moitié de ces projets traitent des comportements à risque chez les hommes gais et autres HARSAH en vue de guider le développement de programmes de prévention du VIH. Deux projets abordent les comportements à risque dans le contexte des environnements sociaux et physiques : un examine les circuit parties, l'utilisation de méthamphétamine en cristaux et les pratiques sexuelles à risque dans une perspective ethnographique [R42] et l'autre examine le barebacking dans le cas des saunas [R47]. Deux autres projets abordent les comportements à risque dans le contexte des réseaux sociaux, plus particulièrement l'utilisation de l'Internet par les hommes gais pour organiser des contacts sexuels [R15, R39]. Un projet traite de la relation entre la santé mentale et les comportements sexuels à risque [R37]. Deux projets comprennent la collecte de données épidémiologiques sur la prévalence du VIH et des infections transmissibles sexuellement (ITS) chez les hommes gais et autres HARSAH de même que de renseignements sur les comportements à risque [R14, R30]. Deux projets portent sur les effets possibles de l'accès amélioré au traitement antirétroviral hautement actif chez les hommes gais et autres HARSAH aux prises avec le VIH en Colombie-Britannique [R19, R22].

5.2.6 Capacité de la recherche communautaire, diffusion des résultats et transfert des connaissances

Parmi les 48 projets sélectionnés, 19 visaient à renforcer la capacité en matière de recherche ou de programmes concernant le VIH ou à appuyer le transfert des connaissances et l'élaboration de politiques [R1, R2, R3, R4, R5, R6, R7, R8, R9, R10, R11, R15, R18, R26, R27, R28a/b, R31, R32, R44].

Cinq projets sont axés sur l'accroissement de la capacité de recherche sur la prévention du VIH [R4, R6, R8, R9, R27]. Parmi ces projets, deux visent à accroître la capacité relative aux facteurs influant sur la vulnérabilité du VIH tels que la stigmatisation, la discrimination, l'accès aux soins de santé et l'instabilité quant au logement et au revenu [R6, R9]. Deux projets cherchent à renforcer la capacité de recherche ou d'intervention en matière de VIH chez les hommes gais et autres HARSAH de minorités ethnoraciales [R9, R27]. Deux projets ont pour but de créer de nouveaux outils de sondage aux fins de la recherche sur la prévention du VIH [R4, R8]. Toutefois, aucun des projets ne traite du développement de la capacité de recherche dans le cas d'autres sous-populations particulières d'hommes gais et d'autres HARSAH comme ceux incarcérés ou faisant partie des communautés autochtones.

De nombreux projets cherchent à utiliser les résultats de recherche en vue de guider l'élaboration de politiques, de programmes ou de mesures d'intervention en matière de VIH/sida [R1, R2, R3, R7, R10, R11, R15, R18, R26]. Sept de ces projets visent à offrir des stratégies de prévention de transmission du VIH [R1, R2, R3, R7, R10, R15, R18], y compris les projets qui concernent la compréhension des comportements à risque associés au VIH et des comportements à l'égard du dépistage du VIH [R7, R10, R15], évaluent les mesures d'intervention pour la prévention et le dépistage du VIH [R1, R3, R18], guident les programmes de dépistage du cancer anal [R2] et portent sur l'amélioration de la recherche [R8].

5.3 Domaines de recherches futures

Bien que la liste suivante ne soit pas exhaustive, le présent rapport a révélé un certain nombre d'écarts des savoirs ayant trait au VIH/sida chez les hommes gais, bisexuels, bispirituels et autres HARSAH qui requièrent une étude plus poussée. Ces écarts des savoirs ont été décelés par l'intermédiaire d'une analyse des chapitres 2, 3 et 4 du présent rapport ainsi qu'avec l'aide du groupe de travail national d'experts responsable du rapport. Les domaines de recherches futures comprennent les suivants :

5.3.1 Vulnérabilité, résilience et déterminants de la santé

  • Facteurs qui favorisent la résilience au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH
  • Effets de l'homophobie, de l'hétérosexisme ainsi que de la stigmatisation et de la discrimination connexes sur la vulnérabilité et la résilience au VIH des hommes gais et autres HARSAH
  • Effets de l'intimidation homophobe sur la vulnérabilité et la résilience au VIH au cours de la vie de jeunes hommes gais et autres jeunes HARSAH
  • Façons dont les environnements physiques et sociaux (p. ex. régions rurales, écoles et quartiers gais) influent sur la vulnérabilité et la résilience au VIH
  • Effet des réseaux de soutien social tels que les membres de la famille (biologique et choisie), les amis, les partenaires de vie, les partenaires sexuels occasionnels et les communautés élargies en tant que facteurs de risque et de protection liés à l'infection au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH
  • Effet de l'Internet, y compris les réseaux sociaux, les clavardoirs, d'autres réseaux de soutien social et les sites Internet promotionnels de la santé en matière de sexualité en tant que réseaux de soutien social, sur la résilience au VIH chez les hommes gais et autres HARSAH
  • Recherche canadienne portant sur le concept syndémique, qui désigne de multiples épidémies interdépendantes dans les communautés d'hommes gais et bisexuels (1)

5.3.2 Sous-populations

  • Données démographiques, épidémiologie du VIH et des co-infections, et facteurs influant sur la vulnérabilité et la résilience au VIH des hommes gais et autres HARSAH :
    • hommes gais plus âgés
    • hommes gais de minorités ethnoculturelles, y compris les bispirituels, gais, bisexuels et autres HARSAH autochtones
    • hommes gais vivant dans des régions rurales
    • hommes gais et autres HARSAH incarcérés
    • hommes gais et autres HARSAH s'adonnant au commerce du sexe
    • HARSAH qui ne se déclarent pas gais ni bisexuels
  • Données démographiques, épidémiologie du VIH et des co-infections, comportements à risque et facteurs influant sur la vulnérabilité et la résilience au VIH des hommes transgenres ayant des relations sexuelles avec des hommes, y compris les facteurs suivants :
    • effet de la transphobie et des comportements liés au sexe sur la vulnérabilité et la résilience au VIH
    • risque d'infection au VIH associé aux chirurgies pour changement de sexe (femme à homme)
    • accès aux soins de santé et aux services de soutien appropriés pour les hommes transgenres
  • Sous-communautés uniques d'hommes gais et d'autres HARSAH (communautés de cuir, de kink, d'ours et de nouveaux arrivés) et les effets de l'identification à ces communautés sur la vulnérabilité et la résilience au VIH

5.3.3 Prévention du VIH, soins de santé, traitements, soutien et co-infections

  • Résultats pour la santé du recours à long terme au traitement antirétroviral hautement actif chez les hommes gais et autres HARSAH
  • Savoir-faire culturel des professionnels de la santé qui prodiguent des soins aux hommes gais et à d'autres HARSAH
  • Façon d'intégrer de nouvelles technologies de prévention telles que la prophylaxie post-exposition (traitement PPE), la prophylaxie préexposition et les microbicides rectaux (lorsqu'ils seront disponibles) dans la trousse d'outils globale de prévention du VIH à l'intention des hommes gais et autres HARSAH
  • Co-infections au VIH, particulièrement le virus de l'hépatite C, et comorbidité (p. ex. cancer anal et tuberculose) ainsi que les difficultés causées par les problèmes de santé multiples des hommes gais et d'autres HARSAH aux prises avec le VIH/sida

5.3.4 Santé des hommes gais

Le groupe de travail national d'experts responsable du rapport a souligné le besoin de poursuivre la recherche sur la santé des hommes gais, à la fois dans le contexte de prévention du VIH, des soins de santé, des traitements et du soutien, ainsi que la recherche sur la santé des hommes gais qui n'est pas précisément liée à la vulnérabilité et à la résilience au VIH. L'écart des savoirs en question comprend ce qui suit :

  • Compréhension de l'effet d'une approche holistique plus vaste à la santé des hommes gais sur la vulnérabilité et la résilience au VIH, la prévention, les soins de santé, les traitements et le soutien
  • Compréhension de l'effet des services de soins de santé adaptés aux hommes gais
  • Examen des liens entre une approche holistique plus vaste à la santé des hommes gais et la prise en main du concept syndémique (1)

5.4 Référence

[1] Stall R, Friedman M, Catania JA. Interacting epidemics and gay men's health: a theory of syndemic production among urban gay men. In: Wolitski RJ, Stall R, Valdiserri RO, editors. Unequal opportunity: health disparities affecting gay and bisexual men in the United States. New York: Oxford University Press; 2008. p. 251-74.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :