Annexe B (Projets de recherche) : Rapport d'étape sur les populations distinctes : VIH/sida et autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes au Canada

Annexe B - Projets de recherche axés sur le VIH/sida parmi les jeunes

Projet R1

Titre : A CBR approach to enhancing Toronto HIV prevention services for newcomer youth
Chercheuse principale : Roxana Salehi
Chercheuse associée : Sarah Flicker
Résumé : Le début de l'adolescence est la période pendant laquelle les premières rencontres sexuelles ont lieu et le risque d'infection au VIH naît. Les services de prévention du VIH actuels sont insuffisants, étant donné les taux d'infections transmissibles sexuellement en augmentation parmi les jeunes, accompagnés d'une diminution inquiétante de leurs connaissances au sujet du VIH/sida. Les jeunes nouveaux arrivants, immigrants, réfugiés ou non-inscrits qui vivent au Canada depuis cinq ans ou moins représentent l'une des populations touchées par le VIH/sida en Ontario qui augmentent le plus rapidement. Nous n'en savons que peu au sujet de leurs besoins particuliers en matière de santé. Pour combler cette lacune, ma thèse de doctorat étudie l'accessibilité et l'efficacité des services de prévention du VIH/sida à Toronto pour les jeunes nouveaux arrivants âgés de 13 à 19 ans comme base de la réduction des inégalités raciales et ethniques existantes en matière de résultats de santé. Mon travail s'inscrit dans un projet communautaire appelé Toronto Teen Survey. Dans le cadre de ce projet, mon travail est particulièrement axé sur les jeunes nouveaux arrivants. Nombreux sont les jeunes nouveaux arrivants qui connaissent des facteurs liés à l'immigration qui peuvent les mettre en danger de marginalisation, notamment la pauvreté, ainsi que les obstacles culturels ou linguistiques à l'accès aux services. Par conséquent, des services de prévention du VIH efficaces devraient être sensibles aux vulnérabilités particulières de ce groupe. Cependant, les nouveaux arrivants ne forment pas un groupe homogène. Les différences individuelles et interpersonnelles, telles que le sexe, la race, la consommation d'alcool ou de drogue ou la dynamique familiale, exposent les jeunes à la transmission du VIH à divers degrés. La recherche traditionnelle sur le VIH/sida n'a pas accordé une attention suffisante : i) aux grands facteurs structurels, tels que le racisme ou le sexisme, qui ont des répercussions sur le risque associé au VIH, et ii) aux variations de sexe et d'orientation sexuelle qui représentent les expériences vécues des jeunes. Je vais travailler à élaborer un modèle théorique qui étudie la diversité et le contexte social au sens large. J'utiliserai des données provenant d'enquêtes et de groupes de discussions pour générer des théories et divulguer des connaissances pratiques en vue d'une programmation et d'une prestation des services améliorées. Ce travail devrait permettre de créer de meilleurs programmes de prévention du VIH et contribuer au mouvement mondial d'éradication du VIH/sida.
Dates : De mai 2009 à avril 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de recherche au doctorat : Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet général
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R2

Titre : A developmental CBR study to investigate factors leading to pregnancy and HIV risk among female street youth in Toronto
Chercheuse principale : Allison Scott
Résumé : non disponible
Dates : De février 2007 à janvier 2009
Programme de financement : Réseau ontarien de traitement du VIH –Subvention de fonctionnement
Sources : Bases de données du Réseau ontarien de traitement du VIH et de l'Association canadienne de recherche sur le VIH

Projet R3

Titre : Adolescents infected through vertical transmission: Analysis of their developmental trajectory
Chercheuse principale : Mylène Fernet
Résumé : Le profil de l'épidémie pédiatrique a changé; il est désormais caractérisé par l'émergence d'un nombre élevé de jeunes qui vivent avec l'infection au VIH depuis la naissance. Certains se trouvent au seuil de l'adolescence, alors que d'autres ont atteint l'âge de la majorité. Bien que de nombreuses études aient été menées dans la population adulte atteinte du VIH, peu d'entre elles examinent la situation des pré-adolescents et des adolescents infectés à la naissance par transmission verticale (Battles et Wiener, 2002; Fielden, 2005; Mialky, Vagnoni et Rutsein, 2001). Lorsqu'ils entrent dans l'adolescence, ces jeunes font face à la question de la divulgation de leur séropositivité (Fielden, 2005), ainsi qu'à divers problèmes associés avec la prise en charge du traitement et les nombreux changements qui accompagnent la puberté (Fielden, 2005; Hoffman, Futterman et Myerson, 1999; Trocmé et al., 2002). Résultats : Une étude initiale financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (de 2004 à 2006) a recruté dans la cohorte des mères et enfants du Centre maternel et infantile du sida du Centre hospitalier universitaire Ste-Justine un total de 30 pré-adolescents et adolescents infectés à la naissance (taux de participation de plus de 88 %) et a déterminé les domaines clés desquels le développement de l'enfant semble avoir été composé. Objectifs : L'objectif de la présente demande de renouvellement consiste à illustrer l'évolution du développement des adolescents dans les domaines suivants : 1) l'appropriation de la gestion de la santé et des modes de traitement (effets secondaires, observance du traitement, etc.); 2) les types d'interactions établies par les adolescents avec leur environnement, en particulier en ce qui concerne la divulgation de leur séropositivité; 3) les sentiments d'isolement fréquemment associés à un secret lourd difficile à révéler; 4) les relations des adolescents avec les autres et avec leur sexualité, ainsi que les enjeux de prévention auxquels ils sont confrontés. Plan de recherche : Cette étude qualitative est orientée par la théorie de l'interactionnisme symbolique (Blumer, 1969; Le Breton, 2004). Elle comprend un deuxième exercice de recueil de données qualitatives auprès des 30 mêmes jeunes (15 filles et 15 garçons, dont l'âge moyen est de 14,5 ans) 24 mois après la première série d'entrevues. Les entrevues individuelles non directives, d'une durée de deux heures environ, seront réalisées au Centre maternel et infantile sur le sida du Centre hospitalier universitaire Ste-Justine. Un canevas d'entrevue, inspiré de celui du Children’s and Women’s Health Centre of British Columbia (2000) et des données d'entrevue obtenues au cours de la première étude, sera utilisé. Après que l'on aura fait correspondre au cas par cas les données recueillies au cours de la présente étude avec celles de la première série d'entrevues, elles seront soumises à une analyse chronologique (Miles et Huberman, 2005), en mettant l'accent sur les procédures de la théorie ancrée dans des données empiriques (Fernet, 2005). Avantages : Étant donné la rareté des études canadiennes portant sur ces enjeux et la spécificité d'une étude qui examine la première génération d'adolescents à avoir vécu avec l'infection au VIH depuis la naissance, cette étude répond évidemment à un besoin immédiat et contribuera aux progrès de la connaissance dans ce domaine. L'étude commencera par établir les caractéristiques développementales des adolescents qui vivent avec une maladie chronique qui touche non seulement leur santé, mais également leurs interactions personnelles et sexuelles. D'un point de vue méthodologique, cette étude est très innovante, car elle propose l'analyse qualitative de l'évolution développementale de ces adolescents selon une perspective chronologique (longitudinale). À notre connaissance, seule une étude quantitative longitudinale a porté sur cette population distincte. Les résultats de la présente étude serviront à établir un programme d'éducation et de prévention qui tient compte des questions développementales auxquelles ces adolescents sont confrontés; ils peuvent également servir de modèle pour des études et des programmes là où la transmission verticale se produit encore, au Canada comme en Europe.
Dates : De janvier 2007 à janvier 2009
Programmes de financement : Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC) – Subvention de fonctionnement, et Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) – Subvention de fonctionnement
Source : Base de données du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R4

Titre : A longitudinal examination of child sexual abuse and motivations for sex as predictors of sexual risk behaviours and poor sexual health outcomes among adolescents in the child welfare system
Chercheuse principale : Carolyn A. James
Chercheuse associée : Jennifer S. Mills
Résumé : Les jeunes confiés à des organismes de protection de la jeunesse composent une population à risque élevé, mais relativement peu étudiée. Les jeunes qui ont été victimes de violence sexuelle pendant l'enfance peuvent courir un risque particulier d'adopter des comportements de santé mal adaptés, notamment divers comportements sexuels à risque. Cependant, les voies qui mènent de la violence sexuelle pendant l'enfance aux comportements de santé sexuelle mal adaptés sont mal comprises dans cette population. On a déterminé que les motivations des rapports sexuels ou les raisons des comportements sexuels sont liées à divers comportements sexuels à risque. À ce titre, les motivations des rapports sexuels pourraient être importantes pour expliquer les relations entre la violence sexuelle pendant l'enfance et les comportements sexuels à risque adoptés plus tard dans la vie. En outre, certains travaux de recherche laissent entendre que le degré auquel la violence sexuelle pendant l'enfance est associée aux résultats négatifs est lié à la gravité et à la chronicité d'une telle violence. L'étude proposée examinera en quoi la violence sexuelle pendant l'enfance et les motivations des rapports sexuels sont liées aux modifications des comportements sexuels à risque au fil du temps (début de l'étude, suivi à un an et suivi à deux ans) parmi les jeunes confiés aux organismes de protection de la jeunesse. Il est nécessaire de comprendre les mécanismes par lesquels la violence sexuelle pendant l'enfance mène à des comportements de santé mal adaptés afin de préparer des interventions qui brisent le cycle de la maltraitance et des résultats de santé négatifs.
Dates : De septembre 2006 à février 2010
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d’études supérieures du Canada Frederick Banting et Charles Best – Bourse au doctorat
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R5

Titre : An investigation of injection drug use and HIV infection among drug using youth
Chercheur principal : Thomas H. Kerr
Résumé : non disponible
Dates : De juillet 2006 à juin 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de nouveau chercheur
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R6

Titre : An investigation of the impact of crystal methamphetamine use on sexual and injection-related risk behaviour among street youth and injection drug users
Chercheur principal : Brandon D. Marshall
Chercheurs associés : Thomas H. Kerr; Jean A. Shoveller
Résumé : La consommation de drogues illégales reste une préoccupation majeure en matière de santé publique au Canada. Les conséquences sociales et les répercussions sur la santé de la consommation de drogues injectables sont particulièrement graves et comprennent des taux élevés de transmission de maladie par le sang, y compris le VIH et l'hépatite C. En outre, à Vancouver et ailleurs au Canada, il est inquiétant de constater une hausse importante du taux de consommation de méthamphétamine en cristaux. La prévalence de la consommation de méthamphétamine en cristaux augmente dans d'autres milieux à l'échelle internationale et a été associée à des pratiques sexuelles et à des pratiques d'injection non sécuritaires parmi des sous-populations distinctes courant le risque de contracter le VIH. Cependant, les associations potentielles entre la consommation de méthamphétamine en cristaux et les comportements sexuels et les pratiques d'injection risqués parmi les populations marginalisées à Vancouver n'ont pas été pleinement étudiées. La recherche proposée a pour objectif fondamental de mieux comprendre les interactions entre la consommation de méthamphétamine en cristaux et les comportements sexuels et les pratiques d'injection risqués qui entraînent de façon concomitante une vulnérabilité accrue au VIH et aux autres infections transmissibles sexuellement parmi les jeunes de la rue et les utilisateurs de drogues injectables. L'objectif précis de ce projet consiste à examiner plusieurs facteurs qui prédisent la consommation fréquente de méthamphétamine en cristaux et l'adoption de comportements sexuels et les pratiques d'injection risqués. La principale hypothèse est que le désavantage social, les conditions de vie défavorisées, l'intensification des mesures de répression et un mauvais accès aux services liés à la santé sont associés à une fréquence et à une intensité accrues de la consommation de méthamphétamine en cristaux. L'hypothèse secondaire est que la consommation de méthamphétamine en cristaux contribue aux comportements sexuels les pratiques d'injection risqués selon des modalités bien précises dans différentes sous-populations (p. ex. les jeunes et les utilisateurs de drogues injectables qui ne s'identifient pas comme étant hétérosexuels, sont sans abri ou participent actuellement au travail du sexe). Étant donné les préoccupations croissantes liées à la consommation de méthamphétamine en cristaux et la rareté des données probantes orientant la politique sociale et la politique de santé, la présente recherche répond à un besoin urgent pour préparer des interventions efficaces en matière de santé publique qui réduisent la transmission du VIH et des infections transmissibles sexuellement parmi les populations marginalisées de notre pays.
Dates : 2007 et 2008, et de septembre 2008 à mars 2011
Programmes de financement : Michael Smith Foundation for Health Research – Research Trainee Award, Junior Graduate Studentship (en anglais), Michael Smith Foundation for Health Research – Research Trainee Award, Senior Graduate Studentship (en anglais) et Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d’études supérieures du Canada Frederick Banting et Charles Best – Bourse au doctorat
Sources : Bases de données de la Michael Smith Foundation for Health Research et des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R7

Titre : An investigation of the impact of trauma and crystal methamphetamine use on injection drug use and HIV infection among drug using youth
Chercheuse principale : Jo-Anne M. Stoltz
Chercheurs associés : Robert S. Hogg; Evan Wood
Résumé : Cette étude examine les répercussions constantes du traumatisme pendant l'enfance sur la consommation de drogues injectables et l'infection au VIH parmi des jeunes qui consomment des drogues illégales. Bien qu'un lien ait été établi entre la violence pendant l'enfance et la consommation de drogue pendant l'adolescence, on ne comprend toujours pas comment la violence mène à la consommation. Pour tenter de combler cette lacune, cette étude subdivise le traumatisme en violence sexuelle, physique ou émotionnelle et en négligence, et étudie chaque type de traumatisme du point de vue de son potentiel de prédiction des comportements à risque associés au VIH, de l'incidence du VIH et du début de la consommation de drogues injectables. Cette étude examine également les répercussions de la consommation de méthamphétamine en cristaux sur la consommation de drogues injectables et l'infection au VIH parmi les jeunes qui consomment de la drogue. Plus particulièrement, cette recherche explore l'influence de la consommation de méthamphétamine en cristaux sur les comportements à risque associés au VIH, l'incidence du VIH et le début de la consommation de drogues injectables parmi les jeunes. Cinq cents jeunes de la rue au centre-ville de Vancouver, en Colombie-Britannique, seront suivis pendant cinq ans. Les participants rempliront le questionnaire sur les traumatismes subis pendant l'enfance au début de l'étude; ils rempliront un questionnaire distribué par un intervieweur et subiront des analyses de sang pour le dépistage du VIH et de l'hépatite C au début de l'étude et tous les six mois. L'étude fait partie d'un projet de recherche de plus grande envergure financé par les Instituts de recherche en santé du Canada sur l'histoire naturelle de la consommation de drogues injectables.
Dates : De juillet 2006 à juin 2009
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Recherche sur le VIH/sida – Institut de la santé publique et des populations – Bourse de recherche de l'Agence de la santé publique du Canada
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R8

Titre : Building capacity to conduct community based research on evaluating youth sexual health peer education programs
Chercheuses principales : June A. Larkin; Denise W. Jaworsky
Chercheurs associés : Sarah Flicker; Susan Flynn; Jesse M. Janssen
Résumé : De nombreuses organisations pour la jeunesse et groupes communautaires ont répondu à l'épidémie de VIH et à l'incidence croissante du virus parmi les jeunes en mettant en œuvre des programmes d'éducation par les pairs; cependant, ces organisations ont souvent une capacité limitée d'évaluer correctement l'efficacité des programmes. La nécessité de méthodes d'évaluation des programmes scientifiquement prouvées se fait sentir depuis longtemps dans le domaine de l'éducation en matière de santé sexuelle, car le niveau de connaissances actuel est insuffisant pour pouvoir prendre des décisions stratégiques basées sur des données scientifiques. L'objectif de la présente demande consiste à renforcer la capacité d'une organisation dirigée par des jeunes, appelée Children's AIDS Health Program, à évaluer les programmes d'éducation par les pairs en matière de santé sexuelle afin de pouvoir mener de futures recherches sur l'efficacité de l'éducation des jeunes par les pairs. Ce projet sera réalisé en collaboration avec des chercheurs universitaires dans les domaines de la promotion de la santé et de la psychologie de la santé, ainsi qu'avec des organisations communautaires de lutte contre le VIH et de santé sexuelle axées sur les jeunes. Ce projet vise à examiner la documentation existante sur les niveaux d'éducation en matière de santé sexuelle parmi les jeunes Canadiens et sur les méthodes d'évaluation actuelles des programmes d'éducation par les pairs. L'objectif suivant consistera à élaborer une méthode d'évaluation de l'efficacité des programmes d'éducation par les pairs destinés aux jeunes, et d'en faire l'essai pilote. Enfin, l'application des connaissances sera un élément clé, grâce auquel les résultats seront diffusés aux groupes communautaires et aux organisations pour la jeunesse.
Dates : D'avril 2008 à mars 2009
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet général – Subvention Catalyseur
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R9

Titre : Analyse d'implantation du Chî kayeh : application des connaissances auprès des communautés cries
Chercheuse principale : Joanne Otis
Chercheurs associés : Thérèse M. Bouchez; Françoise Caron; Isabelle Duguay; Manon Dugas; Marlène Beaulieu; Gaston Godin; Joseph J. Lévy
Résumé : En 2005, à la suite de plusieurs consultations, les autorités gouvernementales cries ont décidé d'adopter le programme fondé sur la théorie Express Protection, qui s'est avéré efficace en Montérégie. C'est ainsi que le programme innovant Chî kayeh a été élaboré de façon à respecter les besoins et les particularités culturelles des jeunes Cris et conformément aux données de 2005 sur les croyances des étudiants, ce qui a assuré au programme un contenu extrêmement valable. En 45 leçons, le programme vise à promouvoir la santé sexuelle et à prévenir les maladies sexuellement transmissibles, l'infection au VIH et les grossesses imprévues chez les jeunes qui fréquentent l'école. La mise en œuvre du programme a été analysée de 2006 à 2008. La prochaine étape importante est un processus de collaboration visant à l'application des connaissances acquises pendant l'évaluation de la mise en œuvre, de sorte que les conclusions puissent être validées et qu'un guide de base de mise en œuvre fondé sur les recommandations émises par les personnes concernées pendant la mise en œuvre du programme puisse être élaboré. L'objectif global du processus proposé consistera dès lors à faciliter la mise en œuvre des conclusions de l'analyse de mise en œuvre Chî kayeh parmi les personnes ayant participé à la mise en œuvre. Les objectifs spécifiques sont les suivants : 1) synthétiser les résultats et les recommandations issus de l'analyse de la mise en œuvre du projet Chî kayeh; 2) mobiliser les personnes ayant participé à la mise en œuvre du programme Chî kayeh; 3) envoyer les résultats de l'analyse de la mise en œuvre aux personnes concernées; 4) discuter des résultats de la recherche et des recommandations émises par les chercheurs; 5) obtenir un consensus sur les recommandations de mise en œuvre de Chî kayeh et sur la durabilité du programme.
Dates : D'avril 2006 à mars 2009 et de septembre 2009 à août 2010
Programmes de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement et Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention pour réunions, planification et dissémination : Supplément pour l'application des connaissances
Sources : Bases de données de l'Association canadienne de recherche sur le VIH et des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R10

Titre : Recherche-action évaluative du processus d'appropriation du programme « Chii kayeh iyaakwaamiih » implanté dans le milieu scolaire autochtone des Terres-Cries-de-la-Baie-James
Chercheuse principale : Joanne Otis
Chercheurs associés : Martin Blais; Sarah Flicker; Joseph J. Lévy; Jill E. Torrie
Résumé : Pour répondre aux préoccupations des communautés Cries concernant la santé sexuelle des jeunes, le programme Chî kayeh a été préparé et incorporé au programme d'études de deux communautés Cries en 2006-2007. De 2006 à 2009, une étude sur la mise en œuvre a été réalisée à l'égard du programme, portant sur le programme lui-même (validation) et sur les facteurs qui ont une influence sur le processus d'appropriation du programme, principalement par les enseignants. Les résultats de l'étude ont donné lieu à une nouvelle version du programme, appelée Chî kayeh iyaakwaamiih, qui est mieux adaptée sur le plan culturel et sensible aux réalités et aux modes de vie et d'apprentissage des jeunes Cris. Le programme a été mis en œuvre dans neuf communautés Cries depuis septembre 2009. Cette recherche-action évaluative est proposée en vue de favoriser la durabilité du programme dans ces neuf communautés et de renforcer les capacités des membres de la collectivité à le mettre en œuvre. La recherche répondra aux questions suivantes : quelles stratégies seront utilisées pour assurer la durabilité du programme Chî kayeh iyaakwaamiih d'une collectivité à l'autre et comment chaque collectivité adaptera-t-elle le programme à sa propre situation? Quels sont les effets du programme sur les étudiants, leur école, leur famille et leur environnement communautaire? Pour répondre à ces questions, deux objectifs ont été établis : 1) soutenir et documenter le processus d'appropriation et d'assurance de la durabilité du programme Chî kayeh iyaakwaamiih dans chacune des collectivités; 2) documenter les effets du programme du point de vue de la réalisation des objectifs, selon les indicateurs jugés pertinents par la collectivité. Plusieurs méthodes de collecte de données seront utilisées pour atteindre ces objectifs, ainsi qu'un questionnaire auto-administré distribué aux étudiants trois fois avant et après leur participation au programme.
Dates : D'octobre 2010 à septembre 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement – Annonce de priorité : Santé des Premières nations, des Inuits et des Métis
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R11

Titre : Child sexual abuse as a predictor of sexual risk behaviour in adolescent youth in the Canadian child welfare system
Chercheuse principale : Tiziana Fulco
Chercheuse associée : Sandra Clare Paivio
Résumé : non disponible
Dates : De 2007 à 2009
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse à la maîtrise
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R12

Titre : Analyse chronologique des trajectoires amoureuses et sexuelles des adolescents vivant avec le VIH/SIDA depuis la naissance
Chercheuse principale : Kimberly H.Y. Wong
Résumé : non disponible
Date : 2008
Programme de financement : Programme de bourses d'études supérieures du Canada – Bourse de maîtrise
Source : Base de données du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Projet R13

Titre : Cognitive beliefs and social attitudes as predictors of sexual risk behaviours among adolescents and young adults
Chercheur principal : Michael Lima
Chercheur associé : Steven R. Bray
Résumé : non disponible
Dates : De septembre 2009 à août 2010
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse à la maîtrise
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R14

Titre : Colliding worlds: Looking behind HIV/AIDS discourse in public health campaigns and among Aboriginal youth
Chercheur principal : Jorge Laucirica
Résumé : non disponible
Dates : De janvier 2006 à janvier 2009
Programme de financement : Bourse d'études du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Source : Base de données de l'Association canadienne de recherche sur le VIH

Projet R15

Titre : Comprehensive intervention strategies with young HIV-positive women in Canada: Individual, social, and cultural factors that make sexual health promotion programs successful
Chercheuse principale : Sarah J. Fielden
Chercheuses associées : Jean A. Shoveller; Joanne Otis
Résumé : Malgré les efforts considérables réalisés à l'échelle mondiale dans la lutte contre le VIH/sida par les services de prévention, de traitement et de soin, les taux d'infection au VIH continuent à augmenter et environ 25 % des nouvelles infections concernent des jeunes. Les jeunes femmes sont particulièrement vulnérables à l'infection en raison de facteurs développementaux, biologiques, sociaux et culturels qui contribuent à la féminisation de la pandémie. Il est urgent et nécessaire de mener des recherches allant au-delà des modèles comportementaux de promotion de la santé sexuelle pour contribuer à ralentir la propagation du VIH et offrir du soutien et des soins aux personnes vivant déjà avec le VIH/sida. Cette proposition de recherche concerne tout le Canada et vise à mettre au point et à évaluer des interventions innovantes en matière de santé sexuelle auprès des jeunes femmes séropositives. Au vu des données probantes sur la multiplicité des facteurs influant sur les résultats en matière de santé et de bien-être pour les femmes vivant avec le VIH, les objectifs de l'étude consistent à examiner les influences sociales et communautaires. Étant donné qu'il s'agit d'un programme de recherche qualitatif, ces travaux permettront de mieux comprendre comment élaborer des interventions réussies auprès de groupes de jeunes femmes marginalisées au moyen de méthodes qualitatives et communautaires. Pour ce faire, nous combinerons diverses méthodes qualitatives, notamment l'observation naturaliste et les entretiens approfondis avec des jeunes femmes et d'autres intervenants clés tels que les membres de la famille et les fournisseurs de services. Nous utiliserons la cartographie des interventions, une méthode systématique progressive pour déterminer les intervenants pertinents, les besoins communautaires, les orientations du programme et l'évaluation. La recherche proposée étudie et aborde les besoins de soutien et de services des jeunes femmes vivant avec le VIH dans diverses communautés géographiques et culturelles en ce qui concerne leur santé sexuelle. Outre l'élaboration d'interventions fondées sur la théorie et sur l'expérience, le projet servira à obtenir des connaissances culturelles, notamment à mieux comprendre les expériences vécues au quotidien par ces jeunes femmes dans le cadre de leurs établissements médicaux, des services communautaires et de leur milieu familial.
Dates : De juin 2009 à mai 2012
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourses de recherche – Annonce de priorité : Recherche sur le VIH/sida – Volet services de santé/santé des populations
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R16

Titre : Coping with the effects of cultural dislocation: Young Aboriginal People, the perils of injection drug initiation and the associations of HIV incidence
Chercheuse principale : Caroline Miller
Chercheur associé : John D. O'Neil
Résumé : non disponible
Dates : De janvier 2007 à août 2008
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourses de recherche – Annonce de priorité : Recherche sur le VIH/sida – Volet services de santé/santé des populations
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R17

Titre : Critical approaches to youth HIV prevention, support and community based research
Chercheuse principale : Sarah Flicker
Résumé : non disponible
Date : 2008
Programme de financement : Subventions du Réseau ontarien de traitement du VIH
Source : Base de données du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R18

Titre : Determinants of HIV-risk behaviour among South Asians, and evaluation of a brief HIV-risk prevention intervention
Chercheuse principale : Amrita Ghai
Chercheurs associés : Joel D. Katz; Trevor A. Hart
Résumé : La prévention du VIH reste un défi important étant donné les taux annuels stables des nouvelles infections. Étant donné la composition multiculturelle du Canada, il est important d'examiner pleinement les besoins en matière de prévention de certains groupes culturels ou ethniques particuliers. Parmi les groupes culturels, les Asiatiques du Sud en Amérique du Nord n'ont pas été adéquatement représentés dans les efforts et la documentation sur la prévention du VIH. Le programme de recherche proposé étudiera l'incidence de certains facteurs culturels particuliers sur les facteurs de risque individuels et les comportements sexuels à risque dans un échantillon de 400 Asiatiques du Sud âgés de 18 à 35 ans à Toronto. Les participants à l'étude répondront à des questions concernant leurs comportements sexuels à risque (p. ex. utilisation irrégulière du condom, rapports sexuels non protégés), les variables culturelles (p. ex. la mesure dans laquelle ils s'identifient avec la culture de leurs ancêtres ou la culture de la majorité, le soutien perçu de la part de leur communauté culturelle, la discrimination perçue) et les variables individuelles liées au risque (attitudes négatives envers l'utilisation du condom, dépression). L'étude évaluera également une vidéo sur la prévention du VIH qui cible particulièrement un auditoire sud-asiatique. Cette vidéo a été préparée par un organisme local de services liés au sida (Alliance for South Asian AIDS Prevention) et fait intervenir des acteurs sud-asiatiques qui encouragent l'utilisation du condom. L'étude évaluera à quel degré les membres de l'échantillon comprennent la vidéo, combien de fois ils l'ont vue et à quel point ils pensent que son message est important. Elle examinera également si l'exposition à la vidéo permet de prédire les comportements sexuels à risque après six mois. Les renseignements recueillis contribueront à élucider le rôle des facteurs de risque culturels et individuels dans les comportements sexuels à risque. Ils aideront également à préparer des campagnes d'éducation et de prévention du VIH efficaces qui répondent aux besoins particuliers de la communauté croissante des Asiatiques du Sud.
Dates : De septembre 2008 à août 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d’études supérieures du Canada Frederick Banting et Charles Best – Bourse au doctorat
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R19 :

Titre : Engaging newcomer communities in sexual health research: Understanding cultural factors for HIV risk reduction amongst immigrant and refugee ethno-racial youth in western Canada
Chercheuse principale : Susan E. Frohlick
Résumé : Le principal objet du présent projet consiste à entamer une collaboration particulière et innovante entre les jeunes immigrants et réfugiés africains, les organisations communautaires et les chercheurs universitaires dans trois villes afin d'élaborer un processus de formation d'une équipe de recherche communautaire qui fait participer les jeunes à titre de chercheurs pairs. Ce projet est le développement d'un partenariat entre la collectivité et l'université à Winnipeg, partiellement financé par une subvention pour réunions, planification et dissémination des Instituts de recherche en santé du Canada qui a facilité l'échange de connaissances au sujet de la sexualité, de la santé sexuelle et des infections transmissibles sexuellement avec les jeunes nouveaux arrivants africains aux prises avec les normes culturelles de leur origine africaine et celles de la société canadienne en matière de négociation de pratiques sexuelles sécuritaires. L'un des messages clairs de ces échanges était l'absence d'un discours public autour des rapports sexuels et de la sexualité au sein de ces collectivités et la nécessité de connaissances au sujet des stratégies adaptées sur le plan culturel en vue de réduire la vulnérabilité de ces jeunes à l'infection au VIH associée aux facteurs connexes de la pauvreté, de la race, des normes sexuelles culturelles et de la stigmatisation associée avec les rapports sexuels et le VIH. Il était également évident que pour être efficace, l'intervention devait faire participer la collectivité à tous les niveaux de la recherche et de la mise en œuvre, y compris le processus de recherche, de la conception à la collecte de données et à la diffusion du message axé sur la jeunesse. Étant donné le manque de renseignements sur les jeunes, la sexualité et le VIH dans les populations d'immigrants appartenant à des minorités ethniques au Canada, ce projet cherche à élargir la porté des partenariats entre la collectivité et la recherche dans trois villes de l'ouest du Canada et le nombre de jeunes participants afin d'élaborer un projet sur plusieurs années selon des principes de recherche communautaire. La force de ce projet repose dans la formation d'une équipe régionale multidisciplinaire de recherche communautaire en vue de la réduction du risque de VIH axée sur les jeunes marginalisés et sous-représentés dans les collectivités des nouveaux arrivants africains et les mobilisant, en déterminant les facteurs culturels qui les mettent en danger. L'équipe rédigera une proposition de recherche plus étendue à titre de résultat final des activités définies pour ce projet catalyseur.
Dates : D'octobre 2010 à septembre 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention Catalyseur : Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet général
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R20

Titre : Engaging young women in online STI testing: The role of social context
Chercheuse principale : Wendy M. Davis
Chercheuse associée : Jean A. Shoveller
Résumé : De nouvelles interventions, telles que l'Online Sexual Health Services Program (OSHSP) en Colombie-Britannique, sont lancées afin de complémenter les services cliniques en face à face existants, dans l'espoir qu'ils améliorent la participation des jeunes femmes au dépistage du VIH et des infections transmissibles sexuellement. Le dépistage des infections transmissibles sexuellement reste un comportement profondément stigmatisé pour de nombreuses jeunes femmes, une réalité à laquelle il ne sera pas possible de remédier complètement à l'aide de services en ligne (p. ex. la promulgation en face à face des stéréotypes sexuels peut également être représentée en ligne par un texte). Malheureusement, nous ne nous rendons pas encore complètement compte à quel point les facteurs sociaux importants (p. ex. normes sociales, stéréotypes, responsabilités des femmes en matière de santé sexuelle) influent sur les expériences liées au dépistage en ligne des infections transmissibles sexuellement (en particulier dans les sous-groupes vulnérables de jeunes femmes). Ainsi, l'étude proposée cherchera à mieux comprendre les perspectives des jeunes femmes sur la façon dont certains aspects importants de leur contexte social (p. ex. la stigmatisation, les stéréotypes sexuels) affectent leur participation à ces activités de promotion de la santé sexuelle et à d'autres activités de même nature. Plusieurs techniques de collecte et d'analyse des données seront utilisées (p. ex. groupes de discussion et entrevues individuelles approfondies; une table ronde composée de jeunes sera chargée d'affiner l'analyse des groupes de discussion et des entrevues individuelles et un groupe de travail composé de jeunes apportera ses perspectives dans l'élaboration et la conception du site Web quant à l'aspect, à l'impression et au contenu). L'étude proposée sera menée dans la région de Vancouver et adoptera une démarche participative. En définitive, les nouveaux renseignements recueillis au cours de cette étude orienteront l'élaboration et la conception d'un service de dépistage en ligne des infections transmissibles sexuellement en Colombie-Britannique.
Dates : De septembre 2010 à août 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse à la maîtrise
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R21

Titre : Examining structural vulnerabilities to injection drug use and HIV infection among marginalized young people: An approach using complex systems modeling and social epidemiology
Chercheur principal : Brandon D. Marshall
Chercheurs associés : Sandro Galea; Evan Wood
Résumé : La consommation de drogues injectables par les jeunes est un problème de santé national et international croissant. Étant donné que la consommation de drogues injectables est un mode principal de transmission du VIH et est responsable de nombreux autres effets nocifs pour la santé et préjudices sociaux, empêcher les jeunes de commencer à s'injecter de la drogue est une priorité majeure en matière de santé publique. Cependant, il n'existe que des données scientifiques limitées permettant d'orienter des mesures efficaces de prévention du VIH et de consommation de drogues injectables parmi les jeunes à risque. Cette recherche abordera ces enjeux urgents et fournira les renseignements nécessaires pour orienter une stratégie de lutte appropriée et efficace contre cette crise de santé à l'échelle nationale et internationale. Le principal objectif de cette recherche consiste à utiliser une modélisation de systèmes complexes (une forme de modélisation mathématique) pour comprendre comment les taux de début d'injection et d'infection au VIH sont influencés par les facteurs sociaux, environnementaux et politiques, ce qui est essentiel pour l'élaboration d'interventions efficaces. Plus particulièrement, de nouvelles techniques de modélisation mathématique seront utilisées pour mettre à l'essai l'efficacité potentielle de plusieurs interventions visant à prévenir le passage à l'injection et à réduire le risque de VIH parmi les jeunes utilisateurs de drogues. Les interventions qui seront examinées comprennent le développement des programmes de traitement des toxicomanies destinés aux jeunes toxicomanes et l'offre d'options de logement sûres aux jeunes sans abri. La recherche proposée a des implications importantes pour un segment de la population canadienne qui fait l'expérience de préjudices considérables liés à la santé et contribue de façon substantielle aux coûts sociétaux et aux coûts de santé. Étant donné les préoccupations croissantes liées au début de l'injection de drogues et les complexités des interventions requises pour réduire les infections au VIH et d'autres préjudices, la recherche proposée générera des perspectives précieuses qui pourront être appliquées par les organismes de la santé publique et d'autres décideurs dans la mise en œuvre de programmes et de politiques fondées sur des preuves visant à aborder cette importante question de santé.
Dates : De janvier 2011 à décembre 2013
Programme de financement : Bourse de recherche – Annonce de priorité – Services de santé/santé des populations – Recherche sur le VIH/sida
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Project R22

Titre : Exploring and addressing the determinants of health in older children with perinatally acquired HIV-1 in British Columbia in partnership with families and communities
Chercheuse principale : Sarah J. Fielden
Chercheurs associés : Christabelle Sethna; Peter S. Tugwell
Résumé : Avec l'arrivée des thérapies antirétrovirales, les enfants qui ont contracté le VIH pendant l'enfance entrent dans l'adolescence et le début de l'âge adulte. Alors qu'ils passent par ces transitions, des services supplémentaires adaptés à leur âge sont nécessaires pour soutenir leur développement positif. Cette recherche explore la santé et le bien-être d'enfants plus âgés qui ont contracté le VIH pendant la période périnatale en Colombie-Britannique, au cours de trois phases qui visent à poser les bases de futures interventions de promotion de la santé dans cette population d'enfants. La première phase rassemble des enfants, les membres de leur famille et leurs fournisseurs de soins de santé et de services communautaires, et étudie les besoins de cette cohorte d'enfants à l'aide d'un processus consultatif communautaire basé sur la participation et sur l'interrogation qualitative. En fonction des résultats de la première phase, un modèle de programme sera créé et combinera des connaissances empiriques acquises auprès de divers intervenants avec des modèles théoriques dans les domaines de la promotion de la santé, du VIH/sida et du développement de l'enfant et de l'adolescent. Une troisième étude ajoutera un élément contextuel quantitatif à la recherche par l'intermédiaire d'une étude de cohorte rétrospective qui décrit les taux de mortalité, les tendances relatives aux traitements médicamenteux et les profils démographiques des enfants ayant contracté le VIH pendant la période périnatale en Colombie-Britannique.
Dates : De septembre 2005 à août 2008
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d’études supérieures du Canada Frederick Banting et Charles Best – Bourse au doctorat
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R23

Titre : Guys un-limited: Young men speak out about health services
Chercheuse principale : Elizabeth Marie Saewyc
Résumé : Les adolescents victimes d'exploitation sexuelle et à risque connaissent souvent de graves problèmes de santé. De récents travaux de recherche en Colombie-Britannique ont montré qu'un jeune de la rue sur trois avait été victime d'exploitation sexuelle, les jeunes hommes à un taux égal à celui des jeunes femmes. Cependant, les services d'aide aux jeunes victimes d'exploitation sexuelle sont souvent axés sur les filles et les jeunes femmes, et l'utilisation de démarches centrées sur les femmes peuvent ne pas aider les jeunes hommes. Bien que les jeunes hommes, en général, cherchent de l'aide moins fréquemment que les jeunes femmes, les adolescents victimes d'exploitation sexuelle connaissent une stigmatisation qui peut les rendre encore plus hésitants à accéder aux services dont ils sont besoins. Cette étude examinera les expériences des jeunes hommes victimes d'exploitation sexuelle et à risque dans le domaine des services de santé et des services sociaux, étudiera l'influence de leurs perspectives et de leurs idéaux de masculinité sur leur décision d'accéder aux services et explorera la façon dont les soins de santé peuvent être offerts à cette population marginalisée d'une façon accueillante pour les jeunes hommes.
Dates : D'avril 2009 à mars 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R24

Titre : Impact of policy decisions and service delivery models on HIV/AIDS prevention: Ensuring comprehensiveness and accessibility for female adolescents
Chercheuse principale : Charlene P. Cook
Résumé : non disponible
Dates : De 2006 à 2009
Programme de financement : Conseil de recherches en sciences humaines du Canada – Bourses d'études de doctorat
Source : Base de données du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Projet R25

Titre: Interventions utilisant les TIC pour la promotion de la SSR : partage d'expériences internationales
Chercheuse principale : Marie-Pierre Gagnon
Chercheurs associés : Françoise Coté; José Coté
Résumé : La situation des adolescents et jeunes adultes en matière de sexualité demeure préoccupante malgré les multiples interventions menées à l'égard de cette tranche de la population. La familiarité des jeunes générations avec la technologie positionne l'utilisation des technologies d’information et de communication comme une avenue fortement prometteuse dans le domaine de la promotion de la santé sexuelle et reproductive incluant la prévention des infections transmissibles sexuellement/VIH/sida chez les adolescents et jeunes adultes, ci-après santé sexuelle et génésique. Cependant, l'élaboration d'interventions efficaces utilisant les technologies d’information et de communication requiert des évidences scientifiques solides. Le projet proposé vise à stimuler le partage de connaissances entre des chercheurs aux expertises complémentaires, décideurs et intervenants nationaux et internationaux afin de créer un partenariat solide et continu. Le premier atelier portera sur la revue des interventions et stratégies dans la promotion de la santé sexuelle et génésique. Les experts partageront leurs expériences et exposeront les indicateurs ayant servi à évaluer les projets exécutés jusque-là par leurs institutions respectives ainsi que les résultats d'évaluation. Le deuxième atelier aura pour but d'élaborer une grille d'évaluation des études portant sur les interventions utilisant les technologies d’information et de communication pour la promotion de la santé sexuelle et génésique. Les principaux orateurs de cet atelier seront les chercheurs qui présenteront les connaissances existantes sur la problématique de l'utilisation des technologies d’information et de communication dans la promotion de la santé sexuelle et génésique. Une discussion s'en suivra afin d'identifier les stratégies d'intervention, les indicateurs et les résultats à objectiver dans les études à inclure dans la synthèse de connaissance projetée. La grille ainsi élaborée servira à dépouiller les études qui satisferont les critères d'éligibilité établis pour la revue systématique. Ce partenariat entre acteurs nationaux et internationaux porte en lui le germe d'une plus grande collaboration pour l'amélioration des stratégies et des résultats des interventions visant la promotion de la santé sexuelle et génésique.
Dates : D'octobre 2010 à septembre 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de planification – Annonce de priorités : VIH / sida (recherche biomédicale/clinique et service de santé/recherche sur la santé des populations)
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R26

Titre : Investigating and addressing injection drug use and other harms among street-involved youth: The ARYS project
Chercheur principal : Evan Wood
Chercheurs associés : Jane Buxton; Scott E. Hadland; Richard P. Harrigan; Thomas H. Kerr; Brandon D. Marshall; Julio S. Montaner; Thomas L. Patterson; Élise Roy; Kate Shannon; Jean A. Shoveller; Steffanie A. Strathdee; Mark W. Tyndall
Résumé : Cette recherche abordera le problème urgent de la consommation de drogues illégales parmi les jeunes de la rue. En étudiant un grand groupe de jeunes de la rue à Vancouver, nous acquerrons les résultats scientifiques concluants nécessaires pour orienter une stratégie de lutte appropriée contre cette crise de santé à l'échelle locale, nationale et internationale. Plus particulièrement, le projet examinera les habitudes de consommation de drogues illégales et l'environnement à risque dans lequel elles sont utilisées, et évaluera leurs effets sur le début de la consommation de drogues injectables, les comportements sexuels à risque et l'incidence de l'hépatite C et du VIH dans une cohorte de 500 jeunes de la rue âgés de 14 à 24 ans. L'étude examinera non seulement les circonstances individuelles, mais également les influences sociales, structurelles et environnementales sur les comportements à risque. Par exemple, l'étude évaluera des facteurs précis, tels que le sans-abrisme et la participation au travail du sexe, sur la prise de risque dans le domaine des rapports sexuels et de la consommation de drogue et sur l'incidence des maladies infectieuses, en vue d'orienter des stratégies d'intervention pragmatiques. L'étude sera réalisée en invitant des jeunes à mener une enquête normalisée tous les six mois pendant cinq ans. Les connaissances acquises grâce à cette recherche devraient s'avérer utiles pour orienter les mesures de prévention du VIH et de l'hépatite C, ainsi que les initiatives visant à prévenir le début de la consommation de drogues injectables parmi les jeunes. Les jeunes de la rue représentent l'une des populations les plus vulnérables au Canada; la recherche permettant de déterminer comment réduire les préjudices dans cette population profitera à tous les Canadiens.
Dates : D'avril 2010 à mars 2015
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R27

Titre : Investigating determinants of injection drug use initiation among street youth in Vancouver
Chercheur principal : Daniel M. Werb
Chercheurs associés : Evan Wood; Jane Buxton
Résumé : Bien que des ressources considérables aient été consacrées à la réduction de la taille et de l'étendue des marchés de drogues illégales, de récentes données laissent entendre que la consommation de drogue et les autres comportements liés à la drogue, tels que la vente de drogue, se produisent à des taux élevés dans les régions où se trouvent ces marchés. Comme le VIH et d'autres maladies transmissibles par le sang peuvent se transmettre au cours de la consommation de drogues injectables, la recherche a porté sur la prévention du début de tels comportements. Il est ainsi particulièrement préoccupant que la recherche laisse entendre que la proximité avec un marché de la drogue peut augmenter le risque que les populations vulnérables, telles que les jeunes de la rue, commencent à consommer des drogues illégales et à en vendre. Le projet de recherche proposé consiste en une étude des facteurs qui rendent les membres de populations vulnérables comme les jeunes de la rue plus susceptibles de vendre de la drogue. En outre, ce projet examinera les facteurs qui poussent les personnes ancrées dans le marché de la drogue à cesser de vendre et de consommer des drogues injectables. Cette enquête utilisera des données recueillies auprès d'utilisateurs de drogues illégales et de jeunes de la rue à Vancouver sur une période de trois ans. En mettant l'accent sur le début et la fin de la vente de drogue, nous espérons que cette recherche permettra l'élaboration d'interventions efficaces visant à prévenir l'implication dans le marché de la drogue. De plus, en étant axée sur les facteurs qui entrent dans l'arrêt de la consommation et de la vente de drogue, cette enquête fournira également un cadre dans lequel développer des interventions axées sur les participants ancrés dans le marché de la drogue. Étant donné le lien étroit entre la vente de drogue et la consommation de drogue dans la rue à Vancouver et dans d'autres milieux urbains canadiens, un projet qui étudie ces deux phénomènes et leurs interactions offrira d'importants résultats qui auront des implications pour le développement et la mise en œuvre de toute une gamme d'interventions en matière de santé publique.
Dates : De septembre 2010 à août 2013
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d’études supérieures du Canada Frederick Banting et Charles Best – Bourse au doctorat
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R28

Titre : Investigating population-level interventions to improve youth sexual health
Chercheuse principale : Jean A. Shoveller
Chercheurs associés : Mark P. Gilbert; Thomas H. Kerr; Marc Levine; Gina S. Ogilvie; John L. Oliffe; Kate Shannon; Judith A. Soon; Jessica Yee
Résumé : Le programme de recherche proposé est axé sur l'étude des interventions communautaires qui touchent la santé sexuelle des jeunes (âgés de 12 à 24 ans) au sein du secteur de la santé et à l'extérieur. Dans tout le Canada, de nombreux jeunes connaissent de graves problèmes de santé et problèmes sociaux liés aux infections transmissibles sexuellement (ITS) et aux grossesses non désirées. Malgré les efforts déployés par les organismes de la santé publique, les taux d'infections transmissibles sexuellement  parmi les jeunes sont élevés et en croissance; de plus, bien que les taux de grossesses précoces se stabilisent dans la population en général, les répercussions sociales de ces problèmes sur la santé se manifestent de façon disproportionnée parmi les populations vulnérables. En outre, avec l'aggravation des inégalités en matière de santé sexuelle, les interventions conventionnelles semblent être de plus en plus coupées des principaux besoins des jeunes dans le domaine de la prévention primaire, en particulier les besoins des sous-groupes de jeunes vulnérables. Notre programme de recherche est intégré dans un ensemble de partenariats établis et en cours d'établissement parmi des chercheurs (Université de Colombie-Britannique; BC Centre for Excellence in HIV/AIDS) et avec les liens de collaboration que nous avons noués avec a) le système de la santé publique (p. ex. BC Centre for Disease Control; autorités sanitaires régionales); b) les décideurs dans les secteurs autres que la santé (p. ex. l'éducation, les services sociaux, l'emploi, le logement) et c) les organisations non gouvernementales et les organisations dirigées par des jeunes pertinentes (p. ex. OPTions for Sexual Health BC; YouthCO AIDS Society; Native Youth Sexual Health Network). Ensemble, nous allons lancer plusieurs études reliées sur le plan conceptuel, qui seront mises en œuvre au cours des cinq prochaines années, et dont les volets s'orienteront nécessairement (et avantageusement) mutuellement pour 1) déterminer les mécanismes par lesquels les interventions communautaires améliorent ou appauvrissent la santé sexuelle des jeunes, 2) décrire comment les interventions communautaires peuvent être progressivement augmentées afin d'éviter l'exacerbation des inégalités en matière de santé sexuelle, en particulier parmi les sous-groupes de jeunes vulnérables, 3) évaluer les répercussions relatives des interventions communautaires sur la santé sexuelle des jeunes au sein du secteur de santé et au-delà.
Dates : De novembre 2010 à mars 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement – Subventions programmatiques pour la santé et l'équité en santé
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R29

Titre : Learning from the voices of youth: A participatory research study exploring the HIV and HCV prevention needs of youth who smoke crack
Chercheuse principale : Lynne E. Leonard
Résumé : Cette recherche est motivée par le besoin qu'ont exprimé les partenaires communautaires d'obtenir des données par âge relativement aux besoins de prévention du VIH et du virus de l'hépatite C chez les jeunes qui fument du crack. Le manque de services de soins de santé ciblés et de services de soutien pour la prévention du VIH et du virus de l'hépatite C pour les personnes qui fument du crack est particulièrement préoccupant, étant donné les preuves épidémiologiques qui démontrent une hausse de l'inhalation de crack et les preuves virologiques qui documentent les risques liés au VIH et au virus de l'hépatite C associés à cette pratique. Les jeunes de la rue sont particulièrement vulnérables quand il s'agit de commencer à fumer du crack. À Ottawa, 64 % des jeunes de la rue ont déclaré utiliser du crack ou de la cocaïne sans injection. La participation des jeunes est un élément essentiel de ce projet, car c'est grâce aux connaissances fournies par les jeunes que nous créerons des outils de recherche, développerons des stratégies de recrutement efficaces, comprendrons les résultats de la recherche de façon appropriée et concevrons un plan ciblé de dissémination des résultats. À ce titre, des jeunes âgés de moins de 25 ans qui ont l'expérience du crack (directe ou indirecte) seront recrutés pour se joindre à l'équipe de projet, qui servira de groupe de travail en vue d'orienter le processus de recherche et l'établissement des priorités. Dans le cadre de chaque réunion de l'équipe de projet, les jeunes participeront à une séance de compte rendu dirigée afin de leur offrir un espace sûr où faire part de leurs sentiments, réfléchir à leurs expériences pendant les réunions et faire des suggestions d'amélioration concernant le processus. Cette étude suivra une conception séquentielle à méthode mixte. Nous utiliserons des entrevues qualitatives pour recueillir les perspectives des jeunes qui ont été recensés comme ayant une idée des environnements à risque particuliers occupés par certains groupes de jeunes qui fument du crack. Ces données orienteront la préparation du plan d'analyse quantitative et de l'outil d'enquête. Nous mènerons ensuite une enquête quantitative afin de documenter l'adoption de comportements et de pratiques à risque liés au VIH et au virus de l'hépatite C qui peuvent faire courir aux jeunes fumant du crack le risque de contracter l'infection au VIH et au virus de l'hépatite C.
Dates : D'avril 2011 à mars 2014
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet général
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R30

Titre : Place and experiences of risk among young drug users in downtown Vancouver
Chercheuse principale : Danya Fast
Chercheur associé : Thomas H. Kerr
Résumé : La consommation de drogues illégales est associée à de graves préjudices parmi les jeunes. À Vancouver, de récentes recherches épidémiologiques ont révélé des taux de mortalité et une incidence du VIH et du virus de l'hépatite C alarmants parmi les jeunes qui consomment de la drogue. Ces problèmes persistent malgré l'établissement récent de toute une gamme de services pour la jeunesse, notamment divers programmes de réduction des préjudices. Bien que l'on reconnaisse de plus en plus que les facteurs contextuels jouent un rôle essentiel pour déterminer les comportements de consommation de drogue à risque élevé, il n'existe que peu d'enquêtes approfondies portant sur le contexte de consommation de la drogue et axées sur les perspectives des jeunes consommateurs de drogue. Une telle démarche est essentielle au développement d'interventions porteuses de sens en matière de politiques et de programmes, qui cherchent à soulager la grave souffrance évitable que connaissent les jeunes consommateurs de drogue. L'étude proposée suivra une méthodologie ethnographique qualitative pour étudier comment les jeunes comprennent le paysage structurel, social et physique du monde de la drogue au centre-ville de Vancouver, et la façon dont cet environnement façonne les expériences de sécurité et de risque parmi les jeunes qui consomment de la drogue. Même si de nouveaux champs d'enquête émergeront probablement au fil de la recherche, les objectifs principaux de cette étude sont les suivants : 1) examiner comment les jeunes consommateurs de drogue entrent dans le monde de la drogue au centre-ville de Vancouver et en viennent à le comprendre; 2) examiner comment ce paysage façonne les expériences du risque (y compris les comportements à risque liés au VIH, les préjudices liés à la drogue et la violence physique) parmi les jeunes et, par ailleurs, comment il facilite les situations de sécurité; et 3) examiner les effets de l'exclusion spatiale due à la revitalisation urbaine et à la gentrification sur les expériences de la sécurité et du risque et les façons de comprendre ces derniers. En explorant chacun de ces objectifs, cette étude vise à déterminer quels aspects de cet « environnement du risque » servent d'intermédiaires aux préjudices parmi les jeunes consommateurs de drogue, et sont par conséquent pertinents pour les interventions en matière de politiques et de programmes.
Dates : De septembre 2009 à août 2012
Programme de financement : Instituts de la recherche en santé du Canada Bourses d’études supérieures du Canada Vanier
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R31

Titre : Primary HIV prevention research in marginalized communities
Chercheur principal : Neil Andersson
Chercheurs associés : Chris P. Archibald; J. K. Barlow; Douglas A. Coyle; Nancy L. Gibson; Beverley J. Shea
Résumé : La prévention primaire du VIH comprend la réduction des facteurs de risques afin de prévenir le VIH en premier lieu. Ce centre mettra au point des méthodes de recherche et une capacité de prévention primaire du VIH, mettant particulièrement l'accent sur la résilience chez les jeunes Autochtones et dans les collectivités marginales. Il préparera des interventions de prévention primaire pour ces milieux, fera l'essai d'aides à la décision et les mettra en œuvre afin de soutenir la traduction de la recherche sur les principaux moyens de prévention du VIH en politiques de prévention efficaces.
Dates : De septembre 2008 à décembre 2008
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Recherche sur le VIH/sida – Volet services de santé/santé des populations
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R32

Titre : La promotion de la santé sexuelle et reproductive, incluant la prévention du VIH-sida, soutenue par les technologies de l'information et des communications : une étude de faisabilité chez les Premières nations
Chercheur principal : Roy Bernard
Chercheuses associées : Marie-Pierre Gagnon, Nancy Gros-Louis
Résumé : Il existe une grande inégalité dans la répartition des taux de prévalence des maladies transmissibles sexuellement (MTS) et du VIH/sida au Canada. De tels taux peuvent être jusqu'à dix fois plus élevés parmi les Premières nations que dans la population dans son ensemble. C'est pourquoi les maladies transmissibles sexuellement et le VIH/sida ont une priorité pour le document Quebec First Nations Health and Social Services Blueprint 2007-2017. La démarche et les interventions semblent être axées plus sur l'observance du traitement antirétroviral de la part des personnes vivant avec le VIH que sur la prévention primaire. Cependant, la situation des adolescents et jeunes adultes en matière de sexualité demeure préoccupante, malgré les multiples interventions menées à l'égard de cette tranche de la population. La familiarité de la jeune génération avec les technologies d'information et de communication, ou TIC, offre une possibilité hautement prometteuse dans le domaine de la promotion de la santé sexuelle et reproductive, y compris la prévention des maladies transmissibles sexuellement, du VIH et du sida chez les adolescents et les jeunes adultes des Premières nations. Cependant, l'élaboration d'interventions efficaces utilisant les technologies d’information et de communication requiert des évidences scientifiques solides. Pour réduire les inégalités susmentionnées, le projet comprendra la planification et la réalisation d'une étude de faisabilité en collaboration étroite avec la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador. Au cours de cette phase initiale du partenariat, les besoins de l'organisation seront évalués, et cette dernière sera préparée à élaborer des interventions à l'aide des technologies d'information et de communication pour promouvoir la santé sexuelle et reproductive et prévenir le VIH/sida parmi les adolescents et les jeunes adultes dans les collectivités des Premières nations au Québec et au Labrador, et sera soutenue dans la réalisation de ces interventions.
Dates : De mars 2011 à février 2012
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention Catalyseur : Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R33

Titre : Online STI testing and youth |
Chercheuse principale : Jean Shoveller
Chercheurs associés : Mark P. Gilbert; Gina S. Ogilvie; John L. Oliffe
Résumé : De nouvelles interventions, telles que l'Online Sexual Health Services Program (OSHSP) en Colombie-Britannique, sont lancées afin de compléter les services cliniques en face à face existants, dans l'espoir qu'ils améliorent la participation des jeunes au dépistage du VIH et des infections transmissibles sexuellement. Le dépistage des infections transmissibles sexuellement reste un comportement profondément stigmatisé, une réalité à laquelle il ne sera pas possible de remédier complètement à l'aide de services en ligne (p. ex. la promulgation en face à face des stéréotypes sexuels peut également être représentée en ligne par un texte). Malheureusement, nous ne nous rendons pas encore complètement compte à quel point les facteurs sociaux importants (p. ex. normes sociales, stéréotypes au sujet des responsabilités des hommes et des femmes en matière de santé sexuelle) influent sur les expériences liées au dépistage en ligne des infections transmissibles sexuellement (en particulier dans les sous-groupes vulnérables de jeunes). Ainsi, l'étude proposée cherchera à mieux comprendre les perspectives des jeunes sur la façon dont certains aspects importants de leur contexte social (p. ex. la stigmatisation, les stéréotypes sexuels) affectent leur participation à ces activités de promotion de la santé sexuelle et à d'autres activités de même nature. Plusieurs techniques de collecte et d'analyse des données seront utilisées (p. ex. groupes de discussion et entrevues individuelles approfondies; une table ronde composée de jeunes sera chargée d'affiner l'analyse des groupes de discussion et des entrevues individuelles et un groupe de travail composé de jeunes apportera ses perspectives dans l'élaboration et la conception du site Web quant à l'aspect, à l'impression et au contenu). Tout au long du projet, une série de « contrôle de réalité » auprès des jeunes servira également à obtenir un retour d'information sur les versions émergentes du site Web, avec un accent particulier sur la consultation des sous-groupes de jeunes vulnérables. L'étude proposée de deux ans sera menée dans la région de Vancouver et adoptera une démarche participative. Ensemble, nous utiliserons les nouveaux renseignements recueillis au cours de cette étude pour orienter l'élaboration et la conception d'un service de dépistage en ligne des infections transmissibles sexuellement en Colombie-Britannique.
Dates : D'octobre 2010 à septembre 2012
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R34 :

Titre : Protective factors associated with preventing injection drug use initiation among at-risk youth in Vancouver, British Columbia
Chercheuse principale : Catharine Chambers
Résumé : Les jeunes de la rue âgés de 15 à 24 ans sans résidence permanente courent un risque considérable de contracter le VIH et l'hépatite C en raison de leur participation à des activités à risque élevé, telles que l'utilisation de drogues injectables (UDI) et le travail du sexe. Par comparaison avec leurs homologues plus âgés, les jeunes de la rue qui utilisent des drogues injectables courent un risque plus élevé d'infection transmissible par le sang en raison de leur manque d'expérience : ils sont plus susceptibles de partager des seringues et autre matériel de consommation de drogue, et ils sont plus susceptibles de demander au début à un ami ou à une connaissance d'injecter la drogue, ce qui diminue leur contrôle au sujet de l'utilisation d'un matériel propre. Outre le risque d'infection au VIH et à l'hépatite C, le début de l'utilisation de drogues injectables à un jeune âge est associé à la participation au travail du sexe, à des événements de consommation excessive de drogues, aux activités criminelles et à l'utilisation à long terme de drogues injectables. Bien que la plupart des travaux de recherche portant sur l'utilisation des drogues injectables chez les populations de jeunes de la rue examinent les comportements à risque élevé associés à l'infection au VIH ou à l'hépatite C, peu d'études ont étudié les facteurs qui empêchent les jeunes de commencer à utiliser des drogues injectables. La recherche de Catharine Chambers vise à déterminer pourquoi certains jeunes de la rue ont de la résilience et ne commencent pas à utiliser des drogues injectables et, chez les jeunes qui ont fait l'expérience des drogues injectables, pourquoi ils ont commencé à les utiliser et ce qui peut les empêcher de devenir des utilisateurs réguliers. Elle forme l'hypothèse que des relations stables avec les principaux pourvoyeurs de soins, des réseaux de soutien social distincts de la collectivité de la rue et l'absence d'activité criminelle peuvent apporter de la résilience au début de la consommation de drogues injectables. Les résultats de l'étude de Mme Chambers orienteront le développement et la mise en œuvre de programme de prévention visant à réduire le début de la consommation de drogues injectables chez les jeunes de la rue à Vancouver. En définitive, cela pourrait réduire la prévalence des infections transmissibles par le sang, du VIH et de l'hépatite C dans ces groupes à risque élevé.
Dates : 2008 et de septembre 2008 à août 2009
Programmes de financement : Michael Smith Foundation for Health Research – Research Trainee Award, Junior Graduate Studentship (en anglais) et Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse à la maîtrise
Sources : Bases de données de la Michael Smith Foundation for Health Research et des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R35

Titre : Research for injection drug use prevention: Exploring risk and resiliency among adolescent Aboriginal women who use drugs in British Columbia
Chercheuse principale : Caroline Miller
Chercheurs associés : Wayne M. Christian; John D. O’Neil; Margo E. Pearce; Chris G. Richardson; Martin T. Schechter; Patricia M. Spittal
Résumé : De récents travaux révolutionnaires au Canada ont montré que, parmi les jeunes Autochtones, la vulnérabilité au VIH, au virus de l'hépatite V et à la consommation de drogues injectables touche les jeunes femmes. En outre, les preuves épidémiologiques concernant la vulnérabilité à ces trois conditions parmi les jeunes femmes autochtones laissent entendre que les traumatismes hérités de l'histoire pourraient s'associer à des traumatismes plus récents, tels que le sans-abrisme, la violence sexuelle et le travail du sexe pour survivre. Cependant, il y a toujours une pénurie de données probantes concernant les programmes et les politiques efficaces de prévention de la drogue chez les adolescents en général, et chez les jeunes femmes qui doivent peut-être faire face à des traumatismes multidimensionnels plus particulièrement. La recherche proposée cherche à faire entendre la voix des jeunes femmes autochtones dans le domaine de la prévention de la consommation de drogue en s'appuyant sur un partenariat de recherche autochtone unique et solide en Colombie-Britannique, au Canada, afin de produire de nouvelles données probantes concernant le risque et la résilience à la consommation de drogues injectables (définie comme l'utilisation de drogues illégales autres que la marijuana au cours du mois précédent) parmi les adolescentes autochtones à risque (âgées de 14 à 19 ans). Pour ce faire, nous utiliserons des méthodes ethnographiques pour explorer de façon qualitative les quatre objectifs suivants : étudier les relations entre le traumatisme, la résilience et le passage à la consommation de drogues injectables; examiner l'intersection entre la sécurité culturelle et la réduction des préjudices; explorer le rôle de certaines drogues précises et leur trajectoire de transition respective; et synthétiser les données probantes afin de développer un cadre d'action pour la prévention de la consommation de drogues injectables chez les adolescentes autochtones à risque. Cette recherche produira des résultats scientifiques très nécessaires qui orienteront la politique en matière de prévention de la drogue axée sur les personnes qui courent le plus grand risque au Canada.
Dates : De mars 2011 à février 2012
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement – Annonce de priorité : Recherche sur le genre, le sexe et la santé
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R36

Titre : Safe n Sexy: Use of sexual health services by street-involved youth in Hamilton, Ontario
Chercheurs principaux : Sandra Bullock; Adrian Betts
Résumé : non disponible
Date : 2009
Programme de financement : Subventions du Réseau ontarien de traitement du VIH
Source : Base de données du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R37

Titre : Sexual health matters: Concerns of HIV+ adolescents and young adults
Chercheuse principale : Tamara Landry
Chercheur associé : William Fisher
Résumé : Contexte : Les jeunes séropositifs sont vulnérables, entre autres, à la stigmatisation, aux troubles émotionnels et sexuels, à la déficience de leur système immunitaire, à la consommation d'alcool et de drogues et au risque de contracter des infections transmissibles sexuellement. Un certain nombre de ces vulnérabilités peuvent être aggravées par l'acte même de divulgation de leur séropositivité. Peu d'études canadiennes ont étudié l'expérience des jeunes séropositifs liée à la divulgation de leur état sérologique vis-à-vis du VIH ou comparé l'expérience des jeunes infectés à la naissance à celle des jeunes infectés pendant l'adolescence. Au Canada, il n'existe pas de lignes directrices de promotion de la santé ni de « messages de divulgation » pour aider les jeunes séropositifs à divulguer (ou non) leur état sérologique vis-à-vis du VIH. Objectifs : Cette étude examine a) l'expérience de divulgation de la séropositivité d'un groupe varié de jeunes Canadiens infectés à la naissance ou pendant l'adolescence, b) les répercussions de cette divulgation sur leur santé sexuelle, et c) leur accès aux services de soutien à leur disposition. Elle compare les expériences de divulgation de l'infection au VIH de jeunes séropositifs infectés à la naissance ou infectés pendant l'adolescence afin de repérer les principales distinctions entre les deux cas. Méthodologie : En juin 2010, un comité consultatif de jeunes a déterminé les principaux thèmes à aborder et contribué à l'élaboration de questions pour les entrevues. Jusqu'à 48 jeunes séropositifs de London, de Toronto et de Vancouver, âgés de 14 à 29 ans, participeront à des entrevues en profondeur, avec l'approbation éthique de l'Université de Western Ontario. L'analyse des données, effectuée selon une approche phénoménologique, décrira et cataloguera l'expérience vécue des participants. Les thèmes et les schémas seront comparés entre toutes les transcriptions pour décrire les expériences individuelles et collectives. Pertinence et répercussions potentielles : Cette recherche a pour but de faire progresser les connaissances afin de contribuer à créer et à mettre en œuvre des programmes d'éducation, de soutien et de prévention spécifiquement adaptés aux préoccupations des jeunes séropositifs en matière de santé sexuelle et de divulgation de leur état de santé, ainsi que de réduire au minimum le risque de transmission du VIH et de protéger la santé des personnes séropositives et séronégatives pour le VIH. Les programmes éducatifs conçus avec l'aide de jeunes séropositifs peuvent contribuer à faciliter une approche de la divulgation avec laquelle ils puissent se sentir à l'aise pour discuter de leur état de santé avec les fournisseurs de soins de santé, avec leurs amis proches et avec leurs partenaires.
Dates : De 2009 à 2010
Programme de financement : Réseau ontarien de traitement du VIH – Bourse d'études
Source : Base de données du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R38

Titre : Social exclusion and the health and wellbeing of gender and sexual minorities
Chercheur principal : Robb Travers
Résumé : Il a été établi que le VIH touche de façon disproportionnée les groupes victimes d'exclusion sociale; au Canada, on a fait valoir qu'il faut comprendre le VIH dans son contexte social. L'Association canadienne de santé publique note que la pauvreté, le sans-abrisme, la stigmatisation, la toxicomanie, la violence, les problèmes de santé mentale non traités, le manque de possibilités d'emploi, l'impuissance, l'absence de choix, le manque de statut légal et l'absence de soutien social créent des environnements dans lesquels le VIH et d'autres maladies se développent et se propagent. Très peu de travaux canadiens de recherche en santé tentent spécifiquement de comprendre les problèmes de santé et les besoins en matière de soins de santé de deux populations marginalisées : les personnes transgenres et transsexuelles, ainsi que les jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres. S'inspirant d'un cadre social des déterminants de la santé, ce programme de recherche de cinq ans mettra l'accent sur l'étude du rôle que joue l'exclusion sociale dans la définition des résultats de santé, ainsi que sur les obstacles à l'accès aux soins de santé pour les minorités sexuelles. Étant donné la pauvreté des renseignements répondant aux besoins de ces populations dans le contexte canadien, ce programme de recherche met particulièrement l'accent sur l'établissement des facteurs qui : 1) mèneront à des résultats de santé améliorés; 2) aideront à lever les obstacles à l'accès aux services; et 3) contribueront à surmonter la vulnérabilité en favorisant la résilience personnelle. Le programme de recherche sera fondé sur la collectivité et la collaboration, faisant participer plusieurs organismes communautaires et fournisseurs de services à titre de partenaires. En outre, ce programme de recherche comprendra d'importantes possibilités de mentorat des étudiants. Cela appuiera le développement d'une nouvelle génération de chercheurs en Ontario, capables de travailler en collaboration avec des partenaires communautaires et d'autres intervenants afin d'influer sur cette épidémie. L'un des objectifs clés du programme de recherche consistera à mettre la priorité sur le transfert de connaissances et les initiatives d'échange qui mettent les données entre les mains des décideurs qui en ont besoin.
Dates : De juillet 2011 à juin 2016
Programme de financement : Bourse de nouveau chercheur – Annonce de priorité – Services de santé/santé des populations – Recherche sur le VIH/sida
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R39

Titre : Socio-cultural and individual determinants of accessing sexual health services among young adults
Chercheuse principale : Bojana Petrovic
Chercheurs associés : Farah Ahmad; Trevor A. Hart
Résumé : Dans le monde entier, les jeunes adultes âgés de 15 à 24 ans représentent 45 % des nouveaux cas d'infection au VIH chaque année (ONUSIDA, 2008). Parmi les jeunes adultes au Canada âgés de 15 à 19 ans, les femmes composent plus de la moitié des nouveaux cas de séropositivité au VIH (Agence de la santé publique du Canada, 2007). Les données probantes de travaux de recherche antérieurs ont montré que les membres appartenant à des groupes ethniques et religieux minoritaires et les immigrants rencontrent des obstacles à l'accès aux services de santé sexuelle. Cette étude examinera l'incidence des facteurs psychologiques et culturels sur l'accès à des services appropriés dans un échantillon d'étudiants du premier cycle, et déterminera si ces obstacles sont associés au sexe.
Dates : De septembre 2010 à août 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse à la maîtrise
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R40

Titre : Strengthening community-based approaches to HIV/AIDS education, screening, and treatment among Canadian Inuit youth
Chercheuses principales : Jeanette Doucet; Jacqueline C. Gahagan; Aideen F. Reynolds; Audrey Steenbeek
Chercheurs associés : Chris P. Archibald; Pitsulala S. Lyta
Résumé : Ce projet commencera d'étudier le jeu complexe entre la culture, la santé des jeunes et l'autonomisation des sexes concernant le risque de contracter le VIH/sida au sein des collectivités inuites, et déterminera les priorités de recherche pour une étude qui se déroulera sur plusieurs années. Il y a un besoin criant d'une image plus claire de la dynamique et de l'épidémiologie du risque de contracter le VIH parmi les Inuits au Canada. Les données actuelles sur le VIH chez les Inuits ont tendance à se perdre dans les statistiques autochtones ou canadiennes et sous-estiment la situation réelle des Inuits au Canada. Cette recherche a pour objectif de mieux comprendre cette situation et tente d'orienter le développement d'options communautaires et participatives durables pour des interventions de lutte contre le VIH/sida qui sont sensibles aux difficultés de la promotion de la santé et de la prestation des soins de santé dans les collectivités du Nord. Le projet a recours à une méthodologie de recherche communautaire qui fait intervenir la participation directe des organisations et des membres de la collectivité des Inuits. En outre, en raison des obstacles liés au dépistage dans les petites collectivités éloignées (manque d'anonymat, stigmatisation et discrimination, manque d'accès aux soins à la communication d'un résultat positif au test, manque d'organisations de lutte contre le sida dans le Nord), cette méthodologie de recherche communautaire offre une possibilité importante de renforcer la capacité des fournisseurs de soins de santé et d'améliorer l'accès à l'éducation, au dépistage (dépistage anonyme avec counselling avant et après le test), au diagnostic, aux soins, au traitement et au soutien.
Dates : D'avril 2007 à mars 2008
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone – Subvention Catalyseur
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R41

Titre : Taking Action: Using arts-based approaches to developing Aboriginal youth leadership in HIV prevention
Chercheuse principale : Sarah Flicker
Chercheurs associés : Jeanette Doucet; Randy Jackson; June A. Larkin; Claudia Mitchell; Tracey Prentice; Jean-Paul Restoule; Melanie M. Rivers
Résumé : Les jeunes Autochtones sont surreprésentés dans l'épidémie du VIH au Canada. Les démarches de mobilisation des jeunes fondées sur les arts dans la promotion de la santé ont été efficaces à l'échelle locale et mondiale. Cela dit, plusieurs partenaires communautaires et chercheurs universitaires ont collaboré pour élaborer cette demande de subvention de recherche. L'objectif de cette étude consiste à mobiliser les jeunes Autochtones dans le leadership en matière de prévention du VIH grâce à des démarches fondées sur les arts. Les objectifs précis sont les suivants : 1) explorer comment les jeunes Autochtones relient les inégalités structurelles au risque individuel, au VIH et à la culture autochtone à l'aide de méthodologies fondées sur les arts; 2) étudier l'efficacité des modèles de mobilisation par des méthodes fondées sur les arts (p. ex. hip-hop, documentaire vidéo ou photographique, théâtre populaire, musique ou danse, etc.); 3) renforcer la capacité des jeunes à aborder les questions liées au VIH dans leur collectivité locale; 4) élaborer et disséminer des documents de soutien et de prévention du VIH propres à chaque communauté, « par les jeunes et pour les jeunes »; et 5) créer un répertoire numérique national des documents de prévention du VIH « par les jeunes et pour les jeunes ». Le respect des principes de propriété, de contrôle, d'accès et de possession est incorporé à chacun de ces buts et objectifs et les sous-tend. L'équipe de recherche s'associera à six collectivités locales dans différentes régions du pays pour co-parrainer des ateliers « Taking Action ». Ces ateliers comprendront un volet de production éducative et culturelle sur le VIH, où les participants auront la possibilité de développer des projets qui analysent les liens entre les inégalités structurelles, le risque individuel de contracter le VIH et la culture autochtone. Après l'atelier, les jeunes participants passeront des entrevues individuelles et seront invités à réfléchir sur les connaissances clés acquises et sur la façon dont leurs productions artistiques sont ancrées dans les réalités structurelles. Le contenu thématique des entrevues et des médias sera analysé de façon qualitative. Les résultats seront disséminés dans des formats accessibles dans les universités et les collectivités.
Dates : D'avril 2008 à mars 2011
Programmes de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone – Subvention de fonctionnement et subventions du Réseau ontarien de traitement du VIH
Sources : Bases de données des Instituts de recherche en santé du Canada et du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R42

Titre : Taking Action II: Fostering Aboriginal leadership in HIV prevention using arts-based methods
Chercheuse principale : Sarah Flicker
Chercheurs associés : Jessica Yee; Randy Jackson; June A. Larkin; Claudia Mitchell; Vanessa J. Oliver; Tracey Prentice; Jean-Paul Restoule
Résumé : OBJECTIFS : 1) comprendre ce qui inspire certains jeunes à devenir actifs dans la prévention du VIH dans leur collectivité; 2) étudier la narration d'histoires numériques comme stratégie permettant d'augmenter la participation des jeunes Autochtones aux efforts de prévention du VIH; 3) élaborer et disséminer des documents de soutien et de prévention du VIH propres à chaque communauté, « par les jeunes et pour les jeunes ». MÉTHODES : Stade 1 : Nous inviterons des jeunes Autochtones de tout le Canada à s'inscrire pour « raconter leur histoire » au sujet du leadership, du bénévolat et de l'engagement concernant le VIH. Nous sélectionnerons des jeunes (n = 20; âgés de 16 à 25 ans) de façon à assurer une représentation de toutes les régions du pays. Ces jeunes seront invités à un atelier d'une semaine, au cours duquel ils acquerront des compétences en narration d'histoires numériques et recevront de l'aide pour créer de courts films (de 3 à 5 minutes) qui racontent leur histoire particulière (dans leurs propres mots et dans leur langue) au sujet de la raison et de la façon dont ils se sont engagés dans la prévention du VIH. À la suite de la création de ces histoires, chaque jeune passera une entrevue à propos de son film et de la raison pour laquelle il est devenu un dirigeant et un défenseur de la prévention du VIH. Stade 2 : Chaque jeune dirigeant ou réalisateur sera invité à organiser une projection de son film dans sa propre collectivité pour d'autres jeunes, les aînés et les membres de la collectivité. À la suite du film, une discussion facilitée abordera les répercussions du VIH sur les collectivités autochtones, sur la raison pour laquelle il est si difficile d'en parler et de ce qui pourrait inspirer les autres à devenir des dirigeants. ANALYSE : Nous analyserons ensuite toutes les histoires numériques recueillies et toutes les entrevues et discussions facilitées. DISSÉMINATION : Outre la dissémination des résultats par les supports universitaires habituels, les productions des jeunes seront également affichées en ligne. Nous créerons des trousses conviviales qui comprennent une copie du DVD qui contient toutes les histoires, un manuel et un guide de discussion pour les autres personnes qui désirent projeter les histoires.
Dates : D'avril 2011 à mars 2014
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R43

Titre : Teens resisting urban transphobia and homophobia (TRUTH)
Chercheuse principale : Heidi H. Newton
Chercheur associé : Robb Travers
Résumé : non disponible
Dates : De septembre 2009 à août 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet général – Bourse à la maîtrise
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R44

Titre : The Cedar Project: A comparison of the sexual vulnerabilities of young Aboriginal men and women surviving drug use and sex work in Prince George and Vancouver
Chercheur principal : Negar Chavoshi
Chercheuse associée : Patricia M. Spittal
Résumé : Cette recherche sera menée en collaboration avec le projet Cedar; une étude de cohorte prospective continue qui porte sur des jeunes Autochtones à risque âgés de 14 à 30 ans qui résident à Vancouver et à Prince George, en Colombie-Britannique, qui ne fument pas et n'utilisent pas de drogues injectables. Pour le programme de doctorat, je propose d'utiliser des analyses chronologiques afin d'étudier les facteurs de prédiction du passage au statut séropositif pour l'hépatite C, de la séropositivité au VIH et des obstacles à l'accès au traitement du VIH/sida au fil du temps dans la cohorte Cedar. Des modèles chronologiques appropriés ajusteront les facteurs de prédiction importants afin de déterminer quels facteurs de risque sont indépendamment associés à la séroconversion au VIH. La modélisation équivalente sera effectuée pour tous les participants qui ont subi une séroconversion au VHC. Le projet Cedar comble le manque de renseignements au sujet des vulnérabilités sexuelles parmi les jeunes Autochtones. Les résultats de mon étude seront rapportés aux collectivités autochtones touchées et aux autorités fédérales et provinciales, y compris au chef et aux conseils. Les partenaires du projet auront un rôle prédominant dans l'élaboration de recommandations au sujet des programmes et des politiques visant à réduire les risques d'infection par le VIH et le virus de l'hépatite C. Ces recommandations seront tirées des éléments probants de l'étude concernant les déterminants des vulnérabilités en matière de rapports sexuels et de consommation de drogue, afin de répondre aux besoins des jeunes Autochtones à risque et de leurs collectivités. Les futures études offriront des travaux de recherche pertinents aux conseils autochtones qui utilisent les résultats pour la planification générale des services et l'évaluation de l'efficacité des programmes. Mon travail pour le projet Cedar contribuera à la capacité des fournisseurs de services autochtones à sensibiliser, à déterminer les besoins, à demander des ressources adéquates et à élaborer une stratégie de lutte contre le VIH/sida qui respecte les valeurs et les croyances traditionnelles et culturelles des personnes, des familles et des collectivités et les intègre dans les efforts conventionnels de prévention et de traitement du VIH et du VHC, tout en tenant compte des déterminants de la vulnérabilité de la cohorte en matière de santé.
Dates : De 2008 à avril 2009 et de septembre 2009 à août 2012
Programmes de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone – Bourse à la maîtrise et Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de recherche de doctorat – Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R45

Titre : The Cedar Project: Exploring HIV and hepatitis C vulnerabilities among young Aboriginal drug users in three Canadian cities
Chercheurs principaux : Patricia M. Spittal; Martin T. Schechter
Chercheurs associés : Catherine P. Baylis; Russell C. Callaghan; Wayne M. Christian; Kevin J. Craib; Patricia A. Janssen; David C. Marsh; Akm Moniruzzaman; Christopher H. Sherlock; Mary P. Teegee; Eric M. Yoshida; Reinhard M. Krausz; Caroline Miller; Eugenia Oviedo-Joekes; Chris G. Richardson
Résumé : Au cours de la dernière décennie, le nombre d'Autochtones ayant reçu un diagnostic de VIH au Canada a augmenté plus que dans n'importe quelle autre ethnicité. Bien que les Autochtones ne constituent que 4 % de la population de la Colombie-Britannique, ils représentent plus de 13 % de tous les tests VIH positifs. La majorité des infections sont associées à l'utilisation de drogues injectables, mais les facteurs qui expliquent le risque et le taux élevés de transmission du VIH chez les jeunes autochtones consommant des drogues illégales ne sont pas bien compris. Le Cedar Project est une étude par observation portant sur les vulnérabilités associées au VIH et au virus de l'hépatite C chez les jeunes autochtones vivant à Vancouver, à Kamloops et à Prince George, en Colombie-Britannique. Nous avons récemment observé des taux préoccupants d'infection par le virus de l'hépatite C et le VIH, de passage à l'injection et de consommation de méthamphétamine en cristaux. Grâce à notre cohorte établie, conçue et mise en œuvre en collaboration avec des partenaires et des chercheurs autochtones, nous avons maintenant la possibilité d'élargir notre travail pour déterminer les facteurs de résilience et de protection du point de vue des jeunes autochtones et mettre l'accent en particulier sur une intervention de prise en charge visant à augmenter le recours aux soins du VIH parmi les participants séropositifs au Cedar Project.
Dates : De juillet 2005 à juin 2010, d'octobre 2006 à septembre 2009 et d'avril 2009 à mars 2012
Programmes de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse nouveau chercheur pour la recherche sur la santé des femmes et des hommes et Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement; Initiative de recherche sur le VIH/sida; Volet services de santé/santé des populations et Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R46

Titre : The Cedar Project: Exploring resiliency and its influence on HIV vulnerability among young Aboriginal people who use drugs in two Canadian cities
Chercheuse principale : Brittany L. Bingham
Chercheur associé : Julian Somers
Résumé : Les taux de VIH en croissance parmi les jeunes Autochtones de la Colombie-Britannique sont profondément préoccupants. Peu d'études ont examiné le rôle que joue le traumatisme hérité de l'histoire dans la vulnérabilité au VIH des jeunes Autochtones qui consomment de la drogue. Une approche holistique de la résilience est un élément essentiel du rétablissement de la santé de familles et de collectivités qui ont été lourdement touchées par les effets de la colonisation, y compris un traumatisme multigénérationnel. On ne sait pas comment les jeunes Autochtones qui consomment de la drogue définissent la résilience. Le projet Cedar est une étude de cohorte portant sur des jeunes Autochtones qui consomment de la drogue dans deux villes canadiennes. L'étude proposée aura recours à des méthodes mixtes pour examiner l'incidence de la résilience sur la vulnérabilité au VIH parmi les jeunes Autochtones qui consomment de la drogue. Grâce à une enquête quantitative et qualitative, l'influence des facteurs structurels, de l'âge, du sexe et du traumatisme sur les perceptions de la résilience par les jeunes sera également étudiée. Nous posons l'hypothèse que les facteurs structurels, le traumatisme, la résilience, l'âge et le sexe sont des déterminants significatifs de la vulnérabilité au VIH chez les jeunes Autochtones. Grâce à des entrevues ethnographiques des participants au projet Cedar, les relations entre la résilience protective et les facteurs de risque associés au VIH seront étudiées. L'étude proposée vise à offrir des recommandations permettant de favoriser la résilience et de prévenir la vulnérabilité au VIH chez les jeunes Autochtones qui consomment de la drogue.
Dates : De janvier 2011 à décembre 2013
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de recherche au doctorat : Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet autochtone
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R47

Titre : The Cedar Project Leadership Forum: Acknowledging the pain of our children
Chercheuse principale : Patricia M. Spittal
Résumé : Le projet Cedar est une initiative continue qui traite de la vulnérabilité au VIH et au VHC parmi les jeunes Autochtones qui consomment de la drogue dans trois villes canadiennes. Il s'agit de la première et de la seule étude de cette nature en Amérique du Nord. L'une des conséquences les plus désastreuses du traumatisme hérité de l'histoire pour les Autochtones est un taux plus élevé de VIH et d'autres maladies infectieuses parmi les jeunes Autochtones qui consomment de la drogue. Depuis le début de l'étude, un partenariat autochtone a mené le projet Cedar. Le partenariat planifie depuis quelque temps le Cedar Project Leadership Forum: acknowledging the pain of our children. À l'aide d'une subvention pour réunions, planification et dissémination de l'Institut de la santé des Autochtones des Instituts de recherche en santé du Canada, cet événement offrira une possibilité d'appliquer les renseignements du projet Cedar et le dialogue au sujet de la guérison du traumatisme multigénérationnel chez les jeunes Autochtones. Les dirigeants membres du partenariat se sont engagés à obtenir un financement supplémentaire pour le forum. Le partenariat a également souligné qu'il est nécessaire de tenir une réunion préliminaire de transfert des connaissances, de planification, de préparation et d'organisation du forum sur le leadership du projet Cedar. Une partie de la subvention servira à organiser cette réunion. Réunion 1 : Rassemblement préparatoire avec le soutien de la subvention; les membres du partenariat et les chercheurs du projet Cedar se réuniront à Vancouver en septembre 2008. Cette réunion préliminaire permettra aux membres du partenariat d'effectuer des tâches d'organisation importantes en préparation pour le forum. Réunion 2 : Le forum sur le leadership du projet Cedar; outre les fonds levés par les membres du partenariat, le reste de la subvention sera affecté au forum qui se déroulera à Vancouver en février 2009. Cet événement comprendra les voix des dirigeants autochtones et non autochtones, de jeunes délégués autochtones, de représentants des organismes d'application de la loi et de la justice, de représentants des organismes d'aide à l'enfance, des organisations autochtones de lutte contre le VIH/sida et de services de santé, des scientifiques en recherche sur la santé et d'autres universitaires.
Dates : De septembre 2008 à août 2009
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention pour réunions, planification et dissémination : Application des connaissances
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R48

Titre : The Cedar Project: Your voice making a difference
Chercheuse principale : Patricia M. Spittal
Résumé : Les études liées au projet Cedar visent à fournir une base de connaissances éprouvées aux collectivités, aux fournisseurs de services, aux dirigeants et aux décideurs autochtones qui soutiennent des stratégies communautaires saines de guérison et de réconciliation. Un résultat de cette recherche qui revêt une importance essentielle est l'application pertinente des connaissances acquises au cours du processus de recherche et le fait de recevoir la sagesse des membres du partenariat, qui orientera l'interprétation des données et les recommandations. En outre, un aspect de plus en plus important de l'application des connaissances dans le cadre du projet Cedar est la facilitation de la participation des jeunes et des aînés autochtones à l'échange et à la discussion des résultats de l'étude. Enfin, les membres du partenariat ont attiré l'attention sur la nécessité d'un bulletin d'information qui dissémine les résultats de l'étude du projet Cedar et les mesures communautaires connexes, le discours politique et l'attention médiatique générés par l'étude. Le bulletin d'information serait un outil utile, non seulement pour appliquer les résultats du projet Cedar dans les collectivités, mais également pour faire savoir aux jeunes participants autochtones au projet Cedar qu'ils ont été entendus. Avec le soutien de la subvention pour réunions, planification et dissémination : supplément pour l'application des connaissances des Instituts de recherche en santé du Canada, les membres du partenariat du projet Cedar, d'autres organisations sociales et de services de santé autochtones et les chercheurs scientifiques du projet Cedar se rassembleront pour un programme de quatre réunions dans le projet « The Cedar Project: Your Voice Making a Difference ». Le déroulement des réunions est prévu entre mai 2011 et janvier 2012. L'ordre du jour et le budget de chaque réunion sont joints à la présente proposition de demande de subvention. De plus, un élément livrable clé du programme The Cedar Project: Your Voice Making a Difference sera l'élaboration du bulletin d'information Cedar Project. Le bulletin d'information contribuera au transfert et à la dissémination des résultats, aux mesures d'intervention communautaires et à l'attention médiatique portée à la recherche du projet Cedar.
Dates : De février 2011 à janvier 2012
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Supplément pour l'application des connaissances
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R49

Titre : Understanding the influence of early childhood sexual trauma and protective factors on incidence of HIV infection and other negative health outcomes among young Aboriginal people who use drugs in British Columbia
Chercheuse principale : Margo E. Pearce
Chercheuse associée : Patricia M. Spittal
Résumé : OBJECTIFS : 1) analyser les différences de sexe dans les résultats de santé au fil du temps liés aux antécédents de violence sexuelle, notamment les incidences des questions de santé sociale, physique et mentale, les comportements à risque et l'infection au VIH ou à l'hépatite C, parmi les jeunes Autochtones qui consomment de la drogue et participent au projet Cedar; 2) mieux comprendre quels facteurs de protection préviennent des résultats de santé encore plus négatifs parmi les participants au projet Cedar qui ont été victimes d'un traumatisme sexuel, tels que la consommation de drogues injectables et le travail du sexe; 3) aborder le traumatisme sexuel et les facteurs de protection dans une perspective globale de politique en matière de santé publique qui contribue au modèle des déterminants de la santé qui permet de comprendre la santé des jeunes indigènes. HYPOTHÈSES : 1) le traumatisme et la résilience sont des déterminants importants de la séroconversion au VIH et au VHC parmi les jeunes femmes et les jeunes hommes autochtones qui participent au projet Cedar; 2) les jeunes participantes qui ont été victimes de violence sexuelle courent un risque plus élevé de commencer à participer au travail du sexe, à consommer des opiacés injectables et à faire des tentatives de suicide; 3) les jeunes participants qui ont été victimes de violence sexuelle courent un risque plus élevé d'incidence d'incarcération, de consommation de méthamphétamine en cristaux et de consommation de solvant; 4) le traumatisme hérité de l'histoire parmi les jeunes indigènes doit être abordé selon une approche multidimensionnelle à l'échelle de la personne, de la famille, de l'organisation, de la communauté et des politiques. MÉTHODES : J'utiliserai les données provenant du projet Cedar, une initiative continue financée par les Instituts de recherche en santé du Canada qui surveille le VIH et le VHC parmi 600 jeunes Autochtones âgés de 14 à 30 ans qui consomment des drogues injectables et non injectables à Vancouver, à Prince George et à Kamloops. Depuis 2003, l'étude a évalué tous les six mois les caractéristiques démographiques, les événements traumatisants hérités de l'histoire et vécus pendant la vie, les habitudes de consommation de drogue et les vulnérabilités sexuelles parmi les participants. Des méthodes quantitatives et ethnographiques détermineront les facteurs de risque et de protection des préjudices associés à la violence sexuelle parmi les participants et les participantes.
Dates : 2009 et de septembre 2009 à août 2012
Programmes de financement : Michael Smith Foundation for Health Research – Research Trainee Award, Senior Graduate Studentship (en anglais) et Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse au doctorat
Sources : Bases de données de la Michael Smith Foundation for Health Research et des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R50

Titre : The social and structural contexts of HIV/STIs among women and youth working in the sex industry in Canada
Chercheuse principale : Kate Shannon
Résumé : Cette demande de bourse de nouveau chercheur vise à étudier les contextes sociaux (violence, conditions de travail) et structuraux (lois, règlements, rénovation urbaine) du VIH et des infections transmissibles sexuellement  parmi les jeunes et les femmes qui travaillent dans l'industrie du sexe à Vancouver, en Colombie-Britannique. Les taux constamment élevés de préjudices liés à la santé, de violence et de mortalité parmi les travailleurs du sexe au Canada et à l'échelle internationale soulignent le besoin urgent d'interventions renouvelées dans le domaine de la santé publique, qui portent sur la réduction des préjudices dans l'industrie du sexe. Nous appuyant sur des lignes directrices internationales et sur les priorités des Instituts de recherche en santé du Canada concernant les analyses basées sur le sexe, nous visons à évaluer de façon longitudinale l'environnement à risque global qui façonne la négociation par les jeunes hommes et les jeunes femmes du risque à l'échelle des partenaires et de l'acquisition du VIH ou des ITS parmi les jeunes et les femmes adultes qui travaillent dans l'industrie du sexe. Pour répondre à ces objectifs, la recherche proposée sera basée sur une cohorte réelle composée de : 1) 500 femmes adultes qui travaillent déjà et commencent à travailler dans l'industrie du sexe dans la rue et en établissement provenant de la cohorte I AESHA (An Evaluation of Sex Workers' Health Access); et 2) 500 jeunes femmes âgées de 14 à 20 ans qui ont échangé des faveurs sexuelles contre de l'argent, de la drogue, des cadeaux, un logement ou d'autres biens au cours des trente derniers jours, provenant de la cohorte II AESHA (groupe des jeunes). L'intégration innovante des données de mise en correspondance individuelle et des données sur l'environnement des quartiers provenant de sources de données publiques (telles que le logement, la violence) augmentera le potentiel d'orientation directe des interventions visant à réduire les préjudices. À notre connaissance, cette étude compte parmi les premières études prospectives sur le travail du sexe en Amérique du Nord. L'équipe que j'ai réunie apporte une riche expérience en recherche d'observation et d'intervention ainsi qu'en politiques et en travail du sexe; à ce titre, elle est particulièrement bien placée pour mener cette étude, qui vise à améliorer directement la santé de quelques-uns des jeunes et des femmes les plus marginalisés de la société canadienne.
Dates : De juillet 2011 à juillet 2016
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de nouveau chercheur
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R51

Titre : The Vancouver injection drug users study: A programme of study of HIV and hepatitis C and other harms related to injection drug use
Chercheur principal : Evan Wood
Chercheurs associés : Patricia M. Spittal; Robert S. Hogg; Thomas H. Kerr; Julio S. Montaner; David M. Patrick; Martin T. Schechter; Mark W. Tyndall
Résumé : On estime qu'environ 100 000 personnes s'injectent des drogues illégales au Canada et vivent une épidémie de préjudices liés à la drogue. Les surdoses fatales et non fatales et les agressions sont extrêmement communes. La prévalence de l'hépatite C a atteint l'ordre de grandeur des 80 % à 90 % et le VIH continue de se propager. De plus, il semble que des sous-groupes particulièrement vulnérables, tels que les femmes, les Autochtones et les sans-abris, puissent courir un risque encore plus élevé. La propagation du VIH chez les consommateurs de drogue est la première chaîne d'une réaction qui mène à la hausse de l'infection au VIH parmi les consommateurs de drogues injectables et leurs partenaires sexuels. Les stratégies qui visent à prévenir ces préjudices font l'objet d'une attention internationale considérable. Ce programme d'étude suivra un grand nombre de personnes qui s'injectent des drogues, ainsi que des jeunes qui risquent de commencer à s'en injecter. Cette subvention de fonctionnement programmatique vise à soutenir une étude de cohorte prospective communautaire qui examinera les répercussions des stratégies de prévention, de traitement, d'application de la loi et de réduction des préjudices sur les taux de début de la consommation de drogues injectables parmi les jeunes à risque élevé, ainsi que les répercussions des comportements à risque et des activités d'utilisation des services sur l'infection au VIH et à l'hépatite C et sur les taux de mortalité par surdose chez les consommateurs actifs de drogues injectables. C'est seulement lorsque nous comprendrons de quelle manière ce phénomène se produit que nous pourrons concevoir des interventions qui préviennent la consommation de drogues injectables parmi les jeunes qui n'ont pas encore commencé de s'en injecter et qui peuvent interrompre et inverser l'épidémie des préjudices parmi ceux qui ont déjà commencé.
Dates : D'avril 2004 à mars 2009
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention de fonctionnement – Annonce de priorité : Initiative de recherche sur le VIH/sida – Volet services de santé/santé des populations
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R52

Titre : Understanding sexuality and sexual health among adolescents with physical disabilities: A narrative ethnography Chercheuse principale : Lauri East Chercheuse associée : Treena R. Orchard
Résumé : La sexualité et une incapacité physique sont un aspect de la santé qui est souvent oublié, en particulier en ce qui concerne les adolescents. Bien que les recherches existantes dans ce domaine soient limitées, des études ont montré qu'en raison des idées fausses sociétales et de la stigmatisation, les jeunes qui ont une incapacité physique affichent un niveau de connaissances sur la sexualité bien moins élevé que leurs pairs valides. Ce manque d'information et cette éducation sexuelle inadéquate font courir à ces jeunes un risque très élevé de violence sexuelle, d'infections transmissibles sexuellement, de grossesse précoce et de VIH/sida. Cette étude aura recours à des méthodes de recherche qualitatives, plus particulièrement l'ethnographie narrative, pour explorer la sexualité et ayant une incapacité physique chez les adolescents. L'ethnographie narrative est orientée par plusieurs modes de collecte de données afin d'examiner un sujet à l'échelle individuelle et sociétale. Cette démarche est particulièrement utile pour discerner les significations, les valeurs et les discours construits à l'échelle locale et pour explorer des questions délicates telles que celles qui sont à l'étude. À l'heure actuelle, il n'existe que peu de travaux de recherche qualitative en cours sur la sexualité et ayant une incapacité physique au Canada; par conséquent, ce projet fournira des données de base vitales pour la recherche future et le développement de programmes dans ce domaine. Les renseignements générés par le projet seront directement pertinents pour l'élaboration de ressources qui peuvent améliorer les stratégies d'éducation et de communication permettant de discuter des questions de sexualité avec les jeunes ayant une incapacité physique. Ces types de ressources peuvent comprendre la préparation de lignes directrices pour le programme d'étude concernant l'éducation en matière de santé sexuelle, des guides de discussion pour les parents et les enseignants, des recommandations en matière de politiques, des cours pour les professionnels de la santé et des ressources interactives sur Internet pour les jeunes. En mettant l'accent sur les perspectives d'un groupe marginalisé tel que les adolescents ayant une incapacité physique, cette recherche contribue également à l'autonomisation de ces jeunes alors qu'ils s'efforcent d'obtenir les connaissances et les compétences nécessaires pour avoir des relations protégées, saines et épanouissantes.
Date : Septembre 2010
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse d'études supérieures du Canada Frederick Banting and Charles Best - Bourse à la maîtrise
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R53

Titre : Toronto Teen Survey: A community-based survey to assess sexual health services among diverse urban youth and develop a city-wide youth sexual health services access strategy
Chercheuse principale : Sarah Flicker
Résumé : Les jeunes Canadiens n'ont pas des connaissances complètes au sujet des facteurs de risque associés aux rapports sexuels non protégés et les compétences en prévention nécessaires. Les infections transmissibles sexuellement (ITS), notamment le VIH/sida, présentent un danger important pour la santé et le bien-être des jeunes; un accès amélioré à l'information et des stratégies de prévention appropriées sont nécessaires. L'objectif de l'étude « Toronto Teen Survey (TTS) » consiste à améliorer les résultats de santé des jeunes âgés de 13 à 17 ans en s'assurant que les services répondent aux besoins de diverses collectivités qui vivent à Toronto. Un modèle de recherche communautaire a été suivi pour mobiliser les jeunes dans la recherche de solutions aux obstacles auxquels ils font face pour accéder à des services de santé sexuelle exempts de jugement et pertinents. Divers jeunes ont rempli 1 216 sondages qui étudient l'accès aux services de santé sexuelle. De plus, 13 groupes de discussion ont été organisés avec 90 fournisseurs de services provenant de 55 organismes afin de discuter des résultats préliminaires, et 14 groupes de discussion composés notamment de 108 jeunes vont étudier les résultats de l'enquête plus en détail. Il s'agit de l'enquête la plus large et la plus diversifiée (85 % des membres de l'échantillon ne sont pas de race blanche) de cette nature au Canada. Les résultats de l'étude Toronto Teen Survey montrent que les obstacles systémiques à l'accès et à l'intérêt des jeunes pour les services de santé sexuelle sont vécus de façon différente selon l'âge, le sexe, la langue, la race et l'origine ethnique, l'orientation sexuelle, le statut d'immigrant ou de réfugié, le statut socio-économique et l'appartenance à une collectivité. Des intervenants communautaires ont été mobilisés tout au long du processus de recherche, ce qui a augmenté les niveaux de sensibilisation au projet et de soutien de la part de tous les intervenants. Un comité consultatif de jeunes composé de 20 membres a reçu une formation pour pouvoir animer les 90 réunions d'enquête et séances d'information sur la santé sexuelle. Des fournisseurs de services ont participé à l'analyse des données préliminaires, et des organisations communautaires collaboreront à l'élaboration de bulletins propres à chaque collectivité pour échanger des connaissances en format de forum communautaire. Les résultats de l'étude Toronto Teen Survey auront une incidence sur les collectivités à risque de l'épidémie de VIH et comprendront des recommandations précises liées au VIH/sida. L'étude Toronto Teen Survey contribuera aux efforts de prévention du VIH en faisant la promotion des connaissances et des échanges entre des intervenants clés qui participent à la lutte contre le VIH/sida. Il est très important pour le Réseau ontarien de traitement du VIH que les résultats de la recherche soient communiqués et échangés avec les intervenants de façon à encourager le réseautage, les partenariats, la mobilisation, l'action et le changement. Plusieurs bulletins de recherche communautaire seront lancés en partenariat avec les organismes locaux de services liés au sida, ciblant bon nombre des collectivités vulnérables au VIH, tel qu'indiqué dans l'Ontario AIDS Strategy (y compris les jeunes Africains et Caribéens, les jeunes Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et les nouveaux arrivants). L'équipe du projet Toronto Teen Survey s'engage à s'assurer que les résultats auront des répercussions directes et immédiates sur les politiques et l'élaboration de programmes en matière de VIH et de santé sexuelle et mettra en œuvre un plan de transfert et d'échange des connaissances multiforme entre juin 2009 et mars 2010.
Dates : De 2006 à 2008
Programme de financement : Subventions du Réseau ontarien de traitement du VIH
Source : Base de données du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R54

Titre : KTE of the Toronto Teen Survey
Chercheurs principaux : Susan Flynn; Sarah Flicker; Robb Travers
Résumé : non disponible
Date : 2009
Programme de financement : Subventions du Réseau ontarien de traitement du VIH
Source : Base de données du Réseau ontarien de traitement du VIH

Projet R55

Titre : Winnipeg African refugee/immigrant youth and sexual health, sexually transmitted infections and HIV
Chercheuse principale : Susan E. Frohlick
Chercheuses associées : Katie J. Dutfield; Paula Migliardi; Janice L. Ristock
Résumé : Ce projet vise à étudier quelques-uns des enjeux qui touchent les jeunes hommes africains immigrants et réfugiés vivant à Winnipeg, âgés de 18 à 30 ans. Plus particulièrement, l'équipe de recherche espère faciliter plusieurs discussions autour de la santé sexuelle, des infections transmissibles sexuellement et du VIH/sida pour un groupe sous-représenté et socialement et économiquement marginalisé vivant en milieu urbain au Canada. Nous nous intéressons à l'effet, s'il y a lieu, de la stigmatisation sociale, de la discrimination et du racisme sur les vies de cette population et aux répercussions qu'ils pourraient avoir sur son degré de vulnérabilité à la santé sexuelle, aux infections transmissibles sexuellement et au VIH/sida. Il est apparu aux membres de cette équipe de recherche qu'il existe à Winnipeg un manque de messages, en particulier au sujet du VIH/sida. En Afrique, les questions qui entourent la santé sexuelle, les infections transmissibles sexuellement et le VIH/sida en particulier font l'objet de discussions ouvertes. Sur le continent africain, où la prévalence du VIH/sida et des infections transmissibles sexuellement est tellement exceptionnelle, les messages concernant la sensibilisation, les comportements à risque et le traitement sont tous extrêmement visibles. Nous demandons ces fonds pour financer une série de quatre réunions qui nous aideront à bien mieux comprendre certains des enjeux au sein de cette population. Des discussions ciblées au sein de la communauté de recherche choisie permettront de suivre une méthodologie de collaboration et de participation dès le début des travaux. Un rapport final en ligne et des présentations orales serviront à disséminer les renseignements et à leur donner le plus large écho possible. Cette recherche a de profondes répercussions, car aucun travail n'a été effectué avec ce groupe dans ce domaine ici à Winnipeg. En outre, des renseignements de recherche pourraient être recueillis et utilisés pour mieux cibler les futures campagnes de santé publique ou les méthodes de traitement et de soins.
Dates : De septembre 2009 à août 2010
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Subvention pour réunions, planification et dissémination – Subvention de planification – Annonce de priorité : Institut des maladies infectieuses et immunitaires
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R56

Titre : Young men and online STI/HIV testing services
Chercheur principal : Rodney E. Knight
Chercheuse associée : Jean A. Shoveller
Résumé : Les taux d'infections transmissibles sexuellement (ITS) et de VIH sont élevés parmi les jeunes au Canada. Cependant, la participation des jeunes hommes au dépistage du VIH et des infections transmissibles sexuellement reste disproportionnellement faible. Le nouveau Online Sexual Health Services Program (OSHSP) du British Columbia Centre for Disease Control met au point des services de dépistage en ligne des infections transmissibles sexuellement et du VIH dans l'espoir que cela améliorera la participation des jeunes hommes à ces services. La compréhension des processus par lesquels ce programme peut créer de nouvelles possibilités de faire participer les hommes aux services de dépistage du VIH et des infections transmissibles sexuellement est dès lors l'objectif fondamental de l'étude proposée. Les résultats de l'étude proposée fourniront des recommandations visant à adapter l'OSHSP pour qu'il réponde aux besoins des jeunes hommes en Colombie-Britannique afin d'améliorer les services de santé sexuelle destinés aux jeunes hommes. Cette étude : 1) examinera les perspectives des jeunes hommes sur le relief, la crédibilité et la valeur du nouveau programme OSHSP; 2) décrira et examinera comment les hommes sont représentés (p. ex. normes sexuelles, sexualité) au sein du programme OSHSP; 3) utilisera ces perspectives pour faciliter l'élaboration de recommandations concernant l'adaptation du programme OSHSP afin qu'il réponde aux besoins des jeunes hommes; et 4) étudiera les différents effets du programme OSHSP chez des sous-groupes d'hommes potentiellement vulnérables et utilisera ces renseignements pour répondre à leurs besoins. L'étude utilisera une stratégie d'échantillonnage au jugé pour recruter des participants (hommes âgés de 15 à 24 ans) de divers milieux socio-culturels afin de recueillir une vaste diversité de perspectives. Un accent particulier sera mis sur le recrutement des jeunes hommes qui pourraient être les plus vulnérables aux répercussions sur la santé et aux répercussions sociales des infections transmissibles sexuellement et du VIH (p. ex. les hommes défavorisés sur le plan économique, les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes). Diverses techniques de recueil de données qualitatives seront utilisées, notamment : des entrevues qualitatives approfondies (n = 40); des groupes de discussion (4 groupes composés de n = 5 hommes); une réunion de planification participative d'une journée (n = 12 hommes).
Dates : De septembre 2011 à août 2014
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de recherche au doctorat – Annonce de priorité : Recherche sur le VIH
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R57

Titre : Young people living with HIV: Resiliency factors and HIV-related stigma
Chercheur principal : Alexander L. McClelland
Chercheuse associée : Sarah Flicker
Résumé : Ce projet de recherche communautaire en collaboration avec Positive Youth Outreach, l'AIDS Committee of Toronto et l'Université York vise à étudier les facteurs qui créent un environnement propice à la prise de décisions saines et à la résilience dans le contexte de la stigmatisation liée au VIH chez les jeunes vivant avec le VIH. Le projet cherche à mieux comprendre les facteurs, à l'échelle individuelle, communautaire, sociale et structurelle, qui permettent la résilience et la prise de décisions saines chez les jeunes qui vivent avec le VIH dans le contexte d'une stigmatisation considérable liée au VIH. La stigmatisation liée au VIH a des répercussions importantes et négatives sur la santé, la qualité de vie, le bien-être et le soutien social des jeunes qui vivent avec le VIH. Les réalités et les craintes associées à la stigmatisation liée au VIH sont intensément ressenties par les jeunes qui vivent avec le VIH. Il a également été établi que la stigmatisation liée au VIH a des répercussions sur l'accès aux services et sur l'observance du traitement antirétroviral chez les jeunes qui vivent avec le VIH, et affecte l'estime de soi et le niveau de dépression. En comprenant mieux comment les jeunes vivant avec le VIH réagissent aux difficultés particulières qui les touchent et à diverses formes de la stigmatisation liée au VIH, nous pouvons contribuer à l'élaboration d'interventions pertinentes et efficaces qui abordent ces facteurs. En suivant une démarche fondée sur les atouts et la résilience, une forme modifiée de la méthodologie de la « cartographie corporelle » sera utilisée pour inviter les jeunes à définir les atouts individuels, communautaires et institutionnels qui renforcent la résilience face à la stigmatisation liée au VIH. La cartographie corporelle est un processus par lequel les personnes qui vivent avec le VIH s'expriment grâce au dessin et à la peinture et créent des images qui illustrent leur santé, leur histoire, leurs points forts personnels et leurs objectifs de vie. Chaque carte ainsi créée raconte une histoire unique qui illustre les répercussions du VIH sur l'âme et le corps. Les résultats de la recherche orienteront l'élaboration continue de programmes au sein de Positive Youth Outreach et d'autres programmes de travail avec les jeunes vivant avec le VIH.
Dates : De septembre 2010 à octobre 2011
Programme de financement : Instituts de recherche en santé du Canada – Bourse de maîtrise : Programme de recherche communautaire sur le VIH/sida – Volet général
Source : Base de données des Instituts de recherche en santé du Canada

Projet R58

Titre : Youth, disability, HIV vulnerability and prevention
Chercheuse principale : Sarah Flicker
Chercheurs associés : Marcia Rioux; Stephanie Nixion; Trevor A. Hart; June Larkin; Denise Nepveux; Robb Travers
Résumé : non disponible
Dates : De 2007 à 2008
Programme de financement : Fondation canadienne de recherche sur le sida – Subventions de recherche sur le VIH/sida
Source : Base de données de la Fondation canadienne de recherche sur le sida

Projet R59

Titre : Youth HIV and sexual health education health programs in Canada: What's needed to enhance evaluation capacity?
Chercheuses principales : June Larkin; Denise Jaworsky
Chercheurs associés : Jerri Clout; Sarah Flicker; Trevor Hart; Jesse Janssen; Alicia Jarvis; Henry Luyombya; Sarah Switzer
Résumé : non disponible
Dates : De 2009 à 2010
Programme de financement : Fondation canadienne de recherche sur le sida – Subventions de recherche sur le VIH/sida
Source : Base de données de la Fondation canadienne de recherche sur le sida

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :