Chapitre 6 : Rapport d'étape sur les populations distinctes : VIH/sida et autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes au Canada – Stratégie actuelle

Chapitre 6 - Stratégie actuelle de lutte contre le VIH/sida chez les jeunes

Ce chapitre offre un aperçu des stratégies, coalitions, réseaux, organismes et programmes de lutte contre le VIH/sida et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes au Canada.

6.1 Méthodologie

Pour recueillir des renseignements sur les stratégies, réseaux, coalitions, organismes consultatifs et projets existants pendant la période allant de 2009 à 2011, les représentants fédéraux, provinciaux et territoriaux et d'autres intervenants ont été joints par :

  • le groupe de travail sur le rapport d'étape;
  • l'ancien Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur le VIH/sida (FPT-sida);
  • la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits de Santé Canada;
  • le Groupe de travail fédéral-provincial-territorial sur la santé du Comité des responsables des services correctionnels;
  • les consultants des programmes nationaux et régionaux sur le VIH/sida de l'Agence de la santé publique du Canada.

Les projets financés par l'AIDS Prevention Community Investment Program du Bureau de santé publique de Toronto de 2009 à 2010 et de 2010 à 2011 ont également été inclus dans l'analyse, mais les organisations du secteur privé ne l'étaient pas. Bien que nous nous soyons efforcés de recenser autant d'activités que possible, il se peut que ce chapitre ne contienne pas tous les projets, réseaux, coalitions et organismes consultatifs qui abordent le VIH chez les jeunes au Canada.

Diverses organisations, divers projets à durée limitée et diverses ressources en ligne ont été répertoriés au cours du processus de recueil de renseignements et organisés en quatre catégories, énumérées à l'annexe C :

  • réseaux, coalitions et organismes consultatifs axés sur les jeunesNote de bas de page i;
  • projets à durée limitée en cours entre 2009 et 2011 et abordant le VIH parmi les jeunes;
  • organisations et ressources en ligne pour les jeunes relativement au VIH, aux infections transmissibles sexuellement et par le sang et à la santé sexuelle;
  • organisations et ressources en ligne qui abordent les déterminants de la santé associés au VIH parmi les jeunes.

Les projets à durée limitée ont été inclus dans ce chapitre s'ils étaient axés sur le VIH, les infections transmissibles sexuellement et par le sang et/ou la santé sexuelle, portaient spécifiquement sur les jeunes et étaient en cours pendant la période de 2009 à 2011.Note de bas de page ii Le cas échéant, les sites Web des organisations ont été examinés afin de déterminer et d'analyser le type de services offerts et la population spécifique visée (s'il y a lieu) au sein de la population des jeunes.

6.2 Vue d'ensemble

Au Canada, la portée et la complexité de la stratégie de lutte contre le VIH/sida se sont accrues depuis la première infection. Les organismes gouvernementaux, les organisations non gouvernementales et communautaires, les chercheurs, les professionnels de la santé et les personnes vivant avec le VIH/sida ou vulnérables à l'épidémie, prennent des mesures pour gérer l'infection et les conditions qui la favorisent. En outre, ces groupes reconnaissent de plus en plus la relation entre le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang, notamment les voies de transmission courantes, les facteurs de risque, les populations vulnérables et les déterminants.

Par l’entremise de l'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida, le gouvernement du Canada surveille les cas de VIH par l'intermédiaire de ses systèmes de surveillance nationale, établit des politiques, des lignes directrices et des programmes, et soutient le secteur du bénévolat (composé d’organisations nationales de lutte contre le VIH/sida, d’organisations de services et d’organisations communautaires) dans la lutte contre le VIH/sida dans les collectivités de l'ensemble du pays.

Les provinces et les territoires mènent des activités similaires et, en vertu de la constitution du Canada, ont la responsabilité principale de fournir des services de santé et des services sociaux aux personnes qui vivent avec le VIH/sida et d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang et à ceux qui courent le risque de les contracter.

À l'aide d'un financement public et privé, les organisations de toutes les provinces et de tous les territoires s'efforcent de réduire les répercussions du VIH/sida et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang, et offrent des services de diagnostic, de prévention, de soins, de traitement et de soutien aux personnes les plus vulnérables. Le secteur privé et les communautés religieuses participent également à la lutte contre le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang au Canada en offrant des fonds ou des programmes. Selon la province ou le territoire, les organisations communautaires travaillent dans des structures prédéfinies afin de déterminer les priorités et d'affecter les ressources. Les collectivités et les autorités sanitaires locales, les gouvernements, les organismes de première ligne, les bénévoles et les populations touchées occupent une position particulière qui leur permet de déterminer la pertinence de l’intervention.

6.3 Stratégies axées sur les populations distinctes

Cette section offre une vue d'ensemble des stratégies nationales et provinciales ou territoriales existantes qui luttent contre le VIH/sida et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes.

6.3.1 Stratégies axées sur les populations distinctes à l'échelle nationale

L'Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada indique que les jeunes à risque constituent l'une des huit principales populations à risque ou touchées de façon disproportionnée par le VIH/sidaNote de bas de page 1.

Cette initiative a été élaborée en tant que réponse du gouvernement du Canada au document Au premier plan : le Canada se mobilise contre le VIH/sida, un document préparé par des intervenants et traçant les grandes lignes d'une stratégie nationale coordonnée de lutte contre le VIH/sida au Canada. Le document souligne l'importance de la participation communautaire à la stratégie d'intervention et la nécessité d'offrir des services et des programmes adaptés aux différentes cultures, aux différents groupes d'âge et aux hommes ou aux femmesNote de bas de page 2.

En 2010, le Réseau canadien autochtone du sida (RCAS) a publié le document National Aboriginal Youth Strategy on HIV and AIDS in Canada, qui couvrent les années 2010 à 2015. La stratégie a été élaborée selon les conseils du National Aboriginal Youth Council on HIV and AIDS, ainsi que des Autochtones qui vivent avec le VIH/sida, des représentants des organisations autochtones de services liés au sida et des intervenants de la collectivité, entre autres.

6.3.2 Stratégies axées sur les populations distinctes à l'échelle provinciale

La plupart des provinces et des territoires ont mis en place des stratégies qui portent sur le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang et abordent les soins, le traitement et le soutien. Les provinces et les territoires ont de plus en plus adopté une démarche intégrée dans le cadre d'une stratégie plus globale de lutte contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang ou de stratégies de santé sexuelle. La plupart des provinces et des territoires n'avaient pas de stratégie tout particulièrement axée sur les jeunes, mais bon nombre d'entre eux définissaient les jeunes comme étant une population particulièrement touchée par le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang et particulièrement vulnérables à ces infections.

Colombie-Britannique

Le document Priorities in Action in Managing the Epidemics – HIV/AIDS in BC: 2003-2007 de la Colombie-Britannique (mesures prioritaires dans la gestion des épidémies : VIH/sida en Colombie-Britannique de 2003 à 2007) a orienté le système de santé vers des améliorations durables des activités de prévention du VIH/sida, de réduction des préjudices, de soins, de renforcement des capacités, de traitement et de soutien, de coordination et de coopérationNote de bas de page 3. Chaque autorité sanitaire régionale de la province élabore ses propres stratégies, qui complètent les orientations provinciales. La stratégie provinciale définit les jeunes (y compris les jeunes Autochtones et les jeunes qui utilisent des drogues injectables) comme étant particulièrement vulnérables à l'infection au VIH. Les objectifs propres aux jeunes comprennent l'offre garantie de services de soins, de traitement et de soutien aux populations vulnérables, y compris les jeunes sans abri, ainsi que la réduction de moitié de l'incidence de l'infection au VIH parmi les jeunes et les autres populations.

Alberta

La stratégie de l'Alberta, intitulée Sexually Transmitted Infections and Blood Borne Pathogens Strategy and Action Plan (2011–2016) (stratégie et plan d'action pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang), offre une orientation provinciale permettant de concentrer et de coordonner les efforts de tous les partenaires qui participent à la prévention, au contrôle et à la prise en charge des infections transmissibles sexuellement et par le sangNote de bas de page 4. Les activités propres aux jeunes comprennent l'élaboration et la mise en œuvre d'une information et d'interventions ciblées en matière de santé sexuelle afin de contribuer à retarder l'âge des premiers rapports sexuels, la promotion de pratiques sexuelles plus sécuritaires, l'augmentation du dépistage en vue de la détection précoce des infections transmissibles sexuellement et par le sang, ainsi que l'offre de renseignements pertinents sur la santé sexuelle et sur la prévention et le traitement des infections transmissibles sexuellement et par le sang. Les populations de jeunes qui sont ciblées comprennent les jeunes dans la population générale, les jeunes en centre de détention, les jeunes qui ont décroché de l'école, les jeunes sans abris et les jeunes de la rue, ainsi que les autres jeunes vulnérables.

Saskatchewan

Le document Saskatchewan’s HIV Strategy 2010-2014 définit les jeunes comme étant une population qui affiche des taux élevés d'infection au VIHNote de bas de page 5. La stratégie prévoit la création de réseaux de soutien par les pairs pour les populations vulnérables, telles que les jeunes séropositifs, ainsi que l'amélioration de la prévention pour les enfants et les jeunes, tels que le « programme Kids-First, qui met l'accent sur des domaines tels que les visites à domicile, l'engagement des parents et la promotion de couplage avec les services de santé mentale et de toxicomanie »Note de bas de page 6.

Manitoba

Le ministère de la Vie saine, des Aînés et de la Consommation du Manitoba continue de mettre en œuvre un plan d'action sur la sexualité saine qui favorise des pratiques sexuelles holistiques et s'efforce de réduire les taux d'infections transmissibles sexuellement, d'améliorer l'accès au dépistage des infections transmissibles sexuellement, de réduire les taux de grossesses précoces et imprévues, d'améliorer les compétences générales en négociation des relations sexuelles et les relations saines, ainsi que d'améliorer les niveaux de soins et de traitement des personnes vivant avec le VIH/sida. Le ministère gouvernemental codirige également l'élaboration d'une nouvelle stratégie provinciale, intitulée Sexually Transmitted Blood Borne Infections Strategy 2012-2017, un processus qui a mené à des collaborations clés entre les partenaires et les intervenants provinciaux, régionaux, fédéraux et communautaires. Cette stratégie provinciale intègre le VIH dans la stratégie globale de prévention, de traitement et de surveillance des infections transmissibles sexuellement et par le sang et abordera la chlamydia, la gonorrhée, la syphilis, les virus de l'hépatite B et C, le virus du papillome humain et le VIH. Cette stratégie, mise à jour, vise à promouvoir une stratégie d'intervention provinciale plus coordonnée en matière de prévention et de contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang où les jeunes figurent parmi les populations principalement ciblées.

Ontario

En Ontario, le Comité consultatif ontarien de lutte contre le VIH et le sida a élaboré le document A Proposed HIV/AIDS Strategy for Ontario to 2008 (stratégie proposée de lutte contre le VIH/sida en Ontario jusqu'en 2008). La proposition souligne la nécessité « de déterminer et de mettre en œuvre des stratégies afin de s'assurer que les jeunes de l'Ontario reçoivent une éducation à propos du VIH et des autres maladies transmissibles sexuellement par l'intermédiaire du programme d'études scolaire et dans des milieux non scolaires (p. ex. clubs, programmes et organisations pour la jeunesse), et de créer une stratégie pour les jeunes gais et bisexuels.Note de bas de page 7 Le document Ontario Aboriginal HIV/AIDS Strategy Strategic Plan for the Years 2010-2015 (Plan stratégique de lutte autochtone contre le VIH/sida en Ontario pour les années 2010 à 2015) définit également les jeunes Autochtones comme une population particulièrement vulnérable au VIHNote de bas de page 8. Le plan stratégique inclut cette population dans toute une gamme d'activités, avec l'objectif précis que les « jeunes Autochtones comprennent mieux la menace du VIH/sida et sachent comment prévenir l'infection »Note de bas de page 9. Les stratégies qui permettent d'atteindre cet objectif mettent l'accent sur la collaboration avec les jeunes Autochtones dans la conception et la diffusion de messages de prévention ainsi que sur la liaison avec les autorités pédagogiques afin de s'assurer que les communications sont mises en œuvre dans les écoles à forte population autochtone.

Québec

La Stratégie québécoise de lutte contre l’infection par le VIH et le sida, l’infection par le VHC et les infections transmissibles sexuellement, 2003-2009 définit les jeunes comme étant l'une des populations particulièrement vulnérables aux infections transmissibles sexuellement et note que ces groupes particuliers de jeunes vulnérables nécessitent des interventions spécifiques (c'est-à-dire les jeunes hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, les jeunes qui utilisent des drogues injectables, les jeunes provenant de pays où le VIH est endémique, les jeunes femmes vulnérables et les jeunes Autochtones)Note de bas de page 10. La stratégie détermine plusieurs activités qui incluent des éléments propres à la population, tels que le fait de cibler des activités pour des populations précises et d'augmenter l'accès aux cliniques de santé sexuelle orientées vers les jeunes.

Nouvelle-Écosse

Le document Nova Scotia’s Strategy on HIV/AIDS (stratégie de la Nouvelle-Écosse sur le VIH/sida) détermine que les jeunes âgés de 15 à 19 ans représentent une population particulièrement vulnérable à l'infection au VIH et recommande la création d'environnements scolaires favorables dans le cadre d'une stratégie coordonnée de prévention du VIHNote de bas de page 11. En outre, le document Framework for Action: Youth Sexual Health in Nova Scotia (Cadre d'action : La santé sexuelle des jeunes en Nouvelle-Écosse) a été produit par Nova Scotia Roundtable on Youth Sexual Health en consultation avec des intervenants du gouvernement et de la collectivitéNote de bas de page 12. Il « offre des suggestions de rôles aux jeunes, aux collectivités, aux agences communautaires et à tous les secteurs du gouvernement afin d'améliorer la santé sexuelle des jeunes en Nouvelle-Écosse »Note de bas de page 13. Le cadre comprend cinq volets clés : leadership et engagement, sensibilisation et soutien de la collectivité, éducation en matière de santé sexuelle à l'école, engagement et participation des jeunes et services associés à la santé sexuelle destinés aux jeunes. Le document Standards for Blood Borne Pathogens Prevention Services in Nova ScotiaNote de bas de page 14 (Normes relatives aux services de prévention des pathogènes transmissibles par le sang en Nouvelle-Écosse) détermine également que les jeunes ont une population vulnérable. Ce document souligne les programmes et les initiatives qui ciblent les jeunes à l'échelle provinciale et détermine des normes pour les services de prévention destinés à la population des jeunes.

Territoires du Nord-Ouest

Le document Sexually Transmitted Infections–The Naked Truth: A Strategic Directions Document (les infections transmissibles sexuellement – la vérité toute nue : document d'orientation stratégique) note que les jeunes des Territoires sont particulièrement touchés par les infections transmissibles sexuellementNote de bas de page 15. Bon nombre des buts et des objectifs du document sont propres aux jeunes et comprennent le soutien d'initiatives relatives aux modes de vie sains pour les jeunes, la mise en œuvre de stratégies de prévention des infections transmissibles sexuellement dans les collectivités individuelles, l'aide aux jeunes pour prendre des décisions éclairées au sujet des comportements sexuels, la mise en œuvre de campagnes pédagogiques multimédias sur les infections transmissibles sexuellement pour les jeunes et le renforcement de l'éducation sexuelle en milieu scolaire.

Nunavut

Les objectifs du document Developing Healthy Communities: A Public Health Strategy for Nunavut 2008-2013 (Des collectivités saines : Stratégie de santé publique pour le Nunavut, de 2008 à 2013) consistent à diminuer l'incidence des jeunes qui adoptent des comportements à risque, tels que les rapports sexuels non protégés, ainsi qu'à réduire le taux de grossesses précocesNote de bas de page 16. Les stratégies qui appuient ces objectifs comprennent l'offre d'un programme d'éducation en matière de santé sexuelle à l'école et met l'accent sur les compétences telles que la prise de décision, l'affirmation de soi et la communication.

Autre

Bien que Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick, le Yukon n'aient pas de stratégie propre au VIH ou aux autres infections transmissibles sexuellement et par le sang, ils incluent des stratégies de lutte contre ces maladies parmi les jeunes dans le cadre de stratégies de santé provinciale plus générales.

6.4 Réseaux, coalitions et organismes consultatifs axés sur les jeunes

Cette section donne une vue d'ensemble des réseaux, coalitions et organismes consultatifs propres aux jeunes et axés sur le VIH/sida, qui organisent diverses activités (par exemple, services de consultation, de défense des droits et de recherche). Certains des réseaux indiqués ci-dessous mettent également des programmes en œuvre. L'existence de ces organisations et organismes indique combien la collaboration en partenariat est importante entre les secteurs communautaires, organisationnels et gouvernementaux pour aborder la question du VIH et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes.

Trois organisations ont été relevées au niveau national :

  1. L'Association canadienne pour la santé des adolescents est une organisation nationale à but non lucratif composée de professionnels en soins de santé, qui vise à promouvoir la santé et le bien-être des jeunes, en particulier ceux qui sont âgés de 10 à 19 ans, à établir des normes de soins de santé et de services pour les jeunes, ainsi qu'à promouvoir la coopération entre les professionnels des soins de santé et les organisations.
  2. Le National Aboriginal Youth Council on HIV and AIDS (NAYCHA) est un comité du Réseau canadien autochtone du sida (RCAS). Les membres de NAYCHA sont composés de jeunes des Premières nations, Inuits et Métis (âgés de 18 à 29 ans) qui représentent chaque province et chaque territoire. NAYCHA offre aux jeunes Autochtones des conseils et un leadership sur les questions liées au VIH/sida.
  3. Le Native Youth Sexual Health Network (NYSHN) est un réseau de pairs créé par des jeunes indigènes, qui est axé sur la santé sexuelle et la santé de la reproduction, y compris le VIH, les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang et les questions connexes. Il participe à la défense des droits, au développement des ressources et à des projets précis avec les jeunes indigènes au Canada et aux États-Unis.

Une organisation a été relevée à l'échelle provinciale. La Nova Scotia Roundtable on Youth Sexual Health est un groupe de professionnels de la santé, d'éducateurs et d'organisations gouvernementales et non gouvernementales qui s'intéressent à la santé sexuelle des jeunes. Cette table ronde a rédigé le document Framework for Action: Youth Sexual Health in Nova Scotia.Note de bas de page 17 À Cap-Breton, le Sexual Health Network est composé de plusieurs partenaires dans le domaine du VIH et de l'éducation et met l'accent sur l'amélioration de la santé sexuelle parmi les jeunes qui fréquentent l'école secondaire de premier et de deuxième cycle dans la région.

6.5 Analyse des programmes

Cette section offre un aperçu des types d'organisations et de projets en cours de 2009 à 2011 qui concernent le VIH et d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes au Canada. Les projets financés inclus dans l'analyse étaient destinés aux jeunes, comprenaient un volet axé sur les jeunes ou ciblaient les jeunes directement au sein d'un groupe plus important. Les projets et les organisations responsables sont énumérés à la section 2 de l'annexe C.

De nombreuses organisations de services liés au sida offrent des services aux jeunes, tels que des ateliers éducatifs ou des groupes de soutien, qui font partie de leurs activités régulières liées à la prévention, aux soins et au soutien en matière de VIH. En raison des limites de la méthodologie, tous ces types d'activités n'ont pas été répertoriés dans la présente analyse. Il est également important de noter que les projets liés au VIH/sida qui ont été intégrés dans des activités régulières, provinciales ou territoriales, de prestation de services de soins de santé et de services sociaux n'ont pas été inclus ici. De plus, en raison de la durée limitée des projets et de l'intervalle de temps entre la rédaction et la publication de ce rapport, il se peut que certains projets ne soient plus actifs.

6.5.1 Types d'organisations

Sur les 105 projets examinés, 44 (42 %) abordaient les jeunes dans le cadre d'un projet plus étendu, alors que 61 ciblaient exclusivement les jeunes (annexe C). La figure 35 montre que plus de la moitié (56 %) des organisations qui s'occupent de prévention du VIH et d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang sont des organisations de services liés au sida, suivies par les services communautaires, les services communautaires de santé ou de santé sexuelle (19 %) et les organisations de services destinés aux jeunes (12 %). Cette analyse révèle la diversité des groupes qui travaillent à la prévention et aux complexités des besoins particuliers des jeunes.

Figure 35 : Répartition des organismes impliqués dans la lutte contre le VIH/sida et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes, par type d'organismes (n = 105)

Figure 35
Équivalent textuel - Figure 35

Figure 35 : Répartition des organismes impliqués dans la lutte contre le VIH/sida et les autres infections transmissibles et par le sang chez les jeunes, par type d'organismes (n = 105)

La figure 35 représente un cercle divisé en sections de tailles et de couleurs différentes correspondant à la proportion relative des types d'organismes qui participent aux projets liés à la prévention du VIH/sida chez les jeunes ayant été examinés dans le cadre du présent rapport. Le cercle compte six sections au total. La figure montre que les organismes de services liés au sida représentaient 56 % des projets, comparativement à 4 % des projets qui concernaient des organismes de services liés au sida destinés aux jeunes, à 12 % qui concernaient des organismes de services destinés aux jeunes, à 6 % qui correspondaient à d'autres organisations non gouvernementales, à 19 % qui correspondaient à des services communautaires, à des services de santé communautaires ou à des services de santé sexuelle, et à 3 % qui concernaient des organisations gouvernementales.

Agrandir la Figure 35

6.5.2 Répartition géographique des projets

Le tableau 8 et la figure 36 indique la répartition des projets au Canada. Entre 2009 et 2011, 105 projets traitant du VIH et d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes au Canada ont été relevés. Il convient de noter que les provinces dont la population est plus nombreuse peuvent avoir reçu un financement plus important pour des projets.

Tableau 8: Répartition géographique des projets visant à lutter contre le VIH/sida et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes au Canada (n=105)
Emplacement Projets
A l’échelle nationale Y1-Y5
Colombie-Britannique Y6-Y13
Alberta Y14-Y20
Saskatchewan Y21-Y25
Manitoba Y26-Y30
Ontario Y31-Y66
Québec Y67-Y89
Provinces de l’Atlantique Y90-Y100
Région du Nord Y101-Y105

Figure 36 : Répartition géographique des projets visant à lutter contre le VIH/sida et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang parmi les jeunes au Canada (n = 105)

Figure 36
Équivalent textuel - Figure 36

Figure 36 : Répartition géographique des projets visant à lutter contre le VIH/sida et parmi les jeunes au Canada (n = 105)

La figure 36 représente un cercle divisé en sections de tailles et de couleurs différentes qui correspondent à la proportion relative des projets examinés dans le cadre du présent rapport, et ce, pour neuf régions du Canada. La figure montre que 5 % des projets étaient de portée nationale, comparativement à 5 % des projets qui se trouvaient dans la région du Nord, à 7 % en Colombie-Britannique, à 7 % en Alberta, à 5 % en Saskatchewan, à 5 % au Manitoba, à 34 % en Ontario, à 22 % au Québec et à 10 % dans la région de l'Atlantique.

Agrandir la Figure 36

Sur les 105 projets examinés, 7 % se trouvaient en Colombie-Britannique, 7 % en Alberta, 5 % en Saskatchewan, 5 % au Manitoba, 34 % en Ontario, 22 % au Québec, 10 % dans les provinces de l'Atlantique et 5 % dans le Nord. En outre, cinq projets étaient de portée nationale.

6.5.3 Projets destinés à des populations distinctes de jeunes Note de bas de page iii

La moitié des projets relevés (50 %) ciblaient la population générale des jeunes (Y7, Y11, Y13-Y22, Y27, Y28, Y33, Y34, Y35, Y37, Y38, Y40, Y41, Y43, Y44, Y46, Y47, Y57, Y59, Y66, Y67, Y68, Y71, Y72, Y74, Y75, Y79, Y80- Y83, Y86, Y88-Y92, Y94, Y95, Y96, Y98-Y103), alors que l'autre moitié étaient axés sur des populations de jeunes distinctes. Les groupes distincts comprenaient des jeunes :

  • Autochtones;
  • à orientations sexuelles diverses et à genre variable;
  • de la rue;
  • vivant avec le VIH;
  • provenant de collectivités racialisées ou de collectivités de nouveaux arrivants ou d'immigrants;
  • qui consommaient de la drogue;
  • en prison ou aux prises avec le système de justice;
  • en familles d'accueil ou dans des foyers de groupe;
  • participant au travail du sexe;
  • vivant avec une ou des incapacités

Comme nous l'avons indiqué au chapitre 4, ces groupes font souvent l'expérience de la discrimination et rencontrent de nombreux problèmes de santé et problèmes sociaux qui prennent leur source dans le racisme, le sexisme, l'homophobie et la privation socio-économique, qui peuvent influer sur leur vulnérabilité au VIH et aux autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. Par conséquent, ces populations peuvent nécessiter des stratégies individuelles afin d'aborder leur situation de santé et situation socio-économique particulière.

Sur tous les projets relevés, 88 (84 %) comprenaient l'offre de renseignements aux jeunes grâce à des dépliants, des brochures et des ressources, et 68 (65 %) étaient axés sur l'éducation grâce à des ateliers interactifs, des présentations ou des groupes de pairs. Les sujets comprenaient les messages sur la prévention du VIH/sida, sur le diagnostic, les soins et le traitement, la santé sexuelle et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. Plus de la moitié (56 %) des projets offraient un soutien de proximité ou de pairs afin de prévenir l'infection au VIH et comprenaient la formation de facilitateurs pairs, de programmes de counseling des jeunes par des pairs et des programmes de sensibilisation conçus par et pour des jeunes. Vingt-sept (26 %) projets étaient axés sur la prévention (p. ex. la distribution de manuels de prévention du VIH, les campagnes de prévention ciblant les comportements sexuels plus sécuritaires). Douze (11 %) comprenaient la réduction des préjudices, tels que l'échange de seringues, un programme de sensibilisation à la consommation de drogues injectables, l'accès à des trousses sur les rapports sexuels protégés et la réduction des dommages et des services de recommandation.

Jeunes Autochtones

Sur les projets ciblés, vingt-neuf (28 %) mettaient l'accent sur les jeunes Autochtones. Quatre d'entre eux étaient des projets nationaux qui examinaient les messages adaptés sur le plan culturel concernant la santé sexuelle et la réduction des préjudices pour les jeunes Autochtones (Y1, Y2, Y3, Y5). Bon nombre de ces projets adoptaient des démarches innovantes fondées sur des pairs. Par exemple, en Colombie-Britannique, AIDS Vancouver Island offrait des outils d'éducation électroniques sur le VIH et une éducation par des pairs aux jeunes Autochtones qui vivaient hors réserve (Y6). Le Chee Mamuk Aboriginal Program a entrepris le projet Star in Your Own Stories, mobilisant les jeunes Autochtones en Colombie-Britannique de créer leur propre campagne sur la santé sexuelle positive. Grâce à ce projet, les jeunes Autochtones ont pu explorer les questions liées au VIH/sida et à la santé sexuelle tout en acquérant des compétences et des connaissances (Y8). La société Hiiye’yu Lelum (maison de l'amitié) a offert aux jeunes Autochtones la possibilité de rédiger et de présenter des documents tels que des présentations d'atelier et de théâtre sur le VIH, l'hépatite C, les comportements sexuels sains (Y9) et d'autres sujets. L'Okanagan Aboriginal AIDS Society a offert un camp d'entraînement pour les jeunes facilitateurs, où les jeunes Autochtones étaient recrutés et formés à la présentation d'ateliers dans la collectivité sur la prévention des infections transmissibles par le sang (Y10). À Vancouver, la YouthCO AIDS Society a offert une éducation par des pairs adaptée sur le plan culturel sur la prévention du VIH et de l'hépatite C par l'intermédiaire de son programme de jeunes Autochtones, qui permet aux jeunes d'utiliser différents moyens artistiques pour exprimer leurs connaissances et leurs compétences (Y13). En Alberta, la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (Santé Canada) a apporté son soutien à un programme de messages sur DVD dans lequel les jeunes Autochtones ont utilisé le théâtre pour aborder les questions du VIH, de l'hépatite C, des infections transmissibles sexuellement, de la santé sexuelle, de la consommation de drogue (Y15) et d'autres questions. En Saskatchewan, le programme Sexual Health and Drug Use Awareness Program du Kikinahk Friendship Centre a formé de jeunes facilitateurs à animer des ateliers sur la prévention du VIH et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang et sur les répercussions de ces infections dans le Nord (Y25).

Certains projets ciblaient des groupes distincts de jeunes Autochtones, notamment les jeunes qui utilisent des drogues injectables, sont en détention ou vivent avec le VIH. Par exemple, le programme Circle of Change: Reducing Harm du Battlefords Family Health Centre offrait des groupes éducatifs ciblés sur le VIH aux jeunes Autochtones qui utilisent des drogues injectables ou qui sont en détention (Y24). À Winnipeg, le Nine Circles Community Health Centre a animé des groupes de discussion avec des jeunes Autochtones et des jeunes séropositifs afin d'étudier les perceptions du risque d'infection au VIH, à l'hépatite C et aux infections transmissibles sexuellement, ainsi que les façons d'améliorer la mobilisation des jeunes (Y26). De même, en Ontario, l'Aboriginal Youth Peer Prevention Project, qui fait partie de l'Ontario Aboriginal HIV/AIDS Strategy, a recruté des jeunes séropositifs et séronégatifs pour participer à des réseaux régionaux de jeunes pairs, ainsi qu'à un comité consultatif provincial dont la tâche consistait à rédiger une stratégie des jeunes Autochtones pour la prévention du VIH (Y53). En outre, Play It Safer a travaillé avec les écoles secondaires, les centres de jeunesse et les collèges et universités pour offrir aux jeunes une formation par des pairs afin de créer et de fournir des renseignements sur la sensibilisation et la prévention liées au VIH/sida à l'aide d'ateliers (Y27).

Deux projets consistaient de conférences sur le VIH/sida pour les jeunes Autochtones. En Saskatchewan, All Nations AIDS Network organise une conférence annuelle sur la prévention du VIH avec les aînés et les jeunes Autochtones (Y23). De même, à Winnipeg, les West Region Tribal Health Services et le Manitoba First Nations AIDS Working Group ont organisé une conférence sur le VIH afin de rassembler des jeunes, des professionnels de la santé et des membres de la collectivité, y compris des aînés, afin de discuter du VIH et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang et d'en promouvoir la connaissance (Y30).

Plusieurs projets mettent l'accent sur la sensibilisation au VIH/sida et sur l'éducation préventive élaborée par et pour des jeunes Autochtones. À Toronto, le projet Kwesk-iniwak Project a offert des services de proximité et de prévention du VIH par des éducateurs pairs afin de toucher les jeunes Autochtones de la rue (Y51). Également à Toronto, l'initiative de messages aux jeunes de Native Youth Sexual Health Network, appelée Normalizing healthy sexuality and reducing homophobia: Native youth photography, a produit des vidéos et une campagne d'affiches au sujet de l'homophobie (Y52). En outre, l'Ontario First Nations HIV/AIDS Education Circle a offert une formation d'éducation par des pairs pour enseigner aux jeunes à animer des séances de sensibilisation et d'éducation préventive sur le VIH dans leurs collectivités (Y54).

Au Québec, la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador a entrepris des ateliers, une formation et une éducation adaptés sur le plan culturel pour les jeunes Autochtones :

  • ateliers axés sur la santé sexuelle et le VIH/sida (Y76);
  • formation de jeunes des collectivités des Premières nations à mettre en œuvre des activités de sensibilisation dans leurs collectivités (Y77);
  • adaptation du jeu « Qui veut gagner des millions? » avec des questions sur le VIH (Y78).

Un projet du Regroupement des centres d'amitié autochtone du Québec a apporté son soutien à des initiatives sur la santé sexuelle et la réduction des préjudices pour les jeunes Autochtones, notamment des ateliers de sensibilisation (Y84).

Dans la région de l'Atlantique, Healing Our Nations a fait participer les jeunes Autochtones au développement et à la distribution d'une vidéo éducative sur la prévention du VIH, et a organisé une série d'ateliers de sensibilisation de la jeunesse et de groupes de discussion (Y97). Un autre projet dans la région offrait des groupes éducatifs ciblés et des activités de proximité aux jeunes Autochtones de la rue (Y99).

Dans le Nord, divers projets offraient une éducation et des services pertinents sur le plan culturel, notamment des programmes de proximité pour la jeunesse (Y101), une vidéo sur la santé sexuelle (Y104) et des ateliers et documents d'information sur la transmission et la prévention du VIH et des autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (Y105).

Jeunes à orientations sexuelles diverses et à genre variable

Dix-sept (16 %) projets étaient axés sur les jeunes à orientations sexuelles diverses et à genre variable (Y4, Y6, Y13, Y31, Y32, Y33, Y39, Y40, Y48, Y50, Y56, Y60, Y68, Y69, Y79, Y85, Y93). Certains incluaient les jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres dans une stratégie globale de mobilisation des jeunes marginalisés, tels que :

  • le Fonds national pour l'échange de connaissances concernant le VIH/sida de CATIE (Y4);
  • Vancouver Island AIDS Society et YouthCO, dont les activités comprenaient des services de proximité, des présentations, des ateliers et des formations par des pairs sur la prévention du VIH parmi les jeunes qui couraient un risque accru de contracter le VIH (Y6, Y13);
  • I.R.I.S Estrie, a offert des activités de proximité et de prévention aux populations vulnérables, notamment les jeunes gais, dans les Cantons de l'Est au Québec (Y79).

À Toronto, le 519 Church Street Community Centre a offert des services de proximité aux travailleurs du sexe transgenres et a distribué un manuel « Trans 101 » aux fournisseurs de services (Y31). Africans in Partnerships against AIDS a offert des services de proximité aux jeunes gais et bisexuels de Toronto, notamment des groupes de soutien mensuels sur la santé sexuelle pour les jeunes hommes gais et bisexuels vulnérables (Y32). De même, l'AIDS Committee of Cambridge, dans la région de Kitchener et Waterloo a organisé des réunions de groupe hebdomadaires pour les hommes et femmes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres et a fourni des renseignements afin d'augmenter la sensibilisation de la collectivité aux jeunes de ces groupes (Y33).

Certains projets ont ciblé les jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres des collectivités de nouveaux arrivants et d'immigrants et des collectivités racialisées, tels que les activités de proximité pour les jeunes gais et bisexuels d'Asie du Sud (Y39), les ateliers de prévention sur le VIH et les infections transmissibles sexuellement et des événements ciblant les jeunes Asiatique gais, transgenres et transsexuels (Y40).

À Toronto, le projet d'information sur la santé sexuelle sprOUT, au Griffin Centre, a offert des renseignements sur le VIH et les infections transmissibles sexuellement et par le sang et un soutien aux jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres présentant une déficience intellectuelle. Cela comprenait des aides visuelles au sujet du VIH, des infections transmissibles sexuellement et de la santé sexuelle pour les jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres présentant une déficience intellectuelle (Y48).

D'autres projets utilisaient les médias sociaux et les interventions basées sur les arts pour mobiliser les populations de jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres. Par exemple, le Malvern Family Resource Centre a fait participer des jeunes hommes gais, bisexuels et d'autres hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HARSAH) au projet Photograph Your Thoughts (Y50). Dans la région de la capitale nationale, le Bureau régional d'action sida (BRAS) a offert des dépliants, des affiches et des vidéos sur la prévention du VIH pour les jeunes hommes gais (Y69). À Montréal, Rézo a mis en place un projet de prévention du VIH pour les jeunes Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, qui donne des renseignements sur les rapports sexuels protégés, le VIH et les infections transmissibles sexuellement (Y85).

À Terre-Neuve-et-Labrador, le projet Gay Urban Youth Zone (GUYZ) visait à augmenter les connaissances et la sensibilisation des jeunes hommes gais et des fournisseurs de services au sujet du VIH, du VHC et des infections transmissibles sexuellement. Grâce à une éducation par des pairs, les jeunes hommes gais ont eu la possibilité de créer leurs propres documents de prévention, notamment des dépliants, des affiches et des vidéos sur les questions de santé sexuelle (Y93).

Peu de projets traitaient explicitement de l'homophobie. Le Peterborough AIDS Resource Network a offert une éducation par des pairs et une formation aux hommes gais et bisexuels, outre des ateliers sur les rapports sexuels protégés et la gestion de l'homophobie (Y56). À Sudbury, le programme sur la sexualité saine du Réseau Access AIDS Network offrait des ateliers bilingues sur les rapports sexuels protégés aux jeunes gais, Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres, aux fournisseurs de services et aux enseignants de l'école primaire et secondaire. Il organisait également des ateliers sur l'élimination de l'homophobie et de l'hétérosexisme pour les fournisseurs de services (Y60).

Jeunes de la rue

Au total, quinze (14 %) projets ont défini les jeunes de la rue comme leur auditoire cible (Y4, Y6, Y13, Y14, Y26, Y45, Y49, Y62, Y64, Y65, Y68, Y70, Y73, Y79, Y92). Comme il est indiqué plus haut, certains de ces projets incluaient les jeunes de la rue dans une stratégie plus large de mobilisation des jeunes marginalisés (Y4, Y6, Y13, Y62, Y68).

En Alberta, l'AIDS Calgary Awareness Association a mené des activités de proximité sur le VIH et le sida, a communiqué des messages sur la prévention et a relié les jeunes de la rue aux ressources leur permettant de trouver sécurité, aliments et logement (Y14). En Saskatchewan, le programme Kikinahk Sexual Health and Drug Use Awareness a organisé des groupes de discussion avec les jeunes de la rue afin de comprendre leurs besoins particuliers et leur utilisation des technologies mobiles pour la promotion de la santé (Y26). À Toronto, Eva's Initiatives for Homeless Youth a offert un logement sûr et une gamme de services aux sans-abris et aux jeunes vulnérables (Y45). En outre, Street Outreach Services a travaillé avec les jeunes de la rue risquant de participer ou participant au travail du sexe, leur offrant des services de counseling, d'éducation sur la réduction des préjudices liés au VIH, de formation professionnelle, de soutien scolaire et d'aide au logement (Y49). Deux autres projets de Toronto ont offert des ateliers animés par des pairs sur la prévention et la réduction des risques liés au VIH et aux autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (Y64), ainsi que des activités de proximité sur le VIH et la réduction des préjudices, tels que l'accès à des trousses sur les rapports sexuels protégés et sur la réduction des préjudices et des services de recommandation (Y65).

Au Québec, on a identifié trois projets. Cactus Montréal a travaillé avec les jeunes de la rue pour augmenter les connaissances au sujet de la transmission du VIH et des préjudices associés à la consommation d'alcool et de drogue (Y70). La Coalition sherbrookoise pour le travail de rue (Y73) et I.R.I.S Estrie (Y79) ont offert des services de proximité et de soutien aux jeunes de la rue.

Dans la région de l'Atlantique, l'AIDS Coalition of Nova Scotia a offert des ateliers de prévention et de promotion conçus particulièrement pour les jeunes de la rue (Y92).

Jeunes vivant avec le VIH

Les projets ciblant les jeunes vivant avec le VIH représentaient 9 % (soit 10) de tous les projets examinés (Y4, Y12, Y26, Y31, Y36, Y41, Y47, Y53, Y56, Y63). Bon nombre de ces projets portaient sur les personnes vivant avec le VIH, touchées par le VIH ou courant le risque de le contracter (p. ex. activités de transfert des connaissances afin d'aborder la prévention, le diagnostic, les soins et le traitement du VIH, ainsi que le soutien aux jeunes séropositifs [Y4]). Certains projets mettaient l'accent sur le soutien par des pairs aux jeunes séropositifs et à leur famille. Camp Moomba, un camp d'été pour les enfants et les jeunes touchés par le VIH, a offert un programme de leadership aux jeunes âgés de 15 à 17 ans, où les participants ont fait de nombreuses expériences qui renforcent l'estime de soi et la confiance en soi (Y12). Au Manitoba, le Nine Circles Community Health Centre a organisé des groupes de discussion avec des jeunes séropositifs afin d'étudier les perceptions des services existants et les façons d'améliorer la mobilisation des jeunes (Y26). À Toronto, la Black Coalition for AIDS Prevention a offert des services de proximité visant à l'éducation sur le VIH, notamment un groupe de soutien pour les jeunes de Project Hope for Africa (PHA) [Y41]. De même, le Jane/Finch Community and Family Centre a accueilli les Positive Circles, où les jeunes qui vivent avec le VIH ou avec une ITS peuvent avoir un espace sûr pour discuter de leurs problèmes (Y47).

Par l'entremise du projet Positive Youth Outreach (Y36), l'AIDS Committee of Toronto a offert un soutien, notamment de l'information sur la promotion de la santé et des possibilités de perfectionnement des compétences, aux jeunes (âgés de 29 ans et moins) vivant avec le VIH. Le Toronto People with AIDS Foundation’s Speakers Bureau a également offert aux jeunes séropositifs la possibilité de participer à des ateliers et à des activités de proximité sur la prévention du VIH (Y63). En outre, le Peterborough AIDS Resource Network a offert des services de soutien, de promotion de la santé et de défense des droits aux personnes vivant avec le VIH/sida grâce à l'éducation par des pairs, aux activités de proximité et à la distribution de renseignements, de ressources et de services sur la réduction des préjudices et les rapports sexuels protégés (Y56). D'autres projets ont envisagé les besoins en matière de prévention des jeunes séropositifs dans le cadre d'initiatives de proximité et de prévention plus générales (Y31), par exemple en faisant participer les jeunes séropositifs à l'élaboration d'une stratégie de prévention du VIH pour les jeunes Autochtones (Y53).

Jeunes provenant de collectivités racialisées

Sur tous les projets examinés, 8 % mettaient l'accent sur les jeunes provenant de collectivités racialisées (Y32, Y38, Y39, Y40, Y41, Y44, Y61, Y83). On comptait plusieurs interventions propres à une culture donnée, notamment celles qui étaient axées sur les collectivités d'Afrique (Y32), d'Afrique et des Caraïbes (Y41), d'Éthiopie (Y44), de Somalie (Y61) et d'Asie du Sud (Y38, Y39, Y40). Un projet a offert des services de proximité et des groupes de soutien par des pairs aux jeunes gais et bisexuels d'Asie du Sud, outre des brochures de sensibilisation au VIH et aux infections transmissibles sexuellement, ainsi que des articles en ligne sur la prévention destinés aux collectivités sud-asiatiques et tamoules (Y39). Un autre projet a offert des services de formation et de soutien aux jeunes bénévoles pairs gais, transgenres et transsexuels de l'Asie pour les aider dans les travaux de proximité et les ateliers sur l'éducation en matière de prévention. Ce projet comprenait également la préparation de documents imprimés en langue asiatique afin de sensibiliser les gens aux questions liées au VIH/sida et au dépistage du VIH et des infections transmissibles sexuellement chez les jeunes Asiatiques gais, transgenres et transsexuels (Y40).

Jeunes nouveaux arrivants et immigrants

Deux projets (2 %) ont plus particulièrement abordé les jeunes nouveaux arrivants et immigrants (Y29, Y38). Le Sexuality Education Resource Centre Manitoba a offert aux jeunes nouveaux arrivants à Winnipeg et à Brandon la possibilité de discuter de la santé sexuelle de façon adaptée à la culture (Y29). À Toronto, l'Alliance for South Asian AIDS Prevention a organisé des ateliers et des présentations pour les jeunes nouveaux arrivants, a fait la promotion de la sensibilisation à la prévention du VIH/sida par les médias, et a organisé un forum de prévention du VIH/sida d'une journée pour les jeunes nouveaux arrivants d'Asie du Sud pendant le Mois du patrimoine sud-asiatique (Y38).

Jeunes qui consomment de la drogue

Six projets (6%) portaient sur les jeunes qui consomment de la drogue. En Colombie-Britannique, la YouthCO AIDS Society a organisé des activités de réduction des préjudices et de prévention du VIH destinées aux jeunes vulnérables à l'infection par le VIH (Y13). En Saskatchewan, le Battlefords Family Health Centre a abordé l'utilisation des drogues injectables et la réduction des préjudices dans le cadre d'une halte-accueil pour les jeunes utilisant l'art, le théâtre et la musique (Y24). À Toronto, les services de toxicomanie Breakaway pour jeunes adultes ont offert des services de counseling et d'éducation, ainsi que des activités connexes, aux personnes ayant des problèmes de drogue ou d'alcool (Y42). Également à Toronto, Youthlink a offert des services de proximité sur la réduction du VIH/sida et des préjudices pour les jeunes qui s'injectent de la drogue (Y65). Cette assistance a pris la forme de trousses sur les rapports sexuels protégés et la réduction des préjudices, de services de recommandation, d'atelier d'éducation sur la santé sexuelle, de services de counseling et de dépistage du VIH/sida et de l'hépatite C, ainsi que de la mise en œuvre d'une enquête sur la réduction des dommages visant à effectuer le suivi des tendances significatives dans le domaine de la consommation de drogues injectables et des questions courantes qui se posent chez les utilisateurs des services. Le programme de réduction des préjudices du Sudbury Action Centre for Youth comprenaient des services de proximité, d'échange de seringues, de counseling et d'information, ainsi qu'un programme de proximité pour les jeunes qui s'injectent de la drogue, programme qui fait la promotion de l'élimination sécuritaire des seringues dans la collectivité (Y62). Au Labrador Friendship Centre, des programmes éducatifs ciblés étaient offerts aux Autochtones en détention et aux jeunes afin de promouvoir la santé sexuelle et la réduction des préjudices liés à l'injection de drogues (Y99).

Jeunes en détention

Cinq projets (5 %) mettaient l'accent sur les jeunes en détention et les jeunes aux prises avec le système de justice. En Saskatchewan, le Battlefords Family Health Centre a organisé des initiatives sur la santé sexuelle et la réduction des préjudices en faveur des populations vulnérables, notamment des groupes éducatifs ciblés et des services de soutien pour les jeunes sous garde en milieu ouvert au Drumming Hill Youth Centre (Y24). Le programme de proximité et d'éducation des jeunes du groupe d'appui aux détenus porteurs du VIH a offert des séances éducatives sur la prévention du VIH, des services de proximité et de coordination pour les jeunes en conflit ou qui risquent d'être en conflit avec la loi (Y58). SIDA Bénévoles Montréal a offert des services d'éducation et de prévention sur le VIH/sida aux populations vulnérables, notamment aux jeunes de la population générale, aux jeunes en détention et aux jeunes de la rue (Y68). Dans la région de l'Atlantique, la John Howard Society du sud-est du Nouveau-Brunswick a offert des services d'éducation par des pairs afin de promouvoir les connaissances au sujet de l'hépatite C parmi les jeunes dans différents milieux de détention du système de justice (Y98). Un autre projet du Labrador Friendship Centre mettait l'accent sur la préparation de documents éducatifs et sur les activités de sensibilisation et de prévention, notamment des présentations sur la prévention du VIH au Labrador Correctional Centre et au Charles Andrew Treatment Centre (Y99).

Jeunes qui vivent en familles d'accueil ou dans des foyers de groupe

Quatre projets (4 %) mettaient l'accent sur les jeunes qui vivent en familles d'accueil ou dans des foyers de groupe. Un projet offrait des ateliers animés par des pairs et la préparation de renseignements sur la santé sexuelle distribués aux jeunes en familles d'accueil âgés de plus de 13 ans (Y55). Au Québec, le Centre des R.O.S.É.S. de l’Abitibi-Témiscamingue s'est adressé aux jeunes âgés de 12 à 17 ans dans les centres ou les foyers pour les jeunes grâce à la rédaction d'un roman graphique éducatif par et pour les jeunes, afin d'améliorer les connaissances, les attitudes et la compréhension des comportements à risque associés au VIH et aux autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (Y71). Un autre projet a offert des services d'éducation en matière de santé sexuelle aux jeunes âgés de 6 à 12 ans en famille d'accueil ou en foyer de groupe (Y72). En outre, Sidaction (Trois-Rivières) au Québec a organisé des activités de prévention, telles que la distribution de matériaux éducatifs et l'offre d'une formation et d'ateliers pour les jeunes dans les centres pour les jeunes (Y87).

Jeunes participant au travail du sexe

Seulement deux projets (2 %) mettaient l'accent sur les jeunes participant au travail du sexe. Le 519 Church Street Community Centre à Toronto a offert toute une gamme d'activités de proximité aux travailleurs du sexe transgenres, notamment la distribution de matériaux sur la prévention du VIH, des appels téléphoniques aux travailleurs du sexe en établissement et des ateliers sur la prévention du VIH (Y31). À Winnipeg, le Sexuality Education Resource Centre Manitoba a travaillé avec des jeunes âgés de 16 à 24 ans qui risquaient de participer au travail du sexe ou y participaient déjà, leur offrant des services de proximité, de counseling à domicile, d'éducation sur le VIH et la réduction des préjudices, et de formation professionnelle (Y29).

Jeunes vivant avec un handicap

Seul un projet portait sur les jeunes vivant avec une incapacité (Y48). Par l'entremise de jeunes éducateurs pairs, le Griffin Centre a fourni des renseignements sur le VIH et les infections transmissibles sexuellement aux jeunes lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres présentant une déficience intellectuelle à Toronto.

6.6 Autres initiatives pertinentes

Au cours de la collecte de renseignements sur les projets en cours entre 2009 et 2011, d'autres organisations et ressources pertinentes sur Internet concernant les jeunes au Canada ont été relevées. Bien que certains projets soient axés particulièrement sur le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang, d'autres abordent des questions d'intérêt connexes pour les jeunes, telles que la santé sexuelle, les relations saines et la santé mentale. De nombreuses organisations qui abordent ces questions et d’autres questions connexes ont des sites Web qui contiennent des ressources et des renseignements sur ces sujets pour les jeunes, dont certains ont été créés tout particulièrement pour certaines populations clés, telles que les jeunes de la rue ou les jeunes provenant de collectivités racialisées. Une liste de ces organisations et ressources en ligne se trouve à la section 3 de l'annexe C.

En outre, il existe une vaste gamme d'organisations et de ressources sur Internet au Canada qui sont liées aux déterminants de la santé ayant une incidence sur la vulnérabilité et la résilience des jeunes au VIH et aux autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. Certaines organisations et ressources ciblent la population générale des jeunes, alors que d'autres sont axés sur des groupes distincts, comme les jeunes provenant de collectivités racialisées, les jeunes à orientations sexuelles diverses et à genre variable, ainsi que les jeunes sans-abris et les jeunes de la rue. Une liste de ces organisations et ressources en ligne se trouve à la section 4 de l'annexe C.

Il convient de noter que les mentions en double ont été supprimées, de sorte que les initiatives ne figurent pas à la fois à la section 2 (projets à durée limitée) et aux sections 3 ou 4 de l'annexe C.

6.7 Résumé

Les projets examinés dans ce chapitre mettent l'accent sur le VIH et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes au Canada. Ils révèlent une grande diversité de stratégies, de coalitions, de réseaux, d'organisations et de projets qui s'étendent à tout le pays. Bien que la majorité des projets aient ciblé les jeunes en général, on constate une nécessité évidente de stratégies individuelles visant à répondre aux besoins en matière de santé et aux réalités vécues des jeunes qui sont particulièrement vulnérables aux infections. De nombreux projets étaient axés sur l'offre de services d'éducation et d'information sur la prévention, le diagnostic, les soins et le traitement du VIH, ainsi que sur la santé sexuelle et les autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. Bon nombre de ces projets ont adopté un modèle d'éducation par des pairs et ont créé des ateliers, des présentations et des groupes de soutien conçus par et pour les jeunes. Cela souligne l'importance et la valeur de la participation des jeunes à l'élaboration et à la mise en œuvre de projets qui les touchent. Plusieurs projets ont utilisé des façons innovantes d'atteindre la population des jeunes, telles que les médias sociaux ou les interventions basées sur les arts. De nombreux projets allaient au-delà des comportements sexuels à risque et renforçaient les capacités des jeunes en solidifiant leurs connaissances, leurs compétences en leadership et leurs aptitudes à la prise de décision. Cependant, peu de projets abordaient les déterminants généraux de la santé, tels que l'amélioration de l'accès aux services ou l'offre d'un soutien social aux jeunes vivant avec le VIH ou vulnérables à l'infection au VIH et aux autres infections transmissibles sexuellement et par le sang.

Bien que plusieurs projets aient abordé les besoins des jeunes Autochtones, des jeunes à orientations sexuelles diverses et à genre variable, ainsi que des jeunes de la rue, un nombre limité de projets mettaient l'accent sur les jeunes en famille d'accueil ou en foyer de groupe, les jeunes participant au travail du sexe et les jeunes vivant avec une incapacité. À l'avenir, les interventions de lutte contre le VIH et les infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les jeunes devraient continuer à adapter les projets à des groupes précis de jeunes vulnérables.

Notes en fin de chapitre

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :