La répartition et l’abondance des parasites chez les espèces sauvages capturées dans le Nord canadien : un examen

V. León-Règagnon, I. D. Hogg et P. D. N. Hebert

Les parasites des espèces sauvages arctiques maintiennent la taille de leurs populations hôtes sous contrôle. Cela aide à maintenir la stabilité des écosystèmes. Cet effet sur les populations peut également avoir des répercussions importantes sur les personnes qui dépendent des aliments prélevés dans la nature. Les parasites peuvent fournir des renseignements uniques sur la structure des écosystèmes.

On s’attend à ce que la vitesse actuelle à laquelle le climat et le paysage changent dans l’Arctique modifie la façon dont les parasites et leurs hôtes interagissent. Cela suscitera des inquiétudes majeures pour la viabilité des vertébrés arctiques. On a beaucoup étudié les parasites au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, dans le nord du Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador pour certaines espèces hôtes comme l’omble chevalier et le caribou. Cependant, la plupart des espèces hôtes ont reçu peu d’attention. Cela met en évidence la nécessité d’étendre l’étude des parasites à toutes les principales espèces sauvages capturées dans le Nord canadien.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :