Mise à jour POLAIRE numéro 15, été 2020

Les impacts de la COVID-19 sur les opérations et la programmation de POLAIRE

COVID Banner

À mesure qu’évolue la situation sans précédent entourant le coronavirus (COVID-19) au Canada, Savoir polaire Canada (POLAIRE) continue de suivre les conseils de l’Agence de la santé publique du Canada et de travailler avec ses partenaires territoriaux et le Hameau de Cambridge Bay au Nunavut afin de déterminer les mesures à adopter. La santé et la sécurité des employés, des collaborateurs, des aînés et des autres membres des collectivités du Nord demeurent la plus grande priorité de POLAIRE.

Depuis le début de la pandémie, les activités sur le terrain en 2020 dans les domaines des sciences naturelles, physiques et sociales ont subi des perturbations à divers degrés selon les mesures prises pour limiter la possibilité de propagation de la COVID-19 dans les collectivités éloignées du Nord du Canada. Tandis que les chercheurs en visite demeurent incapables de réaliser leurs travaux dans le Nord en raison des restrictions de déplacement, certaines activités de recherche dirigées par les collectivités ont progressé à mesure que les restrictions intraterritoriales se sont assouplies. Pendant toute cette période d’incertitude, les employés de POLAIRE poursuivent de nombreuses activités de recherche et de mobilisation depuis leur domicile, et un retour progressif sur les lieux de travail est à venir.

Se basant sur les recommandations actuelles en matière de santé et de sécurité, POLAIRE a apporté les changements suivants dans l’exécution de ses programmes en ce qui concerne les opérations au campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) :

  • Le campus de la SCREA, situé à Cambridge Bay, demeurera fermé au public pour le reste de la saison 2020 des travaux sur le terrain, de même qu’à l’automne 2020. Ainsi, toutes les activités de recherche sur le terrain et de mobilisation en personne au campus de la SCREA sont suspendues.
  • On s’attend à ce que les activités de mobilisation en personne et de recherche sur le terrain reprennent graduellement, et que le campus de la SCREA rouvre au public à une date indéterminée en 2021, selon ce que permettent les avis de santé publique et les restrictions de déplacement.
  • Pour les personnes et organisations qui prévoient mener des recherches ou utiliser des espaces et locaux publics au campus de la SCREA en 2021, POLAIRE fera le point au début de 2021 au sujet des dates limites des processus de demande et d’évaluation, tandis que nous continuons de surveiller les conditions et d’évaluer les risques.
  • Veuillez noter que les échéances mentionnées ci-dessus pourraient être modifiées si les conseils de la santé publique devaient changer.

POLAIRE continuera de travailler en étroite collaboration avec les bénéficiaires de ses subventions et contributions afin d’évaluer les répercussions que la COVID-19 pourrait avoir sur la réalisation des activités de leur projet. Les ententes de financement de POLAIRE accordent une certaine souplesse pour les situations où des activités doivent être modifiées ou, dans certains cas, entièrement annulées. POLAIRE évaluera chaque situation au cas par cas. Si votre projet est directement ou indirectement touché par la COVID-19, il est important de nous en aviser le plus tôt possible. Veuillez communiquer avec l’Unité des subventions et des contributions à l’adresse grants-contributions@polar-polaire.gc.ca afin de discuter de votre cas particulier.

Pour toute question au sujet des répercussions de la COVID-19 sur les opérations et la planification de POLAIRE, veuillez nous écrire à l’adresse info@polar-polaire.gc.ca.

Cadre de science et technologie et plan stratégique de POLAIRE 2020-2025

POLAIRE a récemment lancé son cadre de science et technologie (S et T) 2020-2025 et plan stratégique. Le plan stratégique aidera POLAIRE à harmoniser ses ressources et ses objectifs avec sa vision à long terme, en plus de présenter le cadre quinquennal de S et T. Le cadre établit trois objectifs :

  1. améliorer les connaissances concernant les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce dynamiques du Nord dans un contexte de changement rapide;
  2. mieux comprendre les liens qui existent entre le bien-être des collectivités nordiques et la santé de l’environnement;
  3. promouvoir des solutions durables dans les domaines de l’énergie, de la technologie et de l’infrastructure qui soient adaptées aux conditions environnementales, sociales et culturelles propres au Nord.

Une vaste consultation a été au cœur de l’élaboration de ces deux documents. Le public a eu plusieurs occasions de donner son avis par un sondage ouvert à tous les Canadiens, ainsi que par des réunions ciblées avec des organisations nordiques. POLAIRE a reçu près de 380 sondages des quatre coins du pays, dont 30 % provenaient de résidents du Nord. De plus, 75 organisations nordiques issues de 17 communautés ont pris part aux discussions avec le personnel de POLAIRE. Une fois l’ébauche du cadre de S et T rédigée, le public a été invité à en faire l’examen, et POLAIRE a ensuite peaufiné le document en fonction de la précieuse rétroaction reçue.

POLAIRE participera à l’élaboration conjointe de la mise en œuvre du cadre de S et T. De plus amples discussions avec des Autochtones du Nord devront prendre place pour améliorer la compréhension de leurs perspectives concernant les lacunes en matière de connaissances et la manière de les aborder efficacement, ainsi que pour cerner des occasions de collaboration.

S. Plan

Des photos du Programme de formation scientifique dans le Nord sur Instagram

Le Programme de formation scientifique dans le Nord (PFSN) est à l’avant-plan du compte Instagram de POLAIRE. Le PFSN est un pilier de la recherche nordique au Canada depuis sa création par le gouvernement du Canada en 1961. Le programme, administré par POLAIRE depuis 2015, encourage les universités à offrir une formation scientifique qui permet aux étudiants d’acquérir une expérience professionnelle dans le Nord canadien et qui les incite à s’intéresser au travail dans le Nord. Chaque année, il offre des fonds supplémentaires à plus de 350 étudiants issus de plus de 35 universités et collèges du Nord de partout au Canada.

Depuis 2014, les étudiants ayant reçu des fonds dans le cadre du PFSN présentent des photos de leur travail sur le terrain. Jetez un coup d’œil à ces magnifiques photos sur le compte de POLAIRE!!

Sea Ice
Des photos comme celle-ci, où l’on voit la glace de mer dans la baie d’Hudson, capturée par Madison Harasyn capturée par, bénéficiaire du PFSN, figurent sur le compte Instagram de POLAIRE.
 

Une spécialiste des recherches sur la faune de POLAIRE est coauteure d’un nouvel article dans Arctic Science

La vétérinaire et spécialiste des recherches sur la faune de POLAIRE Matilde Tomaselli a participé à la rédaction d’un article, récemment paru dans la revue spécialisée canadienne Arctic Science, traitant de la mise en commun des connaissances autochtones et scientifiques dans le cadre de la recherche portant sur la conservation de la faune. L’évaluation de l’état des populations fauniques – le nombre d’individus, les tendances, le succès reproducteur et l’évolution des menaces auxquelles elles se heurtent – est fondamentale à la conservation et à la gestion de la faune. La collaboration entre les connaissances autochtones et la science peut permettre une compréhension plus complète du statut de conservation d’une population, et peut combler les lacunes de surveillance scientifique dans les régions éloignées et peu densément peuplées. Dans cet article, Matilde et ses collègues proposent une méthode pratique de type « feu de circulation » pour améliorer l’efficacité de l’utilisation des multiples sources de connaissance en matière d’évaluation du statut de conservation de la faune. Pour en savoir davantage au sujet de cette publication, consultez le : https://doi.org/10.1139/AS-2019-0019

Muskox
L’article s’appuie sur l’expérience de surveillance de communautés de bœufs musqués et de caribous des coauteurs. Photo : POLAIRE
 

Célébrons les lauréats des prix POLAIRE 2020-2021

Décernés en partenariat avec la Fiduciaire canadienne d’études Nordiques, les prix et les bourses POLAIRE pour les étudiants récompensent l’excellence en matière d’études nordiques. POLAIRE félicite les récipiendaires 2020-2021 de la Bourse POLAIRE, des Bourse POLAIRE pour résidents du Nord et des Prix POLAIRE pour résidents du Nord. Nous souhaitons à ces étudiants remarquables encore bien des réussites et des réalisations pendant qu’ils perfectionnent leurs compétences et contribuent à l’avancement des connaissances sur le Nord du Canada dans toutes ses facettes.

Bourse d’études de Savoir polaire Canada (10 000 $)

Décernée à des étudiants exceptionnels au doctorat en études polaires.

Abigail Dalton, Géographie, Université d’Ottawa
Identification des sources de naissance, des parcours de dérive et des risques potentiels en eaux canadiennes des icebergs
Abigail Dalton
 
William Twardek, Biologie, Université Carleton
Évaluation du devenir du saumon quinnat remontant le cours supérieur du fleuve Yukon
William Twardek
 

Bourse POLAIRE pour résidents du Nord (10 000 $)

Pour des étudiants exceptionnels du Nord du Canada inscrits dans un programme postsecondaire d’études supérieures (doctorat ou maîtrise) dans un collège ou une université du Canada, ou inscrits dans un collège du Nord.

Rebecca Canam, Géologie, Université Simon Fraser
Évolution structurelle de la limite occidentale du craton de Rae du Sud, Territoires du Nord-Ouest
Rebecca Canam
 
Erika Hille, Géographie, Université Queen’s
Les réponses géochimiques des écosystèmes d’eau douce en Arctique à la variabilité régionale du dégel du pergélisol dans l’ensemble de l’Arctique canadien
Erika Hille
 
Moya Painter, Géographie, Université d’Ottawa
Formation et drainage du lac Donjek bloqué par un glacier, Yukon
Moya Painter
 
Jamie Snook, Santé publique, Université de Guelph
Cogestion et solutions pour le bien-être des Inuit
Jamie Snook
 
Krista Ulujuk Zawadski, Médiations culturelles, Université Carleton
Qatiktalik : Liaison du contact avec les colons
Krista Ulujuk Zawadski
 

Bourse POLAIRE pour résidents du Nord (5 000 $)

Décerné à des étudiants exceptionnels du Nord du Canada inscrits dans un programme postsecondaire d’études de premier cycle dans un collège ou une université du Canada.

Melina Tessier, Recherches scientifiques du Nord, Université du Yukon
Ancré dans le Nord – Améliorer les mécanismes de reddition de comptes de l’industrie extractive au Yukon
Melina Tessier
 
Christopher Yurris, Sciences politiques, Université St. Francis Xavier
Défaites actuelles dans les Territoires du Nord-Ouest
Christopher Yurris
 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :