Numéro 6, Automne-hiver 2017

Mise à jour POLAIRE
(version PDF)


Distribution of POLAR-funded projects, 2017-2019
Répartition des projets subventionnés par POLAIRE en 2017-2019

POLAIRE subventionne 41 projets en 2017-2019

POLAIRE joue un rôle privilégié pour faire progresser notre connaissance collective des environnements polaires en favorisant la recherche et en mobilisant, de façon valable et accessible, les connaissances actuelles produites par d’autres, pour combler les manques et les préoccupations des collectivités du Nord. Par suite du processus de financement 2017-2019 de POLAIRE, 41 projets dans l’ensemble du Nord canadien ont été choisis pour recevoir une aide financière. De plus, cinq projets ont été subventionnés dans le cadre d’un appel conjoint avec le réseau MEOPAR et l’Arctic Research Foundation.

POLAIRE remet le Prix de la recherche scientifique sur le Nord à M. John England, lors du congrès Arctic Change 2017

POLAIRE était bien représenté lors du congrès Arctic Change 2017 à Québec, en décembre, événement qui réunissait plus de 1 500 chercheurs sur l’Arctique de diverses régions du monde. Lors du banquet de la conférence, le président de POLAIRE, Richard Boudreault, a remis le Prix de la recherche scientifique sur le Nord 2017 à M. John England, professeur émérite en Sciences de la terre et de l’atmosphère de l’Université de l’Alberta, pour son apport essentiel à la connaissance de l’histoire environnementale et climatique des îles de l’Arctique canadien. Ce prix annuel vise à rendre hommage à un apport important aux connaissances essentielles et à la compréhension du Nord canadien, ainsi qu’à la transposition du savoir en action. La période limitée de mise en candidature est maintenant ouverte pour le Prix de la recherche scientifique sur le Nord 2018. Pour en savoir plus

La saison de recherche 2017 : un succès

Cette année, à Cambridge Bay, POLAIRE a connu une saison de recherche très occupée, avec plus de 1 600 jours-chercheurs. Voici quelques exemples de projets :

  • Études de base et programmes de surveillance des écosystèmes de la toundra, des lacs, des cours d’eau et de l’environnement marin à la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA), plus précisément dans la zone expérimentale et de recherche située près de Cambridge Bay, où se retrouvent des écosystèmes de toundra, d’eau douce et marins;
  • Utilisation du savoir autochtone et de la surveillance électronique pour suivre les mouvements et les migrations de l’omble chevalier, de façon à faciliter le maintien de populations saines (Pêches et Océans Canada);
  • Levés aériens de la neige et de la glace de mer (British Antarctic Survey);
  • Exploration océanographique de façon à établir une description de base de la géochimie, de la biologie et de l’océanographie physique (Arctic Research Foundation);
  • Arctic-Boreal Vulnerability Experiment (ABoVE), vaste étude décennale sur les changements environnementaux en Alaska et dans le Nord-Ouest canadien et sur ses répercussions écologiques et sociales. Cet été, le projet a fait appel à des capteurs embarqués dans un aéronef de façon à réunir de l’information qui permettra de mieux comprendre le mouvement des gaz à effet de serre et du carbone entre la surface et l’atmosphère (NASA).
Photo: SmartICE

POLAIRE a également subventionné des recherches dans l’ensemble du Nord, intégrant pour la plupart les connaissances des Autochtones. Mentionnons notamment le projet de Pond Inlet de SmartICE, projet alliant les compétences locales à la technologie d’évaluation de l’épaisseur de la glace de mer de façon à disposer de meilleurs renseignements sur les glaces de mer aux fins des services de prévision pour les déplacements sur la glace de Pond Inlet, région du Nunavut (Université Memorial de Terre-Neuve); par ailleurs, le groupe Hudson Bay Consortium travaille avec les chasseurs inuits des collectivités de l’Est de la baie d’Hudson afin de recueillir leurs connaissances et leurs opinions sur les changements environnementaux dans la région (Société des Eiders de l’Arctique).

Appel à intérêt : Représentants canadiens au CISA

Savoir polaire Canada (POLAIRE) souhaite recevoir des lettres d’intérêt, avec documentation justificative, pour nommer jusqu’à deux représentants canadiens à trois groupes de travail du Comité international pour les sciences arctiques (CISA) : Milieu marin, Dimension sociale et humaine et Questions terrestres. Pour en savoir plus

Photo: POLAR

Siège social de POLAIRE à Cambridge Bay

Les divisions des Sciences de la technologie et de la Gestion du savoir et de l’engagement sont présentes toute l’année à Cambridge Bay, au Nunavut. Une grande partie du personnel de POLAIRE travaille là à plein temps. Le personnel inuit travaille dans des secteurs comme les opérations de terrain, l’administration, l’établissement de partenariats et davantage, faisant le lien entre le savoir autochtone et la science. Pour répondre à ses obligations dans le cadre de l’Accord sur le Nunavut, POLAIRE est résolu à augmenter la représentation des Inuits du Nunavut dans son effectif et appuie les initiatives de formation préalable à l’emploi et la progression professionnelle.

Événements de Canada 150 : L’exposition Canada C3 et le BioBlitz de l’eau douce

POLAIRE a accueilli l’expédition Canada C3 qui s’est arrêtée à Cambridge Bay, en août. Parmi les événements, mentionnons le projet de Fish Eye, mettant en lumière l’écosystème marin de Cambridge Bay à l’intention des personnes de l’ensemble du pays. POLAIRE et Canada C3 ont coorganisé une fête communautaire, comportant notamment une tribune-discussion sur les études postsecondaires et l’étude des sciences.

Photo: POLAR Photo: Wei Yew

Le BioBlitz communautaire de Cambridge Bay (les 13 et 14 août 2017), piloté par POLAIRE en partenariat avec la municipalité de Cambridge Bay, la Fédération canadienne de la faune, l’Université du Québec à Chicoutimi et l’Université de Waterloo, a donné aux résidants de la collectivité l’occasion, de concert avec des taxonomistes et des naturalistes, de recenser et documenter divers habitats et diverses espèces marines dans les écosystèmes du littoral.

POLAIRE structure emblématique

À l’extérieur du bâtiment principal de recherche du campus de la SCREA, on a installé une nouvelle sculpture des plus remarquables. Cette structure iconique, formée d’un ensemble de tubes d’acier illuminés de teinte cuivrée, représente le Nord du Canada en alliant l’aurore boréale et la feuille d’érable canadienne en un seul symbole.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :