Le campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA)

Sur cette page :

Le campus de la SCREA

Le campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) assurera une présence durant toute l’année dans le Nord canadien et servira de complément au réseau d’installations de recherche déjà sur place.

Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) dirige la construction du campus de la SCREA à Cambridge Bay, au Nunavut. Une fois achevée, Le campus de la SCREA sera le siège de l’administration centrale de Savoir polaire Canada (POLAIRE). Consultez la page Présentation de Savoir polaire Canada pour obtenir de plus amples renseignements sur cette organisation.

On a commencé la construction de la Station sur le site du Plateau à l’été 2014. On a choisi l’emplacement de la Station en février 2013 à la suite de consultations avec les membres de la collectivité de Cambridge Bay, dont les aînés et le personnel du hameau, et à la suite de l’évaluation des exigences relatives à la Station.

Le campus de la SCREA est dans une large mesure opérationnelle, et des plans sont en cours pour l’inauguration officielle, qui aura lieu en 2017. Plus de détails seront bientôt disponibles.

Le campus de la SCREA comprend l’édifice de recherche principal, le bâtiment de recherche sur le terrain et d’entretien, ainsi que deux immeubles triplex qui hébergeront les chercheurs et les scientifiques en visite. Les principales pièces de la Station comprendront des laboratoires de recherche, des centres de développement technologique et de transmission du savoir, ainsi que des installations réservées à l’enseignement, à la formation et à la participation communautaire. Afin de mieux comprendre à quoi ressemblera la Station une fois terminée, visitez la page de la conception et des plans d’étage de la SCREA. Pour des informations et des directives sur les visites du site, veuillez consulter les détails ici.

Visitez la galerie Flickr : Construction de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique pour jeter un coup d’œil sur la progression de la construction à ce jour.

Conception et construction

Méthode de gestion de la construction

Afin de déterminer la méthode à utiliser pour concevoir et construire la Station, PriceWaterhouseCoopers a conclu, à la suite d’une analyse qui se trouve dans l’étude de faisabilité de la SCREA, que la méthode la plus appropriée était la gestion de la construction. Ce style de construction permet de chevaucher les étapes de la conception et de la construction. Donc, la construction peut commencer à mesure que la conception progresse, ce qui accélère le processus.

On doit porter une grande attention à la planification, à l’établissement du calendrier, à la gestion et à la surveillance pour mener à bien un projet complexe comme celui de la SCREA. La gestion de la construction permet également à la SCREA de se prononcer sur la conception et d’en avoir le contrôle maximal, ce qui garantit que l’installation sera en mesure d’appuyer le programme scientifique et technologique de POLAIRE.

Gestionnaire de la construction

L’entreprise de gestion de la construction de la Station est EllisDon Corporation; elle agira à titre de coentreprise avec NCC Dowland Construction Ltd.

À la suite d’un processus concurrentiel équitable et transparent et dans le cadre de l’approche de gestion de la construction, le contrat a été attribué au gestionnaire de la construction, qui agira à titre de conseiller à la construction et d’entrepreneur général. Une demande de propositions a été affichée sur le Service électronique d’appels d’offres du gouvernement.

Le conseiller à la construction veille à ce que la construction se déroule de façon harmonieuse et efficiente. Des efforts ont été déployés pour améliorer et analyser l’efficience de la construction et de la conception de la Station. Ce processus a été mené en collaboration avec l’expert-conseil en conception (Fournier Gersovitz Moss Drolet et associés en coentreprise avec NFOE et associés  architectes), AANC et Services publics et Approvisionnement Canada.

Le gestionnaire de la construction travaille de concert avec l’expert-conseil à la conception pour estimer les coûts et établir le calendrier. Il est responsable des activités de la totalité du processus de construction, notamment des aspects suivants :

    • planification; • budgétisation; • coordination; • supervision de la construction des installations.

Le gestionnaire de la construction encourage l’exécution de blocs de tâches adéquatement divisés. Ainsi, on rend les contrats plus accessibles aux entreprises et corps de métiers locaux et on encourage l’emploi local et le perfectionnement des compétences, ce qui offre différentes possibilités aux bénéficiaires de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut (ARTN). 

Expert-conseil à la conception

À la suite d’un processus concurrentiel équitable et transparent, le contrat d’expert-conseil à la conception a été attribué à Fournier, Gersovitz, Moss, Drolet et associés ainsi qu’à NFOE et associés architectes, qui ont formé une coentreprise. Les deux entreprises ont une grande expérience en conception architecturale et en construction dans l’Arctique, y compris pour des installations de science et de recherche. Elles sont aussi à la fine pointe de la technologie pour la mise en œuvre de pratiques de développement durable. Établies à Montréal, au Québec, les deux sociétés ont fourni la totalité des services de conception architecturale et technique. 

La phase de conception de la SCREA a commencé en 2011 et le concept définitif a été déposé à l’automne 2014.

Une approche reposant sur les connaissances traditionnelles des Inuit (Inuit Qaujimajatuqangit) a été adoptée à l’égard de la conception. Élaborée au Nunavut, cette approche repose sur les piliers du savoir traditionnel des Inuit :

    • Piliriqatigiingniq – relation de collaboration; • Avatimik kamattiarniq – gérance environnementale; • Qanuqtuurungarniq – esprit d’initiative / résolution de problèmes; • Pilimmaksarniq – acquisition de compétences et du savoir.

La méthode de gestion de la construction prévoit que les experts-conseils en conception continuent de prodiguer des conseils jusqu’à la fin du projet.

Certification LEED Or

La SCREA vise à obtenir la certification Or du Système d’évaluation des bâtiments durables (LEED), même si, habituellement, cette désignation s’applique plus facilement aux projets exécutés plus au sud.

Afin d’obtenir la certification LEED Or, le critère de rendement environnemental Labs21, un programme encourageant la construction de laboratoires plus durables, à haut rendement et à faible consommation d’énergie, a été appliqué au campus de la SCREA.

Les efforts menés pour obtenir la certification LEED Or signifient que la Station devra comprendre des éléments tels que :

    • supports à vélos; • appareils à faible consommation d’eau; • surveillance continue des systèmes des bâtiments; • gestion des eaux usées et des déchets; • gestion de la pollution lumineuse; • réduction de l’énergie; • maintien d’un niveau élevé de la qualité de l’air.

Avantages locaux de la construction

Le Plan des avantages pour les Inuit a été utilisé en tant que mécanisme principal pour l’exécution des obligations de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut (ARTN)en matière d’approvisionnement pour la SCREA, y compris pour la construction des bâtiments, l’achat de l’équipement et la location des logements. Les obligations du Canada en  matière d’approvisionnement qui sont définies à l’article 24 de l’ARTN seront respectées pendant la construction de la Station.

Cette approche comprend la mise en place d’un plan inuit des ressources humaines qui définit :

    • les cibles de participation des Inuit à la main-d’œuvre; • un plan de perfectionnement des compétences des Inuit pour la formation en cours d’emploi; • un plan d’activités qui prévoit l’attribution de contrats à des entreprises détenues par des Inuit.

En date de février 2016, les avantages économiques directs aux Inuit découlant des emplois créés et de la formation offerte dans le cadre du Plan des avantages pour les Inuit totalisaient 52 millions de dollars.

Les sociétés détenues par des Inuit ou inscrites au registre des entreprises de la Nunavut Tunngavik Inc. (NTI) qui participent à la construction de la Station sont :

Voici d’autres firmes qui travailleront à la construction de la Station :

Travailler avec la collectivité

Au moment de déterminer l’emplacement de la station, l’appartenance à une collectivité était un critère important. On vise à établir une relation équilibrée dans le cadre de laquelle la collectivité et la station de recherche se soutiennent mutuellement, et à créer des possibilités et avantages pour la collectivité.

On s’attend, par exemple, à ce que la Station canadienne de recherche dans l'Extrême-Arctique (SCREA) ait la plus grande consommation d’énergie de Cambridge Bay, au Nunavut. Pour s’assurer de satisfaire les besoins en énergie de la station sans créer de fardeau pour la collectivité, une entente de financement a été conclue avec la compagnie énergétique locale, Société d’énergie Qulliq, en vue de soutenir la mise à niveau de l’infrastructure de génération et de transmission d’énergie à Cambridge Bay. Ceci comprend une nouvelle génératrice conçue pour augmenter la capacité du réseau de 1 100 kilowatts.

La SCREA a aussi versé des fonds au gouvernement du Nunavut pour son projet de modernisation de l’usine de traitement des eaux et du réseau de distribution d’eau. Grâce à ces travaux, le campus sera approvisionné en eau courante et la collectivité de Cambridge Bay pourra compter sur une infrastructure améliorée.

Coûts de la construction et des activités de recherche de la Station

Les coûts de la conception architecturale, de la construction, de l’équipement et du mobilier de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique, ainsi que de la mise en œuvre du programme de science et technologie, sont évalués à environ 250 millions de dollars jusqu’en 2017-2018.

  • AANC est responsable d’exécuter la conception architecturale, la construction, l’équipement et l’aménagement du mobilier de la Station pour un montant total prévu de 204 millions de dollars.
    • En date de février 2016, plus de 52 millions de dollars du budget de construction ont contribué au Plan des avantages pour les Inuit par l’intermédiaire de la passation de marché, de l’emploi et de la formation.
  • La somme restante de 46 millions de dollars pour la mise en œuvre du programme de science et technologie, qui était d’abord sous la responsabilité d’AANC, est maintenant administrée par POLAIRE.

Une fois la construction achevée en 2018, 26,5 millions de dollars par année appuieront les activités continues du programme et l’exploitation de la Station par l’entremise de POLAIRE.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :