Programme de formation scientifique dans le Nord : Lignes directrices 2015-2016

Date : Septembre 2015

Table des matières

PRÉFACE

Le Programme de formation scientifique dans le Nord (PFSN) vise à encourager les étudiants inscrits dans les universités canadiennes à s'intéresser aux études sur le Nord, par l'octroi d'une subvention supplémentaire à la recherche qui leur permettra d'acquérir une expérience professionnelle concrète en effectuant un stage de formation scientifique dans le Nord.

Les universités qui participent au PFSN sont invitées à former, au sein de leur établissement, un Comité d'études nordiques afin de mieux coordonner l'encadrement des étudiants et d'inciter ceux-ci à entreprendre des carrières axées sur le Nord.  Les Comités d'études nordiques sont aussi appelés à favoriser la diffusion des connaissances sur le Nord dans la communauté des professeurs et des étudiants des diverses disciplines.

Le présent document a pour but d'expliquer :

1) les objectifs et le fonctionnement du programme;

2) les critères d'évaluation pour l'allocation des subventions.

Ces lignes directrices sont aussi disponibles sur le site Internet du PFSN au http://www.canada.ca/fr/savoir-polaire/financementchercheurs/lignesdirectricespfsn/index.html

Si vous avez des commentaires ou des questions concernant ce programme, veuillez vous adresser au Secrétariat du Programme de formation scientifique dans le Nord (PFSN) :

Rhonda Turner 613-222-7421
Nathalie Robillard 613-222-9537

Courriel nstp-psfn@polar.gc.ca

Internet http://www.canada.ca/fr/savoir-polaire/financementchercheurs/index.html#h2-2

L'adresse postale et pour messager est la suivante :

Secrétariat du PFSN
Savoir polaire Canada
2464 Sheffield Rd
Ottawa, Ontario K1A 0G1

1. Historique

Au cours des années 50, le gouvernement fédéral reconnut qu'il était urgent de favoriser, au moyen de recherches et de techniques scientifiques, l'accumulation de connaissances sur le Nord canadien et sur les façons de composer avec les conditions que comporte sa mise en valeur.  Les universités qui s'intéressaient aux études nordiques étaient rares, et les étudiants canadiens n'avaient guère la possibilité d'effectuer des travaux de recherche dans  ce domaine, sauf l'été, en tant qu'assistants de recherche sur le terrain dans le cadre de projets gouvernementaux.  Étant donné qu'elles disposaient de peu de fonds pour la recherche, les universités ne pouvaient pas se permettre d'effectuer des études dans le Nord, parce que ces dernières coûtaient plus cher que des études comparables réalisées dans le sud du Canada.  Parallèlement, le nombre insuffisant de scientifiques et de spécialistes en études nordiques se faisait de plus en plus sentir, de sorte que l'on ne pouvait plus satisfaire adéquatement aux besoins en la matière des divers organismes gouvernementaux, des universités canadiennes et du secteur privé.

Reconnaissant que les universités canadiennes produisaient trop peu de spécialistes des études nordiques pour répondre aux besoins nationaux, et constatant la baisse de l'intérêt à l'égard de la recherche scientifique dans le Nord causée par le caractère insuffisant de l'appui financier, le gouvernement canadien décida de créer le Programme de formation scientifique dans le Nord pour remédier à la situation.

Depuis cinq décennies, la philosophie et les objectifs du programme sont demeurés les mêmes. Par contre, la structure administrative du programme s'est développée à la mesure de l'évolution des besoinsNote de bas de page 1.

2. Administration du programme

Savoir polaire Canada (POLAIRE) gère et administre le Programme de formation scientifique dans le Nord.  Un comité intergouvernemental, composé de spécialistes nommés pour une période de trois ans, se réunit annuellement pour évaluer les demandes et les rapports afin de décider des montants qui seront alloués à chacune des universités participantes.  Ce Comité vérifie aussi si les sommes allouées antérieurement ont été utilisées efficacement et selon les règlements en vigueur.  Ce Comité, appelé Comité de sélection du PFSN, reçoit l'appui du Secrétariat de POLAIRE. 

Ce comité intergouvernemental a aussi pour mandat de définir les orientations et la réglementation du programme.  À cet effet, les universités participantes peuvent faire part de leurs suggestions au Comité lors de la conférence annuelle de l'Association universitaire canadienne d'études nordiques (AUCEN), lors des visites des représentants du Secrétariat du PFSN, ou en communiquant par écrit avec le Secrétariat du PFSN.

3. Objectif du programme

Le but premier du programme est d'encourager les universités canadiennes dans leur effort d'encadrement pour créer chez les étudiants de deuxième cycle un intérêt à l'égard de la recherche nordique et, ce faisant, permettre à ceux-ci d'acquérir une expérience concrète de la recherche scientifique dans le Nord.

Le programme a pour objectif d'accroître le nombre d'étudiants qui sont spécialisés dans un thème de la recherche nordique qui nécessite l'acquisition d'une expérience des travaux de terrain.  Pour atteindre cet objectif, le programme encourage la mise sur pied de centres d'intérêt multidisciplinaires en études nordiques (c'est à dire les Comités d'études nordiques) dans les universités canadiennes, et attribue, par l'entremise des universités, une subvention supplémentaire à la recherche à l'intention des étudiants afin de subvenir aux coûts élevés inhérents à la poursuite de recherches dans le Nord (frais de transport, frais d'hébergement, frais de transport d'équipement et honoraires pour services d'un interprète).

4. Critères du programme

a) Recherche

Le Comité du PFSN est ouvert aux projets de recherche de toute discipline académique de niveau universitaire.  Les projets multidisciplinaires sont acceptés.  Étant donné que le Programme vise à accroître le nombre de chercheurs et de spécialistes au fait des problèmes nordiques, les superviseurs et les étudiants doivent veiller à ce que les projets soumis traitent des questions et des problèmes courants relatifs au Nord.

Dans les présentes directives, on entend par « recherches »Note de bas de page 2 toutes études savantes et/ou professionnelles ainsi que toutes activités de formation correspondantes qui s'appliquent, conformément aux directives prescrites dans le présent document. Pour les fins du programme, le mot « Nord » correspond au territoire canadien situé au nord de la limite méridionale de la zone du pergélisol discontinu; tout le Labrador; et les sept autres pays circumpolaires (Finlande, Groenland (Danemark), Islande, Novège, Russie, Suède, et États-Unis - Alaska).

Le Comité du PFSN espère que les étudiants profiteront des ressources disponibles dans les diverses stations de recherche situées dans les régions subarctiques et arctiques du
Canada.  Vous trouverez à cette fin, une liste des stations de recherche nordique que vous pouvez visiter en suivant les Liens intéressants sur le site Internet du PFSN à l’adresse http://www.polarcom.gc.ca/fra/node/188.  Si vous avez l'intention d'utiliser une station de recherche qui ne figure pas sur la liste, vous devez indiquer son emplacement et l'organisme qui en est responsable.

b) Financement/Éligibilité

Les fonds octroyés dans le cadre du PFSN sont destinés uniquement aux projets de recherche décrits dans les formulaires de demande.  Ils doivent servir à payer les coûts excédentaires associés à la poursuite de recherches dans le Nord (c'est à dire les frais de transport, les frais d'hébergement, les frais de transport d'équipement et les honoraires pour les services d'un interprète); ces frais sont donc de nature supplémentaire.  Par conséquent, ils ne peuvent être employés comme source de financement unique ni comme moyen de subsistance (par exemple, une bourse d'études générale).  C'est pourquoi les candidats sont tenus d'indiquer clairement d’autre(s) source(s) de financement sur leur demande de subvention.  Il est à noter que si l'allocation quotidienne est laissée à la discrétion des universités, ces dernières doivent cependant veiller à distribuer les fonds en faisant preuve d'un souci d'économie.

L'étudiant doit être inscrit à temps complet dans un programme d'études dans une université canadienne et doit être un citoyen canadien ou un résident permanent. Des fonds sont disponibles à l'appui des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs qui effectuent des recherches sur le terrain pour leur thèse. Au niveau des études supérieures, le PFSN peut être utilisé pour soutenir les étudiants jusqu'à la 4e année de doctorat et la 2e année de maîtrise.

Les études postdoctorales ainsi que les assistants de recherche ne sont pas éligibles.  Les demandes peuvent être renouvelés.

En règle générale, les fonds du PFSN ne peuvent servir aux fins suivantes :

  • verser un salaire aux étudiants;
  • payer les frais d'administration généraux d'un institut, d'un programme ou d'un centre d'études nordiques, les coûts liés à un programme de recherche ou de formation, ni fournir un support financier aux membres de facultés;
  • payer les frais administratifs ou indirects liés à la gestion des fonds du PFSN;
  • financer des projets réalisés en dehors du cadre géographique du PFSN;
  • financer des projets de recherche ne nécessitant pas un séjour dans le Nord (par ex., fouilles en dépôt d'archives, collecte de données, travail en laboratoire, production de publications, conférences, etc.);
  • subventionner des stages sur le terrainNote de bas de page 3 ni des travaux pratiques;
  • financer un voyage afin de communiquer les résultats aux collectivités
  • acquérir de l'équipement;
  • payer des honoraires autres que pour les services d'un interprète sur le terrain.

En outre, les étudiants ne peuvent pas bénéficier des fonds du PFSN par l'entremise de deux universités en même temps.

Enfin, les étudiants ne peuvent bénéficier des fonds du PFSN s'ils sont embauchés ou rémunérés au moment où ils effectuent leurs travaux sur le terrain.

Étudiants de premier cycle: les universités québécoises

Il a été noté par les membres du Comité que les universités du Québec ont un certain nombre de demandes pour les étudiants au niveau de la 2e année du premier, et des préoccupations ont été soulevées sur la façon de traiter ces demandes. Après consultations, il a été déterminé que les comités universitaires du Québec peuvent accepter les étudiants de 2e année  du premier cycle prenant en considération que la plupart des programmes liés aux disciplines physiques, par exemple, sont des programmes de 3 ans. Les étudiants candidats au niveau de la 2e année du premier cycle ne sont acceptés que si l'étudiant sera engagé dans la recherche de thèse et suite à la recommandation et la confiance de leur superviseur que ces projets entrent dans un objectif d'éducation à long terme.

Collèges

Si l'étudiant fait une demande auprès d'un collège communautaire, il / elle doit respecter les critères suivants et fournir les informations ci-dessous:

a) L'étudiant doit avoir terminé deux années complètes d'un programme d'études collégiales académique (PFSN est conçu pour les étudiants au niveau supérieur, c’est à dire, avoir terminé 3 années académiques)

et,

b) L'étudiant doit démontrer une intention de passer à une formation universitaire (les bourses de premier cycle sont considérées comme un moyen d'alléger la transition vers les études supérieures – une explication doit accompagner la demande)

c) Évaluation des demandes

Le Comité d'études nordiques de chaque université doit élaborer sa propre méthode aux fins de l'évaluation des demandes.  Les critères définis ci dessous sont ceux que le Comité de sélection du PFSN applique, une fois qu'il a reçu les demandes de subvention de toutes les universités.  Ces critères doivent donc servir de guide aux personnes qui collaborent à la préparation d'une demande de subvention.

Le Comité de sélection du PFSN étudie la demande de chaque université en vertu des critères suivants :

  • le respect des lignes directrices du programme;
  • la clarté et la pertinence des renseignements fournis;
  • le bien-fondé des travaux de recherche antérieurs et à venir;
  • le lien entre les questions et les problèmes courants relatifs au Nord et l'expérience et la formation scientifique acquises par l'étudiant;
  • l'essor des études nordiques et la formation de spécialistes nordiques au sein de l'université;
  • le nombre d'étudiants appuyés par le programme de formation l'année précédente et celui proposé pour l'année à venir;
  • l’utilisation efficace des fonds de chaque projet ainsi que la demande dans son entier.

Le Comité de sélection demande au superviseur de faire ressortir l'expérience acquise par l'étudiant et la pertinence du projet pour les questions relatives au Nord. À cet effet, le superviseur doit :

  • fournir si possible, un aperçu de l'expérience antérieure de l'étudiant;
  • expliquer le lien entre le projet proposé et la formation future de l'étudiant, et l'apport de cette recherche aux études nordiques en général; et
  • refléter comment l’étudiant a bénéficié de la recherche proposée.

5. Modalités d'inscription

Chaque année, au début de l'année scolaire, le PFSN fait parvenir un dossier d'inscription au Comité d'études nordiques (officiellement reconnu par le recteur de l'université) des universités participantes.

Les demandes de subvention doivent être présentées par le président d'un Comité des études nordiques. Aucune demande faite directement par un particulier n'est acceptée.

Les étudiants intéressés doivent acheminer leur demande par l'entremise du Comité d'études nordiques de leur université.  Si l'université qu'il fréquente n'est pas dotée d'un Comité d'études nordiques, l'étudiant peut faire sa demande auprès d'une université participante.

Si an étudiant est inscrit à une université mais effectue les recherches par le truchement d’une autre, il doit demander les fonds par l’intermédiaire de l’université où il est inscrit.

Les universités qui n'ont pas participé antérieurement au PFSN, et qui voudraient le faire, doivent transmettre leur demande au secrétariat du Programme de formation scientifique dans le Nord.

6. Traitement de la demande

À chaque  année, au début de l'année scolaire, le Secrétariat du PFSN fait parvenir aux Comités d'études nordiques un dossier d'inscription au PFSN.  Celui-ci comprend:

  • une lettre d'appel (Comité d’études nordiques)
  • Fiche descriptive de l'université (Comité d’études nordiques)
  • Fiche descriptive du Comité d'études nordiques (Comité d’études nordiques)
  • Compte rendu des rapports (Comité d’études nordiques)
  • Compte rendu des demandes de subvention (Comité d’études nordiques)
  • Guide explicatif à l'usage des Présidents des Comités d'études nordiques (Comité d’études nordiques)
  • Les lignes directrices du PFSN (Comité d’études nordiques et comme document de référence pour les étudiants et les superviseurs)
  • Guide explicatif à l'usage des étudiants (étudiants)

En plus des guides du PFSN, on trouve au nombre des guides de référence maintenant accessibles en ligne:  Doing Research in the Northwest Territories:  A Guide for Researchers - Institut de recherche Aurora, (cette publication n’est disponible qu’en anglais), Scientific Research Licensing Guidelines and Appendices - Institut de recherche du Nunavut, Guide de la recherche scientifique au Yukon, (ces publications ne sont disponibles qu’en anglais) et Les principes d'éthique pour la conduite de la recherche dans le Nord Association universitaire canadienne d’Ètudes nordiques et L’État du savoir nordique au Canada.

Les étudiants doivent établir le rapport et(ou) la demande nécessaire(s) à l’aide des formulaires appropriés se trouvant sur le web, en prenant soin de suivre les instructions contenues dans le guide de l’étudiant. Une fois rempli, les formulaires doivent être soumis au Comité des études nordiques des universités.  L'étudiant doit être conscient que la présentation d'un formulaire incomplet peut entraîner le rejet de sa demande.

Le Comité doit s’assurer que les documents suivant sont remplis :

1.    Fiche descriptive de l'université
2.    Fiche descriptive du Comité d'études nordiques
3.    Compte rendu des rapports de recherche pour l'année financière
4.    Compte rendu des demandes de subvention pour l'année financière

Le Comité gardera tous les exemplaires originaux des formulaires. Le président signe la feuille de calcul (fournie par le Secrétariat du PFSN après la date limite du 1er décember) afin de vérifier que tous les rapports de recherche et les demandes de financement ont été reçues.

La demande est signée par le recteur de l'université et envoyée au Secrétariat du PFSN.  Le Comité d'études nordiques de chaque université doit veiller à ce que tous les rapports et les demandes soient présentés sur le formulaire prévu à cette fin au plus tard le 1er décembre.  Tout dossier envoyé après cette date sera refusé.  Le Secrétariat du PFSN se réserve également le droit de refuser toute demande qu'il juge incomplète.

Le Secrétariat du PFSN à Savoir polaire Canada, examine tous les dossiers de demande.  Des copies du dossier complet de chaque université sont distribuées aux membres du Comité de sélection du PFSN en janvier aux fins d'examen.  En février, se tiennent deux réunions; l'une vise à déterminer l'affectation des fonds et l'autre est consacrée aux politiques.  C'est au cours de la réunion relative à l'affectation des fonds que les membres du Comité de sélection rendent leur décision concernant le montant de la subvention accordée à chaque université.  Les membres ne décident pas de la subvention de chaque étudiant, mais ils peuvent examiner chacun des formulaires de rapport de recherche et de demande de subvention et exprimer des remarques à leur sujet.  Les membres du Comité de sélection passent en revue la qualité d’une demande envoyée par une université dans son ensemble, les projets proposés, étudient le nombre d'étudiants et allouent les fonds en conséquence.  C'est également à ce moment que les projets non admissibles sont déterminés.

Dans la semaine qui suit la réunion relative à l'affectation des fonds, le Secrétariat informe par courriels les Comités d'études nordiques des universités de la somme globale qui leur sera allouée et des projets qui ne répondent pas aux critères de financement.  Plusieurs semaines plus tard, il fait parvenir à chaque Comité d'études nordiques une évaluation détaillée des rapports de recherche et des projets soumis, ainsi qu'une appréciation générale du dossier de l'université.

Au printemps, les chèques sont envoyés aux Comités d'études nordiques des Universités. Une fois que POLAIRE a remis les fonds, le Secrétariat du PFSN ne joue aucun rôle en ce qui concerne l'affectation des subventions.  Le Comité d'études nordiques a l'entière responsabilité de décider du montant qui sera alloué aux étudiants participants, considérant que l'allocation moyenne se situe entre 2500 $ - 3000 $.

Le Comité de sélection du PFSN reconnait la nécessité de la recherche liée à la saison hivernale; c'est pourquoi il encourage et appuie les projets hivernaux.  Le Comité demande cependant que le rapport final et les commentaires du superviseur soient envoyés au Secrétariat du PFSN au plus tard le 30 avril.  Toutefois, au moment de soumettre leur premier rapport le 1er décembre, les universités devraient fournir le plus de détails possibles sur leurs projets pour l’hiver, y compris les noms des étudiants et une estimation des coûts et des journées qu’ils passeront sur le terrain ainsi que toute autre information pertinente. Un rapport préliminaire contenant le nom de l’étudiant, un estimé des coûts et du nombre de jours dans le Nord, ainsi que toute autre information pertinente doit être complété en ligne.  Une copie papier du rapport préliminaire doit être soumis au Comité d’études nordiques de l’université.

7. Administration des fonds octroyés par le Programme

Les groupes universitaires qui présentent des demandes sont responsables de la façon dont les fonds du Programme sont dépensés.  Ils doivent donc autoriser toutes les dépenses de ces fonds.  Ils doivent suivre les règles comptables et administratives en vigueur dans chaque université subventionnée par le Programme.

Bien que le Comité du PFSN n'exige pas de la part des universités des états financiers vérifiés, celles-ci doivent cependant présenter un bilan annuel des dépenses comme le précisent les formulaires qui sont remis avec la demande de subvention chaque année, en décembre.

Les fonds octroyés dans le cadre du PFSN sont destinés uniquement aux projets et aux priorités exposés dans les formulaires de demande.  Toutefois, des modifications (autre candidat, réorientation mineure du projet, nouvel emplacement géographique, redistribution des fonds, etc.) étaient apportées aux projets durant l'année, le Comité d'études nordiques est tenu d'en aviser formellement le Comité de sélection du PFSN afin d’obtenir l’approbation et de s’assurer de l’éligibilité du projet.

8. Publications

Un résumé de tous les documents de recherche (comptes rendus, thèses, essais, communications, etc.) produits à partir de recherches subventionnées par le PFSN, doit être inclus dans le rapport de recherche.  Le guide explicatif à l'usage des étudiants contient une description détaillée des règles à suivre pour la présentation.  Le Comité demande que l'on fasse mention sur ces documents ou lors de communications du soutien provenant du PFSN.  Le but est d'assurer la plus grande diffusion possible aux travaux de recherche subventionnés par le PFSN.

9. Règles d'éthique à respecter dans le cadre du PFSN

Tous les candidats au PFSN doivent se conformer aux règles d'éthique précisées dans Les principes d'éthique pour la conduite de la recherche dans le Nord, qui ont été mises au point par l'Association universitaire canadienne d'études nordiques.  Les candidats doivent indiquer par écrit qu'ils respecteront ces règles.  Les étudiants doivent également lire le Guide pour la recherche dans les Territoires du Nord Ouest, de l'Aurora Research Institute, le Guide de la recherche scientifique au Yukon et le guide Scientific Research Licensing, Guidelines and Appendices de l’Institut de recherche du Nunavut, afin d'être certains de détenir les permit et les licences appropriés pour effectuer leur recherche.

En outre, le Comité de sélection du PFSN demande que les universités vérifient si les étudiants respectent les règles suivantes :

  1. Consulter les collectivités et les personnes qui seront touchées directement par les travaux menés sur le terrain. Ces groupes doivent être avisés à l'avance de l'étude et de ses objectifs et y donner leur accord;
  2. Consulter les autorités locales, régionales ou territoriales au sujet du projet;
  3. Obtenir tous les permis et/ou licences nécessaires afin d’effectuer des recherches dans le Nord; et
  4. Une fois la recherche terminée, l’étudiant doit faire parvenir un compte rendu ou une présentation des résultats de la recherche aux organismes émetteurs d'un permis et/ou d'une licence ainsi qu’à la communauté ou le recherche à été menée.

Cette dernière démarche vise non seulement à respecter les règlementations territoriales, provinciales et/ou d'autres autorités, mais aussi à favoriser la diffusion de l'information entre les chercheurs nordiques et d'assurer une meilleure communication avec les communautés nordiques.

Les chercheurs doivent obtenir l'autorisation des collectivités bien avant d'amorcer les recherches projetées.  Ils doivent en outre montrer qu'ils respectent les lignes directrices établies aux termes des ententes de règlement des revendications territoriales actuelles et futures dans le Nord.  Différents comités ont été formés pour veiller à ce que les recherches réalisées correspondent aux besoins des collectivités sur le plan culturel.  Le processus de consultation et d'examen établi à cette fin pourra sembler long et lourd, mais c'est un mécanisme nécessaire dans le cadre du processus de délivrance des permis.  Nous suggérons aux requérants d'amorcer le processus de consultation des collectivités au moins quatre moins avant le moment prévu des recherches.  C'est au chercheur qu'incombe d'obtenir le consentement des collectivités.  Celles-ci peuvent toutefois opposer un refus.  Les chercheurs doivent donc être prêts à accepter une telle réponse.

Comme il est indiqué dans le Guide explicatif à l'usage des étudiants, l'omission de remplir correctement la Section D du formulaire de demande de subvention entraînera le rejet de la demande.

10. Projets de recherche dans les régions nordiques d'autres pays circumpolaires

Le PFSN accepte les demandes des étudiants qui souhaitent entreprendre des travaux de recherche dans d'autres pays circumpolaires (par ex., Groenland, Islande, Norvège, Suède, Finlande, Russie et Alaska).  Ces projets seront assujettis aux mêmes critères d'évaluation que les projets devant se dérouler dans le Nord canadien.  De plus, les étudiants doivent clairement démontrer que leur projet satisfait aux critères suivants (à remplir sur le formulaire de demande en ligne) :

  • le lien direct doit illustrer comment la recherche à l'étranger proposée bénéficiera l'essor des études nordiques au Canada;
  • le lien entre cette recherche à l'étranger et les projets de recherche en cours ou à venir de l'étudiant dans le Nord canadien;
  • le soutien financier et logistique offert par le pays hôte;
  • la réglementation du pays hôte en matière d'autorisations et de permis.

Comme il est indiqué dans le guide explicatif à l'usage des étudiants : l'omission de fournir des renseignements complets et exacts sur ces quatre domaines entraînera le rejet de la demande.

À noter qu’il faut fournir cette justification chaque fois qu’un étudiant prévoit entreprendre des recherches dans un pays circumpolaire. Ainsi, il faut fournir cette justification même si la recherche représente une continuation de travaux entrepris au cours de l’année précédente.

Le Comité accordera la préférence aux projets qui représentent un prolongement de travaux de recherche antérieurs ou de travaux que le demandeur prévoit réaliser dans le Nord.  Les Comités d'études nordiques qui présentent des projets de cette nature doivent se rappeler qu'il n'y a pas de fonds supplémentaires alloués pour les projets à l'étranger et que les projets retenus seront subventionnés à même la subvention générale de chaque université.

Outre les critères susmentionnés, il faut aussi appliquer les directives suivantes sur les lieux géographiques :

  • Les recherches doivent être effectuées dans l'un des sept pays arctiques identifiés par le Conseil de l'Arctique.
  • La limite sud du permafrost discontinu (ligne brune) sert de point général de démarcation.
  • Les projets de recherche réalisés n'importe où en Alaska, sauf dans "la guirlande des îles Aléoutiennes", sont admissibles.
  • On prendra en considération les recherches projetées dans n'importe quelle région du Groenland (Danemark).
  • En ce qui concerne l'Islande, on décidera de l'admissibilité en examinant chaque cas individuellement.
  • Pour déterminer l'admissibilité des recherches projetées en Russie, la limite sud du permafrost discontinu, au nord du 58e parallèle, constituera le critère déterminant.  En outre, la totalité des territoires du Kamchatka, de Magadan et de la République de Sakha (Yakutia) sont considérés comme admissibles. Les régions situées à l'extérieur de la zone du permafrost discontinu mais adjacentes à l'Océan Arctique seront examinées individuellement.
  • Les demandes de financement pour les recherches projetées en Norvège, en Suède ou en Finlande seront aussi examinées individuellement, afin de s'assurer qu'elles sont vraiment pertinentes dans l'optique des études nordiques effectuées au Canada.

11. Stations canadiennes de recherche polaire

Afin d’accéder aux informations pertinentes pour chaque station de recherche, nous vous suggérons de visiter le site Instituts et établissements de recherche. On trouve également une carte indiquant toutes les installations de recherche nordique sur le site du Réseau canadien d'opérateurs de recherche nordique.

12. Interaction, participation et ressources communautaires

En général, rappelez-vous que ce qui compte est d’échanger des renseignements, d’établir des relations de confiance et de créer des liens d’amitié avec les membres de la collectivité. En d’autres termes, il importe de demeurer ouvert et sociable, de se rendre utile dans la collectivité et de tisser des liens avec les gens. Il y a de nombreuses façons d’y arriver, selon les circonstances, notamment, en participant aux activités sociales de la collectivité; en faisant du bénévolat; en accompagnant des chasseurs du milieu dans la nature; en visitant des aînés; en donnant des présentations à des groupes communautaires et scolaires; en demeurant disposé à répondre aux questions sur la recherche; et en retenant les services de pourvoyeurs et de guides. 

La solution à adopter dépend de la nature du projet et des liens qui ont été établis avec la collectivité. Il est fortement recommandé que les étudiants et leurs enseignants demandent conseils à des partenaires locaux afin de déterminer ce qui convient le mieux.

Vous trouverez ci-dessous des ressources importantes concernant la recherche dans les territoires.

Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O)

Overview of information for researchers working in the Northwest Territories anglais seulement

Guide to Doing Research in the NWT anglais seulement

Community perspectives on research anglais seulement

Research support agencies anglais seulement

List of research permitting bodies anglais seulement

E-brochure for the NWT anglais seulement

Northwest Territories Science Agenda (priorities in the NWT) anglais seulement

Yukon

Le gouvernement du Yukon a rédigé un guide sur la recherche scientifique au Yukon. Celui-ci contient des renseignements sur le processus de demande de permis et les exigences en matière de permis.

Personne­ressource :

Jeff Hunston, gestionnaire, Unité des ressources patrimoniales
Direction des services culturels, ministère du Tourisme et de la Culture du Yukon
Téléphone : 867-667-5363

Courriel : jeff.hunston@gov.yk.ca

Scientists and Explorers Licence anglais seulement

La conseillère scientifique du gouvernement du Yukon a invité les chercheurs à la rencontrer afin de les aider à créer des liens avec des employés du gouvernement et à saisir les occasions d’appliquer ou de communiquer les connaissances qu’ils ont acquises dans le cadre de leur travail. Le gouvernement du Yukon élabore actuellement un programme de recherche destiné à guider les étudiants dans le choix de leurs sujets de recherche. Le programme sera prêt au cours du prochain exercice.

Personne-ressource :

Aynslie Ogden, conseillère scientifique principale

Ministère du Conseil exécutif, gouvernement du Yukon

Téléphone : 867-667-5431

Courriel : aynslie.ogden@gov.yk.ca

Le Centre de recherche du Yukon offre des programmes et des services qui visent tous à favoriser la recherche concertée, l’innovation et la sensibilisation et à répondre aux besoins des résidants du Nord. Au nombre des services qu’il offre à l’appui de la recherche et de l’innovation, notons des fonds de recherche, des espaces en laboratoire, des locaux de soutien, une résidence pour les chercheurs et un soutien logistique. Le Centre de recherche dispose également de lignes directrices sur le protocole de recherche avec les Premières Nations du Yukon.

Personne-ressource :

Clint Sawicki

Directeur, Bureau des services de recherche
Centre de recherche du Yukon anglais seulement
Téléphone : 867-668-8772
Courriel : csawicki@yukoncollege.yk.ca

Nunavut

Toute l’information concernant la recherche au Nunavut est accessible à partir du site Web de l’Institut de recherche du Nunavut anglais seulement.

Autre

Brochure de l’Inuit Tapiriit Kanatami portant sur les relations de recherche avec les collectivités inuites. anglais seulement

Association universitaire canadienne d’études nordiques

Un certain nombre d’installations de recherche sont mises à la disposition des chercheurs invités au Yukon. Pour obtenir davantage de renseignements sur ces installations, consultez la carte des installations de recherche dans le Nord du Réseau canadien d'opérateurs de recherche nordique.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :