Soins des enfants et des adolescents - Chapitre 14 - Appareil locomoteur

Guide de pédiatrie clinique du personnel infirmier en soins primaires de la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI)

Le contenu de ce chapitre a été révisé en août 2010

Sur cette page :

Pour obtenir de l'information détaillée sur le tableau clinique, l'évaluation et la prise en charge des autres troubles de l'appareil locomoteur chez l'enfant, consulter le chapitre intitulé « Appareil locomoteur » du guide de pratique clinique s'appliquant aux adultes.

Examen de l'appareil locomoteur

Anamnèse

Les antécédents varient selon l'âge et le type d'affection.

Généralités

Chaque symptôme doit être noté et examiné en fonction des caractéristiques suivantes :

  • Apparition (soudaine ou graduelle, associée à une blessure ou à un claquage)
  • Caractère aigu ou chronique
  • Chronologie
  • Localisation et caractère
  • Présence d'une douleur irradiée et trajet de la douleur
  • Qualité, intensité et étendue
  • Évolution dans le temps (fréquence, durée, caractère intermittent ou constant)
  • Déformation (œdème, inflammation, contracture, apparence ou position anormale)
  • Facteurs déclenchants et aggravants
  • Facteurs de soulagement
  • Symptômes associés
  • Répercussions sur les activités quotidiennes et le jeu
  • Diagnostic antérieur d'épisodes similaires
  • Traitements antérieurs
  • Efficacité des traitements antérieurs
  • Fièvre
  • Degré d'inconfort, mesuré à l'aide d'instruments d'évaluation de l'intensité de la douleur appropriés à l'âge du patient comme l'échelle des visages de Wong-Baker (format PDF), l'échelle numérique (format PDF), l'échelle CRIES (format PDF) et l'échelle d'évaluation du confort (format PDF - en anglais seulement).

Os et articulations

  • Douleur (le jeune enfant pourra avoir de la difficulté à localiser correctement la douleur)
  • Réveil nocturne en raison de la douleur
  • OEdème
  • Rougeur
  • Chaleur
  • Raideur
  • Moment de la journée où les symptômes sont le plus incommodants
  • Lien entre les symptômes et certains mouvements
  • Limitation des mouvements
  • Altération de la démarche ou des activités de jeu (par exemple, boiterie)
  • Déformations
  • Signes extra-articulaires (par exemple, éruption)
  • Traumatisme (obtenez une description précise des circonstances dans lesquelles le traumatisme s'est produit [mécanisme de la blessure])

Muscles

  • Douleur
  • Faiblesse
  • Atrophie
  • Blessures et traitements antérieurs

Structures neurovasculaires

  • Paresthésie
  • Parésie
  • Paralysie
  • Peau : éruption ou signes de violence physique (ecchymoses, marques de coups, brûlures de cigarette)
  • Hypertrophie ganglionnaireNote de bas de page 2

Évaluation fonctionnelle

  • Incapacité ou refus d'utiliser un membre ou de prendre appui sur celui-ci (notamment chez le jeune enfant)
  • Lacunes dans les soins personnels (par exemple, hygiène, habillement, élimination, soins du corps)
  • Mobilité et utilisation d'aides à la mobilité

Antécédents médicaux (appareil locomoteur)

  • Infection récente (par exemple, infection des voies respiratoires supérieures [IVRS], méningite, infection des tissus mous)
  • Immunisation récente (notamment si le vaccin a été administré dans le membre atteint)
  • Traumatismes antérieurs (os, articulations, ligaments)
  • Arthrite (polyarthrite rhumatoïde juvénile)
  • Immobilisation récente d'un membre
  • Médicaments (par exemple, stéroïdes)Note de bas de page 3
  • Obésité
  • Affection congénitale avec atteinte orthopédiqueNote de bas de page 3
  • Antécédents prénatals et antécédents liés à la naissance (par exemple, présentation du siège, présentation de l'épaule, gémellité, oligoamnios, asphyxie à la naissance ou abus de substances ou d'alcool par la mère)Note de bas de page 3
  • Antécédents développementaux (par exemple, atteinte des différentes étapes du développement à l'âge appropriéNote de bas de page 3)

Antécédents familiaux (appareil locomoteur)

  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Diabète (associé à l'arthrose chez l'adulte)
  • Lupus érythémateux

Antécédents personnels et sociaux (appareil locomoteur)

  • Absentéisme à l'école (plusieurs jours)
  • Activités sportives (par exemple, sports de contact comportant des mouvements répétitifs)
  • Comportements à risque, notamment chez l'adolescent (par exemple, motoneige, consommation de drogues illicites, abus d'alcool [en particulier la conduite avec facultés affaiblies])
  • Apport alimentaire en calcium et vitamine D
  • Tabagisme
  • Habitudes en matière d'exercice
  • Activités traditionnelles (chasse, pêche)

Bien que l'appareil locomoteur et le système nerveux soient abordés séparément dans le présent guide, en clinique, ils sont habituellement examinés simultanément.

Signes vitaux

  • Température parfois élevée dans les cas de maladie inflammatoire ou infectieuse
  • Tachycardie due à la douleur ou à un état de choc en présence d'un traumatisme majeur
  • Tension artérielle normale, à moins que l'enfant soit en état de choc en raison d'un traumatisme majeur

Inspection

L'inspection est probablement la partie la plus importante de l'examen; cependant, une approche systématique comportera les étapes suivantes :

  • Inspection
  • Palpation
  • Amplitude de mouvement
  • Examen des extrémités : examiner l'articulation distale et l'articulation proximale à la lésion
  • Examen neurologique
  • Tests spéciaux concernant les articulations atteintes

L'inspection doit être réalisée en adoptant d'abord une vision générale, puis spécifique :

  • État de santé apparent
  • L'enfant semble parfois gravement malade à cause d'un processus infectieux ou inflammatoire
  • Confort ou détresse apparente
  • Des signes de détresse (liée à la douleur) peuvent souvent être observés en cas de fracture ou de cause infectieuse ou inflammatoire.
  • Un traumatisme grave à un membre peut donner lieu à un état de choc apparent.
  • Teint (rouge, pâle)
  • État nutritionnel (obésité ou maigreur)

Observez les points suivants :

  • Mobilité
  • Démarche et posture, à l'entrée du patient dans la pièce
  • Boiterie ou refus de prendre appui sur un membre
  • Déformation symétrique des membres en valgus ou en varus. Dans la déformation en valgus, le segment distal d'un os ou d'une articulation présente une déviation vers l'extérieur (une allure en > < des jambes est observée); dans la déformation en varus, le segment distal d'un os ou d'une articulation présente une déviation vers l'intérieur (une allure en < > des jambes est observée)Note de bas de page 1
  • Capacité à effectuer les activités de la vie quotidienne (par exemple, s'asseoir, rester debout, marcher, s'habiller, jouer)
  • Apparence comparative des articulations et des os correspondants des deux côtés du corps; recherchez les caractéristiques suivantes :

OEdème :

  • Aux articulations (indice possible d'arthrite chronique, aiguë ou infectieuse)
  • Aux os (indice possible de traumatisme, de fracture ou de tumeur)
  • Des tissus mous (indice possible de traumatisme ou d'infection)

Rougeur :

  • Évoque un processus inflammatoire ou une infection
  • Notez toute induration et l'étendue de la rougeur
  • Éruption cutanée

Palpation

  • Localisation de la zone sensible
  • OEdème et induration (par exemple, les tissus semblent tendus, spongieux)
  • La chaleur évoque un processus inflammatoire ou une infection (la région semble chaude au toucher lorsque comparée à des articulations ou à des zones de peau saines)
  • Nodules sous-cutanés
  • OEdème aux articulations (indice possible d'un épanchement ou d'une infection de l'articulation)
  • Une crépitation est parfois perçue à la mobilisation de l'articulation ou dans les tissus mous sus-jacents au site de la fracture
  • Amplitude de mouvement articulaire (mobilisation active et passive)
  • Résistance ou douleur à la mobilisation de l'articulation
  • Amplitude articulaire atteinte (degré)
  • Stabilité et intégrité ligamentaire
  • Fonction tendineuse

Amplitude de mouvement

L'amplitude articulaire normale est fonction de l'âge du patient (à titre d'exemple, la rotation externe de la hanche est plus grande chez le nourrisson). Évaluez les amplitudes maximales. La mobilisation passive de l'articulation, dans laquelle l'examinateur assure le mouvement, renseigne sur la mobilité et la stabilité de l'articulation de même que sur les limites des muscles et des tendons sollicités. La mobilisation active, dans laquelle l'enfant bouge lui-même l'articulation évaluée, renseigne quant à elle sur les structures musculaires et osseuses participant au mouvement fonctionnelNote de bas de page 3. Évaluez la démarche et la posture de l'enfant, préférablement en le faisant marcher sans chaussures ni vêtements afin de faciliter l'observation.

Signes neurovasculaires

  • Pâleur
  • Température du membre (notamment la froideur)
  • Pouls périphériques
  • Paresthésie
  • Paralysie
  • Effectuez un examen neurologique des membres atteints en vous reportant à la section « Évaluation du système nerveux central » du chapitre intitulé « Système nerveux central ».

Tests spéciaux

Les manœuvres d'Ortolani et de Barlow sont décrites à la sous-section « Appareil locomoteur » de la section « Examen physique du nouveau-né » du chapitre intitulé « Évaluation de la santé des enfants ».

Le signe de Galeazzi peut être recherché afin de mettre en évidence une dysplasie congénitale de la hanche. Il est positif lorsque la hauteur des deux genoux n'est pas la même. Placez le nourrisson en décubitus dorsal et fléchissez ses hanches et ses genoux en ramenant la plante de ses pieds sur la table d'examen, près de ses fesses, puis évaluez la hauteur des genoux. La manœuvre n'est pas concluante chez l'enfant dont les hanches sont luxables mais non luxées ni chez l'enfant présentant une luxation bilatéraleNote de bas de page 5.

Lors de l'évaluation du signe de Tredelenburg, l'enfant est debout et se tient sur une seule jambe en soulevant l'autre du sol. Le signe est positif lorsque le bassin (la crête iliaque) s'abaisse du côté de la jambe soulevée. Ce signe témoigne de la faiblesse des abducteurs de la hanche du côté de l'appuiNote de bas de page 5.

Le test d'Adam est employé afin de détecter une asymétrie de la paroi thoracique postérieure en flexion avant. Il permet l'évaluation de la scoliose structuraleNote de bas de page 5.

La douleur se manifeste souvent comme une altération de l'activité ou de la démarche, ou comme un refus de prendre appui sur un membre ou de le mobiliser.

Le membre touché n'est pas toujours celui dont l'enfant se plaint; par exemple,, l'enfant peut se plaindre d'une douleur au genou, projetée en fait par une affection de la hanche.

Anamnèse

  • Traumatisme : aigu ou subaigu
  • Infection (la douleur est parfois associée à une IVRS ou à une infection cutanée)
  • Détresse variable, intense (comme dans l'arthrite septique) ou légère (comme dans la polyarthrite rhumatoïde juvénile, caractérisée par une prédominance de la raideur)
  • Fièvre (élevée dans les cas d'arthrite septique d'une articulation)
  • Degré variable de limitation des activités (par exemple,, l'enfant atteint d'arthrite septique ou d'un traumatisme grave est moins susceptible de pouvoir prendre appui sur le membre atteint)

Observations

Les observations varient selon la cause sous-jacente de la douleur. Recherchez les caractéristiques suivantes :

  • Fièvre ou changement dans les signes vitaux (la détresse peut entraîner une accélération des fréquences cardiaque et respiratoire)
  • Chaleur, rougeur, œdème, déformations évidentes
  • Diminution de la mobilité
  • Sensibilité osseuse

Examinez toujours toutes les articulations du membre atteint, et non seulement l'articulation dont se plaint l'enfant. Procédez à un examen physique général à la recherche de signes d'autres affections (par exemple, lésions cutanées associées à un purpura rhumatoïde de Schönlein-Henoch, ou encore affection cardiaque associée au rhumatisme articulaire aigu).

Diagnostic différentiel

  • Cellulite (des régions sus-jacentes uniquement; aucune atteinte des os ou des interlignes articulaires)
  • Arthrite septique (il s'agit d'une urgence médicale)
  • Arthrite virale transitoire
  • Polyarthrite rhumatoïde juvénile
  • Synovite toxique transitoire (observée couramment dans la hanche); associée à une IVRS antérieure
  • Ostéomyélite
  • Traumatisme (par exemple, hémarthrose)
  • Arthrite post-vaccinale (notamment après le vaccin antirubéoleux)
  • Trouble hémorragique (par exemple, hémophilie)
  • Purpura de Schönlein-Henoch (recherchez une douleur abdominale et des éruptions cutanées)
  • Entorse ou claquage
  • Fracture
  • Subluxation de la tête radiale (pronation douloureuse)
  • Épiphysiolyse fémorale supérieure
  • Maladie de Legg-Perthes-Calvé
  • Douleurs de croissance (diagnostic d'exclusion)
  • Rachitisme (il est important de connaître l'épidémiologie dans la communauté)
  • Lésion maligne (par exemple, une douleur récurrente ou des réveils nocturnes à répétition peuvent dénoter une pathologie importante)
  • Rhumatisme articulaire aigu

Le diagnostic d'une douleur à un membre est difficile à poser et devrait être posé avec l'aide d'un médecin ou d'une infirmière clinicienne spécialisée. L'arthrite septique et l'ostéomyélite peuvent mettre la vie de l'enfant en danger, tout comme les fractures des gros os ou des grosses articulations.

Tests diagnostiques

Discutez des possibilités avec un médecin ou une infirmière praticienne. Parmi les tests possibles : formule sanguine complète (FSC), vitesse de sédimentation (VS), hémoculture et radiographie.

Traitement

Objectifs
  • Atténuer la douleur, l'inflammation et la fièvre (selon le cas)
  • Traiter l'infection à l'aide des antibiotiques appropriés (selon le cas)
  • Réduire au minimum le risque d'autres lésions (par exemple, contracture)
Consultation

Consultez un médecin en présence d'une douleur aiguë accompagnée d'une altération grave de la fonction, si vous n'êtes pas certain du diagnostic, en présence d'un traumatisme grave ou s'il y a possibilité d'infection articulaire ou osseuse.

Traitement adjuvant

Si l'enfant semble gravement malade, si vous soupçonnez une infection (cellulite, arthrite septique, ) ou s'il y a eu un traumatisme grave :

  • amorcez un traitement IV avec du soluté physiologique, à un débit suffisant pour maintenir l'hydratation

De plus amples renseignements concernant les besoins d'entretien quotidiens en liquides et les signes de déshydratation sont présentés au chapitre intitulé « Maintien de l'équilibre hydroélectrolytique »).

Interventions non pharmacologiques
  • Repos au lit
  • Immobilisation du membre pour prévenir toute lésion et atténuer la douleur
Interventions pharmacologiques

Administration d'antipyrétiques et d'analgésiques pour atténuer la fièvre et la douleur :

  • ibuprofène (Advil, Motrin) :
  • Enfant âgé de 6 mois à 12 ans : 5-10 mg/kg PO toutes les 6 à 8 heures au besoin; maximum 40 mg/kg/jour
  • Enfant âgé de plus de 12 ans : 200-400 mg toutes les 6 à 8 heures au besoin
  • Administrez la plus petite dose efficace sur la période la plus courte possible; administrez avec de la nourriture.
  • L'ibuprofène possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.
  • ou
  • acétaminophène (Tylenol) :
  • Nourrisson et enfant de moins de 12 ans : 10-15 mg/kg par dose, PO toutes les 4 à 6 heures au besoin
  • Enfant et adolescent de 12 ans et plus : 325-650 mg toutes les 4 à 6 heures; maximum 4 g/jour

Toute inflammation articulaire aiguë accompagnée de fièvre, mais sans cause évidente, doit être traitée comme une infection (selon les recommandations d'un médecin). En attendant le transfert, le médecin pourra prescrire des antibiotiques, par exemple :

  • céfazoline (Ancef), 25-100 mg/kg/jour IV (maximum 6 g/jour), administration en doses fractionnées, toutes les 6 à 8 heures
  • ou
  • céfuroxime (Zinacef), 75-150 mg/kg/jour IV (maximum 6 g/jour), administration en doses fractionnées, toutes les 8 heures
Surveillance et suivi

La surveillance et le suivi varient selon le diagnostic.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Dans la plupart des cas, une douleur aiguë à un membre commande l'évacuation médicale. Il est possible d'adresser les cas de douleur légère non aiguë à un médecin ou à une infirmière praticienne pour évaluation.

Déviation des orteils vers l'intérieur. L'hallux varus léger pourra disparaître de lui-même; grave, il commandera cependant un traitement.

Causes

  • Metatarsus varus : adduction de l'avant-pied sur l'arrière-pied (le bord latéral du pied est courbé au lieu d'être droit); apparaît chez le nourrisson
  • Torsion tibiale interne : adduction du pied (rotation interne du tibia); apparaît dans la petite enfance (9 mois à 4 ans)
  • Antéversion fémorale : incurvation de la jambe (rotation interne à la hanche); apparaît dans la petite enfance

Symptomatologie

  • Parfois associé au trébuchement
  • L'enfant dort le pied coincé sous une jambe (torsion tibiale)
  • L'enfant s'assoit en W, les genoux rapprochés et les pieds écartés latéralement (antéversion fémorale)

Observations

Metatarsus Varus

Vue inférieure de deux pieds droits. L'illustration de gauche montre un pied sain. L'illustration de droite montre quant à elle un pied metatarsus varus; l'avant-pied est tourné médialement sur l'arrière-pied, mais l'articulation de la cheville présente une dorsiflexion et une flexion plantaire normales.

Metatarsus Varus

L'avant-pied est tourné médialement sur l'arrière-pied. L'articulation de la cheville présente une dorsiflexion et une flexion plantaire normales.

Le metatarsus varus physiologique peut conduire à l'adduction de l'avant-pied au-delà de la ligne médiane (aucun traitement nécessaire).

Torsion tibiale

Vue postérieure des hanches aux pieds d'un patient se tenant sur une jambe, l'autre jambe fléchie à 90°. La présence d'une torsion tibiale est illustrée par un trait oblique pointillé tracé de la face interne de la cuisse au 3e orteil. Dans la torsion tibiale, l'angle mesuré entre le pied et la cuisse lorsque la cheville et le genou sont placés à 90° est inférieur à la normale (trait plein vertical tracé de la mi-fesse au gros orteil).

Torsion tibiale

Mesurée par l'angle entre le pied et la cuisse, lorsque la cheville et le genou sont placés à 90°. Normalement, il est possible d'observer une rotation externe graduelle du pied au fil de la croissance (d'environ 2° autour de l'âge d'un an, et d'environ 20° à 15 ans). Lorsqu'il y a torsion tibiale, cet angle est plus petit.

Antéversion fémorale : mesure de la rotation

Vue postérieure d'un patient en décubitus ventral dont les genoux sont fléchis à 90°. L'illustration de gauche montre la mesure de l'angle de rotation, jambes croisées (angle entre le trait oblique pointillé tracé du 3e orteil du pied droit au milieu du genou droit et le trait plein vertical tracé de la face externe du genou droit au gros orteil gauche). L'illustration de droite montre quant à elle la mesure de l'angle de rotation, jambes écartées (angle entre le trait oblique pointillé tracé du 3e orteil droit au milieu du genou droit et le trait plein vertical tracé de la face interne du genou droit au milieu des fesses).

Antéversion fémorale : mesure de la rotation

Diminution de la rotation externe de la hanche; si la rotation est inférieure à 20°, un hallux varus peut s'ensuivre.

Diagnostic différentiel

  • Malformation congénitale plus grave avec pied bot (malformation rigide de tout le pied)

Complications

  • Troubles de la démarche, en l'absence de traitement

Traitement

Objectifs
  • Améliorer la position du pied
Metatarsus Varus

Ne commande habituellement aucun traitement lorsque léger. Rassurez les parents de l'enfant ou la personne qui s'en occupe, et effectuez un suivi étroit. Voir la section « Orientation vers d'autres ressources médicales ».

Torsion tibiale
  • Consultez un médecin
  • Conseillez un changement de la posture de sommeil
Hyperantéversion fémorale
  • Faites adopter la position assise en tailleur au lieu de la position assise en W
  • La plupart des enfants n'ont besoin d'aucune autre intervention
Surveillance et suivi

Évaluez la démarche tous les 3 ou 4 mois.

  • Metatarsus varus : Adressez l'enfant à un médecin si l'état persiste plus de 3 mois ou s'il y a malformation non flexible à la naissance.
  • Torsion tibiale : Adressez l'enfant à un médecin. Une consultation en orthopédie est parfois nécessaire.

Définition

Défaut de la tête fémorale à s'insérer dans l'acétabulum du bassin (voir l'illustration). On trouve trois présentations cliniques : la luxation, l'instabilité ou la subluxation de la hanche.

Articulation de la hanche

Illustration de l'articulation de la hanche montrant l'acétabulum, le ligamentum terres, le col fémoral, le petit trochanter du fémur, le grand trochanter du fémur et la tête du fémur.

Articulation de la hanche

La recherche d'anomalies congénitales de la hanche fait partie du dépistage néonatal systématique. Ces anomalies se diagnostiquent mieux avant que l'enfant commence à marcher. Voir la sous-section intitulée « Appareil locomoteur » dans la section « Examen physique du nouveau-né » du chapitre intitulé « Évaluation de la santé des enfants ».

Causes

  • Anomalie congénitale
  • Les cas non dépistés pourront être exacerbés par l'utilisation des tikanagans (porte-bébé dorsaux) ou par d'autres façons de langer l'enfant
  • Présentation par le siège à l'accouchement

Anamnèse

  • Lorsque le diagnostic est posé après que l'enfant a commencé à marcher, on note une boiterie associée ou non à de la douleur.

Observations

Inspection du nouveau-né
  • Plis cutanés asymétriques au niveau des cuisses
  • Plis cutanés excédentaires du côté atteint
Inspection de l'enfant
  • Jambes de longueur inégale
  • Boiterie
  • Signe de Trendelenburg : inclinaison du côté atteint
Palpation
  • Examinez l'enfant en décubitus dorsal (couché sur le dos)
  • Cuisses fléchies, l'enfant devrait pouvoir réaliser une abduction de 90° à chaque hanche; une abduction limitée se situant entre 60° et 70° est évocatrice de l'affection.

Manoeuvre d'Ortolani et de Barlow pour le dépistage néonatal :

  • Placez les majeurs sur les grands trochanters (partie supérieure externe des jambes)
  • Placez les pouces sur les côtés internes des genoux
  • Fléchissez les cuisses à 90° en abduction en exerçant une pression latérale avec les pouces et une pression vers l'avant avec les majeurs
  • Ramenez les genoux vers l'intérieur puis à leur position de départ en exerçant une pression vers l'arrière
  • Si vous entendez un ressaut à tonalité grave (« clunk »), la hanche pourrait être luxable
  • Si vous percevez un ressaut à tonalité claire (« clic »), la hanche pourrait être subluxable

Diagnostic différentiel

  • Fémur court congénital
  • Clic synovial
  • Contracture congénitale de la hanche en adduction
  • Luxation fixée dans l'arthrogrypose

Complications

  • Altération persistante de la démarche si l'anomalie n'est pas diagnostiquée et traitée
  • Arthrose

Traitement

Objectifs
  • Améliorer ou rétablir l'insertion fémorale normale dans l'acétabulum
  • Normaliser la démarche
Interventions non pharmacologiques

Le dépistage précoce est important. C'est pourquoi l'examen des hanches est un élément essentiel du dépistage néonatal. Le nouveau-né devrait d'ailleurs être examiné à cet égard plusieurs fois par le personnel infirmier et médical au cours de sa première année de vie, car le problème n'est pas nécessairement évident à la naissance.

Sensibilisez la communauté aux moyens de remédier à ce problème, comme une utilisation moins fréquente des tikanagans.

Traitements définitifs :

Orientation vers d'autres ressources médicales

Adressez l'enfant sans tarder à un médecin en vue d'une évaluation.

Anomalie de la démarche.

Ce motif de consultation doit toujours être pris au sérieux. Une boiterie peut en effet résulter de troubles des articulations, des os, des ligaments ou des tissus mous. Lorsqu'on diagnostique une boiterie, il est difficile de faire la distinction entre la douleur osseuse et la douleur musculaire et articulaire. Les tout-petits refusent parfois de prendre appui sur leurs membres. De graves affections des os, des articulations ou des muscles peuvent se manifester par une boiterie. Dans certains cas, la localisation de la douleur pourra ne pas correspondre à la région touchée.

Articulation

Infection :

  • Bactérienne (arthrite septique)
  • Virale

Inflammation :

  • Polyarthrite rhumatoïde juvénile ou rhumatisme articulaire aigu
  • Synovite réactionnelle

Traumatisme :

Os
  • Traumatisme
  • Fracture
  • Ostéomyélite
  • Tumeur (tumeur osseuse primitive, neuroblastome, leucémie)
  • Inégalité de la longueur des jambes
  • Maladie d'Osgood-Schlatter
Muscles
  • Entorse
  • Claquage
  • Processus inflammatoire
Ligaments et peau (tissus mous)
  • Traumatisme
  • Infection (cellulite)
  • Syndrome post-vaccinal

Une boiterie peut apparaître en présence d'une atteinte ou d'une lésion à l'abdomen ou à la colonne.

Anamnèse

  • Traumatisme
  • Fièvre
  • IVRS virale au cours de la semaine précédente
  • Douleur
  • Incapacité de prendre appui sur une jambe
  • Mobilité diminuée

Observations

Recherchez :

  • Chaleur
  • OEdème
  • Rougeur
  • Douleur à la mobilisation
  • Difficulté à prendre appui sur le membre
  • Diminution de l'amplitude de mouvement (mobilisation active et passive)

Effectuez un examen de l'abdomen et un examen général si la cause n'est pas évidente à l'examen du membre (par exemple, une hernie incarcérée se manifeste souvent par une boiterie).

Diagnostic différentiel

Voir la section « Causes ».

Complications

Selon la cause de la boiterie.

Tests diagnostiques

  • Aucun

Traitement

Objectifs
  • Atténuer la douleur, l'inflammation et la fièvre (selon le cas)
  • Traiter l'infection à l'aide des antibiotiques appropriés (selon le cas)
  • Traiter la cause sous-jacente
  • Maintenir un indice de suspicion élevé au sujet de toute pathologie possible
Consultation

Consultez un médecin si vous n'êtes pas certain du diagnostic ou si les symptômes sont importants.

Interventions non pharmacologiques

L'immobilisation s'impose parfois pour reposer le membre, atténuer la douleur et prévenir toute autre lésion.

Interventions pharmacologiques

Administration d'antipyrétiques et d'analgésiques pour atténuer la fièvre et la douleur :

  • ibuprofène (Advil, Motrin) :
  • Enfant âgé de 6 mois à 12 ans : 5-10 mg/kg PO toutes les 6 à 8 heures au besoin; maximum 40 mg/kg/jour
  • Enfant âgé de plus de 12 ans : 200-400 mg toutes les 6 à 8 heures au besoin
  • Administrez la plus petite dose efficace sur la période la plus courte possible; administrez avec de la nourriture.
  • L'ibuprofène possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.
  • ou
  • acétaminophène (Tylenol) :
  • Nourrisson et enfant de moins de 12 ans : 10-15 mg/kg/dose, PO toutes les 4 à 6 heures au besoin
  • Enfant et adolescent de 12 ans et plus : 325-650 mg toutes les 4 à 6 heures; maximum 4 g/jour
Surveillance et suivi

Selon le diagnostic.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Adressez l'enfant à un médecin ou à un hôpital selon la gravité des symptômes et le diagnostic éventuel.

Syndrome idiopathique touchant de 10 à 20 % des enfants d'âge scolaire. La douleur survient habituellement dans les muscles des mollets ou des cuisses. La douleur articulaire est rare. Intermittente, la douleur apparaît généralement la nuit et dure de 30 minutes à plusieurs heures.

Causes

Inconnues, bien que l'affection soit probablement attribuable au surmenage et à la fatigue. Des facteurs émotionnels peuvent également entrer en jeu.

Symptomatologie

  • Douleurs habituellement non articulaires
  • Habituellement localisées dans les mollets ou les cuisses
  • Douleurs sourdes, généralement plus intenses la nuit
  • Réveillent parfois l'enfant pendant la nuit
  • Peuvent être soulagées par des massages et des frictions

Observations

Aucun signe physique.

Diagnostic différentiel

  • Il est nécessaire d'écarter la possibilité d'affections ou de maladies plus graves
  • Infection ou inflammation aiguë
  • Traumatisme
  • Pour effectuer le diagnostic différentiel des douleurs de croissance, reportez-vous au survol du tableau clinique publié par la Ontario Association of Pediatricians (en anglais seulement).

Complications

Aucune

Traitement

Objectifs
  • Atténuer la douleur
  • Favoriser le repos
Interventions non pharmacologiques
  • Rassurez l'enfant et la famille

Éducation du patient

  • Expliquez l'évolution du syndrome et le pronostic
  • Donnez aux parents ou à la personne s'occupant de l'enfant des conseils au sujet des soins à donner à la maison (repos, chaleur et analgésie)
  • Soulignez qu'un coussin chauffant ou des compresses humides chaudes peuvent aider à atténuer les douleurs, au besoin
Interventions pharmacologiques

Administration d'analgésiques pour la douleur (enfant de plus de 6 ans) :

  • acétaminophène (Tylenol), 325 mg, 1-2 comprimés PO toutes les 6 heures au besoin
  • ou
  • ibuprofène (Motrin), 5-10 mg/kg/dose, toutes les 6 à 8 heures, au besoin; maximum 40 mg/kg/jour
Surveillance et suivi

Évaluez de nouveau l'enfant si la fréquence des épisodes ou l'intensité des douleurs augmente.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Habituellement, l'orientation vers d'autres ressources médicales n'est pas nécessaire, sauf si le diagnostic est incertain ou incorrect ou si les symptômes s'aggravent.

Dégénérescence de la tubérosité tibiale à l'insertion du tendon quadricipital. La maladie est associée aux poussées de croissance et consiste en un syndrome de surmenage dans lequel des microtraumatismes répétés causent une avulsion partielle de la tubérosité tibiale à l'insertion du tendon quadricipital/du tendon patellaireNote de bas de page 4. Elle peut intéresser les deux genoux ou un seul d'entre eux Note de bas de page 5.

Facteurs de risque

  • Sexe masculin
  • Participation à des activités sportives (par exemple, football, soccer)
  • Poussée de croissance
  • Plus fréquente chez les patients de 11 à 18 ansNote de bas de page 7

Causes

  • Activités (par exemple, sports et course à pied) occasionnant des microtraumatismes

Antécédents et observations

  • Douleur au genou autour de la tubérosité tibiale
  • OEdème des tissus mous
  • Sensibilité et protrusion de la tubérosité tibiale
  • Symptômes s'aggravant avec l'activité (course, saut, montée et descente d'escaliers, agenouillement) et diminuant au repos

Diagnostic différentiel

  • Tendinite patellaire
  • Entorse du genou
  • Entorse ligamentaire
  • Syndrome fémoropatellaire
  • Ostéomyélite
  • Ostéosarcome

Complications

  • Décollement de fragments de cartilage de la tubérosité tibiale.
  • Diminution de la capacité à s'adonner à une activité physique

Tests diagnostiques

  • Aucun

Traitement

Objectifs
  • Atténuer la douleur et l'inflammation
Interventions non pharmacologiques
  • Expliquez à l'enfant et à ses parents ou à la personne qui s'en occupe qu'il s'agit d'une affection bénigne au pronostic favorable, afin de les rassurer
  • Maintenir le membre au repos
  • Appliquer de la glace ou de la chaleur
  • Masser le membre atteintNote de bas de page 6
  • Pratiquer moins fréquemment les activités qui aggravent les symptômes
  • Conseillez les parents ou la personne s'occupant de l'enfant au sujet de l'utilisation appropriée des médicaments
Interventions pharmacologiques

Administration d'analgésiques pour atténuer la fièvre et la douleur :

  • ibuprofène (Advil, Motrin) :
  • Enfant de moins de 12 ans : 5-10 mg/kg PO toutes les 6 à 8 heures au besoin; maximum 40 mg/kg/jour
  • Enfant âgé de plus de 12 ans : 200-400 mg toutes les 6 à 8 heures au besoin
  • Administrez la plus petite dose efficace sur la période la plus courte possible; administrez avec de la nourriture.
  • L'ibuprofène possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.
  • ou
  • acétaminophène (Tylenol) :
  • Enfant de moins de 12 ans : 10-15 mg/kg/dose, PO toutes les 4 à 6 heures au besoin
  • Enfant de 12 ans et plus : 325-650 mg toutes les 4 à 6 heures; maximum 4 g/jour
Surveillance et suivi

Prévoyez un suivi après 1-2 semaines. Habituellement, l'affection guérit spontanément, en quelques mois.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Adressez l'enfant à un médecin pour une évaluation si le traitement symptomatique ne donne aucun résultat après 5 à 6 semaines. Cette affection peut devenir chronique, avec sensibilité persistante, œdème et formation d'osselets pouvant nécessiter une extraction chirurgicale.

Inflammation des tissus cartilagineux et osseux intéressant la patella et entraînant une douleur et un œdème du genou. L'affection est considérée comme un syndrome de surmenage ne comportant ni nécrose avasculaire ni processus inflammatoire; à ce titre, elle évolue avec le temps.

Habituellement unilatérale, mais parfois bilatérale. Début pendant l'adolescence.

La plupart des sujets atteints présentent un alignement fémoropatellaire légèrement défectueux qui, avec l'activité, entraîne une instabilité de la patella et une destruction progressive du cartilage patellaire.

Facteurs de risque

  • Sexe féminin
  • Articulations hyperlaxes
  • Activité physique

Causes

Tissus mous
  • Bursite prépatellaire
  • Tendinite patellaire
  • Déchirure du ménisque
Articulations
  • Chondromalacie patellaire
  • Arthrose de la patella
  • Ostéochondrite disséquante du genou
  • Fracture chondrale
Fonctions
  • Instabilité patellaire
  • Synovie piégée entre la patella et le fémur
Douleur projetée
  • Douleurs au dos, à la hanche ou à la cheville
Mécanisme
  • Syndrome de surmenage chez les athlètes
  • Sports comportant de la course, des sauts ou des arrêts et des rotations brusques (pivots)
  • Sports de contact
  • Impact direct sur la patella
  • Dégénérescence de la patella
  • Chondromalacie patellaire
  • Arthrose de la patella
  • Variation anatomique, telle qu'un angle plus grand entre le fémur et le tibia (angle Q; notez que cet angle est souvent plus grand chez les femmes que chez les hommes) ou un sillon fémoropatellaire externe peu profond (patella sujette à la subluxation ou à la luxation latérale)

Symptomatologie

  • Douleur aiguë ou chronique à la face antérieure du genou et douleur à la face postérieure de la patella
  • Douleur générale ou de frottement évoluant progressivement
  • Sensation d'instabilité du genou (réponse réflexe à la douleur); l'enfant est incapable de garder le genou fléchi même pendant un court moment
  • Bruit de grincement, pop ou cliquetis audible à la flexion du genou
  • Douleur exacerbée par la position assise prolongée ou des activités où la flexion des genoux est nécessaire, comme la course et la montée et la descente d'escaliersNote de bas de page 7.

Observations

  • Aucun épanchement dans le genou
  • Aucune diminution de l'amplitude du mouvement du genou touché
  • Sensibilité de la face postérieure médiale ou latérale de la patella
  • Grincement, pop ou clic à la flexion du genou, détecté à la manipulation de la patella
  • Test d'inhibition patellaire positif : l'enfant refuse de déplier le genou lorsque la patella est comprimée contre les condyles fémoraux; la patella est déplacée lorsque le genou est en extension
  • Une douleur chronique peut se traduire par une atrophie de non-utilisation des quadriceps
  • Crépitation à la détermination de l'amplitude de mouvement du genou
  • Angle Q augmenté
  • Alignement patellaire anormal
Signe d'appréhension
  • Tenez la patella pendant que l'enfant est allongé avec le genou en extension
  • Demandez à l'enfant de tendre ses quadriceps
  • Résultat positif : l'enfant ressent de la douleur
  • L'enfant refuse parfois de faire le test de crainte d'avoir mal

Diagnostic différentiel

  • Entorse du genou
  • Entorse ligamentaire
  • Maladie d'Osgood-Schlatter

Complications

  • Gêne dans l'exécution des activités de la vie quotidienne

Tests diagnostiques

  • Habituellement aucun. Un examen par IRM pourra cependant avoir une certaine valeur diagnostique.

Traitement

Objectifs
  • Atténuer la douleur et l'inflammation
Interventions non pharmacologiques
  • Repos; l'enfant peut continuer à exercer la plupart de ses activités, mais, pour une courte période, pendant la phase aiguë (1 à 2 semaines), il doit limiter les activités nécessitant la flexion des genoux
  • Application de glace au besoin
  • Les bandages élastiques peuvent offrir un certain confort (mais ne doivent pas être portés la nuit)
Exercices de renforcement des quadriceps
  • Exercices isométriques de résistance progressive
  • Appareils de flexion-extension des jambes (45°)
Exercices d'étirement des membres inférieurs
  • Étirement des quadriceps
  • Étirement des ischio-jambiers
  • Étirement de la bandelette iliotibiale
  • Étirement des chevilles
  • Étirement des gastrocnémiens
  • Étirement du soléaire
Interventions pharmacologiques

Anti-inflammatoires (AINS), traitement de courte durée (1 à 2 semaines) :

  • ibuprofène (Advil, Motrin), 200 mg, 1-2 comprimés PO toutes les 6 à 8 heures
  • ou
  • naproxène (Naprosyn), 125 mg, 1-2 comprimés PO bid ou tid
Surveillance et suivi

Réévaluez l'enfant toutes les 1-2 semaines pendant la phase aiguë. Voyez à ce qu'il observe le programme d'exercice et offrez-lui soutien et encouragement.

Une arthroscopie chirurgicale s'impose parfois (dans 5 % à 10 % des cas) pour extraire des fragments osseux ou cartilagineux ou raboter la face postérieure de la patella.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Adressez le patient à un médecin pour évaluation si le traitement symptomatique ne donne lieu à aucune amélioration après 6-8 semaines.

Un traumatisme du tissu musculosquelettique peut causer des dommages allant de la lésion mineure (entorse) à la lésion majeure (fracture ou luxation). Le tableau 1 présente les données comparatives sur les symptômes courants des lésions musculosquelettiques.

Reportez-vous aux critères d'Ottawa présentés au chapitre traitant de l'appareil locomoteur du guide de pratique clinique applicable à l'adulte Les critères permettent d'évaluer la nécessité de procéder à une radiographie de la cheville et leur utilisation en pédiatrie a été validéeNote de bas de page 8

Rupture de la continuité du tissu osseux. Les fractures observées chez l'enfant revêtent des caractéristiques qui leur sont propres en raison de la compressibilité osseuse, de la résistance supérieure du périoste et de la présence des cartilages de conjugaisonNote de bas de page 9.

Causes

La cause la plus courante est le traumatisme.

À l'occasion, certains troubles pathologiques préexistants peuvent prédisposer aux fractures :

  • Ostéogenèse imparfaite
  • Ostéopénie, par exemple, chez les enfants atteints de paralysie cérébrale
  • Kyste osseux
  • Lésion maligne
  • Rachitisme
  • Scorbut

En cas de fracture chez un nourrisson ou un tout-petit, il faut envisager la possibilité de mauvais traitements.

Types de fractures

En général, on distingue les fractures fermées (simples) des fractures ouvertes (exposées); il est aussi possible de classer les fractures selon leur apparence. Le tableau 2 présente de manière plus détaillée les différentes fractures observées en pédiatrieNote de bas de page 10.

Mathison DJ, Agrawal D. (2010) General principles of fracture management: Fracture patterns and description in children. Fracture classification section. In UptoDate;
In collaboration (2003) Dorland's Illustrated Medical Dictionary 30th ed. p. 736-37;
Hoyt SK, Selfridge-Thomas J. (2007). Emergency Nursing Core Curriculum. 6th ed. p. 908-12.

Anamnèse

Les fractures sont habituellement attribuables à un traumatisme, sauf dans les cas de pathologie osseuse préexistante. Le site et le type de la fracture peuvent généralement être liés à la description de la lésion et au mécanisme de la blessure.

  • Déterminez les circonstances exactes dans lesquelles la fracture s'est produite (mécanisme de la blessure)
  • Douleur
  • OEdème
  • Perte de fonction
  • Engourdissement distal par rapport au site de la fracture (possible)

En cas de mauvais traitements, les antécédents habituels des fractures sont parfois absents ou ne concordent pas avec la lésion observée.

Observations

  • Augmentation de la fréquence respiratoire, de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle (en raison de la douleur)
  • S'il y a une hémorragie sévère, la tension artérielle peut chuter
  • Chez le grand enfant, la fracture du tibia, du fémur ou du bassin est parfois associée à un choc traumatique
  • L'enfant est en état de détresse à cause de la douleur
  • Présence possible de lacérations cutanées près d'une fracture avec ou sans os en saillie dans le cas des fractures ouvertes
  • Ecchymoses et œdème
  • Diminution de l'amplitude de mouvement
  • Déformation visible lorsque les os sont déplacés
  • La région atteinte est parfois pâle si la circulation sanguine y est gênée
  • Le membre est frais, le pouls absent et la sensibilité diminuée lorsque la circulation sanguine est interrompue dans la région atteinte. Il s'agit d'une urgence.
  • Vérifiez la température de la région atteinte et la présence des pouls distaux par rapport au site de la fracture
  • Vérifiez (avec la tête et la pointe d'une épingle) la sensibilité tactile distale par rapport au site de la fracture
  • La région atteinte est extrêmement sensible
  • Lorsque les os sont déplacés, des crépitations sont parfois perçues

Diagnostic différentiel

  • Entorse grave
  • Contusion sévère
  • Luxation

Complications

Immédiates (apparition en quelques heures)
  • Hypovolémie causée par l'hémorragie
  • État de choc
  • Lésion des artères, des paquets vasculonerveux et des tissus mous avoisinants
Précoces (apparition en quelques semaines)
  • Infection de la plaie
  • Embolie graisseuse
  • Syndrome de détresse respiratoire
  • Infection thoracique
  • Coagulopathie intravasculaire disséminée
  • Ostéomyélite (dans le cas d'une fracture ouverte)
  • Cal vicieux et syndrome de loge possibles en présence d'un plâtre inadéquat
Tardives (apparition dans les mois ou les années suivant la fracture)
  • Contracture
  • Consolidation retardée ou cal vicieux
  • Arthrose des articulations adjacentes ou distales
  • Nécrose aseptique
  • Chondromalacie traumatique
  • Syndrome douloureux régional complexe

Tests diagnostiques

  • Radiographie, si possible; sinon, consulter l'établissement d'origine afin d'établir le diagnostic définitif
  • Lorsque aucune fracture n'est visible à la radiographie mais que les os sont sensibles, il est prudent de traiter comme une fracture
  • Les fractures du cartilage de conjugaison apparaissent souvent normales à la radiographie

Traitement

La plupart des os fusionnent en 4-6 semaines; ce délai est parfois plus long pour les os des membres inférieurs et moins long dans certains cas de fracture en bois vert chez l'enfant.

Objectifs
  • Stabiliser la fracture
  • Atténuer la douleur
  • Prévenir ou traiter les complications
  • Prévenir ou traiter l'infection
Consultation

Consultez le médecin pour toutes les fractures soupçonnées ou confirmées.

Traitement adjuvant

En présence d'antécédents ou de signes cliniques indiquant un traumatisme grave, et pour toute fracture majeure (par exemple, fémur, bassin, hanche)

  • Amorcez un traitement intraveineux (IV) avec du soluté physiologique en perfusant à un débit suffisant pour maintenir l'hydratation, sauf en présence d'hypotension.

Si l'enfant est hypotendu, traitez pour un état de choc :

  • Administrez de l'oxygène au moyen d'un masque sans réinspiration; réglez le débit pour maintenir une saturation en oxygène > 97 %
  • Mettez en place deux tubulures IV de gros calibre et administrez du soluté physiologique (ou du lactate de Ringer). Si vous n'arrivez pas à mettre en place une intraveineuse en 60-90 secondes, établissez une voie de perfusion intra-osseuse; voir la section intitulée « Voie de perfusion intra-osseuse ».
  • Administrez un bolus de 20 ml/kg en 20 minutes
  • Répétez le bolus au besoin jusqu'à ce qu'il y ait une réponse

La section intitulée « État de choc » comporte des renseignements complémentaires.

Interventions non pharmacologiques
  • Si vous soupçonnez une lésion à la colonne, gardez l'enfant couché et utilisez une planche dorsale munie d'une attelle cervicale pour le transporter
  • Immobilisez le site de la fracture au moyen d'une attelle se prolongeant sur l'articulation, au-dessus et au-dessous du site de la lésion
  • Utilisez au besoin une attelle plâtrée postérieure ou une écharpe (pour les membres supérieurs)
  • En cas de fracture ouverte, enveloppez la plaie avec un pansement stérile et protégez-la au moyen d'une attelle
  • Ne plâtrez pas les fractures
  • Ne tentez pas de réduire une fracture déplacée
  • N'administrez rien par voie orale aux enfants présentant une fracture déplacée, car une intervention chirurgicale pourrait s'avérer nécessaire
Interventions pharmacologiques

Administration d'analgésiques pour atténuer la douleur légère ou modérée :

  • ibuprofène (Advil, Motrin) :
  • Enfant âgé de 6 mois à 12 ans : 5-10 mg/kg PO toutes les 6 à 8 heures au besoin; maximum 40 mg/kg/jour
  • Enfant de plus de 12 ans : 200-400 mg toutes les 6 à 8 heures au besoin
  • Administrez la plus petite dose efficace sur la période la plus courte possible; administrez avec de la nourriture.
  • L'ibuprofène possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.
  • ou
  • acétaminophène (Tylenol) :
  • Nourrisson et enfant de moins de 12 ans : 10-15 mg/kg/dose, PO toutes les 4 à 6 heures au besoin
  • Enfant et adolescent de 12 ans et plus : 325-650 mg toutes les 4 à 6 heures; maximum 4 g/jour

L'administration d'analgésiques narcotiques pourrait s'avérer nécessaire en présence de douleurs intenses. Consultez un médecin avant d'administrer des médicaments appartenant à cette catégorie.

  • MorphineNote de bas de page 12
  • Par voie orale : 0,2-0,5 mg/kg/dose PO q4-6h prn
  • I.M/I.V/S.C: 0,05-0,2 mg/kg/dose q2-4h prn

Dose maximale recommandée par voie injectable :

  • Nourrissons : 2 mg/dose
  • Enfants de 1-6 ans : 4 mg/dose
  • Enfants de 7-12 ans : 8 mg /dose
  • Adolescents : 15 mg/dose

Remarque : Les nourrissons de MOINS DE 3 mois sont davantage à risque de dépression respiratoire : chez ces patients, administrez la morphine avec précautions.

Les antibiotiques s'imposent s'il s'agit d'une fracture ouverte. Il faut alors consulter un médecin. Vous ne devez administrer des antibiotiques IV ou IM que sur l'avis d'un médecin.

  • céfazoline (Ancef), 25-100 mg/kg/jour IV (maximum 6 g/jour), administration en doses fractionnées, toutes les 6 à 8 heures
  • ou
  • céfuroxime (Zinacef), 75-150 mg/kg/jour IV (maximum 6 g/jour), administration en doses fractionnées, toutes les 8 heures

Administrez de l'anatoxine tétanique au besoin. Voir les recommandations du  Guide canadien d'immunisation 7e édition (Agence de la santé publique du Canada, 2006).

Surveillance et suivi

Surveillez l'ABC (voies respiratoires, respiration et circulation), les signes vitaux, la douleur et l'état neurovasculaire de la région distale au site de la fracture en attendant le transfert à l'hôpital.

Après le traitement d'urgence, profitez de l'occasion pour faire un suivi avec l'enfant et ses parents ou la personne qui s'occupe de lui et leur donner des conseils sur la prévention des accidents.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Procédez à l'évacuation médicale.

Désinsertion d'un os de son attache anatomique normale.

Causes

  • La cause la plus courante est le traumatisme

Problèmes propres à l'enfance

Chez le nouveau-né et le tout-petit, l'examen des luxations et des fractures doit tenir compte de la possibilité de mauvais traitements. Soyez vigilant en présence des caractéristiques suivantesNote de bas de page 11 :

  • Fracture chez l'enfant de moins de 1 an
  • Fracture spiroïde
  • Fracture survenue sans témoins ou dans des circonstances inexpliquées
  • Fractures multiples ayant atteint différents stades de guérison
  • Antécédents de fracture
  • Fracture ne correspondant pas au mécanisme de blessure rapporté
  • Le chapitre intitulé « Violence à l'égard des enfants » contient de plus amples renseignements en ce qui concerne l'évaluation et la prise en charge des cas présumés de mauvais traitements.

La subluxation de la tête radiale (pronation douloureuse) est fréquente chez le tout-petit. Elle est causée par une traction ou une secousse soudaine (traumatisme) qui désengage la tête du radius du ligament qui y est fixé (subluxation). Les luxations des genoux, des chevilles et des coudes constituent des urgences médicales en raison du risque de troubles neurovasculaires.

Anamnèse

  • Traumatisme associé compatible avec le mécanisme de la blessure
  • Si les circonstances décrites ne sont pas compatibles avec la lésion, envisagez la possibilité de mauvais traitements
  • Douleur, souvent exacerbée par la mobilisation
  • Perte de fonction

Observations

  • Tachycardie et tachypnée (associées à la douleur)
  • OEdème (léger)
  • Ecchymoses (légères à graves)
  • Déformation marquée de l'articulation touchée
  • Sensibilité (modérée à importante)
  • Évaluez l'état neurovasculaire du membre touché

Diagnostic différentiel

  • Fracture
  • Lésion des tissus mous

Complications

  • Lésion vasculaire ou nerveuse

Traitement

Objectifs
  • Atténuer la douleur
  • Réduire les fractures et les luxations
Consultation

Consultez un médecin. L'évacuation médicale pourra s'imposer dans les cas de luxation d'une grosse articulation.

Interventions non pharmacologiques
  • N'administrez rien par voie orale, car une chirurgie pourrait s'avérer nécessaire
  • Immobilisez la région blessée à l'aide d'une attelle plâtrée postérieure ou d'une écharpe (pour les membres supérieurs)
Interventions pharmacologiques

Administration d'analgésiques pour atténuer la douleur légère ou modérée :

  • ibuprofène (Advil, Motrin) :
  • Enfant âgé de 6 mois à 12 ans : 5-10 mg/kg PO toutes les 6 à 8 heures au besoin; maximum 40 mg/kg/jour
  • Enfant de plus de 12 ans : 200-400 mg toutes les 6 à 8 heures au besoin
  • Administrez la plus petite dose efficace sur la période la plus courte possible; administrez avec de la nourriture.
  • L'ibuprofène possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.
  • ou
  • acétaminophène (Tylenol) :
  • Nourrisson et enfant de moins de 12 ans : 10-15 mg/kg/dose, PO toutes les 4 à 6 heures au besoin
  • Enfant et adolescent de 12 ans et plus : 325-650 mg toutes les 4 à 6 heures; maximum 4 g/jour

L'administration d'analgésiques narcotiques pourrait s'avérer nécessaire en présence de douleurs intenses. Consultez un médecin avant d'administrer des médicaments appartenant à cette catégorie.

  • MorphineNote de bas de page 12
  • Par voie orale : 0,2-0,5 mg/kg/dose PO q4-6h prn
  • I.M/I.V/S.C: 0,05-0,2 mg/kg/dose q2-4h prn

Dose maximale recommandée par voie injectable :

  • Nourrissons : 2 mg/dose
  • Enfants de 1-6 ans : 4 mg/dose
  • Enfants de 7-12 ans : 8 mg /dose
  • Adolescents : 15 mg/dose

Remarque : Les nourrissons de MOINS DE 3 mois sont davantage à risque de dépression respiratoire : chez ces patients, administrez la morphine avec précautions.

Surveillance et suivi

Exercez une surveillance pour soulager la douleur et déterminer l'état neurovasculaire du membre atteint.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Procédez à une évacuation médicale en vue d'une consultation en orthopédie et du traitement définitif.

Le médecin pourra recommander que les luxations des petites articulations (par exemple, des doigts) soient réduites par une légère traction. Une fois l'articulation remise en place, immobilisez-la pour en favoriser la guérison. La durée de l'immobilisation dépend de l'articulation atteinte et doit être déterminée par le médecin. Il ne faut jamais immobiliser les doigts pendant plus de 3 ou 4 jours.

Livres et monographies

Bickley LS. Bates' guide to physical examination and history taking. 7th ed. Baltimore, MD: Lippincott Williams & Wilkins; 1999.

Burns CE, Dunn AM, Brady MA, Starr NB, Blosser CG. Pediatric primary care. 4th ed. Saunders Elsevier; 2009.

Cheng A, Williams B, Sivarajan B (Editors). The Hospital for Sick Children handbook of pediatrics. 10th ed. Toronto, ON: Elsevier Canada; 2003.

Cohen J, Powderly WG. Infectious diseases. 2nd ed. New York, NY: Elsevier; 2004.

Colman R, Somogyi R (Editors-in-chief). Toronto Notes - MCCQE 2008 review notes. 24th ed. Toronto, ON: University of Toronto, Faculty of Medicine; 2008.

Ferri FF. Ferri's clinical advisor: Instant diagnosis and treatment. St. Louis, MO: Mosby; 2004.

Gray J (Editor-in-chief). Therapeutic choices. 5th ed. Ottawa, ON: Canadian Pharmacists Association; 2007.

Agence de la santé publique du Canada. Guide canadien d'immunisation, 7e éd. Ottawa, ON: Agence de la santé publique du Canada, 2006.

Hoyt SK, Selfridge-Thomas J. Emergency nursing core curriculum. 6th ed. Saunders Elsevier; 2007.

Jensen B, Regier L (Editors). The Rx files. 7th ed. Saskatoon, SK: 2008.

Repchinsky C (rédactrice en chef). Compendium des produits et spécialités pharmaceutiques : l'ouvrage de référence canadien sur les médicaments pour les professionnels de la santé, Ottawa, (Ont.): Association des pharmaciens du Canada, 2007.

Rosser W, Pennie R, Pilla N, and the Anti-infective Review Panel (Canadian). Anti-infective guidelines for community-acquired infections. Toronto, ON: MUMS Guidelines Clearing House; 2005.

Rudolph CD, et al. Rudolph's pediatrics. 21st ed. McGraw-Hill; 2003.

Schilling JA. Nurse's quick check diseases. 2nd ed. Wolters Kluwer Lippincott Williams & Wilkins; 2009. p. 454.

Uphold CR, Graham MV. Clinical guidelines in child health. 4th ed. Gainesville, FL: Barmarrae Books; 2003.

Guides de pratique clinique, articles et documents électroniques

Toutes les adresses étaient valides en septembre 2010.

Bhatia MM, Ertl JP, Kovacs G. (2006, April).   Osgood-Schlatter disease: Treatment & medication.

McCarthy JJ. (juin 2008).  Developmental dysplasia of the hip.

Wai Lin B, Schraga ED, Stevens KJ. (juin 2008).  Pediatrics, Limp: Differential diagnosis & workup.

Wai Lin B, Schraga ED, Stevens KJ. (juin 2008).  Pediatrics, Limp: Treatment & medication.

Moses S. (mars 2010).  Benign nocturnal limb pains of childhood.

Moses S. (mars 2010).  Congenital hip dislocation.

Moses S. (mars 2010).  Femoral anteversion.

Moses S. (mars 2010).  In-toeing.

Moses S. (mars 2010).  Internal tibial torsion.

Moses S. (mars 2010).  Legge-Calve-Perthes.

Moses S. (mars 2010).  Metatarsus adductus.

Moses S. (mars 2010).  Pediatric limp..

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :