Soins des enfants et des adolescents - Chapitre 15 - Système nerveux central

Guide de pédiatrie clinique du personnel infirmier en soins primaires de la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI)

Le contenu de ce présent chapitre a été mis à jour en juin 2010.

Sur cette page :

De plus amples renseignements sur l'anamnèse et l'examen physique relatifs au système nerveux central chez le grand enfant et l'adolescent sont présentés au chapitre « Système nerveux central » du guide de pratique clinique s'appliquant à l'adulte.

Évaluation du système nerveux central

Anamnèse et examen du système nerveux central

Il est important d'obtenir les antécédents complets et une description détaillée des symptômes, qui comprendra des renseignements sur l'apparition (soudaine ou graduelle), la durée et la progression de l'affection.

  • Altération de l'état de conscience (par exemple léthargie, stupeur)
  • Modification des pleurs (chez le nourrisson de moins de 6 mois)
  • Modification des habitudes alimentaires
  • Modification de l'élocution, du langage, du comportement ou de l'humeurNote de bas de page 1
  • Irritabilité de l'enfant, difficulté à le consoler
  • Présence de céphalées et caractéristiques de celles-ci : siège de la douleur, durée, facteurs de soulagement, association à des vomissements ou à des troubles de la vue
  • Troubles de la vue (par exemple, la diplopie [vision double] indique que les nerfs crâniens sont atteints)
  • Altération de l'ouïe, de l'odorat ou du goût chez le grand enfant
  • Vertige (dénote un trouble de l'oreille interne)
  • Faiblesse ou atrophie musculaire
  • Mouvements moteurs involontaires (par exemple tics, tremblements)
  • Tonicité musculaire anormale (hypertonie [augmentation] ou hypotonie [diminution])
  • Altération des perceptions sensorielles (par exemple picotements, engourdissement)
  • Description détaillée des convulsions, des évanouissements ou de toute autre crise observée : couleur de la peau, respiration, facteurs déclenchants, durée, association à des mouvements des membres et des yeux, état de conscience, comportement avant et après la crise
  • Chronologie de l'atteinte des stades normaux du développement
  • Antécédents personnels de troubles neurologiques
  • Antécédents familiaux de troubles neurologiques
  • Renseignements sur la grossesse, le travail, l'accouchement et la période néonatale (particulièrement pour les enfants de moins de 2 ans)
  • Statut vaccinal

Examen physique

Il importe d'effectuer un examen physique général et un examen neurologique poussé. Évaluez les aspects suivants :

  • État de conscience (peut être quantifié à l'aide de l'échelle de Glasgow pour enfants - voir le tableau 1, intitulé « Scores de l'échelle de coma de Glasgow »)
  • État mental
  • Élocution
  • Nerfs crâniensNote de bas de page 1
  • Tonicité, force et réflexes des membres
  • Réflexes, notamment le clonus et les réflexes bicipital, brachioradial, tricipital, patellaire et achilléen1Note de bas de page 1
  • Réflexes superficiels : signe de Babinski, réflexe cutané abdominalNote de bas de page 1
  • Réflexes archaïques : réflexe tonique du cou et réflexes des points cardinaux, de succion, d'agrippement, de Moro et de la marche automatiqueNote de bas de page 1
  • Examen des yeux : mouvements extraoculaires complets, PERRLA (pupilles égales et rondes, réaction à la lumière, accommodation normale), examen du fond de l'œil pour vérifier la clarté et la vascularité de la papille optique
  • Forme et taille de la tête (mesurer le périmètre), taille des fontanelles et des sutures
  • Dysmorphie faciale (peut être associée à un syndrome génétique)
  • Nævus (peut dénoter un trouble neurocutané)
  • Fistule externe au bas du dos et touffe de poils lombosacrée
  • Degré de développement de l'enfant par rapport à son âge : atteinte des principales étapes (par exemple ramper, marcher, s'amuser avec des jouets)
  • Démarche de l'enfant
  • Signes méningés (par exemple raideur de la nuque, signe de Kernig [douleur lors de l'extension passive du genou et de la flexion des hanches], signe de Brudzinski [la flexion passive de la nuque provoque la flexion des hanches])
  • Examen respiratoire : rechercher une pneumonie sous-jacente
  • Auscultation cardiaque : rechercher un souffle
  • Examen abdominal : rechercher une hépatomégalie ou une splénomégalie
Tableau 1 : Scores de l'échelle de coma de Glasgow*
Critère Score Groupe d'âge et réponse
Ouverture des yeux ≥2 ans <2 ans
4 Spontanée Spontanée
3 À la parole À la parole
2 À la douleur À la douleur
1 Aucune ouverture des yeux Aucune ouverture des yeux
Meilleure réponse motrice ≥2 ans <2 ans
6 Obéit aux ordres Mouvements spontanés normaux
5 Localise la douleur Retrait au toucher
4 Retrait à la douleur Retrait à la douleur
3 Flexion anormale (rigidité de décortication) Flexion anormale (rigidité de décortication)
2 Extension (rigidité de décérébration) Extension (rigidité de décérébration)
1 Aucune réponse motrice Aucune réponse motrice
Meilleure réponse verbale ≥2 ans <2 ans
5 Orientée** (conversation) Sourit, écoute, émet des sons
4 Confuse (conversation) Irritable, pleure mais est consolable
3 Mots inappropriés, cris, pleurs Pleurs ou cris persistants et inappropriés
2 Incompréhensible Agité, gémit en réponse à la douleur
1 Aucune réponse verbale Aucune réponse verbale
*On obtient le score global en additionnant le score de chacun des trois critères (ouverture des yeux, meilleure réponse motrice, meilleure réponse verbale). Score > 8 : traumatisme crânien léger à modéré; score < 8 : grave traumatisme crânien.

** Le jeune enfant dont la réponse verbale est orientée sera en mesure d'identifier correctement ses parents ou de se nommer.
Tableau adapté des sources suivantes : Children's Hospital of Eastern Ontario. Emergency care orientation manual. (2008). Hockenberry MJ, Wilson D. Wong's nursing care of infants and children. 8th ed. Mosby Elsevier; 2007, p.1619.

Affections courantes du système nerveux central

Hypotonie (« poupée de son »)

Diminution de la résistance musculaire à la mobilisation passive d'une articulation. La force musculaire est un élément primordial de cette résistance. L'hypotonie est un état fréquemment associé à de nombreux troubles pédiatriques, notamment : altérations des unités motrices, affections génétiques et métaboliques et dysfonctionnement du système nerveux centralNote de bas de page 2.

La prise de benzodiazépines par la mère au cours du dernier trimestre de grossesse peut être une cause d'hypotonieNote de bas de page 3. Comme le fœtus et le nouveau-né métabolisent très lentement les benzodiazépines, une concentration résiduelle significative peut persister dans leur organisme pendant aussi longtemps que deux semaines après la naissance. Les symptômes du sevrage comprennent l'hyperexcitabilité, les pleurs aigus et la difficulté à boireNote de bas de page 3

Administrées à dose thérapeutique, les benzodiazépines ne sont associées qu'à un faible risque de malformations congénitales importantes. Cependant, leur emploi chronique par la mère peut compromettre la croissance fœtale intra-utérine et retarder le développement cérébral. On craint de plus en plus que les enfants exposés risquent davantage de souffrir de déficit de l'attention, d'hyperactivité, de difficultés d'apprentissage et d'un ensemble de troubles autistiques au cours de leur vie.

  • L'hypotonie peut être d'origine nerveuse centrale, d'origine nerveuse périphérique (nerfs moteurs et sensitifs) ou d'origine musculaire; elle peut aussi être causée par un trouble des jonctions neuromusculairesNote de bas de page 4
  • L'hypotonie d'origine nerveuse centrale représente entre 66 % et 88 % des cas, environNote de bas de page 4
  • Encéphalopathie statique liée à un accident périnatal ou prénatal (par exemple hypoxie, ischémie présente à la naissance, hémorragie intracrânienne)
  • Atteinte directe du système nerveux central (SNC) (par exemple, lésion de la moelle épinière ou lésion cérébrale)
  • Myasthénie
  • Myopathie congénitale
  • Dystrophie myotonique
  • Dystrophie musculaire progressive
  • Maladie intéressant l'organisme entier (par exemple cardiopathie congénitale, hypothyroïdie, maladie cœliaque, erreurs innées du métabolisme)
  • Désordres congénitaux de la glycosylation, dont les anomalies cérébelleuses et la neuropathie périphériqueNote de bas de page 4

Anamnèse

  • Apparition (soudaine ou graduelle)
  • Présence depuis la naissance
  • Durée
  • Évolution
  • Antécédents de maladies aiguës (tuberculose, méningite, etc.)
  • Antécédents familiaux de myopathie ou d'autres troubles neurologiques
  • Antécédents familiaux d'atteintes musculaires et de maladies génétiquesNote de bas de page 4
  • Consanguinité parentale (peut accroître le risque de maladie autosomique réce">Note de bas de page 4
  • Évaluations cliniques et développementales et atteinte des étapes du développementNote de bas de page 4
  • Antécédents prénatals, dont les mouvements du fœtus, la morbidité maternelle, l'exposition maternelle à des agents infectieux et l'abus d'alcool ou de drogues par la mèreNote de bas de page 4
  • Antécédents de complications pendant le travail ou à la naissance
  • Antécédents sociaux : interaction parent-enfant, antécédents de la fratrie
Symptômes associés
  • Difficultés respiratoires ou difficultés à s'alimenter
  • Fasciculations
  • Ptose
  • Crises convulsives
  • Tout retard dans l'atteinte d'une étape du développement
  • Prise de poids inappropriée pour l'âge
Antécédents obstétricaux
  • Accidents physiologiques durant la grossesse ou l'accouchement
  • Problèmes de santé de la mère (par exemple hypertension, diabète sucré)
  • Infections chez la mère
  • Consommation de médicaments neurotoxiques par la mère

Observations

  • Signes vitaux
  • Examen physique général, pour écarter toute cause sous-jacente
  • Dysmorphies (par exemple cou palmé, oreilles basses, yeux exagérément écartés)
  • Examen complet du SNC (voir la section « Examen physique », présentée plus haut de même que les sections traitant de l'examen du SNC chez le nouveau-né et l'enfant au chapitre « Évaluation de la santé des enfants )
  • Évaluation de l'atteinte des étapes du développement en fonction de l'âge
  • Évaluation des réflexes archaïques du nouveau-né (voir la section « Examen physique du nouveau-né »)
  • Diminution de la tonicité musculaire (hypotonie)

Diagnostic différentiel

Voir la section « Causes. »

Complications

  • Incapacité de longue durée et retard de développement

Tests diagnostiques

  • Aucun

Traitement

Le traitement varie selon la cause de l'hypotonie.

Objectifs
  • Déterminer rapidement la cause de l'hypotonie
  • Réduire le risque d'incapacité de longue durée
Consultation

Consultez immédiatement un médecin au sujet du cas.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Un enfant hypotonique devrait être évacué pour faire l'objet d'une évaluation et d'un examen approfondi. L'urgence de l'évacuation médicale varie selon l'état clinique de l'enfant et les causes possibles de l'hypotonie.

Urgences du système nerveux central

Troubles épileptiques

Les crises d'épilepsie sont caractérisées par des modifications comportementales attribuables à des décharges paroxystiques anormales des neurones et dénotent une atteinte cérébrale sous-jacenteNote de bas de page 5. Les symptômes, qui varient selon la région du cerveau atteinte, peuvent comprendre :

  • Altération de l'état de conscience
  • Mouvements tonico-cloniques de certaines régions du corps ou de tout le corps
  • Mouvements oculaires
  • Troubles visuels, auditifs ou olfactifs

Chez l'enfant, la plupart des crises épileptiques entraînent une perte de conscience et des mouvements tonico-cloniques, mais des troubles auditifs, visuels ou olfactifs, des modifications comportementales et des absences peuvent également se produire.

Il faut distinguer les crises épileptiques des autres types de « crise » (par exemple évanouissement, spasme du sanglot, arythmie, vertige, tics).

Types de symptômes :

  • Symptômes moteurs : souvent, les mouvements concernent d'abord un seul groupe musculaire, pour ensuite s'étendre à tout un côté du corpsNote de bas de page 6
  • Symptômes sensitifs : les altérations peuvent se traduire par une paresthésie ou des troubles visuels telle la perception d'éclairs de lumièreNote de bas de page 6
  • Symptômes autonomes : peuvent comprendre une tachycardie et une perte de contrôle de la vessie ou des intestinsNote de bas de page 6
  • Symptômes psychiques : le patient pourra signaler des hallucinations ou un état oniriqueNote de bas de page 6

Types

Crises d'épilepsie généralisées

Crise d'absence :

  • Altération de la conscience
  • Épisodes fréquents et très brefs de regard fixe qui ne réagit pas aux stimuli (durent en moyenne 10 secondes)Note de bas de page 6
  • Surtout observée pendant l'enfance (première crise entre les âges de 3 ans et de 20 ans)Note de bas de page 6
  • Une augmentation ou une diminution du tonus musculaire de même que des automatismes et des mouvements cloniques légers sont possiblesNote de bas de page 6
  • Rétablissement rapideNote de bas de page 6

Crise tonico-clonique (crise généralisée primaire, grand mal) :

  • Perte de conscience (précédée par des secousses myocloniques sans signe annonciateur [aura])Note de bas de page 6
  • Tableau clinique semblable à celui des crises partielles secondairement généraliséesNote de bas de page 6
  • Affecte les deux hémisphères
  • Caractérisée par l'altération de l'état de conscience
  • Manifestations motrices bilatérales
  • Exemples : crise d'absence ou crise tonico-clonique avec mouvements tonico-cloniques des quatre membres
Crise d'épilepsie partielle simple
  • Aucun signe clinique; présence possible de symptômes moteurs, sensitifs, autonomes ou psychiquesNote de bas de page 6
  • Affecte seulement une région du cerveau (focale, motrice ou sensorielle)
  • Également appelée « crise d'épilepsie focale »
Crise d'épilepsie partielle complexe

Crise d'épilepsie partielle accompagnée de modifications comportementales et affectives et d'une perte de conscience.

Convulsions fébriles

Les convulsions fébriles sont associées à l'augmentation rapide de la température corporelle observée dans les maladies fébriles, et elles se produisent habituellement au cours des 24 premières heures de la maladie. Il s'agit du type de convulsions le plus couramment observé pendant l'enfance; généralement, elles touchent les enfants âgés de 6 mois à 5 ans.Note de bas de page 8

  • Associées à une température supérieure à 38 °C
  • Se produisent chez les enfants de moins de 6 ans (prévalence de 2-4 % chez les enfants de 6 mois à 3 ans). L'âge médian d'apparition est de 18 à 22 moisNote de bas de page 8
  • Aucun signe ni antécédent de trouble épileptique sous-jacent
  • Souvent héréditaires
  • Fortement associées à la roséole, à la shigellose et à la salmonelloseNote de bas de page 9
  • Simples et bénignes lorsque de courte durée (moins de 5 minutes)
  • Caractérisées par des mouvements tonico-cloniques
  • Bilatérales

D'autres crises épileptiques complexes (n'appartenant à aucune des catégories mentionnées ci-dessus) peuvent exiger un examen plus complet dans un centre de soins tertiaires.

Anamnèse

  • Crises antérieures (c'est-à-dire crises épileptiques connues)
  • L'examen des différents systèmes devrait avoir pour objectif d'identifier la source de la fièvreNote de bas de page 10
  • Évaluez l'atteinte des étapes du développement par l'enfantNote de bas de page 10
Symptomatologie de la crise actuelle
  • Apparition (soudaine ou graduelle)
  • Date et heure du début de la crise
  • Retour ou non de la conscience depuis la crise
  • Perte complète de conscience, incontinence
  • Durée de la crise
  • Chronologie des crises
  • Type de crise (généralisée ou partielle)
  • Présence de fièvre
  • Présence d'une blessure à la tête
  • Consommation d'une substance toxique ou autre forme d'intoxication (par exemple encéphalopathie saturnine - attribuable au plomb)
  • Présence de convulsions
  • Similitude avec les crises antérieures (le cas échéant)
  • Fréquence des crises
  • Association à une aura, une amnésie antérograde ou une phase post-ictaleNote de bas de page 6
  • Éruption cutanée
Autres facteurs
  • Observance du traitement anticonvulsivant chez l'enfant épileptique
  • Autre maladie chronique
  • Consommation de médicaments
  • Allergies médicamenteuses
  • Symptômes d'une maladie intercurrente (par exemple fièvre, malaise, toux)
  • Antécédents de traumatisme crânien, de complications à la naissance, de convulsions fébriles, d'otite moyenne ou de sinusite, de consommation prénatale d'alcool ou de drogues par la mère ou de symptômes de cancerNote de bas de page 6
  • Intoxication (allergènes environnementaux)Note de bas de page 6

Observations

Crise aiguë
  • Température normale à moins qu'une infection sous-jacente ne soit présente
  • Fréquence cardiaque élevée et parfois irrégulière
  • Respiration irrégulière (absente pendant la crise, présente entre deux crises)
  • Tension artérielle élevée ou faible
  • Diminution possible de la saturation en oxygène
  • Perte de conscience
  • Peau pâle ou cyanosée
  • Signes de perte du contrôle des intestins et de la vessie
  • Crises répétées accompagnées de mouvements tonico-cloniques
  • Possibilité d'écume aux lèvres
  • Sang autour ou à l'intérieur de la bouche si l'enfant s'est mordu la langue
  • Anomalies qui semblent indiquer la cause sous-jacente (par exemple une raideur de la nuque et un bombement des fontanelles sont évocateurs de la méningite)
  • Signes neurologiques focaux (une hémiparésie ou un réflexe tendineux profond anormal, par exemple, seraient d'un intérêt particulier)

Il faut toujours envisager une méningite chez l'enfant qui présente des convulsions fébriles simples. La méningite peut habituellement être diagnostiquée d'après les symptômes cliniques, mais, dans le doute, communiquez avec un médecin.

Si on vous amène un enfant en proie à une crise tonico-clonique généralisée dont l'heure exacte d'apparition est inconnue, traitez-le comme s'il était en état de mal épileptique (crise durant plus de 30 minutes caractérisée par des convulsions continues ou intermittentes et par l'absence d'une reprise de conscience entre les convulsions). Voir la section intitulée « Traitement de la crise aiguë (état de mal épileptique) ».

Diagnostic différentiel

  • Méningite
  • Accès impossible aux médicaments prescrits
  • Interruption du traitement prescrit
  • Épilepsie
  • Abus de médicaments ou alcoolNote de bas de page 6 (non-observance du traitement prescrit, syndrome de sevrage, surdose, abus de plusieurs médicaments)
  • Hypoxie
  • Tumeur cérébrale
  • Infection (par exemple méningite)
  • Troubles métaboliques (p. ex. hypoglycémie, urémie, insuffisance hépatique, perturbation électrolytique)
  • L'hypoglycémie, l'hyponatrémie et l'hypocalcémie sont des causes importantes de convulsions afébrilesNote de bas de page 11
  • Traumatisme crânien
  • Spasme du sanglot

Complications

  • Hypoxie durant les crises
  • État de mal épileptique
  • Arythmie
  • Blessure subie lors de la crise
  • Aspiration
  • Lésions cérébrales
  • Mort

Tests diagnostiques

Crise aiguë
  • Mesure aléatoire de la glycémie
  • Oxymétrie de pouls
  • FSC, bilan chimique
  • Envisagez une analyse toxicologiqueNote de bas de page 12

Objectifs
  • Préserver la perméabilité des voies respiratoires
  • Stabiliser la fonction cardiorespiratoire
  • Assurer les soins nécessaires pendant les convulsions

Les voies respiratoires, la respiration et la circulation sont prioritaires :

  • Dégager les voies respiratoires
  • Aspirer les sécrétions au besoin
  • Introduire une canule oropharyngée
  • Fournir une assistance respiratoire, au besoin, à l'aide d'un ballon masque Ambu
Consultation

Consultez un médecin immédiatement après avoir donné les soins d'urgence.

Traitement adjuvant
  • Administrez de l'oxygène au masque à raison de 6-10 l/min ou plus si nécessaire pour maintenir la saturation en oxygène.
  • Maintenez une saturation en oxygène supérieure à 97 %.
  • Amorcez un traitement intraveineux (IV) avec du soluté physiologique; réglez le débit de perfusion en fonction de l'équilibre hydrique de l'enfant.
Interventions non pharmacologiques
  • Maintenez l'enfant sur le côté
  • Gardez l'enfant au chaud
  • N'administrez rien par voie orale tant que l'enfant ne sera pas entièrement rétabli
Interventions pharmacologiques
  • lorazépam (Ativan), 0,05-0,1 mg/kg IV (maximum 4 mg par dose); répétez une seule fois la dose au bout de 10 minutes si nécessaire (perfusez lentement en 5 minutes, à un débit maximal de 2 mg/min)
  • ou
  • diazépam (Valium), 0,3 mg/kg IV (maximum 5 mg par dose chez un enfant de 5 ans et moins, 10 mg par dose chez un enfant de plus de 5 ans); répétez la dose au bout de 10 minutes si nécessaire, jusqu'à concurrence de 3 doses (perfusez lentement en 5 minutes, à un débit maximal de 2 mg/min)

S'il est impossible d'établir une voie de perfusion intraveineuse, le diazépam et le lorazépam peuvent être administrés avec efficacité par voie rectale.

La solution IV non diluée est administrée à l'aide de la seringue la plus petite possible ou d'un petit cathéter placé au bout de la seringue. Si la dose est inférieure à 5 mg, une seringue à tuberculine est idéale :

  • lorazépam (Ativan), 0,05-0,1 mg/kg IV (maximum 4 mg par dose); répétez une seule fois la dose au bout de 10 minutes si nécessaire (administrez lentement en 5 minutes, à un débit maximal de 2 mg/min)
  • ou
  • diazépam (Valium), 0,5 mg/kg par dose PR (dose maximale : 10 mg); répétez la dose au bout de 10 minutes si nécessaire jusqu'à concurrence de 3 doses, à un débit maximal de 2 mg/min

Le médicament doit être administré contre la muqueuse rectale, à une profondeur de 2,5 cm; soulever les fesses et les garder serrées pendant environ 5 minutes afin de permettre l'absorption complète. Il est possible d'administrer deux doses, à 5-10 minutes d'intervalle.

Risques associés au traitement médicamenteux :

  • Hypotension
  • Dépression respiratoire
Surveillance et suivi
  • Déterminez les déficits neurologiques focaux
  • Évaluez si l'état de conscience redevient normal
  • Surveillez les signes vitaux, les voies respiratoires, la respiration, la circulation et l'oxymétrie de pouls (si possible)
  • Surveillez l'enfant de près pour voir si l'activité convulsive se poursuit
Orientation vers d'autres ressources médicales
  • Procédez à l'évacuation médicale en vue de l'élaboration du diagnostic s'il s'agit d'un cas de trouble épileptique non encore diagnostiqué ou si vous soupçonnez une méningite ou une autre cause métabolique.
  • Les cas de convulsions afébriles ou de convulsions associées à une infection grave doivent être orientés vers d'autres ressources médicales en vue d'examens plus approfondis.
  • En général, les convulsions fébriles bénignes peuvent être traitées sans hospitalisation.
  • D'autres examens sont nécessaires seulement si les convulsions durent longtemps (c'est-à-dire 15 minutes ou plus), si elles entraînent des complications (par exemple paralysie focale ou résiduelle) ou si l'enfant a 3 mois ou moins.

Il est important que les convulsions soient maîtrisées avant le transport de l'enfant. Dans la mesure du possible, obtenez l'aide d'un pédiatre ayant de l'expérience dans le domaine des soins intensifs pour stabiliser l'enfant et le transférer à l'hôpital.

Traitement du trouble épileptique chronique

Le traitement varie selon la cause sous-jacente et la gravité des symptômes.

Objectifs
  • Enrayer les convulsions
  • Prévenir toute rechute
  • Permettre à l'enfant de retrouver une vie normale
  • Assurer l'observance du traitement médicamenteux pendant une longue période
  • Éventuellement, cesser l'administration de médicaments tout en prévenant les crises convulsives
Interventions non pharmacologiques

Rassurez l'enfant et sa famille.

Éducation du client
  • Expliquez le pronostic
  • Mettez l'accent sur l'importance d'observer le traitement
  • Expliquez les premiers soins à administrer durant les crises
  • Recommandez de ne pas laisser l'enfant nager sans surveillance
  • Recommandez aux parents de traiter l'enfant comme un enfant normal
  • Expliquez les effets potentiellement tératogènes des médicaments (par exemple de la phénytoïne) aux jeunes filles actives sexuellement
Interventions pharmacologiques

Le traitement anticonvulsivant doit être adapté au type des crises observées chez le patient. Le recours à une monothérapie est préférable; cependant, chez certains patients, une polythérapie pourra s'avérer nécessaire. La mauvaise observance du traitement est la principale cause de rechute.

Certains anticonvulsivants utilisés couramment :

  • carbamazépine (Tegretol)
  • lamotrigine (Lamictal)
  • phénytoïne (Dilantin)
  • primidone (Mysoline)
  • acide valproïque (Depakene)
  • vigabatrin (Sabril)
Surveillance et suivi
  • Effectuez un suivi tous les 6 mois si les crises sont enrayées; plus souvent si le patient a des crises malgré le traitement
  • Évaluez l'observance du traitement
  • Évaluez les effets indésirables du traitementNote de bas de page 13
  • Assurez les soins nécessaires pendant les crisesNote de bas de page 13
  • Surveillez les concentrations sériques de médicaments tous les 6 mois si l'état du patient est stable, ou plus souvent, si nécessaire
  • Mentionnez l'importance pour l'enfant de toujours avoir sur lui une identification médicale (p. ex. « bracelet d'alerte médicale »)Note de bas de page 13
  • Mentionnez au patient adolescent les dangers associés à la conduite d'une automobile en cas d'épilepsie et renseignez-le sur les lois provinciales applicablesNote de bas de page 14
  • Conseillez au patient de se renseigner auprès du service provincial responsable de l'émission des permis de conduireNote de bas de page 13
Orientation vers d'autres ressources médicales
  • Faites examiner l'enfant par un médecin au moins une fois par année si les crises sont enrayées
  • Dirigez l'enfant d'urgence vers un médecin s'il a des crises épileptiques malgré le traitement
  • Envisagez un suivi neurologique si les médicaments que prend l'enfant ne suppriment pas les crises

Traumatisme crânien

Les traumatismes à la tête, les fractures simples linéaires du crâne et les commotions cérébrales sont les lésions mineures à la tête les plus souvent rencontréesNote de bas de page 15. Les traumatismes crâniens, fréquents chez les enfants, sont à l'origine de bon nombre de consultations dans les cliniques d'urgence.

Les enfants sont davantage prédisposés que les adultes aux traumatismes crâniens car la proportion du volume corporel représentée par leur tête est plus grande, leur cerveau est moins myélinisé et par conséquent plus exposé aux lésions, et les os de leur crâne sont plus minces. Les enfants subissent moins fréquemment que les adultes des lésions étendues, mais ils sont plus susceptibles de souffrir d'une forme exceptionnelle de lésion cérébrale appelée « œdème cérébral malin ». En outre, ils peuvent perdre des quantités relativement importantes de sang par des lacérations du cuir chevelu ou des hématomes sous-aponévrotiques et présenter par conséquent un choc hémorragique.

Anamnèse

Les traumatismes crâniens peuvent être dus à des mauvais traitements ou à de la négligence à l'égard de l'enfant. Dans tous les cas, il faut obtenir des renseignements sur les blessures antérieures et les circonstances entourant la blessure actuelle. Il pourrait être fastidieux d'examiner les dossiers médicaux de tous les enfants souffrant d'une blessure à la tête, mais, dans les cas suspects, examinez ces dossiers et prenez les mesures de suivi appropriées.

Vérifiez les aspects suivants :

  • Mécanisme de la blessure
  • Moment de la blessure
  • Perte de conscience
  • Amnésie
  • Irritabilité
  • Troubles de la vue
  • Désorientation
  • Démarche anormale
  • Léthargie, pâleur ou agitation pouvant dénoter une blessure grave
  • Vomissements
  • Symptômes d'hypertension intracrânienne (vomissements, céphalée, irritabilité)
  • Possibilité d'une consommation d'alcool ou de drogues illicitesNote de bas de page 16
  • Douleurs au cou ou dans d'autres régions du corps et autres blessures corporellesNote de bas de page 16
  • Traitement auto-administréNote de bas de page 16
  • Blessures antérieures à la tête, particulièrement chez les sportifs. Cette information permettra d'étudier la possibilité d'un syndrome du second impact syndrome observé chez le sportif subissant un deuxième traumatisme crânien avant que les symptômes du premier ne se soient résorbés - il peut en résulter un œdème cérébral massif aigu et, dans certains cas, le décès du patient)Note de bas de page 16

De nombreux enfants vomissent après une blessure à la tête, même mineure. Cependant, des vomissements et des haut-le-cœur prolongés accompagnés d'autres signes ou symptômes laissent supposer un traumatisme crânien plus grave.

Il faut obtenir l'ensemble des antécédents médicaux de l'enfant. La présence d'affections prédisposant à des crises convulsives ou à des hémorragies est importante et influera sur le choix du traitement.

Observations

La gravité d'une lésion intracrânienne peut être évaluée d'après différentes caractéristiques (voir le tableau 2, intitulé « Classification des lésions intracrâniennes selon la gravité »).

Tableau 2 : Classification des lésions intracrâniennes selon la gravité
Légères Modérées Graves
Absence de symptômes Léthargie progressive Signes neurologiques focaux
Léger mal de tête Mal de tête progressif  
Aucun signe de fracture du crâne, de blessure faciale ou d'autres traumatismes Signes de fracture de la base du crâne; possibilité de lésion par pénétration ou d'enfoncement localisé du crâne; blessure faciale sérieuse; polytraumatisme Lésion crânienne par pénétration; enfoncement localisé palpable ou fracture ouverte du crâne; blessure faciale sérieuse ou polytraumatisme
Trois épisodes de vomissement ou moins Vomissements prolongés (plus de trois fois) ou associés à d'autres symptômes  
Score de 15 sur l'échelle de Glasgow Score de 11 à 14 sur l'échelle de Glasgow Score de 10 ou moins sur l'échelle de Glasgow ou baisse de deux points ou plus non attribuable avec certitude à des convulsions, des médicaments ou drogues, une réduction de l'irrigation cérébrale ou des facteurs métaboliques
Perte de conscience de moins de 5 minutes Perte de conscience de 5 minutes ou plus
Amnésie ou convulsions post-traumatiques
Patient inconscient
Adapté de la source suivante, avec la permission de la Section de pédiatrie d'urgence de la Société canadienne de pédiatrie : (Ref. No. EP90-01; approved by CPS Board of Directors 1990.) CMAJ 1990;142(9):949-52.

Signes vitaux

  • Température habituellement normale
  • Tachypnée : une fréquence cardiaque rapide peut dénoter une perte sanguine; si c'est le cas, cherchez les signes d'autres blessures
  • Bradycardie avec hypertension (réaction de Cushing) : il s'agit habituellement d'une réaction tardive chez l'enfant présentant une hypertension intracrânienne; par conséquent, ce n'est pas un indice très fiable
  • Hypertension : signe tardif d'hypertension intracrânienne
  • L'hypotension est signe d'un choc : cherchez d'autres blessures, car l'état de choc n'est pas un signe habituel de traumatisme crânien, à moins d'une hémorragie intracrânienne importante
Signes de la fracture du crâne
  • Chez l'enfant, environ 75 % des fractures du crâne sont des fractures linéairesNote de bas de page 17
  • Hématotympan
  • Ecchymose péri-orbitaire ou post-auriculaire
  • Otorrhée ou rhinorrhée de liquide céphalorachidien
  • Enfoncement localisé du crâne ou plaie par pénétration
  • Les fractures du crâne associées à des lacérations peuvent prédisposer le patient à une méningiteNote de bas de page 18

Palpez le cuir chevelu, plus précisément les hématomes et les contusions, pour déceler d'éventuelles dépressions, qui sont un signe d'enfoncement localisé (fracture) du crâne. Avant de suturer, explorez toutes les lacérations complètes du cuir chevelu afin de vous assurer que l'os sous-jacent est intact.

Examen neurologique

  • Observez la démarche du patientNote de bas de page 19
  • Recherchez la présence de sang frais dans le nasopharynx et les oreillesNote de bas de page 19
  • Évaluez le patient selon l'échelle de Glasgow adaptée aux enfants : voir le tableau 1, intitulé « Scores de l'échelle de coma de Glasgow »
  • Fontanelle bombante, sutures exagérément séparées
  • OEdème papillaire (hypertension intracrânienne)
  • Réflexes pupillaires (PERRLA -pupilles égales et rondes, réaction à la lumière, accommodation normale)
  • Examen des nerfs crâniens
  • Mouvement des extrémités, réflexes tendineux profonds, fonction et coordination sensorielle et motriceNote de bas de page 20
  • Position anormale (de décortication ou de décérébration)
  • Flaccidité ou spasticité musculaire
  • Réflexe cutané plantaire

Il faut chercher et traiter rapidement les blessures à d'autres régions telles que le thorax et l'abdomen, car elles peuvent contribuer à la morbidité et même causer la mort.

Indices d'hypertension intracrânienne :

  • Baisse de 2 points ou plus du score à l'échelle de Glasgow
  • Anomalies ou changements de la taille des pupilles et de leur réaction à la lumière
  • Anomalies respiratoires
  • Développement d'une parésie en l'absence d'un état de choc
  • Hypoxie
  • Crises convulsives
  • Élévation de la tension artérielle et de la tension systoliqueNote de bas de page 16
  • Diminution de la fréquence cardiaque
  • Diminution de la fréquence respiratoire
  • OEdème papillaireNote de bas de page 16
  • Tension artérielle différentielle élevéeNote de bas de page 16

Envisagez toujours la possibilité de mauvais traitements infligés à l'enfant.

Traitement d'une blessure légère

Vous pouvez renvoyer à la maison les enfants qui ne présentent qu'une légère blessure intracrânienne. Remettez aux parents ou à la personne s'occupant de l'enfant un feuillet explicatif soulignant la nécessité de l'observation et les précautions à prendre (voir le tableau 3, « Instructions aux parents ou aux gardiens relativement à l'observation à la maison d'un enfant ou d'un adolescent ayant subi un traumatisme crânien » et le tableau 4, « Instructions aux parents ou aux gardiens relativement à l'observation à la maison d'un nouveau-né ou d'un jeune enfant ayant subi un traumatisme crânien ».

Tableau 3 : Instructions aux parents ou aux gardiens relativement à l'observation à la maison d'un enfant ou d'un adolescent ayant subi un traumatisme crânien

Amener immédiatement l'enfant à la clinique si l'un des signes ou des symptômes suivants apparaît dans les 72 heures qui suivent le retour à la maison :
  • Comportement inhabituel
  • Confusion dans les noms et les endroits
  • Problèmes d'équilibre
  • Mal de tête qui s'aggrave
  • Convulsions
  • Difficulté à voir, à entendre, à parler ou à marcher
  • Somnolence inhabituelle ou difficulté à se réveiller
  • Vomissements à plus de deux ou trois reprises
  • Pupilles de taille inégale ou ne réagissant pas à la lumière
  • Écoulement de sang ou d'un liquide clair du nez ou des oreilles

Tableau 4 : Instructions aux parents ou aux gardiens relativement à l'observation à la maison d'un nouveau-né ou d'un jeune enfant ayant subi un traumatisme crânien

Amener immédiatement l'enfant à la clinique si l'un des signes ou des symptômes suivants apparaît dans les 72 heures qui suivent le retour à la maison :
  • Manque d'appétit
  • Vomissements à plus de deux ou trois reprises
  • Somnolence inhabituelle ou difficulté à se réveiller
  • Bombement des fontanelles
  • Comportement inhabituel

Tableaux adaptés de la source suivante : Children's Hospital of Eastern Ontario. Emergency care orientation manual. (2004). Minor Head Injury Discharge Instructions handout.

Traitement d'une blessure modérée ou grave

Prise en charge prioritaire

Il faut évaluer les voies respiratoires, la respiration et la circulation avant de procéder à une anamnèse détaillée ou d'effectuer l'examen neurologique. L'instabilité de l'appareil cardiorespiratoire peut être due à une lésion intracrânienne grave, à une hypertension intracrânienne ou à une lésion siégeant à d'autres régions telles que le thorax et l'abdomen. Il est essentiel d'assurer rapidement une assistance respiratoire et un traitement de l'état de choc ces facteurs peuvent en effet causer un traumatisme intracrânien secondaire s'ils ne sont pas corrigés.

Stabilisation de la tête et de la colonne cervicale

Stabilisez manuellement la tête dans l'axe du corps jusqu'à ce que la possibilité d'une blessure à la colonne cervicale ait été exclue ou jusqu'à ce que le cou ait été immobilisé sur une surface plane et dure, des poids ayant été placés sur les deux côtés du cou.

Suturez les lacérations du cuir chevelu, car elles peuvent causer des pertes sanguines importantes.

Consultation

Dans le cas d'une perte de conscience, consultez un médecin au sujet de l'examen et du traitement.

Traitement adjuvant
  • Amorcez un traitement IV avec du soluté physiologique pour maintenir un accès veineux (à moins que l'état de choc ne soit dû à d'autres blessures)
  • Administrez de l'oxygène à raison de 6-10 l/min ou plus si nécessaire
Interventions non pharmacologiques
  • Élevez la tête du lit de 30° à 45°
  • Alignez la tête et le cou dans l'axe du corps
  • Réduisez au minimum les stimuli (par exemple aspiration et mouvement)
  • Réduisez l'apport de liquides à 60 % de la quantité normale (sauf en présence d'un état de choc)
  • Pour maîtriser une hypertension intracrânienne : mettez en place les mesures qui précèdent et provoquez une hyperventilation contrôlée si une intubation est possible
Interventions pharmacologiques

Administrez des diurétiques si l'hypertension intracrânienne s'aggrave (en présence d'une détérioration documentée de l'état du patient) en dépit des mesures indiquées ci-dessus :

  • mannitol, 0,5 à 1 g/kg IV
Surveillance et suivi

Surveillez les voies respiratoires, la respiration, la circulation, les signes vitaux, la saturation en oxygène par oxymétrie de pouls (si possible), l'état de conscience (avec série de scores à l'échelle de Glasgow), l'apport liquidien et le débit urinaire.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Procédez à l'évacuation médicale.

Céphalée

Céphalée aiguë

Douleur au niveau de la tête intéressant les vaisseaux sanguins, les méninges et les parties osseuses et tissus mous de la tête. Peut aussi être définie comme la présence d'une douleur diffuse touchant différentes régions de la tête sans être confinée au territoire d'un nerf en particulierNote de bas de page 21.

Céphalée chronique ou récurrente

Mal de tête chronique dont les causes se rangent en trois grandes catégories : facteurs vasculaires (migraines), contractions musculaires (céphalées de tension) et facteurs organiques. Peut apparaître à tout âge.

Les facteurs vasculaires (à l'origine des migraines) et les contractions musculaires (qui causent les céphalées de tension) sont les principales causes de céphalée chez l'enfant. Des céphalées primitives peuvent aussi être causées par la traction de structures sensibles à la douleur, par l'inflammation des vaisseaux ou des méninges ou par une dilatation vasculaireNote de bas de page 21.

Lésions vasculaires
  • Malformation artérioveineuse
  • Anévrisme sacciforme
  • Infarctus cérébral
  • Hémorragie intracrânienne

Migraine

Les céphalées vasculaires (migraines) sont courantes chez les enfants, qui présentent souvent seulement certains signes de l'affection. Ce type de céphalée devrait être envisagé pour toute céphalée récurrente.

  • Classique
  • Courante
  • Céphalée vasculaire de Horton

Infarctus migraineux

  • Tronc basilaire
  • Hémiplégique
  • Ophtalmoplégique

Variantes de la migraine

  • État confusionnel aigu
  • Vertiges positionnels paroxystiques bénins
  • Vomissements cycliques
Contractions musculaires
  • Tension
Infection
  • Abcès du cerveau
  • Infection dentaire
  • Encéphalite
  • Méningite
  • Sinusite (chronique)
Traumatisme
  • Blessure au cou
  • Syndrome commotionnel
  • Hématome sous-dural
Intoxications
  • Monoxyde de carbone
  • Métaux lourds (par exemple plomb)
  • Agents non médicamenteux
  • Consommation excessive de vitamines
Causes psychogéniques
  • Conversion
  • Dépression
  • Trouble factice
Autres causes
  • Allergie ou sensibilité alimentaire
  • Vice de réfraction
  • Déséquilibre moteur des deux yeux
  • Dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire

Les aliments fréquemment associés aux céphalées comprennent le fromage, le chocolat, les agrumes, les hot-dogs, le jambon, les produits laitiers, le café, le thé, les colorants et additifs alimentaires, les édulcorants artificiels, le vin, la bière et les noix. Les céphalées peuvent aussi être déclenchées par le jeûneNote de bas de page 22.

Il est également possible d'observer une association entre les céphalées et différents composés chimiques, dont la tyramine, les phénéthylamines, les nitrates, le monoxyde d'azote, la caféine, l'acide linoléique, le glutamate monosodique, les sulfites, la tartrazine et les protéines allergènes, l'aspartame, l'histamine et les hormones liées au stress. De plus, les céphalées peuvent être déclenchées par le sevrage de caféine et l'hypoglycémieNote de bas de page 22.

Céphalées liées à une hypertension intracrânienne
  • Tumeurs cérébrales
  • Hydrocéphalie
  • Hypertension

Anamnèse

Faites l'anamnèse en recueillant des renseignements auprès de nombreuses sources, notamment l'enfant, ses parents (ou la personne qui s'en occupe) et ses professeurs. Il est préférable qu'on vous décrive non seulement la première céphalée, mais également les plus récentes. Les enfants de plus de 4 ans peuvent être en mesure de bien décrire leurs symptômes.

Apparition
  • Début de la céphalée
  • Circonstances associées à la céphalée initiale (par exemple traumatisme, consommation de médicaments)
  • Aura : visuelle, auditive
Localisation
  • Unilatérale ou bilatérale
Irradiation
  • Endroit où la céphalée débute
  • Endroit où la douleur est la plus vive
  • Régions auxquelles la douleur s'étend
  • Irradiation occipitale : problèmes au cou, névralgie occipitale, migraine basilaire
  • Irradiation faciale : sinus, dents ou articulation temporo-mandibulaire
Qualité
  • Vive, sourde ou constrictive
  • Sensation de pulsations ou de battements (caractéristique des céphalées vasculaires)
  • Évolution du type de douleur avec le temps
Gravité
  • Intensité de la céphalée sur une échelle de 1 à 10, 10 représentant la pire douleur jamais ressentie
  • Augmentation ou diminution de l'intensité de la douleur avec le temps
  • Perturbation des activités quotidiennes de l'enfant
Chronologie
  • Constante ou intermittente
  • Fréquence par jour, par semaine et par mois
  • Augmentation de la fréquence et de l'intensité avec le temps
  • Association avec un moment particulier de la journée, de la semaine, du mois ou de la saison
  • Durée et augmentation ou non de la durée dans le temps
Symptômes associés (bilan fonctionnel)
  • Nausée et vomissements avec ou sans douleurs abdominales (caractéristiques de la migraine)
  • Photophobie, douleurs faciales, fièvre
  • Signes d'atteinte neurologique passagers
  • Confusion aiguë, hémiplégie, ophtalmoplégie, syncope, vertige, paresthésie, phonophobie
  • Dépression
  • Anorexie, baisse du rendement scolaire, insomnie, perte de poids
  • Autres problèmes médicaux
  • Antécédents médicaux
  • Antécédents familiaux de céphalée

Les céphalées récurrentes qui durent plus de 3 mois sans être associées à d'autres symptômes sont rarement dues à des facteurs organiques. Les céphalées relativement récentes (moins de 3 semaines) et dont la fréquence et l'intensité augmentent doivent être évaluées sans tarder.

Observations

Dans les cas de céphalée, les signes physiques sont habituellement négligeables.

  • La tension artérielle est habituellement normale (elle peut cependant être augmentée en raison de la douleur)
  • La température peut être élevée en raison d'une infection (par exemple méningite)
  • Taille et poids
Tête, yeux, oreilles, nez et gorge
  • Expression grimaçante
  • Raideur de la nuque
  • Examen du fond de l'œil (papilles optiques, vaisseaux sanguins) : les résultats sont souvent normaux
  • Spasmes ou sensibilité des muscles du cou, sensibilité de l'articulation temporo-mandibulaire
  • Déficit des nerfs crâniens
  • Rhinorrhée purulente
  • Haleine fétide, abcès dentaires
  • Souffles céphaliques : passez la cloche du stéthoscope sur les régions fronto-temporales et les orbites
Examen neurologique
  • État de conscience
  • État mental : attitude générale, confusion, dépression, stress
  • Lésions cutanées (taches « café au lait »)
  • Anomalies focales (par exemple tics, paralysie des membres)
  • Déficits sensoriels
  • Réflexes tendineux profonds anormaux
  • Confusion mentale
Tableau clinique des céphalées communes

Céphalées liées à une hypertension intracrânienne

  • Augmentation rapide de la fréquence et de l'intensité des céphalées
  • La céphalée atteint son paroxysme au réveil, puis diminue au cours de la journée
  • La douleur perturbe le sommeil de l'enfant
  • Aggravée par la toux et la manœuvre de Valsalva
  • Peut être soulagée par des vomissements
  • Symptômes associés : signes d'atteintes neurologiques focales; altération de la démarche; modifications du comportement, de la personnalité et des facultés cognitives et d'apprentissage

La plupart des enfants ayant une tumeur cérébrale présentent des signes évidents d'atteinte neurologique dans les 4 mois qui suivent l'apparition des céphalées.

Migraine classique

  • Céphalée pulsatile, périodique, épisodes séparés par des périodes asymptomatiques et associés à au moins trois des symptômes suivants : douleurs abdominales avec nausée ou vomissements, aura (motrice, sensorielle ou visuelle), antécédents familiaux de migraine
  • Unilatérale
  • Soulagée par le sommeil

Céphalée de tension

  • Sensation de serrement ou de pression au niveau des deux lobes frontaux, de la région occipitale ou de la nuque, persistant pendant des jours ou des semaines, mais qui ne perturbe pas les activités régulières (par exemple sommeil); absence de prodrome; observée chez des sujets de tout âge
  • Symptômes associés : serrement des muscles du cou, sensibilité du cuir chevelu; la nausée, les vomissements et les auras sont peu fréquents

Vice de réfraction

  • Céphalée frontale persistante qui est exacerbée lorsque l'enfant lit ou fait ses devoirs

Dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire

  • Céphalée temporale
  • Symptômes associés : inconfort localisé à la mâchoire, malocclusion (occlusion croisée), réduction de l'amplitude des mouvements mandibulaires, claquement lors des mouvements mandibulaires, bruxisme (grincement des dents)

Sinusite chronique

  • Céphalée frontale
  • Sensibilité à la percussion au-dessus des sinus frontaux, maxillaires ou nasaux
  • Symptômes associés : rhinorrhée et congestion prolongées, toux et écoulement post-nasal chroniques, anorexie, température subfébrile, malaise

Les enfants de moins de 10 ans présentent rarement des céphalées récurrentes secondaires à une sinusite chronique.

Diagnostic différentiel

Voir la section « Causes ».

Complications

  • Les céphalées récurrentes ou chroniques peuvent être incapacitantes et entraîner l'absentéisme à l'école et le retrait social de l'enfant
  • Les lésions, masses et infections intracrâniennes présentent un danger de mort

Tests diagnostiques

La plupart des céphalées peuvent être diagnostiquées à la lumière de l'anamnèse et de l'examen physique. Dans les cas de céphalée récurrente ou chronique, un relevé quotidien des céphalées peut faciliter le diagnostic (voir le formulaire intitulé « Exemple de relevé des céphalée et des crises convulsives »).

Les guides de pratique clinique n'accordent aucune valeur diagnostique à la ponction lombaire et à l'électroencéphalographie systématiquesNote de bas de page 22.

L'imagerie neurologique est recommandée en cas de modification de la symptomatologie des céphaléesNote de bas de page 22 :

  • Aggravation des céphalées
  • Modification du type de céphalée
  • Altération de la fonction neurologique, notamment de la performance scolaire
  • Apparition de céphalées intenses

Exemple de relevé des céphalées et des crises convulsives

Exemple de relevé des céphalées et des crises convulsives

Le formulaire est utilisé pour consigner les maux de tête et les crises convulsives sur une période d'un an. L'en-tête est divisé en deux sections. Sur la partie gauche, les données démographiques, soit le nom de l'enfant et le numéro de dossier peuvent être insérées. La partie droite contient le nom de l'établissement et le titre du formulaire: Relevé mensuel des céphalées/crises convulsives. Le reste du formulaire présente une grille de calendrier où une colonne verticale de gauche, présente les jours du mois (1-31). Situé sur l'axe horizontal, sont les mois de l'année, sous lesquels on retrouve une case les divisant en jours et en nuits. Les  céphalées ou les crises convulsives sont enregistrées dans la boîte correspondante à un épisode de jour ou de nuit. Le verso du formulaire est divisé en deux colonnes : l'une pour enregistrer la date et l'heure d'un épisode, l'autre pour décrire chaque épisode en termes de durée, de facteurs déclenchants et dans le cas d'une céphalée, tous les aliments ingérés 24 heures avant l'épisode.

Traitement

Objectifs

Les objectifs varient selon la cause de la céphalée.

Céphalée aiguë

  • Exclure toute pathologie organique sévère
  • Soulager la douleur

Céphalée récurrente ou chronique

  • Soulager la douleur
  • Prévenir la récurrence
  • Éviter la perturbation des activités normales de la vie quotidienne (par exemple aller à l'école)
Consultation

Consultez immédiatement un médecin dans les cas suivants :

  • Possibilité d'une cause organique sous-jacente
  • Incertitude quant au diagnostic
  • Céphalée chronique ne répondant pas aux analgésiques courants
Interventions non pharmacologiques

Rassurez et renseignez le patient :

  • Informez les parents ou la personne qui s'occupe de l'enfant que les céphalées sont un problème courant chez les enfants.
  • Expliquez les mécanismes physiopathologiques à l'origine des céphalées du patient
  • Soulignez l'importance d'éviter les facteurs qui déclenchent les céphalées
  • Cernez les sources de stress et expliquez les façons de les atténuer
  • Expliquez l'utilisation des médicaments (dose, fréquence, effets secondaires)

Thérapie de relaxation et imagerie visuelle :

  • Exercices de respiration
  • Exercices d'imagerie visuelle
  • Hypnothérapie
  • Enregistrements favorisant la relaxation
Interventions pharmacologiques

Les analgésiques sont utiles pour traiter les céphalées de tension et les migraines légères :

  • acétaminophène (Tylenol), 10-15 mg/kg par dose (habituellement le médicament de choix), toutes les 4 heures, au besoin
  • Les enfants de plus de 6 ans peuvent recevoir 325 mg, et ceux de plus de 12 ans peuvent recevoir entre 325 et 650 mg PO toutes les 4 heures au besoin.
  • ou

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) :

  • ibuprofène (Motrin), 5-10 mg/kg par dose PO toutes les 6-8 heures au besoin, jusqu'à concurrence de 40 mg/kg/jour

N'utilisez pas d'acide acétylsalicylique (AAS), car il est associé au syndrome de Reye.

Pour les migraines :

  • Évitez les facteurs déclenchants
  • Vous pouvez administrer des analgésiques simples (acétaminophène, ibuprofène) dès les premiers signes d'aura ou de céphalée
  • Évitez de recourir à des narcotiques

Un traitement prophylactique des migraines pourra être prescrit, à la recommandation d'un médecin.

De plus amples renseignements au sujet du traitement et de la prophylaxie des migraines sont présentés à la section « Migraines ».

Surveillance et suivi

Lors des visites subséquentes :

  • Examinez le relevé quotidien des céphalées si vous n'êtes pas en mesure de déterminer la cause lors de la première consultation. Cela vous permettra également d'évaluer les résultats du traitement.
  • Soulignez l'importance d'adopter des habitudes de vie saines (sommeil, activité physique et alimentation).
Orientation vers d'autres ressources médicales

Procédez à l'évacuation médicale de tout enfant qui présente des symptômes aigus et chez qui une cause organique est évidente ou ne peut pas être exclue sans d'autres examens. Si les symptômes sont légers, dirigez l'enfant vers un médecin (rendez-vous non urgent).

Sources

Les adresses Internet ont été vérifiées en février 2012.

Behrman RE, Kliegman R, Jenson HB. Nelson's essentials of pediatrics. 17th ed. Philadelphia, PA: W.B. Saunders; 2002.

Berkowitz CD. Berkowitz's pediatrics: A primary care approach. Philadelphia, PA: W.B. Saunders; 2000.

Bickley LS. Bates' guide to physical examination and history taking. 7th ed. Baltimore, MD: Lippincott Williams & Wilkins; 1999.

Cash JC, Glass CA. Family practice guidelines. Philadelphia, PA: Lippincott Williams & Wilkins; 1999.

Cheng A, Williams B, Sivarajan B (rédacteurs). The Hospital for Sick Children handbook of pediatrics. 10th ed. Toronto, ON; Elsevier Canada;, 2003.

Children's Hospital of Eastern Ontario. Emergency care orientation manual (2004). Minor head injury discharge instructions handout.

Children's Hospital of Eastern Ontario. Emergency care orientation manual (2008). Neurological disorders.

Gray J (rédactrice en chef). Therapeutic choices. 5th ed. Ottawa, ON: Canadian Pharmacists Association; 2008.

Hay WW, Hayward AR, Sondheimer JM. Current pediatric diagnosis and treatment. New York, NY: McGraw-Hill; 2000.

Hockenberry MJ, Wilson D. Wong's nursing care of infant and children. 8th ed. Mosby Elsevier; 2007.

Karch AM. Lippincott's 2002 nursing drug guide. Philadelphia, PA: Lippincott; 2002.

Pilla NJ, Rosser WW, Pennie RA, et al. Anti-infective guidelines for community acquired infections. Toronto, ON: MUMS Guidelines Clearing House; 2010.

Prateek L, Waddell A. Toronto notes - MCCQE 2003 review notes. 19th ed. Toronto, ON: University of Toronto, Faculty of Medicine; 2003.

Robinson DL, Kidd P, Rogers KM. Primary care across the lifespan. St. Louis, MO: Mosby; 2000.

Schwartz WM (rédacteur). The five minute pediatric consult. Baltimore, MD: Williams & Wilkins; 1997.

Strange GR (rédacteur). APLS - The pediatric emergency medicine course manual. 3rd ed. Elk Grove Village, IL: American College of Emergency Physicians and American Academy of Pediatrics; 1998.

Uphold CR, Graham MV. Clinical guidelines in family practice. 4th ed. Gainesville, FL: Barmarrae Books; 2003.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :