Soins des enfants et des adolescents - Chapitre 17 - Hématologie, endocrinologie, métabolisme et immunologie

Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI), Guide de pédiatrie clinique du personnel infirmier en soins primaires

Le contenu du présent chapitre a été mis à jour en septembre 2011

Sur cette page :

Évaluation des problèmes hématologiques, endocriniens, métaboliques et immunologiques

La symptomatologie et l'examen des différents systèmes et appareils ne sont pas abordés comme tels dans le présent chapitre parce que les problèmes hématologiques, endocriniens, métaboliques et immunologiques produisent souvent des signes et des symptômes dans plus d'un système ou appareil, notamment :

Pour chaque problème hématologique, endocrinien, métabolique ou immunologique, les observations attendues sont mentionnées par système ou appareil et sont suivies de liens vers la section correspondante du Guide, comme le montre l'exemple suivant :

Anémie ferriprive -- Observations :

Système tégumentaire : inspectez et palpez la peau, recherchez une pâleur (paumes), une sécheresse et une température anormale (peau froide); évaluez le temps de remplissage capillaire; inspectez les ongles (habituellement minces, cassants et profondément striés ou concaves [koïlonychie]); inspectez les cheveux (secs, cassants).

Veuillez vous reporter à la section pertinente pour obtenir plus de renseignements sur la symptomatologie et l'examen physique concernant chaque appareil ou système.

Problèmes hématologiques courants

Anémie ferriprive

L'anémie est définie comme une diminution du taux d'hémoglobine ou de la masse de globules rouges en circulation au-dessous des valeurs limites pour l'âge et le sexe. L'anémie ferriprive est la forme la courante d'anémie hypochrome microcytaireNote de bas de page 1.

L'anémie ferriprive est rare chez les nourrissons nés à terme de moins de 6 mois et chez les nourrissons prématurés qui n'ont pas encore doublé leur poids à la naissanceNote de bas de page 2. L'anémie ferriprive est courante chez les tout-petits (surtout les 9 à 18 mois) et les adolescents (surtout les jeunes filles menstruées) et est causée par une carence en fer et à l'augmentation des besoins en fer due à la croissance rapideNote de bas de page 3. La prévalence de l'anémie ferriprive chez les nourrissons autochtones peut varier de 14 % à 50 %, tandis qu'elle peut varier de 4 % à 5 % dans la population canadienne en général. Une étude effectuée récemment auprès de nourrissons âgés de 4 à 18 mois dans deux communautés cries des Premières nations du Nord de l'Ontario et une communauté inuite a révélé que la prévalence de l'anémie, tous les types confondus, s'élevait à 36 %, que 27,6 % de la population étudiée souffraient d'anémie ferriprive et que 53,3 % avaient des réserves en fer appauvriesNote de bas de page 4. L'anémie ferriprive peut avoir des conséquences négatives importantes sur le développement moteur, cognitif et socio-affectif. étant donné que ces conséquences pourraient être permanentes, l'anémie ferriprive constitue un problème de santé publique crucialNote de bas de page 5.

Voir également la section « Anémie ferriprive » du Guide de pratique s'appliquant aux adultes.

Causes

  • Insuffisance de l'apport alimentaire quotidien en fer (fréquente chez les enfants et les adolescents, ainsi que chez les nourrissons nourris avec une préparation non enrichie de fer)
  • Besoins accrus en fer sans apport supplémentaire (durant les poussées de croissance des nourrissons, des jeunes enfants et des adolescents)
  • Insuffisance des réserves en fer à la naissance due à une mauvaise absorption du fer in utero ou à une hémorragie fœtale et/ou néonatale
  • Allaitement au sein exclusif prolongé
  • Utilisation précoce et prolongée du lait de vache ou du lait évaporé avant l'âge de 1 an
  • Carences nutritionnelles (par exemple, acide folique)
  • Effets toxiques (par exemple, intoxication par le plomb)
  • Insuffisance médullaire
  • Anomalie de la structure de l'hémoglobine
Facteurs de risque
  • Statut socioéconomique faible
  • Membre d'une population ethnique à risque élevé (de race noire ou d'origine autochtone, chinoise ou latino-américaine)
  • Nourrissons prématurés et de faible poids à la naissance (< 2 500 g)
  • Nourrissons nés d'une mère atteinte de diabète mal maîtrisé
  • Hémorragie périnatale, grossesse multiple ou faible taux d'hémoglobine à la naissance
  • Infection (par exemple, infection infantile chronique, infection à Helicobacter pyloriNote de bas de page 11)
  • Consommation de lait de vache

Anamnèse

Nourrissons (de la naissance à 1 an) :

  • Naissance prématurée ou faible poids à la naissance (< 2 500 g)
  • Allaitement au sein exclusif pendant plus de 6 mois sans supplément de fer
  • Alimentation principalement constituée de lait de vache (> 24 oz/jour) ou introduction précoce du lait de vache (avant l'âge de 9 à 12 mois)
  • Alimentation pas assez fréquente et en quantité insuffisante
  • Jalons du développement non atteints

Enfants (> 1 à 12 ans) et adolescents (> 12 à 18 ans) :

  • Aliments enrichis de fer consommés en quantité insuffisante et/ou de mauvaise qualité
  • Faible consommation de vitamine C ou de viande
  • Symptômes digestifs (pouvant être un signe de malabsorption ou d'hémorragie gastro-intestinale)
  • Fatigue, perte d'énergie

Adolescents (> 12 à 18 ans) :

  • Régime amaigrissant sévère
  • Pertes sanguines menstruelles chez les adolescentes
  • Fatigue, perte d'énergie

Observations

  • Examinez l'apparence générale et portez une attention particulière à la fatigue apparente.
  • Signes vitaux : pouls au repos (accéléré chez la personne très anémique), fréquence respiratoire (accélérée chez la personne très anémique), saturation en oxygène, température, poids par rapport à la taille (insuffisant) ou obésitéNote de bas de page 13
  • Système tégumentaire : inspectez et palpez la peau, recherchez une pâleur (paumes), une sécheresse et une température anormale (peau froide); évaluez le temps de remplissage capillaire; inspectez les ongles (habituellement minces, cassants et profondément striés ou concaves [koïlonychie]); inspectez les cheveux (secs, cassants).
  • Tête et cou : examinez les yeux pour détecter une pâleur conjonctivale; vérifiez la présence de fissures aux commissures labiales et d'une glossite.
  • Appareil respiratoire : auscultez les poumons (bruits normaux, sauf en présence d'épanchement pleural/insuffisance cardiaque).
  • Appareil cardiovasculaire : auscultez le cœur pour détecter la présence d'un souffle systolique; les cas graves peuvent présenter des signes d'insuffisance cardiaque.
  • Appareil digestif : écoutez les bruits intestinaux; palpez l'abdomen pour y détecter une sensibilité, une hépatomégalie ou une splénomégalie.
  • Système nerveux : évaluez la force musculaire et la sensibilité; recherchez des signes de problèmes de concentration et d'irritabilité.

Diagnostic différentiel

  • Anémie des maladies chroniques
  • Anémie hémolytique
  • Anémie hémorragique aiguë
  • Anémie aplasique
  • Thalassémie
  • Anémie par carence en vitamine B12
  • Anémie par carence en folates
  • Retard de croissance attribuable à la diminution de l'apport nutritif

Complications

  • Déficits cognitifs
  • Retard du développement psychomoteur
  • Retard de croissance (poids par rapport à la grandeur)
  • Problèmes de comportement
  • Système immunitaire affaibli
  • Infections fréquentes
  • Insuffisance cardiaque (seulement si l'anémie est grave)

Tests diagnostiques

  • Formule sanguine complète (FSC) (comprend : hémoglobine, hématocrite, numération des globules blancs (GB) avec formule leucocytaire, numération plaquettaire, VGM, numération des réticulocytes)
  • Au besoin, pour différencier la carence en fer des autres causes de l'anémie, vous pouvez envisager les tests suivants :
    • Frottis de sang périphérique
    • Dosage de la ferritine sérique
    • Dosage du fer sérique
    • Capacité totale de fixation du fer (CTFF)

Les valeurs moyennes normales de l'hémoglobine, de l'hématocrite et de la ferritine varient selon l'âge de l'enfant. Le taux de ferritine peut être plus élevé en cas d'infection ou de maladie graveNote de bas de page 17. Voir le tableau 1, Taux d'hémoglobine et hématocrite selon l'âge, et le tableau 2, Taux de ferritine selon l'âgeNote de bas de page 9 Note de bas de page 16.

Tableau 1 : Taux d'hémoglobine et hématocrite selon l'âge
Âge Taux d'hémoglobine (g/l) Hématocrite (%)
1 à < 2 ans 110 32,9
2 à < 5 ans 111 33,0
5 à < 8 ans 115 34,5
8 à < 12 ans 119 35,4
Adolescents de 12 à < 15 ans

Adolescentes de 12 à < 15 ans

125

118

37,3

35,7

Adolescents de 15 à < 18 ans

Adolescentes de 15 à < 18 ans

133

120

39,7

35,9

Hommes ≥ 18 ans

Femmes ≥ 18 ans

135

120

39,9

35,7

Tableau 2 : Taux de ferritine selon l'âge
Âge Taux de ferritine (µg/l)
1 à 12 mois 14-400
12 mois à l'âge adulte 22-400

Traitement

Objectifs
  • Soulager les signes et les symptômes de l'anémie
  • Ramener le taux d'hémoglobine à une valeur normale ou adéquate
  • Rétablir les réserves en fer de l'organisme
  • Identifier et traiter les causes sous-jacentes de l'anémie
Consultation
  • Consultez un médecin si le taux d'hémoglobine est < 110 g/l ou si l'enfant semble gravement malade (par exemple, insuffisance cardiaque).
Interventions non pharmacologiques
  • Expliquez la nature et l'évolution de l'anémie ainsi que les risques qu'elle peut présenter pour la croissance et le développement des aptitudes psychomotrices, cognitives et comportementales.
  • Encouragez la consommation d'aliments riches en fer ou enrichis de fer (par exemple, céréales, préparation pour nourrissons, viande).
  • Renseignez le client au sujet de l'utilisation appropriée des suppléments de fer :
    • dose, fréquence, effets secondaires, importance de l'adhésion au traitement;
    • nécessité d'augmenter graduellement la dose afin de réduire au minimum les effets indésirables digestifs (nausées, vomissements, dyspepsie, constipation, diarrhée ou selles foncées) et de favoriser l'adhésion au traitement
    • Le fer est mieux absorbé lorsque l'estomac est vide (ne pas administrer de fer dans les 2 heures suivant l'ingestion de produits laitiers, de son, de grains entiers ou d'autres substances qui inhibent l'absorption du fer).
    • La vitamine C augmente l'absorption du fer dans le tube digestif (conseillez au client d'administrer les suppléments de fer avec des jus d'agrumes pour en maximiser l'absorption).
  • Les préparations liquides à prendre par voie orale peuvent provoquer l'apparition de taches sur les dents. Pour éviter que cela se produise, il est recommandé de mélanger la préparation à de l'eau ou à du jus de fruit (et non à du lait) et d'utiliser une paille, puis de rincer la bouche avec de l'eau ou du jus. Le brossage des dents avec du bicarbonate de sodium permet d'enlever les taches sur les dents.
  • On recommande d'éviter les AINS (par exemple, ibuprofène).
Interventions pharmacologiques

Au Canada, il est possible de se procurer trois sels de fer, qui diffèrent selon leur teneur en fer élémentaire :

  • le fumarate ferreux (~ 33 % de fer élémentaire)
  • le sulfate ferreux (~ 20 % de fer élémentaire)
  • le gluconate ferreux (~ 11 % de fer élémentaire)
Nourrissons de plus de 4 mois et enfants :
Formes pharmaceutiques appropriées Posologie
Fumarate ferreux, 60 mg/ml, suspension orale
(20 mg/ml de fer élémentaire)

Anémie légère à modérée :
3 mg de fer élémentaire/kg/jour en 1-2 doses fractionnées

Anémie grave :
4-6 mg de fer élémentaire/kg/jour en 3 doses fractionnées

Sulfate ferreux, 75 mg/ml, gouttes (par exemple, Fer-In-Sol)
(15 mg/ml de fer élémentaire)
Sulfate ferreux, 30 mg/ml, sirop
(6 mg/ml de fer élémentaire)
Adolescents de 12 à 18 ans :
Formes pharmaceutiques appropriées Posologie
Fumarate ferreux, 300 mg, comprimés
(100 mg de fer élémentaire)

60-120 mg de fer élémentaire/jour

Gluconate ferreux, 300 mg, comprimés
(35 mg de fer élémentaire)
Sulfate ferreux, 300 mg, comprimés
(60 mg de fer élémentaire)
Surveillance et suivi

Dans le cas des clients souffrant d'anémie ferriprive qui reçoivent des suppléments de fer :

  • Faites un suivi 1 mois après le début du traitement (évaluez l'adhésion au traitement, les effets secondaires); ne répétez le dosage de l'hémoglobine (qui devrait avoir augmenté de 10 g/l en 1 mois) et la mesure de l'hématocrite (qui devrait avoir augmenté de 3 %) afin de confirmer le diagnostic d'anémie ferriprive que si le taux d'hémoglobine initial était < 100 g/l.
  • Faites un autre suivi 3 mois après le début du traitement afin d'évaluer si celui-ci a permis de ramener les réserves en fer dans l'intervalle des valeurs normales selon l'âge (demandez une FSC, y compris la mesure de l'hématocrite et la numération des réticulocytes).
  • Réévaluez le taux d'hémoglobine et l'hématocrite 6 mois après la fin du traitement.
Orientation vers d'autres ressources médicales

Au besoin, planifiez un suivi avec un médecin ou une infirmière praticienne :

  • Durant la phase initiale du traitement si le nombre de réticulocytes n'a pas augmenté après 1 mois de traitement oral
  • Durant la phase de traitement s'il n'y a aucune réponse (hémoglobine) après 3 mois de traitement
  • Si le traitement n'atténue pas les symptômes
  • S'il y a des signes de complications
Prévention

Les nourrissons inuits et des Premières nations risquent de souffrir d'anémie ferripriveNote de bas de page 21. Le dosage de l'hémoglobine devrait être réalisé entre l'âge de 6 et 12 mois ou, idéalement, à 9 moisNote de bas de page 8.

Interventions pharmacologiques préventivesNote de bas de page 22 :

Un supplément de fer doit être administré aux nourrissons allaités avec une préparation de lait évaporéNote de bas de page 13.

Nourrissons prématurés (< 37 semaines) et de faible poids à la naissance (< 2 500 g) de 4 à 8 semaines :
Lait maternel Fumarate ferreux, 60 mg/ml, suspension
(20 mg/ml de fer élémentaire)
2-4 mg de fer de élémentaire/kg/jour
(15 mg/jour maximum)
Sulfate ferreux, 75 mg/ml, gouttes
(15 mg/ml de fer élémentaire)
Sulfate ferreux, 30 mg/ml, sirop
(6 mg/ml de fer élémentaire)
Préparation pour nourrissons +/- lait maternel Préparation enrichie de fer 1-1,5 mg de fer élémentaire/100 ml de préparation (quand la mère est prête à nourrir son bébé avec une préparation)

Ne pas administrer de supplément de fer si une préparation enrichie de fer est utilisée.

Nourrissons de 0 à 6 mois nés à terme :
Lait maternel Aucun supplément de fer n'est généralement nécessaire. Les nourrissons allaités au sein devraient recevoir un supplément de vitamine D à partir de la naissance jusqu'à ce que l'alimentation leur procure un apport en vitamine D. Vitamine D (10 μ g = 400 UI/jour)

20 μ g = 800 UI/jour dans les communautés du Nord

Introduire les céréales enrichies de fer à l'âge de 6 mois.

Préparation pour nourrissons +/- lait maternel Préparation enrichie de fer ou céréales pour bébés enrichies de fer 1-1,5 mg de fer élémentaire/100 ml de préparation (quand la mère est prête à nourrir son bébé avec une préparation)

Ne pas administrer de supplément de fer si une préparation enrichie de fer est utilisée.

Nourrissons de > 6 à 12 mois :
Aliments complémentaires + lait maternel et/ou préparation pour nourrissons Introduire les aliments complémentaires contenant du fer après 6 mois PLUS une préparation enrichie de fer ou des céréales pour bébés enrichies de fer et/ou poursuivre l'allaitement maternel. Attendre l'âge de 9 à 12 mois pour introduire le lait de vache. 1-1,5 mg de fer élémentaire/100 ml de préparation (quand la mère est prête à nourrir son bébé avec une préparation)

Ne pas administrer de supplément de fer.

Les aliments riches en fer comprennent : la viande rouge, les abats, la volaille, le poisson, le gruau, les haricots.

Tout-petits de > 1 an :
Les suppléments de fer NE sont PAS nécessaires à moins que l'alimentation ne renferme pas suffisamment d'aliments riches en fer.

Continuer de donner des céréales enrichies de fer jusqu'à l'âge de 2 ans.

Les aliments riches en fer comprennent : la viande rouge, les abats, la volaille, les fruits de mer, le poisson, le gruau, les haricots, les pommes de terre avec la pelure, les raisins secs.

Problèmes endocriniens et métaboliques courants

Diabète sucréNote de bas de page 23

Le diabète sucré est un trouble du métabolisme caractérisé par une hyperglycémie causée soit par un défaut de sécrétion d'insuline, soit par l'augmentation de la résistance des tissus à l'insuline, soit par ces deux causes à la fois. En 2005-2006, environ 1,9 million de Canadiens et de Canadiennes ont reçu un diagnostic de diabète. Environ 10 % des personnes diabétiques souffrent de diabète de type 1, les 90 % restants ayant un diabète de type 2Note de bas de page 24.

Pour de plus amples renseignements, voir le Guide de pratique clinique s'appliquant aux adultes.

Classification

Il existe deux grands types de diabète. Les deux peuvent entraîner des complications sérieuses à long terme, notamment des maladies cardiovasculaires, de l'hypertension, de l'insuffisance rénale, une rétinopathie et des neuropathies.

Diabète de type 1

Le diabète sucré de type 1 est causé par la destruction auto-immune ou idiopathique des cellules ß du pancréas, ce qui se traduit par un déficit absolu en insuline et une tendance à l'acidocétose. La maladie apparaît généralement chez les sujets jeunes (< 30 ans). Le diabète de type 1 est rare chez les Autochtones.

Diabète de type 2

Le diabète sucré de type 2 est causé par une anomalie de la sécrétion d'insuline et une augmentation de la résistance des tissus à l'insuline. La maladie apparaît généralement chez les personnes d'âge moyen ou plus âgées. Les personnes atteintes de diabète de type 2 sont beaucoup moins sujettes à l'acidocétose.

La prévalence du diabète de type 2 atteint des proportions épidémiques chez les Autochtones, qui sont de 3,6 à 5,3 fois plus touchés par la maladie que la population en généralNote de bas de page 25. Des données récentes indiquent que 19,7 % des adultes des Premières nations ont reçu un diagnostic de diabète, et que 35 % d'entre eux sont âgés de 55 ans ou plusNote de bas de page 26. Les taux de prévalence ajustés selon l'âge varient de 19 % à 26 % et figurent parmi les plus élevés au mondeNote de bas de page 27 Note de bas de page 28.

Bien qu'il touche généralement les adultes, le diabète de type 2 est souvent diagnostiqué chez des enfants et de jeunes adultes des Premières nations. Les jeunes des Premières nations qui reçoivent un diagnostic de diabète ont en moyenne 11 ansNote de bas de page 29. Au cours des dernières années, un nombre croissant d'adolescents et de jeunes enfants des Premières nations ont reçu un diagnostic de diabète de type 230.

Autres troubles du métabolisme glucidique

  • Hyperglycémie modérée à jeun (HMJ)
  • Intolérance au glucose (IG)

Le terme « prédiabète » sert à décrire l'HMJ et l'IG. Les personnes dont la glycémie à jeun est élevée souffrent d'HMJ. Celles dont la glycémie est élevée 2 heures après l'épreuve d'hyperglycémie provoquée (EHP) (charge orale de 75 g) sont considérées comme ayant une IG.

Les personnes atteintes de prédiabète risquent de souffrir du diabète et de ses complications. Les mesures de prévention telles que la modification des habitudes de vie (par exemple, alimentation et activité physique) et les tests de détection du diabète plus fréquents sont donc une priorité chez ces personnes. Le présent chapitre porte sur le diabète sucré de type 2.

Causes

Causes possibles du diabète :

  • Dans la plupart des cas, les causes du diabète sucré de type 2 sont inconnues.
  • Prédisposition génétique
  • Maladies infectieuses (par exemple, infection à cytomégalovirus, oreillons, rubéole ou infection à virus d'Epstein-Barr)
  • Maladie auto-immune (type 1 seulement)
  • Maladie induite par des médicaments ou une substance chimique
  • Secondaire à une pancréatite
Facteurs de risque
  • Exposition intra-utérine au diabète, ou diabète gestationnelNote de bas de page 34
  • Poids élevé à la naissance
  • Antécédents familiaux (parent du premier degré atteint de diabète de type 2)
  • Membre d'une population à risque élevé (par exemple, Autochtone)
  • Antécédents d'hyperglycémie modérée à jeun (HMJ) ou d'intolérance au glucose (IG)
  • Obésité abdominale*
  • Excès de poids*
  • Alimentation riche en matières grasses ou ayant un indice glycémique élevé
  • Mode de vie sédentaire
  • Retard de croissance
  • Dyslipidémie
  • Hypertension
  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
  • Acanthosis nigricans (taches foncées sur la peau)
  • Prise de médicaments (par exemple, antipsychotiques, contraceptifs oraux, corticostéroïdes, diurétiques thiazidiques)

* L'obésité est un important facteur de risque modifiable associé au développement du diabète de type 2. En 2004, 18 % des enfants et des adolescents canadiens avaient un excès de poids et 8 % étaient obèsesNote de bas de page 35 Note de bas de page 36. En 2007, l'Enquête régionale longitudinale sur la santé des Premières nations (ERS) a révélé que 22,3 % des enfants des Premières nations étaient considérés comme ayant un excès de poids et que 36,2 % étaient jugés obèsesNote de bas de page 37.

Anamnèse

Diabète de type 1 (~ 10 % de tous les diagnostics de diabète; incidence la plus élevée chez les enfants/adolescents) :

  • Apparition soudaine des symptômes suivants :
    • polyurie, polydipsie, polyphagie
    • perte de poids
    • vision brouillée
  • Nycturie
  • Infections fréquentes ou récurrentes (par exemple, infection à Candida persistante ou récurrente touchant généralement la région fessière des jeunes enfants)Note de bas de page 39
  • Acidocétose (rare chez les adultes)

Diabète de type 2 (~ 90 % de tous les diagnostics de diabète) :

Les symptômes apparaissent graduellement et progressent lentement. Il arrive souvent que les personnes atteintes soient asymptomatiques pendant plusieurs années, puis qu'elles présentent des complications du diabète au moment où la maladie est diagnostiquée.

  • Polyurie, polydipsie, polyphagie
  • Nycturie
  • Antécédents pondéraux (surtout les pertes de poids)
  • Fatigue, irritabilité, manque d'énergie
  • Vision brouillée, changements dans la vision, changements fréquents de la prescription optique
  • Nausées et vomissements
  • Coupures, plaies ou ecchymoses qui prennent du temps à guérir
  • Infections fréquentes ou récurrentes (par exemple, infections vaginales [levures], infections urinaires, infections cutanées des pieds)
  • Syndrome d'allure grippale persistant (acidocétose)
  • Paresthésie des mains/doigts ou des pieds/orteils
  • Prise de médicaments (par exemple, antipsychotiques, contraceptifs oraux, corticostéroïdes, diurétiques thiazidiques)
État de santé actuel

Pour poser le diagnostic :

  • Symptômes (décrits ci-dessus) et complications associés au diabète
  • Antécédents familiaux de diabète et d'autres troubles endocriniens
  • Adolescentes : antécédents obstétricaux (y compris le poids et l'accouchement)

Patients chez qui la maladie a déjà été diagnostiquée :

  • Fréquence, gravité et cause des épisodes d'hypoglycémie ou d'acidocétose
  • Symptômes et traitement des complications touchant les yeux, les reins, le système vasculaire périphérique et les pieds
  • Habitudes et résultats en ce qui concerne le contrôle de la glycémie (par exemple, autosurveillance de la glycémie)

Avec tous les patients, passez en revue les aspects suivants :

  • Facteurs de risque du diabète (voir ci-dessus)
  • Habitudes alimentaires (choix alimentaires, habitudes à l'égard des repas, influences culturelles concernant les aliments)
  • Niveau d'activité physique (fréquence et intensité de l'activité), facteurs qui limitent l'activité physique
  • Médicaments
  • Allergies
  • Tabagisme et consommation d'alcool
  • Antécédents en matière de contraception, de reproduction et de sexualité
  • Antécédents pondéraux
  • Facteurs sociaux (dynamique familiale, scolarité, emploi, habitudes de vie, capacité d'adaptation, facteurs économiques)
Antécédents familiaux
  • Diabète sucré et autres troubles endocriniens
  • Dyslipidémie
  • Hypertension
  • Maladie vasculaire (coronarienne, cérébrovasculaire ou périphérique)
  • Néphropathie
  • Infertilité
  • Hirsutisme
  • Maladie auto-immune
  • Pancréatite
  • Cécité

Observations

La plupart des enfants atteints paraissent normaux, mais ils peuvent sembler malades si le diabète se manifeste subitement. Un examen complet et une revue complète de tous les systèmes doivent être effectués au moment où le diagnostic de diabète est posé, puis au moins une fois par année pour détecter la présence de complications du diabète.

  • Mesurez la taille, le poids et le tour de taille; calculez l'indice de masse corporelle (IMC).
  • Signes vitaux : normaux à moins qu'il y ait des complications
  • Système tégumentaire : inspectez la peau pour détecter la présence d'une infection (par exemple, une infection des pieds ou des ongles), recherchez les signes de déshydratation (yeux creux, muqueuses sèches); vérifiez la couleur et la température de la peau, la présence d'ecchymoses, de plaies, de taches hyperpigmentées causées par l'acanthosis nigricans; inspectez les points d'injection de l'insuline (s'il y a lieu).
  • Tête et cou :
    • Yeux : recherchez les signes fondoscopiques de rétinopathie.
    • Cavité buccale : faites un examen approfondi de la bouche et des dents (une mauvaise hygiène dentaire entraîne un risque d'infection).
    • Cou : faites un examen de la thyroïde.
  • Appareil respiratoire : faites un examen respiratoire régulier.
  • Appareil cardiovasculaire : faites un examen cardiaque complet (recherchez notamment les signes d'insuffisance cardiaque, évaluez les bruits), palpez et auscultez les pouls périphériques.
  • Appareil digestif : faites un examen abdominal; recherchez une hypertrophie des organes.
  • Système nerveux : faites un examen neurologique complet; examinez les pieds pour déceler des changements dans la sensibilité vibratoire, évaluez la proprioception, la réponse à un stimulus tactile léger (avec monofilament) et les réflexes.

Diagnostic différentiel

  • Hyperglycémie modérée à jeun (HMJ)
  • Intolérance au glucose (IG)
  • Glycosurie non diabétique (glycosurie rénale bénigne ou affection des tubules rénaux)
  • Effets secondaires de médicaments (par exemple, antipsychotiques, contraceptifs oraux [surtout les pilules contenant uniquement des progestatifs dans le cas des femmes qui allaitent et qui ont des antécédents de diabète gestationnelNote de bas de page 41] corticostéroïdes, diurétiques thiazidiques)
  • Diabète insipide (polyurie, polydipsie et nycturie, mais pas hyperglycémie)
  • Phéochromocytome (tumeur de la médullosurrénale)
  • Syndrome de Cushing
  • Hyperglycémie transitoire secondaire à un stress important, à de grandes brûlures ou à une infection grave

Complications

Tests diagnostiques

Mesure de la glycémie

Glycémie à jeun ≥ 7 mmol/l

ou

Glycémie aléatoire ≥ 11,1 mmol/l en présence de symptômes

ou

Glycémie 2 heures après l'EHP (charge orale de 75 g) ≥ 11,1 mmol/l

REMARQUE : Dans tous les cas, un test de confirmation (l'un des tests ci-dessus) doit être effectué un jour différent, sauf si le client présente une hyperglycémie symptomatique selon les valeurs indiquées ci-dessus ou une acidocétose diabétique.

Tableau 3 : Concentrations sériques de glucose servant au diagnostic de l'hyperglycémie modérée à jeun (HMJ) et de l'intolérance au glucose (IG)
Type de glycémie Glycémie à jeun et ou ou Glycémie 2 heures après
l'EHP (charge orale de 75 g)
HMJ 6,1-6,9    sans objet
HMJ (isolée) 6,1-6,9 et < 7,8
IG (isolée) < 6,1 et 7,8-11
HMJ et IG 6,1-6,9 et 7,8-11
Diabète ≥ 7 ou ≥ 11
Autres tests

Au besoin, les tests suivants devraient également être effectués au moment du diagnostic dans le cas de tous les adolescents (âgés de 13 à 18 ans) et de tous les enfants de < 13 ans :

  • Dosage de l'hémoglobine A1c (HbA1c)
  • Profil lipidique à jeun (cholestérol total [CT], cholestérol à lipoprotéines de haute densité [C-HDL], triglycérides [TG] et cholestérol à lipoprotéines de basse densité [C-LDL]) pour détecter une dyslipidémie
  • Dosage de l'alanine aminotransférase (ALT) pour détecter une stéatose hépatique de nature non alcoolique
  • Formule sanguine complète (FSC)
  • Dosage de la thyréostimuline (TSH) (20 % à 30 % des enfants peuvent avoir une thyroïdite auto-immune associée)Note de bas de page 47
  • Obtenir un échantillon d'urine pour :
    • une analyse d'urine (courante et microscopie en présence d'une hématurie)
    • la mesure du ratio albumine/créatinine
    • une épreuve sur bandelette réactive pour vérifier la présence de glucose, de corps cétoniques et de protéines

Traitement

La prévention et le traitement du diabète sucré et de ses complications sont hautement prioritaires dans la planification et la prestation des soins de santé dans les communautés autochtones. Tous les enfants chez qui un diabète de type 2 est diagnostiqué devraient dès lors recevoir des conseils soutenus, axés notamment sur la modification des habitudes de vie, de la part d'une équipe de soins de santé pédiatriques interdisciplinaireNote de bas de page 48. Les jeunes ne réagissent pas bien aux stratégies basées sur la peur. Pour aider les jeunes atteints de diabète de type 2, il faut utiliser le renforcement positif et insister sur la réussite.

Objectifs
  • Obtenir une maîtrise glycémique optimale
  • éduquer le client (et la personne qui s'en occupe/sa famille) en ce qui concerne la prise en charge de son traitement
  • Prévenir les complications à long terme
Consultation

Tous les enfants chez qui un diabète sucré de type 1 est diagnostiqué devraient être vus d'urgence par un médecin.

Si un diagnostic de diabète de type 2 est confirmé et que les signes et symptômes ne sont pas sévères, le traitement médical n'est pas nécessairement urgent. Le diagnostic doit être considéré comme une urgence médicale si l'enfant présente des quantités modérées ou importantes de corps cétoniques dans l'urine et d'autres signes cliniques d'acidocétose (par exemple, déshydratation). Cependant, l'acidocétose est rare chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Interventions non pharmacologiques

Régime alimentaire et nutrition

Le traitement du diabète est principalement axé sur l'alimentation de la personne atteinte. Il est habituellement recommandé de modifier complètement l'alimentation de toute la famille. Le simple fait de commencer par éliminer les jus, les boissons gazeuses et les croustilles permet souvent d'améliorer considérablement l'équilibre glycémique d'un jeune atteint de diabète de type 2.

L'alimentation d'un enfant diabétique devrait être pauvre en glucides simples, offrir un apport modéré en glucides complexes (féculents) et être riche en fibres. Un système d'équivalents alimentaires, comme celui recommandé par l'Association canadienne du diabète, est utile.

Lorsque cela est possible, les parents (ou la personne qui s'occupe de l'enfant) et l'enfant devraient participer à un programme d'éducation sur le diabète qui offre entre autres des conseils sur l'alimentation et les habitudes de vie. Sinon, les infirmières, les médecins et les représentants en santé communautaire (RSC) doivent unir leurs efforts pour fournir le plus de renseignements possible aux familles touchées.

La réduction de l'apport calorique en vue de la perte de poids est recommandée pour les enfants obèses.

Activité physique

L'activité physique réduit la glycémie et favorise l'absorption du glucose par les cellules. En outre, l'activité physique régulière réduit le risque de maladies cardiovasculaires et facilite la perte de poids. Tous les enfants atteints de diabète de type 2 devraient être encouragés à adopter un programme d'activité physique régulière. Enfin, toutes les ressources communautaires (par exemple, professeur d'éducation physique à l'école et directeur des loisirs communautaires) devraient être invitées à participer à cet effort.

Autosurveillance de la glycémieNote de bas de page 49

  • L'objectif de l'autosurveillance de la glycémie est de faciliter l'apprentissage du client en ce qui concerne le diabète.
  • Un suivi étroit visant à passer en revue les résultats de l'autosurveillance de la glycémie est nécessaire pour aider le client à comprendre en quoi consiste cette maladie et à tirer des conséquences des mesures effectuées.
  • Montrez au client comment procéder à l'autosurveillance de la glycémie en utilisant son propre glucomètre.
  • Dans le cadre de l'autosurveillance de la glycémie, le client doit prendre des mesures tant avant qu'après les repas et consigner les résultats dans un carnet ou les sauvegarder sur un support informatique à l'aide du logiciel approprié.
  • Le client doit mesurer sa glycémie lorsqu'il ressent des symptômes d'hypoglycémie.
  • Dans le cas des clients atteints de diabète de type 2 qui s'injectent de l'insuline une fois par jour, qu'ils prennent ou non des antidiabétiques oraux, l'autosurveillance de la glycémie doit être adaptée aux besoins; une mesure au moins une fois par jour est suggérée, mais pas toujours au même moment, à raison d'une fréquence hebdomadaire moyenne maximale de 14 mesures pour la plupart des clients. Lorsque les clients s'injectent de l'insuline plusieurs fois par jour, l'autosurveillance de la glycémie doit être adaptéeNote de bas de page 50.
  • Chez la plupart des personnes atteintes de diabète de type 2 qui sont traitées par des antihyperglycémiants oraux ou seulement par des modifications des habitudes de vie, la fréquence de l'autosurveillance de la glycémie doit être déterminée en fonction de la maîtrise glycémique et du type de traitement. Selon des données récentes de l'Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé, l'autosurveillance systématique de la glycémie (> 7 fois par semaine) n'est pas recommandée, car les coûts excèdent les avantagesNote de bas de page 50.
  • Chez les femmes atteintes d'un diabète gestationnel qui ne prennent pas d'antidiabétiques, la fréquence quotidienne optimale de l'autosurveillance de la glycémie doit être adaptéeNote de bas de page 50.
  • Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent recevoir la consigne de procéder à un dosage des corps cétoniques dans l'urine lorsque leur maladie est en phase aiguë, si leur glycémie est > 14 mmol/l ou en présence de symptômes d'acidocétose diabétique.
  • On doit effectuer chaque année des tests de contrôle de la qualité en comparant la glycémie obtenue avec le glucomètre du client à celle obtenue en laboratoire, les deux échantillons étant prélevés à un intervalle d'au plus 15 min, afin de confirmer l'exactitude des résultats indiqués par le dispositif d'autosurveillance de la glycémie.

Les sites Web de la Société canadienne de pédiatrie, de la Société canadienne de physiologie de l'exercice (SCPE) et de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) contiennent plusieurs documents de référence utiles dont voici des exemples :

Les programmes communautaires permettent aux membres des communautés d'améliorer leurs connaissances au sujet de l'alimentation, de l'activité physique, de l'obésité et du diabète. La création de programmes scolaires et communautaires d'activités récréatives offre l'occasion de collaborer avec les dirigeants communautaires, les enseignants et les fournisseurs de services de santé.

Interventions pharmacologiques

Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent être traitées par de l'insuline.

Les enfants atteints de diabète de type 2 et présentant une décompensation métabolique grave au moment du diagnostic (par exemple, acidocétose diabétique, symptômes sévères, HbA1c ≥ 9 %) doivent également recevoir de l'insulineNote de bas de page 42.

On dispose de peu de données sur l'efficacité et l'innocuité des agents antihyperglycémiants oraux chez les enfants; cependant, la metformine est efficace et ne présente aucun danger lorsqu'elle est administrée à raison de deux doses maximales de 1 000 mg par jour chez les enfants de 10 à 16 ansNote de bas de page 51. Elle devrait être utilisée en association avec une intervention non pharmacologique. Il pourrait être nécessaire de diminuer la dose de médicament ou d'arrêter le traitement une fois que le jeune a réussi à apporter les changements nécessaires à ses habitudes de vie et que sa glycémie demeure normale. Le traitement médicamenteux doit être prescrit par un médecin.

Surveillance et suivi

Les enfants atteints de diabète de type 2 ont besoin d'un suivi médical étroit et régulier. Les indicateurs les plus utiles sont le poids (IMC) et l'état de santé en général. La glycémie à jeun et le taux de HbA1c peuvent servir d'indicateurs de la maîtrise du diabète, mais l'accent devrait être mis sur les habitudes de vie, la perte de poids et l'activité physique.

La surveillance des complications devrait englober la mesure de la tension artérielle, l'examen des yeux, l'analyse d'urine, le ratio albumine/créatinine dans l'urine, la fonction rénale (TFGe), la fonction sensorielle aux extrémités et le bilan lipidique.

L'Association canadienne du diabète a formulé les recommandations ci-dessous en ce qui concerne la détection des complications du diabète chez les adolescents (13 à 18 ans)Note de bas de page 46 et les enfants de < 13 ans.

Suivi initial après le diagnostic :

  • Après la pose du diagnostic, de nombreux sujets liés à l'auto-prise en charge doivent être abordés avec le patient (diète, activité physique, autosurveillance de la glycémie, soin des pieds, médicaments). Le suivi devrait donc viser principalement à apprendre à l'enfant ou à la personne qui s'en occupe à prendre en charge son diabète. Au début, les visites de suivi pourraient avoir lieu toutes les 4-6 semaines ou plus souvent, selon les besoins.
  • Tous les clients (et leurs familles) devraient faire l'objet d'un examen visant à déceler les signes de détresse psychologique.
  • La vaccination contre la grippe et le pneumocoque devrait être envisagée pour tous les clients.

Au moment du diagnostic, puis tous les 3-6 mois :

  • Mesurez la tension artérielle, le poids, la taille et le tour de taille.
  • Mesurez la glycémie à jeun et le taux d'HbA1c.
  • évaluez l'adhésion au traitement médicamenteux, s'il y a lieu.
  • Examinez le carnet d'autosurveillance de la glycémie.
  • évaluez l'adhésion au traitement non pharmacologique (par exemple, diète et nutrition, activité physique, perte de poids) (cela peut être fait tous les 6 mois, ou une fois par année si l'état du patient est stable).
  • Discutez des épisodes d'hypoglycémie et d'hyperglycémie.

Au moment du diagnostic, puis une fois par année :

  • Procédez au contrôle de la qualité du glucomètre; comparez la glycémie veineuse à jeun à la glycémie obtenue au moyen du glucomètre.
  • Demandez un dosage de l'alanine aminotransférase (ALT).
  • Demandez une mesure du ratio albumine/créatinine (RAC) dans l'urine au moyen d'un échantillon d'urine prélevé au hasard et un dosage de la créatinine sérique pour obtenir le taux de filtration glomérulaire estimé (TFGe).
  • Offrez le vaccin contre la grippe.
  • Orientez le client vers une autre ressource afin qu'il subisse un test et une évaluation visant à déceler une rétinopathie diabétique.
  • Examinez les pieds et recherchez des signes de neuropathie périphérique (engourdissement, douleur, crampes, paresthésie, perte ou réduction de la sensibilité vibratoire, de la sensation cutanée, de la réponse à un stimulus tactile léger ou des réflexes achilléens).
  • Mesurez les taux d'androgènes, y compris de sulfate de déshydroépiandrostérone (DHEAS) et de testostérone libre, au moment de la puberté dans le cas des adolescentes qui présentent une oligoménorrhée/aménorrhée, une acné et/ou un hirsutisme (pilosité excessive).
  • Discutez des moyens de contraception et des questions de fertilité.

Au moment du diagnostic, puis toutes les 1-3 années :

  • établissez le profil lipidique à jeun (cholestérol total [CT], cholestérol à lipoprotéines de haute densité [C-HDL], triglycérides [TG] et cholestérol à lipoprotéines de basse densité [C-LDL ]).

Au besoin :

  • Mesurez la glycémie à jeun.
  • Faites une analyse d'urine à l'aide d'une bandelette réactive.
Orientation vers d'autres ressources médicales

Procédez à l'évacuation médicale si l'enfant montre des signes de cétonurie ou d'acidocétose.

  • Tous les clients chez qui la maladie vient d'être diagnostiquée doivent être orientés sans tarder vers un médecin pour subir une évaluation complète.
  • Planifiez un suivi avec un médecin ou une infirmière praticienne tous les 3-6 mois si l'état du client est stable, ou un suivi plus fréquent avec un médecin si la maladie n'est pas bien maîtrisée ou s'il y a des signes de complications, au besoin.
  • La prise en charge à long terme du diabète de type 2 est la responsabilité conjointe des médecins, des infirmières, des RSC, des nutritionnistes, des éducateurs et d'autres intervenants.

Diabète chez l'adolescente enceinte

Il faut porter une attention particulière à certains facteurs dans la prise en charge du diabète préexistant ou du diabète gestationnel chez l'adolescente enceinte. Il faut bien maîtriser la glycémie pour réduire le risque qu'elle accouche d'un enfant de poids élevé à la naissance présentant des malformations congénitales ou d'un enfant mort-né.

Dans le cas des grossesses à risque élevé, une surveillance attentive de la glycémie et des soins réguliers par le médecin s'imposent. Un traitement médicamenteux est souvent nécessaire. L'insuline est le médicament de choix pour le traitement du diabète de type 2 chez les femmes enceintes (les antihyperglycémiants oraux ne sont actuellement pas recommandés)Note de bas de page 52. Bon nombre d'adolescentes doivent être traitées par de l'insuline pendant leur grossesse et recevoir des soins prénataux spécialisés.

Pour des renseignements détaillés sur le diabète chez la femme enceinte, voir la section « Diabète sucré gestationnel  » dans le chapitre « Obstétrique ».

Prévention

Réduction du risque de diabète de type 2 chez les enfants autochtones

La Société canadienne de pédiatrie propose les initiatives ci-dessous afin de réduire le risque de diabète de type 2 chez les enfants et les adolescents autochtones. Ces initiatives font appel aux leaders de la communauté, notamment aux aînés, au conseil de bande, aux femmes dirigeantes, aux fournisseurs de soins de santé (infirmières praticiennes, infirmières, RSC), aux enseignants et au personnel des écoles, aux groupes de jeunes et aux entreprises locales.

  • Créer, dans les communautés des Premières nations, des programmes de prévention du diabète adaptés à la culture et dirigés par les communautés
  • Encourager le respect des valeurs (y compris l'alimentation), des activités et des habitudes de vie traditionnelles dans un effort visant à prévenir et/ou à contrôler le diabète de type 2
  • Encourager l'allaitement maternel, qui constitue une méthode éprouvée pour réduire le taux d'obésité chez les enfants
  • Recommander une période quotidienne d'activité physique d'au moins 60 à 90 minutes (selon le Guide d'activité physique canadien) pour tous les enfants
  • Recommander aux écoles, aux services de garde et aux responsables du Programme d'aide préscolaire aux Autochtones de faire participer les enfants à une période quotidienne d'activité physique intense d'au moins 30 minutes
  • Recommander aux écoles, aux services de garde et aux responsables du Programme d'aide aux Autochtones d'intégrer dans leur programme d'enseignement des activités visant à expliquer pourquoi il est nécessaire d'adopter un mode de vie sain et une alimentation saine
  • Dissuader les écoles de vendre des bonbons ou des friandises dans le cadre de levées de fonds
  • Encourager l'adoption d'une saine alimentation basée sur les recommandations du Guide alimentaire canadien pour les Premières nations, les Inuits et les Métis
  • Inciter tous les leaders des communautés autochtones (conseil de bande, fournisseurs de soins de santé, enseignants, etc.) à permettre l'accès à des activités physiques sans danger au sein des communautés
  • Encourager les commerces locaux à tenir des aliments sains et à placer les aliments vides hypercaloriques à des endroits moins évidents (par exemple, ailleurs que près de la caisse)
  • Limiter à 1,5-2 heures par jour tout au plus le nombre d'heures consacrées à des activités passives telles que les heures passées à regarder la télévision, à jouer à des jeux vidéo et à utiliser l'ordinateur
Dépistage du diabète de type 2

Selon les recommandations de la Société canadienne de pédiatrie, un dépistage du diabète de type 2 devrait être effectué chez tous les enfants :

Qui remplissent les critères suivants :

  • Origine autochtone
  • Indice de masse corporelle (IMC) ≥ 85e percentile attendu selon l'âge
  • > 10 ans

ET l'un des critères suivants :

  • Mode de vie sédentaire
  • Enfants nés d'une mère qui souffrait de diabète gestationnel
  • Parent de premier ou de deuxième degré atteint de diabète de type 2
  • Acanthosis nigricans
  • Dyslipidémie
  • Hypertension
  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Retard de croissance

Le retard de croissance est un état (et non une maladie) caractérisé par un gain pondéral insuffisant ou un ralentissement du gain pondéral, un faible rapport poids/taille et/ou un faible rapport poids/taille/périmètre crânienNote de bas de page 55 Note de bas de page 56. Chez l'enfant qui présente un retard de croissance, le poids selon l'âge est inférieur au troisième percentile dans le tableau de croissance approprié selon le sexe, ou la courbe de croissance montre un ralentissement de la prise de poids selon l'âge et croise deux grandes courbes de percentilesNote de bas de page 57 Note de bas de page 58. Dans les cas graves, la taille et le périmètre crânien sont affectés.

Le retard de croissance est principalement causé par une alimentation inadéquateNote de bas de page 59, mais il peut aussi être dû à une gamme de facteurs allant du manque d'expérience des parents ou des personnes qui s'occupent de l'enfant à une cause organique ou à la négligence et aux mauvais traitements. Il a été démontré que la relation parent-enfant peut entraîner un retard de croissanceNote de bas de page 60.

Le retard de croissance est un problème courant dans la pratique pédiatrique, et il est responsable de 1 % à 5 % des hospitalisations parmi les enfants56. Les enfants qui vivent dans un milieu pauvre sont plus souvent touchés; un rapport affirme que 10 % des enfants de < 1 an ont un retard de croissance. La croissance doit faire l'objet d'une surveillance étroite pour que le retard de croissance soit diagnostiqué.

Causes

Autrefois, le retard de croissance était classé comme étant de type organique ou de type non organique. Cependant, étant donné que cet état est provoqué par des causes organiques et par des causes non organiques dans la plupart des cas, cette classification n'est plus utile56 Note de bas de page 57. Il est donc préférable de classer le retard de croissance d'après le mécanisme physiopathologique qui est à son origine (voir le tableau 4 ci-dessous)Note de bas de page 56.

Tableau 4 : Causes possibles du retard de croissance
Apport alimentaire insuffisant
  • Méthode d'alimentation inadéquate
  • Relation perturbée entre l'enfant et la personne qui s'en occupe
  • Problème d'argent
  • Apport nutritif inadéquat (par exemple, consommation excessive de jus de fruits, allergie alimentaire factice, reconstitution inadéquate des préparations pour nourrissons, quantité insuffisante d'aliments, aliments inappropriés pour l'âge, négligence, aliments à la mode)
  • Manque de connaissances de la part des parents au sujet de l'alimentation appropriée pour les nourrissons et les tout-petits
  • Lactation insuffisante chez la mère
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Problèmes psychosociaux
  • Relation mère-nourrisson dysfonctionnelle
  • Problèmes mécaniques (fente palatine, obstruction nasale, hypertrophie adénoïdienne, lésions dentaires)
  • Problème de succion ou de déglutition (trouble du SNC, du système neuromusculaire ou de la motilité œsophagienne)
Manque d'appétit ou incapacité à consommer de grandes quantités d'aliment
  • Problèmes psychosociaux -- apathie ou rumination
  • Maladie cardiopulmonaire
  • Hypotonie, faiblesse musculaire ou hypertonie
  • Anorexie causée par une infection chronique ou une immunodéficience
  • Paralysie cérébrale
  • Pathologie du SNC (par exemple, tumeur, hydrocéphalie)
  • Syndrome génétique
  • Anémie (par exemple, carence en fer)
  • Constipation chronique
  • Trouble gastro-intestinal (par exemple, douleur causée par un reflux gastro-œsophagien, obstruction intestinale)
  • Anomalie craniofaciale (par exemple, fente labio-palatine, micrognathie)
Mauvaise absorption des nutriments ou pertes abondantes
  • Malabsorption (intolérance au lactose, fibrose kystique, maladie cardiaque, malrotation, maladie intestinale inflammatoire, allergie au lait, parasites, maladie cœliaque)
  • Atrésie des voies biliaires, cirrhose
  • Vomissements ou « crachements » (causés par une gastroentérite infectieuse, une hypertension intracrânienne, une insuffisance surrénalienne ou des médicaments [par exemple, administration intentionnelle de sirop d'ipéca])
  • Obstruction intestinale (sténose pylorique, hernie, malrotation, invagination)
  • Diarrhée infectieuse
  • Entérocolite nécrosante ou syndrome de l'intestin court
Augmentation des besoins en nutriments ou mauvaise utilisation des nutriments
  • Hyperthyroïdie
  • Affection maligne
  • Maladie inflammatoire chronique de l'intestin
  • Maladie systémique chronique (polyarthrite rhumatoïde juvénile)
  • Infection systémique chronique ou récurrente (infection urinaire, tuberculose, toxoplasmose)
  • Troubles métaboliques chroniques (hypercalcémie, maladie de surcharge ou erreur innée du métabolisme, par exemple, galactosémie, acidémie méthylmalonique, diabète sucré, insuffisance surrénalienne)
  • Insuffisance respiratoire chronique (dysplasie bronchopulmonaire, fibrose kystique)
  • Cardiopathie congénitale ou acquise
Facteurs de risque

Facteurs de risque de nature médicale :

  • Naissance prématurée (surtout si elle est associée à un retard de croissance intra-utérin)
  • Retard de développement
  • Anomalies congénitales (par exemple, fente labiale et/ou palatine)
  • Exposition intra-utérine (par exemple, alcool, anticonvulsivants, infection)
  • Intoxication par le plomb
  • Anémie
  • Vitesse du métabolisme accrue, mauvaise digestion ou malabsorption

Facteurs de risque de nature psychosociale :

  • Pauvreté
  • Croyances en matière de santé et de nutrition (par exemple, peur de l'obésité, a llaitement au sein exclusif prolongé )
  • Isolement social
  • Vie stressante
  • Compétences parentales insuffisantes et problèmes psychosociaux chez les parents ou les personnes qui s'occupent de l'enfant
  • Mauvaises techniques d'allaitement
  • Milieu familial instable et dysfonctionnel, par exemple, en raison d'une maladie mentale, de l'abus d'alcool ou d'autres drogues, de violence ou de sévices familiaux

Anamnèse

  • Comparaison avec les mensurations précédentes (poids, taille et périmètre crânien) (dans le cas d'un nourrisson prématuré, rajustez les valeurs pour tenir compte de l'âge gestationnel à la naissance).
  • L'évaluation d'un cas de retard de croissance nécessite une anamnèse complète basée notamment sur les éléments suivants : alimentation, allaitement, antécédents médicaux et contexte psychosocial et familial.
Antécédents liés aux habitudes alimentaires
  • Apport alimentaire; relevé de tous les aliments donnés et consommés pendant 24 heures
  • Quantité de nourriture et/ou de préparation pour nourrissons (il faut aussi tenir compte des inhibiteurs de la lactation consommés par la mère [par exemple, alcool, diurétiques, pseudoéphédrine présente dans les médicaments contre le rhumeNote de bas de page 62], production insuffisante de lait maternel, problèmes de mamelons, réflexe d'éjection inadéquat)
  • Reconstitution de la préparation pour nourrissons (si la préparation est trop diluée, elle n'apporte pas assez de calories; si elle est trop concentrée, elle a mauvais goût)
  • Types d'aliments
  • Restrictions alimentaires liées à des allergies alimentaires perçues ou à des croyances et pratiques en matière d'alimentation
  • Préférences alimentaires
  • Apport calorique total (nourrissons)
  • Consommation de boissons (surtout de lait, de jus, de boissons gazeuses et d'eau) et dilution des boissons
Antécédents liés à l'alimentation
  • Moment, endroit et cadre où ont lieu l'allaitement ou les repas (par exemple, nourrisson distrait, manque de supervision, durée des tétées ou des repas)
  • Allaitement peu fréquent et bref
  • Réflexe de succion faible
  • événements psychosociaux associés à l'heure des tétées ou des repas
  • Méthode d'alimentation non adaptée au stade de développement
  • Prise de collations (type et fréquence)
Antécédents médicaux
  • Renseignements relatifs à la naissance (complications, petit poids par rapport à l'âge gestationnel, bébé prématuré)
  • Infection récente (par exemple, otite moyenne, gastro-entérite, infection virale récurrente)
  • Maladie chronique (par exemple, anémie, asthme, cardiopathie congénitale)
  • Hospitalisations, blessures et accidents passés
  • Selles (par exemple, fréquence, consistance, présence de sang, de mucus)
  • Vomissements, reflux ou autres symptômes digestifs
  • Problèmes de sommeil du nourrisson
  • Prise de médicaments
  • Revue de tous les systèmes
Antécédents sociaux
  • Nombre de membres dans la famille
  • Principaux responsables du nourrisson/de l'enfant
  • Perturbations qui empêchent la prestation de soins adéquats
  • Malnutrition, épuisement ou dépression de la mère
  • Enfant décrit comme ayant un tempérament difficile ou une tendance à la rumination
  • Facteurs de stress familiaux (y compris les problèmes économiques ou intrafamiliaux et les événements importants de la vie)
  • Abus d'alcool ou d'autres drogues
  • Autres enfants présentant un retard de croissance, antécédents de négligence ou de violence
Antécédents familiaux
  • Membres de la famille de petite stature
  • Autres frères et sœurs atteints d'une maladie ou présentant un retard de croissance
  • Maladie mentale

Observations

  • Générales :
    • Pesez l'enfant (nu et sans sa couche), mesurez-le (couché si < 2 ans; debout si ≥ 2 ans) et mesurez son périmètre crânien. Remarque : L'Association canadienne de pédiatrie recommande d'utiliser pour les enfants inuits et des Premières nations les mêmes tableaux de croissance que ceux utilisés pour la population canadienne en généralNote de bas de page 64. Voir la section «  Mesures de la croissance » du chapitre « Prévention et maintien de la santé en pédiatrie » pour obtenir des conseils sur la prise des mesures et les tableaux de croissance.
    • Indiquez le résultat sur un graphique de croissance adapté au sexe et à l'âge. Observations : poids par rapport à l'âge = inférieur au troisième percentile OU < 80 % du poids médian par rapport à la taille OU courbe de croissance montrant un ralentissement important de la prise de poids (croise deux grandes courbes de percentiles).
    • Effectuez un dépistage des problèmes de développement à l'aide d'un formulaire normalisé.
    • Recherchez des signes de violence et de négligence (le bébé sourit peu, vocalise moins, résiste quand on veut le prendre, s'auto-stimule par des mouvements rythmiques, semble apathique/renfermé et a des moments de « vigilance gelée »).
  • Système tégumentaire : mauvaise hygiène, signes de traumatismes infligés, pâleur, cachexie, cheveux clairsemés, desquamation, forme des ongles, éruptions cutanées, dysmorphies (par exemple, petites fentes palpébrales, hypoplasie médiofaciale, sillon sous-nasal plat, vermillon de la lèvre mince)
  • Tête, oreilles, yeux, nez et gorge : microcéphalie, fermeture tardive de la fontanelle, cataractes, œdème papillaire, lésions oropharyngées (par exemple, caries, hypertrophie ou lésions de la langue, hypoplasie mandibulaire, hypertrophie amygdalienne, anomalies du voile ou de la voûte du palais), éruption dentaire tardive, hypertrophie thyroïdienne, écoulement de bave.
  • Appareil respiratoire : procédez à une auscultation pour détecter une respiration sifflante, des crépitations, une phase d'expiration prolongée ou une hyperexpansion.
  • Appareil cardiovasculaire : auscultez le cœur pour détecter la présence d'un souffle.
  • Appareil digestif : abdomen proéminent (associé à la maladie cœliaque, à la malabsorption ou à la fibrose kystique), bruits intestinaux hyperactifs, lésions rectales
  • Appareil locomoteur : hippocratisme digital, déformations osseuses, œdème
  • Système nerveux : observez le nourrisson pendant l'allaitement afin d'évaluer ses capacités oro-motrices (réflexe de succion, réflexe pharyngé et réflexe de déglutition), évaluez ses nerfs crâniens, ses réflexes tendineux profonds (hypotonie) et sa force musculaire, vérifiez s'il montre des signes de troubles neurologiques (par exemple, syndrome d'alcoolisme fœtal).
  • Interaction avec le parent ou la personne qui s'en occupe : observez le nourrisson pendant l'allaitement afin d'évaluer les compétences de son parent ou de la personne qui s'en occupe (demeurez à l'affut des signes de nausée, d'étouffement et de refus de l'allaitement, observez la réceptivité du parent aux signes donnés par l'enfant et notez toute interaction inhabituelle entre le nourrisson et le parent).
Courbes de croissance
Prise de poids prévue Note de bas de page 56
Âge Prise de poids
0 à 3 mois 26 à 31 g/jour
3 à 6 mois 17 à 18 g/jour
6 à 9 mois 12 à 13 g/jour
9 à 12 mois 9 à 13 g/jour
1 à 3 ans 7 à 9 g/jour

Le poids à la naissance double à l'âge de 4 à 9 mois et triple à 12 moisNote de bas de page 65.

Observations sur le milieu

  • Il faut déployer tous les efforts possibles pour évaluer la sécurité à la maison, y compris l'interaction entre l'enfant et les personnes qui s'occupent de lui et les autres membres de la famille.
  • Tentez de déceler les problèmes psychosociaux ou de santé mentale que pourraient avoir les personnes qui s'occupent de l'enfant.

Diagnostic différentiel

Toutes les affections énumérées précédemment dans le tableau 4, Causes possibles du retard de croissance.

Complications

Le pronostic en ce qui concerne le gain de poids et la croissance des enfants qui présentent un retard de croissance est bon, même si 25 % à 60 % des nourrissons qui présentent un retard de croissance demeurent petits pour leur âge (poids ou taille < 20e percentile selon l'âge et le sexe). La fonction cognitive est inférieure à la normale chez 50 % des enfants qui présentent un retard de croissance, et des troubles de comportement et d'apprentissage sont fréquemment observés au suivi. Cela pourrait être dû au fait que l'enfant vit dans un contexte social défavorable.

Tests diagnostiques

  • Une anamnèse et un examen physique détaillés et rigoureux sont les outils diagnostiques les plus importants.
  • Observez l'enfant et la façon dont il interagit avec les personnes qui s'occupent de lui et avec son environnement.
  • Tracez soigneusement les courbes de croissance (poids, taille et périmètre crânien) à chacun des rendez-vous à la clinique.
  • Les analyses de laboratoire courantes devraient être réduites au minimum et n'être demandées qu'après consultation avec le médecin. Voici certains des tests qui pourraient être envisagés :
    • Formule sanguine complète (FSC)
    • Analyse d'urine
    • Culture d'urine
    • Profil biochimique (sodium, potassium, chlore, azote uréique, calcium, phosphore et enzymes hépatiques)
    • Vitesse de sédimentation
    • Autres examens jugés nécessaires à la lumière de l'anamnèse et de l'examen physique (par exemple, si l'enfant présente des symptômes digestifs tels que la diarrhée : échantillons de selles pour culture et antibiogramme et recherche de sang occulte)

Traitement

Objectifs
  • Déterminer la cause du retard de croissance
  • Améliorer l'état nutritionnel grâce à un apport nutritif adéquat qui favorise le rattrapage de la croissance
  • Protéger l'enfant contre les séquelles permanentes
  • Améliorer l'interaction entre l'enfant et les personnes qui s'en occupent, ainsi que les aptitudes parentales de celles-ci
  • Traiter les causes organiques du retard de croissance, s'il y a lieu
  • Résoudre les problèmes sociaux et/ou familiaux
  • Offrir aux parents des services de soutien en santé mentale
Consultation

Consultez un médecin dans les plus brefs délais. L'orientation vers une diététiste ou une consultante en nutrition est recommandée.

L'hospitalisation de l'enfant est souvent nécessaire pour déterminer la cause du retard de croissance.

Interventions non pharmacologiques
  • Prescrivez une alimentation équilibrée, hypercalorique et régulière pour permettre le rattrapage de la croissance. L'alimentation devrait se faire dans un environnement agréable, sans distractions et sans précipitation. Voici l'apport énergétique quotidien recommandé :


  • Un journal alimentaire de trois jours devrait être tenu pour veiller à ce que la quantité de calories appropriée soit fournie chaque jour. Il arrive souvent que le nombre de calories absorbées soit sous-estimé.
  • Durant la période de rattrapage, cessez de donner à l'enfant tout solide et liquide contenant moins de calories par once que la préparation pour nourrissons ou le lait (c.-à-d. cessez de lui donner du jus et de l'eau).

Éducation du client

  • L'éducation du client varie selon la cause (par exemple, fournissez de l'information sur la reconstitution de la préparation pour nourrissons si vous soupçonnez que la cause est un apport alimentaire insuffisant).
  • Si on établit que l'enfant vit dans un milieu défavorable, il est essentiel d'essayer de discuter et d'interagir avec les personnes qui s'occupent de l'enfant et la famille d'une manière non punitive.

Traitement comportemental et familial

  • Faites participer les parents ou les personnes qui s'occupent de l'enfant à la recherche des causes du trouble et au traitement.
  • Rappelez-vous que les parents ou les personnes qui s'occupent de l'enfant peuvent ressentir de la frustration et de la culpabilité.
  • Faites en sorte que l'enfant reçoive des soins adéquats.
  • Corrigez les mauvaises habitudes alimentaires acquises par l'enfant.
  • Traitez les problèmes d'interaction entre l'enfant et ses parents (ou les personnes qui s'occupent de lui).

Autres mesures

  • Stimulez, caressez et cajolez les enfants lorsqu'ils se présentent en consultation externe ou sont hospitalisés.
  • Consultez vos politiques régionales pour prendre connaissance des protocoles à suivre pour aviser les autorités de la protection de la jeunesse ou des services sociaux si vous soupçonnez un cas de violence ou de négligence.
Interventions pharmacologiques
  • Administrez des suppléments de vitamines et de minéraux, y compris du fer et du zinc (afin de réduire la demande énergétique associée à la prise de poids pendant le rattrapage de la croissance). Il faut consulter un médecin pour connaître les doses qui conviennent.
Surveillance et suivi
  • L'enfant devrait être vu au moins une fois par semaine pendant le premier mois, puis au moins une fois par mois jusqu'à ce que le rattrapage de la croissance soit constaté et que la tendance positive soit maintenueNote de bas de page 56 Note de bas de page 69.
  • Si on établit que l'enfant vit dans un milieu défavorable, un suivi très étroit (hebdomadaire, à la fois au domicile et à la clinique) est essentiel. Si la famille ne prend pas les mesures nécessaires, vous devez aviser les autorités de la protection de la jeunesse. Il est possible que l'enfant doive être placé en famille d'accueil.
Orientation vers d'autres ressources médicales

Il est recommandé de diriger l'enfant vers un médecin qui procédera à d'autres examens pour exclure les causes organiques. L'urgence de cette mesure varie selon le cas et sera déterminée par le médecin.

Une intervention à long terme sur plusieurs plans est nécessaire lorsqu'il est établi que l'enfant présente un retard de croissance parce qu'il vit dans un milieu défavorable :

  • Formation sur les compétences parentales pour les personnes qui s'occupent de l'enfant
  • Services psychiatriques et sociaux pour la famille
  • Stimulation du développement de l'enfant
  • Programmes communautaires destinés à l'enfant et aux personnes qui s'en occupent visant à stimuler le développement de l'enfant

Problèmes immunologiques courants

Il s'agit d'une réaction d'hypersensibilité, au cours de laquelle une réponse immunitaire altérée contre un antigène cause une maladie ou des lésions chez l'hôte. Pour développer des allergies, le sujet doit posséder les gènes responsables et il doit être en contact avec un ou plusieurs allergènes et des facteurs environnementaux. Il existe quatre types de réactions d'hypersensibilité :

  • Type I : réaction d'hypersensibilité immédiate ou médiée par les IgE (par exemple, aliments [pas l'intolérance au lactose], allergies environnementales et saisonnières, poussière)
  • Type II : réaction cytotoxique spécifique (contre un tissu) et directe médiée par les anticorps (par exemple, maladie de Graves)
  • Type III : réaction médiée par les complexes immuns (par exemple, lupus érythémateux disséminé)
  • Type IV : réaction retardée ou à médiation cellulaire (par exemple, herbe à puce et métaux [bijoux])

Remarque : Les réactions d'hypersensibilité aux médicaments peuvent être de type I (par exemple, urticaire ou anaphylaxie après la prise de pénicilline), de type II (par exemple, anémie hémolytique, thrombocytopénie ou neutropénie d'origine médicamenteuse), de type III (par exemple, maladie sérique, vascularite ou fièvre médicamenteuse suivant la prise de pénicilline, d'amoxicilline, de céfaclor ou de triméthoprime-sulfaméthoxazole) ou de type IV (par exemple, syndrome de Stevens-Johnson ou nécrolyse épidermique toxique)Note de bas de page 71.

Les sujets qui sont génétiquement prédisposés aux allergies sont qualifiés d'atopiques. Si un des parents a une allergie, la probabilité d'allergie chez leurs enfants est de 40 %. Si les deux parents ont une allergie, la probabilité grimpe à 80 %. Les sujets atopiques produisent de plus grandes quantités d'IgE. Ils présentent souvent la triade atopique : dermatite atopique (eczéma), rhinite allergique (rhume des foins) et asthme.

Anamnèse

  • Âge à l'apparition
  • Progression des symptômes
  • Caractère saisonnier (par exemple, une allergie environnementale qui se manifeste au début du printemps est probablement liée aux arbres, si elle se manifeste au début de l'été, aux graminées et si elle se manifeste à l'automne, à l'herbe à poux)
  • Exposition à des animaux
  • Exposition à la poussière
  • Exposition à des moisissures dans des endroits humides, à des plantes
  • Exposition à des médicaments (par exemple, pénicillines, céphalosporines, quinolones)
  • Relevé complet des facteurs environnementaux (tant intérieurs qu'extérieurs)
  • Relevé des activités
  • Relevé des habitudes alimentaires
  • Revue de tous les systèmes, car les réactions allergiques peuvent toucher n'importe quel système ou appareil
  • Relation entre les symptômes et l'effort ou les changements de température

Symptômes les plus courants

  • Peau : démangeaisons, éruption, sécheresse
  • Enflure des lèvres, des yeux et des oreilles
  • Symptômes nasaux : écoulement clair, coryza, éternuements, ronflements, congestion
  • Symptômes respiratoires : respiration sifflante, dyspnée, toux (surtout la nuit)
  • Symptômes digestifs : nausées, vomissements, douleur abdominale (crampes), diarrhée

Observations

  • Signes vitaux (changements seulement en cas de réaction grave) : pouls au repos (élevé), fréquence respiratoire (élevée), hypotension; retard de croissance en cas d'allergies alimentaires
  • Système tégumentaire : œdème de Quincke (enflure causée par une exsudation), urticaire, eczéma
  • Tête et cou : conjonctivite (larmoiement, yeux rouges qui piquent sans écoulement purulent), rhinite, faciès de l'allergique (cernes sous les yeux, repli de la paupière inférieure, sillon transverse sur la voûte du nez), œdème laryngé, faciès adénoïdien causé par la respiration par la bouche chronique (sillons nasogéniens profonds, palais ogival, hypertrophie des amygdales et des adénoïdes)
  • Appareil respiratoire : auscultez les poumons; notez la présence d'une respiration sifflante due au bronchospasme causé par l'exacerbation de l'asthme, d'un stridor (bruit inspiratoire), de toux (en particulier la nuit)
  • Appareil cardiovasculaire : auscultez le cœur, observez la fréquence et le rythme cardiaques (dysrythmies)
  • Appareil digestif : écoutez les bruits intestinaux; palpez l'abdomen pour y détecter une sensibilité

Divers troubles sont associés à l'allergie au lait de vache. L'allergie au lait de vache est une réponse immunitaire aux protéines du lait, contrairement à l'intolérance au lactose, qui survient lorsque l'organisme manque de lactase, l'enzyme qui permet la digestion du lactose. Les réactions causées par l'intolérance au lactose sont liées à une mauvaise digestion et comprennent des symptômes tels les douleurs abdominales, les ballonnements, la diarrhée et les flatulences.

Dans le cas de l'allergie au lait de vache, le système immunitaire réagit aux protéines du lait tant par des réactions médiées par les IgE (par exemple, urticaire et respiration sifflante) que par des réactions non médiées par les IgE (coliques, vomissements et diarrhée) (voir le tableau 5 Manifestations par appareil de l'allergie au lait de vache). L'allergie est généralement observée chez les jeunes nourrissons (au cours des deux premiers mois de vie) et elle disparaît généralement avant l'âge de 3 ans. Cependant, les enfants allergiques au lait peuvent développer d'autres allergies. Les réactions associées à l'allergie au lait de vache peuvent aller d'une réponse immédiate à une réponse retardée; cette allergie est plus fréquente chez les nourrissons ayant des antécédents familiaux d'allergiesNote de bas de page 75.

Causes

  • Inconnues

Symptomatologie et observations

  • Apparition
  • Durée
  • Des antécédents familiaux de maladie atopique (par exemple, eczéma, rhinite allergique ou asthme) prédisposent à l'allergie au lait de vache.
  • Antécédents nutritionnels
  • Stades de la réaction :
    • Immédiate (dans les 30 minutes suivant l'exposition) (réaction liée à une sensibilisation par les IgE)
      • Urticaire (éruptions cutanées, érythème péribuccal)
      • OEdème de Quincke au niveau du visage
      • Anaphylaxie
    • Intermédiaire (en quelques heures) [réaction non liée à une sensibilisation par les IgE]
      • Symptômes digestifs
    • Tardive (1 à 5 jours)
      • Symptômes digestifs
      • Avec ou sans symptômes respiratoires
      • Avec ou sans symptômes cutanés
Tableau 5 : Manifestations par appareil de l'allergie au lait de vache
Appareil Manifestations

Digestif

  • Nausées
  • Douleurs abdominales
  • Vomissements postprandiaux
  • Diarrhée (5 à 8 h après avoir mangé)
  • Sang dans les selles
  • Gastrite
  • Gastro-entérite
  • Entérocolite (vomissements et diarrhée sévères dans les heures suivant l'ingestion)
  • Proctocolite (selles molles teintées de mucus et de sang et parfois diarrhée chez des nourrissons qui semblent par ailleurs en bonne santé)
  • Constipation chronique
  • Coliques soulagées par un régime d'élimination

Cutané

  • Dermatite atopique
  • Eczéma
  • Urticaire
  • OEdème de Quincke

Respiratoire

  • Rhinite allergique
  • Asthme et/ou respiration sifflante

Général

  • Anaphylaxie
  • Perte de poids

Diagnostic différentiel

  • Intolérance au lactose
  • Maladie cœliaque (syndrome de malabsorption)
  • Gastro-entérite
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Coliques
  • Sténose du pylore
  • Maladie de Crohn

Complications

  • Occlusion de l'orifice de sortie de l'estomac
  • Hémorragie du tube digestif entraînant une anémie ferriprive
  • Malabsorption des protéines entraînant un retard de croissance
  • OEdème secondaire à l'hypoprotéinémie

Tests diagnostiques

  • Test d'allergie effectué par un allergologue chez les sujets de 1 an ou plus. Consultez un médecin afin d'orienter le patient. Analyse des anticorps IgE sériques
  • FSC

Traitement

On peut traiter le patient en consultation externe, sauf en cas de malnutrition.

Objectifs
  • Prévention primaire
  • Atténuer les symptômes
  • Prévenir les complications
Interventions non pharmacologiques

Stratégies de prévention des allergies :

  • Identifiez rapidement les nourrissons à risque (avant la naissance ou peu de temps après celle-ci; consignez les cas de familles hautement atopiques).
  • Recommandez l'allaitement comme moyen de prévention des allergies alimentaires, surtout chez les familles atopiques.
  • Retardez l'introduction du lait de vache dans l'alimentation de l'enfant (pas avant l'âge de 12 mois).

Interventions en cas d'allergie au lait de vache :

  • Les mères qui allaitent devraient éliminer le lait et les produits laitiers de leur alimentation.
  • Remplacez les préparations pour nourrissons à base de lait de vache par une préparation à base de soja, de protéines fortement hydrolysées ou d'acides aminés.
  • Planifiez une consultation avec une nutritionniste.
Interventions pharmacologiques

Pour les sujets atteints d'une vraie allergie au lait de vache : auto-injecteur d'épinéphrine (prescrit par un médecin).

Surveillance et suivi
  • Assurez le suivi nécessaire jusqu'à ce que les symptômes soient maîtrisés.
  • Surveillez la croissance pour vous assurer que l'enfant prend du poids.
Orientation vers d'autres ressources médicales

Orientez le sujet vers un médecin pour une évaluation si :

  • Les symptômes ne sont pas maîtrisés par des mesures nutritionnelles (par exemple, élimination du lait de vache de l'alimentation de la mère qui allaite ou changement de préparation pour nourrissons).
  • Vous avez des inquiétudes à propos d'une affection pathologique sous-jacente, par exemple, maladie intestinale inflammatoire.
  • L'enfant présente un retard de croissance.

Note de bas de page Intolérance au lactoseNote de bas de page 78

Incapacité à dégrader le lactose (sucre du lait, un disaccharide) en ses sucres constituants (glucose et galactose) parce que la quantité de lactase, une enzyme, dans la bordure en brosse du duodénum, est insuffisante. La quantité de lactose qui cause des symptômes varie d'un sujet à l'autre en fonction de la quantité de lactose consommée, du degré de déficit en lactase et du type d'aliment contenant du lactose consommé. L'allergie au lait de vache est un phénomène complètement différent de l'intolérance au lactose; le système immunitaire y participe et provoque des lésions plus ou moins importantes de la muqueuse intestinale.

Formes d'intolérance au lactose

Malabsorption du lactose
  • Problème physiologique qui se manifeste sous forme d'intolérance au lactose.
  • Déséquilibre entre la quantité de lactose ingérée et la quantité de lactase disponible pour hydrolyser le disaccharide.
Déficit primitif en lactase
  • Il se manifeste généralement à l'adolescence ou à l'âge adulte.
  • L'apparition est graduelle et la progression s'échelonne sur de nombreuses années.
  • La prévalence et l'âge d'apparition varient selon l'origine ethniqueNote de bas de page 79 Note de bas de page 80
Déficit secondaire en lactase
  • Il est causé par tout type de lésion de la muqueuse intestinale (par exemple, gastro-entérite aiguë, diarrhée persistante, hypertrophie de l'intestin grêle) ou par une diminution de la surface de la muqueuse (par exemple, en raison d'une résection).
  • Habituellement passager, sa durée varie selon la nature et l'évolution de l'affection primitive.
  • Au moins la moitié des nourrissons souffrant de diarrhée aiguë ou chronique (surtout ceux atteints d'une infection à rotavirus) présentent une intolérance au lactose. Le lait maternel contient une grande quantité de lactose, mais il ne semble pas empirer la diarrhée associée aux maladies virales ou bactériennes.
  • Il est aussi fréquent chez les sujets atteints de giardiase, de cryptosporidiose et d'ascaridiose, de maladie intestinale inflammatoire (maladie de Crohn) et du syndrome de malabsorption lié au sida.
  • L'âge auquel se manifeste l'intolérance varie selon l'affection sous-jacente.
Déficit congénital en lactase
  • Très rare
Déficit en lactase lié au développement
  • Déficit en lactase relatif observé chez les nourrissons prématurés nés avant la 34e semaine de gestation.

Causes

Forme primitive
  • Malabsorption du lactose liée à l'origine ethnique ou raciale (déficit en lactase d'origine génétique)
  • Déficit en lactase lié au développement (nourrissons prématurés nés avant la 34e semaine de gestation)
  • Déficit congénital en lactase (rare trouble autosomique récessif)
Forme secondaire
  • Prolifération bactérienne augmentant la fermentation du lactose alimentaire dans l'intestin grêle
  • Lésion de la muqueuse du tube digestif
  • Maladie intestinale inflammatoire (y compris la maladie de Crohn)

Remarque : L'activité de la lactase est normale chez tous les enfants en santé, quelle que soit leur origine ethnique ou raciale, jusqu'à environ 5 ans. Par conséquent, l'intolérance au lactose détectée chez des enfants plus jeunes indique généralement une lésion de la muqueuse ou un syndrome de prolifération bactérienne sous-jacent.

Symptomatologie et observations

  • Ballonnements
  • Crampes (principalement dans la région périombilicale ou dans le bas de l'abdomen)
  • Douleurs abdominales
  • Diarrhée ou selles liquides
  • Flatulences
  • Gargouillements audibles (borborygmes)
  • Vomissements fréquents chez les adolescents
  • Selles liquides, mousseuses et abondantes chez les enfants
  • Possibilité de malnutrition (voir le tableau Signes physiques de troubles dus à des carences nutritionnelles)
  • Prise de poids insuffisante

L'importance des symptômes varie selon l'osmolalité, la quantité de matières grasses ingérées avec le sucre, la vitesse de vidange gastrique, la sensibilité à la distension intestinale de la partie supérieure de l'intestin grêle, la vitesse du transit intestinal et la réponse du côlon à la présence de glucides.

Diagnostic différentiel

Complications

  • Carence en calcium
  • Carence en vitamine D et rachitisme
  • Retard de croissance

Tests diagnostics

  • épreuve de tolérance au lactose (une dose de 50 g est administrée, puis la glycémie est mesurée à 0, 60 et 120 minutes et les symptômes digestifs sont évalués)
  • La mesure respiratoire de l'hydrogène expiré après la prise de lactose (mesure la non-absorption du lactose) est particulièrement utile chez les enfants (réalisée seulement à la demande d'un médecin).

Traitement

On peut traiter le client en consultation externe, sauf dans les cas de malnutrition sévère.

Interventions non pharmacologiques

Modifications de l'alimentation :

  • Il faut réduire ou éliminer l'apport alimentaire en lactose pour enrayer les symptômes.
  • Le yogourt et les produits fermentés, tels que les fromages à pâte dure, sont mieux tolérés que le lait.
  • Les jus enrichis de calcium sont indiqués pour les enfants de > 1 an qui ne peuvent boire de lait.
  • Assurez une supplémentation adéquate en calcium et en vitamine D.

éducation du client

  • Suggérez aux parents (ou aux personnes qui s'occupent de l'enfant) et à l'enfant de chercher le seuil de tolérance au lactose.
  • Renseignez les parents ou les personnes qui s'occupent de l'enfant sur l'importance de lire les étiquettes des aliments, car le lactose est utilisé dans de nombreux produits qui pourraient causer des symptômes.
  • Les enfants intolérants au lactose tolèrent parfois mieux le lait entier, le lait au chocolat ou la crème glacée que le lait écrémé en raison de leur teneur élevée en sucre et en matières grasses.
  • Le lactose est mieux toléré s'il est consommé avec d'autres aliments.
Interventions pharmacologiques
  • Enzymothérapie substitutive par « lactase » (bêta-galactosidase). Lorsqu'elle est ajoutée aux aliments (sous forme de gouttes) ou qu'elle est prise avec un repas (sous forme de comprimés ou de capsules), la lactase diminue, mais n'élimine pas complètement, l'apport alimentaire en lactose.
  • La lactase (par exemple, Lactaid, Lacteeze, Dairyaid, autres) est un médicament en vente libre offert en différentes doses et sous diverses formes (comprimés, capsules, gouttes). L'efficacité à prévenir les symptômes varie pour un même produit; c'est pourquoi il est nécessaire d'ajuster la dose pour chaque sujet.
  • Commencez par prendre 1 ou 2 comprimés ou capsules lorsque vous mangez des aliments ou des repas contenant du lactose.

L'efficacité de ces agents varie en ce qui a trait à la prévention des symptômes. Dans certaines régions, il est possible d'acheter du lait additionné de lactase.

Des suppléments de calcium et de vitamine D sont nécessaires si l'apport alimentaire en lait et en produits laitiers est insuffisant. Voir le tableau ci-dessous pour connaître l'apport recommandé en calcium et en vitamine D (provenant de toutes les sources : alimentation et suppléments)Note de bas de page 84.

Apport recommandé en calcium et en vitamine D provenant de toutes les sources*
Calcium
Enfants (4 à 8 ans) 800 mg/jour
Adolescents (9 à 18 ans) 1 300 mg/jour
Femmes en préménopause 1 000 mg/jour
Hommes < 50 ans 1 000 mg/jour
Femmes enceintes ou qui allaitent 1 000 mg/jour
Vitamine D
< 50 ans 40 UI/jour

* L'expression « toutes les sources » désigne l'alimentation et les suppléments.

Surveillance et suivi
  • Assurez le suivi nécessaire jusqu'à ce que les symptômes soient maîtrisés.
  • Surveillez la croissance pour vous assurer que l'enfant prend du poids.
Orientation vers d'autres ressources médicales

Orientez le sujet vers un médecin pour une évaluation si :

  • Les symptômes ne sont pas soulagés par des mesures nutritionnelles ou pharmacologiques (lactase).
  • Vous avez des inquiétudes à propos d'une affection pathologique sous-jacente (par exemple, maladie intestinale inflammatoire).
  • L'enfant présente un retard de croissance.

Zones blanches, surélevées et palpables (papules) dans le derme superficiel entourées de rougeurs (érythème) et accompagnées de prurit. Un signe caractéristique de l'urticaire est une éruption fugace et migratrice, soit une éruption qui disparaît d'une région, puis se manifeste ailleurs.

L'urticaire aiguë est une affection fréquente qui touchera jusqu'à 20 % des gens au moins une fois dans leur vie. Elle est caractérisée par une apparition rapide et une guérison en quelques heures, mais elle peut être récurrente. De nombreux cas sont causés par des éléments déclencheurs, mais la plupart sont idiopathiques.

Causes

Le mécanisme de l'urticaire consiste en une libération localisée d'histamine associée à une dilatation des vaisseaux sanguins cutanés et à un épanchement dans les tissus environnants.

Causes fréquentes d'urticaire :

  • Médicaments
  • Aliments
  • Infections (virales, streptococciques)
  • Allergènes inhalés (par exemple, pollen, squames animales)
  • Piqûres et morsures d'insectes
  • Contact avec du latex (par exemple, ballons)
  • Maladies systémiques (par exemple, maladies rhumatoïdes, lésions malignes, troubles endocriniens)
  • Causes héréditaires
  • Causes physiques (par exemple, activité physique, froid, chaleur, exposition au soleil)

Anamnèse

  • Antécédents d'anaphylaxie/allergies
  • Apparition
  • Durée
  • Fréquence (si récurrente)
  • Alimentation
  • Exposition à des substances inhalées
  • Antécédents familiaux de maladie atopique (par exemple, asthme, rhinite allergique ou eczéma)
  • Fièvre
  • Mal de gorge
  • Autres symptômes systémiques (par exemple, palpitations, gêne respiratoire)
  • Exposition à des médicaments
  • Voyage récent
  • Modifications de l'état de santé

Observations

  • Signes vitaux : température (normale), fréquence cardiaque (normale ou élevée), fréquence respiratoire (normale), tension artérielle (normale ou basse)
  • Système tégumentaire : éruption urticarienne

Un traitement d'urgence s'impose si l'enfant présente une enflure des lèvres, des yeux ou des oreilles ou s'il a de la difficulté à respirer ou qu'on note un stridor ou une respiration sifflante. Voir la section Choc anaphylactique.

Diagnostic différentiel

  • Piqûres d'insectes
  • érythème polymorphe
  • Vascularite (maladie de Schoenlein-Henoch)
  • Exanthème viral
  • Dermatite atopique
  • Dermatite de contact
  • éruptions maculopapuleuses d'origine médicamenteuse
  • Pityriasis rosé

Complications

Aucune complication associée à l'urticaire

Si l'urticaire est associée à une réaction anaphylactique, un arrêt respiratoire et même la mort peuvent s'ensuivre. Si l'urticaire est due à une maladie sous-jacente, le traitement doit viser cette maladie.

Tests diagnostiques

  • Aucun

Chez les enfants de plus de 1 an, un test d'allergie peut être utile si l'urticaire est récurrente. Consultez un médecin pour être orienté vers les ressources appropriées.

Traitement

Objectifs du traitement
  • Identifier et éliminer l'élément déclencheur
  • Soulager les symptômes (cela peut prendre de quelques jours à des semaines).
Consultation

Consultez un médecin si l'urticaire est étendue et/ou si le client présente des symptômes respiratoires aigus. Pour l'urticaire grave, un court traitement par corticostéroïdes systémiques peut être nécessaire, à la demande d'un médecin.

Interventions non pharmacologiques

Évitez les contacts avec les éléments déclencheurs connus.

Interventions pharmacologiques

Si les symptômes sont bénins, un antihistaminique courant peut aider à les soulager.

Par exemple : chlorhydrate de diphénhydramine (Benadryl), 1,25 mg/kg PO toutes les 6 h au besoin, jusqu'à 300 mg/jour

Pour le traitement d'urgence de l'anaphylaxie, administrez 1:1000 0,01 mg/kg (maximum 0,3 mg) d'épinéphrine IM avant de téléphoner à un médecin. Voir également la section Choc anaphylactique.

Surveillance et suivi

Faites un suivi après 24 heures pour vous assurer que les symptômes s'atténuent. La guérison complète peut prendre plusieurs jours, voire des semaines.

Orientation vers d'autres ressources médicales

Préparez le client pour une évacuation médicale si ses symptômes sont sévères ou s'il présente une réaction anaphylactique. Sinon, dirigez-le vers un médecin (ou une infirmière praticienne) pour qu'il subisse une évaluation.

Sources

Adresses Internet ont été vérifiées en février 2012.

Livres et monographies

Anemia Review Panel. Anemia guidelines for family medicine. 2nd ed. Toronto, ON: MUMS Guideline Clearinghouse; 2008.

Evers DB. Alterations of digestive function in children. In: McCance KL, Huether SE (Editors). Pathophysiology: The biologic basis for disease in adults and children. 5th ed. St. Louis, MO: Elsevier Mosby; 2006. p. 1447-70.

Goodman JJ, Uphold CR. Metabolic and endocrine problems. In: Uphold CR, Graham MV (Editors). Clinical guidelines in family practice. 4th ed. Gainsville, FL: Barmarrae Books Inc; 2003. p. 163-219.

Graham MV. Behavioral problems. In: Graham MV, Uphold CR (Editors). Clinical guidelines in child health. 3rd ed. Gainsville, FL: Barmarrae Books, Inc; 2003. p. 85-133.

Graham MV. Health maintenance. In: Graham MV, Uphold CR (Editors). Clinical guidelines in child health. 3rd ed. Gainsville, FL: Barmarrae Books, Inc; 2003. p. 1-51.

Graham MV. Hematological problems. In: Graham MV, Uphold CR (Editors). Clinical guidelines in child health. 3rd ed. Gainsville, FL: Barmarrae Books, Inc; 2003. p. 733-40.

Gray J (Editor-in-chief). Therapeutic choices. 5th ed. Ottawa, ON: Canadian Pharmacists Association; 2007.

Harding SR. Common anemias. In: Gray J (Editor-in-chief). Therapeutic choices. 5th ed. Ottawa, ON: Canadian Pharmacists Association; 2007. p. 1114-30.

Jones RE, Heuther SE. Alterations of hormonal function. In: McCance KL, Huether SE (Editors). Pathophysiology: The biologic basis for disease in adults and children. 5th ed. St. Louis, MO: Elsevier Mosby; 2006. p. 683-734.

Rote NS. Alterations in immunity and inflammation. In: McCance KL, Huether SE (Editors). Pathophysiology: The biologic basis for disease in adults and children. 5th ed. St. Louis, MO: Elsevier Mosby; 2006. p. 249-92.

Articles scientifiques

Agence de la santé publique du Canada (2008).  Le visage du diabète au Canada.

Agence de la santé publique du Canada (2011).  Activité physique : Conseils pour être actif.

Agence de la santé publique du Canada (2011).  Activité physique.

Assemblée des Premières nations. (2007).  Un coup d'oeil (ERS) Enquête régionale longitudinale. Phase 1 (2002/03).

Association canadienne du diabète (2005-2009).  Le diabète - quelques faits.

Barton SS. (2008). Discovering the literature on Aboriginal diabetes in Canada: A focus on holistic methodologies. Canadian Journal of Nursing Research 2008;40(4):26-54.

Bingham CO. (2009).  Etiology and diagnosis of urticaria. UpToDate online. Accès avec abonnement : www.utdol.com.

Bingham CO. (2009).  Treatment of urticaria. UpToDate online. Accès avec abonnement : www.utdol.com.

Brown JP, Fortier M & Osteoporosis Guidelines Committee.  Conférence canadienne de consensus sur l'ostéoporose, mise à jour 2006. Directives cliniques de la SOGC:no172, février 2006 s111-s131.

Brown JP, Josse RG pour le Comité consultatif scientifique de la Société de l'ostéoporose du Canada.  Lignes directrices de pratique clinique 2002 pour le diagnostic et le traitement de l'ostéoporose au Canada.. JAMC 2003;168(6 suppl) :SF1-SF38.

Bruce SG, Kliewer EV, Young TK, Mayer T, Wajda A. Diabetes among the Metis of Canada: Defining the population, estimating the disease. Canadian Journal of Diabetes 2003;27(4):442-448.

Canadian Paediatric Society. Growth assessment in Aboriginal children: Is there a need for change? Paediatrics & Child Health 2004;9(7):477-79.

Chiasson JL, et al. Diagnosis and treatment of diabetic ketoacidosis and the hyperglycemic hyperosmolar state. CMAJ 2003;168(7):859-66.

Christofides A, Schauer C, Zlotkin SH. Iron deficiency and anemia prevalence and associated risk factors in First Nations and Inuit communities in northern Ontario and Nunavut. Canadian Journal of Public Health 2005;96(4):304-07.

Christofides A, Schauer C, Zlotkin SH. Iron deficiency anemia among children: Addressing a global public health problem within a Canadian context. Paediatrics and Child Health 2005;10(10):597-601.

Christofides, A, Schauer C, Sharieff W, Zlotkin SH. « Acceptabilité des micronutriments en poudre : nouvelle approche pour l'administration de fer aux enfants des Premières nations et des Inuits dans le Nord du Canada ». Maladies chroniques au Canada, 2005,26(4):125-32.

Comité d'experts des Lignes directrices de pratique clinique de l'Association canadienne du diabète.  Lignes directrices de pratique clinique 2008 de l'Association canadienne du diabète pour la prévention et le traitement du diabète au Canada. Canadian Journal of Diabetes 2008;32(suppl. 1):S1-S201.

Dabelea D, et al. Intrauterine exposure to diabetes conveys risks for type 2 diabetes and obesity. Diabetes 2000;49:2208-11.

Friel JK, Andrews WL, Edgecombe C, et al. Eighteen-month follow-up of infants fed evaporated milk formula. Canadian Journal of Public Health 1999;90(4):240-43.

Godel JC.  Breast-feeding and anemia: Let's be careful [editorial]. CMAJ 2000;162(3):343-44.

Harris SB, et al. The prevalence of NIDDM and associated risk factors in native Canadians. Diabetes Care 1997;20(2):185-87.

Heyman MB. Lactose intolerance in infants, children, and adolescents. Pediatrics 2006;118(3):1279-86.

Irwin JJ, Kirchner JT. Anemia in children. Am Fam Physician 2001;64(8):1379-1386.

Kazal LA. Prevention of iron deficiency in infants and toddlers. Am Fam Physician 2002;66(7):1217-24.

Kirkland RT, Motil KJ. (2009).  Etiology and evaluation of failure to thrive (undernutrition) in children younger than two years. UpToDate online. Accès avec abonnement : www.utdol.com.

Kirkland RT, Motil KJ. (2009).  Management of failure to thrive (undernutrition) in children younger than two years. UpToDate online. Accès avec abonnement : www.utdol.com.

Koul PB. Diabetic ketoacidosis: A current appraisal of pathophysiology and management. Clinical Pediatrics 2009;48(2):135-44.

Krugman SD, Dubowitz H. Failure to thrive. Am Fam Physician 2003;68(5):879-84.

Lifschitz CH. (2009).  Dietary protein-induced proctitis/colitis, enteropathy, and enterocolitis of infancy. UpToDate online. Accès avec abonnement : www.uptodate.com.

Merrill-Ewing W, Jackson-Allen P. The diagnosis and management of cow milk protein intolerance in the primary care setting. Pediatric Nursing 2005;31(6):486-93.

Montgomery RK, Grand RJ, B üller HA. (2009).  Lactose intolerance. UpToDate online. Accès avec abonnement : www.utdol.com.

Oates RK, Peacock A, Forrest D. Long-term effects of non-organic failure to thrive. Pediatrics 1985;75:36-40.

Santé Canada. Le diabète dans les populations autochtones du Canada : les faits. Ottawa, Ont., Santé Canada, 2000.

Shojania AM. How do you investigate a patient with anemia? Manitoba Medicine 1993;94-95.

Société canadienne de pédiatrie (SCP), Comité de la vie active saine. «  Une vie active saine pour les enfants et les adolescents » [No de référence : VAS 2002-01], Paediatrics & Child Health : Journal de la Société canadienne de pédiatrie, 2002;7(5):339-45.

Société canadienne de pédiatrie (SCP). « La réduction du risque de diabète de type 2 chez les enfants autochtones du Canada », Paediatrics & Child Health : Journal de la Société canadienne de pédiatrie, 2005,10(1):53-57.

Société canadienne de physiologie de l'exercice (SCPE).  Directives canadiennes en matière d'activité physique.

Willows ND, Gray-Donald K. Canadian Journal of Dietetic Practice and Research 2004;65(4):180-82.

Willows ND, Morel J, Gray-Donald K.  Prevalence of anemia among James Bay Cree infants of northern Quebec. CMAJ 2000;162(3):323-326.

Young TK, Reading J, Elias B, O'Neil JD. Type 2 diabetes mellitus in Canada's First Nations: Status of an epidemic in progress. CMAJ 2000;163(5):561-66.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :