Prix d'excellence en soins infirmiers

Ce prix souligne le dévouement, l'esprit d'initiative et l'excellence d'infirmières et d'infirmiers au service des communautés des Premières nations, de Services aux Autochtones Canada et des communautés inuites, qui travaillent en partenariat pour améliorer la santé des Autochtones au pays. Chaque année durant la Semaine nationale des soins infirmiers, le prix est décerné à des infirmières ou à des infirmiers choisis par leurs pairs, en vue de reconnaître la contribution des infirmières des communautés des Premières nations et inuites.

Prix d'excellence annuels en soins infirmiers auprès des Premières Nations et des Inuit de Services aux Autochtones Canada

Trois infirmières autorisées qui travaillent dans des communautés des Premières Nations et inuites sont honorées à l'occasion de la Semaine nationale des soins infirmiers pour leur dévouement et leur engagement.

Lauréates antérieures

2019 : Lauréates

Barathi Vengadasamy

Après avoir travaillé en divers endroits sur la planète, Barathi Vengadasamy œuvre depuis 2005 au Canada à titre d'infirmière en santé communautaire dans plusieurs communautés du Nunavut et de l'Ontario. Elle a travaillé dans divers domaines médico-chirurgicaux, dans des services d'anesthésie et dans des établissements de soins de longue durée. Après s'être occupée de personnes autochtones dans le nord de l'Ontario, Barathi a pris conscience que le métier d'infirmière en santé communautaire était sa vraie passion.

Après avoir travaillé dans des communautés autochtones de la région de Sioux Lookout, Barathi est aujourd'hui infirmière en chef dans la communauté de Poplar Hill. Sa carrière a été marquée par l'établissement de liens de plus en plus étroits avec la communauté, ce qui lui permet de mieux tenir compte des besoins individuels, tout en offrant des services infirmiers fondés sur les perspectives collectives.

Titulaire d'un baccalauréat en sciences infirmières qu'elle a obtenu en 1996, Barathi a entrepris une maîtrise en santé publique avec spécialisation en promotion de la santé.

Barathi est convaincue que mettre l'accent sur les stratégies de promotion de la santé axées sur la collectivité permettra de soutenir et de renforcer les actions sanitaires des communautés.

Vidéo : Barathi Vengadasamy

Jenifer Bujold

Jenifer Bujold avait toujours rêvé de travailler dans une communauté isolée du Nord. Après avoir obtenu un baccalauréat en sciences infirmières de l'Université Laurentienne, elle a travaillé pendant 16 ans comme infirmière en milieu hospitalier. Elle a ensuite accepté un poste d'infirmière de bord et apporté des soins dans le cadre du transport d'urgence des personnes des communautés inuites de Kitikmeot, une région isolée du Nunavut.

La découverte des 5 communautés de la région n'a fait qu'attiser la passion de Jenifer pour le Nord. Cette expérience l'a incitée à déménager à Baker Lake, au Nunavut, où elle a travaillé en tant qu'infirmière en santé communautaire pendant 6 ans. Durant cette période, elle a également eu l'occasion de travailler dans les communautés de la région de Kivalliq. Elle a exercé diverses fonctions comme celles d'infirmière en chef et de mentor auprès des infirmières en santé communautaire en début de carrière dans le Nord.

Durant son séjour à Baker Lake, Jenifer a mis sur pied un projet pilote visant à instaurer les horaires variables. Le projet a permis de réduire le stress des infirmières en santé communautaire travaillant sur appel durant des horaires prolongés. Cela a aidé ces infirmières à mieux équilibrer leur vie professionnelle et leur vie personnelle, à réduire les risques d'erreur dans les soins qu'elles apportent à la communauté et à améliorer la satisfaction des patients.

Jenifer est récemment retournée s'installer à Cambridge Bay dans la communauté où elle a commencé sa carrière dans le Nord. Elle est devenue infirmière clinicienne enseignante de la région de Kitikmeot. Elle attend avec impatience d'avoir l'occasion de transmettre sa passion pour le métier d'infirmière dans le Nord aux personnes qui se joignent à l'effectif de soins infirmiers du Nunavut.

Vidéo : Jenifer Bujold

Janet McKenzie

Janet McKenzie est une infirmière crie de Stanley Mission, un établissement indien de la Première Nation de Lac La Ronge situé dans le nord de la Saskatchewan. Après avoir obtenu en 2006 un certificat d'infirmière auxiliaire autorisée de la Saskatchewan Polytechnic, Janet est devenue titulaire en 2016, d'un baccalauréat en sciences infirmières de l'Université de la Saskatchewan. Depuis 2007, elle participe au programme de soins à domicile et en milieu communautaire dans le cadre duquel elle a occupé un poste d'infirmière auxiliaire autorisée avant de devenir infirmière à domicile et coordinatrice des soins à domicile.

Après avoir travaillé pendant plusieurs années au sein des Services de santé de Stanley Mission, Janet a décidé de reprendre des études. Elle se dévoue au service des aînés de la communauté et espère occuper son poste actuel le plus longtemps possible. Comme elle a été élevée dans une communauté du Nord, Janet aimerait rester dans cette région jusqu'à la fin de sa carrière d'infirmière.

Janet s'efforce avec passion de répondre aux besoins des membres de sa communauté en matière de soins de santé et de mieux-être. Elle milite également pour que ses patients puissent vivre chez eux tant qu'ils sont suffisamment autonomes pour cela. Elle s'estime très chanceuse de pouvoir être infirmière dans la communauté où elle a grandi. Janet espère que son histoire incitera d'autres personnes à marcher sur ses traces et qu'elle servira de modèle aux jeunes de la région.

Vidéo : Janet McKenzie

2018 : Lauréates

Cheryl Yost

En tant qu’infirmière en santé communautaire employée par la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuit ainsi qu’infirmière en chef au poste de soins infirmiers de Sandy Lake situé dans une région éloignée du nord de l’Ontario, Cheryl Yost est bien placée pour appuyer les améliorations à la santé des Premières Nations.

Cheryl a suivi sa formation à la Perth Huron Regional School of Nursing et elle est titulaire d’un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université de Western Ontario et d’une maîtrise en éducation de l’Université de Toronto. Cheryl a travaillé dans le domaine des soins coronariens, primaires, de courte durée, et d’urgence, ainsi que dans le domaine de l’éducation. Elle a occupé de nombreux postes au sein de conseils d’administration et a reçu les prix Provincial Staff, Leadership et HUB Fellowship de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario.

Cheryl a recours à la confiance, au respect, à l’équité et à la défense des droits pour la guider dans sa prise de décisions tant sur le plan professionnel que personnel. Elle est enthousiaste, dévouée et téméraire, et elle est emballée par l’apprentissage et les possibilités dans le domaine des soins de santé.

Cheryl préconise l’amélioration des processus et des systèmes de santé. D’ailleurs, elle est d’avis que ces améliorations enrichiront l’expérience vécue par les patients et les fournisseurs de soins dans le domaine de la santé. Elle estime aussi qu’il est essentiel de traiter tous les membres de l’équipe, y compris le patient, la famille et la communauté, comme les atouts les plus importants.

Video : Cheryl Yost

Bodiene Dussion

Bodiene Dussion est une infirmière autochtone originaire de Cumberland House, en Saskatchewan. Elle est de descendance crie et vient de la Première Nation de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug dans le nord-ouest de l’Ontario. Bodiene et son mari ont trois magnifiques filles et vivent actuellement à Battlefort en Saskatchewan.

Au cours des trois dernières années, elle a occupé le poste d’infirmière en santé communautaire au Centre de santé Saulteaux dans la Première Nation Saulteaux. Elle travaille en collaboration avec le système de santé provincial à l’élaboration de nouveaux programmes et de nouvelles initiatives pour la communauté afin d’améliorer les services.

En 2008, Bodiene a obtenu son baccalauréat en soins infirmiers de l’Université du Manitoba. Plus récemment, en 2017, elle a obtenu sa certification en soins de santé communautaires de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada. Comme elle est une tenante de l’apprentissage à vie, elle continue de s’inscrire à des cours pour perfectionner ses compétences en soins infirmiers et en soins primaires.

Bodiene est un atout précieux pour toute équipe. Elle est également une mentore et un modèle hors pair pour les jeunes mères avec qui elle travaille, car elle comprend leurs enjeux et fait tout son possible pour les motiver.

Bodiene a consacré toute sa carrière en soins infirmiers dans les collectivités des Premières Nations. Elle est une ardente défenseure des peuples autochtones et elle est d’avis que tous méritent d’avoir accès à des services de soins de santé égaux.

Video : Bodiene Dussion

Lyrithe Villeneuve

Lyrithe Villeneuve est l’infirmière à Kangiqsujuaq pour le Centre de santé Tulattavik d'Ungava, territoire du Nunavik, au nord du Québec.

Lyrithe est originaire du Saguenay et elle a complété son diplôme d’études collégiales (DEC) en soins infirmiers au Collège de Chicoutimi. Son désir de travailler auprès des Inuit remonte à son enfance. La première fois qu’elle vu une photo d’une jeune enfant inuit, elle s’est dit qu’un jour elle irait travailler dans le Grand Nord québécois.

Le but de faire son cours d’infirmière était de pouvoir aller travailler en région éloignée. Son expérience de travail est essentiellement en santé communautaire. Elle y effectue entre autres des suivis en pédiatrie, en obstétrique, en pathologie chronique, en santé communautaire ainsi que des consultations de tous genres. Elle aime beaucoup son travail à cause de son aspect varié, intéressant et enrichissant.

Le 22 mars 1976, Lyrithe a posé pied à Kangiqsujuaq en DC-3, sur la baie glacée. Elle n’avait alors que 22 ans. Pendant ses quarante-deux années de pratique dans le Nord, elle a travaillé pendant huit ans au Centre Hospitalier Tulattavik, à Kuujjuaq. À son arrivée au village, la réalité était tout autre que celle d’aujourd’hui. Entre 1976 et 1983, le téléphone n’était pas disponible dans la clinique. Pour communiquer avec le médecin, ils devaient sortir du CLSC pour aller dans une cabane en bois où l’opératrice plaçait leurs appels à Iqaluit. Elles n’étaient que deux infirmières en charge de 250 habitants. Lorsque l’une d’elles devait quitter pour des vacances, elle n’était pas remplacée. Le médecin faisait deux visites par année et restait sur le territoire environ une journée et demie. Aujourd’hui, elles sont quatre infirmières permanentes, et le médecin du village vient en moyenne une semaine par mois au village.

Lyrithe croit que le fait d’avoir grandi à la campagne a aidé à son adaptation à la vie nordique, du fait qu’elle pratiquait déjà les activités de camping, de chasse et de pêche. Elle a épousé un inuk de Kangiqsujuaq, et ils ont deux enfants. Sa famille a grandement aidé à sa stabilité. Finalement, Lyrithe se trouve extrêmement privilégiée d’avoir pu exercer sa profession de cette façon etde vivre avec ce peuple qui lui est si cher.

Video : Lyrithe Villeneuve

2017 : Lauréates

Joseph Redhead

Joseph Redhead est né à Grande Prairie, en Alberta, et il a vécu dans la Nation crie de Sturgeon Lake avec ses parents et ses frères et sœurs jusqu’à l’âge de cinq ans. La famille de Joseph a ensuite déménagé à Crooked Creek où il a grandi. À 18 ans, Joseph est retourné vivre à Grande Prairie pour réaliser ses rêves dans le domaine médical en s’inscrivant au Collège régional de Grande Prairie. À l’époque, il y avait très peu de soutien sur le campus pour les étudiants autochtones, mais Joseph était bien résolu à travailler d’arrache-pied pour réaliser ses rêves. Pendant ses études, Joseph a travaillé à temps partiel comme intervenant auprès des jeunes au Centre d’amitié de Grande Prairie.

Joseph a poursuivi ses études à l’Université de l’Alberta, où il a obtenu un baccalauréat en sciences infirmières. Dans le cadre de son travail dans le domaine infirmier, sa carrière l’a ramené à la Nation crie de Sturgeon Lake comme infirmier en santé publique, puis infirmier responsable.

Aujourd’hui, en qualité de membre du conseil d’administration et président du Centre d’amitié de Grande Prairie, Joseph continue de mettre en pratique les connaissances qu’il a acquises au fil des ans en appuyant la jeunesse et en déployant de grands efforts pour faire en sorte que les jeunes puissent avoir accès à une gamme de programmes et d’appuis.

Joseph est engagé envers sa communauté et son peuple et il trouve toujours le temps de redonner à la communauté. Par exemple, on le voit souvent au Centre d’amitié, visiter des gens et aider quand il le peut. Il est aussi bénévole à la Société de bingo de Sturgeon Lake et au Refuge pour les aînés de Grande Prairie. La ville de Grande Prairie a reconnu le travail de Joseph en le nommant « Héros méconnu », tandis que son parcours scolaire et sa carrière ont été reconnus par le Collège régional de Grande Prairie qui en a fait un « ancien émérite ».

Malgré toutes ses accolades et ses réalisations, Joseph demeure un homme humble et bon. Il est un modèle pour sa communauté.

Vidéo : Joseph Redhead

Terrilynn Flynn

Terrilynn a obtenu un baccalauréat en sciences infirmières de la Western Regional School of Nursing en 2010. Depuis, elle a consacré sa courte, mais impressionnante carrière aux soins infirmiers dans les régions éloignées et du Nord.

Afin de vivre sa passion pour les soins intensifs, Terrilynn a travaillé comme infirmière en soins intensifs et obtenu sa certification en soins intensifs par l’entremise du Centre d’études en soins infirmiers de Terre-Neuve. En 2012, Terrilynn a accepté un nouveau défi à Iqaluit, au Nunavut. À l’Hôpital général de Qikiqtani, ses compétences en leadership et ses connaissances en soins infirmiers lui ont rapidement valu une promotion au poste d’infirmière responsable et elle est devenue un mentor recherché auprès des étudiants et des nouveaux diplômés du Programme de soins infirmiers au Collège de l’Arctique au Nunavut. Tous les jours, on peut voir Terrilynn prodiguer des soins axés sur la famille lorsque des familles accueillent leurs nouveau-nés, ou bien s’occuper de victimes de traumatisme aux urgences et aux soins intensifs ou donner des soins de fin de vie dans la dignité à un Aîné. Elle a récemment fait le saut dans les soins infirmiers autonomes en travaillant comme infirmière en santé communautaire dans des centres de santé communautaire de l’île de Baffin.

Terrilynn est très appréciée des nombreux Aînés et des familles auprès desquelles elle travaille par sa passion pour l’apprentissage de leur langue et de leur culture. Leur reconnaissance dépasse les murs de l’Hôpital général de Qikiqtani, puisque les Iqalummiuts l’abordent souvent dans la communauté. Ces relations exceptionnelles avec ses patients et son rôle dans la formation des nouveaux infirmiers et infirmières de demain au Nunavut sont deux des aspects les plus enrichissants de la carrière de Terrilynn.

Vidéo : Terrilynn Flynn

Joanne Ogden

Joanne a obtenu son diplôme en 1985 de même qu’un prix d’excellence en soins de chevet de l’École des sciences infirmières de Winnipeg. Elle a travaillé comme infirmière pendant plus de 17 ans aux soins intensifs, en plus de prêter main-forte aux urgences et dans les salles spécialisées pour le travail, l’accouchement, le rétablissement et le post-partum. En 2003, elle a quitté le domaine des soins infirmiers en milieu hospitalier afin de lancer un programme de soins à domicile pour les 10 Premières Nations de la région, à Frances Fort, en Ontario. Toujours dynamique, Joanne a collaboré étroitement avec d’autres cliniciens locaux préoccupés par les soins des plaies et la prévention des amputations et une équipe officieuse de soins des plaies a ainsi été fondée. C’est aussi à Joanne que l’on doit l’introduction des analyses dans les points de service pour aider à prévenir l’une des principales causes, soit les taux élevés de diabète. En plus de l’analyse dans les points de service, elle a aussi ajouté un appareil d’évaluation vasculaire dans le programme des soins à domicile pour garantir l’aiguillage opportun vers des interventions vasculaires et des soins des plaies appropriés.

La croyance de Joanne en l’équité en matière de soins de santé l’a amenée à faire des représentations en vue de créer un Centre d’excellence en soins des plaies, piloté par les deux collectivités où elle travaille actuellement en tant qu’infirmière en santé communautaire, c’est-à-dire les Premières nations de Naicatchewenin, ainsi que de Rainy River. Ce Centre de soins des plaies sera rattaché à la clinique Wound Care Ontario LTD, extrêmement populaire, et au Dr Ron Linden.

Joanne est aussi membre active des Lions, militante pour le Cancer de l’ovaire Canada, ex formatrice clinique pour le programme local de formation des infirmières auxiliaires autorisées, membre du conseil d’administration de son hôpital local et elle a agi comme bénévole en Haïti et au Guatemala.

Vidéo : Joanne Ogden

2016 : Lauréates

Sandra Chapman - Big Trout Lake, Ontario (Employée de Santé Canada)

Diplômée de la Broadgreen Hospital School of Nursing de Liverpool (Angleterre), Sandra a entrepris sa carrière d’infirmière comme cadette en 1964. Elle a ensuite poursuivi ses études et obtenu un diplôme de sage-femme du Billinge Maternity Hospital du Lancashire. Après avoir émigré au Canada avec son mari et ses trois fils en 1972, elle a fréquenté le Centennial College de Toronto et obtenu sa certification canadienne. Sandra a travaillé pendant 32 ans à l’Hôpital St. Mary de Kitchener : 16 ans en salle de travail et d’accouchement et 16 ans à l’urgence. Elle a aussi enseigné pendant cette période au département des soins infirmiers du Collège Conestoga.

Après avoir pris sa retraite de l’Hôpital St. Mary, Sandra a pris conscience en 2005qu’elle s’ennuyait vraiment du métier d’infirmière. Elle est donc partie à l’aventure dans le Nord et a vécu un an à Kashechewan. Elle a tout de suite eu le coup de foudre pour l’humour vif et l’honnêteté des membres des Premières Nations. Elle a ensuite déménagé à Kitchenuhmaykoosib, qui porte aussi le nom de Big Trout Lake, où elle travaille depuis les dix dernières années.

Sandra, qui défend avec force et passion les intérêts de sa communauté, a mis au point au fil des ans des programmes pour favoriser les modes de vie sains. Elle participe à de nombreuses activités communautaires et coordonne le programme prénatal. L’une de ses plus grandes joies est de voir plusieurs des bébés qu’elle a aidé à mettre au monde grandir et devenir de jeunes gens extraordinaires.

Joyce Ball : Première Nation des Stoney, Alberta (Employée des Premières Nations)

Cumulant plus 40 années de pratique active en soins infirmiers, Joyce Ball a d’abord travaillé comme infirmière soignante dans une unité néonatale de soins intensifs de niveau tertiaire à Calgary. Son esprit d’aventure l’a poussée à se porter volontaire pour des missions médicales en Amérique centrale et au Brésil. En 1992, Joyce s’est aventurée à l’ouest de Calgary et s’est trouvé un emploi au sein des services de santé de la Première Nation des Stoney, où elle travaille depuis les 24 dernières années.

Grâce à ses solides aptitudes en leadership dans le contexte de ses fonctions de coordonnatrice des soins à domicile, elle a joué un rôle essentiel dans l’élaboration d’un programme de soins à domicile complet. Joyce a aussi obtenu sa certification d’éducatrice spécialisée en diabète et dirigé un programme de mieux-être communautaire qui met l’accent sur la mise en place de moyens d’atténuation des effets du diabète. En plus de séances consacrées à la prise en charge du diabète ainsi qu’aux pieds et de groupes de marche, Joyce a aussi organisé et animé des camps d’été pour les enfants.

Joyce croit fermement au travail d’équipe et est un modèle exemplaire à cet égard. Elle s’empresse d’aider les autres, d’enseigner, d’agir comme mentor et de fournir du soutien. Au début de sa carrière dans les services de santé des Stoney, ses collègues des Premières Nations lui ont donné le surnom « Wha mnuska », c’est-à-dire « fourmi travaillante » en dialecte des Stoney. Par son acharnement au travail et son attitude bienveillante, elle touche la vie de ses clients tout comme celle de ses collègues et a ainsi gagné leur confiance et leur respect.

Florence Wood : Pond Inlet, Nunavut (Employée de communauté inuite)

Après avoir obtenu son diplôme en soins infirmiers de l’École de soins infirmiers de l’Île du Prince Édouard en 1977 et un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université Dalhousie en 1997, Florence Wood a terminé le programme de formation en soins infirmiers en soins intensifs au Centre des sciences de la santé Reine-Elizabeth II en 1999. Avant de travailler à Pond Inlet comme infirmière en santé communautaire et plus tard superviseure de programmes de santé, Florence avait surtout travaillé dans le domaine du travail et de l’accouchement ou des soins intensifs dans divers hôpitaux du Canada atlantique. Elle a ensuite travaillé à Pangnirtung à titre de directrice intérimaire des programmes de santé pour le nord de l’île de Baffin en 2012, avant de revenir travailler à Pond Inlet jusqu’à sa retraite en février 2016.

Florence a joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre de nombreux programmes liés à la santé, tels que le Programme canadien de nutrition prénatale, des programmes de petits-déjeuners dans les écoles et de nombreux programmes parascolaires qui aident les jeunes et les adultes à faire des choix sains. À titre de membre du Comité du recrutement et de la rétention d’infirmières, elle a fait la promotion du Nunavut comme endroit où les infirmières et les infirmiers peuvent mener une carrière intéressante et attrayante. Le Comité a aussi lancé un projet pilote qui a mené à la création de nombreux postes d’infirmière praticienne au Nunavut.

Grâce à son vécu, Florence a acquis un grand respect pour la culture et le mode de vie des Inuits, qui mettent l’accent sur les valeurs familiales et un respect pour la terre issu de la connaissance particulière qu’ont les Inuits de l’environnement. Fervente défenseure des soins axés sur la famille et respectueux des valeurs traditionnelles, Florence estime qu’il faut mobiliser les personnes pour qu’elles participent activement à leurs soins et qu’il faut doter les gens des connaissances et de la responsabilisation nécessaires pour leur permettre de faire des choix sains et éclairés.

2015

Donalda Stanley : Première Nation de Paul, Alberta

Diplômée d'un baccalauréat en sciences infirmières de l'Université de l'Alberta (juin 2000), Donalda offre des soins aux membres de la communauté avec intégrité et compassion, et elle entretient de solides relations fondées sur le respect avec les responsables de programmes des bandes et les Aînés de la communauté. Vu qu'elle parle couramment le cri, elle communique efficacement avec ses clients et elle participe activement aux événements communautaires. Son calme, son gros bon sens et son sens de l'humour lui permettent de gagner rapidement l'affection des membres du personnel et ils favorisent la confiance chez ceux qu'elle dirige. Elle a activement encadré plusieurs étudiants en sciences infirmières de l'Université de l'Alberta et elle est un modèle respecté. Son engagement envers l'apprentissage continu est démontré par le fait qu'elle recevra bientôt un diplôme de Maître es arts de l'Université Yorkville en psychologie du conseil.

Donalda travaille comme infirmière responsable de la Première Nation de Paul depuis mars 2012. Auparavant, elle a travaillé comme infirmière en santé communautaire auprès de la Première Nation de Saddle Lake et comme infirmière responsable de la Morning Sky Frog Lake Health and Wellness Society et des Services de santé de Kehewin.

Elizabeth Henderson : Première Nation de Beausoleil, Ontario

Elizabeth Henderson travaille avec la Première Nation de Beausoleil en gérant avec efficacité les services de soins à domicile et en milieu communautaire de cette dernière depuis 2005. Un modèle exemplaire, Beth est bien respectée par ses pairs, le personnel, la haute direction et les dirigeants et les membres de la communauté. Elle s'est jointe au Centre de la santé de la famille de Beausoleil à titre d'infirmière en santé communautaire, elle a assumé le rôle d'infirmière des soins à domicile et, par la suite, elle a été promue et est devenue Gestionnaire de cas/Coordonnatrice chargée de gérer le programme Cercle des soins du Centre. Elle mène activement des activités de soins infirmiers de première ligne pour appuyer son effectif et, récemment, elle a accepté des fonctions de haute direction en l'absence du Directeur de la santé, relevant ces nouveaux défis avec enthousiasme et un haut niveau de professionnalisme.

Un candidat a affirmé « Beth s'investit cœur et âme dans la promotion de la santé et du mieux-être dans la communauté de la Première Nation de Beausoleil et elle dépasse toujours les attentes ». Sa vision, son innovation et son engagement à développer et à étendre les services de soins infirmiers dans la communauté jouent un rôle important dans le développement d'un centre pour personnes âgées, récemment agrandi pour répondre à la demande croissante, de services de soutien aux personnes et d'une équipe de soins infirmiers composée de 5 infirmiers(ères) à temps complet et 2 à temps partiel qui supervisent un éventail de programmes, dont Vieillir chez soi, Soin des pieds, Soins palliatifs, Éducation en matière de diabète, les services sans rendez-vous et une gamme de formation en cours d'emploi sur la santé.

Larry Thompson : Tuktoyaktuk, (Territoires du Nord-Ouest)

Larry a reçu son diplôme en soins infirmiers en 1991, après une carrière comme gestionnaire de compagnie dans le domaine des arts, notamment pour le Royal Winnipeg Ballet et la Compagnie d'opéra canadienne. Il a travaillé comme infirmier et infirmier praticien auprès de communautés des Premières Nations et des Inuits dans tout le Nord de l'Ontario, dans le Yukon et, depuis 2005, dans la région du delta de Beaufort des Territoires du Nord-Ouest. Au début, il travaillait à Aklavik et à Tuktoyaktuk, mais il est maintenant établi depuis 2007 à Tuktoyaktuk (T.-N.-O.). Il agit présentement comme infirmier primaire auprès de clients atteints de diabète et d'insuffisance rénale chronique (IRC), il assure la liaison avec des professionnels de la santé de Yellowknife, d'Inuvik et d'Edmonton et il apprend aux clients à gérer leurs symptômes dans le cadre de séances individuelles. L'une de ses plus grandes forces est sa passion pour les soins infirmiers et les soins de santé primaires. Il est également un des membres du personnel infirmier le plus reconnu dans la communauté, il participe activement aux événements communautaires et de nombreuses personnes l'apprécient.

2014

Alison Lynch : South Indian Lake, Manitoba

Originaire de Flin Flon, au Manitoba, Alison a acquis un respect et une compréhension sincères du sort des Premières Nations. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences infirmières à l'Université du Manitoba en 1984, et continue encore aujourd'hui d'élargir ses connaissances dans ce domaine. Selon Alison, la collecte d'antécédents exacts et les évaluations physiques constituent la clé de sa réussite en soins infirmiers, particulièrement dans une région éloignée et isolée.

Au cours des 15 dernières années, Alison a été infirmière en santé communautaire (ISC) dans le Nord du Manitoba au poste de soins infirmiers de South Indian Lake. En plus de s'attacher à la région, au personnel et à la communauté, Allison y a rencontré son mari, George. Récemment, elle est déménagée avec lui à Winnipeg, mais elle continue de travailler comme infirmière à South Indian Lake à temps partiel. Alison adore faire du camping et de la navigation de plaisance, en plus d'aimer la pêche et la lecture des romans d'auteurs étrangers.

La carrière en soins infirmiers d'Alison a été extraordinaire et féconde en aventures. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, elle a travaillé pour Médecins Sans Frontières, l'UNICEF et le CUSO, et elle a exercé sa profession dans plusieurs pays, dont le Soudan, la Somalie, l'Angola, la Sierra Leone, l'Éthiopie et le Brésil. Les troubles et la dévastation qui accompagnent la guerre ont rendu Alison encore plus résolue à fournir des soins de qualité aux personnes dans le besoin. Elle a été particulièrement fière d'avoir contribué à la formation des membres du personnel local afin que ceux-ci soient en mesure de fournir des services de soins de santé à leurs compatriotes bien après son départ du pays.

Alison affirme qu'elle réussit sa carrière en soins infirmiers, qui dure depuis 30 ans, parce qu'elle prend la peine de faire savoir aux gens qu'ils ne sont pas seuls, que quelqu'un tient à eux et qu'elle est là pour les écouter.

Lianne Mantla : Behchoko, Territoires du Nord-Ouest

Lianne a obtenu un diplôme en soins infirmiers en 2003 après avoir suivi le programme de soins infirmiers dans le Nord à Yellowknife. Après avoir occupé divers postes en soins infirmiers, elle a obtenu un diplôme universitaire en sciences infirmières de l'Université de l'Alberta en 2012. Pour Lianne, la famille compte avant tout, et c'est pourquoi elle est retournée dans sa communauté d'origine de Behchoko, dans les T.N.-O., afin d'occuper un poste d'infirmière en santé communautaire (ISC) au centre de santé local. Dans sa région, elle est la seule personne à être diplômée en soins infirmiers, ce qui est perçu comme tout un exploit. Les aînés sont particulièrement fiers de ses réalisations, notamment parce que Lianne connaît très bien les traditions, la culture et la langue des Dénées (le tlicho) et qu'elle peut, par ailleurs, faire profiter les autres de ses connaissances en médecine occidentale.

Lianne fait remarquer que son retour dans la communauté s'est accompagné d'avantages et de difficultés, car les attentes peuvent être très élevées envers une personne qui revient dans sa communauté d'origine après une longue absence. Lianne occupe actuellement un poste d'infirmière responsable (IR) intérimaire.

Dans ses temps libres, Lianne aime lire et faire de longues promenades. Certains disent qu'elle est « forte comme deux ». Sa détermination et son indépendance font d'elle un modèle important au sein de la communauté et lui permettent de demeurer ouverte aux changements et d'être unique en son genre.

Lianne est une leader respectée au sein de sa communauté et elle espère pouvoir « changer les choses ».

Rachel Munday : Aklavik, Territoires du Nord-Ouest

En 1985, Rachel a obtenu un diplôme d'infirmière autorisée (IA) dans le cadre d'un programme offert à l'hôpital général du district de Basingstoke, en Angleterre. Elle a ensuite suivi une formation de sage femme pour laquelle elle a obtenu un diplôme en 1987. Après avoir entendu beaucoup de choses intéressantes sur le Labrador, T.-N.-L., Rachel a décidé de traverser l'océan pour se rendre au Canada en 1989. Même si elle appréciait son « nouveau pays », elle a choisi de retourner en Angleterre pour faire une maîtrise de sage femme à l'Université de Wales en 2007. Depuis son retour au Canada, Rachel a travaillé dans diverses communautés éloignées et isolées des Premières Nations et des Inuits. Rachel est stimulée par l'autonomie que lui laisse son travail d'infirmière en santé communautaire (ISC) et, depuis 2005, elle est infirmière responsable (IR) à Aklavik, T.N.-O.

Toujours désireuse d'enrichir son bagage de connaissances, Rachel est maintenant inscrite au programme d'infirmière praticienne à Yellowknife. Une fois qu'elle aura obtenu son diplôme en 2015, Rachel retournera chez elle à Aklavik, afin de continuer à offrir d'excellents services infirmiers aux membres de sa communauté d'adoption. On a constaté que Rachel est un excellent modèle et mentor pour les étudiants, le personnel et les membres des communautés. Elle estime que d'agir à titre de mentor auprès d'un étudiant ou d'un collègue « va de soi ». Rachel a l'intime conviction qu'il est important de favoriser l'épanouissement des personnes qui nous entourent et de les appuyer. En fait, elle a l'intime conviction que c'est le devoir de chacun d'agir ainsi.

Rachel aime jouer du piano et faire des enregistrements. En plus d'être une lectrice insatiable, Rachel collectionne les timbres canadiens, un passe-temps qui lui vient de son père. Rachel aimerait que tout le monde sache qu'elle a apprécié et continue d'apprécier le temps passé dans le Nord, et qu'elle a recueilli une foule de renseignements des habitants et particulièrement des aînés. Elle encourage tout le monde à « aller dans le Nord », en faisant remarquer que cela a été pour elle une expérience inoubliable!

2013

  • Joan Bélanger : Bearskin Lake, Ontario
  • Gail Nahmabin : Chippewas de Sarnia, Ontario
  • Marie McPherson : Sachs Harbour, Territoires du Nord-Ouest

2012

  • Sophie Pamak : Hopedale, Labrador
  • Lori Monture : Hagersville, Ontario
  • Leslie-Ann Smith : Battleford, Saskatchewan

2011

  • Goldie White : Makkovik, Labrador
  • Tracy Daigneault : Warman, Saskatchewan
  • Susan Siwik : Parry Sound, Ontario

2010

  • Tina Buckle : Goose Bay, Terre-Neuve-et-Labrodor
  • Christi-Ann Poulette : London, Ontario
  • June Fry : Happy Valley-Goose Bay, Terre-Neuve-et-Labrador

2009

  • Susan Stoneson
  • Judy Wilson
  • Liza Sam

2008

  • Joyce Ritchie
  • Elaine Conacher

2007

  • Margaret Levy
  • Paula J. Stefankiw
  • Gail T. Turner

2006

  • Sandro Échaquan
  • Susan Jewitt
  • Gail Redpath

2005

  • Edith Martel
  • Ada Benoit

2004

  • Barbara Martin
  • Jan Kroll

2003

  • Lillian Turzanski : Première Nation, Cold Lake, Alberta
  • Linda H. Paul : Edmonton, Alberta
  • Evelyn Voyageur : Comox, Colombie-Britannique
  • Margaret Webb : Nain, Labrador
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :