Notes d'allocution pour Ron Parker, président de Services partagés Canada, à l'occasion du déjeuner-causerie de l'Association canadienne de la technologie de l'information

Discours

Je vous remercie de votre aimable présentation.

Merci, Eric et Ken, pour cette aimable présentation.

C’est un plaisir pour moi d’être ici aujourd’hui pour inaugurer la série de déjeuners-causeries de cette année.

Ce matin, j’aimerais vous entretenir du travail accompli par Services partagés Canada et discuter du rôle que joue le secteur privé pour nous aider à atteindre nos objectifs.

J’accorde une grande valeur à votre expérience et à votre point de vue. Aussi, je suis heureux d’avoir l’occasion d’examiner comment nous pouvons avancer en vue d’atteindre des buts communs.

Services partagés Canada a été créé pour développer une plateforme de technologie de l’information actuelle, protégée et rentable qui favorise l’ouverture et la mise en réseau de la fonction publique, met en œuvre des approches pangouvernementales et tire parti de la technologie pour offrir des services modernes, fiables et rentables.

À la base, Services partagés Canada est un guichet unique qui assure la gestion, l’exploitation et la transformation de l’infrastructure des technologies de l’information du gouvernement fédéral.

Nos employés, nos ressources et nos biens améliorent l’efficacité, la fiabilité et la sécurité de l’infrastructure gouvernementale des technologies de l’information, font croître la productivité de tous les ministères et organismes et étayent la vision d’une fonction publique digne du XXIe siècle.

Depuis sa création, le Ministère a franchi d’importantes étapes et il reste beaucoup à faire pour faire évoluer les technologies de l’information de l’environnement existant et les moderniser pour qu’elles puissent mieux servir le gouvernement et, en retour, mieux servir la population canadienne.

Voici quelques exemples du travail accompli jusqu’à présent.

  • Le Ministère a consolidé 60 centres de données d’anciens systèmes en trois centres de catégorie organisationnelle, réduisant ainsi les coûts, renforçant la sécurité des données et améliorant les services offerts aux organisations partenaires et clientes.
  • Services partagés Canada renforce la sécurité. Nous avons enregistré une réduction du nombre d’incidents de technologies de l’information critiques et du temps nécessaire à leur résolution. 
  • Nous avons également créé un centre des opérations de sécurité qui fonctionne jour et nuit, à longueur d’année, et qui permet aux pouvoirs publics de s’attaquer rapidement et efficacement aux incidents touchant la cybersécurité.
  • Nous avons aussi amélioré notre engagement auprès de l’industrie par l’entremise du processus d’approvisionnement. J’aborderai ce sujet plus en détail dans un instant.

Le projet de transformation que nous entreprenons est d’une ampleur sans précédent.

Maintenir les activités durant une période de perturbation massive, tout en planifiant et en exécutant un projet de transformation fondamental pour la prestation des services relatifs aux technologies de l’information dans l’ensemble du gouvernement du Canada, représente un défi important.

La transformation se déroule plus lentement que prévu.

Des retards attribuables à la complexité du défi sont survenus, tant sur le plan de l’infrastructure transférée au départ à l’organisation que sur le plan du projet proprement dit.

De plus, tout ne marche pas toujours selon les plans. Par exemple, certains achats exigent plus de temps que prévu à l’origine et on a éprouvé de la difficulté à respecter les exigences fonctionnelles de certains projets.

En raison de la mise en œuvre plus lente de la transformation, on a recouru plus que prévu aux technologies de l’information vieillissantes. L’entretien et l’exploitation de ces technologies absorbent plus de ressources du Ministère que ce à quoi on s’attendait. Cela crée également des contraintes dans l’organisation car nos employés ne peuvent pas assurer le niveau d’excellence en matière de service qui est intégré dans leur ADN (qu’ils se font un devoir de livrer). Je pense que cela est l'un des facteurs qui expliquerait le moral bas de nombreux employés. Vous en avez sans doute entendu parler dans les médias.

Ces questions figurent au cœur de mes activités depuis mon entrée en fonction à Services partagés Canada en juillet.

Nous nous concentrons sur trois questions cruciales.

En premier lieu : renforcer l’infrastructure existante, là où les risques sont élevés et où nos ressources le permettent, pour prévenir les perturbations dans la prestation des services à la population canadienne.

En deuxième lieu : améliorer notre efficience en renforçant la prestation des services à nos clients à l’aide de nouvelles stratégies en matière de service et en normalisant les processus de service. Les taux de satisfaction des clients et des employés passent par l’amélioration de la prestation de service. Le progrès se fera à petit pas, dans une trajectoire ascendante.

Et en troisième lieu : examiner de près le plan de transformation, comme nous le faisons tous les ans, ainsi que les hypothèses sur lesquelles il repose, les leçons tirées jusqu’à présent et les besoins en matière de ressources.

Voici un exemple de mesures que nous prenons pour améliorer la prestation de services. Au cours des derniers mois, nous avons adopté un nouveau modèle organisationnel qui permet de s’assurer que les directions générales opérationnelles sont responsables du cycle de vie intégral de leurs services en mettant l’accent sur les fonctions transversales telles que l’architecture, les relations avec les clients, les services de technologies de l’information, la gestion des projets, la sécurité informatique et les services généraux tels que les finances, les ressources humaines, l’approvisionnement et les communications.

Par conséquent, nous avons maintenant un responsable des activités… un point de contact… pour chacun de nos secteurs d’activités. Nous visons une plus grande souplesse et une meilleure prestation des services pour nos partenaires de la fonction publique et de la collectivité des technologies de l’information.

Un projet de transformation de cette envergure ne peut se réaliser du jour au lendemain. Il faut du temps et la bonne combinaison d’expertise, d’expérience et de technologie. Cela exige également un solide modèle opérationnel basé sur la planification intégrée, des relations de collaboration avec les partenaires, les clients et les fournisseurs qui, à leur tour, favorisent la bonne marche des opérations.

De toute évidence, ce travail est en cours. Nous considérons que ce processus fait partie d’une culture de transformation qui est axée sur l’objectif final tout en reconnaissant que les erreurs et les corrections, les interruptions de service et les réponses rapides ainsi que les réussites constituent des balises qui parsèment notre cheminement vers un état final fonctionnel.

En bref, nous profitons de chaque occasion pour examiner et peaufiner notre approche en nous fondant sur l’expérience et les commentaires transmis par les partenaires et les intervenants de l’industrie.

Vous jouez un rôle sur ce plan. Nous avons toujours su que l’industrie – les grandes entreprises ainsi que les petites et moyennes entreprises – est partie prenante pour concevoir et réaliser des solutions novatrices et économiques pour l’initiative de transformation des technologies de l’information au gouvernement.

Nous apprenons de vous, en tant que partenaires, dans le cadre des consultations et des discussions auxquelles nous continuons de faire participer les membres du secteur des technologies de l’information.

Nous avons appris qu’en suscitant une participation aussi personnelle et étendue que possible, on peut faire avancer énormément l’appui donné à notre vision.

C’est la raison pour laquelle, peu après sa création, Services partagés Canada a entamé un dialogue avec le secteur des technologies de l’information et des communications afin de nouer des relations durables et de fond.

En général, les commentaires que nous avons reçus des associations du milieu (de la Table ronde sur l’infrastructure de la technologie de l’information, ses divers comités consultatifs et groupes de travail et par l’entremise d’autres initiatives) ont été extrêmement utiles pour l’élaboration du plan de transformation de Services partagés Canada.

Plus précisément, la présidente de l’Association canadienne de la technologie de l’information, Karna Gupta, nous a offert son aide dès le début. L’Association a participé aux dix réunions de la Table ronde tenues jusqu’à présent et vous êtes bien représentés dans les réunions des comités consultatifs et dans les groupes de travail.

En fait, sur le front de l’engagement, votre organisation est un participant enthousiaste qui a exercé le rôle de chef de file dans plusieurs domaines.

L’Association canadienne de la technologie de l’information et ses membres apportent une contribution précieuse aux travaux de Services partagés Canada. Par exemple, l’année dernière, bon nombre d’entre vous ont directement aidé à orienter la conversation sur notre initiative de transformation en participant aux consultations du Comité consultatif sur le cadre d’architecture sur la cybersécurité et la sécurité informatique, les mégadonnées et le contenu du code à source libre.

En outre, la vice-présidente, Relations gouvernementales et politiques, de l’Association, Kelly Hutchinson a joué un rôle important dans les travaux du comité sur les points de référence en matière d’approvisionnement.

Kelly Hutchinson est également membre de plusieurs groupes de travail récemment lancés par le Comité consultatif sur les points de référence en matière d’approvisionnement qui, au cours des prochains mois, se pencheront sur la limite de responsabilité, la gestion des catégories et le rendement des fournisseurs.

Je profite donc de cette occasion pour vous remercier de votre soutien à long terme.

En outre, Services partagés Canada s’est efforcé d’optimiser son engagement auprès du secteur de la technologie de l’information et des communications par l’entremise du processus d’approvisionnement collaboratif.

Nous voulons nous assurer que l’industrie est informée dès que possible des plans de Services partagés Canada – bien avant les appels d’offres pour des contrats d’approvisionnement – et qu’elle peut y répondre en proposant des solutions novatrices.

Nous croyons que le processus d’approvisionnement collaboratif contribue à établir un équilibre entre ce que l’industrie peut offrir, de façon rapide et économique, et une solution qui répond aux besoins de Services partagés Canada et du gouvernement du Canada.

Dans l’ensemble, le processus d’approvisionnement collaboratif est une approche souple qui nous permet de mieux gérer les risques liés à l’approvisionnement en faisant participer le secteur de la technologie de l’information et des communications dès le début et en partageant ces risques avec l’industrie.

Services partagés Canada a adopté le processus d’approvisionnement collaboratif dès le début de la conception de l’approvisionnement et a depuis lancé une douzaine d’autres approvisionnements liés à la transformation qui font leur chemin à travers le processus.

Entre décembre 2014 et mars 2015, le dirigeant principal de la vérification et de l’évaluation de Services partagés Canada a examiné le processus d’approvisionnement collaboratif pour déterminer les possibilités d’amélioration futures.

Une partie de cet examen comprenait un sondage auprès des intervenants de l’industrie qui ont participé au processus, de même qu’auprès des membres de la Table ronde sur l’infrastructure de la technologie de l’information.

Nous prenons cet examen au sérieux.

En fait, en novembre dernier, nous avons organisé un atelier d’une demi-journée avec l’Association canadienne de la technologie de l’information et d’autres associations du secteur de la technologie de l’information et des communications, dont font partie plusieurs de vos membres.

L’Association canadienne de la technologie de l’information a joué un rôle moteur dans la coordination de la rétroaction et l’organisation de l’atelier et, durant la séance, nous avons évalué les conclusions de l’examen interne, ainsi que les recommandations du livre blanc de l’Association sur l’approvisionnement éclairé et collaboratif.

Notre point de mire collectif était de peaufiner le processus.

Huit domaines d’intérêt du livre blanc ont été identifiés et 26 recommandations ont été soulignées. Nous sommes actuellement en train d’examiner, d’analyser et de donner suite à ces recommandations.

Tout ceci s’intègre au processus qui vise à innover davantage dans notre façon d’acquérir des biens et des services.

Le rythme auquel s’opèrent les changements dans le secteur des technologies de l’information est étonnant : Services partagés Canada travaille sur les façons dont nous pouvons être informés des innovations et réaliser éventuellement des projets pilotes en accord avec notre mandat.

Ce faisant, nous essaierons aussi de tirer profit des efforts déjà déployés par le gouvernement du Canada.

Prenez, par exemple, le Programme d’innovation Construire au Canada (auparavant appelé le Programme canadien pour la commercialisation des innovations). Ce programme, qui est administré par Services publics et Approvisionnement Canada, est destiné à présenter des produits et des services novateurs au gouvernement fédéral.

Nous cherchons également à nouer des relations de collaboration avec des entités telles que CANARIE afin que Services partagés Canada ait accès à la recherche dans les domaines technologiques prioritaires. Un certain nombre d’initiatives CANARIE en cours sont directement liées au mandat de Services partagés Canada.

Notre ministère utilise une gamme d’initiatives et de politiques pour promouvoir le développement économique des Autochtones, les petites et moyennes entreprises, le développement industriel et régional ainsi que l’environnement et le développement durable et pour appuyer l’innovation canadienne dans des secteurs de marché précis.

Nous établissons des outils et des processus liés aux avantages socioéconomiques et aux processus pour tirer parti des avantages sociaux et économiques découlant du montant de 1,2 milliard de dollars en biens et services dont bénéficient les partenaires et les clients du gouvernement du Canada chaque année.

Pour les gens de l’industrie, cela se traduit par des débouchés accrus étant donné que nous continuons d’investir massivement dans les technologies de l’information pour mettre à niveau notre matériel et nos logiciels.

Vous pouvez donc constater que l’étroite collaboration avec le secteur des technologies de l’information est une priorité à Services partagés Canada et que notre partenariat est important.

L’industrie continuera de jouer un rôle clé dans notre projet de transformationdes systèmes de l’infrastructure de technologie de l’information du gouvernement fédéral.

Je vous remercie et je me ferai un plaisir de répondre à vos questions.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :