Les biographies de Harriet Brooks et Kenneth Hare

En novembre 2017, Services partagés Canada (SPC) a commémoré deux scientifiques canadiens en nommant des superordinateurs en leur honneur.

Harriet Brooks

Du 30 novembre 1875 au 1 janvier 1933

Physique générale, particules subatomiques, optique, biophysique, physique théorique
Première femme physicienne nucléaire au Canada

Harriet Brooks a obtenu un baccalauréat spécialisé en mathématiques et en philosophie naturelle de l’Université McGill, à Montréal, en 1898. En 1901, elle a obtenu une maîtrise en électromagnétisme et elle a été la première femme canadienne à atteindre ce niveau de rendement académique. En 1903, Brooks retourne à McGill pour poursuivre ses recherches avec Ernest Rutherford.

En 1904, Mme , Brooks occupe le poste de tutrice en physique au Barnard College, dans la ville de New York et, deux ans plus tard, elle se fiance avec un physicien originaire de Columbia. Le doyen de l’établissement insiste alors pour qu’elle remette sa démission, car selon lui, « pour le bien du collège et pour la dignité de la place des femmes au foyer, votre mariage exige votre démission ». Comme il s’agissait d’une pratique courante à l’époque, elle décide de rompre son engagement et de quitter le Barnard College.

Dans sa lettre de démission au doyen, Brooks a formulé avec indignation des commentaires sur l’injustice : « je pense que c’est un devoir de loyauté envers ma profession et mon sexe de montrer qu’une femme a droit à l’exercice de sa profession et qu’elle ne peut être condamnée à l’abandonner simplement parce qu’elle se marie. Je ne comprends pas pourquoi les collèges pour femmes, qui invitent et encouragent les femmes à se trouver une profession, peuvent être mis sur pied et maintenus de façon valide, tout en niant un tel principe ».

En 1906, quittant le Barnard College pour l’Institut Curie, Harriet Brooks fut la première personne à se rendre compte qu’un élément peut se transformer en tout autre. Elle est aussi l’une des premières à découvrir le radon et la première chercheuse à effectuer des travaux pour déterminer sa masse atomique.

Harriet Brooks

Harriet Brooks

Kenneth Hare

(Du 5 février 1919 au 3 septembre 2002)

Sciences de l’atmosphère
Environnementaliste et météorologue de renom international

Kenneth Hare était un météorologue avec le Ministère de l’air du Royaume Uni pendant la Seconde Guerre mondiale, et a émigré au Canada en 1945. Il s’est joint à l’Université McGill à titre de professeur de géographie, en attendant l’obtention de son doctorat en tant que climatologue de l’Arctique à l’Université de Montréal. En 1959, son équipe de spécialistes en météorologie arctique se joint à un groupe de physiciens spécialistes en radars, dirigé par M. J. Stewart Marshall. Ils créent ensemble le Département de météorologie de l’Université McGill (aujourd’hui le Département des sciences atmosphériques et océaniques), qui connait un franc succès.

Durant les dix années suivantes, M. Hare est professeur et doyen des arts et sciences à l’Université McGill, obtient une maitrise du Birkbeck College à l’Université de Londres, devient président de l’Université de la Colombie-Britannique, chancelier de l’Université Trent et professeur à l’Université de Toronto. Il a également présidé le Conseil national de planification du programme climatologique, tenu l’Ordre de l’Ontario et été membre de la Société royale et compagnon de l’Ordre du Canada.

Dans le cadre de ses recherches, Ken Hare s’intéresse notamment au gaz carbonique atmosphérique, aux changements climatiques, à la sécheresse et au climat des zones arides. Il prend activement part à plusieurs mouvements qui visent la protection des milieux naturels et participe à des commissions et comités sur les pluies acides, la désertification, les métaux lourds, les réacteurs nucléaires et déchets, l’ozone, les gaz à effet de serre et les changements climatiques. Il siège également au Comité consultatif de recherche et développement d’Énergie atomique du Canada limitée, en plus de mener des études sur la gestion des déchets nucléaires en Suède et en France..

Selon M. Hare, les changements climatiques, engendrés par la consommation de combustibles fossiles, constituent le dossier environnemental le plus urgent du siècle au Canada. Dans cet esprit, il fait la promotion de l’énergie nucléaire, correctement utilisée, en tant que meilleure source d’énergie. Il se révèle un orateur et écrivain très enthousiaste à l’égard de ces préoccupations.

Kenneth Hare

Kenneth Hare

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :