Manuel de l'exercice et du cérémonial | Modification 1

A-PD-201-000/PT-000

Manuel de l'exercice et du cérémonial des Forces canadiennes

Publiée avec l'autorisation du Chef d'état-major de la Défense

BPR : DHH 3-2

2001-05-15

Mod 1 - 2003-02-13

Mod 1 – Page A

A-PD-201-000/PT-000

ÉTAT DES PAGES EN VIGUEUR

Insérer les pages le plus récemment modifiées et se défaire de celles qu’elles remplacent conformément aux instructions pertinentes.

NOTA

La partie du texte touchée par le plus récent modificatif est indiquée par une ligne verticale noire dans la marge de la page. Les modifications aux illustrations sont indiquées par des mains miniatures à l’index pointé ou des lignes verticales noires.

Les dates de publication des pages originales et modifiées sont :

Original 0 2001-05-15
Mod 1 2003-02-13
Mod 2 -
Mod 3 -
Mod 4 -
Mod 5 -

Un zéro dans la colonne Numéro de modificatif indique une page originale. La présente publication comprend 684 pages réparties de la façon suivante :

Numéro de page Numéro de
modificatif
Titre 1
A à B/C 1
i/ii à xiv 0
xv 1
xvi à xxv/xxvi 0
1-1-1 à 1-1-13/1-1-14 0
1-2-1 à 1-2-2 0
1-2-3 1
1-2-4 à 1-2-11/1-2-12 0
1A-1 à 1A-7/1A-8 0
2-1 à 2-20 0
2-21 1
2-22 à 2-26 0
2-27 à 2-29 1
2-30 à 2-31/2-32 0
3-1 à 3-21 0
3-22 1
3-23 à 3-48 0
4-1-1 à 4-1-40 0
4-2-1 à 4-2-14 0
5-1-1 à 5-1-16 0
5-2-1 à 5-2-2 0
6-1-1 à 6-1-25/6-1-26 0
6-2-1 à 6-2-14 0
7-1-1 à 7-1-2 0
7-2-1 à 7-2-9/7-2-10 0
7-3-1 à 7-3-38 0
7-4-1 à 7-4-25/7-4-26 0
8-1-1 à 8-1-2 0
8-2-1 1
8-2-2 à 8-2-4 0
8-3-1 à 8-3-24 0
8-4-1 à 8-4-2 0
8-5-1 à 8-5-4 0
8-6-1 à 8-6-3/8-6-4 0
8-7-1 à 8-7-4 0
9-1-1 à 9-1-8 0
9-2-1 à 9-2-32 0
9-3-1 à 9-3-16 0
9-4-1 à 9-4-11/9-4-12 0
9-5-1 à 9-5-2 0
9-6-1 à 9-6-7/9-6-8 0
9A-1 à 9A-11/9A-12 0
9B-1 à 9B-26 0
10-1-1 à 10-1-2 0
10-2-1 à 10-2-6 0

Mod 1 - 2003-02-13, page A

Mod 1 – Page B/C

A-PD-201-000/PT-000

10-3-1 à 10-3-38 0
10-4-1 1
10-4-2 0
10-4-3 à 10-4-4 1
10-4-5/10-4-6 0
11-1-1 à 11-1-4 0
11-2-1 à 11-2-10 0
11-2-11 1
11-2-12 à 11-2-28 0
11-3-1 à 11-3-2 0
11-3-3 à 11-3-4 1
11-3-4A à 11-3-4B 1
11-3-5 à 11-3-17/11-3-18 0
11-4-1 à 11-4-2 0
11-5-1 à 11-5-3/11-5-4 0
12-1-1 à 12-1-8 0
12-2-1 à 12-2-2 0
12-3-1 à 12-3-4 0
12-4-1 à 12-4-15/12-4-16 0
12-5-1 à 12-5-21/12-5-22 0
12-6-1 à 12-6-3/12-6-4 0
12A-1 à 12A-15/12A-16 0
13-1 à 13-10 0

Personne responsable : DHH 3-2

© 2001 DND/MDN Canada

Mod 1 - 2003-02-13, page B/C

Mod 1 – Page xv

A-PD-201-000/PT-000

Table des matières

  Page
Section 4 – Gardes d’arrivée et de départ 10-4-1
Généralités 10-4-1
Garde d’arrivée 10-4-1
Garde de départ 10-4-1
Mise en place de la garde 10-4-2
Saluts 10-4-4
Renvoi de la garde 10-4-5/10-4-6
Chapitre 11 – Services religieux et funérailles 11-1-1
Section 1 – Services religieux 11-1-1
Cérémonies aux morts 11-1-1
Cérémonies religieuses dans une église 11-1-2
Cérémonies religieuses ailleurs que dans une église 11-1-3
Section 2 - Funérailles 11-2-1
Introduction 11-2-1
Désirs du plus proche parent 11-2-2
Cortège funèbre 11-2-3
La veille 11-2-10
Procédure pour le départ du cercueil 11-2-14
Service religieux 11-2-17
Cortège 11-2-19
Déplacement jusqu’au cimetière 11-2-22
Arrivée à la fosse 11-2-24
Cérémonie au lieu d’inhumation 11-2-26
Fin de la cérémonie 11-2-27
Incinération 11-2-27
Section 3 – Instructions à l’intention du détachement des porteurs, des porteurs honoraires et des porteurs d’insignes 11-3-1
Détachement des porteurs 11-3-1
Procédures pour transférer le cercueil de l’église ou de la chapelle au cimetière 11-3-16
Porteurs honoraires et porteurs d’insignes 11-4-1
Section 4 – La descente d’un cercueil à l’arrivée d’un avion provenant d’outre-mer 11-4-1
Généralités 11-4-1
Composition du détachement des porteurs 11-4-1
Disposition du détachement des porteurs 11-4-2
Descente du cercueil  
Section 5 – Inhumation ou dispersion des cendres en mer 11-5-1
Transport de la dépouille à bord du navire 11-5-1

Mod 1 - 2003-02-13, page xv

Mod 1 – Page 1-2-3

A-PD-201-000/PT-000

  1. Lorsqu’un officier s’approche d’un groupe de militaires du rang, le plus haut en grade ou la personne qui, la première, reconnaît l’officier, devra assumer le commandement et donner l’ordre au groupe de se tenir au garde-à-vous; le plus haut en grade du groupe ou la personne qui commande celui-ci sera alors la seule à saluer. Les militaires subalternes devront, si l’occasion s’y prête, signaler à leur supérieur l’approche d’officiers.
  2. Un militaire seul qui rencontre un groupe en marche commandé par un officier saluera en s’arrêtant, se tournant vers le groupe et saluant de la main. Le militaire devrait garder la position du salut jusqu’à ce que le groupe complet soit passé.
  3. Lorsqu’ils sont seuls, les militaires armés salueront les officiers en adoptant la position « à l’épaule, armes ». Les sentinelles salueront de la façon décrite à la section 4 du chapitre 10.
  4. Un militaire en uniforme qui ne porte pas de coiffure saluera en se tenant au garde-à-vous. S’il marche, il continuera de balancer les bras et tournera la tête à gauche et à droite, selon le cas.
  5. SUPPRIMÉ

MILITAIRES EN CIVIL

  1. Tout militaire qui rencontre un officier en civil qu’il reconnaît devra saluer de la façon normale.
  2. Lorsqu’ils sont en civil, les militaires devront se tenir au garde-à-vous; les personnes de sexe masculin (sauf les Sikhs) devront se découvrir dans tous les cas où il y aurait lieu de saluer s’ils étaient en uniforme et lorsque la température le permet. En marche, les militaires soulèvent ou enlèvent au besoin leur coiffure et tournent la tête à droite ou à gauche. S’ils ne portent pas de coiffure, ils peuvent simplement tourner la tête dans la direction appropriée et faire des salutations.

CAS PARTICULIERS

  1. Édifices. On ne salue pas à l’intérieur d’un édifice public ou militaire, sauf lors de rassemblements, de cérémonies, dans les secteurs désignés par les commandants ou lorsqu’on entre dans le bureau d’un officier qui, en vertu de son grade ou de son poste, a normalement droit à un salut, ou lorsqu’on quitte son bureau. En outre :

Mod 1 - 2003-02-13, page 1-2-3

Ch 1 – Page 2-21

A-PD-201-000/PT-000

  1. Il est possible d’aligner, au besoin, les militaires en partant du centre lorsque plusieurs escouades sont rassemblées en formation en ligne ou en masse. Le commandement donné alors est le suivant : « PAR LE CENTRE, ALI — GNEZ », et les escouades de flanc doivent s’aligner à partir de la gauche ou de la droite, selon le cas.
  2. Quand une escouade est formée et que la file creuse ne comprend qu’une seule personne, celle-ci s’aligne sur le rang avant lorsque l’escouade se déplace vers l’avant et sur le rang arrière lorsque l’escouade se déplace vers l’arrière. Lorsque l’escouade se déplace sur un flanc, la personne doit s’aligner sur le flanc de direction.
  3. Lorsque les militaires portent des armes, l’alignement se fait en élevant le bras gauche plutôt que le bras droit.

FAÇON D’OUVRIR LES RANGS

  1. La façon d’ouvrir les rangs est la suivante :
    1. le rang avant avance de trois demi-pas, tandis que le rang arrière recule de trois demi-pas et que le rang du centre reste immobile;
    2. la cadence observée est celle du pas cadencé; et
    3. les bras restent immobiles le long du corps.
  2. Au commandement « OUVREZ LES RANGS — MARCHE », il faut exécuter la manoeuvre comme pour le mouvement trois demi-pas vers l’avant ou vers l’arrière, le dernier mouvement consistant à fléchir le genou droit et à le redresser à la cadence du pas gymnastique, et le ramener vivement au sol, près du pied gauche pour revenir à la position du garde-à-vous.
  3. La cadence appropriée s’obtient en comptant « un, un, un-deux ».
  4. Lorsque l’escouade est sur deux rangs, le rang avant reste immobile et le rang arrière recule de trois demi-pas (voir les figures 2-12 et 2-13).

FAÇON DE FERMER LES RANGS

  1. Au commandement « FERMEZ LES RANGS — MARCHE », l’escouade exécute la manoeuvre décrite aux paragraphes 91 à 94, mais en inversant l’ordre.

Mod 1 - 2003-02-13, page 1-2-3

Mod 1 – Page 2-27

A-PD-201-000/PT-000

Figure 2-16 Alignement selon la taille sur trois rangs

ALIGNEMENT EN ORDRE DE GRANDEUR SUR DEUX RANGS ET RETOUR SUR TROIS RANGS

  1. Au commandement « LES PLUS GRANDS À DROITE, LES PLUS PETITS À GAUCHE, SUR DEUX RANGS, ALI — GNEZ », les membres de l’escouade doivent tourner vers la droite, observer la pause réglementaire, puis se placer par ordre de grandeur, les plus grands à droite et les plus petits à gauche, en deux rangs, s’aligner épaule à épaule et en ligne avec les rangs avant.
  2. Au commandement « GUIDE, IMMOBILE, RANG AVANT VERS LA DROITE, RANG ARRIÈRE VERS LA GAUCHE TOUR — NEZ », les deux rangs exécutent la manoeuvre demandée.
  3. Au commandement « REFORMEZ TROIS RANGS, PAS CADENCÉ — MARCHE », l’escouade se reforme sur trois rangs comme suit :
    1. Le guide demeure à l’extrême droite au rang avant.

Mod 1 - 2003-02-13, page 2-27

Mod 1 – Page 2-28

A-PD-201-000/PT-000

Figure 2-17 Alignement selon la taille sur un rang

    1. La deuxième personne du rang avant devient la personne à l’extrême droite du rang du centre.
    1. La troisième personne du rang avant devient la personne à l’extrême droite du rang arrière.
    2. Le rang arrière pivote vers la droite, derrière le rang avant et, à mesure que chaque personne s’approche de sa nouvelle position, elle doit exécuter les manœuvres décrites aux sous-paragraphes a., b. et c.
    3. En arrivant à sa nouvelle position, chaque membre de l’escouade doit s’arrêter en laissant une longueur de bras entre lui-même et son voisin, observer la pause réglementaire, tourner à gauche et rester au garde-à-vous.

ALIGNEMENT EN ORDRE DE GRANDEUR SUR UN RANG ET RETOUR SUR TROIS RANGS

  1. Au commandement « LES PLUS GRANDS À DROITE, LES PLUS PETITS À GAUCHE, SUR UN SEUL RANG, ALI — GNEZ », les membres de

Mod 1 - 2003-02-13, page 2-28

Mod 1 – Page 2-29

A-PD-201-000/PT-000

  1. l’escouade doivent tourner vers la droite, observer la pause réglementaire, puis se placer par ordre de grandeur, les plus grands à droite et les plus petits à gauche, sur un seul rang, s’aligner épaule à épaule et en ligne avec les rangs avant.
  2. Au commandement « ESCOUADE, NUMÉRO — TEZ », les membres de l’escouade exécutent l’ordre reçu.
  3. Au commandement « LES NUMÉROS IMPAIRS, UN PAS VERS L’AVANT, LES NUMÉROS PAIRS, UN PAS VERS L’ARRIÈRE — MARCHE », les membres de l’escouade exécutent l’ordre reçu.
  4. Au commandement « NUMÉRO UN IMMOBILE, LES NUMÉROS IMPAIRS VERS LA DROITE, LES NUMÉROS PAIRS VERS LA GAUCHE TOUR — NEZ », les membres de l’escouade doivent exécuter la manoeuvre demandée.
  5. Au commandement « REFORMEZ SUR TROIS RANGS, PAS CADENCÉ — MARCHE », les membres de l’escouade doivent se reformer sur trois rangs (figure 2-17) comme suit :
    1. Le numéro un est la personne à l’extrême droite du rang avant.
    2. Le numéro trois devient la personne à l’extrême droite du rang du centre.
    3. Le numéro cinq devient la personne à l’extrême droite du rang arrière, et ainsi de suite.
    4. En arrivant à sa nouvelle position, chaque membre de l’escouade doit s’arrêter en laissant une longueur de bras entre lui-même et son voisin, observer la pause réglementaire tourner à gauche et rester au garde-à-vous.

FORMATION SUR DEUX RANGS DEPUIS LA FORMATION SUR TROIS RANGS

  1. Avant d’adopter la formation sur deux rangs depuis la formation sur trois rangs, les rangs doivent être fermés et les membres de l’escouade, qui doivent se numéroter, doivent s’aligner en laissant la longueur d’un bras entre chacun.
  2. Au commandement « EN DÉCOMPOSANT, FORMER DEUX RANGS, ESCOUADE — UN », le rang du centre fait un pas vers la gauche.

Mod 1 - 2003-02-13, page 2-29

Mod 1 – Page 8-2-1

A-PD-201-000/PT-000

SECTION 2 GARDE DE DRAPEAU CONSACRÉ

COMPOSITION DE LA GARDE DE DRAPEAU CONSACRÉ

  1. La garde de drapeau consacré pour un seul drapeau consacré (figure 8-2-1) comprend :
    1. le porte-drapeau consacré – un officier subalterne (le guidon est porté par un adjudant-maître); et
    2. l’escorte du drapeau consacré – deux sergents (ou deux militaires d’un grade inférieur);
    3. un planton (caporal, tambour ou soldat). Le planton prend généralement place dans les rangs surnuméraires des formations qui se trouvent à proximité de la garde en attendant que son service soit requis, ou bien il attend à l’écart du rassemblement.
  2. La garde de drapeau consacré pour deux drapeaux consacrés (figure 8-2-2) comprend :
    1. les porte-drapeaux consacrés – deux officiers subalternes; et
    2. l’escorte des drapeaux consacrés – un adjudant-maître ou un adjudant, avec deux sergents (ou deux militaires d’un grade inférieur);
    3. deux plantons (caporaux, tambours ou soldats). Les plantons prennent généralement place dans les rangs surnuméraires des formations qui se trouvent à proximité de la garde en attendant que son service soit requis, ou bien ils attendent à l’écart du rassemblement.
  3. SUPPRIMÉ
  4. Lorsque la garde porte un ensemble de drapeaux consacrés, le drapeau consacré de la Reine occupe la place d’honneur, c’est-à-dire la droite (la gauche, vu par les spectateurs).

COMPOSITION DE LA GARDE POUR UN DRAPEAU

  1. Le Drapeau national, l’enseigne des Forces canadiennes (FC) et les fanions de commandement sont ordinairement portés par des sous-officiers supérieurs.
  2. En règle générale, le Drapeau national n’est pas accompagné d’une escorte. Il peut, toutefois, être accompagné d’une escorte armée si les troupes défilent en armes.

Mod 1 - 2003-02-13, page 8-2-1

Mod 1 – Page 10-4-1

A-PD-201-000/PT-000

SECTION 4 GARDES D’ARRIVÉE ET DE DÉPART

GÉNÉRALITÉS

  1. Les gardes de caserne de cérémonie peuvent être formées en ligne à une entrée, dans un escalier ou le long d’un corridor pour rendre les honneurs à des dignitaires qui entrent dans un immeuble, ou encore le long des derniers mètres du parcours qu’emprunte un dignitaire à son départ. On ne forme pas de garde d’arrivée lorsqu’une garde d’honneur a été formée pour la circonstance.
  2. Les gardes d’arrivée et de départ peuvent être armés ou non.

GARDE D’ARRIVÉE

  1. Les gardes peuvent être placées en ligne à l’entrée d’un immeuble, dans un escalier ou le long d’un corridor pour rendre les honneurs à une personnalité à laquelle une garde d’arrivée présenterait les armes dans une situation normale (voir le paragraphe 11, section 3).
  2. Les gardes d’arrivée doivent être d’une taille appropriée à leur tâche. Si l’espace où elles doivent être placées en ligne est approprié, elles sont composées de la même façon qu’une garde d’arrivée de cérémonie (voir le paragraphe 7 de la section 3). On peut réduire l’effectif si l’espace est limité, par exemple, lorsqu’on forme un cordon le long d’un escalier court. Si des alertes et des saluts doivent être sonnés, le clairon ou le cornemuseur doit être posté près de la porte ou de l’entrée. S’il y a une musique ou s’il n’y a aucune alerte ni salut à sonner, la présence du clairon ou du cornemuseur n’est pas nécessaire.
  3. Les gardes d’arrivée sont normalement formées pour des occasions officielles, par exemple, à Rideau Hall, la résidence du Gouverneur général à Ottawa, à l’occasion de l’accueil d’un chef d’État de passage ou à l’occasion d’une investiture.

GARDE DE DÉPART

  1. Une garde de départ peut être formée pour rendre les honneurs à un dignitaire militaire ou civil au moment de son départ par avion, par navire, par train ou par véhicule automobile. On forme une garde de départ seulement pour les personnalités qui ont droit à une garde d’honneur (tableau 10-2-1).

Mod 1 - 2003-02-13, page 10-4-1

Mod 1 – Page 10-4-3

A-PD-201-000/PT-000

Figure 10-4-1 Garde de départ

  1. S’il s’agit d’une garde d’arrivée, le commandant de la garde doit se placer près de l’entrée du côté droit des dignitaires au moment où ceux-ci entrent. Le commandant adjoint doit se placer du côté opposé. Si la garde d’arrivée reste sur place pour rendre les honneurs aux dignitaires au moment de leur sortie, le commandant et le commandant adjoint changent de place de façon à ce que le commandant se trouve à la droite des dignitaires au moment de leur sortie.
  2. Dans le cas d’une garde de départ, le commandant de la garde doit se placer sur le flanc droit du rang arrière, c’est-à-dire à la droite du dignitaire qui s’en va; le sergent se place sur l’autre flanc du rang avant, le plus près du point d’arrivée du dignitaire, faisant face dans la direction opposée à celle du commandant.
  3. La musique, si elle est présente, doit se placer à l’endroit le plus approprié.
  4. Lorsqu’une garde de départ est formée, les drapeaux suivants doivent être hissés à deux mâts comme le montre la figure 10-4-1 :
    1. le drapeau national du Canada; et

Mod 1 - 2003-02-13, page 10-4-3

Mod 1 – Page 10-4-4

    A-PD-201-000/PT-000

    1. soit le drapeau national du pays du dignitaire ou, si cela n’est pas approprié, l’enseigne des Forces canadiennes ou un drapeau de commandement, conformément aux directives de l’A-AD-200-000/ AG-000, Les décorations, drapeaux et la structure du patrimoine des FC, chapitre 13, annexe A.

SALUTS

  1. Lorsqu’une garde d’arrivée est formée pour rendre les honneurs à un certain nombre de personnalités, par exemple lors d’une investiture, il faut donner des instructions claires au commandant de la garde sur les différents types de salut à exécuter selon les différentes personnalités, c’est-à-dire lui préciser le moment où la garde recevra l’ordre de se mettre en place repos, au garde-à-vous et, si la garde est armée, le moment où elle devra mettre l’arme à l’épaule ou présenter les armes (dans le cas des sabres, le moment où elle devra adopter la position sabre en main, replacez le sabre ou saluez).
  2. Pour un dignitaire qui a droit à tous les honneurs à son arrivée ou à son départ, lorsque le véhicule à bord duquel il se trouve s’arrête, le commandant de la garde doit ordonner à la garde et à la musique de se mettre au garde-à-vous et procéder comme suit :
    1. doit donner le commandement « À L’ÉPAULE — ARMES » et au moment où le dignitaire s’approche pour passer la garde en revue sans faire de pause, il donne le commandement « GARDE, PRÉSENTEZ — ARMES ». La musique doit jouer une pièce appropriée discrètement. Lorsque le dignitaire a passé la garde, le commandant de la garde doit donner le commandement « GARDE, À L’ÉPAULE — ARMES ».
    2. Sans armes. Après que la garde et la musique ont reçu l’ordre de se mettre au garde-à-vous, la musique doit jouer une pièce appropriée discrètement. Lorsque le dignitaire passe dans les rangs, seul le commandant de la garde salue. Ce dernier doit cesser de saluer lorsque le dignitaire est passé, et la musique doit alors cesser de jouer.
  3. Les commandements donnés à une garde d’arrivée placée le long d’un escalier ou d’un corridor à l’intérieur d’un immeuble doivent être donnés assez fort pour que la garde les entende, sans plus. Des signaux prédéterminés peuvent être utilisés à la place des commandements.

Mod 1 - 2003-02-13, page 10-4-4

Mod 1 – Page 11-2-11

    A-PD-201-000/PT-000

    1. le suivant en grade, qui prend place à la gauche et au pied du cercueil (numéro 2);
    2. le suivant en grade, qui prend place à la droite et à la tête du cercueil (numéro 3);
    3. le suivant en grade, qui prend place à la gauche et à la tête du cercueil (numéro 4); et
    4. la sentinelle de veille suppléante (l’officier de veille suppléant) (numéro 5).
  1. Le commandant prend place au pied du cercueil, d’où il peut voir toutes les sentinelles de veille. Il se tient au garde-à-vous (s’il est un officier, il ne dégaine pas son sabre).

Figure 11-2-1 La veille

  1. Les numéros 1 à 4 font face vers l’extérieur, de biais, et reposent sur leur arme renversée.
  2. La sentinelle de veille suppléante se place de façon à pouvoir voir le commandant. Elle se tient en position en place repos (les officiers ne dégainent pas leur sabre).

Mod 1 - 2003-02-13, page 11-2-11

Mod 1 – Page 11-3-3

    A-PD-201-000/PT-000

    1. pas simultanément jusqu’à ce qu’il fassent face à la sortie. Au commandement « IMMOBILISEZ — VOUS », ils doivent faire une halte, les pieds ensemble. Ces mouvements sont très difficiles et doivent être exécutés lentement.
    2. Au commandement « PAS RALENTI — MARCHE », le détachement de porteurs se met à avancer, le pied intérieur en premier. Le commandant peut marquer le pas en disant à voix très basse « INTÉRIEUR; EXTÉRIEUR ».
    3. Le commandant doit demeurer à deux pas de la tête du cercueil et le suivre.
  1. 8A. On doit faire très attention lorsqu’on monte ou descend des marches en portant le cercueil d’un membre des Forces canadiennes. Lorsqu’on doit monter ou descendre qu’une marche ou deux et que le giron de la marche est assez profond pour que le détachement des porteurs puisse rester en position de déplacement vers l’avant, on peut monter ou descendre lentement les marches dans cette position. Cependant, si les contremarches sont hautes, si le temps est inclément, si le cercueil est lourd ou si le commandant du détachement des porteurs pense que le détachement pourrait avoir de la difficulté à monter ou à descendre l’escalier, on doit procéder de la façon suivante :
    1. Le commandant du détachement des porteurs doit donner le commandement HALTE, VERS L’INTÉRIEUR TOURNEZ, PRÉPAREZ-VOUS À BAISSER – BAISSEZ puis commencer à monter ou à descendre les marches.
    2. Au mot de commandement HALTE, VERS L’INTÉRIEUR TOURNEZ, PRÉPAREZ-VOUS À BAISSER – BAISSEZ, on doit procéder de la façon décrite à la section 3, paragraphe 9.
    3. Le commandant du détachement des porteurs doit donner le commandement PAS. À ce commandement, les porteurs qui se trouvent à côté des marches poseront le pied sur la marche en s’assurant qu’il est posé assez loin sur le giron de la marche pour qu’il y ait suffisamment d’espace pour le deuxième pied. Ils poseront immédiatement le deuxième pied sur la marche. En même temps, les autres porteurs feront un pas vers les marches. Chaque fois que le commandement PAS est donné, les porteurs monteront une marche jusqu’à ce qu’elles aient été toutes gravies.
    4.  Le commandant du détachement des porteurs conservera sa position derrière le cercueil et s'assurera que les mots de commandement PAS consécutifs sont

Mod 1 - 2003-02-13, page 11-3-3

Ch 1 – Page 11-3-4

      A-PD-201-000/PT-000

    1. sont donnés lentement, que le cercueil est toujours de niveau et que les porteurs ont une bonne prise sur le cercueil. Si le cercueil glisse, le commandant du détachement des porteurs se trouve en position pour aider ces derniers. Si le cercueil est très lourd, ou si les escaliers sont longs, les porteurs qui se trouvent à l’extrémité du cercueil peuvent déplacer leurs mains à l’extrémité du cercueil pour aider à supporter le poids ou le commandant du détachement des porteurs peut porter assistance.
    2. Une fois que tous les porteurs sont sur une surface plate, le commandant du détachement des porteurs donnera le commandement PRÉPAREZ-VOUS À SOULEVER – SOULEVEZ, VERS L’EXTÉRIEUR TOURNEZ. Le détachement continuera à se déplaver vers l’avant avec le cercueil.
    3. Au mot de commandement PRÉPAREZ-VOUS À SOULEVER – SOULEVEZ, VERS L’EXTÉRIEUR TOURNEZ, on doit procéder de la façon décrite à la section 3, paragraphe 9
  1. Arrêter et abaisser le cercueil
    1. Au mot de commandement « HALTE », qui est donné au moment ou le pied extérieur touche le sol, les porteurs doivent compléter le pas avec l’autre pied puis placer le pied extérieur à côté.
    2. Au mot de commandement « VERS L’INTÉRIEUR », les porteurs tournent la main extérieure pour que les doigts se trouvent étendus sous le cercueil, le pouce appuyé sur le côté.
    3. Au mot de commandement « TOUR — NEZ », les porteurs se tournent pour faire face au cercueil, la poitrine à environ 30 cm de celui-ci. Ils supportent le poids sur la main extérieure pendant un instant jusqu’à ce qu’ils puissent retirer leur bras de sous le cercueil et y placer la main intérieure.

Mod 1 - 2003-02-13, page 11-3-4

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :