Manuel de l'exercice et du cérémonial | Modification 2

A-PD-201-000/PT-000

Manuel de l'exercice et du cérémonial des Forces canadiennes

Publiée avec l'autorisation du Chef d'état-major de la Défense

BPR : DHH 3-2

2001-05-15

Mod 2 - 2004-01-30

Mod 2 – Page A

A-PD-201-000/PT-000

ÉTAT DES PAGES EN VIGUEUR

Insérer les pages le plus récemment modifiées et se défaire de celles qu’elles remplacent conformément aux instructions pertinentes.

NOTA

La partie du texte touchée par le plus récent modificatif est indiquée par une ligne verticale noire dans la marge de la page. Les modifications aux illustrations sont indiquées par des mains miniatures à l’index pointé ou des lignes verticales noires.

Les dates de publication des pages originales et modifiées sont :

Original 0 2001-05-15
Mod 1 2003-02-13
Mod 2 2004-01-30
Mod 3 -
Mod 4 -
Mod 5 -

Un zéro dans la colonne Numéro de modificatif indique une page originale. La présente publication comprend 684 pages réparties de la façon suivante :

Numéro de page Numéro de
modificatif
Titre 1
A à B/C 1
i/ii à xiv 0
xv 1
xvi à xxv/xxvi 0
1-1-1 à 1-1-13/1-1-14 0
1-1-4 2
1-2-1 à 1-2-2 0
1-2-3 1
1-2-4 à 1-2-11/1-2-12 0
1A-1 à 1A-7/1A-8 0
2-1 à 2-20 0
2-15 2
2-16 à 2-20 0
2-21 1
2-22 à 2-26 0
2-27 à 2-29 1
2-30 à 2-31/2-32 0
3-1 à 3-21 0
3-22 1
3-23 à 3-32 0
3-33 à 3-35 2
3-36 à 3-48 0
4-1-1 à 4-1-40 0
4-2-1 à 4-2-14 0
5-1-1 à 5-1-16 0
5-2-1 à 5-2-2 0
6-1-1 à 6-1-25/6-1-26 0
6-2-1 2
6-2-2 à 6-2-14 0
7-1-1 à 7-1-2 0
7-2-1 à 7-2-9/7-2-10 0
7-3-1 à 7-3-38 0
7-4-1 à 7-4-25/7-4-26 0
8-1-1 0
8-1-2 2
8-2-1 1
8-2-2 à 8-2-4 0
8-3-1 à 8-3-24 0
8-4-1 à 8-4-2 0
8-5-1 à 8-5-4 0
8-6-1 à 8-6-3/8-6-4 0
8-7-1 à 8-7-4 0
9-1-1 à 9-1-8 0
9-2-1 à 9-2-32 0
Mod 2 - 2004-01-30, page A
Mod 2 – Page B/C

A-PD-201-000/PT-000

État des pages en vigueur (suite)

9-3-1 à 9-3-16 0
9-4-1 à 9-4-11/9-4-12 0
9-5-1 à 9-5-2 0
9-6-1 à 9-6-7/9-6-8 0
9A-1 à 9A-11/9A-12 0
9B-1 à 9B-26 0
10-1-1 à 10-1-2 0
10-2-1 à 10-2-6 0
10-3-1 à 10-3-38 0
10-4-1 1
10-4-2 0
10-4-3 à 10-4-4 1
10-4-5/10-4-6 0
11-1-1 à 11-1-4 0
11-2-1 à 11-2-10 0
11-2-11 1
11-2-12 à 11-2-28 0
11-3-1 à 11-3-2 0
11-3-3 à 11-3-4 2
11-3-4A à 11-3-4B 1
11-3-5 à 11-3-17/11-3-18 0
11-4-1 à 11-4-2 0
11-5-1 à 11-5-3/11-5-4 0
12-1-1 à 12-1-8 0
12-2-1 à 12-2-2 0
12-3-1 à 12-3-4 0
12-4-1 à 12-4-15/12-4-16 0
12-5-1 à 12-5-21/12-5-22 0
12-6-1 à 12-6-3/12-6-4 0
12A-1 à 12A-15/12A-16 0
13-1 à 13-10 0

Personne responsable : DHP 3-2

© 2001 DND/MDN Canada

Mod 2 - 2004-01-30, page B/C

Mod 2 – Page 1-1-4

A-PD-201-000/PT-000

  1. Tout mouvement réglementaire modifié ou amplifié et toute particularité individuelle dénotent un manque de discipline et des lacunes sur le plan de l’instruction, et trahissent l’incapacité de l’unité à mettre l’accent sur le but et l’utilité des exercices au sein d’une force armée moderne.
  2. Les troupes qui font preuve de compétence dans l’exécution des exercices sont universellement considérées comme des militaires professionnels bien entraînés et bien disciplinés. Les exercices bien enseignés et bien exécutés développent chez chacun une fierté personnelle, une vivacité d’esprit, une précision et un esprit de corps qui aideront les militaires à exécuter instinctivement les ordres reçus, en tout temps.
  3. Un bon exercice, bien répété, surveillé attentivement et exigeant le plus haut degré de précision constitue un excellent exercice d’obéissance et de vivacité d’esprit. Un tel exercice définit une norme d’exécution, tant pour l’individu que pour l’unité, et contribue à créer entre le commandant et ses subordonnés la confiance mutuelle qui est une condition essentielle d’un bon moral.
  4. Les qualités personnelles développées sur le terrain de rassemblement doivent se perpétuer à travers toutes les phases de la vie militaire. Les commandants doivent insister pour que l’on respecte des normes tout aussi élevées, que l’on soit ou non sur le terrain de rassemblement, car ces qualités doivent s’enraciner au point où le militaire puisse résister à toutes les difficultés aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerre. La correction systématique d’erreurs mineures renforce ces caractéristiques et améliore tant le niveau individuel que le niveau de l’unité.

21A. Il est interdit au personnel des Forces canadiennes, individuellement ou en groupes, d’exécuter les mouvements d’exercice militaire d’une organisation militaire étrangère ou d’une organisation domestique. Seul le CED peut, personnellement et par écrit, accorder une dérogation à la présente directive. Les demandes de dérogation doivent être envoyées au DHP par la chaîne de commandement.

SYMBOLES


  1. Les symboles réservés aux nominations utilisées dans le présent manuel sont illustrés à la figure 1-1-1.

TECHNIQUES D’INSTRUCTION

  1. Généralités. L’instructeur doit constamment s’efforcer d’améliorer la qualité de l’instruction donnée. Le présent article contient les règles à suivre pour garantir le succès de l’instruction.

Mod 2 - 2004-01-30, page 1-1-4

Mod 2 – Page 2-15

A-PD-201-000/PT-000

  1. Au commandement « ESCOUADE — DEUX », les membres de l’escouade doivent porter le poids du corps sur le pied droit, fléchir le genou gauche et ramener vivement le pied gauche pour revenir à la position du garde-à-vous.
  2. Au commandement « EN DÉCOMPOSANT, UN PAS VERS LA GAUCHE, MARCHE, ESCOUADE — UN », il faut exécuter les mouvements décrits aux paragraphes 53 et 54 ci-dessus, sauf que les mouvements des pieds et la direction sont inversés.
  3. Au commandement « UN PAS VERS LA DROITE (GAUCHE) — MARCHE », les deux mouvements sont combinés et on observe la cadence indiquée au paragraphe 57.
  4. La cadence des mouvements indiqués cidessus est la suivante :
    1. déplacement d’un pas, « un-un »;
    2. déplacement de deux pas, « un-un, pause, un-deux »;
    3. déplacement de trois pas, « un-un, pause, un-deux, pause, un-trois »; et
    4. etc.

FAÇON DE FAIRE L’APPEL

  1. Au commandement « GARDE-À-VOUS, RÉPONDEZ À L’APPEL, EN PLACE RE — POS », chacun des membres de l’escouade adopte la position du garde-à-vous à l’appel de son nom et répond :
    1. « Monsieur » ou « Madame », si c’est un officier ou un adjudant-chef qui fait l’appel;
    2. « Adjudant », si c’est un adjudant qui fait l’appel;
    3. « Sergent », « Caporal-chef », « Caporal » ou l’équivalent, si c’est un militaire détenant ces grades qui fait l’appel; ou
    4. « Présent », si la personne qui fait l’appel est d’un grade inférieur à celui de caporal.
Mod 2 - 2004-01-30, page 2-15
Mod 2 – Page 3-33

A-PD-201-000/PT-000

Figure 3-16 Demi-tour en marchant au pas ralenti

  1. Au commandement « ESCOUADE — QUATRE », les membres de l’escouade doivent commencer à marcher au pas ralenti en exécutant un demi-pas du pied gauche dans la nouvelle direction.
  2. Au commandement « DEMI-TOUR, TOUR — NEZ », les quatre mouvements sont combinés en conservant la même cadence.
  3. La cadence est la suivante :

Mesure : GAUCHE — RAMENER — GAUCHE — DROITE — GAUCHE

Pieds : GAUCHE — DROITE — GAUCHE — DROITE — GAUCHE

DEMI-TOUR EN MARCHANT AU PAS CADENCÉ

  1. Au commandement « EN DÉCOMPOSANT, DEMI-TOUR TOURNEZ, ESCOUADE — UN », donné au moment où le pied droit est en avant et au sol (figure 3-17), les membres de l’escouade doivent :

Mod 2 - 2004-01-30, page 3-33

Mod 2 – Page 3-34

A-PD-201-000/PT-000

    1. faire un demi-pas du pied gauche et poser le pied à plat au sol, de façon naturelle;
    2. ramener le pied droit vers le pied gauche sans fléchir la jambe et sans toucher le sol, jusqu’à la position du garde-à-vous;
    3. en même temps, ramener le bras droit et le bras gauche près du corps au moment où le pied droit est rapproché; et
    4. conserver la même cadence.
  1. Au commandement « ESCOUADE — DEUX », les membres de l’escouade doivent :
    1. laisser les bras le long du corps;
    2. pivoter sur la demi-pointe du pied droit de façon à effectuer avec le corps une rotation de 90 degrés vers la droite;
    3. en même temps, fléchir le genou gauche; et
    4. abaisser la jambe vers le sol d'un geste énergique pour revenir à la position du garde-à-vous.
  2. Au commandement « ESCOUADE — TROIS », les membres de l’escouade doivent :
    1. laisser les bras le long du corps;
    2. pivoter sur la demi-pointe du pied gauche de façon à effectuer avec le corps une rotation de 90 degrés vers la droite;
    3. en même temps, fléchir le genou droit; et
    4. abaisser la jambe vers le sol d’un geste énergique pour revenir à la position du garde-à-vous.
  3. Au commandement « ESCOUADE — QUATRE », les membres de l’escouade doivent commencer à marcher au pas cadencé en exécutant un demi-pas du pied gauche dans la nouvelle direction.
  4. Au commandement « DEMI-TOUR, TOUR — NEZ », les quatre mouvements sont combinés en conservant la même cadence.

Mod 2 - 2004-01-30, page 3-34

Mod 2 – Page 3-35

A-PD-201-000/PT-000

Figure 3-17 Demi-tour en marchant au pas cadencé

  1. The timing is:

Mesure : GAUCHE — RAMENER — GAUCHE — DROITE — GAUCHE

Pieds : GAUCHE — DROITE — GAUCHE — DROITE — GAUCHE

  1. Lorsqu’une escouade en ligne comprend une file creuse d’une personne, cette personne doit commencer à marcher au pas raccourci lorsque le mot d’avertissement « VERS L’ARRIÈRE (VERS L’AVANT) » est donné et faire demi-tour en même temps que le nouveau rang avant lorsque le commandement d’exécution « TOUR – NEZ » est donné.

FAÇON DE PASSER DU PAS RALENTI AU PAS CADENCÉ

  1. Au commandement « CHANGEZ DE CADENCE, PAS CADENCÉ — MARCHE », donné au moment où le pied droit est en avant et au sol, les membres de l’escouade doivent partir du pied gauche, au pas cadencé, en balançant le bras droit vers l’avant et le bras gauche vers l’arrière.

Mod 2 - 2004-01-30, page 3-35

Mod 2 – Page 6-2

A-PD-201-000/PT-000

SECTION 2 MOUVEMENTS AVEC LE MESURE-PAS ET AVEC LA CANNE

LE MESURE-PAS

  1. Le mesure-pas (figure 6-2-1) est un instrument de formation qui sert à mesurer la longueur des pas, les distances et les intervalles. Il peut être utilisé par les adjudants et les sous-officiers compétents en matière d’exercice. Cette section servira de guide pour aider les instructeurs à utiliser le mesure-pas.
  2. Le mesure-pas se porte ouvert ou fermé. Lorsqu’on doit s’en servir, il se porte ouvert.
  3. L’utilisation du mesure-pas est une fonction exigeante à laquelle il faut constamment s’exercer. À l’entraînement de l’escouade, l’instructeur marche à côté du militaire qui ouvre la marche en faisant pivoter son mesure-pas ouvert pour vérifier la longueur des pas. Il mesure ainsi les pas sur une distance suffisante pour habituer le groupe à la longueur de pas appropriée. Une fois que l’escouade a appris à marcher correctement, l’instructeur vérifie périodiquement la longueur des pas en suivant le groupe avec son mesure-pas ouvert et en le tournant.

LA CANNE

  1. La canne est un accessoire facultatif qui a pour origine, entre autres, la cravache et la canne élégante et que certaines unités ont encore coutume d’utiliser (voir l’A-AD-265-000/AG-001, Instructions sur la tenue des FC, chapitre 3). Les mouvements avec la canne sont les mêmes que les mouvements exécutés avec le mesure-pas fermé.

MOUVEMENTS EN MARCHANT

  1. Pour les mouvements à exécuter en marchant avec le mesure-pas, le commandement d’exécution est donné au moment où le pied gauche est en avant et au sol. Les différents mouvements sont exécutés successivement à chaque pas du pied gauche.

Mod 2 - 2004-01-30, page 6-2

Mod 2 – Page 8-1-2

A-PD-201-000/PT-000

UTILISATION DES DRAPEAUX ET DES DRAPEAUX CONSACRÉS LORS DE RASSEMBLEMENTS

  1. Les directives concernant l’utilisation des drapeaux et des drapeaux consacrés lors de rassemblements sont contenues dans la publication A-AD-200-000/AG-000, Les décorations, drapeaux et la structure du patrimoine des FC.
  2. À moins d’indication contraire, la section de ce chapitre concernant l’exercice avec le drapeau consacré s’applique aussi bien aux drapeaux non consacrés qu’aux autres genres de drapeaux.

CRAVATE DE DEUIL

  1. Seuls les drapeaux consacrés doivent être munis d’une cravate de deuil pour des funérailles (voir le chapitre 11). La cravate de deuil est faite d’un morceau de crêpe noire de 2.5 m de longueur sur 33 cm de largeur dont on fait une boucle que l’on fixe à la base de la pointe de la hampe. La boucle doit avoir une largeur de 30 cm. Les extrémités, coupées en biais, doivent pendre à mihauteur du manchon du drapeau consacré (figure 8-1-1).

Figure 8-1-1 Cravate de deuil

Mod 2 - 2004-01-30, page 8-1-2

Mod 2 – Page 11-3-2

A-PD-201-000/PT-000

    1. pas simultanément jusqu’à ce qu’il fassent face à la sortie. Au commandement « IMMOBILISEZ — VOUS », ils doivent faire une halte, les pieds ensemble. Ces mouvements sont très difficiles et doivent être exécutés lentement.
    2. Au commandement « PAS RALENTI — MARCHE », le détachement de porteurs se met à avancer, le pied intérieur en premier. Le commandant peut marquer le pas en disant à voix très basse « INTÉRIEUR; EXTÉRIEUR ».
    3. Le commandant doit demeurer à deux pas de la tête du cercueil et le suivre.

8A. On doit faire très attention lorsqu’on monte ou descend des marches en portant le cercueil d’un membre des Forces canadiennes. Lorsqu’on doit monter ou descendre qu’une marche ou deux et que le giron de la marche est assez profond pour que le détachement des porteurs puisse rester en position de déplacement vers l’avant, on peut monter ou descendre lentement les marches dans cette position. Cependant, si les contremarches sont hautes, si le temps est inclément, si le cercueil est lourd ou si le commandant du détachement des porteurs pense que le détachement pourrait avoir de la difficulté à monter ou à descendre l’escalier, on doit procéder de la façon suivante :

    1. Le commandant du détachement des porteurs doit donner le commandement HALTE, VERS L’INTÉRIEUR TOURNEZ, PRÉPAREZ-VOUS À BAISSER – BAISSEZ puis commencer à monter ou à descendre les marches.
    2. Au mot de commandement HALTE, VERS L’INTÉRIEUR TOURNEZ, PRÉPAREZ-VOUS À BAISSER – BAISSEZ, on doit procéder de la façon décrite à la section 3, paragraphe 9.
    3. Le commandant du détachement des porteurs doit donner le commandement PAS. À ce commandement, les porteurs qui se trouvent à côté des marches poseront le pied sur la marche en s’assurant qu’il est posé assez loin sur le giron de la marche pour qu’il y ait suffisamment d’espace pour le deuxième pied. Ils poseront immédiatement le deuxième pied sur la marche. En même temps, les autres porteurs feront un pas vers les marches. Chaque fois que le commandement PAS est donné, les porteurs monteront une marche jusqu’à ce qu’elles aient été toutes gravies.

Mod 2 - 2004-01-30, page 11-3-2

Mod 2 – Page 11-3-4

A-PD-201-000/PT-000

    1. Le commandant du détachement des porteurs conservera sa position derrière le cercueil et s’assurera que les mots de commandement PAS consécutifs sont donnés lentement, que le cercueuil est toujours de niveau et que les porteurs ont une bonne prise sur le cercueil. Si le cercueil glisse, le commandant du détachement des porteurs se trouve en position pour aider ces derniers. Si le cercueil est très lourd, ou si les escaliers sont longs, les porteurs qui se trouvent à l’extrémité du cercueil peuvent déplacer leurs mains à l’extrémité du cercueil pour aider à supporter le poids ou le commandant du détachement des porteurs peut porter assistance.
    2. Une fois que tous les porteurs sont sur une surface plate, le commandant du détachement des porteurs donnera le commandement PRÉPAREZ-VOUS À SOULEVER – SOULEVEZ, VERS L’EXTÉRIEUR TOURNEZ. Le détachement continuera à se déplacer vers l’avant avec le cercueil.
    3. Au mot de commandement PRÉPAREZ-VOUS À SOULEVER – SOULEVEZ, VERS L’EXTÉRIEUR TOURNEZ, on doit procéder de la façon décrite à la section 3, paragraphe 9.
  1. Arrêter et abaisser le cercueil
    1. Au mot de commandement « HALTE », qui est donné au moment ou le pied extérieur touche le sol, les porteurs doivent compléter le pas avec l’autre pied puis placer le pied extérieur à côté.
    2. Au mot de commandement « VERS L’INTÉRIEUR », les porteurs tournent la main extérieure pour que les doigts se trouvent étendus sous le cercueil, le pouce appuyé sur le côté.
    3. Au mot de commandement « TOUR — NEZ », les porteurs se tournent pour faire face au cercueil, la poitrine à environ 30 cm de celui-ci. Ils supportent le poids sur la main extérieure pendant un instant jusqu’à ce qu’ils puissent retirer leur bras de sous le cercueil et y placer la main intérieure.

Mod 2 - 2004-01-30, page 11-3-4

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :