Le cannabis et votre santé

Le cannabis contient des substances appelées cannabinoïdes qui ont des effets sur le cerveau et l’organisme. Les 2 cannabinoïdes les plus connus sont le THC (delta 9 tétrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol). Le THC est responsable des effets intoxicants et de l’affaiblissement des facultés causés par le cannabis. Le CBD n’a pas d’effets intoxicants et pourrait atténuer certains des effets du THC.

Sur cette page

Effets de la consommation de cannabis à court terme

Chacun réagit différemment au cannabis, et la réaction d’une même personne peut varier d’une fois à l’autre.

Chaque fois que l’on consomme du cannabis, cela peut :

  • Compromettre votre capacité de conduire de façon sécuritaire ou de faire fonctionner de l’équipement.
  • Rendre l’apprentissage et la mémorisation plus difficiles.
    • Le cannabis peut porter atteinte au raisonnement, à la concentration, à la mémoire et à la prise de décisions, et peut nuire à votre capacité de bien accomplir votre travail ou d’obtenir de bons résultats à l’école.Note de bas de page 2
  • Nuire à votre santé mentale.
    • Même si le cannabis peut entraîner un état d’euphorie (un high), il peut aussi susciter de l’anxiété ou un sentiment de panique.Note de bas de page 2
    • Dans de rares cas, le cannabis peut déclencher un épisode psychotique (c.-à-d. ne pas savoir ce qui est réel, être paranoïaque, avoir des pensées désorganisées et, dans certains cas, avoir des hallucinations).Note de bas de page 2

Risques de la consommation de cannabis à long terme

Consommer du cannabis fréquemment (tous les jours ou presque) ou sur une longue période (des mois ou des années) peut avoir les conséquences qui suivent :

Effets possibles du cannabis sur la santé des jeunes

Le cannabis agit sur le système biologique responsable du développement du cerveau.Note de bas de page 11

Les jeunes et les jeunes adultes sont plus susceptibles de subir des méfaits du cannabis, car le cerveau se développe jusqu’à l’âge de 25 ans environ. Plus tôt vous commencez à consommer du cannabis, plus le risque de dommage est élevé.Note de bas de page 11

Une consommation fréquente (tous les jours ou presque) ou une consommation sur une longue période (des mois ou des années) qui commence à l’adolescence accroît le risque de problèmes de santé mentale. Ces problèmes comprennent la dépendance ainsi que les troubles liés à l’anxiété et à la dépression.Note de bas de page 11

Une consommation de cannabis fréquente et prolongée peut aussi avoir des répercussions sur des aspects importants de votre capacité à réfléchir, comme l’apprentissage et la mémoire. L’arrêt de la consommation peut aider à réduire ces méfaits. Toutefois, certains de ces méfaits peuvent persister pendant des mois, et même des années ou peut ne pas être entièrement réversible.Note de bas de page 12Note de bas de page 13Note de bas de page 14

Réduction du risque lors de la consommation de cannabis

La consommation de cannabis comporte certains risques. La meilleure façon de protéger votre santé est d’éviter complètement la consommation de cannabis et de produits du cannabis.

Si vous choisissez de consommer du cannabis, les moyens suivants vous permettront de diminuer les risques :

  • Faites-le dans un milieu familier et sûr, en compagnie de personnes à qui vous faites confiance, surtout si vous êtes un consommateur de cannabis débutant ou s’il s’agit de votre première consommation.
  • Attendez que votre cerveau soit pleinement développé avant de consommer du cannabis. Le développement du cerveau se termine environ à l’âge de 25 ans.
    • Plus vous commencez à consommer du cannabis à un jeune âge, plus votre risque d’avoir de graves problèmes de santé est élevé.
  • Choisissez un produit contenant une quantité de CBD égale ou supérieure à la quantité de THC.
    • Plus la teneur en THC d’un produit est élevée, plus la probabilité d’effets indésirables et d’affaiblissement des facultés est élevée. Le CBD peut atténuer certains des effets du THC.
  • Si vous fumez du cannabis, évitez de prendre de grandes bouffées ou de retenir votre respiration.
  • Limitez et réduisez la fréquence de votre consommation de cannabis.
    • Une consommation fréquente et prolongée de cannabis peut, à long terme, occasionner des problèmes de santé mentale. Ces problèmes sont notamment la dépendance, l’anxiété et la dépression.
  • Évitez de consommer du cannabis en même temps que d’autres substances, comme l’alcool ou les opiacés.
    • Le fait de combiner la consommation de cannabis et celle d’alcool ou d’autres drogues ou médicaments tels que les antidouleurs (p. ex. opioïdes) et les tranquillisants (p. ex. benzodiazépines) peut mener à un affaiblissement accru des facultés et causer des effets indésirables. Les autres médicaments comprennent.
  • Évitez de consommer le cannabis et conduire et de consommer le cannabis et d’utiliser de la machinerie.
    • Après l’alcool, le cannabis est la substance la plus souvent associée aux accidents de la route. Le cannabis peut nuire à votre concentration, à votre attention et votre coordination et diminuer votre temps de réaction. Conduire ou utiliser de la machinerie après avoir consommé augmente le risque d’accident pouvant causer des blessures graves ou la mort.
  • Évitez de consommer les produits de cannabis synthétique illégaux, suivants :
    • Les produits connus sous le nom de cannabis synthétique (« K2 », « Spice ») ne sont pas du cannabis. Ces produits sont très différents, ont des effets beaucoup plus prononcés et sont plus dangereux que le cannabis. La consommation de cannabis synthétique peut entraîner de graves problèmes de santé, comme des convulsions, une arythmie, des hallucinations et, dans de rares cas, la mort.
  • Évitez toute consommation de cannabis si :
    • vous êtes enceinte ou allaitez
    • vous êtes à risque de problèmes de santé mentale, en particulier les problèmes suivants
      • psychose
      • schizophrénie
      • consommation problématique de substances (dépendance)

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les Recommandations canadiennes pour l’usage du cannabis à moindre risque.

Effets du cannabis sur la grossesse et l’allaitement

Évitez complètement le cannabis si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Il peut présenter un risque pour le fœtus ou le nouveau-né. Le cannabis peut nuire à votre bébé.

Il peut également y avoir d’autres risques pour la santé associés à la consommation de cannabis pendant la grossesse et l’allaitement.Note de bas de page 24Note de bas de page 25

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec votre professionnel de la santé.

Cannabis à des fins médicales

Certaines personnes consomment du cannabis pour soulager leurs problèmes de santé. Le meilleur moyen de déterminer si le cannabis convient pour le traitement de vos symptômes est d’en discuter avec un professionnel de la santé.

Pour vous aider, votre médecin et vous, à prendre des décisions éclairées par rapport aux avantages et aux risques possibles, nous avons publié de l’information sur la consommation de cannabis à des fins médicales.

Dépendance au cannabis

La consommation fréquente de cannabis peut entraîner une dépendanceNote de bas de page 15  également connue sous le nom de :

  • trouble de l’usage du cannabis
  • dépendance au cannabis
  • consommation problématique de cannabis.

Le risque de dépendance au cannabis est inférieur à celui de d’autres substances comme :

  • le tabac
  • l’alcool
  • les opiacés.

Néanmoins, être dépendant au cannabis peut nuire gravement :

  • à votre santé
  • à votre vie sociale
  • à vos travaux scolaires
  • à votre travail et à votre avenir financier

Ce que nous savons :

  • Une consommation fréquente qui commence à l’adolescence accroît le risque de dépendance.Note de bas de page 16
  • Près d’un adulte qui consomme du cannabis sur dix développera une dépendance. Le taux passe à environ une sur six chez les personnes qui ont commencé à consommer du cannabis pendant l’adolescence.Note de bas de page 16
  • Entre le quart et la moitié des fumeurs quotidiens de cannabis développeront une dépendance.Note de bas de page 16

Il n’est pas toujours facile d’arrêter. Si votre consommation de cannabis vous cause des problèmes, vous pouvez :

  • discuter de votre consommation de cannabis avec votre médecin ou avec un autre conseiller ou professionnel de la santé à qui vous faites confiance
  • communiquer avec des organismes ou des groupes qui s’occupent des dépendances

Sachez quels sont les signes de la dépendance au cannabis et où trouver de l’aide.

Intoxication au cannabis

Une consommation accidentelle d’une trop grande quantité de cannabis en une seule fois peut entraîner des effets indésirables que l’on appelle aussi intoxication au cannabis. L’intoxication au cannabis ne causerait pas la mort. Cette situation peut toutefois être très désagréable et possiblement dangereuse, et peut parfois exiger des soins médicaux d’urgence et, dans certains cas, une hospitalisation. Les enfants et les animaux domestiques sont plus exposés au risque d’intoxication au cannabis.

Les symptômesNote de bas de page 18Note de bas de page 19Note de bas de page 26 peuvent comprendre les suivants :

  • épisode psychotique
  • douleurs thoraciques
  • dépression respiratoire
  • dépression respiratoire
  • rythme cardiaque élevé
  • nausées et/ou vomissements
  • anxiété grave et/ou crise de panique

Plus un produit contient du THC, plus les probabilités d’effets indésirables et/ou d’intoxication sont élevées, surtout si c’est la première fois que vous consommez du cannabis ou que vous êtes un consommateur débutant.

Il est aussi plus facile de s’intoxiquer lors de l’ingestion de cannabis (sous forme d’aliments ou de boissons) que lorsqu’il est fumé ou vapoté. Cela s’explique par le fait que certains de ces produits du cannabis peuvent être confondus avec des produits alimentaires similaires qui ne contiennent pas de cannabis. De plus, les effets peuvent se faire ressentir après un délai beaucoup plus long. Il en résulte que les gens consomment une plus grande quantité de produits avant d’en ressentir pleinement les effets et de subir des effets indésirables ou une intoxication.

Voici les intervalles qui s’appliquent si vous mangez ou buvez des produits du cannabis :Note de bas de page 15Note de bas de page 17Note de bas de page 18Note de bas de page 19Note de bas de page 20Note de bas de page 21

  • jusqu’à 12 heures pour que les effets disparaissent
  • jusqu’à quatre heures pour que les effets se fassent pleinement sentir
  • jusqu’à deux heures pour que les effets commencent à se faire sentir

Rangez tous les produits de cannabis de façon sécuritaire en les gardant hors de portée des enfants, des jeunes et des animaux domestiques. Cette précaution est particulièrement importante pour les produits de cannabis comestibles qui peuvent être confondus avec des aliments ou des boissons ordinaires.

Si vous avez consommé du cannabis et que vous ressentez des effets désagréables ou nocifs :

  • arrêtez de consommer du cannabis
  • demandez une aide médicale d’urgence ou téléphonez au centre antipoison de votre région

Remarque : Si vous avez consommé du cannabis, ne prenez pas le volant. Il n’y a aucune recommandation à l’intention des conducteurs concernant :

  • la quantité de cannabis que l’on peut consommer avant qu’il ne soit dangereux de conduire
  • le temps qu’un conducteur devrait attendre avant de prendre le volant après avoir consommé du cannabis

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Hartman RL, Huestis MA. Cannabis effects on driving skills. Clin Chem 2013 Mar;59(3):478-92.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

World Health Organization (WHO). The health and social effects of nonmedical cannabis use.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Martinasek MP, McGrogan JB, Maysonet A. A systematic review of the respiratory effects of inhalational marijuana. Respir Care 2016 Nov;61(11):1543-51.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Gobbi, G., Atkin, T., Zytynski, T., Wang, S., Askari, S., Boruff, J., ... & Mayo, N. (2019). Association of cannabis use in adolescence and risk of depression, anxiety, and suicidality in young adulthood: a systematic review and meta-analysis. JAMA psychiatry.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Mammen, G., Rueda, S., Roerecke, M., Bonato, S., Lev-Ran, S., & Rehm, J. (2018). Association of Cannabis With Long-Term Clinical Symptoms in Anxiety and Mood Disorders: A Systematic Review of Prospective Studies. The Journal of clinical psychiatry, 79(4).

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Gorelick, S. A., & Hermann, R. (2017). Cannabis use and disorder: Epidemiology, comorbidity, health consequences, and medico-legal status. UpToDate. September, 2-150.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Pierre, J. M. (2017). Risks of increasingly potent Cannabis: the joint effects of potency and frequency: as THC levels rise, the risk of psychosis, cognitive deficits, and structural brain changes increases. Current Psychiatry, 16(2), 14-21

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Meier MH. Associations between butane hash oil use and cannabis-related problems. Drug and Alcohol Dependence. 2017;179:25-31.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Abbott Products Inc. Marinol product monograph. 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Moitra, E., Anderson, B. J., & Stein, M. D. (2016). Reductions in cannabis use are associated with mood improvement in female emerging adults. Depression and anxiety, 33(4), 332-338.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Chadwick B, Miller ML, Hurd YL. Cannabis use during adolescent development: Susceptibility to psychiatric illness. Front Psychiatry 2013 Oct 14;4:129.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Rathee, S., & Shyam, R. (2018). Effect of Abstinence on Memory Functions in Cannabis Users. Journal of Psychosocial Research, 13(2), 443-451.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Schuster, R. M., Gilman, J., Schoenfeld, D., Evenden, J., Hareli, M., Ulysse, C., ... & Evins, A. E. (2018). One Month of Cannabis Abstinence in Adolescents and Young Adults Is Associated With Improved Memory. The Journal of clinical psychiatry, 79(6).

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Meier, M. H., Caspi, A., Ambler, A., Harrington, H., Houts, R., Keefe, R. S., ... & Moffitt, T. E. (2012). Persistent cannabis users show neuropsychological decline from childhood to midlife. Proceedings of the National Academy of Sciences, 109(40), E2657-E2664.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. The health effects of cannabis and cannabinoids: The current state of evidence and recommendations for research. Washington, D.C.: National Academies Press; 2017.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Volkow ND, Baler RD, Compton WM, Weiss SR. Adverse health effects of marijuana use. N Engl J Med 2014 Jun 5;370(23):2219-27.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Kosa, K. M., Giombi, K. C., Rains, C. B., & Cates, S. C. (2017). Consumer use and understanding of labelling information on edible marijuana products sold for recreational use in the states of Colorado and Washington. International Journal of Drug Policy, 43, 57-66.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Hudak, M., Severn, D., & Nordstrom, K. (2015). Edible cannabis–induced psychosis: intoxication and beyond. American Journal of Psychiatry, 172(9), 911-912.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Cone, E.J., Johnson, R.E., Paul, B.D., Mell, L.D., Mitchell, J., 1988. Marijuana-laced brownies: behavioral effects, physiologic effects, and urinalysis in humans following ingestion. J. Anal. Toxicol. 12, 169–175

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Barrus DG, Capogrossi KL, Cates SC, Gourdet CK, Peiper NC, Novak SP, Lefever TW, Wiley JL (2016). Tasty THC: Promises and Challenges of Cannabis Edibles. Methods Rep RTI Press. 2016 Nov;2016. doi: 10.3768/rtipress.2016.op.0035.1611.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Chen, P., & Rogers, M. A. (2019). Opportunities and Challenges in Developing Orally-Administered Cannabis Edibles. Current Opinion in Food Science.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Schoeler T, Petros N, Di Forti M, Klamerus E, Foglia E, Ajnakina O, Gayer-Anderson C, Colizzi M, Quattrone D, Behlke I, Shetty S, McGuire P, David AS, Murray R, Bhattacharyya S (2016). Effects of continuation, frequency, and type of cannabis use on relapse in the first 2 years after onset of psychosis: an observational study. Lancet Psychiatry. 2016 Oct;3(10):947-953. doi: 10.1016/S2215-0366(16)30188-2. Epub 2016 Aug 23.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Schoeler T, Monk A, Sami MB, Klamerus E, Foglia E, Brown R, Camuri G, Altamura AC, Murray R, Bhattacharyya S (2016). Continued versus discontinued cannabis use in patients with psychosis: a systematic review and meta-analysis. Lancet Psychiatry. 2016 Mar;3(3):215-25. doi: 10.1016/S2215-0366(15)00363-6. Epub 2016 Jan 15.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Gunn JK, Rosales CB, Center KE, Nuñez A, Gibson SJ, Christ C, Ehiri JE (2016). Prenatal exposure to cannabis and maternal and child health outcomes: a systematic review and meta-analysis. BMJ Open. 2016 Apr 5;6(4):e009986. doi: 10.1136/bmjopen-2015-009986.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Grant KS, Petroff R, Isoherranen N, Stella N, Burbacher TM (2018). Cannabis use during pregnancy: Pharmacokinetics and effects on child development. Pharmacol Ther. 2018 Feb;182:133-151. doi: 10.1016/j.pharmthera.2017.08.014. Epub 2017 Aug 25.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Noble MJ, Hedberg K, Hendrickson RG (2019). Acute cannabis toxicity. Clin Toxicol (Phila). 2019 Jan 24:1-8. doi: 10.1080/15563650.2018.1548708. [Epub ahead of print]

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :