Visite d’aide d’état-major spéciale – Rapport sur le climat, le milieu d’instruction, la culture et le programme de formation des officiers – Force régulière (PFOR) au Collège militaire royal du Canada – Kingston

Auteurs :
G.R. Maddison, D.G. Neasmith, Bgén V.C. Tattersall,
Col A.M.C. Bouchard, Lcol M.J. Dow, Lcol A.J Gauthier,
Adjuc C.A. Halpin, Adjuc C.J. Thibault

Préparé pour et mandaté par :
Général J.H. Vance
Chef d’état-major de la Défense

10 mars 2017

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada,
représentée par le ministre de la Défense nationale, 2017

Déclaration

Les soussignés sont d’accord avec le contenu et les recommandations du présent rapport.

  • G.R. Maddison
    Vice-amiral (à la retraite)
    Chef d’équipe
  • V.C. Tattersall
    Brigadier-général
    Chef d’état-major
  • M.J. Dow
    Lieutenant-colonel
    Conseiller juridique
  • C.A. Halpin
    Adjudant-chef
    Membre
  • D. G. Neasmith
    Major-général (à la retraite)
    Adjoint au chef d’équipe
  • A. M.C. Bouchard
    Colonel
    Conseiller médical
  • A.J. Gauthier
    Lieutenant-colonel
    Conseiller aumônier
  • C.J. Thibault
    Adjudant-chef
    Membre

Prologue

Le Collège militaire royal du Canada (CMRC) est une institution nationale unique ayant une valeur importante pour le pays et ses citoyens. Depuis plus de 140 ans, les finissants du CMRC se sont distingués en tant que citoyens, mais ils ont aussi considérablement contribué, jusqu’à aujourd’hui, à un grand nombre de projets d’un bout à l’autre du Canada et dans la société internationale.

Ces contributions proviennent d’astronautes, d’universitaires, de chefs et de dirigeant d’entreprises florissantes, sans oublier de représentants élus, pour ne nommer que ceux-ci; le leadership rigoureux et éthique démontré par les finissants du CMR au cours des cent cinquante dernières années n’est certainement pas proportionnel à la taille du Collège et leurs réalisations sont simplement extraordinaires.

C’est dans le contexte de cette longue histoire que tous les membres de l’équipe de la visite d’aide d’état-major spéciale (VAEM spéciale) du CMR ont senti l’urgence de découvrir les fondements exacts et légitimes de la réalité sous-jacente à la culture actuelle vécue par les jeunes élèves officiers et aspirants de marine (élof/aspm) aujourd’hui. Plus précisément, l’équipe VAEM spéciale a examiné les domaines en lien avec le commandement et le contrôle, la sélection et les responsabilités de l’état-major et des élof/aspm, les facteurs de stress, le moral, le soutien offert et les quatre piliers du Collège (études, condition physique, bilinguisme et leadership militaire).

Pour ce faire, l’équipe VAEM spéciale a passé cinq semaines à Kingston, en Ontario, afin de mener des entrevues avec des élof/aspm, des membres du personnel du CMR et d’autres intervenants clés, notamment d’anciens élof/aspm, des finissants et des parents, ainsi que des membres de l’administration centrale du Collège et d’autres organisations. Des entrevues ont aussi été menées ultérieurement à d’autres endroits, notamment à Ottawa, à Toronto et à Saint-Jean, au Québec. L’équipe VAEM spéciale a également reçu ne nombreux commentaires de finissants du CMR et d’autres observations par courriel. Dans tous les cas, l’équipe VAEM spéciale a exprimé sa gratitude en regard de ces renseignements et de l’intégrité de pensée présente dans ces observations. Elle a également assuré à ceux qui ont fourni ces observations, la plupart étant très personnelles et réfléchies, que celles-ci seraient traitées avec respect et conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels. On a également assuré les interviewés que le présent rapport serait écrit de manière à protéger leur anonymat.

Ce faisant, l’équipe VAEM spéciale n’a pas ménagé ses efforts pour établir un environnement de confiance, de confidence et d’anonymat pour que les personnes se sentent à l’aise de communiquer ouvertement avec les membres de l’équipe. L’équipe VAEM spéciale a donc pu interviewer 412 personnes, notamment 209 élof/aspm, de tous les niveaux universitaires et de tous les programmes, en plus de recevoir plus de 70 courriels d’observations.

Au cours de ce processus, l’équipe VAEM spéciale s’est entretenue avec des hommes et des femmes élof/aspm qui sont d’exceptionnelles personnes dans la manière dont ils se présentent et se comportent, en plus d’être matures, réfléchis et diserts dans leur façon d’exprimer leurs perceptions et leurs préoccupations. Suite à ces rencontres, l’équipe VAEM spéciale a retenu que l’environnement au CMR est effectivement propice à la production et au développement de traits de caractère positifs comme la vérité, le devoir, l’intégrité et l’honnêteté.

Quelle expérience enrichissante! Et de penser que ces jeunes hommes et femmes seront bientôt des officiers commissionnés et, en tant que dirigeants subalternes, ils auront la responsabilité de la réussite de la mission qui leur sera assignée et du bien-être de tous ceux et celles qu’ils dirigeront.

Quoi qu’il en soit, l’équipe VAEM spéciale a découvert et relevé un certain nombre de situations nécessitant une attention immédiate et un leadership exclusif pour améliorer le programme et les structures du CMR. Cette démarche a pour but de veiller à ce que l’expérience de l’instruction et de l’entraînement continue d’évoluer de manière à ce qu’au moment de la remise des diplômes, l’expérience vécue par les élof/aspm au CMR soit enrichissante et positive pour le militaire et pour les Forces armées canadiennes (FAC).

À une seule occasion au cours des entrevues a-t-on mentionné aux membres de l’équipe VAEM spéciale des allégations d’infractions militaires qui n’avaient pas encore été transférées aux autorités appropriées. L’équipe VAEM spéciale a soulevé ces allégations à l’attention de la chaîne de commandement du CMR pour que celle-ci y donne suite.

L’équipe VAEM spéciale est reconnaissante pour le soutien indéfectible et l’engagement des résidents des divers composants de la péninsule du CMR, notamment, le commandant de l’Escadre des élèves-officiers, l’ensemble de l’Escadre des élèves-officiers, l’Académie canadienne de la Défense, le commandant et son état-major, l’Escadre d’instruction, le recteur et l’ensemble de l’Escadre des études, tout le personnel des Programmes de soutien du personnel (PSP), y compris le personnel du Département des sports et l’ensemble du personnel de soutien qui lui a permis de tracer un portrait exact de la vie et de l’instruction des élof/aspm au CMR.

Voici donc les détails de ce rapport.

Sommaire

L’équipe de la visite d’aide d’état-major spéciale (VAEM spéciale) a reçu le mandat d’évaluer le climat, le milieu d’instruction, la culture dans l’ensemble ainsi que la structure du Programme de formation des officiers – Force régulière (PFOR) au Collège militaire royal du Canada (CMRC), et la mesure dans laquelle ces facteurs ont une incidence sur le moral, le bien-être et la réussite des élèves-officiers et aspirants de marine (élof/aspm) au Collège.

En tant qu’institution responsable du développement de ces futurs commandants militaires, le CMR doit fournir un milieu d’apprentissage favorable et sain pour les élof/aspm afin de leur donner une base solide, à la fois académique et militaire. C’est avec une préoccupation grandissante par rapport au climat au Collège que le chef d’état-major de la défense (CEMD) a ordonné la tenue d’une VAEM spéciale, un outil unique utilisé par le haut commandement des Forces armées canadiennes (FAC) pour comprendre l’état d’une unité ou d’une formation. À cet égard, l’équipe VEAM spéciale, appuyée d’un conseiller civil et pédagogique, M. Phil Bates, vice-recteur adjoint des études du CMR, a procédé à une évaluation approfondie, dont les résultats forment la base de l’analyse et des recommandations présentées dans ce rapport.

Le CMR est une unité des FAC confrontée à des enjeux semblables à ceux des autres unités militaires partout au Canada, notamment les infrastructures vieillissantes, les pressions exercées sur les ressources, les processus longs et complexes prévus dans l’ensemble du gouvernement du Canada en lien avec l’administration, les dépenses, la technologie de l’information et les problèmes persistants de la dotation de postes civils et militaires. Par contre, par son mandat qui consiste à offrir des programmes d’études de niveau universitaire en plus de l’instruction et de l’entraînement militaires, le CMR est unique comparativement aux autres unités des FAC qui fonctionnent dans cet environnement complexe.

L’équipe VAEM spéciale a reçu les commentaires de plus de 400 intervenants et a interviewé bon nombre d’entre eux, notamment la direction et le personnel du quartier général de l’Académie canadienne de la Défense/la Génération du personnel militaire, les militaires, le personnel enseignant et le personnel de soutien du CMR, et surtout plus de 200 aspm/élof. L’approche ouverte et consultative de l’équipe lui a permis d’accueillir des perspectives pertinentes et franches des problèmes et des contraintes, des points de vue et des opinions positifs et négatifs ainsi que des forces et des faiblesses du contexte de l’instruction et de l’apprentissage au CMR. Ces renseignements ont aidé l’équipe VAEM spéciale à obtenir un solide consensus par rapport aux évaluations et aux recommandations que les membres de l’équipe croient être nécessaires pour résoudre les problèmes observés.  

De façon générale, le climat dans l’ensemble au CMR a été influencé par une décennie de pressions sur les ressources et de priorités supérieures au niveau stratégique, ce qui a forcé le CMR à fonctionner dans un environnement où une priorité inférieure était accordée au Collège. À cet égard, l’équipe VAEM spéciale a noté un degré d’incertitude parmi les intervenants par rapport à la mission et aux priorités du CMR, un niveau considérable de tension entre les Escadres des études et d’instruction, un certain cynisme chez les élof/aspm par rapport à leur expérience au CMR, ainsi qu’une déconnexion entre la manière dont le CMR utilise des techniques plus traditionnelles d’apprentissage et d’instruction militaire et les attentes d’une nouvelle génération d’élof/aspm férus de technologie et possédant des capacités multitâches certaines.

Ce rapport comprend des évaluations et des recommandations par rapport à cinq domaines : (1) le cadre de commandement et de contrôle, et de gouvernance du CMR; (2) les facteurs de stress touchant les élof/aspm; (3) le moral au Collège; (4) le processus de sélection et d’instruction de l’effectif militaire; (5) les programmes de soutien offerts aux élof/aspm; et (6) le programme des quatre piliers selon lequel les élof/aspm doivent atteindre les normes établies dans quatre principaux secteurs considérés comme étant apparentés au service d’un officier des FAC : les études, la condition physique, le leadership militaire et le bilinguisme (français et anglais).

Cadre de commandement et de contrôle, et de gouvernance du CMR

Ce domaine vise les divers règlements, directives et ordonnances qui touchent le Collège en tant qu’unité des FAC, et le cadre de gouvernance qui appuie le programme scolaire. L’équipe a déterminé que bon nombre d’outils du cadre de gouvernance sont désuets et doivent être revisités. Elle a également observé que les Instructions à l’Escadre des élèves-officiers, des ordonnances applicables aux activités quotidiennes des élof/aspm, sont trop restrictives et qu’elles limitent la capacité des élof/aspm de la chaîne de commandement des élèves-officiers et des aspirants à apprendre comment exercer un jugement sain en tant que leaders en devenir. Par conséquent, ces instructions auraient aussi besoin d’une révision.

Facteurs de stress touchant les élof/aspm

Suite aux entrevues menées auprès des élof/aspm, l’équipe VAEM spéciale a compris les facteurs de stress positifs et négatifs qui affectent leur expérience. Parmi les facteurs de stress positifs, notons la satisfaction de pouvoir surmonter des obstacles que représente le défi intellectuel d’obtenir un diplôme tout en formant son caractère et développant les compétences en leadership qu’exige l’environnement militaire. De plus, le sentiment d’appartenance et la camaraderie qui se créent au cours de la première année du programme d’orientation ainsi que par les divers programmes de sport et le maintien de la condition physique représentent aussi une expérience positive. Les élof/aspm parlent souvent de la qualité supérieure de l’éducation et du soutien reçu de leurs professeurs ainsi que de nombreux membres du personnel de l’Escadre d’instruction. 

Les facteurs de stress négatifs visent le leadership incohérent au sein des Escadres d’instruction et des élèves-officiers, les conséquences négatives involontaires de la mise en œuvre des niveaux définis de progression du leadership, la remise en question de la qualité et de l’utilité du programme d’instruction professionnelle militaire, la coordination et la gestion du temps du programme des quatre piliers et l’état de certaines infrastructures du Collège. 

Les membres de l’équipe VAEM spéciale étaient initialement préoccupés de recevoir les observations auxquelles ils s’attendaient par rapport à la manière dont les femmes élof/aspm sont traitées par leurs pairs masculins. Le message qu’a reçu l’équipe de ces femmes interviewées est qu’elles se sentent en sécurité le jour comme la nuit au Collège; qu’elles savent distinguer un comportement acceptable et qu’elles sont en mesure de communiquer clairement et avec confiance avec les hommes qui commencent à franchir les limites de l’acceptable. L’équipe a noté que la directive relative à l’Op HONOUR avait été diffusée au Collège. Une situation a été soulevée à l’équipe par rapport à une infraction potentielle qui n’avait pas encore été signalée aux autorités appropriées.

Moral au Collège

Au moment de la visite de l’équipe VAEM spéciale, le moral au Collège était jugé bon à passable, mais il se situait à un niveau quelque peu inférieur à la suite du décès relativement récent de quelques élof/aspm au Collège. Bon nombre d’élof/aspm ont dit beaucoup de bien de leur expérience et qu’ils semblaient se développer dans l’environnement du Collège. Par contre, l’équipe VAEM spéciale a noté que le moral était particulièrement bas chez les élof/aspm qui avaient de la difficulté avec le programme des quatre piliers. Les membres de l’équipe ont jugé que le moral était tout aussi bas au sein du personnel de soutien qui subissait des pressions importantes par rapport aux ressources et à la dotation depuis quelques années. Au sein de l’Escadre d’instruction, on a jugé le moral passable en raison du fardeau de la responsabilité qu’est la réussite des élof/aspm. Le moral a été jugé relativement bon au sein de l’Escadre des études. L’équipe VAEM spéciale s’est entretenue avec un nombre important de militaires et de membres du personnel enseignant, qui étaient fiers de travailler et d’enseigner au Collège, qui valorisaient l’institution, et qui restaient passionnément engagés à offrir les meilleurs programmes et les meilleures expériences aux élof/aspm.

Sélection et instruction de l’effectif militaire

L’interaction entre le personnel militaire et les élof/aspm est extrêmement importante. Le mentorat des élof/aspm exige un ensemble particulier de qualités humaines et de compétences en leadership pour s’engager efficacement avec eux d’une manière positive et constructive. À de nombreux égards, cet élément humain de l’expérience militaire est la clé pour inspirer les élof/aspm dans leur progression vers les responsabilités futures de chefs dans les FAC.

L’équipe VAEM spéciale juge qu’à l’exception des certains postes clés, il n’y a aucun processus délibéré en place pour assurer une sélection du personnel de l’Escadre d’instruction au Collège ayant un juste équilibre entre les attributs en leadership positif, l’expérience militaire et la diversité. Les comités de sélection de carrière dans toutes les FAC ne semblent pas connaître le rôle de l’effectif de l’Escadre d’instruction au Collège, l’importance de leurs postes et des attributs nécessaires pour la nomination du personnel militaire dans ces postes.

En ce qui concerne l’instruction, l’équipe VAEM spéciale a conclu qu’il n’y avait pas d’orientation et de familiarisation adéquates pour les nouveaux effectifs militaires et le personnel enseignant. Une telle instruction est critique pour veiller à ce que le nouveau personnel ait une appréciation et une compréhension communes de son rôle au sein d’une équipe unifiée et qu’il comprenne ce qu’on attend de lui et des élof/aspm. L’orientation et la familiarisation des militaires et du personnel enseignant nouvellement arrivés au Collège devraient être plus exhaustives de manière à ce que chacun comprenne la mission du Collège, ses programmes et ses priorités. 

Si l’on tient compte du fait que la mission du Collège est de développer les futurs leaders des FAC, l’équipe VAEM spéciale juge qu’il est très important d’y affecter les meilleurs modèles d’officier et de militaire du rang.

Services de soutien

L’équipe VAEM spéciale juge que l’étendue et la profondeur des services de soutien des élof/aspm du Collège sont bonnes dans l’ensemble. Compte non tenu des problèmes soulevés dans le présent rapport, le personnel de soutien est très attaché à la réussite des élof/aspm et s’efforce d’offrir des services de qualité supérieure. Ceci dit, l’accessibilité aux services pour ce qui est de l’emplacement ou de leur disponibilité en dehors de l’horaire de cours régulier doit être améliorée. Les renseignements nécessaires pour trouver les services de soutien sont facilement accessibles aux élof/aspm. Par contre, l’équipe VAEM spéciale a noté qu’il y a lieu d’examiner l’état des infrastructures au Collège. En particulier, la bibliothèque Massey du Collège ne satisfait plus aux besoins des élof/aspm et cette défaillance doit être traitée en priorité pour soutenir le milieu d’apprentissage du Collège. 

Programme des quatre piliers

Le programme des quatre piliers représente le cœur de l’expérience du Collège pour assurer le développement des qualités importantes d’un officier dans les FAC aujourd’hui, par l’intermédiaire de l’excellence scolaire, du leadership et des compétences militaires, de la condition physique et du bilinguisme. Pour assurer le succès à cet égard, il est clair pour l’équipe VAEM spéciale que le Collège doit atteindre le juste équilibre dans les quatre piliers pour offrir le développement de plus d’officiers subalternes efficaces, bien formés et bien entraînés.

L’équipe VAEM spéciale a fait plusieurs observations par rapport au contenu et à l’exécution du programme. D’abord, le programme d’orientation des élèves-officiers de première année devrait être maintenu et offert avec la version la plus récente du plan d’instruction, qui a été perçu généralement comme une réussite. Il devrait incorporer des améliorations à la supervision et au contenu, et réduire l’impact du programme d’études des élof/aspm de première année. Ces mesures assureront un environnement sûr et enrichissant, ainsi qu’une meilleure expérience pour les élof/aspm. Deuxièmement, un examen complet du programme d’instruction professionnelle militaire est requis pour rendre le programme plus intéressant, enrichissant et pertinent au développement des élof/aspm qui se préparent à être des leaders à leur première affectation dans une unité après la fin des cours et l’obtention de leur commission d’officier. 

Troisièmement, la mise en œuvre du Modèle de progression des niveaux de leadership a besoin d’un examen approfondi pour s’assurer que les élof/aspm se voient offrir les possibilités de perfectionnement en leadership dont chacun a besoin et pour éviter la stigmatisation de ceux et celles qui ne progressent pas au même rythme que leurs pairs. Enfin, comme le rapport le présente en détail, les FAC doivent déterminer ce que représente réellement la désignation AFAN du programme des quatre piliers dans le contexte plus large des FAC et quelle valeur ajoutée elles souhaitent trouver chez les finissants du Collège. Cette démarche permettra aussi d’atteindre le juste équilibre et de prioriser les exigences auxquelles les élof/aspm font face dans les quatre piliers.

Finalement, le présent rapport et ces quelque 70 recommandations appuient l’évaluation globale de l’équipe VAEM spéciale voulant que le Collège continue d’être apte à accomplir sa mission de produire des leaders bien formés pour les FAC. Par contre, des problèmes importants doivent être réglés pour améliorer l’exécution du programme des quatre piliers, les normes établies dans chaque pilier ainsi que leur mise en œuvre, les modèles de leadership pour les élof/aspm, le cadre de gouvernance des études et certaines infrastructures du Collège. L’équipe VAEM spéciale note que le leadership, les militaires, le personnel enseignant et de soutien du Collège ont tous essayé de redresser ces situations, mais qu’ils ont dû composer avec des priorités conflictuelles et un certain degré d’indifférence de la part des FAC. Il est clair que le Collège bénéficierait d’un plus grand engagement des hauts dirigeants des FAC pour faire en sorte que cette institution d’importance nationale soit en mesure d’exécuter sa mission de préparer les futurs leaders des FAC qui endossent les principes modernes de leadership et les valeurs de la Profession des armes.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :