Colombie : Le développement est indissociable de la paix

Déclaration

Cette lettre d’opinion a été publiée en français dans l’édition de La Presse+ du 5 juillet 2016.

Par l’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie

Une guerre civile qui détient un triste record de longévité après un demi-siècle de conflit. Plus de 220 000 morts et au-delà de 6,8 millions de personnes forcées de quitter leur foyer.

Rares sont les pays ayant une histoire marquée par la violence et des conflits aussi sanglants et complexes que la Colombie. Cependant, tout cela est sur le point de changer. Le 23 juin, le gouvernement de la Colombie et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont signé un accord de cessez-le-feu qui précise les termes du désarmement et de la démobilisation des troupes. C’est une première étape historique en vue d’un accord de paix définitif qui proclamera officiellement la fin des hostilités entre les belligérants.

Partenaire de longue date, le Canada entretient des relations bilatérales et économiques fortes avec ce pays, deuxième bénéficiaire de l’aide internationale canadienne en Amérique. C’est précisément pourquoi le Canada fera sa juste part pour aider à ce que la paix durable devienne une réalité. Pour y parvenir, il est impératif de contribuer à la réconciliation des communautés.

Les Colombiens doivent sentir rapidement des effets de la paix dans leur vie quotidienne afin qu’ils s’y engagent pleinement et qu’elle perdure. Ainsi, il faut assurer l’accès à la justice pour les victimes du conflit et redonner aux petits agriculteurs les terres que les groupes armés illégaux leur ont arrachées. Il faut aussi s’attaquer à la corruption, notamment aux liens qui existent entre les institutions locales, les activités illégales et le crime organisé.

Les femmes et les jeunes sont les plus puissants agents de changement et de paix dans leurs communautés. Ils doivent être placés au cœur de nos actions sur le terrain. Alors que la Colombie entreprend la démobilisation et la réintégration des anciens combattants de la guérilla à la vie civile, il importe de se rappeler que plusieurs d’entre eux sont des jeunes femmes.

Pendant des décennies, le conflit colombien a été alimenté par l’inégalité. Un meilleur accès aux terres et aux ressources naturelles pour les résidants des régions rurales, particulièrement les femmes, est l’un des éléments clés pour éviter la rechute de la Colombie.

Projets de développement

À l’occasion de ma première visite officielle en Colombie, je vais témoigner de l’engagement du Canada en faveur de la paix et des droits de la personne. À cet égard, le gouvernement du Canada va appuyer cinq projets de développement visant à aider la Colombie à faire du processus de paix une réalité. Je suis spécialement sensible au lourd tribut payé par les filles et les femmes qui, comme dans tous les conflits, sont les plus grandes victimes puisqu’elles sont plus vulnérables aux agressions et qu’elles ont la responsabilité de nourrir et d’assurer l’avenir de leurs enfants alors qu’on leur a tout enlevé. L’intervention du Canada leur permettra de faire activement partie de la solution pour une paix durable.

Les projets que nous appuyons vont permettre au gouvernement de la Colombie et aux organismes des Nations unies et de la société civile de rejoindre les communautés les plus vulnérables. Ils aideront les Colombiens, mais particulièrement les femmes et les jeunes, à prendre en main le changement qu’ils souhaitent voir se concrétiser au sein de leurs communautés.

À titre d’exemple, nos projets aideront la Colombie à déminer son territoire d’ici 2021 pour que les enfants puissent se rendre à l’école sans risquer leur vie et que les femmes puissent cultiver leurs terres. Ils feront aussi bénéficier les femmes des services de protection, d’éducation et d’indemnisation leur permettant de jouer un rôle clé dans les démarches de consolidation de la paix et de développer leur plein potentiel pour qu’elles puissent participer activement au processus décisionnel. Ils assureront aussi l’accès au crédit rural pour les agricultrices dans les zones de conflit. Toutes nos initiatives sur le terrain favorisent l’autonomisation des femmes et des jeunes : les architectes d’une paix durable pour la Colombie.

Je crois que dans ce monde trop souvent assombri par des conflits, la Colombie peut devenir un exemple d’espoir. Ce pays peut nous démontrer que la paix est possible grâce à des négociations constantes et un ferme engagement pour la reconstruction. Les Canadiens peuvent être fiers de contribuer concrètement à la paix en Colombie.

Contacts

Bernard Boutin
Attaché de presse
Cabinet de la ministre du Développement international et de la Francophonie
343-203-5977
bernard.boutin@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @DevCanada
Aimez-nous sur Facebook : Le développement international du Canada - Affaires mondiales Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :