Discours du ministre Dion à l'occasion d'une réception organisée pour souligner l'anniversaire de Sa Majesté l'empereur du Japon

Discours

Le 23 novembre 2016 – Ottawa, Ontario

Sous réserve de modifications. Ce discours a été traduit en conformité avec la Politique sur les langues officielles et révisé aux fins d’affichage et de distribution conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada.

Konbanwa [Bonsoir]! C’est un très grand honneur pour moi d’être ici ce soir afin de célébrer l’anniversaire de Sa Majesté l’empereur du Japon.

Au nom du premier ministre [Justin] Trudeau, du gouvernement du Canada et de tous les Canadiens, je vous souhaite un très joyeux anniversaire : O’tanjoubi omedetou gozaimasu [Nous vous souhaitons un bon anniversaire].

Je tiens également à profiter de l’occasion pour vous offrir mes plus sincères condoléances au nom de tous les Canadiens pour le décès récent de Son Altesse Impériale le prince Mikasa.

Il se trouve que vous célébrez aussi aujourd’hui au Japon le Jour de l'Action de grâce des travailleurs. Permettez-moi donc d’exprimer ma gratitude pour les relations fructueuses qu’entretiennent le Canada et le Japon depuis plusieurs décennies.

Ces célébrations consacrées à Sa Majesté l’empereur nous donnent une occasion spéciale pour réfléchir aux liens étroits qui unissent nos deux peuples.

Permettez-moi de vous rappeler les deux visites qu’a effectuées Sa Majesté au Canada : la première a eu lieu en 1953, à titre de prince héritier, et la seconde en 2009, à l’occasion d’une visite d’État de 12 jours avec Sa Majesté l’impératrice. L’accueil chaleureux que les Canadiens lui ont réservé à ces deux occasions en dit long sur le lien particulier qui unit nos deux pays.

D’ailleurs, Sa Majesté l’empereur a pris le temps d’écrire un poème au sujet de sa seconde visite au Canada :

Je me retrouve ici une fois de plus
Au Canada, où je me suis rendu
Au temps de ma jeunesse
Fort admiratif de voir aujourd’hui
Le nouveau visage de ce pays.

C’est au Japon que le premier ministre Trudeau a choisi d’effectuer sa première visite bilatérale en Asie, en mai dernier [2016], en marge du G7. Sa conjointe Sophie Grégoire-Trudeau et lui avaient alors eu le plaisir de rencontrer Sa Majesté l’empereur et Sa Majesté l’impératrice.

Si cette visite a été une réussite, c’est en partie parce que les Japonais et les Canadiens adhèrent à un grand nombre de valeurs communes, comme la démocratie, la liberté, le respect des droits de la personne et l’état de droit, et qu’ils estiment qu’il faut renforcer ces principes non seulement dans nos pays respectifs, mais dans le monde entier.

De plus, nos deux gouvernements croient à la croissance inclusive, c’est-à-dire à la croissance pour tous, et que des échanges commerciaux ouverts et progressistes, et non l’isolement, sont la meilleure façon servir les intérêts de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie. En tant que nations commerçantes, le Japon et le Canada devraient travailler de concert pour tirer parti des nouveaux débouchés qu’offre l’évolution de l’économie mondiale.

Lorsque le ministre [Fumio] Kishida est venu au Canada en février dernier, il s’agissait de la première visite d’un ministre japonais des Affaires étrangères en 19 ans.

En avril dernier, ma conjointe Janine Krieber et moi avons eu le plaisir de nous rendre au Japon à l’occasion de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du G7 qui s’est tenue à Hiroshima. Nous n’oublierons jamais notre visite au parc du Mémorial de la paix. Ce fut une expérience inoubliable qui nous a tous rappelé que nous devons promouvoir la paix, domaine dans lequel le Canada et le Japon coopèrent de longue date. Notre quête de débarrasser le monde des armes nucléaires ne cessera jamais, point que mes collègues du G7 et moi-même avons réaffirmé en signant la Déclaration d’Hiroshima [sur le désarmement nucléaire et la non-prolifération].

Notre gouvernement est fermement résolu à bâtir un monde sans armes nucléaires et à collaborer avec le Japon, comme nous le faisons depuis des décennies, à titre de partenaires dans ce dossier. Pour atteindre cet objectif, le Canada dirige les pourparlers du traité sur l’interdiction de la production de matières fissiles, un traité qui se fait attendre depuis trop longtemps.

Le Canada, qui possède le plus long littoral du monde et dont la devise est « d’un océan à l’autre », a des attaches solides dans la région de l’Asie-Pacifique. L’océan Pacifique fait de nous des peuples voisins. Le Canada est une nation du Pacifique et un pays multiculturel, qui s’est enrichi par ses liens avec l’Asie, notamment par le dynamisme et la vigueur de la communauté japonaise au pays.

Je profite du fait que nous soyons rassemblés ici ce soir, afin de rendre hommage à Sa Majesté l’empereur, pour vous assurer que le gouvernement du Canada accorde une grande importance aux relations déjà solides qu’il entretient avec le Japon, et que nous travaillerons ensemble afin de consolider la paix entre tous les peuples de la région du Pacifique.

Contacts

Chantal Gagnon
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
343-203-1851
chantal.gagnon@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Suivez le ministre Dion sur Twitter : @MinCanadaAE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada - Affaires mondiales Canada


Recherche d'information connexe par mot-clés
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :