Discours du ministre Dion à l'occasion d'une réception pour les organisations de la société civile et les amis de l'ambassade du Canada au Liban

Discours

Le Liban pour toujours

Le 4 décembre 2016 - Beyrouth, Liban

Sous réserve de modifications. Ce discours a été traduit en conformité avec la Politique sur les langues officielles et révisé aux fins d’affichage et de distribution conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada.

Finalement, je suis au Liban. Ça fait maintenant 20 ans que je suis député et 20 ans que je rêve de venir ici.

Je suis ici à titre de ministre des Affaires étrangères du Canada et à titre de député de Saint-Liban… pardon, de Saint-Laurent!

Au nom du premier ministre Justin Trudeau, et en présence de mes collègues députés Mme Eva Nassif, MM. Fayçal El-Khoury, Marwan Tabbara, Ziad Aboultaif et Robert Aubin, je tiens à dire à quel point je suis honoré et heureux de célébrer avec vous non seulement l’apport des Canadiens d’origine libanaise, un apport immense pour Montréal, le Québec et l’ensemble du Canada, mais aussi l’apport du Liban au monde entier.

En effet, le Liban, ce petit coin de terre, mais d’une beauté lumineuse, cette falaise sur la mer située au carrefour des continents, a connu toutes les dominations, mais en a triomphé à sa façon en tirant de chacune d’elles la meilleure part d’humanité.

Et donc la meilleure part :

  • des Cananéens
  • des Phéniciens
  • des Égyptiens
  • des Mésopotamiens
  • des Babyloniens
  • des Romains
  • des Arabes
  • des Francs
  • des Ottomans
  • et même des Français

Et toujours, marqué par toutes ces influences, le patrimoine libanais s’est enrichi de penseurs, de poètes.

Il est devenu un symbole universel de l’ouverture des civilisations, des cultures et des religions, nourri par l’essor intellectuel du monde universitaire et de l’édition, une émanation de la noble aspiration d’un pluralisme communautaire généreux unissant les différentes communautés chrétiennes et musulmanes.

Mais le Liban est aussi devenu le rendez-vous des nations commerçantes de la Méditerranée.

Combien y a-t-il eu de miracles économiques dans ce pays qu’on a déjà surnommé la Suisse du Moyen-Orient?

Mais il faudrait alors parler d’une Suisse qui renaîtrait toujours plus forte après chaque destruction.

Et combien y a-t-il eu de renaissances parlementaires dans cette démocratie qui ne sait pas mourir?

Imaginons ce que le Liban pourrait offrir à ses propres habitants et au monde s’il pouvait enfin connaître une paix et une sécurité durables.

Cet espoir de démocratie et de progrès vit toujours. Il bat dans le cœur de tous ceux qui aiment le Liban. Et il appelle à l’alliage toujours plus solide du cèdre et de l’érable.

Car la feuille d’érable, le Canada, doit être présente au moment où la vie parlementaire libanaise vit une nouvelle renaissance.

En effet, une renaissance parlementaire se dessine une fois de plus. L’élection de Michel Aoun à la présidence et la nomination de Saad Hariri au poste de premier ministre désigné ont rallumé l’espoir d’une démocratie. Mais ces heureux événements arrivent en période de défis et d’enjeux considérables pour le Liban.

Ce pays porte un bien lourd fardeau en accueillant un si grand nombre de réfugiés, le plus haut taux par habitant au monde, soit l’équivalent d’environ un tiers de sa population.

Pouvez-vous imaginer cela? À l’échelle canadienne, cela représenterait environ 11 millions de réfugiés. Dans un pays avec des institutions et des infrastructures beaucoup plus développées et stables que celles du Liban, pourrions-nous faire face à un tel afflux?

Nous sommes fiers au Canada d’avoir accueilli plus de 35 000 réfugiés syriens depuis novembre 2015, dont un peu plus de la moitié sont partis du Liban. Mais ne perdons pas de vue l’immense effort déployé au Liban.

La vraie solution, nous le savons tous, est la paix en Syrie, qui permettrait aux réfugiés de rentrer chez eux en sécurité. Sur le terrain en Syrie tout comme aux Nations Unies, partout le Canada agit en tant qu’architecte résolu de la paix.

Comme le prévoit notre plan pour le redéploiement au Moyen-Orient, annoncé le 8 février dernier par notre premier ministre Justin Trudeau, nous déployons de grands efforts pour l’Irak et la Syrie, des pays dans la tourmente. Mais nous avons aussi convenu d’appuyer les pays qui résistent à la tourmente, ceux qui sont les plus directement affectés par le contrecoup.

On pense à la Jordanie, où le Canada a accru sa présence et son aide. Mais on pense aussi au Liban. Il faut que le Liban réussisse, cela est crucial pour nos amis libanais, pour la région et pour le monde entier.

Car le Liban doit prouver au monde que les chrétiens et les musulmans peuvent non seulement se tolérer, mais bâtir quelque chose de grand et d’admirable du fait qu’ils sont ensemble.

Alors que le monde est affligé par le syndrome de la méfiance, si vous, Libanais, réussissez à bâtir la confiance entre toutes vos communautés, vous donnerez au genre humain tout entier une formidable leçon d’optimisme.

Le Canada ne peut pas le faire pour vous, mais il sera là. Après tout, notre pays n’a de sens que parce qu’il est bâti sur ce principe de confiance. Des populations différentes de par la langue, la religion et les références culturelles se sont donné l’un des pays les plus enviés qui soit. Il faut que cela soit aussi possible au Liban, dans un contexte, il est vrai, beaucoup plus difficile.

Je suis ici avec mes collègues du Parlement pour rencontrer vos dirigeants et encourager les Canadiens à vos côtés.

Le Canada doit appuyer les pays qui restent démocratiques malgré la déstabilisation de la région. Ces îlots d’espoir, comme le Liban ou encore la Tunisie, résistent à la dérive autoritaire malgré les obstacles.

Dans notre plan d’ensemble pour la région, nous avons prévu un investissement de 198 millions de dollars au Liban sur trois ans pour le développement, l’aide humanitaire et le soutien militaire.

Nous sommes présents au Liban de différentes façons.

Le premier ministre Trudeau est un enseignant, et j’en suis un aussi : pour nous, l’avenir du Liban repose sur l’éducation des jeunes et des enfants, et le Canada appuie le ministère libanais de l’Éducation dans ses efforts pour augmenter le nombre d’inscriptions à l’école et améliorer la qualité de l’éducation pour tous, c’est-à-dire les Libanais, les Palestiniens et les Syriens.

Nous travaillons aussi avec le Liban pour que la population vulnérable ait accès à des services de santé et à de l’eau potable, tout en appuyant le travail ardu qui est fait pour atténuer les tensions entre jeunes dans les communautés.

Aujourd’hui, justement, j’ai déjeuné avec plusieurs spécialistes de l’eau pour parler de la façon dont le Canada peut aider le Liban à améliorer la gestion et l’assainissement de ses eaux.

Nous croyons en un Liban stable et sûr, et c’est pourquoi le Canada appuie les Forces armées libanaises dans leur lutte contre le terrorisme, et dans les efforts qu’elles déploient pour sécuriser les frontières du pays et préserver une institution qui représente véritablement tous les Libanais. Une force militaire en laquelle tous peuvent avoir confiance et dont tous peuvent être fiers.

Je m’arrête ici, car il y a bien des façons dont nous voulons participer au succès du Liban.

D’ici mon départ, mardi matin, je compte savourer chaque minute de mon séjour chez vous. Car dans les mots du poète Antoine Raad, le Liban, c’est Beyrouth « étoile du cœur, beauté mystérieuse », c’est Byblos « qui inventa l’alphabet », c’est Tyr « reine des mers rayonnant tel un phare », c’est Sidon « pétri de gloire et de fierté », et c’est aussi Tripoli « l’aromatique ».

En tant que ministre des Affaires étrangères, je conclus en disant, longue vie au Liban et vive l’amitié éternelle entre le Liban et le Canada!

Contacts

Chantal Gagnon
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
343-203-1851
chantal.gagnon@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Suivez le ministre Dion sur Twitter : @MinCanadaAE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada - Affaires mondiales Canada


Recherche d'information connexe par mot-clés
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :