Document d'information : La science à l'appui du programme canadien de certification du bois débité non traité

Document d'information

Le programme canadien de certification du bois débité non traité a été créé par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) avec le soutien technique de scientifiques du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada (RNCan). Une équipe de recherche formée de quatre scientifiques du Centre de foresterie du Pacifique de RNCan situé à Victoria, en Colombie-Britannique, travaille avec les autorités australiennes depuis 1999 pour donner suite à leurs préoccupations au sujet des agents pathogènes et autres ravageurs présents dans le bois débité non traité exporté du Canada qui peuvent constituer un risque pour les écosystèmes australiens.

L'insecte connu sous le nom du scolyte du bois est la principale préoccupation. Il figure parmi les insectes les plus fréquemment déplacés par le biais du commerce international et représente une menace pour le bois commercial. Les scolytes du bois (adultes et larves) se nourrissent des champignons ambrosia pendant qu'ils vivent dans l'arbre. Contrairement au dendroctone du pin ponderosa, insecte plus connu, les scolytes du bois n'attaquent et ne tuent habituellement pas les arbres vivants. Cependant, leur présence dans les arbres et le bois entraîne des pertes commerciales en raison de l'apparition de taches. Forant leurs galeries dans une grume pour y déposer leurs œufs, les scolytes du bois laissent derrière eux des taches colorées et inesthétiques de nature fongique, ce qui dégrade la valeur et la qualité du bois. L'industrie a habituellement recours au séchage au séchoir et au traitement thermique pour tuer les insectes associés aux produits de bois débité, mais les scolytes du bois peuvent survivre dans le bois non traité.

Les scolytes du bois sont naturellement présents dans les forêts du monde entier. Les deux espèces nord-américaines les plus abondantes et dommageables qui préoccupent l'Australie sont Trypodendron lineatum et Gnathotrichus sulcatus.

Le nouveau programme de certification s'avère une nouvelle approche pour exporter du bois débité non traité en toute sécurité. Les établissements approuvés qui participent au programme sont tenus de produire du bois débité conformément à un système de gestion phytosanitaire qui intègre de nombreux procédés de fabrication. Parmi ces procédés, mentionnons les suivants : l'inspection des grumes par des mesureurs qualifiés, l'inspection des planches par des employés qualifiés et approuvés de l'établissement durant le processus de classement, l'application d'un produit antitaches sur chaque planche et l'inspection des emballages durant l'assemblage ou l'entreposage par des employés formés de l'établissement.

Des procédures documentées sont aussi en place afin de s'assurer que, pour chaque établissement approuvé, le bois débité qui n'est pas conforme aux exigences du programme est séparé de celui qui l'est. De plus, le bois débité destiné à être exporté en Australie doit être entreposé séparément de tout autre bois. Il doit être entreposé de façon à empêcher sa contamination par des produits d'origine végétale comme la terre; le contenant d'expédition doit être inspecté par du personnel qualifié avant l'exportation; l'établissement doit tenir des registres d'inspection pendant deux ans et les employés dans les établissements approuvés qui sont chargés de mener les activités pour satisfaire aux exigences phytosanitaires doivent avoir reçu une formation appropriée.


Recherche d'information connexe par mot-clés

Agence canadienne d'inspection des aliments Agriculture

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :