Évaluation du Fonds d’habilitation pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire - 2022

Formats substituts

Les formats en gros caractères, braille, MP3 (audio), texte électronique, et DAISY sont disponibles sur demande en commandant en ligne ou en composant le 1 800 O-Canada (1-800-622-6232). Si vous utilisez un téléscripteur (ATS), composez le 1-800-926-9105.

Sommaire

Le Fonds d’habilitation pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire (le Fonds d’habilitation) fait partie de la stratégie du Canada en matière de langues officielles. Cette stratégie est décrite dans le Plan d’action pour les langues officielles de 2018 à 2023 : Investir dans notre avenir.

Le Fonds d’habilitation vise à améliorer le développement et la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire :

  • renforcer leur capacité dans les domaines des ressources humaines et du développement économique communautaire;
  • promouvoir les partenariats à tous les échelons, y compris avec des partenaires fédéraux.

Principales constatations

  • Les objectifs et les activités des signataires d’accords de contribution continuent d’être harmonisés avec les objectifs et les activités admissibles du Fonds d’habilitation.
  • Les organisations ont mis en œuvre les activités prévues.
  • Les activités réalisées par les organisations ont permis de faire ce qui suit :
    • établir des partenariats;
    • mobiliser des ressources supplémentaires;
    • participer à l’intensification du développement économique des communautés de langue officielle en situation minoritaire;
    • contribuer à la croissance et au perfectionnement des ressources humaines dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.
  • Les organisations ont profité des opportunités émergentes pour élaborer et mettre en œuvre des activités supplémentaires.

Objectifs de l’évaluation

La présente évaluation vise à :

  • confirmer que les objectifs des signataires d’accords de contribution et les activités réalisées cadrent toujours avec les objectifs et les activités admissibles du programme;
  • déterminer dans quelle mesure les activités prévues ont été mises en œuvre;
  • au moyen d’exemples concrets, déterminer évaluer si celles ci contribuent à améliorer le développement et la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire;
  • mieux comprendre l’incidence de la pandémie sur les signataires d’accords de contribution afin d’orienter la description du contexte actuel du programme.

Investissement du Fonds d’habilitation

Le Fonds d’habilitation représente un investissement total de 80,4 millions de dollars sur 5 ans. Un budget annuel de 13 millions de dollars est accordé dans le cadre d’accords de contribution conclus avec 14 organismes à but non lucratif. On compte un organisme national ainsi qu’un organisme dans chaque province et territoire.

Méthode d’évaluation

  • Entrevues avec des informateurs clés, notamment 17 dirigeants et membres du personnel de 5 organisations.
  • Examen de 80 documents fournis par 5 organisations entre avril 2018 et mars 2020.

Recommandation

  • On encourage le programme à explorer des approches pour améliorer la saisie systématique des résultats des projets financés.

Réponse de la direction et plan d’action

Réponse générale de la direction

La Direction générale des compétences et de l’emploi d’Emploi et Développement social Canada et la Direction générale des opérations de programmes de Service Canada tiennent à remercier les personnes qui ont participé à l’évaluation du Fonds d’habilitation pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire (le Fonds d’habilitation), en particulier les membres de la Direction de l’évaluation, ainsi que tous les participants aux entrevues qui ont partagé leurs perceptions dans le cadre de cette évaluation.

Les résultats de l’évaluation sont essentiellement positifs et font ressortir l’importance du programme dans le soutien des communautés de langue officielle en situation minoritaire. L’évaluation révèle que le programme parvient à favoriser le développement et la viabilité des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Avec l’appui du Fonds d’habilitation, les signataires ont entrepris un éventail d’activités qui sont venues renforcer les capacités en matière de ressources humaines et de développement économique. Ils ont démontré qu’ils sont en mesure de mettre sur pied des partenariats et de mobiliser des ressources pour une action concertée qui a des répercussions positives sur les communautés de langue officielle en situation minoritaire du Canada.

Dans l’esprit de l’amélioration continue et des efforts déployés par EDSC pour renforcer les pratiques en matière de rapports et pour réduire le fardeau administratif des signataires, l’évaluation a recommandé au Ministère d’explorer des approches dans le but d’améliorer la capacité du programme à saisir les résultats de façon cohérente.

Recommandation 1

On encourage le programme à explorer des approches dans le but d’améliorer sa capacité de saisir de manière cohérente les résultats des projets financés.

Réponse

EDSC est d’accord avec la recommandation et reconnaît l’importance de mesurer efficacement les résultats des projets financés et de démontrer en quoi ils contribuent à atteindre les objectifs du programme.

EDSC travaillera en collaboration avec des partenaires afin d’explorer des approches permettant au programme et à ses bénéficiaires de fonds de définir clairement le succès et de saisir les résultats nécessaires pour en démontrer l’incidence.

Pour ce faire, il faudra notamment examiner les améliorations à apporter au cadre de mesure du rendement du programme et à sa mise en œuvre, par exemple :

  • la façon dont le Ministère définit et communique le succès et les résultats souhaités;
  • les cadres et outils pouvant être utilisés pour appuyer la démonstration des résultats;
  • la façon d’optimiser les données pour orienter les objectifs du programme et les processus ministériels;
  • l’exhaustivité et la clarté des exigences en matière de rapports.

EDSC se penche déjà sur certains aspects de cette recommandation en collaborant étroitement avec les bénéficiaires de fonds du programme afin de réviser et de clarifier le modèle de rapport annuel pour que la déclaration des résultats se fasse de manière uniforme.

Dans le contexte de la modernisation prochaine de la Loi sur les langues officielles et de l’élaboration d’un nouveau plan d’action pour les langues officielles, le prochain appel de propositions pour le Fonds d’habilitation offre une occasion précieuse d’entamer des améliorations et de préparer les cadres et les outils nécessaires pour renforcer les capacités des organisations bénéficiaires.

Plan d’action de la direction

La Direction générale des compétences et de l’emploi, avec le soutien des responsables de l’évaluation et de la mesure du rendement, étudiera les méthodes permettant d’améliorer le cadre de gestion du rendement du programme, y compris les indicateurs de rendement, et le profil d’information sur le rendement s’y rapportant. À terminer en mars 2023 au plus tard.

La Direction générale des opérations de programmes et la Direction générale des compétences et de l’emploi s’efforceront de faire en sorte que les critères de mesure du rendement et les exigences en matière de rapports soient clairs pour les bénéficiaires actuels ou éventuels. Il pourrait être nécessaire de mener une consultation auprès des bénéficiaires actuels ou futurs afin d’orienter l’approche à l’égard de la collecte de données. À terminer en mars 2023 au plus tard.

La Direction générale des opérations de programmes, avec le soutien de la Direction générale des compétences et de l’emploi, déterminera les occasions d’améliorer les outils opérationnels pour clarifier les exigences en matière de mesure du rendement et de rapports sur les résultats. De plus, la Direction générale des opérations de programmes étudiera comment elle pourrait mieux tirer profit des données en examinant les exigences en matière de données, ainsi que les processus de collecte et de gestion des données. À terminer en mars 2023 au plus tard.

Introduction

Ce rapport présente les résultats et les constats d’une évaluation de portée restreinte du Fonds d’habilitation pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire (le Fonds d’habilitation). Le rapport d’évaluation est structuré de la façon suivante :

  • Description du programme;
  • Approche et méthodologie de l’évaluation;
  • Constatations de l’évaluation;
  • Conclusions et recommandations.

Description du programme

Objectifs du programme

Le Fonds d’habilitation vise à améliorer le développement et la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire :

  • renforcer leur capacité dans les domaines des ressources humaines et du développement économique communautaire;
  • promouvoir les partenariats à tous les niveaux, y compris avec des partenaires fédéraux.

Le programme fait partie du Plan d’action pour les langues officielles 2018 à 2023 : Investir dans notre avenir. Le Fonds d’habilitation représente le principal instrument dont dispose Emploi et Développement social Canada (EDSC) pour s’acquitter de ses obligations légales et mandatéesNote de bas de page 1. Ces obligations sont énoncées à l’article 41 de la Loi sur les langues officielles.

Cette évaluation alimentera l’évaluation horizontale du Plan d’action pour les langues officielles 2018 à 2023 : Investir dans notre avenir, qui est dirigée par le ministère du Patrimoine canadien.

Financement du programme

Comme indiqué dans le tableau 1, le Fonds d’habilitation représente un investissement total de 80,4 millions de dollars sur cinq ans.

Un budget annuel de 13 millions de dollars est accordé par le biais d’accords de contribution conclus avec 14 organisations à but non lucratif, dont un organisme national et un organisme dans chaque province et territoire. Bénéficiant à la fois d’un financement de base et d’un financement de projet, ces 14 organismes emploient plus de 130 personnes travaillant à 50 endroits différents à travers le pays. Un fonds opérationnel annuel de 1,8 million de dollars est géré par EDSC.

Faisant partie du financement global, le Fonds d’habilitation a reçu 6,85 millions de dollars sur cinq ans (de 2018 à 2023) pour soutenir les services francophones d’éducation à la petite enfance dans les communautés francophones en situation minoritaire. Cela comprend 6,25 millions de dollars en fonds de contribution et 0,6 million de dollars en fonds de fonctionnement.

Tableau 1 : Budget du programme de 2018 à 2023 (en millions de dollars)

Poste budgétaire 2018 à 2019 2019 à 2020 2020 à 2021 2021 à 2022 2022 à 2023 Total
Fonds d’habilitation - contributions 12,5 $ 12,9 $ 12,9 $ 13,1 $ 13,1 $ 64,50 $
Initiative relative à la petite enfance - contributions 0,95 $ 1,15 $ 1,25 $ 1,35 $ 1,55 $ 6,25 $
Fonds d’habilitation – financement de fonctionnement 1,8 $ 1,8 $ 1,8 $ 1,8 $ 1,8 $ 9,00 $
Initiative relative à la petite enfance - financement de fonctionnement 0,13 $ 0,13 $ 0,13 $ 0,13 $ 0,13 $ 0,60 $
Total 15,38 $ 15,97 $ 16,07 $ 16,37 $ 16,57 $ 80,35 $

Activités du programme

Les communautés de langue officielle en situation minoritaire au Canada ont des caractéristiques, des priorités et des besoins différents. Par conséquent, chaque organisation bénéficiaire accomplit des activités différentes, tout en répondant directement aux objectifs généraux du Fonds d’habilitation. Chaque signataire d’accord de contribution dirige, coordonne et soutient le renforcement des capacités dans les domaines du développement économique communautaire et du perfectionnement des ressources humaines.

Ces activités peuvent être divisées en 3 domaines principaux.

Établir des partenariats et mobiliser des ressources supplémentaires

La capacité de réunir les intervenants, de mettre sur pied des partenariats et d’obtenir des ressources supplémentaires de la part des partenaires joue un rôle essentiel dans l’habilitation et le renforcement des capacités des signataires d’accords de contribution. À cette fin, ils collaborent avec un éventail d’intervenants communautaires, le secteur privé, les bailleurs de fonds à but non lucratif et les différents ordres de gouvernement. Ces efforts représentent un domaine d’activité essentiel des organismes financés.

Activités de développement économique communautaire

Les signataires d’accords de contribution mènent également différentes activités à l’appui du développement économique communautaire.

Exemples d’activités admissibles :

  • diriger des processus visant à encourager la participation de la communauté aux consultations communautaires et à la planification du développement économique;
  • élaborer et mettre en œuvre des initiatives de développement économique local pour :
    • promouvoir les entreprises (par exemple, services de planification commerciale, missions commerciales, soutien au développement de chaînes d’approvisionnement);
    • promouvoir les communautés en tant que destinations touristiques;
    • mettre en œuvre des événements générateurs de recettes (par exemple, des produits touristiques);
    • attirer les immigrants et les intégrer dans les communautés minoritaires;
  • aider les employeurs à répondre à leurs besoins en matière de compétences (par exemple, salons de l’emploi et services de jumelage emploi travailleur);
  • élaborer des stratégies de recrutement et de maintien en poste du personnel;
  • accroître la sensibilisation à l’égard de l’entrepreneuriat.

Activités de perfectionnement des ressources humaines

Enfin, les signataires d’accords de contribution accomplissent différentes activités pour soutenir les demandeurs d’emploi, les travailleurs, les entrepreneurs et les employeurs.

Exemples d’activités admissibles :

  • élaborer des outils d’apprentissage;
  • organiser des événements d’apprentissage (par exemple, des ateliers, des séances de formation et des ateliers de formation intensifs);
  • offrir des occasions de réseautage avec des entreprises;
  • offrir un encadrement et du soutien aux chercheurs d’emploi;
  • offrir des services de mentorat aux demandeurs d’emploi, aux travailleurs et aux propriétaires de petites entreprises.

Le modèle logique du Fonds d’habilitation se trouve à l’annexe A, et la liste des signataires d’accords de contribution est présentée à l’annexe B.

Approche et méthodologie de l’évaluation

But de l’évaluation

Comme l’exigent la Loi sur la gestion des finances publiques et la Politique sur les résultats, le Fonds d’habilitation doit faire l’objet d’une évaluation tous les 5 ans. Par conséquent, le programme doit être évalué au plus tard le 31 mars 2022.

Objectifs de l’évaluation :

  • confirmer que les objectifs fixés et les activités réalisées par les signataires d’accords de contribution continuent de cadrer avec les objectifs et les activités admissibles du programme;
  • déterminer dans quelle mesure les activités prévues ont été mises en œuvre;
  • évaluer si ces activités contribuent à favoriser le développement et l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire, et recenser des exemples concrets;
  • mieux comprendre l’incidence de la pandémie sur les signataires d’accords de contribution afin d’orienter la description du contexte actuel du programme.

Sources de données et questions d’évaluation

La portée, les questions et les sources de données de l’évaluation ont été élaborées en consultation avec la Direction de l’intégration stratégique et affaires corporatives et la Direction générale des opérations de programmes.

La portée de cette évaluation est restreinte. Les aspects qui suivent ont été pris en compte lors de la définition de la portée de l’évaluation :

  • la maturité du programme;
  • la nature stable des activités de programme menées par les signataires d’accords de contribution;
  • les résultats positifs des évaluations précédentes du programme;
  • la qualité de la collecte des données et des instruments de rapports.

Pour cette évaluation, la collecte des données s’est déroulée pendant la pandémie de COVID 19 et a permis de recueillir des renseignements contextuels sur la façon dont les organisations s’adaptaient à la pandémie. Toutefois, l’évaluation de l’incidence de la pandémie sur les organisations financées et leurs activités ne faisait pas partie de la portée de l’évaluation. Par conséquent, pour éviter que l’incidence de la pandémie soit reflétée dans les résultats, la période d’évaluation s’étend d’avril 2018 à mars 2020. L’investissement du Fonds d’habilitation au cours de cette période a atteint 31,5 millions de dollars.

Sources de données

Sur les 14 organisations signataires d’accords de contribution, 5 ont été sélectionnées pour fournir des données dans le cadre de cette évaluation :

  • Association franco-yukonnaise;
  • Conseil de développement économique de l’Alberta;
  • Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire (Québec);
  • Conseil économique du Nouveau-Brunswick;
  • Société économique de l’Ontario.

Les signataires d’accords de contribution du Yukon, de l’Alberta et du Nouveau Brunswick ont été choisis au hasard parmi les organisations du Nord, de l’Ouest et de l’Est afin d’assurer une représentation régionale. L’organisation de l’Ontario a été choisie en raison de la taille de la communauté francophone qu’elle dessert. L’organisation du Québec a été choisie parce qu’elle est la seule à desservir les anglophones au Canada.

L’évaluation est fondée sur 2 sources de données :

  • des entrevues avec des informateurs clés, soit 17 dirigeants et membres du personnel des 5 organisations;
  • un examen de 80 documents fournis par les 5 organisations entre avril 2018 et mars 2020, comprenant notamment :
    • 65 rapports trimestriels sur les activités (13 par organisation) couvrant les exercices 2018 à 2019 et 2019 à 2020;
    • 10 accords de contribution (deux par organisation), dont 5 couvrant les exercices financiers 2014 à 2018, et 5 couvrant les exercices 2019 à 2023;
    • 5 rapports annuels (un par organisation) couvrant l’exercice financier 2019 à 2020.

Les résultats déclarés dans les rapports trimestriels sur les activités ont été classés en fonction des activités et des objectifs prévus décrits dans les accords de contribution. Les résultats déclarés pour l’exercice 2018 à 2019 ont été classés par rapport aux accords de contribution de 2014 à 2018. Les résultats déclarés pour l’exercice 2019 à 2020 ont été classés en fonction des accords de contribution de 2019 à 2023.

Dans le cadre de cet examen des documents, des matrices détaillées ont été produites, résumant tous les résultats déclarés pour les exercices 2018 à 2019 et 2019 à 2020. Les résultats déclarés pour l’exercice 2019 à 2020 ont également été comparés aux renseignements fournis dans les rapports annuels de l’exercice de 2019 à 2020.

Les résultats de l’examen des documents ont ensuite été comparés aux réponses fournies par les dirigeants et le personnel des 5 organisations visées par l’évaluation.

Questions de l’évaluation

L’évaluation comprenait 3 questions principales et une sous-question.

  • Les objectifs fixés et les activités mises en place par les signataires d’accords de contribution en 2018 à 2019 et en 2019 à 2020 cadrent-ils toujours avec les objectifs du Fonds d’habilitation et les activités admissibles dans le cadre de celui ci?
  • Les résultats rapportés démontrent-ils la mesure dans laquelle les signataires d’accords de contribution ont mis en place les activités prévues?
  • Les activités mises en œuvre et les résultats rapportés contribuent-ils à améliorer le développement et la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire?
    • Quels exemples peuvent être fournis par certains signataires d’accords de contribution?

L’annexe C présente un résumé des sources de données sur lesquelles repose chacune des questions de l’évaluation.

Limites de l’évaluation

Lors de l’évaluation, il a été difficile de singulariser les réalisations et d’attribuer les résultats au Fonds d’habilitation. Cela s’explique, en partie, par la nature habilitante du programme et par le contexte dans lequel les signataires d’accords de contribution mènent leurs activités.

Cinq facteurs ayant nui à la particularisation des réalisations et à l’attribution des résultats au programme ont été recensés.

Premièrement, les employés embauchés grâce au financement de base fourni par le Fonds d’habilitation obtiennent du financement supplémentaire important provenant d’autres sources. Ils utilisent ce financement pour élaborer et mettre en œuvre des activités, des programmes et des initiatives. Le financement obtenu peut être considéré comme un résultat du programme. Toutefois, les résultats associés aux activités, aux initiatives et aux programmes financés par ces ressources supplémentaires ne peuvent être attribués directement à l’investissement effectué par le Fonds d’habilitation.

Deuxièmement, le fait de bâtir des partenariats et d’aider d’autres organisations et intervenants à élaborer et mettre en œuvre des initiatives constitue un domaine d’activité essentiel des organisations financées. Bien que les signataires puissent assurer le leadership, le soutien et la coordination de ces activités, les résultats de ces dernières ne peuvent être attribués uniquement au Fonds d’habilitation.

Troisièmement, le financement est accordé par le biais d’accords de contribution conclus avec 14 organismes à but non lucratif. Ces organismes utilisent ce financement pour faciliter le développement économique communautaire et le perfectionnement des ressources humaines dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire au Canada. Chaque communauté possède différents niveaux de ressources économiques, de ressources humaines et de capital social sur lesquels les organismes financés peuvent s’appuyer. Par conséquent, les signataires d’accords de contribution fonctionnent dans des contextes très différents et ne peuvent être traités sur un pied d’égalité ni être comparés les uns aux autres, ce qui empêche l’évaluation comparative des extrants et des résultats.

Quatrièmement, pour la plupart des activités du programme, la collecte de données fiables sur les utilisateurs finaux serait, dans les faits, très difficile à effectuer, ce qui nuit à l’analyse des résultats des participants.

Enfin, la difficulté de recenser des facteurs contre-factuels valides, combinée à l’influence de facteurs externes, complique davantage l’attribution des résultats. Parmi les exemples de facteurs externes importants, il convient de citer les changements structurels ou cycliques importants dans l’économie et l’évolution de la composition démographique des communautés.

En raison de ces facteurs, l’évaluation ne visait pas à tirer des conclusions définitives sur l’incidence du programme, mais plutôt à donner un aperçu des contributions des organisations financées au développement et à la vitalité des communautés qu’elle desserve.

Constats de l’évaluation

Contexte, occasions et défis auxquels les signataires d’accords de contribution sont confrontés

Contexte

Le contexte dans lequel les signataires d’accords de contribution exercent leurs activités varie considérablement d’une province ou d’un territoire à l’autre.

  • Certains mènent leurs activités dans des provinces ou des territoires qui sont officiellement bilingues et qui comptent une population importante et bien établie, tandis que d’autres desservent des populations beaucoup plus petites dans des provinces et territoires en grande partie unilingues.
  • Dans certains territoires/certaines provinces, les signataires d’accords de contribution peuvent collaborer avec un plus grand nombre d’organisations et d’établissements alors qu’ailleurs, les options sont plus limitées.
  • Dans certains territoires ou provinces, les organisations desservent de nombreuses communautés de langue officielle en situation minoritaire dispersées sur le plan géographique, chacune ayant un contexte économique et des caractéristiques qui lui sont propres.

Les contextes et les caractéristiques propres aux communautés influencent les occasions qui s’offrent à elles, ainsi que les types d’activités prévues par les organisations financées.

Par exemple, dans les provinces ou territoires où la main d’œuvre bilingue est recherchée, les organisations peuvent concentrer leurs efforts sur le recrutement et le placement de travailleurs immigrants qualifiés. Ils répondent ainsi aux besoins en main d’œuvre des employeurs et contribuent au maintien ou à la croissance des populations de langue officielle en situation minoritaire.

En revanche, dans les provinces ou territoires où les possibilités d’emploi bilingue se font rares, les organisations peuvent se concentrer sur la formation préalable à l’emploi et les services d’aide à l’emploi pour les membres de la communauté. En aidant les membres de la communauté à s’intégrer dans le milieu de travail de la langue majoritaire, les organisations atténuent le risque qu’ils quittent la région pour trouver du travail. Elles contribuent ainsi à réduire le déclin de la population dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Défis et possibilités

Roulement du personnel

Des informateurs clés ont été interrogés sur les difficultés rencontrées par leur organisation. Dans l’ensemble, ils ont signalé peu de problèmes, mais le roulement du personnel a été mentionné par 3 des cinq organisations visées par l’évaluation. Ces organisations ont attribué le roulement du personnel aux facteurs suivants :

  • la concurrence pour les travailleurs francophones qualifiés;
  • l’incapacité d’offrir des salaires concurrentiels par rapport aux employeurs des secteurs public et privé.

Selon des informateurs clés, le roulement du personnel déstabilise l’organisation jusqu’à ce que le poste vacant soit pourvu, et mène à la perte des connaissances et des compétences organisationnelles.

Autres défis

  • Rendre les programmes et les services disponibles et accessibles à toutes les communautés de langue officielle en situation minoritaire dans les territoires et les provinces plus grandes en matière de superficie.
  • Être visible et connu des membres de la communauté et des intervenants dans l’ensemble du territoire ou de la province.
  • Être visible dans des environnements de service qui comprennent des organisations anglophones beaucoup plus importantes, disposant de budgets de marketing considérables.

Pandémie de COVID-19

Le Réseau de développement économique et d’employabilité Canada est le signataire de l’accord de contribution national du Fonds d’habilitation. L’organisation a commandé un rapport sur l’incidence de la pandémie de COVID 19 sur les organisations et leurs activités à travers le Canada.

Le rapport a révélé qu’au début, les organisations ont éprouvé des difficultés à offrir leurs services en ligne. Les organisations ont également signalé des difficultés permanentes dans l’exécution de certains types de programmes et la prestation de certains services lorsque les protocoles de distanciation sociale sont en vigueur. Enfin, les organisations ont expliqué que les programmes et services en ligne ne sont pas accessibles aux personnes qui n’ont pas accès à l’Internet haute vitesse et à un ordinateur.

Selon ce même rapport, la plupart des organisations financées ont affirmé qu’au bout du compte, le passage à un mode d’exécution et de prestation en ligne s’est avéré une occasion positive. Les activités qui nécessitaient des déplacements longs et coûteux avant la pandémie sont maintenant offertes en ligne.

Grâce à ce changement, les programmes et les services rejoignent maintenant les membres des communautés de langue officielle en situation minoritaire dans des régions rurales et éloignées qui étaient auparavant non desservies. Certaines organisations voient également des occasions de collaboration entre les signataires d’accords de contribution afin de servir les communautés de langue officielle en situation minoritaire dans l’ensemble des provinces et des territoires.

Harmonisation des objectifs et des activités

Principale constatation

Les objectifs et les activités mises en œuvre par les cinq organisations continuent de cadrer avec les objectifs et les activités admissibles du Fonds d’habilitation.

Harmonisation des objectifs

Les objectifs 5 organisations continuent de cadrer avec ceux du Fonds d’habilitation.

Objectif du Fonds d’habilitation

L’objectif du Fonds d’habilitation est d’améliorer le développement et la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire au moyen d’activités qui visent à :

  • renforcer leur capacité dans les domaines des ressources humaines et du développement économique communautaire;
  • promouvoir les partenariats à tous les niveaux, y compris avec des partenaires fédéraux.

Objectifs des 5 signataires d’accords de contribution

Objectifs indiqués dans les accords de contribution de 2014 à 2018 et de 2019 à 2023 des 5 organisations sélectionnées.

Association franco-yukonnaise

Objectifs de 2018 à 2019

  • Accroître les capacités de développement économique, de perfectionnement des ressources humaines et de gestion des communautés en élaborant et en mettant en œuvre des processus exhaustifs de planification et d’établissement des priorités.
  • Améliorer le rendement économique des entrepreneurs et des travailleurs autonomes dans la communauté culturelle francophone du Yukon.
  • Améliorer la participation des francophones du Yukon au marché du travail et à l’économie de la province en favorisant le perfectionnement des compétences des francophones du Yukon liées à l’entrepreneuriat et au marché du travail.
  • Élaborer, en collaboration avec les autres territoires, une stratégie et un projet pour attirer et maintenir en poste des immigrants francophones de la composante économique et une main d’œuvre francophone dans les territoires.
  • Promouvoir le développement du secteur touristique et le rendement des entrepreneurs francophones dans ce domaine.

Objectifs de 2019 à 2020

  • Mettre en œuvre des processus de planification communautaire et d’établissement des priorités.
  • Attirer des travailleurs bilingues et améliorer la participation des Franco Yukonnais à l’économie du Yukon en favorisant l’accès au marché du travail.
  • Améliorer le rendement des Franco Yukonnais dans le domaine de l’entrepreneuriat afin de stimuler l’innovation, ainsi que la création de nouvelles entreprises et le développement d’entreprises déjà en place.

Conseil de développement économique de l’Alberta

Objectifs de 2018 à 2019

  • Appuyer le développement économique communautaire des communautés francophones et bilingues.
  • Soutenir les industries et les secteurs économiques : tourisme, économie verte, développement durable, réduction des gaz à effet de serre, immigration au titre de la composante économique francophone.
  • Soutenir la francophonie économique canadienne.
  • Soutenir les entrepreneurs francophones et bilingues.

Objectifs de 2019 à 2020

  • Accroître la capacité de développement économique en mettant en œuvre des processus d’établissement des priorités dans différentes communautés.
  • Augmenter la contribution au développement économique des municipalités en renforçant l’ABMA (Association bilingue des municipalités de l’Alberta).
  • Améliorer les compétences requises pour répondre aux besoins du marché du travail albertain.

Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire (Québec)

Objectifs de 2018 à 2019

  • Revitaliser les économies locales à l’aide de la planification et de la mise en œuvre de projets axés sur la communauté.
  • Stimuler et appuyer le développement des petites entreprises des communautés anglophones du Québec.
  • Renforcer et promouvoir l’effectif des communautés anglophones du Québec pour améliorer la compétitivité sur le marché du travail.
  • Accroître la capacité de la Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire à diriger le développement économique et le perfectionnement des ressources humaines des communautés anglophones du Québec.

Objectifs de 2019 à 2020

  • Échanger des connaissances sur les approches de collaboration entre le secteur privé, le secteur public et la société civile pour favoriser le développement économique des communautés de langue officielle en situation minoritaire au Québec.
  • Établir des relations constructives avec des intervenants clés des secteurs public et privé qui :
    • influenceront les politiques;
    • augmenteront les ressources qui favorisent l’activité économique dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire;
    • stimuleront une collaboration économique novatrice.
  • Mettre en œuvre une stratégie d’évaluation et de rendement qui permettra de mieux définir et de développer des programmes adaptables et d’en démontrer le rendement.
  • Créer des cadres, des projets et des outils adaptés qui soutiennent et renforcent l’activité économique dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire au Québec grâce à une collaboration entre le secteur privé, le secteur public et la société civile.

Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc.

Objectifs de 2018 à 2019

  • Accroître la participation des partenaires et des communautés et la collaboration entre eux sur le plan du développement économique communautaire et du perfectionnement des ressources humaines.
  • Améliorer les capacités des communautés francophones en matière de planification et de mise en œuvre du développement économique communautaire.
  • Améliorer les capacités des communautés francophones en matière de planification des ressources humaines et de perfectionnement des compétences.

Objectifs de 2019 à 2020

  • Accroître la participation des partenaires et des communautés et la collaboration entre eux sur le plan du développement économique communautaire et du perfectionnement des ressources humaines.
  • Accroître les partenariats commerciaux et économiques qui favorisent l’établissement de liens stratégiques.
  • Mieux comprendre les besoins des communautés francophones et renforcer leurs capacités de planification.
  • Améliorer les compétences des communautés francophones et la capacité des entreprises, des organisations et des personnes afin de :
    • maximiser le rendement économique et social des communautés francophones;
    • répondre aux besoins du marché du travail.

Société économique de l’Ontario

Objectifs de 2018 à 2019

  • Se renseigner sur les difficultés et les occasions liées à l’employabilité et au développement économique dans les communautés francophones de l’Ontario.
  • Combler les lacunes en matière d’employabilité et de développement économique à l’aide d’un plan et de services pour répondre à l’offre et à la demande, et aider les organisations, les entreprises et les entrepreneurs à améliorer leur rendement, tout en réduisant l’écart entre eux et les occasions d’affaires, et en leur fournissant davantage d’outils.
  • Instaurer un climat de confiance et des mécanismes pour faciliter la collaboration parmi les organisations, les entreprises, les gouvernements et la communauté pour promouvoir l’inclusion de toutes les personnes dans le développement des communautés.

Objectifs de 2019 à 2020

  • Soutenir efficacement les entrepreneurs francophones dans la création, la croissance et la pérennité de leurs entreprises au moyen de projets novateurs qui répondent à leurs besoins dans des secteurs prometteurs et pertinents pour les communautés francophones.
  • Assurer une visibilité reconnue et soutenue de la francophonie en Ontario en favorisant l’établissement de relations structurées et stratégiques avec des partenaires provinciaux, nationaux et régionaux, ainsi qu’avec des acteurs clés en faveur du développement des communautés d’affaires francophones ou bilingues.
  • Établir des alliances stratégiques pour promouvoir le multiculturalisme et l’intégration économique des francophones et des francophiles dans les communautés francophones, en fonction des nouvelles tendances du marché économique.
  • Offrir une gamme de services, d’outils et de pratiques novatrices pour aider les employeurs à embaucher et à maintenir en poste des travailleurs immigrants francophones qualifiés.

Activités

Les 5 organisations ont déclaré les activités qu’elles ont mises en œuvre d’avril 2018 à mars 2020 dans leurs rapports trimestriels sur les activités. Les activités déclarées étaient admissibles au financement du Fonds d’habilitation et elles cadraient avec les objectifs du programmeNote de bas de page 2.

Les 5 organisations ont contribué aux objectifs du programme en accomplissant différents types d’activités. La présente section résume les types d’activités qui ont contribué à chacun des objectifs du programme.

Établir des partenariats et tirer parti des ressources supplémentaires

  • Mettre sur pied et maintenir des partenariats avec un large éventail d’intervenants, y compris :
    • des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi que les administrations municipales;
    • des organisations du secteur privé;
    • des organismes à but non lucratif;
    • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire.
  • Établir et entretenir des relations constructives avec les principaux bailleurs de fonds et décideurs afin de les sensibiliser aux besoins, aux priorités et aux occasions des communautés de langue officielle en situation minoritaire.
  • Identifier et mobiliser les principaux intervenants pour préparer, financer et mettre en œuvre des plans, des projets, des initiatives et des événements de développement économique.
  • Aider les communautés et les partenaires à obtenir des fonds pour leurs projets de développement économique.
  • Soutenir l’établissement de relations et de collaborations interculturelles, intersectionnelles et intercommunautaires.
  • Mobiliser des ressources supplémentaires grâce à :
    • des activités génératrices de recettes;
    • des propositions de financement réussies;
    • des contributions financières des partenaires;
    • des contributions non financières des partenaires.

Renforcer la capacité de développement économique communautaire

  • Diriger et soutenir les processus de planification du développement économique de la communauté, et y participer.
  • Travailler en partenariat avec les communautés et les intervenants pour concevoir, élaborer et mettre en œuvre des plans, des initiatives et des projets de développement économique, pour lesquels il faut obtenir des fonds, afin de :
    • favoriser une croissance économique durable;
    • attirer, recruter et intégrer des immigrants et des travailleurs d’autres provinces ou territoires;
    • rapatrier les jeunes qui ont déménagé dans d’autres régions, provinces ou territoires;
    • soutenir le développement du tourisme dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire ou l’industrie en général dans leur province ou territoire;
    • promouvoir la communauté culturelle, artisanale et artistique des communautés de langue officielle en situation minoritaire de la province ou du territoire, ainsi que leurs produits;
    • améliorer l’offre de services en éducation à la petite enfance en français dans leur province ou territoire.
  • Aider les employeurs à répondre à leurs besoins en main d’œuvre en misant sur :
    • les salons de l’emploi;
    • les services de jumelage emploi travailleur;
    • la formation et le perfectionnement de compétences propres à l’emploi.
  • Promouvoir l’entrepreneuriat, notamment au moyen d’initiatives ciblées pour les immigrants, les femmes et les jeunes.

Renforcer la capacité de perfectionnement des ressources humaines

  • Organiser et soutenir divers événements, ateliers, réseaux et forums pour :
    • cerner les besoins et les possibilités de perfectionnement des compétences des ressources humaines;
    • diriger des exercices de planification, et y participer;
    • organiser ou soutenir des initiatives de perfectionnement des compétences.
  • Créer un large éventail d’outils d’apprentissage pour soutenir :
    • les petites et moyennes entreprises,
    • les entrepreneurs;
    • les travailleurs autonomes;
    • les chercheurs d’emploi.
  • Organiser et soutenir une vaste gamme d’événements d’apprentissage, notamment des ateliers, des séances de formation et des séminaires/webinaires pour appuyer :
    • les petites et moyennes entreprises,
    • les entrepreneurs;
    • les travailleurs autonomes;
    • les chercheurs d’emploi.
  • Offrir des occasions de réseautage aux entrepreneurs et aux travailleurs autonomes, y compris des événements ciblés pour les femmes.
  • Fournir une gamme de services de soutien aux petites entreprises, notamment :
    • des services de soutien avant et après le démarrage;
    • des services de transfert d’entreprise;
    • des services de conseil en affaires.
  • Faciliter l’accès aux services de soutien aux petites entreprises fournis par d’autres organisations.
  • Fournir une gamme de services d’aide à l’emploi aux chercheurs d’emploi, notamment :
    • une formation préalable à l’emploi;
    • une aide à la recherche d’emploi;
    • le jumelage d’emplois et de travailleurs;
    • des services de mentorat et de soutien au maintien de l’emploi.
  • Concevoir et mettre en œuvre des programmes de formation et de mentorat ciblés pour répondre aux besoins particuliers d’intégration au marché du travail de certains sous-groupes de la population, notamment :
    • les jeunes des communautés noires de langue officielle en situation minoritaire;
    • les femmes;
    • les minorités visibles;
    • les immigrants;
    • les Autochtones.

Les constatations présentées dans cette section sont résumées à partir des constatations plus détaillées qui figurent à l’annexe D. L’annexe répertorie les types d’activités mises en œuvre par chaque organisation entre avril 2018 et mars 2020 par rapport aux objectifs du Fonds d’habilitation.

Mise en œuvre des activités planifiées

Principales constatations

  • Les 5 organisations ont mis en œuvre les activités prévues d’avril 2018 à mars 2019.
  • Elles ont tiré profit de nouvelles occasions pour élaborer et mettre en œuvre des activités supplémentaires.
  • Quelques activités prévues ont été annulées en raison de l’évolution du contexte.

Activités mises en œuvre

Les 5 organisations ont mis en œuvre les activités prévues d’avril 2018 à mars 2019. Elles ont adapté leurs activités en fonction de l’évolution du contexte. En raison des modifications apportées aux priorités des partenaires, de l’évolution du contexte économique, de la disponibilité des fonds et des leçons apprises, les signataires d’accords de contribution ont dû adapter les activités qu’ils avaient planifiées. EDSC encourage et facilite ce processus, car il améliore la capacité des organisations d’atteindre les résultats ciblés du projet.

Dans son accord de contribution, chaque organisation signataire dresse une liste de ses objectifs, des activités planifiées connexes et des résultats attendus. Dans leurs rapports trimestriels sur les activités et leurs rapports annuels, les organisations rendent compte des progrès réalisés dans la mise en œuvre des activités prévues et l’obtention des résultats escomptés. Ces données ont été utilisées pour évaluer la mesure dans laquelle les 5 organisations ont mis en œuvre les activités qu’elles avaient planifiées. L’exactitude des données sur les activités mises en œuvre et les populations desservies a été confirmée au moyen d’entrevues menées auprès d’informateurs clés.

Un examen détaillé des documents des 5 organisations a révélé une variation importante des structures des accords de contribution et du style de rédaction de rapports entre les organisations et entre les exercices financiersNote de bas de page 3. Certains accords de contribution et styles de rédaction de rapports se prêtent plus facilement à l’évaluation des résultats obtenus. Plus particulièrement :

  • dans certains accords de contribution, les objectifs du projet, les activités prévues et les résultats attendus avaient été clairement harmonisés, ce qui n’était pas le cas dans d’autres;
  • dans certains accords de contribution, les résultats attendus étaient clairs et mesurables, tandis que dans d’autres, les résultats attendus étaient moins concrets et très difficiles à mesurer;
  • certains rapports trimestriels sur les activités étaient rédigés de manière à établir un lien clair entre les objectifs du projet, les activités mises en œuvre et les résultats obtenus, tandis que d’autres étaient moins bien structurés;
  • une organisation s’est démarquée par sa capacité à saisir la contribution de certaines de ses activités à l’obtention de résultats intermédiaires.

Le contenu et l’organisation des renseignements fournis dans les rapports trimestriels reflètent les objectifs du projet, les activités prévues et les résultats attendus décrits dans les accords de contribution. Les organisations dont les objectifs, les activités et les résultats étaient clairement définis et bien harmonisés ont présenté des rapports trimestriels qui rendaient compte de façon plus cohérente des résultats.

Malgré la variation des documents examinés, les renseignements étaient suffisamment détaillés pour déterminer que la plupart des activités prévues avaient été mises en œuvre. Dans l’ensemble, l’examen des documents a révélé que les 5 organisations :

  • ont déployé des efforts raisonnables pour mettre en œuvre les activités qu’elles avaient planifiées;
  • se sont adaptées aux structures des possibilités changeantes et ont essayé de tirer profit des occasions émergentes;
  • ont adapté les activités qu’elles avaient planifiées en fonction des leçons apprises.

Les activités spécifiques mises en œuvre par les organisations et les résultats qui en découlent sont trop nombreux pour être exposés dans le présent rapport. Des exemples d’activités et de résultats de chaque organisation sont fournis pour illustrer l’ampleur des activités mises en œuvre et l’étendue des résultats obtenus.

Association franco-yukonnaise

Voici quelques exemples d’activités mises en œuvre et de résultats obtenus :

  • d’avril 2018 à mars 2020 :
    • fournir une gamme de services d’aide à l’emploi à 159 personnes;
    • offrir et organiser 10 visites de familiarisation au tourisme au Yukon à l’intention des agents de voyage et des blogueurs et chroniqueurs touristiques afin d’attirer les touristes francophones au Yukon.
  • lancer 3 campagnes de recrutement en ligne au cours de l’exercice 2019 à 2020 pour attirer des travailleurs au Yukon;
    • à la suite de ces campagnes, 12 710 personnes ont visité le site Web www.vivreauxterritoires.ca, ce qui représente une hausse de 129 % du nombre de visiteurs.
  • collaborer avec le Centre du savoir sur mesure de l’Université du Québec à Chicoutimi pour créer un programme de formation pour les francophones du Yukon.

Conseil de développement économique de l’Alberta

Voici quelques exemples d’activités mises en œuvre et de résultats obtenus :

  • mettre sur pied une association pour les communautés bilingues en Alberta :
    • chaque membre reconnaît ouvertement la valeur du bilinguisme;
    • ensemble, les membres ont préparé un plan stratégique pour guider leurs efforts de développement collaboratif.
  • soutenir le tourisme francophone en Alberta :
    • tenir à jour le site Web www.tourismealberta.ca, qui compte en moyenne 10 000 visiteurs et 25 000 pages vues par trimestre;
    • produire et distribuer plus de 5 000 exemplaires du guide touristique de l’Alberta francophone dans les destinations touristiques populaires, les centres d’information touristique et les agences de voyages;
    • créer une application pour aider les visiteurs à se familiariser avec le quartier historique francophone de Rouleauville à Calgary:
      • l’application a été utilisée 5 730 fois en mars 2020.
  • collaborer avec le Réseau santé albertain et l’Association canadienne française de l’Alberta régionale d’Edmonton pour préparer un plan stratégique visant à lancer un centre de santé francophone à Edmonton;
  • soutenir les entreprises francophones et bilingues au moyen de 571 consultations en affaires.

Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire

Voici quelques exemples d’activités mises en œuvre et de résultats obtenus :

  • soutenir la planification économique communautaire, y compris les consultations, les plans, les propositions de financement de projets, la mise en œuvre de projets et l’évaluation des progrès dans 10 communautés au cours de l’exercice de 2018 à 2019;
  • soutenir la planification du développement touristique, ce qui comprend les consultations, les plans, les propositions de financement de projets, la mise en œuvre de projets et l’évaluation des progrès dans au moins 8 communautés au cours de l’exercice de 2018 à 2019;
    • par exemple, en collaboration avec des partenaires, faciliter l’obtention d’investissements de 9 756 279 $ pour concevoir des projets touristiques à Kegaska et à Blanc-Sablon;
      • Blanc-Sablon a connu une augmentation de 92 % des visites;
  • élaborer et mettre en œuvre un modèle d’apprentissage intégré combinant formation et placements professionnels rémunérés afin d’améliorer l’harmonisation des compétences avec les possibilités d’emploi locales;
    • au cours de l’exercice 2019 à 2020, le programme a été proposé à plus de 40 participants dans 5 communautés;
  • organiser des séminaires « Démarrage d’entreprise jeunesse » à l’intention d’au moins 220 participants âgés de 18 à 35 ans.

Conseil économique du Nouveau-Brunswick

Voici quelques exemples d’activités mises en œuvre et de résultats obtenus :

  • soutenir 60 employeurs au cours de l’exercice 2018 à 2019 pour l’embauche et le maintien en poste d’employés immigrants francophones;
  • organiser 15 camps d’apprentissage en entrepreneuriat pour les jeunes au cours de l’exercice 2018 à 2019;
  • soutenir la création et le lancement de 6 coopératives jeunesse, regroupant 65 participants, et la création de 12 emplois d’été (exercice 2018 à 2019);
  • concevoir et mettre en œuvre une initiative visant à promouvoir les femmes dans les domaines à prédominance masculine, ce qui comprend notamment :
    • 8 vidéos, qui ont été visionnées plus de 15 000 fois;
    • 45 ateliers offerts dans 15 écoles, à plus de 1 000 élèves.

Société économique de l’Ontario

Voici quelques exemples d’activités mises en œuvre et de résultats obtenus :

  • diriger la création et la tenue à jour d’un circuit touristique patrimonial francophone provincial de 2018 à aujourd’hui, qui comprend plus de 80 attractions touristiques;
  • organiser des activités de sensibilisation à l’entrepreneuriat et de perfectionnement des compétences à l’intention de plus de 3 000 élèves de 7 conseils scolaires au cours de l’exercice 2019 à 2020;
  • offrir des services de consultation en affaires à plus de 250 entreprises au cours de l’exercice 2019 à 2020;
  • fournir des services d’aide à l’établissement et à l’emploi à plus de 300 immigrants et réfugiés au cours de l’exercice 2019 à 2020.

Sous-populations ciblées

Toutes les organisations ont conçu des programmes et des services destinés à répondre aux besoins particuliers d’une ou de plusieurs sous populations de la communauté de langue officielle en situation minoritaire.

  • Toutes les organisations ont mis en place des programmes et des services destinés aux immigrants.
  • Des programmes et des services destinés aux femmes et aux jeunes ont été mis en œuvre par 4 organisations.
  • Deux organisations ou moins offraient des programmes et des services destinés aux jeunes Noirs, aux immigrants noirs, aux Autochtones, aux personnes âgées et aux minorités visibles.

Les besoins distincts de ces sous-populations en matière de programmes ont été recensés lors de consultations communautaires, d’exercices de planification, de recherches, de sondages et d’interactions régulières avec les membres de la communauté et les intervenants.

Les organisations ont indiqué qu’elles travaillaient en collaboration avec un éventail d’organisations pour cerner les besoins, concevoir des programmes pertinents, recruter des participants et fournir des services. Voici des exemples de services offerts :

  • services d’aide à l’établissement et à l’emploi pour les immigrants;
  • services de soutien à l’entrepreneuriat et occasions de réseautage pour les femmes;
  • activités de sensibilisation à l’entrepreneuriat et de perfectionnement des compétences pour répondre aux besoins des jeunes, des jeunes Noirs, des immigrantes et des immigrants;
  • formation préalable à l’emploi et formation spécifique à l’emploi pour les Autochtones et les immigrantes.

Initiative relative à la petite enfance

Le Plan d’action pour les langues officielles 2018 à 2023 a accordé un investissement de 20 millions de dollars dans l’éducation de la petite enfance et la garde d’enfants. De cet investissement, le Fonds d’habilitation a reçu 6,85 millions de dollars pour favoriser le développement des capacités de démarrage des éducateurs de la petite enfance. L’initiative vise à augmenter le nombre de places dans les garderies pour enfants francophones des communautés francophones en situation minoritaire.

Le Réseau de développement économique et d’employabilité Canada a été choisi pour mettre en œuvre l’initiative et redistribuer les fonds aux intervenants sélectionnés. Ces intervenants mettent en œuvre et exécutent les projets approuvés.

Au cours de la première étape du financement, le Réseau de développement économique et d’employabilité Canada a effectué des recherches afin :

  • de cerner les besoins des communautés;
  • de classer en ordre de priorité les améliorations à apporter;
  • de dresser un plan de financement.

L’organisation a ensuite conclu 12 sous accords avec des fournisseurs de services à l’appui des projets communautaires.

Chacune des 4 organisations francophones faisant partie de cette évaluation avait mis en œuvre des activités à l’appui de cette initiative élargie en 2019 à 2020Note de bas de page 4. Voici des exemples d’activités de soutien :

  • entreprendre des études de marché et de faisabilité;
  • soutenir les propositions de financement soumises par des fournisseurs de services dans leur province ou territoire;
  • fournir des services de soutien au démarrage et à la gestion de garderies;
  • fournir un soutien en matière d’entrepreneuriat aux responsables de services de garde en milieu familial et de centres de la petite enfance afin d’en assurer la viabilité économique;
  • créer un guide de démarrage pour les garderies.

Contribution à l’amélioration du développement et de la vitalité des communautés

Principales constatations

Les données probantes résumées dans cette section et documentées à l’annexe D démontrent que les activités menées par les 5 organisations sélectionnées contribuent à :

  • établir des partenariats;
  • mobiliser des ressources supplémentaires;
  • faire participer les partenaires au développement économique communautaire et au développement des ressources humaines dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Chaque organisation a collaboré avec un large éventail de partenaires, notamment :

  • des chambres de commerce;
  • des organisations locales de développement économique;
  • des administrations municipales et les gouvernements fédéral et provinciaux;
  • des organismes à but non lucratif;
  • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire;
  • des entreprises et des employeurs du secteur privé.

Toutes les organisations ont travaillé en collaboration avec des organisations de langue officielle en situation majoritaire, ainsi qu’avec d’autres organisations de la communauté de langue officielle en situation minoritaire.

Comme le démontre le tableau 2, chaque organisation a réussi à obtenir des fonds supplémentaires au cours des exercices 2018 à 2019 et 2019 à 2020. Étant donné les contextes provinciaux et territoriaux très différents dans lesquels les organisations évoluent, le montant du financement qu’elles ont obtenu n’est pas comparable. Le montant des fonds obtenus par effet de levier a varié d’un exercice à l’autre, en fonction des types d’activités mises en œuvre.

Tableau 2 : Ressources mobiliser par chaque organisation au cours de 2 exercices financiers

Organisation Exercice financier Fonds d’habilitationNote de bas de page 5 Autres ressources mobiliséNote de bas de page 6
Association franco-yukonnaise 2018 à 2019 303 730 $ 40 000 $
Association Franco-Yukonnaise 2019 à 2020 359 067 $ 826 525 $
Conseil de développement économique de l’Alberta 2018 à 2019 491 401 $ 1 670 302 $
Conseil de développement économique de l’Alberta 2019 à 2020 559 031 $ 1 071 988 $
Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire 2018 à 2019 2 511 236 $ 1 282 659 $
Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire 2019 à 2020 2 674 002 $ 784 062 $
Conseil économique du Nouveau Brunswick 2018 à 2019 $684 665 $3 332 935
Conseil économique du Nouveau Brunswick 2019 à 2020 $806,288 $4,099,535
Société économique de l’Ontario 2018 à 2019 $1,836,568 $1,640,655
Société économique de l’Ontario 2019 à 2020 $2,660,467 $2,056,636

Les activités mises en œuvre et les résultats déclarés démontrent que les signataires d’accords de contribution ont produit les extrants attendus, comme décrits dans le modèle logique du Fonds d’habilitationNote de bas de page 7. Comme l’illustre le modèle logique, les extrants peuvent raisonnablement contribuer à accroître les ressources humaines et la capacité de développement économique communautaire des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Les exemples fournis montrent en quoi les activités des organisations financées contribuent au développement et à l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Exemples de contributions de l’Association franco-yukonnaise aux résultats du programme

Forum sur l’immigration francophone de Whitehorse

L’Association a organisé et coordonné le Forum, qui réunissait les principaux acteurs locaux et territoriaux concernés par l’établissement et l’intégration des immigrants francophones. Le Forum a permis de déterminer les activités et les services qui faisaient partie du plan d’action de l’Initiative d’accueil des francophones pour Whitehorse.

Événement de réseautage en collaboration avec la Chambre de commerce de Whitehorse

Plus de 85 personnes ont participé à l’événement. Il s’agissait notamment de propriétaires d’entreprise, de fonctionnaires municipaux, territoriaux et fédéraux, de conseillers municipaux, de ministres du gouvernement territorial, du maire de Whitehorse et d’autres membres de la communauté. L’événement a permis de mieux faire connaître l’organisation et la communauté francophone. Il a également permis aux gens d’affaires, aux entrepreneurs et aux fournisseurs de services francophones d’effectuer du réseautage et de bénéficier d’une plus grande visibilité dans la communauté.

Exemples de contributions du Conseil de développement économique de l’Alberta aux résultats du programme

Économusée de l’Old School Cheesery

Le Conseil a facilité le processus d’ouverture du premier Économusée en Alberta. La désignation d’Économusée donne de la visibilité à l’entreprise. Elle représente également une nouvelle attraction touristique culturelle et encourage le tourisme dans la communauté de Vermilion, en Alberta.

Atelier d’entrepreneuriat pour les immigrantes francophones

Le Conseil a collaboré avec la Francophonie Albertaine Plurielle pour concevoir et offrir un atelier destiné aux immigrantes francophones qui souhaitent lancer une petite entreprise en Alberta. L’atelier a attiré environ 50 participantes. Bon nombre d’entre elles ont par la suite communiqué avec le Conseil de développement économique de l’Alberta pour bénéficier de services de soutien au démarrage d’une entreprise. L’atelier a également donné lieu à la création du groupe Elles des Affaires, un groupe de femmes d’affaires qui offrent des occasions de perfectionnement professionnel et de réseautage.

Exemples de contributions de la Corporation d’employabilité et de développement économique aux résultats du programme

Programme de formation avec rémunération

La Corporation a élaboré et exécuté un programme qui comprenait une formation en français langue seconde propre au lieu de travail et une formation propre à l’emploi. Les participants au programme de formation de 300 heures ont touché un salaire pendant le cours et ont ensuite travaillé pour un employeur local. Ils ont été embauchés pour occuper divers postes de premier échelon, par exemple, caissiers, préposés au nettoyage et aides cuisiniers.

En 2019 à 2020, 11 personnes ont participé au programme, et huit d’entre elles ont été embauchées par l’employeur. Deux participants ont déclaré qu’ils ont pu rester dans la région avec leur famille parce qu’ils avaient trouvé du travail. En plus de l’incidence sur les participants, le programme a permis de remédier à la pénurie de main d’œuvre qui frappait l’un des principaux employeurs de la communauté.

Modèle d’apprentissage intégré

L’organisation a exécuté un projet pilote portant sur un modèle d’apprentissage intégré dans 2 communautés. La formation a été élaborée en collaboration avec les communautés, les employeurs locaux et d’autres intervenants. Elle visait à aborder l’alphabétisation, la langue, les compétences non techniques et les compétences propres à l’emploi dont les participants ont besoin pour répondre aux besoins en main d’œuvre des employeurs locaux.

En 2018 à 2019, 17 étudiants ont participé au projet pilote. De ce nombre, 11 ont terminé la formation et 5 (29 %) ont obtenu un emploi. Ces résultats se comparent avantageusement à la moyenne de 13 % des autres programmes d’éducation des adultes dans les 2 communautés. Une évaluation détaillée du programme a été effectuée afin d’évaluer les résultats et d’améliorer le programme.

Exemples de contributions du Conseil économique du Nouveau-Brunswick aux résultats du programme

Programme « Mode d’emploi »

Le Conseil a conçu et mis en œuvre un programme d’aide préalable à l’emploi et d’aide à l’emploi de 6 semaines pour les femmes francophones appartenant à une minorité visible. Ce programme comprend des visites d’employeurs et des occasions de réseautage.

En mars 2020, 3 cohortes avaient participé au programme. Après la formation, la moitié des participantes ont trouvé un emploi dans leur domaine. Certaines ont été embauchées par des employeurs qu’elles avaient rencontrés dans le cadre du programme.

Programme « Innover grâce à des processus améliorés »

Le programme couvre jusqu’à 50 000 $ de services de consultation en affaires. Il vise à améliorer le rendement et la compétitivité des entreprises participantes en misant sur la production optimisée « lean manufacturing » et l’amélioration des processus opérationnels.

En mars 2020, 15 entreprises avaient participé au programme. L’organisation a indiqué que le programme avait été très bien accueilli par les participants et avait permis d’obtenir des résultats concrets. Une entreprise a économisé 500 000 $ et une autre a doublé ses recettes grâce aux modifications qu’elles ont apportées à la suite de leur participation.

Exemples de contributions de la Société économique de l’Ontario aux résultats du programme

Programme de mentorat structuré pour les immigrants hautement qualifiés

Ce programme répond simultanément aux besoins des employeurs qui cherchent de la main d’œuvre et aux besoins des nouveaux arrivants qui souhaitent obtenir leur première expérience professionnelle rémunérée dans leur domaine. Il permet de jumeler les employeurs avec des travailleurs immigrants hautement qualifiés pour pourvoir des postes vacants. Le programme est offert partout au Canada en collaboration avec :

  • le Réseau de développement économique et d’employabilité du Canada;
  • le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba;
  • la Société de développement économique de la Colombie-Britannique.

Comme il fait l’objet d’une forte demande de la part des employeurs et des participants, le programme a aidé plus de 3 fois plus de participants que prévu, son objectif annuel étant de 10 participants. La plupart des participants ont conservé leur emploi après leur participation.

Programme d’incubateur d’entreprises

La Société a conçu et lancé un programme d’incubateur d’entreprises en ligne à l’attention des francophones de la province. Dans le cadre de ce programme, les participants effectuent le travail préparatoire nécessaire au lancement de leur entreprise. Par exemple, ils reçoivent une formation, bénéficient du soutien d’experts titulaires de la certification GrowthWheel, et profitent d’occasions de réseautage. Ce programme fait l’objet d’une très forte demande.

Conclusion et recommandation

Les constatations présentées dans ce rapport d’évaluation confirment que les 5 organisations mettent en œuvre des activités pertinentes qui contribuent aux objectifs du Fonds d’habilitation.

  • Les objectifs fixés et les activités réalisées par les signataires d’accords de contribution continuent de cadrer avec les objectifs et les activités admissibles du programme.
  • Les organisations mettent en œuvre la plupart des activités décrites dans leurs accords de contribution.
  • Les organisations ont accompli des activités qui ont permis de faire ce qui suit :
    • établir des partenariats;
    • mobiliser des ressources supplémentaires;
    • participer à l’intensification du développement économique des communautés de langue officielle en situation minoritaire;
    • participer à la croissance et au perfectionnement des ressources humaines dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

L’évaluation a également montré que les organisations s’adaptent à l’évolution du contexte, notamment à la pandémie de COVID 19. Toutes les organisations ont été en mesure d’adapter la majorité de leurs programmes et services et de les offrir en ligne. La pandémie a rendu plus difficile l’exécution de certains types de programmes et la prestation de certains services. Cependant, elle a également permis aux organisations de rejoindre un plus grand nombre de membres dans les communautés rurales et éloignées de leur province ou territoire.

Recommandation

The program is encouraged to explore approaches to improve the program’s ability to consistently capture results from funded projects.

Justification

L’examen des documents a permis de constater un grand manque d’uniformité dans la structure des accords de contribution et le style de rédaction des rapports des 5 organisations.

Certains accords de contribution comportaient des objectifs de projet, des activités planifiées et des résultats attendus clairement harmonisés, avec des cibles claires et mesurables. Pour d’autres les résultats attendus étaient moins concrets et très difficiles à mesurer.

Certains rapports trimestriels sur les activités étaient rédigés de manière à établir un lien clair entre les objectifs du projet, les activités mises en œuvre et les résultats obtenus, tandis que d’autres étaient moins bien structurés.

Le contenu des rapports trimestriels et l’organisation des renseignements reflètent les objectifs du projet, les activités prévues et les résultats attendus décrits dans les accords de contribution. Les organisations dont les objectifs, les activités et les résultats étaient clairement définis et bien harmonisés ont présenté des rapports trimestriels qui rendent compte des résultats de manière plus cohérente.

Références

  • Association Franco-Yukonnaise, Rapport annuel sur les activités de 2019 à 2020.
  • Association Franco-Yukonnaise, Accords de contribution de 2014 à 2018, et de 2019 à 2023.
  • Association Franco-Yukonnaise, Rapports trimestriels sur les activités d’avril à juin 2018, de juillet à septembre 2018, d’octobre à décembre 2018, de janvier à février 2019, de mars 2019, d’avril à juin 2019, de juillet à septembre 2019, d’octobre à décembre 2019, de janvier à mars 2020.
  • Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire, Rapport annuel sur les activités de 2019 à 2020.
  • Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire, Accords de contribution de 2014 à 2018, et de 2019 à 2023.
  • Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire, Rapports trimestriels sur les activités d’avril à juin 2018, de juillet à septembre 2018, d’octobre à décembre 2018, de janvier à février 2019; mars 2019, d’avril à juin 2019, de juillet à septembre 2019, d’octobre à décembre 2019, de janvier à mars 2020.
  • Conseil de développement économique de l’Alberta, Rapport annuel sur les activités de 2019 à 2020.
  • Conseil de développement économique de l’Alberta, Accords de contribution de 2014 à 2018, et de 2019 à 2023.
  • Conseil de développement économique de l’Alberta, Rapports trimestriels sur les activités : avril à juin 2018, juillet à septembre 2018, octobre à décembre 2018, janvier à février 2019; mars 2019, avril à juin 2019, juillet à septembre 2019, octobre à décembre 2019, janvier à mars 2020.
  • Conseil économique du Nouveau-Brunswick, Rapport annuel sur les activités de 2019 à 2020.
  • Conseil économique du Nouveau-Brunswick, Accords de contribution de 2014 à 2018, et de 2019 à 2023.
  • Conseil économique du Nouveau-Brunswick, Rapports trimestriels sur les activités d’avril à juin 2018, de juillet à septembre 2018, d’octobre à décembre 2018, de janvier à février 2019; mars 2019, d’avril à juin 2019, de juillet à septembre 2019, d’octobre à décembre 2019, janvier à mars 2020.
  • Société économique de l’Ontario, Rapport annuel sur les activités de 2019 à 2020.
  • Société économique de l’Ontario, Accords de contribution de 2014 à 2018, et de 2019 à 2023.
  • Société économique de l’Ontario, Rapports trimestriels sur les activités d’avril à juin 2018, de juillet à septembre 2018, d’octobre à décembre 2018, de janvier à février 2019; mars 2019, d’avril à juin 2019, de juillet à septembre 2019, d’octobre à décembre 2019, de janvier à mars 2020.

Annexe A : Modèle logique du Fonds d’habilitation

Figure A1 : Modèle logique du Fonds d’habilitation pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire

Figure A 1 – Graphic version

Figure A 1 – Version textuelle

Il s’agit de la représentation visuelle du modèle logique du Fonds d’habilitation qui illustre la relation entre les intrants, les activités, les extrants, les résultats immédiats, les résultats intermédiaires et les résultats finaux.

Les facteurs et programmes externes, provenant d’autres ministères, d’autres ordres de gouvernement et d’autres intervenants, ont une incidence sur les résultats du programme. L’influence des facteurs externes augmente progressivement depuis les intrants jusqu’aux résultats finaux. Par conséquent, si l’on peut dire que les extrants donnent lieu à l’obtention de résultats immédiats, les résultats immédiats quant à eux, contribuent uniquement au résultat intermédiaire.

En d’autres termes, le modèle explique ce qui suit :

  1. les intrants, constitués de fonds et d’équivalents temps plein, sont utilisés pour réaliser les activités :
    • la négociation d’accords de contribution, la production de rapports et la reddition de comptes, la mobilisation des intervenants et la création d’outils;
    • les organisations bénéficiaires dirigent, coordonnent ou soutiennent le renforcement des capacités dans les domaines du développement économique communautaire et du perfectionnement des ressources humaines dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.
  2. les activités produisent des extrants, notamment les suivants :
    • des rapports, des politiques et des lignes directrices opérationnelles;
    • des produits, comme des plans, des rapports, des outils et des guides;
    • des activités de mobilisation, notamment dans le cadre de comités, de réunions, d’événements de réseautage et de sondages;
    • des services, tels que des services aux entreprises, aux entrepreneurs, aux organismes à but non lucratif et aux chercheurs d’emploi.
  3. les extrants donnent lieu à l’obtention de résultats immédiats :
    • les membres des communautés de langue officielle en situation minoritaire possèdent les connaissances, les outils et le soutien nécessaires pour réaliser leur potentiel économique;
    • des partenariats sont établis pour soutenir le développement économique et le perfectionnement des ressources humaines dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.
  4. les résultats immédiats contribuent au résultat intermédiaire :
    • les membres des communautés de langue officielle en situation minoritaire façonnent leur développement économique.
  5. le résultat intermédiaire contribue au résultat final :
    • le développement économique et la vitalité des communautés sont renforcés.

Annexe B : Liste des signataires d’accords de contribution

Liste des signataires d’accords de contribution du Fonds d’habilitation au niveau national et pour les 13 provinces et territoires.

Niveau national

  • Réseau de développement économique et d’employabilité Canada.

Niveau provincial et territorial

  • Alberta : Conseil de développement économique de l’Alberta.
  • Colombie-Britannique : Société de développement économique de la Colombie Britannique.
  • Manitoba : Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba.
  • Terre-Neuve-et-Labrador : Réseau de développement économique et d’employabilité de Terre-Neuve-et-Labrador.
  • Territoires du Nord-Ouest : Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest.
  • Nouveau-Brunswick : Conseil économique du Nouveau-Brunswick.
  • Nouvelle-Écosse : Le Conseil de développement économique de la Nouvelle Écosse.
  • Nunavut : Carrefour Nunavut.
  • Ontario : Société économique de l’Ontario.
  • Île-du-Prince-Édouard : Réseau de développement économique et d’employabilité de l’Île du Prince Édouard.
  • Québec : Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire.
  • Saskatchewan : Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan.
  • Yukon : Association franco-yukonnaise.

Annexe C : Questions d’évaluation et sources de données à l’appui

Parmi les organisations signataires d’accords de contribution, 5 ont été sélectionnées pour participer à l’examen des documents et aux entrevues avec des informateurs clés. Il s’agit des suivantes :

  • Association franco-yukonnaise (AFY);
  • Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire (CEDEC);
  • Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA);
  • Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB);
  • Société économique de l’Ontario (SÉO Ontario).

Les signataires d’accords de contribution du Yukon, de l’Alberta et du Nouveau Brunswick ont été choisis au hasard parmi les organisations du Nord, de l’Ouest et de l’Est afin d’assurer une représentation régionale. L’organisation de l’Ontario a été choisie en raison de la taille de la communauté francophone qu’elle représente. Enfin, l’organisation du Québec a été choisie parce qu’elle est la seule à offrir des services aux anglophones au Canada.

L’examen des documents portait sur les accords de contribution, les rapports trimestriels sur les activités et les rapports annuels d’avril 2018 à mars 2020. Les questions 1, 2, 3 et 3a ont été posées dans le cadre de cet examen.

Les entrevues ont été menées auprès d’informateurs clés, notamment les dirigeants et les membres du personnel des 5 organisations signataires d’accords de contribution sélectionnées qui ont répondu à la question 3a. Elles ont permis de recueillir des données pour une analyse comparative entre les sexes plus et ont été réalisées en janvier 2022, par téléphone ou sur MS Teams.

Questions de l’évaluation

  1. Les objectifs fixés et les activités mises en place par les signataires d’accords de contribution cadrent-ils toujours avec les objectifs et les activités admissibles du Fonds d’habilitation?
  2. Les résultats déclarés démontrent-ils la mesure dans laquelle les signataires d’accords de contribution ont mis en place les activités prévues?
  3. Les activités mises en œuvre et les résultats déclarés contribuent-ils à améliorer le développement et la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire?
    1. Quels exemples peuvent être fournis par certains signataires d’accords de contribution?

Annexe D : Harmonisation des activités

Association franco-yukonnaise

Activités de développement économique communautaire

  • Diriger et soutenir les processus de planification du développement économique de la communauté, et y participer.
  • Travailler en partenariat avec les communautés et les intervenants pour concevoir, préparer et mettre en œuvre des plans, des initiatives et des événements de développement économique, et pour obtenir des fonds.
  • Organiser des activités (salons de l’emploi, campagne de recrutement et jumelage emploi travailleur) pour recruter des travailleurs francophones ailleurs au Canada et à l’étranger, et y participer.
    • Recruter des travailleurs francophones pour venir travailler au Yukon.
  • Soutenir l’intégration sociale et économique des nouveaux arrivants francophones au Yukon :
    • organiser et soutenir des activités (événements, réseaux et campagnes d’éducation et de sensibilisation), et y participer;
    • fournir des services d’établissement aux immigrants.
  • Soutenir le développement du tourisme francophone au Yukon en prenant les mesures suivantes :
    • produire et distribuer le guide touristique du Yukon;
    • créer et mettre en œuvre une campagne de marketing;
    • organiser et effectuer des voyages de familiarisation pour les voyagistes et les médias francophones canadiens et étrangers;
    • participer à divers événements, réseaux, forums, conférences et sommets francophones nationaux et internationaux afin de promouvoir le Yukon à titre de destination touristique.
  • Faire la promotion de la communauté culturelle et artistique francophone du Yukon, des artistes et de leurs produits.
  • Soutenir une garderie pour améliorer l’offre de services en français dans le domaine de l’éducation de la petite enfance au Yukon.

Activités de perfectionnement des ressources humaines

  • Apporter un soutien aux entrepreneurs et aux travailleurs autonomes francophones du Yukon au moyen d’événements de réseautage, d’activités de formation, de séances d’information et de services de soutien au démarrage d’entreprises.
  • Fournir des services d’aide à l’emploi et des séances de formation à court terme, y compris des services ciblés pour les jeunes et les immigrants.
  • Organiser un salon de l’emploi bilingue par année.

Établir des partenariats et mobiliser des ressources supplémentaires

  • Identifier et mobiliser les principaux intervenants pour préparer, financer et mettre en œuvre des plans, des projets, des initiatives et des événements de développement économique.
  • Renseigner les partenaires et intervenants éventuels sur les occasions de développement économique liées à la communauté francophone du Yukon.
  • Mettre sur pied et maintenir des partenariats avec un large éventail d’intervenants, y compris :
    • des administrations municipales et les gouvernements fédéral et territoriaux;
    • des organisations du secteur privé;
    • des organismes à but non lucratif;
    • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire.
  • Obtenir des ressources supplémentaires grâce à :
    • des propositions de financement convaincantes;
    • des contributions financières des partenaires;
    • des contributions non financières des partenaires.

Conseil de développement économique de l’Alberta

Activités de développement économique communautaire

  • Diriger et soutenir les processus de planification du développement économique de la communauté, et y participer.
  • Travailler en partenariat avec les communautés et les intervenants pour concevoir, préparer et mettre en œuvre des plans, des initiatives et des événements de développement économique, et pour obtenir des fonds.
  • Promouvoir le développement durable en sensibilisant et en encourageant les intervenants franco albertains (municipalités, entreprises, conseils scolaires) à entreprendre des projets de développement durable.
  • Soutenir les efforts pour attirer et intégrer des travailleurs immigrants francophones en Alberta.
  • Soutenir le développement de l’industrie touristique francophone en Alberta en prenant les mesures suivantes :
    • produire, promouvoir et distribuer le guide touristique officiel de l’Alberta francophone;
    • tenir à jour et améliorer le site Web Tourisme Alberta (en français seulement);
    • mettre en œuvre et soutenir des projets de développement touristique;
    • participer à divers événements, réseaux, forums, conférences, sommets et foires francophones au Canada et à l’étranger pour promouvoir l’Alberta à titre de destination touristique;
    • créer et lancer une campagne pour promouvoir et accroître le tourisme francophone en Alberta;
    • soutenir l’amélioration de l’offre de services en français dans le domaine de l’éducation de la petite enfance en participant aux activités de planification et en créant un guide de démarrage pour les garderies.

Activités de perfectionnement des ressources humaines

  • Apporter un soutien aux entreprises et aux entrepreneurs francophones et bilingues de l’Alberta en prenant les mesures suivantes :
    • tenir à jour un répertoire des entreprises qui offrent des services en français en Alberta sur le site Web de la CDEA;
    • organiser des activités de réseautage, des conférences, des ateliers, des séances de formation et des galas, y compris un événement de réseautage destiné aux femmes, et y participer;
    • fournir des services d’information, de soutien et de mentorat aux entrepreneurs et aux petites entreprises.
  • Améliorer la sensibilisation, les connaissances et les compétences des jeunes francophones en matière d’entrepreneuriat au moyen de concours, d’ateliers et de séances de formation.
  • En collaboration avec des partenaires, donner une formation et des ateliers sur l’entrepreneuriat aux immigrants.

Établir des partenariats et mobiliser des ressources supplémentaires

  • Identifier et mobiliser les principaux intervenants pour préparer, financer et mettre en œuvre des plans, des projets, des initiatives et des événements de développement économique.
  • Mettre sur pied et maintenir des partenariats avec un large éventail d’intervenants, y compris :
    • des administrations municipales et les gouvernements fédéral et territoriaux;
    • des organisations du secteur privé;
    • des organismes à but non lucratif;
    • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire.
  • Aider les communautés et les partenaires à obtenir des fonds pour leurs projets de développement économique.
  • Participer à la création d’un réseau de municipalités bilingues, à la mise en œuvre d’une stratégie de marketing et au recrutement de membres.
  • Obtenir des ressources supplémentaires grâce à :
    • des activités génératrices de recettes;
    • des propositions de financement convaincantes;
    • des contributions financières des partenaires;
    • des contributions non financières des partenaires.

Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire (Québec)

Activités de développement économique communautaire

  • En collaboration avec des partenaires communautaires, organiser et soutenir des activités de planification du développement économique communautaire, ce qui comprend notamment :
    • des évaluations des capacités communautaires;
    • l’établissement du profil démographique économique;
    • des plans de développement économique;
    • une évaluation des progrès réalisés.
  • Travailler en partenariat avec les communautés et les intervenants pour concevoir, préparer et mettre en œuvre des plans, des initiatives et des événements de développement économique, et pour obtenir des fonds.
  • Soutenir le développement de l’industrie du tourisme dans les communautés anglophones en aidant les communautés à :
    • déterminer les secteurs de développement touristique dans le cadre des consultations et de la planification du développement économique communautaire;
    • identifier les bailleurs de fonds et demander des fonds pour des projets de développement touristique;
    • mettre en œuvre et évaluer des projets.

Activités de perfectionnement des ressources humaines

  • Approfondir et échanger des connaissances sur les besoins, les occasions et les défis de la participation des anglophones du Québec au marché du travail.
  • Stimuler et soutenir le développement des petites entreprises chez les anglophones du Québec en prenant les mesures suivantes :
    • fournir un éventail de services de soutien aux petites entreprises, y compris un soutien avant et après le démarrage, des événements de réseautage, des occasions de perfectionnement professionnel, des séminaires, des webinaires et des ateliers;
    • faciliter l’accès aux services de soutien aux petites entreprises offerts par d’autres organisations.
  • Fournir des services d’aide à l’emploi, notamment :
    • des occasions de réseautage;
    • des ateliers, des cours de courte durée, des programmes d’apprentissage intégrés (formation et perfectionnement des compétences et placement coopératif);
    • promouvoir les possibilités de carrière dans la fonction publique provinciale et fédérale.
  • Former la population locale pour répondre aux besoins en main d’œuvre (cours de langue et formation axée sur les compétences propres à l’emploi, formation sur les compétences non techniques).
  • Concevoir et mettre en œuvre des initiatives ciblées pour améliorer les résultats sur le marché du travail des sous populations anglophones du Québec, notamment les nouveaux arrivants, les Noirs anglophones, les travailleurs âgés et les peuples autochtones.

Établir des partenariats et mobiliser des ressources supplémentaires

  • Identifier et mobiliser les principaux intervenants pour préparer, financer et mettre en œuvre des plans, des projets, des initiatives et des événements de développement économique.
  • Mettre sur pied et maintenir des partenariats avec un large éventail d’intervenants, y compris :
    • des administrations municipales et les gouvernements fédéral et territoriaux;
    • des organisations du secteur privé;
    • des organismes à but non lucratif;
    • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire.
  • Aider les communautés et les partenaires à obtenir des fonds pour leurs projets de développement économique.
  • Soutenir la collaboration et l’établissement de relations interculturelles (anglophones, Autochtones, francophones), intersectorielles, et intercommunautaires.
  • Établir et entretenir des relations constructives avec les principaux intervenants des secteurs public et privé afin d’influencer les politiques, d’accroître les ressources et d’intensifier l’activité économique dans les communautés anglophones du Québec.
  • Obtenir des ressources supplémentaires grâce à :
    • des activités génératrices de recettes;
    • des propositions de financement convaincantes;
    • des contributions financières des partenaires;
    • des contributions non financières des partenaires.

Conseil économique du Nouveau-Brunswick

Activités de développement économique communautaire

  • Organiser et soutenir des activités de planification du développement économique communautaire, ce qui comprend l’évaluation de la capacité communautaire, l’établissement du profil démographique économique, les plans de développement économique et l’évaluation des progrès.
  • Travailler en partenariat avec les communautés et les intervenants pour concevoir, préparer et mettre en œuvre des plans, des initiatives et des événements de développement économique, pour lesquels il faut obtenir des fonds.
  • Soutenir le développement de l’industrie touristique francophone au Nouveau Brunswick et dans la région de l’Atlantique en prenant les mesures suivantes :
    • organiser divers événements, réseaux, forums, conférences, sommets et foires francophones afin de promouvoir le Nouveau Brunswick et la région de l’Atlantique à titre de destinations touristiques, et y participer;
    • mettre en œuvre et soutenir des projets de développement touristique.
  • Organiser divers événements, réseaux et forums, et y participer, afin de recruter de la main d’œuvre francophone à l’étranger et de rapatrier des jeunes dans les régions francophones de la province.
  • Soutenir l’intégration économique des immigrants francophones au Nouveau Brunswick en misant sur l’éducation des employeurs et de la communauté, les services offerts avant le départ, les services d’établissement et les services spécialisés d’aide à l’emploi.
  • Fournir des services de soutien au démarrage et à la gestion de garderies.

Activités de perfectionnement des ressources humaines

  • Organiser et soutenir divers événements, ateliers, réseaux et forums pour :
    • cerner les besoins et les occasions de perfectionnement des compétences des ressources humaines;
    • diriger des exercices de planification ou y participer;
    • mettre en œuvre et soutenir des initiatives de perfectionnement des compétences dans le domaine des ressources humaines.
  • Soutenir les entreprises et les entrepreneurs francophones et bilingues en misant sur :
    • des initiatives visant à améliorer les connaissances et les compétences des entrepreneurs en ce qui concerne le démarrage d’entreprise, la gestion, le recrutement, l’innovation, l’exploitation de créneaux émergents et le transfert d’entreprise;
    • des activités de réseautage, y compris le soutien à la création d’un site Web ayant pour but de mettre plus facilement en contact d’éventuels acquéreurs avec des entreprises à vendre.
  • Accroître la sensibilisation à l’entrepreneuriat, la connaissance du marché du travail et les compétences des jeunes francophones au moyen de concours, d’ateliers et de séances de formation.
  • Concevoir et mettre en œuvre des initiatives ciblées pour répondre aux besoins en main d’œuvre et améliorer les résultats des femmes et des minorités visibles sur le marché du travail.
  • Offrir un éventail de services d’employabilité et d’aide à l’emploi.

Établir des partenariats et mobiliser des ressources supplémentaires

  • Identifier et mobiliser les principaux intervenants pour préparer, financer et mettre en œuvre des plans, des projets, des initiatives et des événements de développement économique.
  • Mettre sur pied et maintenir des partenariats avec un large éventail d’intervenants, y compris :
    • des administrations municipales et les gouvernements fédéral et territoriaux;
    • des organisations du secteur privé;
    • des organismes à but non lucratif;
    • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire.
  • Aider les communautés et les partenaires à obtenir des fonds pour leurs projets de développement économique.
  • Obtenir des ressources supplémentaires grâce à :
    • des activités génératrices de recettes;
    • des propositions de financement convaincantes;
    • des contributions financières des partenaires;
    • des contributions non financières des partenaires.

Société économique de l’Ontario

Activités de développement économique communautaire

  • Organiser et soutenir des activités de planification du développement économique communautaire, ce qui comprend des auto évaluations communautaires et des événements de planification, des réseaux, des conférences et des galas.
  • Travailler en partenariat avec les communautés et les intervenants pour concevoir, préparer et mettre en œuvre des plans, des initiatives et des événements de développement économique, et pour obtenir des fonds.
  • Soutenir le développement de l’industrie touristique francophone en Ontario en prenant les mesures suivantes :
    • mettre en œuvre et soutenir des projets de développement touristique;
    • organiser une conférence sur le tourisme durable.
  • Organiser des activités (recensement des besoins en main d’œuvre, salons de l’emploi, campagne de recrutement et jumelage emploi travailleur), et y participer, afin de recruter des immigrants francophones.
    • Recruter des immigrants francophones pour répondre aux besoins du marché du travail en Ontario.
  • Soutenir l’intégration économique des immigrants francophones en Ontario en :
    • appuyant et mettant en œuvre des initiatives connexes;
    • offrant une gamme de services d’aide à l’emploi, de jumelage, de mentorat et de maintien en poste.
  • Soutenir l’amélioration de l’offre de services en français dans le domaine de l’éducation de la petite enfance en prenant les mesures suivantes :
    • effectuer des études de marché et de faisabilité;
    • soutenir des propositions de financement;
    • fournir un soutien en matière d’entrepreneuriat aux garderies en milieu familial et aux services de garde d’enfants afin d’assurer leur viabilité économique.

Activités de perfectionnement des ressources humaines

  • Soutenir les entreprises et les entrepreneurs francophones et bilingues en offrant une gamme de services de soutien aux entreprises, notamment :
    • des événements de réseautage et des webinaires;
    • des services de consultation;
    • de la formation;
    • un soutien aux entreprises en démarrage;
    • des accélérateurs et des incubateurs d’entreprises;
    • des services de soutien au transfert d’entreprise;
    • une accréditation de développement durable.
  • Sensibiliser les jeunes francophones à l’entrepreneuriat et au développement communautaire, et renforcer leurs compétences au moyen de concours, d’ateliers et de séances de formation.
  • Offrir une gamme de services d’aide à l’emploi pour que les compétences des chercheurs d’emploi correspondent aux besoins du marché du travail, y compris des services ciblés pour les femmes et les immigrants.

Établir des partenariats et mobiliser des ressources supplémentaires

  • Identifier et mobiliser les principaux intervenants pour préparer, financer et mettre en œuvre des plans, des projets, des initiatives et des événements de développement économique.
  • Organiser et soutenir divers événements, réseaux, forums, conférences et galas, et y participer, afin de mettre sur pied et de maintenir des partenariats avec un large éventail d’intervenants, notamment :
    • des administrations municipales et les gouvernements fédéral et territoriaux;
    • des organisations du secteur privé;
    • des organismes à but non lucratif;
    • des établissements d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire.
  • Renseigner les donateurs, les autorités des gouvernements fédéral et provinciaux, ainsi que des administrations municipales, les élus municipaux et les députés provinciaux et fédéraux sur les besoins et les priorités des communautés francophones de l’Ontario.
  • Obtenir des ressources supplémentaires grâce à :
    • des activités génératrices de recettes;
    • des propositions de financement convaincantes;
    • des contributions financières des partenaires;
    • des contributions non financières des partenaires.

Détails de la page

Date de modification :