Lauréats des Prix du Premier ministre pour le bénévolat 2014

De : Emploi et Développement social Canada

Sur cette page

Prix nationaux

Titres de la section

Engagement de toute une vie

Frances Clark

Frances Clark est la championne des enjeux touchant les personnes handicapées la mieux connue de Richmond. C’est en 1953 que Frances a commencé à faire du bénévolat. En 2013, elle célèbre donc 60 années d’implication à titre de bénévole, de mentor, de chef de file, de championne et d’inspiratrice de premier plan et elle continue de mobiliser les ressources de la communauté pour éveiller les consciences aux enjeux touchant les personnes handicapées.

Frances souffre d’ostéogenèse imparfaite (fragilité osseuse constitutionnelle) depuis sa naissance. En plus des multiples fractures subies alors qu’elle était enfant, Frances a perdu l’ouïe à l’âge de 18 ans à cause de cette maladie (depuis ce temps, elle a besoin de prothèses auditives très puissantes). Comme les autorités scolaires locales ne l’autorisaient pas à fréquenter l’école, elle a dû parfaire son éducation grâce à des cours par correspondance offerts par le gouvernement.

Elle a transformé la passion qu’elle avait enfant pour les chiens en un passe-temps. Elle a ainsi élevé des chiens avec succès et participé à des expositions canines pendant de nombreuses années, au cours desquelles elle a établi nombre de records dans le domaine. Elle a également acquis une expérience considérable en travaillant comme bénévole au sein de plusieurs organismes apparentés et a notamment contribué à la création de la Western Federation of Individuals and Dog Organization (FIDO), qui met l’accent sur les services communautaires et l’éducation du public au sujet de la conduite responsable des propriétaires d’animaux et des avantages du lien entre les êtres humains et les animaux. Frances a favorisé des changements significatifs dans les années 1970, quand elle a déterminé qu’il était nécessaire d’abolir les politiques qui interdisaient les animaux domestiques dans les logements sociaux en Colombie-Britannique, et a contribué à l’élaboration d’une législation provinciale relative aux lignes directrices sur la conduite responsable des propriétaires d’animaux domestiques, qui sont toujours en vigueur aujourd’hui. Lorsque Frances a quitté l’organisme en 1994, plus de 100 organisations et de 250 personnes étaient membres de la FIDO.

Son passe-temps l’a finalement amenée à exploiter une entreprise à temps plein à Richmond (Hi-Hope Kennels) pendant 24 ans, ce qui l’a poussée à devenir membre de la Chambre de commerce de Richmond, où elle a été invitée à devenir la « représentante des affaires communautaires au conseil municipal », au nom de la société. Elle a beaucoup appris en occupant ce rôle, qui l’a amenée à participer à des initiatives communautaires axées sur les priorités locales, soit les enjeux de l’accessibilité et les questions touchant les personnes handicapées et les services communautaires. Frances a mis à profit les connaissances qu’elle a acquises afin de mieux comprendre certains des obstacles et des défis rencontrés au moment de catalyser le changement dans les communautés, c.-à-d. « comment travailler de concert avec l’administration municipale ».

Au fil des ans, Frances a mené divers projets ou assuré le maintien de ceux-ci au sein de nombreux organismes communautaires ou en étroite collaboration avec eux, par exemple le projet de centre Caring Place qui héberge sous un même toit 22 organismes communautaires offrant des services centralisés de soutien aux personnes handicapées dans la communauté. Frances a aussi été à l’origine d’une étude sur les principes sociaux qui a réuni des représentants d’un vaste éventail de fournisseurs de services et qui a examiné les services essentiels et les services sociaux, de même que les problèmes liés à l’accessibilité, à la diversité culturelle et à la qualité de vie.

En 1985, Frances a fondé ce qui allait devenir le Richmond Centre for Disability (RCD) en rassemblant des représentants de la ville de Richmond et de Centraide, ainsi que des personnes handicapées de la collectivité. Ce projet voulait combler un besoin, celui de donner voix aux personnes handicapées. Le RCD a rapidement été désigné comme l’organisme consultatif officiel de la ville de Richmond en ce qui a trait aux questions touchant les personnes handicapées et a créé en 2000 un centre de vie autonome. En 2013, le RCD est venu en aide à plus de 27 000 personnes.

Parmi d’autres réalisations importantes de Mme Clark, il faut citer la mise sur pied, en 1995, de la Richmond Therapeutic Equestrian Society, qui offre un programme d’équitation pour les enfants et les adolescents handicapés, ainsi que la Pacific Assistance Dog Society, qui dresse des chiens destinés aux personnes sourdes et/ou handicapées physiquement. Elle a également contribué à la réalisation du Steveston Residence Project, un projet de résidence pour personnes handicapées.

Ce n’est là qu’un aperçu des contributions de Mme Clark, qui est une source d’inspiration et qui continue son œuvre d’éducation du public au sujet des obstacles, des problèmes et des besoins qui existent dans sa communauté.

Leader émergent

Kayla McLaughlin

En 2007, Kayla a reçu le diagnostic de la sclérose en plaques (SP), alors qu’elle était âgée d’à peine 18 ans. Depuis, elle a décidé d’affronter la maladie, tant pour elle que pour les 3 500 autres résidents de la Saskatchewan qui en sont atteints. Kayla est une bénévole active et dynamique dans la collectivité de la lutte contre cette maladie. Au cours des trois dernières années, elle a participé aux activités de la Société de la sclérose en plaques en tant que chef d’équipe de la collecte de fonds et en tant que bénévole. Kayla invite ses amis, les membres de sa famille et ses collègues à participer chaque année au tour cycliste pour la SP (de Saskatoon à Waskesiu), qui permet de recueillir des fonds pour la recherche sur la SP. Kayla fait partie du conseil d’administration de la section de Saskatoon de la Société de la sclérose en plaques, est bénévole au sein du comité de collecte de fonds, a été chef du soutien par les pairs auprès des jeunes au camp d’été de la SP, où elle a servi d’exemple pour les jeunes atteints de la maladie, et elle prend la parole lors de nombreux événements d’éducation publique.

Plus important encore, Kayla est la fondatrice d’un programme de bénévolat, les Ambassadeurs de la lutte contre la SP, à l’intention de ceux et celles qui veulent aider les personnes atteintes de cette maladie. Ce programme vise la défense des intérêts des personnes touchées, le soutien, la sensibilisation du public, les témoignages publics, et tout autre rôle que la Société de la sclérose en plaques peut avoir pour les bénévoles de la province.

Comme elle est atteinte de la SP, Kayla comprend l’importance d’adopter une pensée positive et de transformer toute situation qui risque de se révéler désastreuse en une expérience de vie incroyable. Les témoignages publics de Kayla et son travail de soutien auprès de ses pairs touchent directement les personnes (jeunes et adultes) atteintes de la SP en Saskatchewan qui participent au camp d’été de la SP ou qui assistent à tout autre événement où Kayla prend la parole. En transmettant son expérience sur la SP, Kayla donne des moyens d’agir aux personnes atteintes, de même qu’aux personnes qui leur viennent en aide au cours de leur vie.

Les activités de collecte de fonds de Kayla permettent de soutenir les programmes d’aide de la Société de la sclérose en plaques en Saskatchewan. Toute personne atteinte de la maladie ou un aidant qui a des besoins financiers à cet égard ou qui assume des dépenses connexes peut présenter une demande d’aide financière. La SP est une maladie coûteuse, et en organisant des activités de financement pour les programmes de soutien de la Société de la sclérose en plaques destinés aux personnes atteintes, Kayla permet à sa collectivité de s’améliorer. Les activités de collecte de fonds de Kayla ont une incidence directe sur les 3 500 résidents de la Saskatchewan atteints de cette maladie puisqu’ils profitent ainsi d’une aide financière, et Kayla aide indirectement ces personnes en réalisant des activités de sensibilisation du public et de défense des droits des personnes atteintes. Grâce à ses efforts, Kayla aide ces personnes à apporter leur contribution à la société et à y prendre part.

Prix régionaux

Titres de la section

Leadership communautaire

Légion royale canadienne, filiale 41 - Atlantique

La filiale 41 de la Légion royale canadienne, qui existe depuis plus de 60 ans, se compose principalement de membres qui ont passé leur vie à faire du bénévolat. À l’origine, son but était de donner des services aux anciens combattants de la région, mais elle a élargi son mandat pour répondre aux besoins économiques et sociaux de la population en général ainsi qu’à ceux des moins favorisés localement et à l’échelle de la province, en plus d’être l’hôte de nombreuses activités de financement tout au long de l’année pour satisfaire aux demandes d’aide. Les membres de la filiale 41 s’intéressent particulièrement à la jeune génération et, à ce titre, ils parrainent et soutiennent le 125e escadron Silver Wing des cadets de l’air et vont discuter avec les jeunes dans les écoles. La filiale est particulièrement efficace lorsqu’il s’agit de préserver son patrimoine et, à cette fin, elle incite le grand public et les jeunes qui ont grandi dans la région à développer une grande fierté envers leur pays.

La filiale 41 donne des services et du soutien aux anciens combattants dans 26 municipalités de la région. Elle soutient financièrement le 125e escadron des cadets de l’air en hébergeant les activités de 80 à 100 jeunes enrôlés. De plus, elle fait des dons à des particuliers, à des groupes locaux et à des organismes caritatifs dans toute la province ainsi qu’à des écoles pour des activités et des projets spéciaux comme le programme des petits déjeuners pour quelque 1 500 élèves. La filiale appuie des services de premier plan dans des domaines comme la protection incendie, l’éducation, les arts et le patrimoine. Les services d’incendie locaux qui reçoivent des dons annuels de la part de la filiale 41 desservent une population d’entre 8 000 et 10 000 personnes. Les responsables de la filiale font également des dons à la Heritage Society pour soutenir son centre des arts, qui est en plus un grand partenaire du Parc national de Terra-Nova dans la préservation et la promotion du patrimoine de la région.

La filiale 41 joue habituellement un rôle de chef de file et intervient dans les enjeux définis en faisant appel à des partenaires. Elle fait partie intégrante de la communauté et ses bénévoles ne rechignent jamais devant les tâches auxquelles elle s’attaque.

Comité d’accueil et d’intégration des immigrants Beauce-Nord (CAIDI) - Québec

Le CAIDI est un organisme sans but lucratif qui a été fondé par des bénévoles sensibles aux besoins des immigrants. Beaucoup de ses bénévoles sont de jeunes retraités des secteurs de l’enseignement et de la santé, tandis que d’autres sont encore actifs sur le marché du travail. Rien qu’en 2012, les bénévoles ont aidé plus de 200 immigrants provenant d’une trentaine de pays. De concert avec des intervenants locaux, les bénévoles mettent en place des conditions gagnantes qui favorisent l’accueil et l’intégration des immigrants ainsi que leur rétention en Beauce-Nord. En 2012, ce taux de rétention était de 93 %. À l’heure actuelle, 247 immigrants en provenance de 41 pays vivent dans la région.

Les bénévoles du CAIDI constatent que l’aide pour l’accès au transport, l’intégration langagière et l’emploi sont trois facteurs déterminants dans la rétention des immigrants en région. Les bénévoles travaillent donc en collaboration avec la communauté locale pour répondre à ces besoins et faciliter l’accueil et l’intégration des immigrants de même que leur acceptation par la population et les milieux de travail. Le CAIDI encourage le partage des expériences entre les bénévoles chevronnés et novices et est souvent cité comme un modèle de gestion.

On retrouve des bénévoles à tous les niveaux d’activité du CAIDI, depuis les membres du conseil d’administration jusqu’aux responsables des comités, et ils se voient confier toutes les tâches : participer à la recherche de logements, de meubles et de nourriture; accompagner les immigrants dans diverses démarches de la vie courante liées à la santé, à l’école, aux institutions financières, publiques et privées; fournir du transport, etc. Les bénévoles font aussi partie de la table de concertation sur l’immigration chapeautée par la Municipalité régionale de comté de La Nouvelle Beauce.

Le fait que les bénévoles montrent beaucoup d’empathie et ne comptent pas leur temps est un exemple inspirant pour la communauté, qui voit en eux des gens insufflant un sens à leur vie tout en s’ouvrant à d’autres cultures et en prodiguant de l’aide humanitaire.

Arnie Vered - Ontario

Arnie Vered a reçu le Prix du Premier ministre pour le bénévolat en février 2014, alors qu’il combattait un cancer, qui l’a emporté en juillet de la même année à l’âge de 57 ans.

Arnie Vered a servi de mentor à d’innombrables organismes à la recherche de stratégies pour relever des défis locaux. En 1999, à titre de président de la campagne Promesses du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario, Arnie a permis à son équipe de dépasser l’objectif de 19 millions $ pour la modernisation et l’agrandissement de l’aile des soins critiques de l’Hôpital. En 2012 et 2013, il a dirigé un comité qui a recueilli plus de 1,4 million $ pour la Fiducie nationale pour la jeunesse et l’éducation du Centre national des arts. Cet organisme finance des programmes de sensibilisation aux arts d’un bout à l’autre du Canada pour aider la nouvelle génération d’artistes et de spectateurs à s’épanouir.

En sa qualité de président du Conseil communautaire de TELUS Ottawa, Arnie a dirigé une équipe de chefs de file communautaires dévoués qui ont eu à distribuer plus de 2,1 millions $ pour soutenir plus de 140 organisations locales pour les jeunes, comme Spectrum, le groupe communautaire des jeunes LGBTQ du Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa, le Programme de suivi du Centre de traitement pour jeunes Dave Smith, la Fondation pour les soins de santé de l’Hôpital Royal d’Ottawa et Beadworks, première entreprise sociale de l’Opération rentrer au foyer. Arnie a soutenu également des organismes souhaitant offrir un avenir meilleur aux jeunes, comme l’Université Carleton, Centraide Ottawa, le Centre communautaire juif Soloway, la Congrégation Machzikei Hadas, la Fondation du Centre national des arts et le cabinet de campagne de la Fondation de santé mentale Royal Ottawa.

Arnie a aussi dirigé deux entreprises, Arnon Corporation et Ron Engineering & Construction (Eastern) ltée, et a encouragé ses quelque 150 employés à donner en retour à leur communauté. Arnon Corporation fait du bénévolat dans diverses activités, notamment la Marche des souvenirs / Marche de la Mémoire 2014 de la Société Alzheimer, où l’entreprise a recueilli plus de 21 715 $, et l’Ultime course pour les cancers des hommes de 2013 de la Fondation du cancer de la région d’Ottawa où l’entreprise a amassé 42 633 $. Finalement, sous la direction d’Arnie, Ron Engineering & Construction (Eastern) ltée a participé au programme LEED pour s’assurer que ses pratiques protègent notre environnement.

C’est sa capacité non seulement de voir les besoins de la communauté, mais aussi d’y apporter des réponses inspirées et novatrices qui a fait d’Arnie un véritable bâtisseur communautaire. L’altruisme d’Arnie a été souligné par de nombreux organismes d’Ottawa; il a reçu des prix pour ses contributions, notamment le Gilbert Greenberg Distinguished Services Award en 2008, le Freiman Family Young Leadership Award et une Distinction pour services bénévoles du ministère ontarien de la Culture et des Communications. En 2012, le bénévolat d’Arnie a été reconnu lorsqu’il s’est vu attribuer le Volunteer Funraiser of the Year Award de l’Association of Fundraising Professionals. En 2014, Arnie a reçu la Médaille du mérite civique de l’Ontario.

De nombreuses personnes ont été touchées par l’action d’Arnie Vered, dont l’altruisme et l’initiative ont été exemplaires. En juillet, quelques mois seulement après avoir reçu le Prix du Premier ministre pour le bénévolat, Arnie Vered a perdu son combat contre le cancer. Sa collectivité et le pays tout entier sont attristés par cette grande perte. Il laisse dans le deuil son épouse Elizabeth et leurs six enfants, Ariel, Danya, Jordana, Alexandra, Michael et Tori.

Cross Cancer Institute Volunteer Association (CCIVA) - Prairies

La Cross Cancer Institute Volunteer Association (CCIVA) est un groupe sans but lucratif qui réunit des bénévoles dont le mandat est de rehausser les soins et le confort offerts aux patients au Cross Cancer Institute, qui est le centre général de cancérologie d’Edmonton et du nord de l’Alberta. L’équipe de bénévoles réalise et fournit plus de 20 programmes et services à l’intention des malades atteints du cancer et de leurs familles, notamment un service de transport, un service de perruques, du soutien clinique, un service d’orientation, un service d’accueil pour les nouveaux patients, des visites aux malades hospitalisés, un service de chariots de rafraîchissements et trois entreprises commerciales.

Le plus grand projet de la CCIVA jusqu’à maintenant est un jardin de guérison accessible qui est à la disposition des patients, de leurs familles, des visiteurs, du personnel et des bénévoles. L’Association a travaillé avec divers partenaires et des professionnels pour veiller à ce que le jardin soit bien aménagé et merveilleusement bien entretenu et que des œuvres d’art du programme des arts pour la médecine y soient installées. Les membres de la CCIVA sont des champions de la collaboration dans leurs activités et ils ont souvent recherché des partenariats pour atteindre des buts mutuels et concrétiser leur mandat de rehausser les soins et le confort offerts aux patients.

La CCIVA voit de 600 à 700 patients chaque année et ses contributions ont profité à des milliers de personnes, y compris les membres de la famille des patients, les visiteurs et les membres du personnel du Cross Cancer Institute.

La CCIVA s’est montrée créative et visionnaire pour déterminer les domaines dans lesquels l’expérience des patients pouvait être améliorée; depuis 50 ans qu’elle œuvre au service des malades atteints du cancer et de leurs familles, la CCIVA a cumulé plus de 1 300 000 heures de bénévolat et les contributions qu’elle a versées ont totalisé 4 millions de dollars. Son travail a profité à des centaines de milliers de personnes et elle est considérée comme une source de pratiques exemplaires dans l’utilisation de bénévoles pour influencer véritablement l’expérience des patients.

Le Dr Keith Dawson - Colombie-Britannique et Nord

Depuis plus de 25 ans, le Dr Keith Dawson de Vancouver, en Colombie-Britannique, travaille avec l’Association canadienne du diabète et il représente un modèle de comportement pour le bénévolat et le service à la communauté. Mentor, éducateur et militant, il a mieux fait connaître le diabète, qui constitue un défi socioéconomique dans de nombreuses communautés en Colombie-Britannique et ailleurs au Canada.

De concert avec des partenaires de la communauté et des personnes vivant avec le diabète, le Dr Dawson a mis sur pied deux programmes d’intervention, Live Well with Diabetes et Diabetes and My Nation. Les deux programmes s’adressent à des groupes très vulnérables (les personnes victimes de maladie mentale ou les toxicomanes, celles qui vivent dans la pauvreté ou dans l’isolement, les membres des Premières Nations et les personnes âgées) et leur offrent des ressources culturellement appropriées pour le diabète.

Le Dr Dawson s’est allié à un aîné d’une Première Nation du nord de la Colombie-Britannique et à un bénévole de Vancouver pour créer Diabetes and My Nation, un programme communautaire de gestion de la santé qui s’adresse aux Autochtones. Il a également fait appel à des intervenants fédéraux, provinciaux et communautaires qui ont travaillé en collaboration pour cerner les lacunes dans la fourniture des soins de santé dans les communautés des Premières Nations. En 2004, le Dr Dawson a travaillé en partenariat avec un podiatre local pour organiser une conférence destinée aux professionnels de la santé sur les moyens de bien vivre avec le diabète. Devenue un événement annuel depuis, la conférence continue de diffuser une information pratique et à jour pour faciliter le diagnostic, la gestion et le traitement du diabète.

Le Dr Dawson passe d’innombrables heures de bénévolat à s’assurer que les médecins et d’autres professionnels des soins de santé ont d’accès à de l’information récente et à propos des pratiques exemplaires, peu importe la région où ils se trouvent. Au cours des 10 dernières années, le Dr Dawson a fait preuve de leadership en animant des séminaires annuels à l’intention des professionnels de la santé qui ont permis d’éduquer plus de 2 500 fournisseurs de soins de santé partout en Colombie-Britannique. En collaboration avec l’Association canadienne du diabète et la British Columbia Podiatric Medical Association, des séances éducatives interactives avec des podiatres et d’autres professionnels de la santé ont été offertes à plus de 9 000 personnes.

Avec le soutien de la British Columbia Endocrine Research Foundation, Live Well with Diabetes s’est transformé en un outil de formation Web qui a été traduit en plusieurs langues.

Leadership d’entreprise

Newfoundland Power inc. - Atlantique

Bien avant que la responsabilité sociale et l’engagement communautaire des entreprises deviennent des objectifs d’affaires stratégiques, la Newfoundland Power contribuait déjà de façon positive et dynamique aux changements dans les différentes collectivités de Terre-Neuve-et-Labrador. Le service d’électricité, qui est en place depuis plus de 125 ans, est ancré dans les valeurs des gens. Les dirigeants et les employés de l’entreprise croient tous en l’importance de soutenir les collectivités où ils exercent leurs activités et où vivent leurs 255 000 clients et d’être à l’écoute de leurs besoins.

L’œuvre de bienfaisance mise sur pied par l’entreprise, à savoir le projet The Power of Life , qui a célébré en 2013 son 10e anniversaire, est à l’origine d’une bonne part de la participation et de l’impact de l’organisation au sein de la collectivité. Ce partenariat entre la Newfoundland Power et la Dr. H. Bliss Murphy Cancer Foundation a pour but de recueillir des fonds pour financer du matériel de traitement du cancer et des programmes de soutien qui font cruellement défaut et pour promouvoir des initiatives d’éducation et de sensibilisation au cancer dans la province. Cette fondation soutient en moyenne 20 000 patients atteints du cancer chaque année. En organisant des activités de financement novatrices et en incitant activement ses employés et ses clients à faire un don, l’organisation a réussi à amasser plus de 2,5 millions de dollars en vue de financer les soins aux patients atteints du cancer à Terre-Neuve-et-Labrador. L’année 2013 a été l’une des meilleures années de l’organisation jusqu’à maintenant; cette dernière a versé les sommes de 350 000 $ pour l’achat d’un TruBeam Stx, de 100 000 $ pour la création d’une nouvelle clinique de consultation externe et de 20 000 $ pour le financement d’un jardin thérapeutique. Tous ces montants ont été versés en plus des contributions habituelles, qui comprennent notamment l’initiative de la boîte à jouets, qui permet de donner des jouets aux enfants qui suivent des traitements de radiothérapie.

En plus des activités qu’elle réalise par l’entremise de son œuvre de bienfaisance, la Newfoundland Power croit également en l’importance d’investir dans d’autres projets communautaires et activités caritatives. L’organisation est associée à la Société canadienne du sang depuis plus de 30 ans et est à l’origine de plus de 2 600 dons de sang. La Newfoundland Power est l’un des partenaires fondateurs du programme « Partenaires pour la vie » à Terre-Neuve-et-Labrador, et à ce titre, ses employés promettent de faire 300 dons par année – un objectif qu’ils tentent résolument de dépasser chaque année. L’organisation appuie également depuis longtemps l’organisme Habitat pour l’humanité, qu’elle a aidé à construire 44 maisons en moins de 20 ans.

La Newfoundland Power accorde également beaucoup d’importance à la prise de conscience écologique et joue un rôle de premier plan dans la sensibilisation du public aux économies d’énergie. Par l’entremise du programme Envirofest, ses employés ont établi plus de 300 partenariats environnementaux avec des écoles et des groupes communautaires locaux. Ce programme, qui en est maintenant à sa 16e année, favorise des mesures positives de protection de l’environnement et permet d’organiser activement des projets d’embellissement, de plantation d’arbres, d’incubateurs à poissons et d’élevage de papillons.

La Newfoundland Power croit en l’importance d’aller au-delà de ses responsabilités organisationnelles en vue d’exercer une influence positive au sein de la collectivité, et ses employés partagent activement et fermement cette croyance. L’organisation reconnaît la précieuse contribution des bénévoles. Afin de permettre à ses employés d’être des citoyens actifs et socialement responsables, la Newfoundland Power fait la promotion de sa politique de bénévolat, en vertu de laquelle les employés ont droit à un congé payé lorsqu’ils participent à des initiatives de bénévolat.

L’organisation continue de miser sur ses initiatives communautaires à long terme, tout en cherchant de nouvelles façons d’apporter sa contribution. Il est clair que le bénévolat et la participation à la vie communautaire continueront de faire partie des priorités de la Newfoundland Power au cours des années à venir.

Vêtements Peerless - Québec

L’entreprise Vêtements Peerless est un chef de file mondial dans le domaine des vêtements haute couture pour hommes. Son propriétaire et dirigeant, M. Alvin Segal, fait preuve de responsabilité sociale par ses contributions aux domaines de la santé, de l’éducation et de la culture, en plus de contribuer à la prospérité de l’industrie de la fabrication des vêtements. En sa qualité d’homme d’affaires, M. Segal est à l’origine de l’appui que l’industrie de la fabrication des vêtements a apporté à l’Accord de libre-échange nord-américain de 1987 et il a préconisé des politiques fédérales équitables et équilibrées pour le secteur industriel, se faisant le champion de causes qui ont aidé toutes les entreprises de l’industrie. Il a également contribué à la mise en place de nouvelles méthodes de production dans l’industrie qui font appel à la technologie de la fabrication, de l’information et de la logistique. En conjuguant planification opérationnelle et planification stratégique, Vêtements Peerless a révolutionné l’industrie du vêtement sur mesure en Amérique du Nord et a ouvert la porte à d’autres exportateurs canadiens. Alvin Segal voue une véritable passion à son entreprise et à son industrie, et il veille à contribuer autant à la vitalité du secteur qu’à la qualité de vie dans l’ensemble de la collectivité.

M. Segal a encouragé le gouvernement, les sociétés et des particuliers à s’engager dans des activités philanthropiques dans les domaines de la santé, de la culture et de l’éducation. Le don de 20 millions de dollars que la famille Segal a fait à l’Hôpital général juif, à la suite duquel le gouvernement du Québec a versé une contribution de contrepartie, a permis de fonder le Centre du cancer Segal, qui offre des services dans toute la province et qui est le plus grand centre général de cancérologie au Québec. Le Centre Segal des arts de la scène, qui est destiné à devenir le plus grand centre des arts de la scène de Montréal, est un autre projet de M. Segal, auquel le ministère du Patrimoine canadien verse une contribution équivalente à la contribution annuelle de M. Segal.

Vêtements Peerless a également mis sur pied des programmes de formation qui ont aidé les nouveaux arrivants au Canada à occuper des postes de production. Les membres de l’effectif syndiqué de Vêtements Peerless sont issus de plus de 60 communautés culturelles, ce qui en fait le milieu de travail le plus important et le plus diversifié de toute l’industrie. C’est une vraie famille multiculturelle. En 2007, Mme Yolande James, alors ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec, a souligné l’excellence de l’entreprise dans l’intégration des nouveaux immigrants dans son effectif.

Cursive PR - Ontario

Jessica Green, fondatrice de Cursive, une firme de consultation en communications dont le siège social se trouve à Toronto, est une leader de la communauté reconnue pour son intégrité, pour ses compétences et par-dessus tout pour sa détermination. Les efforts bénévoles qu’elle déploie sont consacrés à enrichir la vie des jeunes dans le corridor Jane/Wilson de Toronto et visent à favoriser la mise en œuvre de pratiques philanthropiques dans la gestion immobilière en se concentrant particulièrement sur la prévention du crime par l’entremise de programmes sociaux et, plus récemment, d’une vaste campagne de lutte contre l’intimidation. Bien consciente que lorsque les résidents sont heureux, ils commencent à considérer la communauté comme leur chez-soi et à en assumer la responsabilité, Jessica et son équipe ont intégré un mandat de responsabilité sociale à la division du marketing et des communications de l’entreprise de gestion immobilière canadienne Greenwin Inc., ce qui a permis d’ouvrir des lignes de communication pour déterminer et aborder des enjeux qui responsabilisent les résidents et les communautés environnantes, favorisant ainsi un plus grand niveau de satisfaction chez eux.

La première initiative de revitalisation communautaire de Jessica a été une collaboration avec l’équipe de gestion sur place d’un complexe résidentiel très instable, The Oaks, à Toronto. L’initiative réunissait des intervenants de nombreux secteurs qui devaient répondre au besoin de mesures immédiates de sécurité et de programmation sociale et a donné lieu à la création de l’Oaks Revitalization Association, une organisation qui réalise des programmes d’enrichissement social et d’éducation pour les jeunes, les adolescents et les familles présentant des risques de manifester des comportements antisociaux. Jessica a également contribué à superviser le lancement de la Spider’s Web Youth Empowerment Initiative avec l’ancien champion de boxe Spider Jones. Grâce à des partenariats communautaires, ils ont mis sur pied un centre pour les jeunes doté d’un gymnase, d’une cuisine communautaire et d’une salle d’alphabétisation. Sans cesse à la recherche de nouvelles façons novatrices de recueillir des fonds, Jessica a participé à un marathon des médias sociaux dans le but de recueillir de la part de Maple Leaf Sports & Entertainment une subvention de 50 000 $ qu’elle a remise à l’organisme Doorsteps Neighbourhood Services, l’organisme à but non lucratif qui gère Spider’s Web.

Jessica occupe actuellement le poste de présidente de la collecte de fonds pour le Corsage Project de la Children’s Aid Foundation, un organisme à but non lucratif qui offre des bourses d’études ainsi que des tenues de soirée gratuites aux étudiants du secondaire qui n’auraient pas autrement la chance d’obtenir une formation postsecondaire ou d’aller à leur bal des finissants.

En reconnaissance de ses contributions à la collectivité, Jessica s’est vu remettre la Médaille du jubilé de diamant de la reine (2013) par la Chancellerie des distinctions honorifiques (Bureau du secrétaire du gouverneur général). Au nom de Greenwin, elle a également accepté les prix Community Service Award of Excellence (2011) et Property Management Advertisement Award (2012), tous deux décernés par la Federation of Rental Housing Providers of Ontario.

Mitsubishi Hitachi Powers Systems Canada ltée - Prairies

Depuis plusieurs années, Mitsubishi Hitachi Powers Systems Canada (MHPSC) apporte de nombreuses contributions à la communauté. Le comité d’action communautaire de l’entreprise cherche sans cesse des moyens créatifs de mobiliser ses employés dans le service à la communauté, et les résultats s’avèrent remarquables. Grâce à ses dons réguliers à la banque alimentaire, à son soutien à la Youth Neighborhood Co-Op, dont l’objectif est de familiariser les jeunes avec les compétences qui vont les aider à trouver du travail, et à son travail auprès d’E-Gadz, organisme interorganisations qui offre diverses ressources et divers services pour responsabiliser les jeunes, MHPSC offre un soutien essentiel à des organismes qui travaillent dans des quartiers sensibles.

Déterminée à aider les enfants dans le besoin de Saskatoon, MHPSC s’est alliée avec les Grands Frères et les Grandes Sœurs de Saskatoon et de ses environs en 2012 pour aider les quelque 200 enfants ou plus dont le nom figurait sur la liste des enfants en attente d’un mentor. Grâce à l’approche novatrice avec laquelle MHPSC entend soutenir la communauté, l’entreprise a autorisé sept de ses employés à consacrer une partie de leurs heures de travail payées pour jouer le rôle de mentors dans le cadre d’un programme de mentorat à l’École communautaire St. Michael. Les bénévoles de MHPSC n’encadrent que sept enfants de l’école St. Michael, mais ils ont eu une influence positive sur toute la population scolaire. Le fait de voir des modèles de comportement positif à l’école profite à tous les enfants. Les bénévoles ont appuyé toute l’école en l’encourageant lors de tournois de hockey, de compétitions d’athlétisme et d’événements culturels.

À l’été de 2012, dans le cadre de son travail avec la banque alimentaire et le Centre d’apprentissage, MHPSC a participé au premier événement CANstruction : les employés de MHPSC ont recueilli de l’argent, conçu et bâti un moustique géant à partir de boîtes de conserve et fait don de plus de 6 500 boîtes de conserve à la banque alimentaire. MHPSC a également donné une valeur de 5 000 $ en outils et en équipement neufs pour le programme de perfectionnement des compétences de la Youth Neighborhood Co-Op.

Les répercussions de cet engagement pourraient se faire sentir à l’échelle mondiale, en ce sens que les réalisations de MHPSC de Saskatoon pourraient être une source d’inspiration pour le personnel d’autres bureaux de l’entreprise dans le monde. En effet, les différents bureaux font savoir comment ils aident leurs communautés dans le bulletin de nouvelles internes et le webex de l’entreprise. Le bureau de MHPSC de Saskatoon a déjà été inspiré par les gestes que posent les collègues d’autres bureaux de l’entreprise pour aider leurs communautés.

Polygon Homes ltée - Colombie-Britannique et Nord

Polygon Homes cherche à bâtir des collectivités fortes et positives, non seulement en contribuant activement aux programmes et aux services de l’Union Gospel Mission (un organisme de secours en milieu urbain du quartier Downtown Eastside de Vancouver), mais aussi en encourageant ses employés, ses clients et ses fournisseurs à s’impliquer dans les programmes de la mission, qui changent la vie des gens.

Polygon Homes a aidé activement l’Union Gospel Mission grâce aux activités de collecte de fonds, de parrainage et de bénévolat qu’elle mène depuis 12 ans.

Déterminée à lutter contre la pauvreté, l’itinérance et la toxicomanie à Metro Vancouver, Polygon a fait appel à l’Union Gospel Mission et à son expertise dans le domaine du travail communautaire. C’est dans ce contexte que Polygon organise chaque année l’activité 12 Days of Christmas Raffle. Il s’agit d’une immense loterie caritative organisée par un comité d’employés qui donnent bénévolement de leur temps et qui ramassent plus de 100 000 $ chaque année tout en encourageant des milliers de membres de la collectivité à agir.

Depuis qu’elle a lancé cette initiative il y a 12 ans, Polygon a recueilli plus de 1,18 million de dollars. Grâce au produit de la loterie, l’Union Gospel Mission a pu se doter d’un parc de 14 véhicules, y compris un camion adapté servant à distribuer des dons en vêtements chauds et plus de 700 repas chaque jour. Jusqu’à maintenant, la mission a aidé plus de 4 200 personnes par l’intermédiaire de ses unités d’intervention mobile, les mettant en relation avec des services médicaux, des programmes de désintoxication et des refuges d’urgence. Ces véhicules ont aidé la mission à étendre ses services au-delà de ses quatre murs, à donner de l’espoir aux gens et à alléger le fardeau des membres les plus vulnérables de la collectivité.

Grâce à ses activités de collecte de fonds, Polygon finance intégralement le programme parascolaire Eastsiders destiné aux jeunes à risque. Grâce au parrainage de Polygon, ce programme fournit un milieu sécuritaire où beaucoup d’enfants à risque qui fréquentent l’école primaire de Strathcona peuvent s’épanouir, passer du temps avec des modèles de rôle positifs et nouer de nouvelles amitiés, dans un environnement sain et stable. Les employés de Polygon font du bénévolat lors de repas et d’événements spéciaux de l’Union Gospel Mission et passent du temps de qualité avec les enfants du programme Eastsiders.

Innovation sociale

Bathurst Youth Centre des Jeunes de Bathurst inc. (BYCJ) - Atlantique

C’est en 1998 que le Bathurst Youth Centre des jeunes inc. (BYCJ) a commencé à offrir des services aux jeunes à risque de la région de Chaleur, au Nouveau-Brunswick, et sa contribution à une réduction de 27 % de la criminalité chez les jeunes dans cette communauté a été reconnue dès la première année. Fondé par un agent de police de la localité qui avait compris que les jeunes avaient besoin d’une place à eux, le centre a servi des milliers de jeunes en leur proposant un lieu sûr où ils pouvaient participer à des activités sociales et trouver de l’information au sujet des services et des programmes offerts pour eux. Le BYCJ est fier de son équipe exceptionnelle de conseillers bilingues en emploi des jeunes et en action sociale, en plus d’être une riche source de mentors communautaires.

Le Centre réalise des programmes structurés conçus pour résoudre les problèmes particuliers qu’éprouvent les jeunes, donne du counselling, organise des loisirs et des activités éducatives et sociales dans un environnement supervisé, tout en offrant de l’aide aux jeunes pour la préparation à une entrevue, la recherche d’emploi et les règles de l’étiquette au travail.

Le BYCJ est convaincu que pour aider un jeune, il faut aider toute la famille. Dans cette optique, il a étendu ses programmes pour y inclure des services externes à l’intention des victimes de violence familiale et un centre de ressources pour les parents. Par l’entremise de ses services externes auprès des jeunes à risque, le BYCJ exploite aussi une maison d’hébergement pour les jeunes itinérants.

Des programmes comme Jeunes à cœur, qui met les jeunes en relation avec des aînés à l’occasion d’expériences intergénérationnelles partagées, Le bénévolat… C’est cool!, qui encourage les jeunes à faire du bénévolat dans leur communauté, Un geste de bonté gratuit, la Semaine de survie ainsi que les Prix d’excellence des jeunes de Chaleur ont contribué à faire du BYCJ un centre pour les jeunes tenu en haute estime par les parents, les enseignants, les policiers et les résidents. Grâce à ces programmes et à d’autres activités du BYCJ, un grand nombre de jeunes qui ont participé aux programmes sont revenus et aident à leur tour d’autres jeunes.

L’excellente réputation du Bathurst Youth Centre des jeunes inc. en a fait une ressource pour des organismes communautaires comme le Centre de ressources pour les parents de Chaleur et le centre d’hébergement d’urgence pour les itinérants. Cette réputation et le fait que les programmes soient mis en marche et soutenus par les jeunes de la région facilitent les choses pour le BYCJ lorsqu’il s’adresse à des ministères et à des entreprises locales pour obtenir du financement. Le Centre travaille aussi en étroite collaboration avec des organismes comme les Nepisiguit Family Services, trois services de police locaux et les écoles locales.

Petites-Mains - Québec

L’organisme Petites-Mains a été créé en 1994 dans le quartier défavorisé de Côte-des-Neiges, à l’intérieur d’une communauté immigrante d’une extrême vulnérabilité. Après s’être réinstallé dans l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension récemment, l’organisme cible les femmes défavorisées et marginalisées, dont beaucoup sont mères célibataires, en se concentrant sur l’employabilité des immigrantes vivant de l’aide sociale. Au cours de ses 18 années d’existence, Petites-Mains a aidé des milliers femmes aux prises avec toutes sortes de difficultés à sortir de leur isolement, à entrer sur le marché du travail et à s’intégrer à la société québécoise.

Chaque année, au moins 200 femmes, le plus souvent allophones, suivent des cours de français qui les aident à s’intégrer dans la communauté. Le programme de pré-employabilité Femmes et Métiers génère un taux de placement d’environ 75 % de ses candidates. Ce programme s’adresse aux jeunes femmes immigrantes âgées de 18 à 30 ans et représente pour elles une occasion unique d’explorer le monde du travail. Chaque année dans le cadre de ce programme, 30 jeunes femmes ont l’occasion d’entrer sur le marché du travail ou de retourner aux études. Le volet Entreprise d’insertion permet à 60 autres participantes par année de recevoir une formation socioprofessionnelle dans 3 domaines de formation.

Petites-Mains est très actif dans la communauté. L’organisme fait partie du conseil d’administration du Collectif des entreprises d’insertion du Québec, il siège à plusieurs tables de concertation et participe à plusieurs foires d’emploi et événements communautaires.

En plus du financement fédéral, provincial et municipal qui lui est consenti, Petites-Mains autofinance 25 % de ses activités grâce à la confection d’articles de couture divers et aux services offerts par le café-restaurant l’Inter-Mission de Petites-Mains. L’organisme reçoit aussi des dons de particuliers et de communautés religieuses qui souhaitent soutenir sa mission sociale. Petites-Mains permet à d’autres organismes sans but lucratif d’utiliser ses locaux pour organiser des séances d’information et à ce titre, les aide à transmettre leurs messages à la communauté.

Pour assurer la pérennité de ses activités et la réalisation de ses objectifs, l’organisme a adopté une pratique novatrice qui consiste à conjuguer un suivi psychosocial efficace et une formation technique de grande qualité basée sur les demandes des employeurs, qui sont devenus ses partenaires précieux. Dans une communauté où 43 % de la population se compose d’immigrants de première génération, il est essentiel d’offrir des services adaptés à leurs besoins. La force de Petites-Mains est de concilier les besoins des participantes en matière de formation (revenus, acquisition de compétences, intégration sociale, etc.) et les exigences du marché (main-d’œuvre qualifiée, éthique, etc.). L’inclusion de divers éléments d’intégration sociale dans les programmes de formation technique offre aux participantes l’occasion de devenir des membres actifs de leur nouvelle société. De plus, à mesure que les participantes s’intègrent à la communauté, elles servent de modèles de comportement pour leurs enfants et leur transmettent cette envie de contribuer au développement de la société canadienne.

May Court Club of Brockville - Ontario

Le May Court Club of Brockville est un petit organisme de bienfaisance qui compte environ 150 femmes déterminées à enrichir la vie de leur communauté en fournissant du soutien financier et des services de bénévolat à des personnes et à des organismes. Ce faisant, elles améliorent la vie des membres de leur communauté. Les fonds amassés grâce aux profits du magasin d’aubaines de l’organisme exploité par des membres bénévoles et des étudiants et aux fréquentes activités de financement soutenues par des dons recueillis auprès d’entreprises et de particuliers de la région lui permettent d’assurer ce soutien à l’échelle des Comtés unis de Leeds et de Grenville.

May Court a eu un énorme impact à long terme en constituant un partenariat avec la Ville et le Comité consultatif municipal sur l’accessibilité de Brockville et en versant une contribution de plus de 60 000 $ pour l’acquisition et l’aménagement d’une aire de jeu sans obstacle et d’un lieu de loisir avec kiosque en plein air pour les familles. Cette installation a eu une influence considérable dans la communauté, car les enfants et les adultes handicapés peuvent eux aussi accéder à ce lieu sûr, confortable et agréable et en profiter en compagnie d’autres familles et d’autres enfants. La contribution de May Court a permis de réduire grandement le coût de l’installation pour la ville et ses résidents, tout en appuyant les étudiants du Campus St-Laurent du Collège de Brockville, qui ont construit le kiosque.

Le programme de nutrition dans les écoles de l’organisme a fourni régulièrement des collations et des boissons santé à 9 écoles primaires de Brockville depuis 1969. En 2013, le programme a été élargi à 5 autres écoles des régions avoisinantes. Il permet de garantir que les élèves consomment un minimum d’aliments nutritifs. Une membre dévouée de l’organisme achète et livre elle-même les collations aux écoles. Le Club a également versé 5 000 $ à l’Hôpital général de Brockville pour l’achat d’un appareil à isotopes, afin d’éviter que les résidents doivent se rendre à l’extérieur de la région pour obtenir des services de diagnostic précoce et de traitement du cancer. Cette année, les membres ont aussi recueilli et distribué 136 pyjamas pour nourrissons et des paniers de produits de première nécessité aux mères dans le besoin qui venaient d’accoucher à l’Unité mère-enfant Maclean de l’Hôpital. C’est un service que le Club offre systématiquement.

May Court offre du soutien financier et des services de bénévolat à plus de 30 organismes des deux comtés et à des personnes qui ont besoin de traitements médicaux ou dentaires. L’organisme emploie également des étudiants et recycle des vêtements et des objets domestiques par l’intermédiaire de son magasin d’aubaines. Les profits du magasin sont donnés à des organismes caritatifs sans but lucratif et à des personnes dans le besoin dans la communauté. Les contributions du Club ont permis de réduire le fardeau financier que les municipalités doivent supporter en réduisant les pressions financières qui s’exercent sur les services sociaux, les soins de santé, l’éducation, l’emploi et l’environnement.

Bridges of Love Ministry Society - Prairies

Passer d’une approche centrée sur le gouvernement à une approche axée sur l’ensemble de la communauté qui considère les citoyens comme des collaborateurs et des partenaires, voilà ce qu’a fait il y a six ans Marg Pollon, directrice fondatrice du Bridges of Love Ministry, car elle considérait l’église locale comme une riche ressource capable de prendre la relève lorsque les organismes d’intervention étaient dépassés par un événement catastrophique.

La Faith Emergency Preparedness Initiative (FEPI) (initiative pastorale de protection civile) compte sur le solide sentiment d’appartenance de l’église locale et de ses fidèles pour appuyer les premiers répondants en cas d’urgence. L’initiative représente un modèle efficace dont peuvent s’inspirer d’autres communautés au Canada. Plusieurs des 16 membres qui ont assisté au premier sommet de collaboration, qui a porté sur les mesures de préparation et d’intervention en cas de pandémie, continuent de se réunir et sont à l’origine de la création du Comité consultatif de la FEPI.

Une initiative de rayonnement dans la communauté lancée par la FEPI pour bâtir des relations de confiance mutuelle (Love Bee...ing Prepared - That none be left behind) a récemment été lancée. Des groupes de jeunes chrétiens ont distribué dans les collectivités des aimants indiquant les coordonnées de la Ville et de Bridges of Love ainsi que le Personal Disaster Preparedness Quick Guide (petit guide de préparation personnelle en cas de catastrophes) des services de santé de l’Alberta. Bridges of Love a organisé diverses activités de sensibilisation aux mesures de préparation en cas d’urgence, invitant notamment le Dr Arthur Bradley, auteur et scientifique principal à la NASA, à animer deux séances d’une demi-journée. Pendant la pandémie de grippe H1N1, Bridges of Love et le Comité consultatif de la FEPI se sont alliés pour offrir cinq séances de discussion/information dans chacun des secteurs de la ville. Après l’incendie dévastateur de Slave Lake, Bridges of Love a invité les membres de ses églises partenaires à écrire des lettres d’encouragement aux résidents qui avaient été touchés. Le chef du Service d’incendie de Slave Lake, Jamie Coutts, a raconté ses expériences et les leçons tirées de l’incendie lors de l’événement Beauty for Ashes qui avait été organisé par Bridges of Love et qui était ouvert à aux membres de la congrégation et au grand public.

Jusqu’à maintenant, 47 églises de Calgary se sont jointes à l’initiative afin d’être prêtes à intervenir pour répondre aux besoins de leurs communautés. Bridges of Love a aidé les Services sociaux d’urgence en invitant des églises à participer au processus d’évaluation en qualité de centres d’aiguillage. Bridges of Love prend donc des mesures proactives et ne se contente pas d’attendre une catastrophe pour passer à l’action. Il y a plus de 500 églises dans la région de Calgary et l’objectif de Bridges of Love est de voir chaque église locale soit prête à venir en aide à sa collectivité.

Durant les inondations qui ont sévi en 2013 en Alberta, Bridges of Love a joué un rôle actif en faisant des dons et en affectant des bénévoles aux gens touchés par les inondations par l’intermédiaire de son site Web 2013 Alberta Flood Recovers (en anglais seulement). Cet effort se poursuit toujours puisqu’il y a encore des besoins à combler dans les régions touchées.

La Bridges of Love Ministry Society s’est vu décerner deux subventions de la Calgary Foundation. En 2012, la Neighbourhood Grant a permis à l’organisme de mettre à l’essai la structure de la FEPI au moyen d’un exercice de simulation. La Flood Rebuilding Fund Grant accordée en 2013 contribuera à la formation de l’équipe communautaire d’intervention d’urgence. Bridges of Love est aussi lauréate du prix Non-Profit Innovation Award de la Calgary Chamber of Volunteer Organizations (2012).

Le financement de Bridges of Love provient principalement de subventions versées par des églises, des particuliers, des entreprises et des collectivités qui saisissent les avantages d’une intervention coordonnée des églises intégrée à celle des organismes de protection civile municipaux employant des bénévoles formés prêts à intervenir auprès des collectivités en cas de catastrophe.

District 69 Society of Organized Services (S.O.S.) - Colombie-Britannique et Nord

La Society of Organized Services (S.O.S.) est un organisme sans but lucratif faisant appel à des bénévoles qui a été créé en 1968 et qui collabore avec des intervenants de la collectivité pour définir et mettre en place un filet de sécurité réunissant certains services sociaux supplémentaires et des ressources qui ne sont pas autrement disponibles dans le District 69, qui recoupe une vaste région de l’île de Vancouver. La S.O.S. s’inquiétait pour les nombreux petits salariés et autres personnes qui n’arrivaient pas à subvenir aux besoins de leurs familles.

La Society of Organized Services dispense de l’aide pour remplir les déclarations de revenus et offre, en partenariat avec une entreprise locale, un programme de réparations sécuritaires des automobiles à l’intention des jeunes à faible revenu. Elle est également coordonnatrice régionale du centre des conditions météorologiques extrêmes et elle copréside un groupe de travail sur l’itinérance, le Oceanside Task Force on Homelessness. La S.O.S. dispense des programmes de croissance personnelle pour les hommes, les femmes et les couples, offre de l’aiguillage vers des services de counselling, des groupes d’entraide, des services de soutien et d’aiguillage en cas d’urgence financière; de plus, ses bénévoles reçoivent de la formation pour animer la ligne téléphonique d’assistance du refuge Haven Home. En outre, la S.O.S. a récemment forgé un partenariat avec Haven House à l’occasion d’une campagne de financement qui a permis d’amasser 200 000 dollars pour ouvrir une maison de transition à Oceanside à l’été de 2013. Cette maison est destinée aux femmes et à leurs enfants entre Nanoose Bay et Bowser. Le programme le plus récent, Better at Home, est un partenariat avec Centraide et le gouvernement provincial pour aider les aînés qui ont besoin de services autres que des services médicaux à continuer à habiter dans leur maison, par exemple l’épicerie, les travaux légers d’entretien ménager et l’enlèvement de la neige.

Au fil du temps, le nombre de programmes de la S.O.S. est passé à 31. Dans le cadre de ces programmes, des services sont offerts à plus de 4 000 aînés, enfants, adolescents et adultes chaque année. La S.O.S. a profité à d’autres communautés comme la celles de la Vallée de la Comox et de Kamloops en offrant du mentorat et a collaboré avec les clubs de garçons et de filles de Nanaimo. La popote roulante a distribué près de 7 900 repas chauds et nutritifs à des personnes âgées. Le groupe d’entraide féminine Women’s 16-Step Self-Help Group a aidé 12 femmes et continue d’offrir du soutien aux femmes qui cherchent à se libérer de leurs toxicomanies et à constituer un réseau d’entraide. Le programme d’activité physique pour les aînés Seniors in Motion a accueilli 470 clients, dont 140 nouveaux en 2012. Cette même année, les bénévoles de la S.O.S. ont donné au moins 374 heures et ont aidé à remplir 731 déclarations de revenus pour 620 clients; en outre, plus de 500 cartes d’épicerie ont été distribuées au cours des 6 derniers mois par les services de soutien et d’aiguillage en cas d’urgence financière.

La S.O.S. peut compter sur de nombreuses sources de financement, dont la plus importante est son magasin d’aubaines qui est exploité par les bénévoles de la Société. Parmi les autres sources de financement, on trouve les dons de particuliers, de groupes communautaires et d’entreprises locales, ainsi que des legs et des activités de financement.

Compte tenu du nombre extraordinaire de programmes qu’elle offre et de son rayonnement, la S.O.S. travaille d’arrache-pied pour relever les défis du recrutement et du maintien en poste des bénévoles. Elle peut désormais se targuer d’avoir plus de 900 membres, dont 300 sont des bénévoles actifs.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :