Lauréats des Prix pour le bénévolat du Canada 2017

De : Emploi et Développement social Canada

Sur cette page

Prix nationaux

Titres de la section

Prix Thérèse Casgrain pour l’engagement de toute une vie

Timothy Nusse

Photos
  • Photo 1 : Timothy Nusse

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos et Lise Casgrain ont remis à Timothy Nusse le Prix Thérèse-Casgrain pour l’engagement de toute une vie à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Depuis plus de 23 ans, Tim Nusse est l’entraîneur de l’équipe de basketball des filles sénior à l’école secondaire de Valemount. La municipalité rurale de Valemount est située dans le centre-est de la Colombie-Britannique, près de Kamloops.

Tout a commencé lorsqu’un petit groupe de filles est venu frapper à sa porte pour lui demander d’être leur entraîneur. Depuis, il continue d’offrir le programme, et les filles ont pu démontrer que le basketball n’est pas seulement un sport pour les garçons et qu’elles peuvent aussi être des athlètes. Grâce à son impressionnant talent d’entraîneur, Tim a fait passer de huit à seize en 2010 le nombre d’équipes féminines qui participent aux tournois provinciaux dans la catégorie « Single A ».

En plus de fournir des services d’entraîneur hors pair, Tim a intégré au programme un volet axé sur les aptitudes à la vie quotidienne et la santé mentale. De nombreuses anciennes participantes du programme de basketball de Tim ont indiqué que ses enseignements s’avèrent utiles dans leurs études postsecondaires, dans leur travail ou dans l’éducation de leurs enfants. Pour Tim, les séances d’entraînement sont l’occasion de renforcer le caractère, d’enseigner la confiance en soi et la réflexion stratégique et d’inculquer une solide éthique de travail.

En 2006, grâce au leadership communautaire et aux importants efforts de collecte de fonds de Tim, une nouvelle école secondaire, comprenant un théâtre communautaire et un gymnase, a été construite. La collectivité est maintenant en mesure d’organiser des tournois et des concerts. Dans une petite localité rurale et éloignée qui n’offre pas beaucoup d’options aux jeunes d’aujourd’hui, Tim tient les enfants occupés et les sort de la rue.

En plus de consacrer un nombre incalculable d’heures aux pratiques et aux tournois de fin de semaine dans d’autres villes, Tim met son entreprise en veilleuse pendant les cinq mois que dure la saison de basketball. En outre, iI encadre et inspire d’autres entraîneurs et les aide à établir des programmes de basketball dans leurs petites collectivités nordiques.

Ne voulant exclure personne, Tim accepte dans ses équipes toutes les filles qui veulent jouer et leur accorde le temps nécessaire pour qu’elles se perfectionnent. Il a même offert de l’aide financière aux enfants qui n’ont pas les moyens d’obtenir ce dont elles ont besoin pour jouer. Chaque année, Tim parle de prendre sa retraite et chaque année, un nouveau groupe d’enfants se présente et il ne peut s’imaginer ne pas être là pour elles. L’an dernier, une enfant de quatre ans lui a demandé s’il serait son entraîneur plus tard, et Tim de répondre, « Bien sûr! Si tu acceptes de pousser mon fauteuil roulant! ».

Prix régionaux

Titres de la section

Leadership communautaire

Pierre Latraverse - Québec

Photos
  • Photo 1 : Pierre Latraverse

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Micheline Lamoureux, au nom de Pierre Latraverse (posthume), le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership communautaire (Québec) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Pierre Latraverse avait un attachement particulier pour l’archipel du lac Saint-Pierre. Il était empreint de respect pour son environnement et sa volonté de le préserver pour les générations futures l’a poussé à donner bénévolement son temps et son énergie à différents organismes pendant plus de 25 ans. Retraité à la suite d'une brillante carrière dans l’enseignement collégial, il était impliqué dans de multiples activités touchant plusieurs aspects liés à la protection de l’environnement et de la faune, un domaine complexe et qui présente plusieurs défis d’ordre politique et social. M. Latraverse s’est impliqué principalement en tant que membre du conseil d’administration de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs et en est devenu le président. Pendant sa présidence, il a été impliqué dans divers organismes ayant des enjeux locaux, provinciaux et nationaux tels que la protection et la mise en valeur de sites à valeur faunique, ainsi que la concertation et la planification environnementale.

Il a aussi été membre bénévole de la Fédération canadienne de la faune de 2008 à 2017. Au cours de son mandat, il a contribué de manière considérable au travail de l’organisme en apportant son expertise du domaine de la conservation au Québec à l’échelle nationale, et en agissant comme catalyseur pour favoriser la promotion et l’appui d'initiatives nationales de conservation et d'éducation au Québec. Il a non seulement joué un rôle important en apportant des enjeux régionaux à l’échelle nationale, mais il a aussi été champion d’initiatives nationales au Québec qui ont influencé directement les mesures de conservation et d’éducation des jeunes dans les collectivités de la province. M. Latraverse laisse derrière lui un héritage riche et florissant qui a grandement contribué à consolider le positionnement et le leadership des organismes dans le milieu faunique.

M. Latraverse est décédé accidentellement en août 2017. Ce prix lui est décerné à titre posthume.

Deborah Morrow - Colombie-Britannique et Nord

Photos
  • Photo 1 : Deborah Morrow

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Deborah Morrow le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership communautaire (Colombie-Britannique et le Nord) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Depuis plus de 35 ans, Deborah Morrow consacre son temps à faire du bénévolat dans le cadre de programmes qui profitent à une population diversifiée de jeunes et d’anciens combattants canadiens sans abri. Il y a plusieurs années, elle a appris qu’elle était atteinte d’une maladie neuromusculaire, mais, même si cela restreint sa mobilité, elle ne laisse pas sa maladie ralentir son travail de bénévole.

Après avoir appris le sort des anciens combattants canadiens sans abri, elle est devenue une championne de leur cause. Deborah a ouvert une clinique de services infirmiers gratuits pour fournir des soins de santé et de dépistage aux anciens combattants sans abri sur la côte Ouest. En utilisant ses propres ressources et son influence dans la collectivité en tant que chef de file dans le domaine des soins de santé, Deborah a mis sur pied des partenariats à long terme réunissant des organisations et des particuliers, comme le commandement de la Colombie-Britannique et du Yukon de la Légion royale canadienne et le ministère des Anciens Combattants afin d’aider les anciens combattants en difficulté à obtenir des ressources nécessaires comme le logement, les soins de santé et de l’aide pour combattre la toxicomanie et le syndrome de stress post-traumatique. Dans son modèle de prestation de services de soins de santé, les professionnels de la santé fournissent des soins aux anciens combattants sans abri à l’endroit où ils vivent. Elle a également mieux fait connaître ce problème en en parlant publiquement et en y sensibilisant ainsi des milliers de personnes en Colombie-Britannique. Pendant la guerre en Afghanistan, Deborah a demandé à son groupe de piquage de courtepointes et aux Cadets de la Marine de créer des courtepointes et des colis de réconfort pour les soldats canadiens à l’étranger. Deborah est également infirmière bénévole au camp d’été de la Ligue navale.

En outre, Deborah est bénévole et sert de mentore à des jeunes dans le cadre du Défi Jeunesse Canada du Prix du Duc d’Édimbourg, de la Conférence mondiale de l’OTAN pour les jeunes et de la Ligue navale du Canada, qui inclut les programmes des Cadets de la Marine royale canadienne et le Corps des cadets de la ligue navale. Intervenant auprès de la jeunesse locale depuis plus de 20 ans, elle utilise ses compétences considérables en production de vidéos et en photojournalisme pour transmettre ses messages à la télévision, sur sa chaîne YouTube, dans la presse et dans des magazines partout au Canada, ainsi que dans les médias sociaux. Deborah se sert ainsi des médias pour inciter les jeunes des quatre coins de la province à s’impliquer et à acquérir des compétences essentielles, et relater des histoires de jeunes en difficulté. Grâce à elle, le ministère de l’Éducation s’est engagé à titre de partenaire pour aider les cadets à obtenir des crédits d’études secondaires grâce à leurs expériences de travail dans le cadre du Programme des cadets de la marine. Deborah a lancé un camp de recherche et de sauvetage pour les jeunes de la Garde côtière, dans le contexte d’un partenariat qu’elle a aidé à conclure entre la Garde côtière canadienne et le ministère de l’Éducation.

Le Comité Laura Milner White (Sheila Milner) - Prairies

Photos
  • Photo 1 : Sheila Milner

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Sheila Milner, au nom du Comité Laura Milner White, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership communautaire (Prairies) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Le Comité Laura Milner White tire son inspiration de la vie, du travail et de l’engagement de Laura Milner White, qui était déterminée à redonner à la collectivité. En 2000, Laura est devenue la mentore d’un père seul et la grande sœur non officieuse de deux de ses fillettes. Elle s’est intéressée à l’éducation des enfants et a participé à des activités à leur école, et elle a eu une influence très positive sur leurs vies. Malheureusement, le cancer a eu raison de Laura beaucoup trop tôt, en août 2005, et plus tard cette année-là, son mari, sa mère et certains de ses amis ont décidé de mettre sur pied le Comité Laura Milner White à sa mémoire.

Aujourd’hui, le Comité est composé de membres-organisateurs qui y œuvrent depuis longtemps ainsi que de nombreux bénévoles qui donnent de leur temps régulièrement dans les écoles de Winnipeg et qui travaillent d’arrache pied pour concevoir et animer des activités parascolaires. Inspirés par le dévouement de Laura envers autrui, sa famille et ses amis ont également mis sur pied un fonds de dotation à la Fondation Winnipeg. Le Comité recueille des fonds pour financer des projets qui touchent tous les aspects de la vie quotidienne des étudiants des quartiers défavorisés de Winnipeg. Au cours des dix dernières années, plus de 700 000 $ ont été recueillis et consacrés à des programmes en cours et à la mise en œuvre de nouveaux programmes.

Les activités soutenues ou créées par le Comité comprennent notamment l’inscription d’enfants à des camps d’été et à des camps d’hiver; l’aménagement d’un espace vert pour une école secondaire dans un quartier défavorisé; une ligue de soccer des quartiers défavorisés qui compte 46 équipes; des festivals des arts; l’achat d’équipement pour les écoles, comme des iPads, des tableaux interactifs, de l’équipement de conditionnement physique, des instruments de musique, des foires d’orientation professionnelle, des fournitures d’art, de l’équipement de sport et des uniformes pour des équipes de basket ball, de soccer et de hockey; de la nourriture pour soutenir les programmes de nutrition en milieu scolaire; de l’équipement de terrain de jeu; des collectes de livres; et le programme de toges pour les diplômés, qui connaît un grand succès.

L’importance qu’accordait Laura Milner White au bénévolat demeure au cœur du travail accompli par le Comité. Le travail de Laura en a déjà inspiré plus d’un à faire du bénévolat et à continuer de chercher des moyens créatifs d’inciter les membres de la collectivité à s’impliquer davantage.

Li Yuan Ma - Atlantique

Photos
  • Photo 1 : Li Yuan Ma

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Li Yuan Ma le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership communautaire (Atlantique) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Depuis son arrivée au Canada, il y a dix ans, Li Yuan Ma a travaillé bénévolement auprès de nombreux organismes et associations. Par exemple, elle fait du bénévolat auprès de la Prince Edward Island Association for Newcomers to Canada, étant bien au fait des difficultés que connaissent les nouveaux arrivants au Canada sur les plans social, culturel, linguistique et émotif. Elle cherche à faciliter leur intégration en leur offrant des services d’installation et des services d’interprétation dans les cliniques sans rendez-vous, les hôpitaux et les écoles ainsi que des conseils financiers en personne et à la radio ou dans les journaux chinois locaux.

Elle participe bénévolement à divers projets communautaires, dont les suivants : la réception donnée par la mairie aux nouveaux arrivants, la campagne Centraide, ambassadrice de la Chambre de commerce, Junior Achievement, festival de musique de plage de Cavendish, Fondation Rêves d’enfant, défilé de l’Î.-P.-É., symposium Women in business, YDay, marche pour la santé mentale au Canada, 4H Achievement Day, centre de badminton de l’Î.-P.-É pour les jeunes, téléthon QEH, téléthon IWK au profit des enfants, Manoir Ronald McDonald, marche pour lutter contre la dystrophie musculaire, PEI Old Home Week, société protectrice des animaux de l’Î.-P.-É et Relais pour la vie.

Li Yuan a réussi à obtenir une subvention pour financer DiverseCity, un festival multiculturel qui invite chaque année les habitants de l’île, anciens et nouveaux, à célébrer la diversité. Elle a encouragé plus d’une centaine de collègues de travail à faire du bénévolat pour le festival et a amassé 13 000 $ pour l’édition de 2017. Elle a aussi recueilli la même année plus de 50 000 $ pour diverses œuvres caritatives.

Invitée d’honneur à une conférence donnée en 2016 sous le thème « Strengthening PEI Future through Immigration », Li Yuan a pris la parole devant plus de 130 personnes des quatre coins de l’île pour souligner l’importance d’intégrer les nouveaux arrivants et de les inciter à rester sur l’île. Cette même année, elle avait aussi été invitée à prendre la parole devant les bénévoles de RBC dans le cadre du WE Day, à Halifax.

En 2015, Li Yuan a remporté le Diversity Award. En 2016, elle a obtenu le Global Citizen Award et représenté le Canada atlantique lors d’un voyage de dix jours au Kenya dans le cadre d’une activité bénévole internationale. En 2017, elle a été choisie comme l’une des 25 immigrants récompensés au Canada et a été interviewée par le magazine Canadian Immigrant.

Non seulement Li Yuan est devenue un exemple à suivre pour les nouveaux arrivants à l’Î.-P.-É qui cherchent à s’intégrer, elle a aussi sensibilisé le grand public à l’importance de la diversité, de l’insertion sociale et de la participation à la vie communautaire.

Marie-Claire Ivanski - Ontario

Photos
  • Photo 1 : Marie-Claire Ivanski

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Marie-Claire Ivanski le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership communautaire (Ontario) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Il y a douze ans, Marie-Claire Ivanski apprenait que son amie était atteinte du cancer du sein. C’est alors qu’elle a commencé à soutenir la Fondation canadienne du cancer du sein, ayant compris que les personnes aux prises avec le cancer ont besoin de raconter leur histoire, de s’entraider et de savoir qu’elles ne sont pas seules.

En cinq ans, elle a recueilli pour la Fondation, avec l’aide d’un groupe d’entreprises, des dons totalisant 300 000 $. Lorsque le groupe d’entreprises a mis fin à ses activités, Marie-Claire a créé une nouvelle équipe, Friends for Life. Avec l’appui de plus de 50 bénévoles, dont des survivantes du cancer du sein, elle a recueilli 275 000 $ lors de petits déjeuners annuels réunissant plus de 400 invités. Elle a profité de ces événements annuels pour rendre hommage à une survivante et à sa famille et pour sensibiliser la collectivité au cancer du sein.

Pendant plus de six ans, Marie-Claire a été membre et porte-parole du groupe Friends of Victoria’s Quilts Canada de Russell, un organisme sans but lucratif dont les membres confectionnent des courtepointes, qu’ils offrent gratuitement aux personnes atteintes du cancer pour les réconforter. En 2016, le groupe de Russell a livré plus de 200 courtepointes au siège social de l’organisme à Ottawa. Marie-Claire, à elle seule, en a livrées 72 à l’échelle locale, avec le message de Victoria’s Quilts Canada, « Vous n’êtes pas seul ».

Marie-Claire ne se contente pas de recueillir des fonds pour le cancer du sein; elle joue également un rôle actif dans la vie des patients atteints du cancer en leur rendant visite, en collaborant avec la banque d’alimentation pour venir en aide à ceux aux prises avec des difficultés financières ou tout simplement en offrant son amitié aux personnes dans le besoin. Des centaines de personnes dans sa collectivité immédiate et au-delà ont été touchées par la générosité de Marie-Claire et ont bénéficié de son dévouement, de son dynamisme et de son attitude positive.

La contribution de Marie-Claire au bien-être de sa collectivité est sans bornes. Elle a coprésidé une campagne de financement pour la construction d’un centre sportif communautaire. Elle a également coprésidé une collecte de fonds au profit des personnes évacuées de Fort McMurray, de Jonathan Pitre, qui subit des traitements intenses pour une maladie de la peau génétique, et de producteurs locaux lors de la foire Living Locally. Elle siège au comité d’administration de la société d’horticulture du district de Russell. Au cours des 12 dernières années, elle a amassé plus d’un million de dollars pour de multiples causes. Elle n’hésite pas à apporter son concours chaque fois que la collectivité à un nouveau besoin, en ralliant des sympathisants, en sensibilisant les membres de la collectivité, en faisant la promotion de collectes de fonds novatrices et en réunissant des entreprises, des groupes médiatiques et des politiciens pour apporter des changements positifs dans la collectivité.

Leadership émergent

Valérie Toupin-Dubé - Québec

Photos
  • Photo 1 : Valérie Toupin-Dubé

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Valérie Toupin-Dubé le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leader émergent à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Afin d’améliorer le bien-être communautaire, Valérie Toupin-Dubé a agi concrètement, en particulier auprès des enfants, des jeunes et des groupes vulnérables comme les familles à faible revenu et les personnes ayant des besoins spéciaux. Elle a entrepris ces efforts après avoir constaté dans la collectivité et la région un manque de connaissances sur des enjeux comme la sécurité alimentaire, l’agriculture et la nutrition.

En 2012, alors étudiante à l’Université McGill, Valérie a commencé à faire du bénévolat auprès du MacDonald Student-run Ecological Garden, dirigé par les étudiants. Il s’agit d’une initiative appuyée par la collectivité qui permet aux étudiants d’acquérir des connaissances sur la production agricole et d’approvisionner en fruits et légumes la collectivité de l’Ouest-de-l’Île de Montréal et les étudiants de McGill. Toujours pendant ses études, elle a cofondé le McGill Global Food Security Club, le Out of the Garden Project Café et le Farm-to-School Project dans le but de mieux faire connaître l’agriculture de proximité et l’approvisionnement responsable. Grâce à ce projet, de nombreux jeunes ont découvert la provenance des aliments qu’ils mangent et les répercussions de la culture alimentaire dans un climat nordique comme le Québec (Canada). Lors de sa dernière année universitaire, Valérie occupait le poste de vice-présidente et responsable des finances de la Macdonald Campus Student Society.

Après l’obtention de son diplôme en 2016, Valérie a piloté la transition du projet Farm-to-School, qui est passé du statut de club étudiant à celui d’organisme sans but lucratif baptisé École-O-Champ Québec/Farm to School Québec. Au cours de la dernière année, elle a dirigé l’organisme en rapide croissance qui est maintenant actif dans plus de 20 écoles et de nombreuses fermes au Québec. École-O-Champ Québec offre des programmes d’été et diverses initiatives de sensibilisation, en plus de cours sur l’agriculture, l’environnement et la nutrition, dans le cadre du programme de sciences et d’histoire dans les écoles primaires et secondaires. Ces cours satisfont aux exigences du ministère de l’Éducation sur l’enseignement de compétences.

Pendant deux ans, en plus de travailler avec École-O-Champ Québec, elle a aussi été directrice de Corbeille de Pain, un organisme de bienfaisance œuvrant à la sécurité alimentaire des collectivités de l’Ouest-de-l’île de Montréal, en favorisant un meilleur accès aux cuisines communautaires et à des ateliers sur la nutrition. Grâce à son travail à la Corbeille de Pain et à sa collaboration avec des partenaires, Valérie offre à des centaines de personnes vulnérables, notamment des jeunes familles et des réfugiés, un niveau élémentaire de sécurité alimentaire.

Akuechbeny Kuol - Colombie-Britannique et Nord

Photos
  • Photo 1 : Akuechbeny Kuol

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Akuechbeny Kuol le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leader émergent à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

En 2013, Akuechbeny Kuol est arrivé au Canada en provenance du Soudan du Sud via un camp de réfugiés au Kenya. Il avait été choisi par le Programme d’étudiants réfugiés d’Entraide universitaire mondiale du Canada, qui invite les étudiants les plus brillants vivant une situation de réfugiés à venir faire leurs études dans les universités canadiennes.

Akuechbeny a commencé ses études à l’Université de la Colombie-Britannique en 2014 et s’est aussitôt engagé auprès du Programme d’étudiants réfugiés de l’établissement. Il a rapidement convaincu les administrateurs de l’Université que la façon la plus durable de soutenir les étudiants réfugiés était d’élargir et de renforcer le programme. Il a aidé à organiser un référendum par suite duquel les frais imposés aux étudiants ont doublé, ce qui fait passer le nombre d’étudiants réfugiés de quatre à huit. Le Programme d’étudiants réfugiés de l’Université est alors devenu le plus important au pays.

Akuechbeny a également fait campagne afin que l’Université soutienne davantage les étudiants qui participent au Programme, amenant l’Université à embaucher un employé à temps plein pour soutenir les réfugiés. Grâce à ces changements, les étudiants réfugiés actuels et futurs auront suffisamment d’aide pour espérer obtenir leur diplôme et entamer leur carrière sans avoir de dettes, ce qui facilitera leur transition à la société canadienne.

Akuechbeny est une figure paternelle et un modèle pour de nombreux étudiants nouvellement arrivés dans le cadre du Programme. Au cours des dernières années, il a rendu un nombre incalculable de services. Par exemple, il a aidé les étudiants à se procurer des articles essentiels, il a organisé leur accueil à l’aéroport et leur emménagement, il les a aidés à ouvrir un compte bancaire et à créer leur compte d’étudiant, et il leur a indiqué les démarches à suivre pour obtenir un numéro d’assurance sociale et s’inscrire à l’assurance maladie. Dès leur première semaine, les étudiants réfugiés apprennent à bien connaître Akuechbeny, comme mentor et comme ami. Plusieurs suivent son exemple et s’engagent auprès du Programme d’étudiants réfugiés. Il incite les autres à agir en leur racontant l’histoire de son arrivée au Canada et en soulignant l’incroyable contribution des personnes qui l’ont aidé à réussir. Il est pleinement conscient de la chance qu’il a eue, et il trouve tous les jours des moyens concrets et durables de redonner à la collectivité.

Poshika Dhingra - Prairies

Photos
  • Photo 1 : Poshika Dhingra

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Poshika Dhingra le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leader émergent à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Leader très talentueuse et dynamique, Poshika Dhingra consacre son temps à de nombreuses initiatives : elle aide les familles d’immigrants et de réfugiés à s’adapter à leur nouveau pays, mène des campagnes de soins de santé pour les aînés, aide à réduire l’itinérance, collabore avec le Comité consultatif national des jeunes de la GRC sur la prévention du crime et la victimisation des jeunes, et dirige une équipe de bénévoles qui recueille des fonds pour les victimes des incendies de forêt de Fort McMurray.

En 2014, elle est devenue bénévole pour World of Welcome, un programme qui aide les étudiants nouvellement arrivés au Canada à s’adapter au milieu d’apprentissage et social des écoles secondaires canadiennes. Elle a passé une journée entière avec chaque famille afin de l’aider à s’y retrouver dans les épiceries, à utiliser le transport en commun et à obtenir d’autres services.

En 2015, Poshika a fondé l’organisme For Seniors, By Juniors et mené des campagnes de sensibilisation sur la santé des aînés au Canada et sur la scène internationale; pour ce faire, elle a réuni les membres de l’association des personnes âgées, des médecins de divers hôpitaux et des employés municipaux pour soutenir ces campagnes. Plus de 200 aînés ont assisté à chacune de ces campagnes et ont commencé à pratiquer la prévention. Poshika souhaite étendre la portée de son organisme afin d’aider à améliorer la santé des aînés dans les pays en développement.

En 2016, elle organise un événement appelé « Seniors’ Tea » dans un centre de soins de longue durée afin d’égayer la journée des résidents et de combler le fossé générationnel entre les aînés et les jeunes. Plusieurs des étudiants ayant participé à cet événement sont devenus des bénévoles réguliers du centre.

En plus d’être déterminée à améliorer les collectivités d’ici et d’ailleurs, Poshika trouve des solutions à long terme aux problèmes sociaux et favorise le changement positif dans les organisations et dans la vie des personnes dans le besoin.

Mark Allison - Atlantique

Photos
  • Photo 1 : Mark Allison

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Brian Wade, au nom de Mark Allison, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leader émergent à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Mark Allison est un symbole d’espoir et un modèle pour les jeunes amputés partout au pays. Diagnostiqué d’un cancer à l’âge de trois ans, Mark est amputé de la jambe droite. Malgré le défi qui se pose à lui à un si jeune âge, il surmonte cette tragédie et se fait champion du Programme pour enfants amputés (LES VAINQUEURS) et du programme JOUEZ PRUDEMMENT de l’Association des amputés de guerre du Canada.

Il fait des présentations sur les activités du programme LES VAINQUEURS devant des étudiants et des groupes communautaires ainsi que lors d’événements locaux pour sensibiliser le public à la vie des personnes amputées et aux difficultés auxquelles elles se heurtent. De plus, il fait la promotion du programme JOUEZ PRUDEMMENT en diffusant des messages de prudence à l’intention des enfants pour les rendre plus conscients des dangers que peuvent comporter les endroits où ils jouent.

En tant qu’animateur junior des séminaires à l’intention des enfants amputés de la région de l’Atlantique, Mark touche la vie de nombreux jeunes amputés de toutes les provinces maritimes en leur montrant comment vivre une vie positive. Lui et ses parents participent également au programme LES MÈRES SOLIDAIRES, afin d’offrir un soutien et des conseils aux familles frappées par des difficultés semblables.

Pour honorer la mémoire et les sacrifices des anciens combattants canadiens qui ont fondé le Programme des amputés de guerre, Mark organise des collectes de fonds dans les bibliothèques locales, envoie des lettres aux médias sur l’importance de l’héritage laissé par les amputés de guerre canadiens et représente l’Association lors d’événements commémoratifs et de cérémonies.

Prakash Amarasooriya - Ontario

Photos
  • Photo 1 : Prakash Amarasooriya

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Prakash Amarasooriya le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leader émergent à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Prakash Amarasooriya s’est donné pour mission d’améliorer les connaissances financières des jeunes de l’Ontario. Sa volonté d’aider les jeunes à comprendre les rudiments de l’argent prend sa source dans son expérience personnelle. Lorsqu’il était en 10e année, ses deux parents ont soudainement perdu leur emploi dans l’industrie automobile pendant la crise financière de 2008. Pris d’angoisse quant à la manière dont lui-même, ses parents et son frère cadet allaient se débrouiller, il a occupé cinq emplois à temps partiel différents tout au long de ses études secondaires.

En sa qualité de représentant des conseils scolaires du Toronto Youth Cabinet, Prakash a concentré ses efforts sur la rédaction d’une soumission et d’une pétition demandant au ministère de l’Éducation de remanier certains des programmes de 10e année afin d’y intégrer les principes de base de l’établissement d’un budget et de la littératie financière. Dans le cadre de sa campagne, il a mobilisé des éducateurs, des membres du conseil scolaire du district de Toronto, des organismes communautaires et des fonctionnaires provinciaux afin de concrétiser ensemble cette idée. Plus tôt cette année, la ministre de l’Éducation de l’Ontario a annoncé la mise en œuvre d’un projet pilote visant à instaurer un volet de littératie financière dans 29 écoles de la province ainsi que l’intégration de la littératie financière dans le programme des cours de choix de carrière dans toutes les écoles de l’Ontario à compter de septembre 2018.

Prakash est également conseiller bénévole pour le programme Entreprises de l’organisme JA du Centre de l’Ontario, qui est offert à son ancienne école secondaire. Ce programme scolaire offre aux étudiants la possibilité de démarrer leur propre entreprise et leur apprend comment gérer un budget, livrer un produit et travailler en équipe. Prakash, qui n’est pas beaucoup plus âgé que les étudiants dont il est le mentor, est davantage en mesure de s’identifier à eux que les enseignants et les chefs d’entreprise plus âgés.

Depuis le succès de son travail de promotion de la littératie financière, Prakash est devenu un chef de file en la matière en Ontario, parlant aux étudiants et prononçant des discours à diverses conférences. Son esprit de collaboration et ses compétences en leadership inspirent les membres du Toronto Youth Cabinet, et son travail témoigne de ce qu’il est possible de faire lorsque des jeunes travaillent ensemble à une cause commune.

Leadership d'entreprise

Les Fermes Lufa Inc. - Québec

Photos
  • Photo 1 : Les Fermes Lufa Inc.

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Lauren Rathmell, au nom de Les Fermes Lufa Inc., le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership d’entreprise (Québec) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Fondées par les entrepreneurs locaux Mohamed Hage et Lauren Rathmell, avec Kurt Lynn et Yahya Badran, les Fermes Lufa Inc. sont une entreprise commerciale socialement responsable établie à Montréal ayant pour but de nourrir la population urbaine de façon durable. Elle construit des serres urbaines sur les toits et favorise les partenariats avec des agriculteurs et des artisans locaux pour offrir aux consommateurs la possibilité de se procurer à longueur d’année des légumes et aliments frais, cultivés localement, par l’entremise d’une plateforme de commerce électronique.

En 2011, l’entreprise a ouvert sa première serre sur le toit d’un immeuble commercial dans le quartier Ahuntsic de Montréal. Il s’agissait de la première serre commerciale sur un toit au monde. Les légumes sont cultivés grâce à un système hydroponique géré par ordinateur qui alimente les plantes tout en recyclant et en réutilisant l’eau, ce qui réduit au minimum le gaspillage des ressources.

L’entreprise, qui continue de se développer et de construire des serres, a pour mission de cultiver des aliments dans les zones urbaines sans utiliser de nouvelles terres. À cette fin, elle capture l’eau de pluie, elle fait recirculer l’eau d’irrigation et les nutriments, elle réduit au minimum la consommation d’énergie, elle composte les déchets verts et elle livre aux clients des aliments frais cueillis le jour de leur récolte. L’entreprise, qui existe depuis six ans, sert d’exemple pour démontrer que l’agriculture urbaine est une manière commercialement viable, socialement responsable et durable sur le plan environnemental de nourrir les villes.

L’entreprise collabore également avec la collectivité en travaillant en partenariat avec des agriculteurs et des petites entreprises pour les aider à utiliser son marché et son réseau en ligne pour distribuer leurs produits. Elle travaille également de concert avec les collectivités qui participent à des initiatives locales de durabilité, en favorisant les changements positifs en matière de développement durable, d’agriculture durable et de sensibilisation quant à la provenance des aliments.

Afin de collaborer davantage avec la collectivité et de lui redonner, les employés de Lufa consacrent régulièrement du temps à une vaste gamme d’activités bénévoles. Ils participent à des conférences sur l’entrepreneuriat, la responsabilité sociale et la durabilité, organisent régulièrement des journées portes ouvertes, encadrent des étudiants lors de stages à la ferme et soutiennent le repas annuel composé d’aliments produits dans un rayon de 160 km organisé par les étudiants de l’École de diététique et de nutrition humaine de l’Université McGill.

Green Chair Recycling Inc. - Colombie-Britannique et Nord

Photos
  • Photo 1 : Green Chair Recycling Inc.

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Liliana Segal, au nom de Green Chair Recycling Inc., le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership d’entreprise (Colombie-Britannique et le Nord) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

L’entreprise Green Chair Recycling Inc. de Vancouver aide à garder les déchets hors des sites d’enfouissement un événement à la fois. En collaboration avec ses clients, elle organise des événements sans déchet, lors desquels 95 % des déchets générés sont recyclés. Depuis 2011, Green Chair Recycling Inc. a recyclé 13 637 sacs de déchets, ce qui équivaut à retirer 72 voitures des routes pendant un mois.

Au fil du temps, plus de 3 000 bénévoles (dont bon nombre reviennent encore et encore) ont participé aux activités de Green Chair Recycling Inc. Ses ambassadeurs verts bénévoles se tiennent à côté des postes de recyclage lors d’événements et sensibilisent les participants au recyclage des déchets. Tous les déchets sont surveillés lors de ces événements. Par la suite, un rapport sur la déviation des déchets est remis aux organisateurs afin qu’ils puissent apporter des améliorations aux processus la fois suivante. Les participants apprennent à déterminer la quantité de leurs déchets qui sont recyclables, et ainsi les personnes qui habitent près du lieu des événements n’ont pas à s’inquiéter des déchets laissés derrière. Plusieurs événements ont profité de ce service, notamment New West Pride, le festival Rock Ambleside Park, le festival Harmony Arts, le TaiwanFest, le festival Coho, le festival Columbia StrEAT et la Journée sans voiture de Port Moody.

Green Chair Recycling Inc. redonne à la collectivité en sensibilisant la population, en participant à des salons et des conférences sur la durabilité, en organisant des opérations de nettoyage communautaire et en aidant d’autres entreprises à établir des objectifs écologiques. L’entreprise s’est associée à deux grandes organisations, Encorp Pacific (Canada) et Vancity, afin d’aider à sensibiliser au recyclage un public plus large lors d’événements locaux.

Green Chair Recycling Inc. consacre environ 75 % de ses bénéfices à la sensibilisation, offrant gratuitement des présentations dans les écoles, les collèges et les universités et à d’autres groupes intéressés. Ses bénévoles organisent des visites éducatives gratuites des sites d’enfouissement et des centres de recyclage pour montrer aux étudiants la réalité des sites d’enfouissement et les sensibiliser au processus de recyclage dans leur collectivité.

Britton’s Your Independent Grocer - Prairies

Photos
  • Photo 1 : Britton’s Your Independent Grocer

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Bill Britton, au nom de Britton’s Your Independent Grocer, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership d’entreprise (Prairies) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Il y a un peu moins de trois ans, Bill Britton a pris les rênes de l’épicerie locale dans la collectivité de Lac La Biche. Non seulement Bill a fait de cette entreprise en difficulté le meilleur magasin franchisé au Canada, mais il fait participer son épicerie aux activités de tous les organismes de bienfaisance locaux. Qu’il s’agisse des Lutins du Père Noël, de l’Association des pompiers, de la Société de danse, de l’équipe de crosse des Wolves, des organismes Kidsport et Kids Are Worth It, du refuge pour femmes Hope Haven ou de la banque alimentaire locale et collégiale, l’entreprise participe activement aux programmes de bénévolat, commandite des événements et des organismes, et fait des dons à des organismes de bienfaisance.

En 2016, deux incidents majeurs se produisent dans la collectivité : l’incendie de l’immeuble Lakeview Manor et l’évacuation de Fort McMurray. Dans ce dernier cas, plus de 16 000 personnes ont trouvé refuge à Lac La Biche pendant une période de deux mois. Britton’s Your Independent Grocer a fourni les biens de première nécessité aux résidents déplacés et a demandé à ses employés de faire des heures supplémentaires et du bénévolat afin de répondre aux besoins. Bill a également fait appel à la société mère de son entreprise et encouragé la Chambre de commerce locale à contribuer aux efforts.

Bill a fait des démarches pour que les matchs de hockey locaux soient ouverts au public, offrant l’entrée gratuite aux enfants autochtones des sept Premières Nations et des quatre établissements métis avoisinants, ainsi qu’à tous les membres de la collectivité. Dans le cadre de l’initiative Better Together, le magasin a servi plus de 300 repas pour recueillir des fonds afin de venir en aide à des personnes dans le besoin, notamment un travailleur, une victime d’un vol à main armée, un membre de la collectivité ayant une tumeur au cerveau en phase terminale et des enfants défavorisés fréquentant une garderie.

L’engagement de l’entreprise envers l’amélioration de la collectivité est sans bornes. Elle offre des possibilités d’emploi intéressantes à des citoyens vulnérables, comme les personnes en libération conditionnelle, récemment sorties de prison ou ayant obtenu leur congé d’un centre de traitement de la toxicomanie et celles fuyant la violence familiale. Chaque membre du personnel fait preuve d’un grand professionnalisme. Le travail communautaire inlassable de Bill Britton et de son équipe fait de Britton’s Your Independent Grocer l’un des meilleurs exemples d’entreprise impliquée dans une petite collectivité.

Collège communautaire du Nouveau-Brunswick - Atlantique

Photos
  • Photo 1 : Collège communautaire du Nouveau-Brunswick

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Amanda Bent, Heather Allaby et Marilyn Luscombe, au nom du New Brunswick Community College, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership d’entreprise (Atlantique) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Tout au long de son histoire, le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) a encouragé les étudiants à développer leurs compétences grâce à des projets de bénévolat et de services communautaires. Le développement de leaders qui contribuent à des communautés diversifiées et inclusives au Nouveau-Brunswick et dans le monde est un élément essentiel de l’avantage qu’offre le CCNB.

En 2014, le CCNB a lancé l’Institut Robertson pour le leadership communautaire, une expérience d’apprentissage conforme à la vision du Collège, qui est de « transformer les vies et les communautés ». Par l’entremise de l’Institut, chaque étudiant au CCNB participe à des activités de bénévolat et d’apprentissage du service dans le cadre d’un cours obligatoire sur le leadership et le bénévolat appelé Soutien. D’autres cours s’inscrivant dans le programme de certification des dirigeants communautaires sont en voie d’élaboration. Ces cours aideront les étudiants à approfondir les liens communautaires, à innover et à mobiliser les autres.

Depuis 2014, les étudiants et le personnel du Collège ont consacré plus de 36 000 heures à plus de 675 activités communautaires au Nouveau-Brunswick pendant six jours de service à l’échelle du Collège. Ces projets utiles et pratiques ont consisté à faire appel à des étudiants suivant des cours de travail du métal pour qu’ils fabriquent des supports pour les instruments utilisés lors de programmes de sensibilisation à la musique; à des étudiants en santé pour qu’ils vérifient les signes vitaux des aînés; à des étudiants en commerce pour qu’ils offrent du soutien en marketing à une cuisine communautaire; à des étudiants en éducation de la petite enfance afin qu’ils participent à des programmes d’alphabétisation des jeunes enfants; et bien plus encore.

Non seulement ces activités apportent un soutien précieux aux organismes et aux initiatives communautaires dans l’ensemble de la province, mais elles ont également permis aux étudiants d’acquérir des compétences essentielles comme la communication, le travail d’équipe et la résolution de problèmes, grâce auxquelles ils se démarqueront durant leur carrière et leur vie.

UPS® Canada - Ontario

Photos
  • Photo 1 : UPS™ Canada

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Daniel Shea et Aylin Lusi, au nom de UPS® Canada, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Leadership d’entreprise (Québec) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Les valeurs et le savoir-faire de UPS Canada sont axés sur la diversité, la sécurité des collectivités, la durabilité de l’environnement et le bénévolat. Depuis sa création, en 1951, la Fondation UPS a versé des bourses communautaires à des programmes canadiens qui ont eu des incidences positives concrètes sur les collectivités locales et sur l’environnement.

De nombreux organismes caritatifs ont bénéficié du bénévolat des employés de UPS, de partenariats avec l’entreprise et de bourses versées par la Fondation, y compris Credit Valley Conservation, l’Office de protection de la naturedeToronto et de la région, l’Office de protection de la nature de la vallée Nottawasaga, Centraide, Youth Without Shelter, les Repaires jeunesse du Canada, les Grands frères et Grandes sœurs, la IWK Foundation et l’Armée du Salut.

Grâce à l’initiative Global Forestry de UPS, qui vise à protéger, à conserver et à restaurer de vastes aires naturelles et la diversité biologique dans toutes les régions du Canada ainsi qu’à faire participer les employés à une gouvernance utile et concrète, plus de 6 200 arbres indigènes ont été plantés dans tout le Canada, à l’occasion de 12 événements de plantation d’arbres. UPS a aussi appuyé, en versant du financement supplémentaire, la plantation de plus de 18 500 arbres et arbustes indigènes dans le bassin hydrographique de la rivière Credit. Chacune de ces initiatives fait partie d’un objectif plus vaste qui consiste à planter 15 000 000 d’arbres d’ici 2020.

UPS encourage ses employés à faire du bénévolat dans leurs collectivités. En 2016, ses employés, leurs familles et leurs amis ont donné plus de 105 000 heures de bénévolat. Cette même année, une équipe de 1 500 bénévoles a marché pendant la collecte de fonds annuelle de la Fondation pour la recherche sur le diabète juvénile et a recueilli plus de 173 000 $. UPS Canada a aussi recueilli plus de 1 200 000 $ durant sa campagne Centraide, ce qui lui a valu de recevoir le prix Un million de mercis pour la 16e année consécutive.

Innovation sociale

Le Pivot - Québec

Photos
  • Photo 1 : Le Pivot

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Ginette Faucher, au nom de Le Pivot, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Innovation sociale (Québec) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Le Pivot, fondé en 1982 à Québec, est un centre communautaire et bien plus encore. Cet organisme à but non lucratif a pour mission de créer un milieu de vie favorisant l’épanouissement de l’individu et de la collectivité à partir des besoins et des ressources du milieu, en soutenant et en encadrant les initiatives des gens de leur collectivité, créant ainsi un lieu d’appartenance pour la communauté.

Tel un pivot, le centre communautaire est au cœur de sa communauté. De ce fait, avec la détermination de l’organisme à apporter une contribution positive importante dans sa communauté, Le Pivot est un lieu où des groupes de gens s’impliquent bénévolement pour construire des projets ensemble. Fréquenté par tous les groupes d’âge de 0 à 90 ans, cet organisme à but non lucratif offre à la population de l’arrondissement de Beauport des programmes et des activités animées telles que des ateliers sportifs, culturels et communautaires, des fêtes populaires ainsi que des programmes pour les démunis.

Le Pivot est activement présent dans sa communauté, notamment en participant à plusieurs tables de concertation intersectorielles et citoyennes, dont certaines sont nées de son initiative, soit la Table Azimut Santé, Québec en Forme et la Table des aînés, qui luttent contre la pauvreté et l’exclusion sociale, se consacrent à la question de l’immigration, font la promotion de saines habitudes de vie, offrent des services aux aînés et plus encore. Depuis une quinzaine d’années, l’organisme a ainsi accru son implication dans le développement social. Des programmes d’entraide ont vu le jour en réponse aux besoins de plus en plus présents et variés. Certaines de ces activités incluent la distribution alimentaire, le Comptoir Accèsports (distribution gratuite d’articles de sports usagés en bon état), l’accueil des personnes immigrantes, un espace de référence, d’écoute et d’éducation, le jardin communautaire, l’assistance juridique gratuite (service de référence par un avocat), le Programme impôt bénévole et le Marchand de lunettes (avec la présence d’un optométriste).

Le Pivot est régulièrement sollicité par ses pairs pour son expertise et ses initiatives innovantes de même que pour les projets de recherches universitaires. Il est aussi un modèle reconnu en matière de bénévolat, notamment pour sa politique sur le bénévolat, avec 220 bénévoles dans l’ensemble des programmes et des activités du Pivot qui ont fait 24 000 heures de bénévolat juste en 2015.

Iqaluit Music Society - Iqalunninijjausijarnimut Katujjiji - Colombie-Britannique et Nord

Photos
  • Photo 1 : Iqaluit Music Society - Iqalunninijjausijarnimut Katujjiji

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Darlene Nuqingaq et Naiome Eegeesiak, au nom de Iqaluit Music Society – Iqalunninijjausijarnimut Katujjiji, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Innovation sociale (Colombie-Britannique et Nord) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Depuis 1995, l’Iqaluit Music Society offre aux jeunes d’Iqaluit des services d’enseignement de la musique gratuits et libres d’accès. Le groupe de bénévoles dévoués de l’organisme a trouvé des façons novatrices d’offrir une éducation musicale à des centaines de jeunes, de promouvoir la santé mentale et d’amener les jeunes à s’exprimer de façon positive. En plus d’enrichir la vie des jeunes, la possibilité d’étudier la musique a contribué à prévenir le suicide et les a aidés à surmonter des difficultés personnelles et à devenir plus résilients.

Durant les camps d’été de musique, chaque participant a la possibilité de suivre deux des ateliers suivants : la danse du tambour inuite, le chant de gorge, l’accordéon, le violon, la guitare, la flute douce, le chant, la fanfare, la percussion, le xylophone et la danse. De plus, les programmes réunissent des aînés et des jeunes lors d’activités d’apprentissage et d’interprétation de la musique inuite traditionnelle. De nombreux anciens participants aux programmes enseignent maintenant au camp d’été de musique à Iqaluit ou ont mis sur pied des camps de musique dans d’autres collectivités du Nunavut.

La volonté de l’organisme d’offrir aux jeunes le don de la musique bénéficie d’un appui solide de la part de particuliers, d’entreprises locales et régionales, et des gouvernements territorial et fédéral. L’Iqaluit Music Society utilise cette aide de façon créative pour offrir aux jeunes du Nunavut l’occasion de se produire sur scène au Centre national des arts d’Ottawa ainsi qu’au Maritime Conservatory of Performing Arts de Halifax. De surcroît, elle permet aux jeunes des régions du sud de se familiariser avec la musique et les traditions du Nord.

Reconnaissant les avantages d’une exposition précoce à la musique, l’Iqaluit Music Society, en plus des programmes susmentionnés, offre désormais des ateliers d’enseignement de la musique aux enseignants du primaire et aux éducatrices de garderie afin qu’ils puissent faire vivre l’expérience de la musique aux petits.

Calgary Firefighters Burn Treatment Society - Prairies

Photos
  • Photo 1 : Calgary Firefighters Burn Treatment Society

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Thomas Kerr et Jim Fisher, au nom de Calgary Firefighters Burn Treatment Society, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Innovation sociale (Prairies) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Depuis 1978, la Calgary Firefighters Burn Treatment Society mobilise les citoyens, qui font un nombre incalculable d’heures de bénévolat pour venir en aide aux victimes de brûlures. Cet organisme, avec l’aide de partenaires communautaires, recueille des fonds pour le centre de traitement des brûlures du centre médical Foothills afin d’aider les victimes de brûlures à faire face aux nombreuses chirurgies, à la longue période de guérison, à l’anxiété profonde et à la dépression. Le centre de traitement veille à ce que les victimes de brûlures du sud de l’Alberta, du sud-est de la Colombie-Britannique et du sud-ouest de la Saskatchewan reçoivent les meilleurs soins possibles. À ce jour, la Calgary Firefighters Burn Treatment Society a amassé plus de huit millions de dollars pour soutenir les survivants de brûlures de la collectivité.

Les efforts soutenus de l’organisme ont permis d’acheter du matériel de réadaptation, de fournir des centaines de vêtements de compression, de parrainer le groupe de soutien des survivants de brûlures et d’envoyer de jeunes survivants au camp de vacances des pompiers de l’Alberta. Chaque été, ce camp réunit environ 70 enfants de toutes les régions de l’Alberta qui vivent avec les mêmes séquelles psychologiques et physiques, et les aide à surmonter leur expérience traumatisante.

En outre, la Calgary Firefighters Burn Treatment Society finance des recherches de calibre mondial sur la régénération de la peau à l’Université de Calgary. Son aide permet à des membres du personnel du centre médical Foothills d’assister à des conférences médicales et d’approfondir leurs connaissances des difficultés que vivent les victimes de brûlures. Grâce à de solides partenariats avec les donateurs et à la mobilisation de la collectivité, l’organisme aide le centre de traitement à améliorer la vie de milliers de victimes de brûlures et à faciliter leur rétablissement.

Metro Non-Profit Housing Association - Atlantique

Photos
  • Photo 1 : Metro Non-Profit Housing Association

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Carol Charlebois, au nom de Metro Non-Profit Housing Association, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Innovation sociale (Atlantique) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

La Metro Non-Profit Housing Association aide les personnes sans abri ou susceptibles de le devenir à établir ou à entretenir leur logement depuis 1988. En collaboration avec la municipalité régionale d’Halifax, elle mène divers projets novateurs en tant que l’un des premiers groupes d’aide au logement sans prise en charge de la région. Cette association possède maintenant 78 unités de logement social qui offrent un logement durable à 83 personnes. De plus, elle offre des emplois à certains locataires ainsi que la possibilité de participer à la gestion des immeubles.

Depuis 1997, l’organisme mène une initiative novatrice, le centre de soutien au logement. Ce centre accueille chaque matin environ 100 personnes et les met en contact avec l’équipe de soutien communautaire qui leur donne accès à des services de soutien individuel, à un service d’aiguillage, à des ressources communautaires ainsi qu’à d’autres services de soutien social et par les pairs. Les travailleurs affectés au soutien au logement aident également les personnes et les familles sans abri à se trouver un logement. De plus, ils aident les travailleurs de la santé à placer des personnes ayant obtenu leur congé de l’hôpital ou d’un centre de traitement de la toxicomanie. En 2015, ils ont mené plus de 500 interventions auprès de personnes itinérantes ou à risque de le devenir qui présentaient des problèmes de toxicomanie et de santé mentale, ou qui avaient besoin d’aide pour régler des problèmes liés au logement ou éviter l’expulsion.

L’Association offre également les initiatives d’aide au logement Halifax Housing Help et Darmouth Housing Help afin de trouver des logements et des logements avec services de soutien, et d’aider les personnes et les familles à éviter l’expulsion. Ces initiatives s’inscrivent dans le programme offert par le service de syndics de l’Association, qui vise à améliorer l’autonomie et la stabilité du logement chez les personnes sans abri ou susceptibles de le devenir en leur offrant des services personnalisés.

En outre, l’Association donne voix aux personnes à faible revenu qui sont vulnérables à l’itinérance grâce à l’initiative de la chorale Shining Lights. Les participants en retirent un sentiment d’utilité et d’appartenance, gagnent en estime de soi et bénéficient d’un soutien social. La chorale s’est produite sur des centaines de scènes et ainsi qu’à la radio, à la télévision, en ligne et dans les journaux, ce qui a contribué à sensibiliser le public à l’itinérance et à la pauvreté.

Parkdale Food Centre - Ontario

Photos
  • Photo 1 : Parkdale Food Centre

    Dans la photo : L’honorable Jean-Yves Duclos a remis à Karen Secord, au nom de Parkdale Food Centre, le Prix pour le bénévolat du Canada dans la catégorie Innovation sociale (Ontario) à l’occasion d’une cérémonie tenue le 5 décembre 2017 à Ottawa.

Dans le secteur Hintonburg Mechanicsville d’Ottawa, 22 % des résidents ont un faible revenu, ce qui est environ deux fois plus élevé que la moyenne de la ville. Le Parkdale Food Centre (PFC), qui œuvre au cœur de ce secteur, a changé les mentalités et révolutionné la façon dont les banques alimentaires fonctionnent, en délaissant le modèle de bienfaisance traditionnel à la faveur d’un modèle qui mobilise la collectivité. Le PFC est la première banque alimentaire au Canada dont les locaux se trouvent dans le même bâtiment qu’un centre de soins de santé. On reconnaît ainsi le rôle de la sécurité alimentaire dans la promotion de la santé, et la nécessité d’intégrer les services afin de mieux répondre aux besoins de la collectivité.

Le PFC accueille chaque mois plus de 750 personnes. Au cours des trois dernières années, le Centre a fourni de la nourriture à plus de 13 % des ménages du quartier. En outre, il offre des cours de cuisine hebdomadaires dans sa cuisine communautaire, organise des dîners ponctuels et des repas communautaires mensuels, et il gère un réfrigérateur communautaire et deux programmes d’entreprise sociale à l’intention des jeunes. De plus, il offre une aide aux familles qui quittent les refuges, sensibilisent les voisins à la nutrition, à la santé et à la défense de leurs droits, et leur donne les moyens de devenir plus résilients.

Dans le cadre de ses programmes, le PFC s’emploie à éliminer les obstacles entre les voisins, ce qui permet à beaucoup d’entre eux d’améliorer leurs compétences. Bon nombre de ses clients, devenus des bénévoles dévoués, ont obtenu un emploi auprès d’entreprises locales. Le nombre de bénévoles du PFC est passé de 40 à 120 en très peu de temps. En 2016, plus de 15 groupes provenant d’entreprises locales et de ministères gouvernementaux ont tenu au Centre des activités de renforcement de l’esprit d’équipe au cours desquelles ils ont cuisiné bénévolement des soupes et des ragouts dans le cadre de l’initiative Fill-the-Freezer (garnissons le congélateur).

Le PFC est devenu un modèle dans la collectivité. Le milieu positif dans lequel il évolue a incité d’autres banques alimentaires à délaisser les solutions provisoires à la sécurité alimentaire. Plus de 45 entreprises locales, organismes locaux de services sociaux et organismes sans but lucratif participent maintenant au travail du PFC, apportant par leur action une réponse intégrée aux besoins de la collectivité.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :