Havre Peninsula : secteur préoccupant

En août 2012, toutes les mesures requises pour restaurer la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème avaient été effectuées dans ce secteur préoccupant (SP). Des travaux d’évaluation et de surveillance de l’environnement ont cours pour déterminer si le secteur respecte les critères de rétablissement environnemental. 

Pourquoi a-t-on attribué à ce lieu la désignation de secteur préoccupant?

On a attribué la désignation de SP au havre Peninsula car un examen des données existantes avait indiqué une grave dégradation de la qualité de l’eau et de la santé de l’environnement à cet endroit. Une surveillance plus approfondie a notamment révélé des niveaux de contaminants élevés dans les poissons et les sédiments, la disparition d’habitats de poissons, ainsi qu’une dégradation des populations de poissons et d’organismes benthiques (vers et insectes habitant les fonds de lac). Ces problèmes découlaient du rejet d’eaux usées provenant de la station de traitement des eaux usées, d’une ancienne usine de pâte à papier, de l’usine de produits chimiques qui y était associée et des estacades flottantes. Par conséquent, six des quatorze indicateurs d’utilisations bénéfiques en matière de santé de l’écosystème établis en vertu de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs étaient réputés altérés.

Quels ont été les accomplissements jusqu’ici?

Par l’entremise des efforts combinés d’Environnement et Changement climatique Canada, du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario, de l’industrie locale, de citoyens inquiets et d’autres partenaires, de considérables améliorations ont pu être apportées à la qualité de l’eau et à la santé de l’écosystème du havre Peninsula. Deux des six utilisations bénéfiques initialement réputées altérées ont retrouvé le statut d’utilisations non altérées, notamment les tumeurs ou autres malformations chez les poissons et les restrictions des activités de dragage. Il ne reste donc plus que quatre utilisations bénéfiques altérées, soit les restrictions de la consommation de poissons et d’espèces sauvages, la dégradation des populations de poissons et d’espèces sauvages, la dégradation des organismes benthiques et la disparition des habitats de poissons et d’espèces sauvages.

Toutes les mesures liées au traitement des eaux usées municipales et industrielles ont été prises. La mise en œuvre de règlements liés à l’industrie des pâtes et papiers et la réglementation relative à la Stratégie municipale et industrielle de dépollution au milieu des années 1990 ont donné lieu à des changements et à des modernisations de processus à l’usine de traitement des eaux usées de Marathon, et l’usine de pâte à papier a définitivement fermé ses portes en 2009. Ces mesures ont grandement contribué à l’amélioration de la qualité de l’eau et du paysage dans le secteur. Elles ont aussi permis de résoudre des problèmes de contamination bactérienne, d’écume et d’odeurs.

En 2012, un projet de 7 M$ a permis de placer 15 à 20 centimètres de sable propre sur la majeure partie des sédiments contaminés dans l’anse Jellicoe - un processus connu comme « recouvrement par fine couche protectrice ». Cela fut le premier projet de ce type à être réalisé dans la région des Grands Lacs du Canada. Le recouvrement par fine couche protectrice crée un habitat sain pour les poissons, arrête la dissémination des sédiments contaminés et réduit le risque pour les poissons, les oiseaux, les mammifères et les personnes qui se nourrissent de poisson.

En 2013, un examen de suivi a permis de conclure que le recouvrement ne bougeait pas, ce qui témoignait d’une installation réussie. Selon les études d’ingénierie réalisées, le recouvrement devrait accélérer le processus de rétablissement naturel de 75 ans.

Que reste-t-il à faire?

Le projet de recouvrement constituait la dernière grande mesure de restauration à réaliser dans ce SP. Un plan de surveillance à long terme a été mis en place pour évaluer le rendement et l’efficacité du recouvrement, de même que pour faire le suivi du processus de récupération écologique. Une évaluation de l’intégrité du recouvrement et de la recolonisation des organismes benthiques est prévue pour 2017, soit cinq ans après l’installation du recouvrement.

D’autres mesures de surveillance et d’évaluation environnementales seront nécessaires pour déterminer l’état des quatre autres utilisations bénéfiques altérées et pour vérifier le respect ou non des critères de radiation propres à chacune. Une fois que les activités de surveillance et d’évaluation auront confirmé le rétablissement de la qualité de l’eau et de la santé de l’écosystème, le gouvernement du Canada et de l’Ontario consulteront la communauté autochtone et locale, de même que les intervenants, sur le retrait du havre Peninsula de la liste des secteurs préoccupants des Grands Lacs.

Aperçu

Les résultats des mesures de surveillance écologique et de vérification faisant suite à l’installation du recouvrement alimenteront le processus décisionnel quant à la radiation du SP du havre Peninsula. Une décision devrait être prise à cet égard d’ici 2019.

Où peut-on obtenir de plus amples renseignements?

Partenaires

Les efforts déployés dans le havre Peninsula auront été le fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Canada, d’autres gouvernements et des groupes non gouvernementaux, y compris des membres de la population.

Une tâche aussi colossale n’aurait pu être l’œuvre d’une seule organisation et nécessitait un travail de collaboration.

Voici les participants qui contribuent aux efforts déployés dans le secteur préoccupant du havre Peninsula :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :