La Garde côtière canadienne amorce la saison 2021 dans l’Arctique

Communiqué de presse

22 juin 2021

Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest - Le gouvernement du Canada est résolu à assurer la sécurité maritime, à fournir les services essentiels aux navigateurs et à assurer la santé et la sécurité de tous les Canadiens. La saison annuelle de déglaçage de la Garde côtière canadienne dans les eaux arctiques permet de garantir le déplacement sûr et efficace des navires et des marchandises dans les eaux arctiques, ce qui est essentiel pour le réapprovisionnement des collectivités. La présence de la Garde côtière canadienne dans l’Arctique canadien permet également d’assurer la prestation des services essentiels, notamment les opérations de recherche et sauvetage, l’appui à la recherche scientifique, les services de communication et de trafic maritimes, les aides à la navigation et l’intervention environnementale en mer.

Cette année, la saison annuelle de déglaçage de la Garde côtière canadienne dans l’Arctique sera l’occasion pour le NGCC Jean Goodwill d’effectuer son voyage inaugural. Le NGCC Jean Goodwill, qui a été livré à la Garde côtière en novembre 2020, est le deuxième des trois brise-glaces moyens provisoires à se joindre à la flotte. Au total, la Garde côtière déploiera huit de ses brise-glaces de juin à novembre, afin de soutenir ses engagements en matière d’opérations et de programmes à l’appui des collectivités nordiques.

  • 17 juin - Le NGCC Terry Fox quitte St. John’s, T.-N.-L., pour mener des opérations de déglaçage et pour soutenir le programme SARSmart du Conseil canadien de la sécurité nautique, qui vise à fournir des gilets de sauvetage à quatre collectivités du Nunavut – Arviat, Coral Harbour, Naujaat, et Rankin Inlet.
  • 24 juin - Le NGCC Des Groseilliers quitte Québec (Qc) pour des opérations liées aux aides à la navigation, pour aller ravitailler les stations Killiniq et Eureka, et pour réaliser de la cartographie pour le Service hydrographique du Canada (SHC).
  • 30 juin - Le NGCC Jean Goodwill quitte Dartmouth, N.-É. pour un voyage inaugural dans l’Arctique, lors duquel se mèneront des opérations de déglaçage, et l’opération Pacer Goose, qui vise à ravitailler la base aérienne américaine de Thule, au Groenland.
  • 30 juin - Le NGCC Amundsen quitte Québec (Qc) pour mener des missions scientifiques dirigées par Amundsen Science.
  • 7 juillet - Le NGCC Sir Wilfrid Laurier quitte Victoria (C.-B.) pour mener des opérations de déglaçage, des opérations liées aux aides à la navigation, des activités liées au SHC, et des activités de programme scientifique.
  • 23 juillet - Le NGCC Louis S. St-Laurent quitte St. John’s (T.-N.-L.) pour mener des opérations de déglaçage, des activités liées au SHC, et pour prendre part à la mission internationale de l’étude conjointe sur les glaces océaniques.
  • 25 juillet - Le NGCC Pierre Radisson quitte Québec (QC) pour mener des opérations de déglaçage et des activités liées au SHC, ainsi que pour participer à la simulation d’urgence maritime Opération NanookTatigiit dans la baie de Baffin.                                    
  • 8 septembre - Le NGCC Henry Larsen quitte St. John’s (T.-N.-L.) pour mener des opérations de déglaçage et des activités liées au SHC, ainsi que pour fermer la station Killiniq pour la fin de la saison.

Les équipages compétents de la Garde côtière canadienne sont prêts à aider l’industrie du transport maritime durant les missions de réapprovisionnement annuelles dans l’Arctique, que l’on appelle aussi le « ravitaillement par mer ». En plus d’assurer des opérations d’escorte dans les glaces, la Garde côtière fournira des mises à jour quotidiennes sur l’état des glaces et sur les opérations des brise-glaces à l’industrie et aux partenaires pendant toute la saison de navigation. Leurs contributions sont essentielles pour assurer une bonne saison de navigation dans l’Arctique.

La Garde côtière surveille activement l’évolution de la pandémie de COVID-19 et travaille en étroite collaboration avec les gouvernements et les organisations autochtones, les gouvernements territoriaux, les collectivités, l’industrie et d’autres partenaires pour prendre des décisions fondées sur les meilleurs conseils des autorités sanitaires fédérales, provinciales, territoriales et municipales. Les niveaux de service de la Garde côtière restent les mêmes (opérations normales), et des procédures opérationnelles normalisées à l’échelle nationale sont en place pour prévenir la propagation du virus. Des procédures avancées de dépistage de la COVID-19, telles le dépistage rapide et la prise de la température au préembarquement ont été mises en place, et des pratiques d’hygiène additionnelles pour tout l’équipage de la Garde côtière à bord des navires en direction de l’Arctique ont été mises en œuvre.

En raison de la pandémie, toutes les activités de mobilisation du public dans l’Arctique censées se dérouler en personne et jugées non essentielles ont été annulées cette année. Cela comprend les congés à terre pour les équipages de la Garde côtière, les visites dans les collectivités, les portes ouvertes et les visites des navires de la Garde côtière, afin de limiter le contact avec les collectivités, à moins que cela soit essentiel, comme dans le cas d’une urgence médicale.

Citations

« Les membres dévoués de la Garde côtière canadienne se sont adaptés afin de pouvoir travailler pendant la pandémie de COVID-19 et continueront à fournir les services de déglaçage et les services et programmes de recherche et de sauvetage dans l’Arctique. En renforçant nos relations avec les habitants du Nord, nous assurons la sécurité des navigateurs, des océans et des collectivités. Les navires de la Garde côtière qui sont en partance pour l’Arctique fourniront des services essentiels sur lesquels les collectivités de l’Arctique comptent chaque année, et contribueront à soutenir une économie bleue vigoureuse. »

L’honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« La Garde côtière canadienne veille à ce que ses membres d’équipage détiennent les navires et l’équipement nécessaire afin de pouvoir fournir leurs services essentiels dans l’Arctique et partout ou Canada. Je suis fier de voir le NGCC Jean Goodwill effectuer son voyage inaugural dans l’Arctique cette année et se joindre à notre flotte de navires qui fournissent un soutien essentiel aux collectivités du Nord à chaque saison arctique. Au cours des prochaines années, l’ajout de deux nouveaux brise-glaces polaires permettra à la Garde côtière de poursuivre ses activités sur l’eau dans l’Arctique tout au long de l’année. »

Mario Pelletier, commissaire, Garde côtière canadienne

« La priorité de la Garde côtière est d’assurer la santé et la sécurité de ses équipages, et des personnes et des collectivités qu’elle dessert dans l’Arctique, en mer et à terre. Nous continuons d’adapter nos plans et sommes en constante communication avec nos partenaires de l’Arctique pour assurer la prestation des programmes essentiels, par exemple, celui de recherche et sauvetage, celui d’intervention environnementale et celui de déglaçage pour faciliter le réapprovisionnement des collectivités. Nous sommes résolus à ce que la saison opérationnelle dans l’Arctique soit un succès à nouveau cet été/automne, et à poursuivre le dialogue avec les habitants du Nord sur les priorités de toute l’année. »

 

Neil O’Rourke, commissaire adjoint, Garde côtière canadienne, région de l’Arctique

Faits en bref

  • La station d’embarcations de sauvetages côtiers de Rankin Inlet, au Nunavut, ouvrira le 23 juin 2021 et fermera le 7 septembre 2021 pour la saison. Le fonctionnement de la station est assuré par des étudiants autochtones de niveau postsecondaire qui fournissent des services d’intervention locale pour la recherche et le sauvetage en mer.

  • La réouverture annuelle du centre des Services de communications et de trafic maritime (SCTM) à Iqaluit a eu lieu le 25 mai 2020. Ce dernier demeurera ouvert jusqu’au 20 décembre 2021, date à partir de laquelle les services dans la zone des services de trafic maritime du Nord canadien (NORDREG) seront fournis par le centre des SCTM des Escoumins, au Québec, jusqu’à l’ouverture de la saison 2022 dans l’Arctique.

  • Les produits de navigation publiés officiellement par le Service hydrographique du Canada (SHC) fournissent l’information maritime nécessaire pour soutenir une navigation sûre et efficace dans l’Arctique. Cette année, des hydrographes du SHC navigueront à bord de cinq brise-glaces de la Garde côtière pour effectuer des travaux de relevé. Les données seront collectées au moyen d’échosondeurs multifaisceaux installés à bord de brise-glaces, pour augmenter le nombre de relevés des fonds marins effectués dans l’Arctique. Les relevés seront effectués par le SHC de manière ciblée et lorsque l’occasion se présentera, pendant le transit des navires entre les tâches qui leur sont assignées dans l’Arctique.

  • La Garde côtière travaille activement avec les Inuits, les Premières nations, les Métis et les résidents du Nord, pour appuyer la Garde côtière auxiliaire canadienne (GCAC) dans l’Arctique. Cela implique d’identifier les collectivités qui souhaitent participer au Programme pilote communautaire autochtone de bénévolat en sécurité nautique, qui fournit des bateaux de recherche et de sauvetage et d’autres équipements pour satisfaire aux normes de la GCAC et de Transports Canada.

  • Cet été, le NGCC Dumit et le NGCC Eckaloo seront opérationnels de juin à octobre dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils mèneront des programmes annuels d’aides à la navigation sur le fleuve Mackenzie et sur le Grand lac des Esclaves, en soutien au ravitaillement dans l’ouest de l’Arctique.

  • L’opération Nanook-Tatigiit, une intervention interorganisme en cas d’incident maritime majeur nécessitant une opération de sauvetage massive, doit avoir lieu du 13 au 14 août 2021 dans la péninsule Cumberland. De nombreux gouvernements et organismes du Canada, du Danemark, et des États-Unis participent à l’exercice, qui vise à tester l’efficacité et le niveau de préparation à des recherches et à des sauvetages de masse dans l’Arctique.

  • Outre le dépistage rapide obligatoire pour l’ensemble du personnel susceptible d’être déployé dans l’Arctique, la Garde côtière canadienne procède également à une mise en œuvre nationale de dépistage rapide et volontaire du personnel avant d’embarquer sur d’autres navires ou d’entrer sur des lieux de travail. Ce plan national de mise en œuvre a été élaboré en collaboration avec Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada, puis a été peaufiné dans le cadre d’un projet pilote mené dans certains lieux de travail et navires de la Garde côtière.

  • En 2018, la Garde côtière canadienne a acquis trois brise-glaces moyens provisoires pour assurer le maintien des services essentiels de déglaçage dans le Canada atlantique, le Saint-Laurent et les Grands Lacs ainsi que dans l’Arctique, pendant les périodes de prolongation de la durée de vie des navires et de réparation de la flotte existante.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613‑990‑7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :